Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les bonnes causes de Facebook

Les bonnes causes de Facebook

Parmi les fonctionnalités intéressantes de Facebook se trouve l’application "Causes" qui permet de relayer sur sa page perso ce qui sont en principe de bonnes oeuvres et de faire/récolter des dons. Si cette application est potentiellement un réceptacle à tout et n’importe quoi (petits malins qui proposent de "soutenir le réchauffement climatique", combats life/choice, pro/anti-Bush, pro/anti-mariage homo, pro/anti-port d’armes...), il est intéressant de voir le potentiel de mobilisation à ce stade du développement de Facebook.

Evidemment on est en quasi territoire américain et la nature des causes les plus populaires s’en ressent. Je me suis donc amusé à récolter quelques chiffres pour dégager des tendances. A savoir d’abord : si Facebook compte 28 millions de membres (combien sont actifs ?), l’application "Causes" est utilisée par un peu plus d’1,3 millions de personnes.

Le hit-parade des causes les plus soutenues à ce jour donne les résultats suivants (je me suis arrêté à celles qui réunissaient au moins 20 000 membres) :

Image_1

(cliquez pour agrandir)

2mt5RJJe ne saurais absolument pas dire si les causes les plus poD5FJpulaires de Facebook sont représentatives des causes populaires tout court, mais on voit à la fois une diversité de sujets et de grosses disparités de mobilisation dans ce graphe en forme de longue traîne. A partir de combien de membres une campagne est-elle une réussite ? Je n’en sais rien mais on voit que les trois campagnes star concernent le cancer du sein (seul sujet santé qui ressort), le réchauffement climatique et le Darfour.

PabJLes trois thèmes qui nourrissent ce classemeGLpJnt sont l’international (Darfour, Ouganda, campagne "One", Palestine, Amnesty), l’environnement (réchauffement climatique, WWF, Green) et... la défense des animaux (au moins j’aurais appris qu’il y a des combats clandestins de chiens aux USA et que 60 000 facebookers se sentent concernés).

Le ration don/engagement est très faible (maximum 0,1 dollar par membre, pour la campagne One ; minimum pour l’anecdote : 0,001 dollar par membre pour... "Legalize it") et seuls les gros effets de masse permettent de voir arriver des dons (un tout petit peu) significatifs. Douze campagnes ont ainsi réussi à lever plus de... 1 000 dollars :

Image_2
(cliquez pour agrandir)

Je ne suis pas certain des conclusions qu’il faille tirer de ces constats. A priori Facebook est un outil fastoche à utiliser pour relayer une campagne, et l’ONG ou l’agence gouvernementale qui veut faire soutenir sa bonne cause a tout intérêt à prendre les 15 mn nécessaires à proposer sa campagne sur Facebook. Peu importe que mon initiative soit peu relayée, même si j’ai peu de visibilité, elle est gratuite - c’est le fameux modèle bas coûts/bas revenus d’internet. Mais il y a je pense deux inconnues :

- la dose d’effort réel pour faire connaître sa campagne sur Facebook. Comment arrive-t-on réellement à obtenir le soutien de 460 000 personnes ? Quelle est la part de spontanéité, de viralité véritable, et quelle est la part d’investissement en temps pour celui qui lance la campagne ? ;

- le potentiel de reprise dans la communauté française de Facebook : leur nombre et leur envie de relayer ou non des campagnes.

Les campagnes françaises type ONG ou action gouvernementale sont pour le moment totalement absentes de cette application "Causes". Mais comme ça ne coûte rien d’essayer, ça ne devrait pas durer : magie d’internet, le média des sans-voix et des sans-le-sou.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • illana31 3 février 2008 00:11

    Bonjour,

    Je me permet d’intervenir dans cet espace de commentaires car il n’y a apparemment aucun moyen de contact privé.

    Je suis étudiante en Master de communication à Marne-la Vallée et je réalise un mémoire ayant pour thème le journalisme sur Internet. Je me pose notamment la question de la représentation que le internautes-journalistes se font d’eux-mêmes. De la place, du rôle qu’il s’octroie au sein de la profession journalistique.

     Si vous êtes disponible pour un entretien, contactez-moi sur ma messagerie illana18@hotmail.com

    Merci par avance

    Illana Attali

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès