Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’hégémonie Google : démocratisation censitaire ou fascisme ordinaire (...)

L’hégémonie Google : démocratisation censitaire ou fascisme ordinaire ?

Est-il possible encore aujourd'hui qu'un site internet nouveau né puisse prétendre se faire une place au soleil ? Quel rôle joue Google dans cette possible ascension ?
 
Quels sont les facteurs essentiels qui peuvent conduire aujourd'hui un site internet de l'anonymat vers la célébrité ?
Est-ce seulement possible ? 
Ce sujet complexe est abordé en termes les plus simples possibles, afin que le lecteur néophyte puisse s'y retrouver, mais attention, c'est aussi un article de fond, résolument technique, qui passe en revue les fondamentaux du référencement.
 
 
A l'heure actuelle, l'affluence d'internautes sur un site est essentiellment constituée par un flux de visiteurs en provenance de l'outil de recherche Google.
 
Il est vrai que certains internautes mettent des sites "en favori", c'est à dire qu'ils demandent à leur navigateur (Firefox, Google Chrome, Internet Explorer...) de conserver dans une liste l'adresse du site qui les intéresse.
Ils peuvent ainsi y accéder sans passer par un moteur de recherche.
Mais le comportement le plus fréquent de l'internaute n'est pas d'utiliser les favoris.
Il retourne systématiquement sur Google et entre les mots clés qui font l'objet de son interrogation du moment.
Cela explique l'extrême importance de Google, qui est devenu la porte d'entrée presque universelle vers le web.
 
Un autre comportement fréquent de l'internaute est de se contenter de prendre le premier résultat proposé tout en haut de la page de résultats de recherche de Google.
 
On constate, lorsqu'on est propriétaire d'un site, que seules les premières positions dans ces listes de résultats de recherche permettent de créer un trafic substantiel.
Il y a des différences très importantes de trafic généré par la première place et les suivantes.
Ainsi, la seconde place peut générer jusqu'à deux fois moins de trafic que la première ! 
 
Les statistiques montrent qu'un internaute sur trois choisit le premier résultat.
Et que 90% des internautes iront sur l'un des résultats de recherche de la première page de résultats, c'est à dire sur l'un des 10 premiers résultats.
Il est donc tout à fait capital pour un site qui désire être rentable, et donc d'avoir un fort trafic, d'être très bien référencé par google.
Et ceci sur des mots clé souvent tapés par les internautes bien sûr.
Si vous êtes en première position sur la liste des résultats de recherche chez Google sur le mot clé "kryptonite", ou "anticonstitutionnellement", ou "chlorophylle", cela vous fera peut-être plaisir, mais ne vous ramènera que quelques internautes chaque année vers votre site.
 
La question du référencement par google est donc un point fondamental pour la plupart des sites, sauf pour les sites qui ont une marque déjà connue du grand public.
Si vous voulez trouver un voyage proposé par la SNCF, vous allez taper "sncf" dans google et tomber immédiatement sur leur site, même si celui-ci n'a mené aucune stratégie pour être bien référencé. 
"sncf" n'est pas un mot clé concurrentiel, et donc le ou les sites de la sncf apparaîtront forcément en premières positions.
Même chose pour "leboncoin" par exemple, très connu désormais des internautes français.
 
Pour tous les autres sites, il faudra impérativement, pour se faire connaître, passer par un bon référencement chez Google.
 
 
Or, comment fonctionne le référencement chez Google ?
 
 
Admettons que vous vouliez lancer un site pour une nouvelle marque de chaussures à la mode.
Appelons cette marque "Leluxe".
 
Personne ne connaît encore votre marque "Leluxe" et donc vous allez devoir essayé d'être correctement référencé par Google sur, par exemple, la combinaison de mots clé : "Chaussure mode cuir" par exemple.
Vous désirez que lorsqu'un internaute tape cette combinaison de trois mots clé sur Google, votre site soit présent parmi les premiers résultats proposés alors par Google.
 
 
Comment y parvenir ?
Il faut connaître quelques points essentiels pour pouvoir envisager une réponse à cette question.
 
Il faut savoir tout d'abord que google va, presque chaque jour, passer sur votre site et l'ausculter : il s'intéresse principalement aux textes et aux liens présents sur vos pages, ainsi qu'au positionnement de ses derniers sur vos pages ( en haut, au milieu, en bas, à droite, en milieu d'article, dans un titre, en petit, en gros, en gras...).
 
Il faudra donc que les mots clés tapés par les internautes dans google soient présents en quantité suffisante et placés correctement sur votre site pour que Google "comprenne" que ces mots caractérisent effectivement votre site.
Vous aurez intérêt par exemple à mettre en entête, en haut des pages de votre site : "LELUXE, la chaussure mode en cuir", plutôt que quelque chose du genre "LELUXE, intense sensation de plaisir au contact du sol".
J'invente n'importe quoi juste pour vous montrer qu'il ne vous faudra pas - en ce qui concerne cette histoire de mots clé - être forcément inventif et poétique mais plutôt extrêmement prosaïque : les internautes ne taperont jamais "plaisir sol" pour trouver une chaussure de luxe. Mais ils pourront effectivement taper "chaussure mode cuir".
Il faudra donc placer un nombre conséquent de "chaussure", "mode" et "cuir" dans votre entête, dans vos titres, sur vos liens et dans vos articles.
Il existe nombre de sites spécialisés dans le référencement qui vous décriront comment optimiser cela.
 
Le premier principe est donc simple :
 
Il faut repérer les mots clés que vont utiliser les internautes chez Google, et favoriser la présence de ces mêmes mots clés sur votre site.
 
 
Le deuxième est qu'il faut avoir du contenu, donc du texte.
 
Google ne s'intéresse guère aux images.
Donc, si nous revenons au cas de notre boutique fictive "Leluxe", il faut - si vous voulez vendre vos chaussures - rédiger des descriptions pour chaque modèle de chaussures.
Les photos des chaussures, peut-être parfois suffisantes pour l'internaute, ne le seront pas pour Google.
Et d'une manière générale, quelque soit le site en question, plus le volume global de texte sera important, et mieux cela sera.
 
 
Un troisième point, probalement moins important, est de gérer vos liens internes, ceux qui pointent d'un endroit de votre site vers un autre endroit de ce même site.
Certains spécialistes pensent par exemple qu'il faut se débrouiller pour que tout votre contenu soit accessible en quelques clics seulement (5 ou 6 au maximum).
Mais de toute façon, vous tendrez naturellement à mettre en place une circulation dans votre site qui soit la plus simple et la plus rapide possible.
Vous le ferez naturellement pour que votre visiteur puissent trouver ce qu'il cherche sans perdre patience.
C'est logique.
 
D'autres spécialistes vous diront aussi qu'il faut faire des liens "transversaux" à l'intérieur de votre site, afin que les pages qui vous semblent importantes dans votre site puissent être atteintes par différents chemins.
Je vous laisse vour rapporter aux différentes informations déjà présentes sur le web à ce sujet.
 
 
 
Voilà, nous venons de faire le tour des points essentiels à prendre en compte dans la constitution de votre site.
 
Et oui, c'est tout !
 
Vous avez déjà là le principal.
 
Vous voyez que ce n'est donc absolument pas sorcier de mettre en place sur votre site les points élémentaires qui permettent d'améliorer votre référencement chez Google.
 
C'est du travail certes, notamment la fabrication de textes originaux et si possibles variés et inventifs pour décrire vos produits, si vous avez un site de e-commerce.
 
Mais c'est à la portée de n'importe qui veut bien mettre du coeur à l'ouvrage.
 
Nous voilà obligé d'aborder le dernier point essentiel, mais celui-là est absolument CAPITAL, car c'est en réalité lui qui fera TOUTE la DIFFERENCE entre votre site et celui de vos concurrents.
 
Vos concurrents ne sont pas plus bêtes que vous, et auront un joli site avec les bons mots clés dans les titres, de nombreux et beaux textes originaux, une navigation confortable... mais tout cela n'est qu'un amuse-gueule, un simple préliminaire, qui ne vous conduira qu'au néant et à un site sans visiteurs si vous ne faites pas le travail qui suit : 
 
Ce qui va faire la différence avec vos concurrent et qui deviendra donc le coeur de votre stratégie, c'est ce qu'on appelle le "backlinking".
 
Mais qu'est-ce donc que ce "backlinking" ?
 
Et bien chaque fois qu'un site met sur une de ses pages un lien qui pointe vers votre propre site, ce lien est nommé "backlink".
 
 
 
 
Les ingénieurs de Google ont choisi depuis longtemps de se baser sur le nombre et la qualité de ces backlinks pour établir la popularité d'un site. Pour eux, plus de liens pointent vers votre site, et plus votre site est populaire. 
 
En quelque sorte, chaque lien pointant vers votre site est une sorte de "vote" POUR votre site.
 
Et Google a défini un indice de ce type de popularité qu'il appelle le PageRank.
 
Et si votre site a un fort PageRank, alors il apparaîtra d'autant plus facilement en haut des résultats de recherche chez Google.
Si votre site "Leluxe" obtient un PageRank de 5, vous serez alors peut-être bien le premier des résultats de recherche avec les mots clé "chaussure mode cuir".
Si votre site "Leluxe" obtient un PageRank de 8, vous serez même peut-être bien le premier résultat de la recherche avec le mot clé pourtant très concurrentiel "chaussure" !
 
D'autre part, selon certains spécialistes du référencement, il vaudraitmieux que ce lien qui pointe vers votre site, appelé backlink donc, soit présent sur un site qui parlerait de mode ( par exemple qui ferait des articles sur des défilés de mode ), plutôt que sur un site qui parlerait d'un sujet non connexe au vôtre.
 
Autrement dit, le "vote" d'un site au sujet éloigné du vôtre, a moins de poids que le "vote" d'un site au sujet connexe. 
 
De même que le "vote" d'un site au fort Pagerank aura beaucoup plus de poids que le "vote" d'un site au Pagerank faible.
 
Vous voyez que Google a établi des règles de "vote", et il vous faudra les connaître et établir vos stratégies en fonction d'elles.
 
Vous trouverez peut-être ces règles logiques.
Ou illogiques, qui sait.
Par exemple : imaginons qu'un bloggueur passionné par les meubles anciens en bois crée un blog à ce sujet.
Imaginons, que PAR AILLEURS, il soit aussi un passioné et donc un super spécialiste des chaussures en cuir et qu'il fasse un lien dans sa section "sites que j'aime" vers votre site.
En quoi son "vote" pour votre site serait-il moins pertinent que le "vote" d'un autre site traitant de la mode ?
Imaginons encore qu'un autre bloggueur, fan de vêtement à la mode, tenant donc cette fois-ci un blog sur le même sujet que le vôtre, trouve que vos produits sont vraiement intéressants en terme de prix et fasse un lien vers votre site, alors qu'il ne connaît en réalité RIEN au cuir et qu'il ne peut pas faire de différence entre une paire de chaussures qui va durer une vie et une autre paire moins chère qui va durer deux ans.
En quoi son "vote" est-il pertinent ?
De la même façon, et pour les mêmes raisons, on pourra s'interroger de la réelle pertinence du "vote" d'un site à gros PageRank, comparée à celui d'un site à faible PageRank.
Surtout si on sait que les sites à gros PageRank travaillent énormément leur stratégie de liens, et que donc la motivation à placer un lien vers un autre site sous-tend à priori qu'il en tire un quelconque bénéfice.
 
 
 
 
De plus, vous avez aussi maintenant bien compris que les "votants" ne sont pas "Monsieur tout le monde".
 
Les votants sont ... les propriétaires de sites internet.
 
On dénombre entre 2 et 3 millions de sites internet en France.
 
Donc les votants sont inférieurs en nombre à 5% de la population globale.
 
Et les règles de votes ne sont pas fixées de façon démocratiques, mais par un seul organisme, Google, qui les choisit de la façon la plus obscure et la plus aléatoire qui soit, et ne donnant à leur sujet que des informations au compte goutte et dont on ne sait jamais réellement si c'est de l'enfumage ou des informations pertinentes.
 
Les règles sont susceptibles de changer inopinément et à tout moment.
En 2012, Google met au point des algorithmes (PANDA et PINGOUINS), qui pénalisent notamment les sites qui étaient très optimisés au niveau de la stratégie des mots clés, et redonne une pleine prépondérance aux sites qui ont un bon PageRank.
 
Il faut donc dorénavant absolument "faire du backlink". C'est primordial.
 
Certains sites, comme Amazon, n'ont pas besoin de vraiment mettre de l'énergie dans ce domaine : comme ils ont des milliers d'affiliés qui revendent les produits Amazon sur leurs propres sites, ils ont naturellement d'énormes quantités de backlinks.
 
Mais sinon, comment faire ?
 
Même si votre site est vraiment très intéressant, et que certains autres sites, par exemple des bloggueurs, mettent naturellement un lien vers votre site dans leurs articles ou dans leur section "les sites que j'aime", et bien cela risque fort de ne pas être suffisant.
Car il faut savoir que, par exemple, il vous faudra environ 100 000 liens de sites de PageRank nul ou égal à 1, pour que vous atteignez un PageRank de 6.
 
Ca vous laisse le temps de voir venir...
 
Autrement dit, la seule stratégie percutante pour devenir un site populaire, serait que des sites qui ont déjà une forte popularité fassent des liens vers votre site.
 
Mais ces sites, comme je vous le disais plus tôt, ont des stratégies très rigoureuses au niveau des liens, et ne font donc pas des liens vers d'autres sites, sauf si ils peuvent en tirer bénéfice.
 
Alors vous ? que pourriez vous bien leur proposer en échange ? ? ? ?
 
Et bien rien.
 
(sauf si vous avez beaucoup d'argent bien sûr, mais vous n'en avez pas, n'est-ce pas ?) 
 
Ces sites ne feront donc en général pas de liens vers vous.
 
Il vous sera donc extrêmement long et difficile de devenir populaire aux yeux de Google.
 
 
 
Donc pour résumer :
 
- le "vote" dont dépend votre visibilité sur internet est réservé à moins de 5 % de la population française.
- chaque "vote" n'a pas le même poids, et les "votants" qui comptent vraiment ne représentent qu'une fraction infime de ce groupe déjà réduit.
- de plus, les "votants" qui ont vraiment du poids n'ont aucun intérêt à voter pour vous.
 
Elle est pas belle la vie ?
 
Je pense qu'avec les informations présentes dans cet article, vous comprendrez désormais pourquoi ce sont pratiquement toujours les mêmes sites qui trustent les premières places des résultats de recherche, et que nous pouvons faire le pari que cette situation perdurera longtemps.
 
En mettant en place un système de "vote" parmi les propriétaires de sites eux-mêmes, qui élisent donc entre eux quels sont les meilleurs sites, Google a créé un système pratiquement verrouillé, où les grands sites s'adoubent les uns les autres, maintenant tous les autres dans un statut d'infériorité quasiment rédhibitoire.
 
Retenez que, désormais, quelque soit le réel intérêt de votre site, il vous faudra prévoir un budget très conséquent si vous voulez le faire connaître auprès du grand public.
Vous ne pourrez pas compter sur Google pour repérer en quoi votre site serait meilleur ou même simplement aussi intéressant que les autres.
Vous devrez donc considérer que votre aventure sur le web doit être construite comme un projet d'entreprise tout à fait classique, où votre budget marketing représentera un fort pourcentage de vos investissements...
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 novembre 2013 12:19

    Bonjour Eric,

    Google à réussi le coup de force et il devance de loin ses concurrents qui ont existe bien avant lui comme altavista et yahoo qui sont devenue des moteur de recherche marginaux.

    Google apporte plus de 500 modifications par an à son algorithme, soit en moyenne 1,4 modifications par jour.

    Les Européens auront du, depuis longe date déjà, créer leur propre moteur de recherche hors la non existence d’un tel moteur de recherche est un parmi de nombreuses autres exemples que l’Europe ne sert essentiellement des intérêts américains (marchés financiers). 

    En ce qui concerne l’informatique l’Europe est totalement dominé par les américains qui contrôlent :

    * les plus grands moteur de recherche web
    * les TLD (ICANN) donc les noms de domaines
    * les microprocesseurs (INTEL - AMD)
    * les certificats de sécurité (SSL ...)
    * etc.

    La France été leader sur le domaine des cartes à puces et la sécurisation des cartes bancaires ... etc. mais les services secrets américains ont ’’volé’’ avec l’aide de leur services secrets (CIA) la technologie aux français ...

    GEMPLUS
    une société Française, fleuron de la technologie de la sécurité des cartes à puces (par exemples les cartes bancaires) est passé sous contrôle américaine via l’intervention des agents de la CIA ....
    Affaire Gemplus (première partie)
    Affaire Gemplus (deuxième partie)


    • Aristoto Aristoto 20 novembre 2013 14:54

      Eh Bah dans le cul des française qui auront ainsi encore d’avantage de temps à se consacrer à la chasse des clandestin fraudeur de Simu !!!

      J’ai hate que la nation Française disparaisse !!!!!


    • Eric 21 novembre 2013 05:59

      Dans le même ordre idée, vous auriez pu rajouter que tous nos ordinateurs ou disons la plupart tournent sous Windows, détenu par une société américaine.


    • tiloo87 tiloo87 20 novembre 2013 12:22

      On peut discuter longtemps de l’hégémonie de Google sur internet et au delà) et des dangers que ça représente.

      La pertinence des résultats du moteur de recherche (c.a.d. sa capacité à deviner ce que recherche la personne qui tape un mot ou une suite de mots) me parait indiscutable et c’est pour ça que les utilisateurs se sont habitués à prendre les premiers résultats : parcequ’ils sont pertinents.

      Personne ne connait la totalité de l’algorithme qui amène ces résultats. Les plus grands ont essayé de le copier (Microsoft, Yahoo, des états, la communauté européenne,,) sans l’égaler.


      • Eric 20 novembre 2013 12:58

        Bien sûr que les premiers résultats de Google sont souvent pertinents, tout simplement parce que les gros sites ne sont en général pas de mauvais sites...

        Mais ce qui est très intéressant, quand on la curiosité de lister les 50 premiers résultats de recherche, ce que je fais assez souvent sur des recherches du type :
        « titre_d_un_film critique »
        tout simplement parce que je suis un fan de ciné et de dvd et que je regarde souvent les critiques de cinéma ou dvd, et bien on s’aperçoit de la chose suivante :

        1/ il existe d’excellents sites de critiques de films qui ne trustent que très rarement les toutes premières place des résultats de recherche, et qui se retrouvent même parfois ou souvent sur la 4ème ou 5ème page de résultats de recherche.

        2/ dans les tout premiers résultats de recherche se trouve très souvent Allocine (plus gros site français sur le ciné), qui ne délivre pas lui-même de critiques de film, mais juste les avis de ses membres, avis qui - à mon goût - sont souvent plutôt inintéressants ( « ouah c’est super ce film », « oula c’est nul ce film » ) donc pour moi infiniment moins pertinent qu’un bon article des Inrocks ou de Avoir Alire.

        3/ souvent, on a la critique de Avoir Alire qui est sur la deuxième ou troisième page ( voir pire ), et on a AVANT, sur la première page de résultats de recherche, des pages de gros sites comme Première, qui n’ont AUCUN CONTENU, juste le mot « critique » dans la page.

        Alors ok la plupart du temps les premiers résultats sont pertinents.
        Mais ce sont toujours les mêmes sites qui s’y trouvent.
        Et des sites au moins aussi intéressants ou PLUS intéressants se trouvent reléguer à des mauvaises places.

        C’est ce que j’ai voulu expliquer dans cet article.

        Je ne dis donc pas que Google est un mauvais moteur.

        Mais je dis qu’il favorise systématiquement les mêmes sites, sans que cela ne puisse signifier en aucun cas que ces sites soient les plus intéressants.

      • tiloo87 tiloo87 20 novembre 2013 17:53

        D’accord avec vous, mais pour Google, la « pertinence » consiste à présenter ce qui satisfera le plus grand nombre d’utilisateurs.
        par contre, pour maintenir l’excellence, ils devraient proposer des options genre « résultats inversés », ou « or sites institutionnels ».
        On peut déjà un peu jouer avec les options de recherche (j’utilise souvent le « - » pour exclure certains types de réponses)
        N’empêche qu’on est loin des galères des années 90 (Voilà etc...) qui ne référençaient que sur demande (souvent répétées) et encore...qui se dirigeaient vers un modèle de référencement payant !
        Avec Google on a maintenant une vision quasi complète dz la toile.


      • Sven 20 novembre 2013 14:02

        Pourri de fautes de grammaire, d’orthographe, votre article ne raconte que des conneries.

        Tenez… le PR par exemple.
        Celui-ci n’a pas été mis à jour cette année et ne le sera plus (voir les articles de Matt Cutts à ce propos). Et celui-ci ne reflétait plus que ce soit.
        Prenez ce site (un exemple parmi d’autres) : sventovit.fr.
        Pas référencé, interdit aux robots des moteurs
        (noindex,noarchive,nofollow)
        (User-agent : *
        Disallow : /)
        … il dispose pourtant d’un PR de 2.
        Pourquoi ?
        Tout simplement parce que c’est l’Author Rank qui le remplacera.

        • Eric 21 novembre 2013 05:56

          Ce n’est pas parce que Google ne diffuse plus publiquement les valeurs du PR, que celui-ci n’existe plus ! ! !

          Simplement Google se garde ses chiffres pour lui.

        • Aristoto Aristoto 20 novembre 2013 14:49

          Qu’est ce que vous aimez pas chez google, qu’elle prennent soin de ses prolétaire !!!

          Fini l’ordre ancien, voici la globalisation annoncé. Vivement que la France soit acheté par IBM que je deviennent moi aussi un Ibmeur.

          Fuck aux nationaliste et autre bisounours pas gentil le NOM


          • luna14 20 novembre 2013 21:09

            Bonjour,

            Je pense que les moteurs de recherche de type Google, c’est presque déjà du passé. Avec l’arrivée du Web sémantique, on n’en aura plus besoin. On le constate avec l’engouement actuel à propos de la curation de contenu.
            Dans la pratique, depuis que j’utilise PearlTrees (http://www.pearltrees.com), je n’ai jamais autant trouvé de pages intéressantes, des pages introuvables avec Google.
            Et des plateformes de curation, il y en a plein : http://socialcompare.com/fr/comparison/curation-platforms-amplify-knowledge-plaza-storify.
            Aux internautes de se réapproprier le web !


            • viva 20 novembre 2013 23:03

              L’algorythme de google est issu du travail d’un chercheur Italien qui a créé un nouveau moteur c’est volunia.com, sinon il y a le français qwant qui fonctionne très bien.


              IL n’y a pas d’obligation à consommer du google dont on peux se demander comment ils ont pu investir des dizaines voir des centaines de milliards aussi rapidement.

              • dockcz 21 novembre 2013 19:08

                J’ai trouvé cet article très intéressant et complet mais j’aimerais y ajouter une impression personnelle de non professionnel mais que j’aimerais faire partager aux lecteurs de votre article en complément de ce qui y est dit.

                1/ Google est certes très pertinent pour répondre à une recherche simple comme des chaussures en cuir ou une recette de cuisine. 
                Google reste très utile puisqu’en tant que médecin, je n’ai même plus à me déplacer à la bibliothèque pour y trouver des articles médicaux, avec un bémol tout de même, c’est que bien souvent on trouve des résumés ou une alléchante page d’un livre et que pour avoir le texte complet il faut payer, et cher !
                2/ Là ou je trouve que c’est peu « fairplay » pour l’internaute ou pour les sites qui ne sont pas des majors, c’est : 
                   a/ Le nombre de redites qui encombrent les premières pages. On retrouve deux fois, trois fois, vingt fois le même site un peu plus loin, allez savoir pourquoi. Il me semble que « l’algorithme » devrait savoir reconnaitre une redite et volontairement ne le fait pas.
                   b/ Le fait que les sites bien référencés ne sont pas forcément intéressants, et viennent là comme si on vous forçait la main pour les visiter.
                3/ Google s’est enrichi fabuleusement sur le dos des petites entreprises en les mettant en concurrence pour les référencer moyennant payement au mot clé par un jeu d’enchères. C’est évidemment génial mais c’est démoniaque. Une sorte d’enrichissement démesuré et indu si ce n’est la position dominante qui s’appelle monopole et n’est pas permise même dans le plus libéral des systèmes. Je m’explique : l’évolution des moeurs fait que de plus en plus, les « clients » ont recours à internet pour se faire une idée sur un produit ou pour trouver un restaurant ou un service. Il deviennent de ce fait des clients de Google, dans tous les domaines, le restaurant comme la chaussure ou la voiture. Et google vend ces clients au plus offrant. De sorte que celui qui n’est pas référencé voit sa clientèle se réduire au fur et à mesure que les foyers s’équipent en informatique et s’habituent à faire leurs recherches d’informations sur le web, donc sur Google. et ceux qui sont référencés sont ceux qui se saignent pour payer Google en lui achtant leur propre clientèle. C’est fort et diabolique. Et il n’y a pas d’issue :=(
                Puisque Google gagne de l’argent lorsqu’on lui rend visite, ne pourrait-on pas se faire payer à chaque fois qu’on y va ? :=) 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès