Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Licencieux Lyssenko, au cœur de l’imposture soviétique

Licencieux Lyssenko, au cœur de l’imposture soviétique

« Apport scientifique nul, paralysie de la biologie et de l’agronomie soviétiques pendant près de trente ans, mise à l’écart et assassinats de savants mondialement réputés. » (Joël Kotek et Dan Kotec, "L’Affaire Lyssenko ou l’histoire réelle d’une science prolétarienne en Occident", 1986).

_yartiLyssenko01

Le 20 novembre 1976 à Kiev, il y a quarante ans, est mort très discrètement Trofim Denissovitch Lyssenko, à l’âge de 79 ans, qui fut le symbole d’une science soviétique typiquement mensongère et idéologique. Elle fut annoncée sans tambour ni trompette par une simple dépêche par l’agence de presse officielle de l’Union Soviétique. Cela faisait plus de dix ans qu’il était en disgrâce.

Pourtant, avec ses pseudo-travaux de physiologie du développement des végétaux (en particulier des céréales), Lyssenko fut un personnage très important de l’empire soviétique. Il fut pendant trente ans le dictateur des scientifiques soviétiques. Un véritable cauchemar historique et scientifique lorsque l’on sait que les Russes comptent parmi les scientifiques les plus performants du monde, chimistes, physiciens, mathématiciens, et ce n’est pas un hasard si les champions aux échecs sont russes pour la plupart.

Trofim Lyssenko est né le 29 septembre 1898 de parents paysans ukrainiens. Il a suivi une formation en horticulture puis en agronomie. À partir de 1925, il commença à travailler auprès de chercheurs en agronomie, en particulier en Azerbaïdjan. Ses premiers travaux ont porté sur l’effet de la température sur la durée de la croissance des végétaux, et il aurait démontré en 1927 qu’il était possible de transformer un champ en prairie.

Sa réputation a commencé à briller à partir de ce moment-là ("La Pravda" lui a consacré en août 1927 un article très élogieux, en le nommant le "professeur aux pieds nus"). Deux ans plus tard, après des publications sur la vernalisation, il fut nommé chercheur à l’Institut de génétique d’Odessa (la vernalisation avait été en fait découverte par des Américains en 1857 pour avoir du blé d’hiver au printemps).

Un premier colloque scientifique à Leningrad en janvier 1929 n’a pas donné de reconnaissance scientifique à Lyssenko. Cependant, après de nouvelles expérimentations de vernalisation sur du blé en hiver, il a acquis une aura auprès des paysans ukrainiens. À partir de 1930, devenu héros de l’Union Soviétique grâce à Staline, Lyssenko est devenu intouchable malgré les quelques prudentes réserves des (vrais) biologistes soviétiques.

_yartiLyssenko03

La bataille idéologique a démarré en 1934 lorsque, directeur scientifique et membre de l’Académie des sciences d’Ukraine, Lyssenko a attaqué les théories génétiques de Gregor Mendel. En février 1935, devant Staline, Lyssenko a appelé ouvertement à tuer les ennemis de sa pseudo-théorie scientifique : « Pour défendre la vernalisation dans les différentes discussions que nous avons eues avec ces prétendus savants, pour imposer son application, il a fallu ne pas hésiter à verser le sang, à porter des coups. Dites-moi, camarades, sur le front de la vernalisation, ne s’agit-il pas toujours de lutte de classe ? ». Pourtant, la vernalisation n’avait pas du tout obtenu les résultats attendus sur les rendements (à une époque de famine).

L’ascension vers tous les honneurs s’est poursuivie pour Lyssenko : membre de la récente Académie Lénine des sciences agronomiques en juin 1935, parlementaire au Soviet suprême de l’Union Soviétique en 1935, rédacteur en chef d’un magazine scientifique d’agrobiologie en août 1935, directeur de l’Institut de génétique et reproduction des végétaux d’Odessa en 1936, membre de l’Académie des sciences de l’Union Soviétique en 1936.

Ce fut fort de tous ses titres académiques que Lyssenko a porté le fer idéologique au cours d’une communication à Moscou en décembre 1936 où il expliqua qu’il y avait deux tendances dans la génétique : la génétique classique, celle de Mendel, qui était soutenue par la bourgeoisie ennemie, établissement des caractères héréditaires, et la sienne, qui considérait que les caractères pouvaient s’acquérir par une modification de l’environnement. Cette dernière tendance, largement soutenue par le pouvoir soviétique, était en cohérence avec le matérialisme dialectique.

Les biologistes dont les travaux furent contestés par Lyssenko furent arrêtés et emprisonnés lors des grandes purges staliniennes. Le mouvement fut si massif qu’il a fallu annuler le congrès international de génétique qui devait se tenir à Moscou en 1937. Les généticiens opposés à l’idéologie de Lyssenko furent désignés comme des "ennemis du peuple".

Une petite remarque : les travaux de Lyssenko n’ont jamais adopté une démarche scientifique et Lyssenko les défendait en ne présentant que des expériences qui avaient bien marché, sans prendre en compte les autres, qui avaient échoué. À cela, il extrapolait en proposant une théorie qui généralisait quelques essais non fiables et surtout, non reproductibles, ce qui était le contraire de la démarche scientifique. Lyssenko soutenait le principe de "bonds dialectiques"de transformation des espèces par le milieu environnant, au contraire d’un déterminisme de caractères héréditaires.

En février 1938, Lyssenko fut nommé président de l’Académie Lénine des sciences agronomiques et en 1940, après l’arrestation de son prestigieux premier directeur Nikolaï Vavilov (qui mourut deux ans plus tard au goulag ainsi que tous ses collaborateurs), directeur de l’Institut de génétique de l’Académie des sciences de l’Union Soviétique.



À partir de 1946, les théories foireuses de Lyssenko ont commencé à connaître les premières contestations par des chercheurs soviétiques (au point de vouloir créer un institut de génétique parallèle pour s’opposer à celui de Lyssenko), mais jouissant du soutien indéfectible de Staline, Lyssenko est parvenu à maintenir sa suprématie scientifique sur tout le pays et à éliminer toute contestation : « De 1948 à 1952, le pouvoir de Lyssenko fut absolu : aucune de ses décisions ne fut contestée, aucune de ses thèses critiquée. » (Dominique Lecourt, "Lyssenko, histoire réelle d’une science prolétarienne", 1976). Les scientifiques récalcitrants devaient exprimer publiquement leur autocritique.

En 1948, en pleine guerre froide, les scientifiques français communistes, Jacques Monod en particulier, ont rompu avec le Parti communiste français en raison de sa défense des théories foireuses de Lyssenko. Jacques Monod a écrit dans "Combat", le journal d’Albert Camus : « Comment Lyssenko a-t-il pu acquérir assez d’influence et de pouvoir pour subjuguer ses collègues, conquérir l’appui de la radio et de la presse, l’approbation du comité central et de Staline en personne, au point qu’aujourd’hui, la vérité dérisoire de Lyssenko est la vérité officielle garantie par l’État que tout ce qui s’en écarte est "irrévocablement banni" de la science soviétique ? (…) Tout cela est insensé, démesuré, invraisemblable. C’est vrai pourtant. Que s’est-il passé ? » (septembre 1948).

Michel Foucault (né il y a 90 ans, le 15 octobre 1926) expliqua plus tard : « Quand j’ai fait mes études, vers les années 1950-1955, l’un des grands problèmes qui se posait était celui du statut politique de la science et des fonctions idéologiques qu’elle pouvait véhiculer. Ce n’était pas exactement le problème Lyssenko qui dominait, mais je crois qu’autour de cette vilaine affaire qui est restée si longtemps enfouie et soigneusement cachée, tout un tas de questions intéressantes ont été agitées. Deux mots vont les résumer toutes : pouvoir et savoir. Je crois que j’ai écrit "L’Histoire de la folie" un peu sur l’horizon de ces questions. » ("Dits et écrits", 1994). "L’Histoire de la folie à l’âge classique" a été publié en 1961 (chez Plon).

La mort de Staline le 5 mars 1953 ne transforma pas la situation dans la mesure où Nikita Khrouchtchev, à son tour, protégea également Trofim Lyssenko, malgré une contestation de plus en plus fréquente des travaux de Lyssenko par les biologistes soviétiques (un appel en 1955 fut soutenu entre autres par Andrei Sakharov).

Après le limogeage de Nikita Khrouchtchev en 1964, Lyssenko a perdu tous ses soutiens politiques. Les partisans de la génétique classique ont réinvesti la plupart des instances scientifiques de l’Union Soviétique tandis que Lyssenko a perdu la plupart de ses responsabilités. Le dictateur des scientifiques soviétiques fut enfin détrôné après avoir régné pendant près de trente ans.

Les généticiens soviétiques ont participé au centenaire de l’énonciation des lois de Mendel en juin 1965 en Tchécoslovaquie. En 1966, les lois de Mendel furent enfin inscrites au programme de l’enseignement de la biologie. Lyssenko a fait perdre trente ans à la "biologie soviétique" pour des raisons purement idéologiques.

Malgré le discrédit total et reconnu des travaux de Lyssenko à l’intérieur même de l’Union Soviétique, Trofim Lyssenko ne fut jamais inquiété par ses pratiques frauduleuses et a conservé jusqu’à sa mort les avantages de sa position d’académicien. Trop de responsables politiques l’avaient protégé pendant trois décennies pour pouvoir faire sereinement son procès sans mettre en danger les autorités politiques elles-mêmes.

_yartiLyssenko04

Lyssenko fut l’exemple éloquent de l’imposture soviétique sur les rendements de l’agriculture soviétique, au même titre que les statistiques de la production industrielle, de la croissance etc. furent falsifiées jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Youri Andropov et de son "poulain" Mikhaïl Gorbatchev.

Parmi les illustrations les plus démonstratives de l'imposture intellectuelle, il y a eu cette déclaration de Lyssenko qui considérait incompatible la génétique avec le communisme : « L’incarnation la plus éclatante de cette dégradation [du darwinisme] est donnée par Weismann, Mendel, Morgan, fondateurs de la génétique réactionnaire contemporaine. » (Lyssenko, "Agrobiololgie : génétique, sélection et production des semences", 1943).

Il est vrai que durant la même période, les autorités nazies fustigeaient de leur côté la "science juive" en rejetant notamment les théories d’Albert Einstein


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (19 novembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Trofim Lyssenko.
Anna Politkovskaia.
Vladimir Poutine.
L’élection présidentielle de mars 2008.
Mikhail Gorbatchev.
Boris Eltsine.
Andrei Sakharov.
L’Afghanistan.
Boris Nemtsov.
Staline.
La transition démocratique en Pologne.
La chute du mur de Berlin.
La Réunification allemande.
Un nouveau monde.
L’Europe et la paix.

_yartiLyssenko05
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Aristoto Aristoto 19 novembre 14:30

    Cet article est une insulte au bon sens et à la raison !

    C’est bizarre l’Empire URSS et son immense rêle joué dans l’Histoire du siècle dernier est le seul à être sujet avec autant de mépris. Tous les autres de l’Égypte ancienne à l’empire chinois en passant par Rome et Alexandrie sont traité de façon plus ou moins académique et respectueuse de sens de l’Histoire.

    Ainsi vous ne verrez jamais d’Historien spécialisé dans son domaine clamé : L’Égypte ancienne a été un désastre pour l’humanité.

    L’Empire carolingien a été un désastre pour l’humanité

    Rome a été un désastre pour l’humanité

    Meme l’empire mongole ne suffit pas tous ces affres.

    ...Effectivement on précise bien la nature autoritaire et tyrannique des régime et de leur dirigeant mais en globalité la phase même historique de l’époque n’est jamais traité avec autant dédain.

    Alors que des dits spécialistes de l’URSS promu et anoblie par le système qui crache tout leur et leur mépris sur cette entité historique O combien importante dans l’évolution du monde y en a foison financé par la bas peuple même quand c’est d’obscures officine de militantisme actif.

    Dans plusieurs siècle sera établi que la chute de l’URSS et le maintient de l’Empire des Etats Unis d’Amériques aura été le plus grand désastre pour l’humanité retardant son évolution et son progrès de plusieurs décennies.

    Heureusement qu’on arrive au bout du fil en cette période d’agitation et de grands trouble globalisé.


    • Jeekes Jeekes 19 novembre 17:42

      @Aristoto
       

      Ben oui, mais rakoto-lèche-fion ne s’intéresse pas à ça.
      Il est juste payé pour venir vomir 2 à 3 fois par jour la haine de ses maitres envers tous ceux qui n’appartiennent pas à leur caste d’ordures... 
       


    • Doume65 19 novembre 19:20

      @Aristoto
      « C’est bizarre l’Empire URSS et son immense rôle joué dans l’Histoire du siècle dernier est le seul à être sujet avec autant de mépris »

      Il me semble que l’Empire étasunien est pas mal critiqué, c’est le moins qu’on puisse dire, sur AV (par moi en premier). N’a-t-on plus le droit d’exposer des faits plus ou moins dérangeants sur l’URSS, qui, si elle avait été parfaite, ne se serait vraisemblablement pas écroulée ?


    • Aristoto Aristoto 19 novembre 20:12

      @Doume65

      l’union des conseil socialiste ( sous forme républicaine ou autre on s’en fout) ne doit pas être critique...mais imposé, et par la force s’il le faut.


    • mmbbb 20 novembre 09:03

      @Aristoto Lyssenko est le pendant du docteur Mengele Nazi .. Ils ont servi une ideologie au detriment de la science .. le biologiste francais Jean Rostand a ecrit un tres long article demontant les theses fausses de ce scientifique ( qui repris les these de Larmarck ; l ’epigenetique mais en l’ érigeant en dogme ) . Par ailleurs bemol a votre propos nos grands intellos en parcticulier Sarte affirmait « ceux qui critique l URSS sont des chiens » J’appartiens a une generation ou les professeurs gauchistes nous enflaient de leur antimericanisme primaire ( la neutralite et l’independance de l EN, je me marre bande de cons et d’enflures ) Quant aux autres intellos les Glus, Con Bendit, Fielk et j’en oublie, sont passes de la faucille a la moissonneuse batteuse John Derre. Et oui la faucille, cela donne des cals au mains et mal au dos .. Votre propos n’est pas tout a fait exact, les medias francais et la sphere intellos a ete tres pro soviet durant cette periode .


    • V_Parlier V_Parlier 19 novembre 14:46

      Pour une fois je ne serai pas aussi sévère qu’à mon habitude avec le billet, n’ayant aucune sympathie quelconque pour Lyssenko. En revanche c’est l’occasion de remarquer qu’il était pionnier en matière de manipulation et de propagande pseudo-scientifique, discipline reprise avec effacité par les multinationales agroalimentaires de notre époque qui, elles aussi, bénéficient d’un réseau à leur service qui présente leurs « études » comme de la rigueur scientifique qui fait loi. L’idéologie a bien sûr été remplacée par des causes plus pragmatiques.


      • non667 19 novembre 15:22

        bernard duguet ici même défend toujours la théorie abracabrantesque ’lyssenkesque " de l’évolutionnisme contre le créationisme !
        bernard = dernier dinosaure stalinien 


        • Aristoto Aristoto 19 novembre 15:28

          Ce fut fort de tous ses titres académiques que Lyssenko a porté le fer idéologique au cours d’une communication à Moscou en décembre 1936 où il expliqua qu’il y avait deux tendances dans la génétique : la génétique classique, celle de Mendel, qui était soutenue par la bourgeoisie ennemie, établissement des caractères héréditaires, et la sienne, qui considérait que les caractères pouvaient s’acquérir par une modification de l’environnement. Cette dernière tendance, largement soutenue par le pouvoir soviétique, était en cohérence avec le matérialisme dialectique.

          Un petit tour sur wikipedia montre que c’est plus ou moins vers quoi on tend !

          Que peut on en conclure alors sur les caractère comportementaux de Sylvain... !!!! Et l’environnement ou il évolue ( pour avoir le temps d’ecrir tant d’article sylvains ne doit surement pas etre ni manutentionnaire chez l’oreal ni mineur dans une fosse à cadavre en Afrique.


          • taktak 19 novembre 19:40

            @Aristoto
            Pour ceux qui veulent sortir de la propagande anticommuniste, qui n’a que faire de la science et de la biologie, il faut effectivement s’intéresser aux travaux les plus modernes sur la question. En lisant par exemple l’excellent ouvrage de Guillaume Suing.

            http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/evolution-la-preuve-par-marx/
            https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/premiere-opposition-a-lagriculture-intensive-court-termiste-etait-sovietique/

            Par ailleurs, il est facile de moquer les dérives de la biologie soviétique tout en refusant de voir que le système capitaliste n’est pas exempt des mêmes. Avec par exemple le lobby de l’agro industrie reposant sur la vente massive de pesticides et d’OGM dont on sait désormais les ravages.


          • Aristoto Aristoto 19 novembre 20:03

            @taktak

             Hé ben justement ! smiley

            Je voulais renvoyé vers une vidéo de Guillaume Suing chez la librairie tropique mais je voulais pas être trop barbant

            ( aux alentours de la vingtièmement minute pour ceux que ça intéresse ou on parle du sujet concerné par ce torchon d’article)


          • JP94 19 novembre 21:33

            @Aristoto

            Merci,
            Il y a aussi de passionnantes vidéos ( conférences organisées par Jean Salem) ici : 
            ( les films de l’An 2 ) mais vous devez connaître je pense. 
            Là c’est du sérieux, mais j’en connais qui va en manger son chapeau s’il les regarde.
            et ça doit sûrement être plus intéressant que cet article fait d’amalgames, rédigé comme un manuel de collège et aussi guidé par une idéologie soumise.

            Et puis le sieur Arison semble ignorer une autre partie de cette « imposture soviétique » en matière de sciences, la physique ou les maths... dont le niveau exceptionnel doit provoquer son ire.
            J’ai eu des mathématiciens de classe internationale comme profs à Orsay et leur opinion sur le niveau de leurs collègues soviétiques tranchait singulièrement avec celui du sieur Arison. 
            On attend un nouvel article du même pour les pourfendre et leur expliquer qu’ils sont victimes d’un grave aveuglement idéologique.

          • Aristoto Aristoto 19 novembre 21:49

            @JP94

            Rakoto est unanimement reconnu ici en tan que neuneu et il continu à fricoter avec la population complotiste du web. Soit c’est une preuve de débilité profonde soit celle d’une grande mansuétude pour nos pauvres âmes damné et ou il souhaite nous faire retrouver le chemin de la raison et du consensus mou du centre droit républicano-bourgeois.

            Pour ma part j’opte pour la première conclusion !


          • CN46400 CN46400 20 novembre 11:56

            @taktak
            Là je suis d’accord avec vous, Lyssenko commence à être regardé avec un minimum d’objectivité et quelques critiques, pas toutes, tombent. Le temps de l’analyse strictement scientifique, débarrassée des scories politiciennes, vient avec quelques révisions à la clef. C’est aussi valable pour l’économie, et l’accumulation primitive du capital gérée par Staline après la NEP de Lénine....


          • manu manu 21 novembre 19:42

            @CN46400

            Je comprends pas bien, l’auteur soutient que nos gènes ne vienne que d’un mélange entre nos deux parents et qu’il ne peut y avoir aucune modification en fonction du contexte ?

            Il a confondu la Bible avec science et vie ?

            Qu’est ce que sa fout sur agoravox cet article ?

            Sinon certains physiciens quantiques penses que l’expression du patrimoine génétique en fonction du contexte module beaucoup plus vite qu’on le crois. Qu’on s’adapte au milieu parfois en quelques générations.


          • coquecigrue coquecigrue 19 novembre 16:14

            Combien de temps va durer le réchauffement climatique anthropique ?


            • pierre 22 novembre 19:44

              @coquecigrue
              tant que l’homme sera présent sur terre.


            • Laulau Laulau 19 novembre 17:25

              Lyssenko racontait des c..ies et grâce au soutien du pouvoir il a fait prendre du retard à la recherche soviétique, c’est un fait.
              Bon, ce type d’évènement est-il propre à l’URSS ? Que nenni !
              Marcelin Berthelot, chimiste, mandarin universitaire et homme politique français décréta au 19eme siècle que les molécules n’existaient pas et que la théorie moléculaire était une chimère. Résultat, alors que la France était pionnière en chimie organique, la recherche française pris près de 30 ans de retard, sur les allemands et les britanniques.
              Mais voilà, Berthelot n’était pas communiste, et ça n’était pas en URSS ..... Alors Rakoto n’en à rien à f... !


              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 novembre 17:50

                Les hommes ont toujours cherché à ériger, sous forme de religions ou de philosophies spéculatives, des pseudo-univers imaginaires qui prenaient à leurs yeux plus de signification et de vérité que l’univers réel, dont ils renonçaient ainsi à tenter d’approfondir la connaissance.

                Le lyssenkisme était une tentative de cet ordre. Mais survenant à l’âge même de la Science, c’est une pseudo-science qu’il a tenté de constituer et de substituer à la science objective qui semblait menacer l’idéologie, la nourriture spirituelle elle-même. Cela a été l’une des causes essentielles de ses succès. S’agissant de science expérimentale et de pratique agronomique, une aussi monstrueuse tentative était vouée, tôt ou tard, à l’échec. Mais qui oserait affirmer que de telles pseudo-sciences ne survivent ou ne se développent pas, aujourd’hui encore, dans d’autres domaines de la connaissance, et pas seulement chez les totalitaires ? Croit-on que les pseudo-univers aient vraiment, totalement et partout disparu du « champ du savoir » ? Quels sont les visées de l’organisation Google et du « transhumanisme » ?


                • escoe 19 novembre 18:17

                  Vernalisation :
                  On sait depuis les travaux de John Hancock Klippart (1857), de von Seelhorst (1898), de Johann Gustav Gassner (1918) et Trofim Lyssenko (1928) que les céréales dites d’hiver exigent une exposition de leurs semences en germination ou de leurs plantules à des températures basses pour arriver à épiaison. C’est Lyssenko qui donna un nom au phénomène, en russe d’abord (yarovizatsiya, sur la base de яровой, yarovoe) , puis dans sa traduction française et anglaise, vernalisation/vernalization. En synonyme de vernalisation on trouve aussi le calque du russe soit Iarovisation ou javorisation. des auteurs français ont pu utiliser le terme printanisation

                  On sait aujourd’hui que Lyssenko ne disait pas que des conneries mais le Rakout-machin peut-il le savoir ?


                  • Zorg Zorg 20 novembre 14:12

                    GochoVox .... article nul
                     
                    La théorie de Lyssenko vient du problème (mal connu à l’époque et toujours pas totalement éclairci) des mécanismes de la récession des gènes.
                     
                    Lyssenko n’était pas le seul a soutenir sa théorie darwiniste, même si en qq sorte elle correspondait à une dialectique des forces de Marx, appliquée à la nature chère à la dérive du Stalinisme (contre Engels)
                    A développer ...
                     
                    Mais bon le pseudo-auteur copier/coller n’a évidement pas le niveau pour en parler...
                     


                    • Zorg Zorg 21 novembre 09:58

                      D’ailleurs le darwinisme de Lyssenko s’est révélé juste pour les « super mauvaises herbes » résistantes au Roundup dans les champs de soja transgénique.
                       
                      Mais personne ne comprend pourquoi ccette adaptation sous pression de l’environnement marche ds certains cas et pas d’autres, pourquoi certains gènes peuvent s’adapter, pourquoi ils mutent, mutent récessif où pas etc...
                       


                    • manu manu 21 novembre 19:50

                      @Zorg

                      Ici tu parle avec des mots qui existent, vas y continu ou envois des liens, et pas pour l’auteur qui dépose juste sa propagande et s’en va sans répondre aux arguments opposés.


                    • Samson Samson 20 novembre 17:58

                      Hé oui, l’emprise idéologique sur la sciences a maintenant changé de bord et l’imposture se décline désormais sous bannière néo ou ultra-libérale ! Ce qui se pratiquait en Union Soviétique au nom d’un égalitarisme mal compris se pratique maintenant massivement dans tous les labos occidentaux au nom de l’optimisation du profit : études biaisées, effets secondaires masqués, refus de la prise en compte du principe de précaution, experts à la fois juges et parties, ...
                      Sans même évoquer le brevetage des semences, le lobbying de Monsanto, les pratiques sanitaires des labos Servier, l’usage des pesticides néo-néonicotinoïdes en agriculture, ..., il suffit - business as usual ! - de constater la soumission de la Commission €uropéenne aux exigences des empoisonneurs sur la régulation à minima des perturbateurs endocriniens pour se faire une idée de ses maîtres et de l’ampleur de notre propre servitude.

                      « ..., et ce n’est pas un hasard si les champions aux échecs sont russes pour la plupart. »
                      Content que vous vous en avisiez !
                      Alors même que leurs économies s’écroulent en mettant leurs peuples sur la paille, les stratèges occidentaux - ou plus précisément les think-tanks néo-cons qui leurs servent de donneurs d’ordres - continuent d’afficher leur confiance aux lois de la probabilité et à la solidité de la « banque » pour renchérir la mise dans l’espoir - toujours plus ténu - de rafler l’ensemble du pot.
                      S’acharnant dans un bluff propagandiste toujours plus suicidaire, ils persistent ainsi à n’envisager diplomatie et relations internationales que suivant les seules règles du poker.

                      Et pendant ce temps, qu’on aime Poutine ou pas, les stratèges russes peuvent se fier à leur indéniable puissance logique pour avancer tranquillement leurs atouts sur l’échiquier mondial. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès