Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’énergie atomique et le réchauffement climatique

L’énergie atomique et le réchauffement climatique

L’énergie nucléaire est-elle une énergie fossile comme une autre ? Sans dégagement de CO2, quels sont les implications comparées du nucléaire et des énergies fossiles sur le réchauffement et sur le dérèglement climatiques ?

Il est incontestable que, du point de vue du deuxième principe de la thermodynamique, et seulement de ce point de vue, la combustion d’énergies fossiles soit un facteur de réchauffement climatique. Mais ce constat implique a pour corollaire les déductions suivantes :

1 - Le dégagement et le surplus de CO2 est une conséquence concomitante et non pas une cause du réchauffement dû à la combustion d’énergies fossiles : on restitue à l’atmosphère un CO2 que la photosynthèse avait, durant des milliards d’années, résorbé sous forme d’énergies fossiles.

2 - le surcroit de CO2 a pour conséquence un bouleversement climatique sans commune mesure avec une augmentation epsilonesque de température globale moyenne. Vouloir faire accroire que le CO2 est responsable du réchauffement est une imposture : outre que c’est présenter les conséquences comme étant les causes, nul n’est capable de dire ce que ce surcroit de CO2 aura comme conséquences ! 

3 - toute consommation d’énergie fossile est propre à élever la température de la planète. Ainsi les bombes atomiques ou conventionnelles, et également et en particulier l’énergie nucléaire qui est une forme d’énergie fossile au carré si l’on peut dire puisque contenue dans la masse. Avec cependant une différence pour l’énergie nucléaire par le fait qu’il n’y a pas de dégagement de CO2. Donc pas de bouleversement climatique comparable aux combustions de composés organiques.

L’expression "réchauffement climatique" est beaucoup moins pertinente que "bouleversement climatique" mais est connotée positivement. Pourquoi n’est-elle pas admise par tous ?

Outre les lobbies opposés à une taxe carbone qui s’opposent à l’idée même que l’activité anthropique puisse avoir une influence sur le climat :

1 – Cette expression arrange bien ceux qui vendent de la bio-ingénierie comme ceux qui vendent du pétrole : en effet, les consommateurs occidentaux se moquent bien d’un réchauffement qu’ils verraient volontiers advenir et pour le plus grand bonheur des pétroliers.

2 - Les géo-ingénieristes savent vendre de la géo-ingénierie qui refroidit, personne n’est assez bête pour croire que l’on saurait produire de la géo-ingénierie qui régule le climat.

3 – prétendre que la géo-ingénierie qui refroidit est une imposture planétaire : en effet, outre que ce serait ajouter le mal au mal, du CO2 au CO2, les principes évoqués ne relèvent que la pensée magique qui croit que l’on peut refroidir la cuisine en ouvrant la porte du frigo.

Pour conclure : l’activité humaine provoque un réchauffement epsilonesque de la température globale du globe. Les centrales nucléaires, si elles ne dégagent pas de CO2 contribuent au réchauffement. En revanche, les pollutions dégagées par la combustion des énergies fossiles sont responsables des perturbations climatiques observées. La principale pollution n’est pas forcément due au CO2 mais plus vraisemblablement aux dioxydes notamment d’azote et de soufre.

 

Annexes

Deuxième principe de la thermodynamique (Sadi Carnot)

"les changements climatiques révèlent que l’humanité est devenue une « force géologique », capable de « faire le climat

Les 15 plus gros porte-conteneurs du monde polluent autant que l’ensemble du parc automobile mondial 30/9/09 : 

La neige arctique : une source biologique d’oxydes d’azote au cœur même de l’hiver polaire ?

La vague de froid sur l’Europe vue de l’espace

Les marchés carbone, ou comment gagner des millions grâce à la pollution

L’Arme Ultime ! Les anges ne jouent pas de cette HAARP !

http://actu-chemtrails.over-blog.com/

AFRIQUE : Le changement climatique menace la sécurité alimentaire (Miriam Mannak)


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

143 réactions à cet article    


  • Harfang Harfang 4 novembre 2010 09:00

    "Le dégagement et le surplus de CO2 est une conséquence concomitante et non pas une cause du réchauffement dû à la combustion d’énergies fossiles : on restitue à l’atmosphère un CO2 que la photosynthèse avait, durant des milliards d’années, résorbé sous forme d’énergies fossiles.« 

    Pardon !!!???
    Le terme »effet de serre" vous est-il familier JL ? Que le CO2 ait été résorbé sous forme d’énergie fossile, soit. C’est un fait. En revanche, ce même CO2 libéré dans l’atmosphère n’est pas qu’une conséquence du réchauffement. Il l’est aussi, puisqu’en se réchauffant, les océans en absorbent moins, voire en relachent.
    Mais il est tout autant une cause puisque ce gaz possède un certain pouvoir de rétention des rayonnements infrarouge, et donc de la chaleur reçue par le soleil en journée (effet de serre). C’est loin d’être le seul gaz en cause, et se focaliser sur le CO2 pourrait bien être l’arbre qui cache la forêt MAIS dire que ça n’a pas d’impact est une fumisterie pseudo-scientifique. A la rigueur le vrai débat serait la quantification de cet impact...
    Quant au réchauffement dû à l’entropie thermodynamique des centrales nucléaires (ou autre), je doute que l’effet en soit mesurable à l’échelle planétaire : autant dire qu’une allumette peut chauffer une maison !
    Article superficiel, et constitués d’arguments plus que discutables.


    • JL JL 4 novembre 2010 09:47

      Harfang, l’effet de serre peut être démontré dans une serre ! Mais personne n’a démontré que l’atmosphère de la terre est une serre.


      Et on voit bien d’ailleurs comment se situe le problème sur la non-validation de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel. Pourquoi est-ce que le Conseil constitutionnel a décidé de censurer la taxe carbone ? Essentiellement parce que l’industrie et puis les transports, grosso modo 93 % des producteurs de gaz à effet de serre, n’étaient pas taxés.

       


    • Harfang Harfang 4 novembre 2010 10:04

      "...l’effet de serre peut être démontré dans une serre ! Mais personne n’a démontré que l’atmosphère de la terre est une serre.« 

       !!!!??? On connaît l’effet dynamo qui fait qu’une dynamo produit un champ magnétique. Vous me diriez sans doute qu’il n’a pas été démontré que la terre est une dynamo (pas de bobine etc...), et pourtant la terre produit bien un champ magnétique, par un effet similaire à celui d’une dynamo de vélo tout ce qu’il y a de plus basique.
      Pour l’effet de serre, c’est pareil : évidemment que l’atmosphère terrestre n’est pas une serre au sens stricte du terme, pour autant, l’effet existe bien : c’est une question de milieu, et d’éléments présents dans ce milieu. Certains éléments piègent la chaleur. que tu soit dans une serre ou dans l’atmosphère terrestre n’y change rien... et ça, c’est démontré. Je ne vois pas bien ce que tu voudrais »démontrer" de plus en l’occurrence.


      "Et on voit bien d’ailleurs comment se situe le problème sur la non-validation de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel. Pourquoi est-ce que le Conseil constitutionnel a décidé de censurer la taxe carbone ? Essentiellement parce que l’industrie et puis les transports, grosso modo 93 % des producteurs de gaz à effet de serre, n’étaient pas taxés.« 

      Ok. Et c’est quoi le rapport ? Là, tu dis juste que la loi est censurée car elle n’est pas équitable, pas que l’effet de serre est contesté. Au pire, comme je l’ai déjà dit, on pourrait argumenter quand au fait qu’on se focalise arbitrairement sur le CO2 alors qu’il y a quantité d’autres gaz à effet de serre, dont certains beaucoup plus »puissants" en terme de piège à rayons IR que le CO2...

      Pour moi cet article est un brouillon sans arguments solides.


    • JL JL 4 novembre 2010 10:21

      Cassino, je ne trouve pas fair play votre intervention. Bon, c’est la vie, passons.

      Sur la thermodynamique, soyez gentil, ne vous en mêlez pas, vous avez démontré largement que vous connaissances ne sont même pas celles d’un lycéen, en tous cas pas d’un lycéen qui aurait suivi une filière scientifique.

      Sur le CO2 : de fait, la photosynyhèse est un processus par lequel les plantes piègent le CO2 en le transformant en matière organique et en oxygène, processus que vous semblez ignorer. Ce processus utilise pour ce faire, l’énergie solaire. L’inverse de la respiration animale, en somme. La nature est donc bien faite. Cette matière organique et cette énergie étant transformées en pétrole, la combustion de celui-ci libère de l’énergie et du CO2. CQFD !


    • CrabAtome CrabAtome 4 novembre 2010 10:29

      Et vous JL, vos connaissances biologiques se résument aussi à celle d’un lycéen...


      Le CO2 relaché maintenant (rapidement, en 50 ans) a effectivement été « capté » par le vivant pendant des millions d’années.

      Seulement la cinétique n’est pas du tout la même. Et c’est là le problème. Savez-vous le terme générique que l’on donne à un système qui emmagasine de l’énergie (quelque soit sa forme) pendant longtemps pour la relacher instantanement ?

      On appelle ça une bombe ! Ici, c’est la même.

      Donc le raisonnement est biaisé sans compter que le cycle du carbone est infinement plus complexe que ça (y’a des étapes avec du méthane aussi) et n’est pas lié uniquement à la biosphère. Bref, il manque 90% des hypothèses. 

    • Harfang Harfang 4 novembre 2010 10:38

      @JL

      "Sur la thermodynamique, soyez gentil, ne vous en mêlez pas, vous avez démontré largement que vous connaissances ne sont même pas celles d’un lycéen, en tous cas pas d’un lycéen qui aurait suivi une filière scientifique."

      Euh, sans vouloir être méchant, j’ai souvenir d’une vieille histoire de paille, de poutre, et d’yeux...


    • JL JL 4 novembre 2010 10:47

      CraAtome (brr, votre pseudo a une connotation assez cynique), Effectivement c’est une bombe. Mais cela ne signifie pas pour autant un réchauffement : une bombe bouleverse, et je ne dis pas autre chose.

      Par ailleurs, lisez donc ce que j’ai écrit au sujet de la différence entre effet de serre et isolant thermique !


    • krachunka 4 novembre 2010 10:51

      "Donc le raisonnement est biaisé sans compter que le cycle du carbone est infinement plus complexe que ça (y’a des étapes avec du méthane aussi) et n’est pas lié uniquement à la biosphère"

      D’ailleurs une question/raisonnement de non-scientifique qui s’intéresse à la chose :

       - On trouve du carbone dans le calcaire (CaCO3) et cette roche est énormément présente sur terre je crois
       - Ce calcaire est un résidu d’être vivant (squelette/coquillages/etc), c’est donc également une forme de carbone fossilisé par le vivant au cours des ages.

      Dans ce cas pourquoi ne pas produire à grand échelle des coquillages, ça pourrait peut être permettre de stocker un peu de ce carbone relâché par l’utilisation des énergies fossiles en sus de nourrir des populations.

      Bon c’est somme toute assez ridicule comme proposition mais n’y a t il pas des pistes de ce coté là ?

      Je précise que je ne suis affilié à aucune coopérative de conchyliculture !


    • JL JL 4 novembre 2010 11:10

      Krachunka, dès lors que les experts ne sont pas d’accord, le débat dépasse le cadre de la science et de la technique pour devenir un débat citoyen. Et tout le monde a son mot à dire. Soyez le bienvenu.

       smiley


    • CrabAtome CrabAtome 4 novembre 2010 09:37

      Article à coté de la plaque, qui mélange et confond tout...


      Aucune rigueur scientifique.

      zéro.

      • JL JL 4 novembre 2010 09:52

        CrabAtome : rassurez-vous, je n’attaque pas le lobby nucléaire : le réchauffement évoqué est epsilonesque et il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

        En revanche, je pesiste et signe, les bouleversements climatiques sont considérables, dûs aux GES anthropiques ou bien mis mensongèrement sur le compte des mêmes GES : HAARP, Chemterails, déforestations, marées noires, j’en passde et des plus secrètes.


      • chria chria 4 novembre 2010 10:07

        Comprend pas du tout où vous voulez en venir en fait avec cet article.


      • CrabAtome CrabAtome 4 novembre 2010 10:18

        Je suis le premier à dire qu’il faut faire attention quand on parle de réchauffement climatique, que les démonstrations de l’implication humaine ne sont pas évidente.


        Seulement, dire que l’atmosphère n’agit pas comme une serre est une énormité. Il suffit de regarder la température de la surface de la Lune qui en est dépourvue pour s’en convaincre.

        Les effets de réchauffement du à la chaleur produite par la combustion, ou n’importe quoi d’autre n’ont (et ne seront) jamais pris en compte car les valeurs sont de l’ordre inférieur à l’espilon !

        L’énergie solaire reçue par la terre annuellement est de l’ordre de 1,5E18 kWh. La production énergétique mondiale (qui se retrouve à peut de chose près à un moment où à un autre sous forme de chaleur dans l’atmosphère) est de 12 milliard de TEP soit 1,4E14 kWh. Il y a un facteur 10 000 !!

        Pour conclure, si l’homme a un impact sur le climat (notez le si, je ne veux pas rentrer dans le débat ici), c’est bien par les GES qui ont un effet beaucoup plus fort sur l’échauffement que les calories résultantes de ces activitées qui représentent... 0,01% des calories reçues au sol par le soleil.

      • Harfang Harfang 4 novembre 2010 10:20

        "En revanche, je pesiste et signe, les bouleversements climatiques sont considérables, dûs aux GES anthropiques ou bien mis mensongèrement sur le compte des mêmes GES : HAARP, Chemterails, déforestations, marées noires, j’en passde et des plus secrètes.« 

        Ok... pigé.
        T’inquiète, tant que Ben Laden ne recrute pas le »Bisphénol A« chez Youkaïdikaïda, l’invasion des ours polaires nazis-sionistes-du centre de la terre est en standby.
        (je précise que je n’ai rien contre les théories dites »du complot", si les arguments présentés tiennent la route... ce qui n’est pas le cas ici)


      • chria chria 4 novembre 2010 10:25

        Bon JL j’espère que vous comprendrez qu’on ne fabrique pas des vérités comme vous le faite avec votre article, sur des éléments de recherche qui font débat et qui (depuis) ont été fortement critiqué.
        L’abus de papy Durand entraine de grave dysfonctionnement cognitif.
        Parfois je vais sur son site pour voir quelle perle intéressante il a trouvé. C’est instructif. Mais je rigole bien en lisant ses interprétations toujours dirigés dans le même sens.
        L’abus de sources différentes est par contre très bénéfique pour le cerveau, et notamment pour l’objectivité. 


      • JL JL 4 novembre 2010 10:38

        Dire que l’atmosphère agit comme une serre est un non sens.

        L’atmosphère fonctionne non pas comme les parois d’une serre, mais comme un isolant thermique : le rayonnement infrarouge émis par la terre réchauffe l’atmosphère, qu’il y ait ou non des GES.

        Les GES, dont la vapeur d’eau, agissent localement par le fait qu’ils s’interposent entre les couches basses et hautes de l’atmosphère dont la pression décroit régulièrement jusqu’à 1000 km. Si cette chaleur était réémise vers l’espace, et le fait que la vapeur d’eau est 100 fois plus présente dans l’atmosphère ferait que les déserts seraient une véritable porte de sortie de des calories terrestres : comme une porte ouverte dans une maison chauffée. 

        Quand il n’y a pas de nuages, a fortiori pas de GES, la chaleur n’est pas perdue pour la terre : elle est simplement absorbée par les couches hautes, et répartie par le fait des courants aériens. Un epartie est évidemment réémise vers l’espace, mais à une échelle macroscopique de sorte que l’équilibre thermique global dans un système global. Il faudrait raisonner, non pas en moyenne, mais avec des méthodes d’intégration, ce qui est au-delà du raisonnable. Avant de se lancer dans des calculs raisonnables, assurons nous que le modèle est réaliste.


      • CrabAtome CrabAtome 4 novembre 2010 10:44

        Vous vous emmélez méchamment les pinceaux.


        Vous dites que l’atmosphère n’agit pas comme un serre avant de démontrer que si.

        Pour info, l’atmosphère terrestre, c’est ça :

        Et l’eau, les GES, les prouts des vaches, en font partie intégrante. C’est comme ça, c’est la définition.

        Et l’atmosphère agit comme une serre oui. Regardez la Lune pour comparer comme je vous l’ai dit !

        Et un peu de rigueur dans le raisonnement que diable !

      • Harfang Harfang 4 novembre 2010 10:50

        "Dire que l’atmosphère agit comme une serre est un non sens.

        L’atmosphère fonctionne non pas comme les parois d’une serre, mais comme un isolant thermique : le rayonnement infrarouge émis par la terre réchauffe l’atmosphère, qu’il y ait ou non des GES.« 

        Vrai. Sauf que faute de l’effet de serre, la température de la terre serait plus faible d’environ 15°C en moyenne (cf la lune, dépourvue d’atmosphère, en plein ensoleillement).

         »Les GES, dont la vapeur d’eau, agissent localement par le fait qu’ils s’interposent entre les couches basses et hautes de l’atmosphère dont la pression décroit régulièrement jusqu’à 1000 km. Si cette chaleur était réémise vers l’espace, et le fait que la vapeur d’eau est 100 fois plus présente dans l’atmosphère ferait que les déserts seraient une véritable porte de sortie de des calories terrestres : comme une porte ouverte dans une maison chauffée. « 

        Encore vrai. D’ailleurs c’est le cas, la preuve : il fait frisquet la nuit dans les déserts. Sauf que les déserts ne représentent qu’un infime fraction de la surface terrestre puisque la terre est océanique à 70%, et que la majeure partie de l’inertie thermique de la terre est due à ces mêmes océans. Donc effet global = peanuts.

         »Quand il n’y a pas de nuages, a fortiori pas de GES, la chaleur n’est pas perdue pour la terre : elle est simplement absorbée par les couches hautes, et répartie par le fait des courants aériens. Un epartie est évidemment réémise vers l’espace, mais à une échelle macroscopique de sorte que l’équilibre thermique global dans un système global. Il faudrait raisonner, non pas en moyenne, mais avec des méthodes d’intégration, ce qui est au-delà du raisonnable. Avant de se lancer dans des calculs raisonnables, assurons nous que le modèle est réaliste."

        Pas forcément besoin de calculs pour démontrer la réalité ou la fausseté de la théorie. De simples mesures suffisent, ce que les satellites météo font quotidiennement. A priori la théorie n’est pas trop dans les choux, sinon ça fait belle lurette que ça aurait hurlé dans le landerneau... Et puis le fait que la méthode de calcul employée soit incorrecte et que la vrai méthode soit inutilisable ne signifie pas que la méthode utilisée n’est pas une assez bonne approximation non ? La théorie de Newton sur la gravité est invalidée par la Relativité, pour autant, on l’enseigne encore car c’est une bonne approximation.


      • JL JL 4 novembre 2010 11:06

        Harfang, avec votre exemple de la lun, c’est vous qui n’y êtes pas.

        Reprenons : il n’y a pas deux mais trois modèles : La lune, la serre et le manteau.

        Sur le modèle manteau, j’ai dis ce que j’avais à dire au sujet des nuages, 100 fois plus importants que les GES.

        Si l’on raisonne en serre : je ne vois pas pourquoi le rayonnement serait arrêté dans un sens et pas dans l’autre. une différence de longueurs d’onde ? J’ai en mémoir une expérience citée sur Agoravox de deux serres identiques excepté que l’une était faite avec un verre laissant passer la lumière visible et pas l’infrarouge et l’autre ne laissant passer que la lumière. Résultat, la température était la même dans les deux serres.

        Qu’est-ce que l’effet de serre ? Par Nathalie Barrette, professeure agrégée, Université Laval

      • JL JL 4 novembre 2010 11:08

        Au temps pour moi :

        l’une des serres était faite avec un verre laissant passer la lumière visible et pas l’infrarouge et l’autre transparente aux deux. Résultat, la température était la même dans les deux serres.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 novembre 2010 11:15

        « Au temps pour moi »
        ou
        Autant pour moi ?


      • JL JL 4 novembre 2010 11:31

        Harfang, vous dites : « faute de l’effet de serre, la température de la terre serait plus faible d’environ 15°C en moyenne (cf la lune, dépourvue d’atmosphère, en plein ensoleillement).

        Cette formulation est un sophisme. La bonne formulation, la voilà :

         »Sans atmosphère, la température de la terre serait plus faible (cf la lune, dépourvue d’atmosphère, en plein ensoleillement)."

        Et ça ce n’est ni une tautologie ni un truisme, c’est un non sens : en effet, sans atmosphère, la terre ne serait pas la terre, et la température moyenne que vous évoquez n’a aucune définition scientifique.



      • JL JL 4 novembre 2010 11:36

        Harfang, votre formulation, je cite :

        «  faute de l’effet de serre, la température de la terre serait plus faible d’environ 15°C en moyenne (cf la lune, dépourvue d’atmosphère, en plein ensoleillement). »

        est non seulement un sophisme, mais c’est également un amalgame absurde : amalgame entre effet de serre et atmosphère qui laisse entendre que l’un ne va pas sans l’autre.

        De sorte que tous vos raisonnements sur la question sont invalidés tant que vous n’aurez pas dénoncé vous même cette formulation. 


      • Harfang Harfang 4 novembre 2010 11:40

        "Reprenons : il n’y a pas deux mais trois modèles : La lune, la serre et le manteau.
        Sur le modèle manteau, j’ai dis ce que j’avais à dire au sujet des nuages, 100 fois plus importants que les GES.
        [...]J’ai en mémoir une expérience citée sur Agoravox de deux serres identiques excepté que l’une était faite avec un verre laissant passer la lumière visible et pas l’infrarouge et l’autre ne laissant passer que la lumière. Résultat, la température était la même dans les deux serres."

        Pour cette expérience, je demande à voir. Et j’aimerai bien connaître les détails précis de sa mise en oeuvre. Par ailleurs, ne s’intéresser qu’aux parois, c’est occulter une grosse part de la problématique : dans le cas d’un effet de serre atmosphérique, le contenu de l’aquarium a autant, si ça n’est plus, d’importance.
        Secundo : on peut envisager autant de modèles que tu le voudras, ça ne change rien aux faits. La lune, située grosso modo à la même distance du soleil que la terre est (minimum) 15° plus froide EN PLEIN ENSOLEILLEMENT (de nuit, on tombe à des températures qui commencent à s’approcher du zéro absolu). On peut tenir compte de l’effet manteau et des nuages si ça te fait plaisir, mais à ce moment là, faudra aussi tenir compte de l’albédo des pôles, de l’océan, etc... Bref, si on s’en tient aux faits : lune (pas d’atmosphère) = on se les gèle, Venus (atmosphère à gros effet de serre) = on cuit, Terre (atmosphère normale) = yabon ! Après tu peut ergoter tant que tu veux et exiger des démonstrations, la théorie semble quand même bien résister à l’épreuve des faits...


      • Harfang Harfang 4 novembre 2010 11:48

        « Cette formulation est un sophisme. La bonne formulation, la voilà :

         »Sans atmosphère, la température de la terre serait plus faible (cf la lune, dépourvue d’atmosphère, en plein ensoleillement).«  »

        Euh, un sophisme, si je me souviens bien de mes cours de philo, c’est pas ça. Mais admettons, ma formulation était maladroite. Ceci étant, ça ne change rien au fond de la démonstration.

        "Et ça ce n’est ni une tautologie ni un truisme, c’est un non sens : en effet, sans atmosphère, la terre ne serait pas la terre, et la température moyenne que vous évoquez n’a aucune définition scientifique.« 

        La c’est toi qui fait un truisme. Par ailleurs, tu veux que je te définisse le terme de moyenne ?Maintenant, si l’utilisation de valeurs chiffrées (moyennes ou autre) te dérange, on est pas sorti de l’auberge.

         »est non seulement un sophisme, mais c’est également un amalgame absurde : amalgame entre effet de serre et atmosphère qui laisse entendre que l’un ne va pas sans l’autre."

        Peut être parce que... l’un ne va pas sans l’autre ?


      • JL JL 4 novembre 2010 11:56

        Harfang, moi aussi je peux tutoyer.

        Mais entre tu et il je préfère la troisième personne.

        Pour ce qui est du sophisme, je sais, il faut autre chose, mais je renvoie les lecteur aux interventions d’epapel : je suis loin, très loin d’en prendre à mon aise sur ce sujet par rapport à lui, un fieffé réchauffiste. Mais bon, ceci n’explique pas cela.

        Donc Harfang dit que atmosphère et effet de serre ne vont pas l’un sans l’autre !

        Pour le coup, je ne comprend plus ! si l’azote et l’oxygène sont des GES, si tout est GES, alors rien n’est GES !

        Moi j’appelle ça une apporie.


      • Harfang Harfang 4 novembre 2010 13:53

        @JL

        Vous (puisque le tutoiement semble poser problème) pouvez jouer avec les mots tant que vous voulez. Disons que ça claque, ça fait des belles formules qui font genre, ça semble profond... et ça ne mène nulle part.
        Si l’on considère qu’il y a effet de serre dès l’instant où il y a piège de rayonnements électromagnétiques, alors oui, le dioxygène et le diazote (quitte à vouloir se faire passer pour un scientifique, autant utiliser les bons termes non ?) sont des gaz à effet de serre. Evidemment, tous les gaz n’ont pas le même impact. Et si O2 et N2 ont un effet proportionnellement faible, il n’en est pas de même du CO2, du CH4 ou même... de H2O.
        Contester le réchauffement est votre droit le plus stricte, et je n’ai aucun problème avec cela. Le contester avec des arguments anti-scientifiques me pose déjà plus de problèmes.
        S’acharner et s’enfoncer à chaque message un peu plus ne suscite à ce stade plus que la pitié.


      • Croa Croa 4 novembre 2010 20:02

        « Comprend pas du tout où vous voulez en venir en fait avec cet article. »

        L’auteur veut nous enfumer avec une théorie fumeuse de fumiste

         smiley bref, à une une fumisterie climato-sceptique smiley

        Cependant,
        C’est vraiment trop nul pour que ça passe ! smiley


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 novembre 2010 09:40

        « Mais ce constat implique a pour corollaire les déductions suivantes »

         ? ? ?


        • chria chria 4 novembre 2010 10:05

          "Vouloir faire accroire que le CO2 est responsable du réchauffement est une imposture : outre que c’est présenter les conséquences comme étant les causes, nul n’est capable de dire ce que ce surcroit de CO2 aura comme conséquences ! "
          Phrase incompréhensible et complétement tordu.
          Au delà de ça j’aimerais vraiment avoir la démonstration que les causes et les conséquences sont inversés, en précisant évidemment bien les échelles de temps. Parce que si avez la réponse, autant tout de suite appelez les labos de recherche vous êtes bon pour le prix nobel.


          • Cogno2 4 novembre 2010 10:24

            Incompréhensible.


            • LeGus LeGus 4 novembre 2010 10:39

              Je parie qu’epapel va adorer votre article !

              Mouarf.


              • jcm jcm 4 novembre 2010 12:21

                Encore un article « d’opinion » qui n’a rien à voir avec des faits établis...

                A lire : « La rationalité, une question d’opinion ? »...


                • JL JL 4 novembre 2010 12:46

                  jcm,

                  quand un réchauffiste déclare ci-dessus, je cite : « l’effet de serre et l’atmosphère, l’un ne va pas sans l’autre », tous les rationalistes scientifiques et les scientifiques rationalistes devraient s’émouvoir. Or je n’en vois aucun réagir. En bon scientifique rationaliste j’en conclue que les réchauffistes rationalistes qui sont sur ce fil ne sont pas scientifiques (pas de pb), et que les réchauffistes scientifiques ne sont pas rationalistes (un comble).

                  Voila voila.


                • jcm jcm 4 novembre 2010 12:58

                  Ouf... ça c’est fort...

                  Alors faut revenir aux définitions : atmosphère : « Couche gazeuse qui entoure le globe terrestre ».

                  Pour qu’il y ait une indépendance totale entre l’effet de serre et l’atmosphère il faudrait que cette atmosphère soit intégralement composée de gaz dont les interactions avec les ondes lumineuses seraient nulles...

                  Alors en effet « l’effet de serre et l’atmosphère, l’un ne va pas sans l’autre » !!!


                • JL JL 4 novembre 2010 13:37

                  jcm, c’est un peu léger, non ?

                  Qui a parlé d’indépendance totale entre atmosphère et effet de serre ? Et ça veut dire quoi ? Je trouve que les réchauffistes présents ici n’ont aucun argument sérieux à opposer aux miens.

                  Je répète que l’effet de serre est un effet local et dont l’expliacation est plus que sujette à caution. J’ai donné des liens plus haut ! De plus, la partie n’étant pas le tout, une serre n’est pas l’atmosphère, et l’atmosphère n’est pas une serre. Et je mets au défi les réchauffistes, puisque ce soint eux qui affirment le contraire et s’en servent pour nous imposer leur diktat, de démontrer le contraire.

                  Ceci dit, je ne suis pas contre une taxe appliquée aux pollueurs, mais à trois conditions :

                  - que l’on ne se trompe pas de cible : il faut taxer tous les pollueurs et de tous les polluants, à commencer par les transports maritime et aérien, mais aussi l’agrobiz. et les subventions aux exportations.

                  - que l’on arrête avec le credo du libre échange. 

                  - que cette taxe soit utilisée démocratiquement et ne profite pas à la géo-ingnierie que je qualifie de géo-escroquerie.


                • Harfang Harfang 4 novembre 2010 13:43

                  « quand un réchauffiste déclare ci-dessus, je cite : »l’effet de serre et l’atmosphère, l’un ne va pas sans l’autre«  »

                  Tient !? Me voila catégorisé réchauffiste ! Mon cher JL, sachez( je passe au vouvoiement puisque le tutoiement semble vous déplaire) que le fait de défendre un fait établi quand au lien existant entre atmosphère et effet de serre, ne fait pas pour autant de moi un défenseur des postulats (et vous noterez que j’emploie sciemment le terme de « postulat ») du GIEC. Alors oui, je le réaffirme, qui dit atmosphère dit effet de serre car aucun gaz n’est neutre vis à vis des rayonnements électromagnétiques (lumière visible ou non). Ceci inclut évidemment O2 et N2, sinon il faudra m’expliquer la couleur bleue du ciel. Si il y a interaction, il y a perte d’énergie (en partie par rayonnement, dont de l’infra rouge, mais pas uniquement) et échauffement. Clairement, du rayonnement est « piégé » et n’est pas intégralement renvoyé dans l’espace. Moi j’appelle ça effet de serre, comme l’ensemble des spécialistes de la question, mais si vous voulez l’appeler effet zigouigoui, libre à vous.
                  Mais lier atmosphère et effet de serre n’implique pas nécessairement que je sois réchauffiste. Si l’effet de serre existe (et est d’ailleurs utile aux conditions de vie terrestres en maintenant une température correcte sur terre), comme toute chose, c’est son excès qui est néfaste (voyez l’exemple de Venus).
                  Admettre l’existence d’un principe « effet de serre » ne signifie pas que j’admette une tendance globale au réchauffement lié à cet effet de serre, ou même que (le cas échéant) j’admette qu’il y a obligatoirement un lien avec l’activité humaine.

                  "En bon scientifique rationaliste j’en conclue que les réchauffistes rationalistes qui sont sur ce fil ne sont pas scientifiques (pas de pb), et que les réchauffistes scientifiques ne sont pas rationalistes (un comble)."

                  Je ne sais pas si vous êtes scientifique (j’ignore quels diplômes on trouve dans les pochettes surprises), mais pour votre gouverne je suis quant à moi titulaire d’une maîtrise en sciences physiques qui, si elle a le tord de dater de quelques années, à le mérite de faire que je sais quand même de quoi je parle. je cultive le doute (en bon scientifique) mais pas à tord et à travers non plus...


                • Harfang Harfang 4 novembre 2010 13:57

                  « jcm, c’est un peu léger, non ?[...] géo-escroquerie. »

                  Bla bla bla. Encore une fois tout se mélange. Des arguments pour contester le réchauffement, ou les écotaxes ou les deux, il y en a. C’est pas tellement votre opinion qui pose problème que les arguments bidons que vous utilisez.
                  Rien n’est pire pour une cause qu’un défenseur de cette cause qui la défend n’importe comment.


                • JL JL 4 novembre 2010 14:24

                  Harfang, j’apprécie ce retour au vouvoiement. Vous comprendrez que votre CV me laisse de marbre : je réfute a priori les arguments d’autorité, et il n’est pas bienvenu ici d’étaler des peux d’ânes, ne vous en déplaise.

                  Pardon si je vous ai pris pouru un réchauffiste. J’avais cru, mais passons.

                  Je voudrais revenir un instant sur votre comparaison entre la terre et une dynamo. Outre que c’est un peu baclé comme comparaison, je dirai que comparaison n’est pas raison, et celle-là n’apporte que du buzz au débat. Mauvaise foi ? maladresse ? allez savoir.

                  Venons-en au fait, vous dites : « Clairement, du rayonnement est »piégé« et n’est pas intégralement renvoyé dans l’espace ».

                  Si c’était vrai, la terre s’échaufferait indéfiniment. Si vous admettez que, d’un coté, la terre reçoit du rayonnement et de l’autre elle en émet, le bilan est égal à zéro. La question est de savoir à quelle température ce bilan sera équilibré. Vous sommes d’accords, cela a à voir avec le réchauffement vs le refroidissement éventuel.

                  Pour évaluer cette température déquilibre il faut invoquer l’inertie thermique de la terre (plus sa température est élevée, et plus son rayonnement est important, et inversement), et l’effet isolant de l’atmosphère par le fait que l’atmosphère possède, elle aussi une inertie thermique.

                  Quant à l’effet de serre : 

                  - je ne nie pas ce qu’on appelle effet de serre, ... dans une serre ;

                  - Bien que j’admette des effets de serre locaux (sous les nuages, la nuit ...), je nie que l’atmosphère se comporte comme une serre ;

                  - je soutiens que c’est à la fois l’interprétation erronée de l’effet de serre et l’assimiltation de l’atmosphère à une serre qui constitue le sophisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès