Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Réseaux sociaux à l’université

Réseaux sociaux à l’université

 La semaine dernière, dans un cours à l’université, notre professeur nous a proposé de réfléchir sur les utilités, différences et avantages des réseaux sociaux que nous fréquentions. Je voudrais partager avec vous le débat qui s’est développé, sous forme de dialogue résumé :

Prof : Quel est votre réseau social préféré et pourquoi l’utilisez-vous ?
Emilie : Facebook, pour contacter mes amis.
Adrianne : Moi je me sers souvent du Messenger.
Hector : Comme je suis en Espagne, mes copains se servent de Tuenti.
Zoé : J’adore Facebook, c’est comme le courrier, mais avec plein de possibilités : photos, vidéos, enquêtes, forums, etc.
 
Prof : Je vois bien, mais vous savez que nous travaillons en classe avec Ning et vous vous y êtes adaptés très facilement.
Zoé : Mais, je préfère Facebook pour échanger avec mes amis.
 
 
Prof : Essayons de réfléchir un peu sur les différences entre ces réseaux.
Béa : Ning est une plate-forme qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres sites et réseaux sociaux. Gina Bianchini, co-fondateur avec Marc Andreessen (Nestcape), explique dans le blog officiel que » ning » veut dire paix en chinois. Contrairement aux grandes plate-formes de réseaux sociaux, comme Facebook ou MySpace, Ning est orienté vers la création de Communautés avec des intérêts spécifiques, de telle sorte que les utilisateurs peuvent créer leur propre réseau autour d’un sujet ou d’une nécessité. Sa simplicité et la possibilité de créer des réseaux privés font qu’elle soit spécialement apropriée pour son utilisation en éducation. (Source : Réseaux sociaux en Education).
Hector : D’accord, je connais aussi Moodle, une plate-forme dont certains enseignants se servent pour leurs cours. Et Ning est beaucoup plus intéressante, conviviale et amusante. 
 
Prof : Il faut tenir compte du but de chaque réseau. Vous utilisez Facebook, Tuenti et le Messenger pour échanger et contacter avec vos amis. Et on se sert de Moodle, Ning ou Elgg dans des contextes éducatifs.
Emilie : Il y a aussi des polémiques et des critiques autour de Facebook concernant les données personnelles et j’ai entendu parler d’un article : Les écoles se débattent avec l’utilisation de Facebook dont font usage les professeurs (Thot.Cursus). Mais je suppose qu’il y a des guerres commerciales là-dedans..
 
Prof. Naturellement. Et que pensez-vous du côté public ou privé de ces réseaux.
Adrianne : Je crois qu’il faut préserver la privacité des usagers.
Zoé : En l’absence de lois internationationales, nous avons des raisons pour nous inquiéter, car nous n’’avons aucune garantie de l’usage que l’on fait de nos données personnelles.
Hector : Si vous allez sur un site de réseau social, c’est à vous de maîtriser l’information que vous y mettez.
 
Prof : Mais vous préférez que vos activités et travaux de classe soient consultables sur le web, ou plutôt vous voudriez préserver votre privacité ?
Béa : L’espace de la classe est privé et exclusif des étudiants.
Emilie : Je n’ai pas de problèmes pour partager mes expériences sur Internet.
Zoé : Lorsque je contacte avec mes amis sur Facebook, je suis dans un espace privé, avec mon idéntifiant et mon mot de passe.
 
Prof : Par contre notre réseau Campus FLE Education est ouvert et public.
Zoé : D’accord et cela a été le contrat au début de cette expérience pédagogique, où nous voulions échanger, aider et corriger les étudiants de français en Espagne.
Hector : J’ai bien aimé les enregistrement audio et vidéo que nous avons réalisés sur les autres réseaux sociaux comme UStream TV - Campus et Jamglue.
Béa : Je crois que les étudiants de FLE étaient aussi contents des leurs enregistrement qu’on peut consulter sur le wb Audio Blogs des Etudiants - FLE Campus.
 
Prof : Parlez-nous d’autres fonctionnalités ou différences entre ces réseaux.
Adrienne : Nous pouvons déposer toute sorte de fichiers (documents, photos, audio, vidéo) sur ces réseaux.
Emilie : Pour les vidéos, normalement il faut insérer un code html ou un widget.
Hector : Nous avons facilement envoyé des textes, des photos et des fichiers audio. Donc les fonctionnalités sont semblables sur Facebook, Ning, Messenger, Tuenti
Zoé : Et nous avons fait quelques séssions chat avec des activités comme le Jeu : Le sphynx et l’orthographe" et la chasse au trésor que l’on peu consultuer sur l’Historique du Projet.
 
Prof : Nous avons élaboré un Comparatif réseaux sociaux : Ning - Facebook qui résume un peu leurs caractéristiques et différences.
Emilie : Et l’on peut constater que les différences essentielles se trouvent du côté des objectifs et de la relation public / privé.
Hector : Car les fonctionnalités (outils d’édition, espaces de communication, fichiers, messages, etc.) sont pareilles.
 
Prof : Nous ajoutons pour terminer quelques pistes et ressources qui pourraient nous aider à mieux comprendre ce sujet :
 
 
 
Note : L’enseignant et les étudiants Erasmus qui ont particité dans ce débat, font partie du Campus Virtuel FLE - Université de León en Espagne, dans le cadre d’une recherche-action sur les applications pédagogiques des outils web en classe de français langue étrangère. Les étudiants Erasmus d’origine française ont accompagné les apprenants espagnols en réalisant des tâches audiovisuelles de tutorat, spécialement en relation avec l’apprentissage et la correction de la prononciation, sous la coordination de l’enseignant qui fait partie du projet de recherche Flenet - Université de León

Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • herbe herbe 17 juin 2009 18:38

    Merci pour cet article !

    J’utilise ning depuis quelques temps et j’ai déjà créé plusieurs réseaux sociaux dédiés.
    ce qui est dit dans l’article est exact c’est une plateforme ou toolkit qui permet de se fabriquer un ou plusieurs réseaux sociaux sur mesure...

    Je trouve ning vraiment très bien, même si les réseaux sociaux sont étanches, la possibilité de les voir et de gérer le passage de l’un à l’autre quand on y est inscrit ou créateur est un vrai plus...


    • rumes rumes 17 juin 2009 19:41

       Article intéressant et révélateur !!

      Moi, je crois que les réseaux sociaux comme Facebook, MySpace, Tuenti et autres

      font beaucoup de bruit, spécialement chez les jeunes, car ils suivent les modes

      comme les moutons de Panurge,

      mais leurs possibilités éducatives sont assez limitées.

      Ils passent le temps à s’envoyer des photos ou des adresses vidéo.

      Ils écrivent mal et dans un jargon pas possible ....

      Enfin, c’est la décadence....

       ... que pourrait-on faire ?

       


      • herbe herbe 17 juin 2009 21:16

        Bon voici un exemple de site construit avec ning :

        http://ubuntu-francophone.ning.com/

        Convenez que c’est loin d’être pour ados boutonneux ...

        D’ailleurs parlez en à tous les hommes et femmes politiques qui à l’instar d’Obama qui a utilisé facebook et ning par exemple, se mettent après les blog à utiliser ces sites ainsi que twitter, les entreprises s’y mettent à leur tour à reculons pour certaines à cause de leur culture pour certaines encore trop pyramidale.

        De grâce, il ne s’agit pas seulement d’un problème de générations, acceptez de sortir des clichés ...


      • herbe herbe 17 juin 2009 21:20

        D’ailleurs je crois que votre commentaire montre que vous n’avez pas pris le temps de visiter les liens proposée par l’auteur de l’article qui souligne la réelle portée pédagogique que peut avoir ces outils ...

        Autre choses chercher aussi à connaitre le « serious gaming » vous aurez quelques surprises également ...


      • archer archer 17 juin 2009 20:38
        CONTRE ET POUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

        Moi qui suis sur Facebook et Myspace, mais sans trop de conviction, je trouve cette réflexion assez sensée. Ça prend du temps, c’est souvent très superflue et superficiel, et en plus c’est une prise d’otage des internautes par l’industrie capitaliste. Même si être pour ou contre les réseaux sociaux est un faux débat il me semble, puisqu’ il ne sert à rien de lutter contre ce nouveau média qui ne va pas tuer les échanges sociaux dans le monde physique, il est important de cultiver un esprit critique pour faire évoluer la technologie et les pratiques, pour ne pas se laisser enfermer et manipuler.
         
         Pour l’instant, les réseaux sociaux sont de véritables fourre-tout. . Les intentions ne sont souvent pas claires, de la part des utilisateurs comme de la part des éditeurs de ces sites. Dans ce cadre, passé l’effet de mode (les fréquentations de Facebook commencent déjà à baisser), je pense qu’il va falloir dédier ces outils à un usage précis pour qu’ils perdurent.
         
        Les applications des réseaux sociaux sont multiples : comme outil de communication, de diffusion de vidéo ou de photos, outil de fidélisation ou d’
        échanges ; permettant d’accéder à de nombreux sites Internet : boîtes e-mail, messageries instantanées, sites de rencontres et partages (musique, sport, culture,
        education, politique, journalisme), utilités blog et chat, etc. Ils peuvent devenier des outils éducatifs : ils peuvent améliorer la publication sur Internet et faciliter la communication et la collaboration entre groupes humains, afin de partager les expériences et les savoirs.
         
         
        D’autres opinions contre et pour les réseaux sociaux :
         
        Je pense que le social networking à la Facebook ou à la LinkedIn n’est pas simplement inutile : c’est aussi une activité pernicieuse, injurieuse même par rapport à notre capacité de construire des relations humaines sensées. Nous devrions tous pouvoir repérer immédiatement la vacuité de certaines tendances et rejeter les produits ou les services qui vont à l’encontre de la complexité et de la profondeur humaine. Même si, je le confesse, je joue aussi un peu le jeu de cette schadenfreude, quand par exemple des amis me font part de leurs difficultés à gérer leurs comptes Facebook… En ce qui concerne le social networking, honnêtement, la meilleure façon de gagner le jeu, c’est encore de refuser d’y jouer. Source : Netocrate #5 : Adam Greenfield, architecte de l’info
         
         
         
        Les réseaux sociaux présentent à mon avis plusieurs avantages pour les universités. L’un des principaux, inédit il me semble, concerne l’objectivité des jeunes aux phénomènes émergents. Non seulement ont-ils une autre compréhension des phénomènes de leur génération, mais leur analyse n’est pas affectée par les mêmes préjugés que ceux de leurs aînés. Au moment où l’accélération de l’évolution comprime les siècles en décennies, il devient impératif de développer des mécanismes de recherche intergénérationnels. Source : http://www.francoisguite.com/2009/03/les-reseaux-sociaux-en-education/
         
         
        Les réseaux sociaux constituent l’une des grandes modes actuelles sur le web. La liste est plus que longue, et il est même parfois difficile de déterminer si tel ou tel site constitue ou pas un réseau social. La question que je me pose, c’est : ces sites sont-ils vraiment des réseaux sociaux ? Et j’ai tendance à répondre non : à mon avis ces gros réseaux sociaux ne sont qu’une mascarade, et on le voit bien avec Facebook et la course aux amis, exemple le plus flagrant. Je pense qu’un réseau social se doit de conserver une taille humaine. Les vrais échanges n’arrivent que rarement sur des sites gigantesques. J’ai même l’impression qu’il n’est pas forcement nécessaire de disposer d’un site internet pour créer un véritable réseau social. Un réseau n’est après tout qu’un ensemble de contacts liés à au moins un autre membre du réseau, pas un conglomérat de pions qui finalement ne communiquent même pas avec leurs voisins. Source http://diije.paradisia.net/Blog/pour-ou-contre-les-reseaux-sociaux/

        • mtflenet mtflenet 18 juin 2009 20:08

          Bonjour,

           Mais il faudrait centrer un peu le débat autour des applications des réseaux sociaux
          en Education. Les exemples proposés sur le site
          Réseaux sociaux en Education - Social Networks in Education
          nous montrent une autre dimension, moins simplificatrice. Et puis
          n’oublions pas les propos sur le comparatif entre deux réseaux comme NING et Facebook
          Emilie : Et l’on peut constater que les différences essentielles se trouvent du côté des objectifs et de la relation public / privé.

          A consulter le révélateur Tableau comparatif
          http://flecampus.ning.com/profiles/blogs/comparatif-reseaux-sociaux

           


          • rumes rumes 22 juin 2009 19:44

            Et les différences entre des réseaux comme Facebook , Ning et Twitter :

            Le côté ouverture sur le web l’emporte clairement Twitter ou Ning, qui présentent des pages principales que tout le monde peut consulter ; tandis que le profil qui offre Facebook, est bien limité, toujours obligés de nous identifier pour accéder au contenu

            C’est une sacrée limitation, n’est-ce pas ?



            Facebook vs Twitter ?
            La deuxième raison, et qui est le point principal que je souhaitais abordé, est que ce dispositif prouve la volonté de Facebook de se poser comme un concurrent de Twitter. Twitter, ces derniers mois a en effet été l’outil privilégié des internautes pour relayer à chaud et en direct l’actualité (cf : Un media nommé Twitter). Nul doute que par la même que Facebook confirme une fois de plus qu’il se positionne comme le méta réseau social (cf Comment expliquer le succès de Facebook ?). Comme le présente l’article Facebook competes with Twitter to become the Online Conversation Platform, la force de Facebook est d’avoir aujourd’hui un pool d’utlisateurs largement plus important que celui Twitter (Quelques chiffres sur Facebook - Q4 2008) qui, outre les Etats-Unis reste encore un outil de niche. Pour s’en convaincre, demandez à vos amis combien utilisent Facebook, et combien seulement connaissent Twitter...


            • rumes rumes 22 juin 2009 20:02

              Une perle :

              Je prédis que la Twitterification de notre société va conduire à une explosion de maladies d’Alzheimer précoces. Nous augmentons le niveau d’information envoyé à notre cerveau et diminuons le temps consacré à traiter cette information, nos cerveaux vont se révolter. Ceci va nous amener à un nouveau business : les chambres de dé-Twitterification, où vous serez installé seul sans connection, sans rien sinon un aquarium géant.

              in http://www.lemondedublog.com/2009/06/attention-a-la-twitterification.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès