Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Web au cube : la révolution du Web à venir !

Web au cube : la révolution du Web à venir !

Le Web au carré est venu compléter la définition restrictive que certains faisaient du Web 2.0. Et alors que le Web 3.0 se définit comme la conjonction du Web sémantique et de l’Internet des objets, je raffine la notion du Web 3.0 en la faisant évolution en Web au cube, étape ultime avant un Web 4.0, bien plus lointain, où se dessinera une singularité technologique qui rejoint les thèmes de la science-fiction : l’intelligence humaine sera supplantée par celle des machines.
 
 
En informatique, les logiciels se distinguent par un numéro de version [1]. Celui-ci indique le contenu fonctionnel et l’interface homme-machine à un instant donné. Le Web, pour sa part, est par essence en évolution permanente (nouveaux entrants, course à l’innovation effrénée, arrivée de standards, nouveaux usages). Ceci a pour corollaire la version bêta perpétuelle, comme le fait Google avec ses produits qui connaissent des raffinements successifs et font fi de toute notion de version. Pourtant l’idée de versions successives applicables aux technologies du web est apparue en octobre 2004 avec le « Web 2.0 » pour illustrer des changements conséquents qui sont de trois ordres :

1. web collaboratif dans lequel l’internaute est à la fois consommacteur et consommauteur et crée des contenus (il publie, commente, modifie via les blogs, wikis, réseaux sociaux, sites participatifs ;

2. évolutions techniques à l’image des flux RSS, des feuilles de style CSS, d’Ajax ;

3. changement du rapport aux données à travers les applications du Web qui se les approprient (par exemple Flickr pour les images, del.icio.us pour les signets, LinkedIn ou Viadeo pour les carnets d’adresses, Gmail pour les méls) même si en même temps une interopérabilité entre les outils est souhaitée à l’image de l’OpenID.

Pour tenir compte des évolutions récentes du Web 2.0 (par exemple évolution dans l’instantanée induite avec des outils comme Twitter) – ou à mon sens amender la définition incomplète donnée en 2004 – Tim O’Reilly l’a fait évoluer avec John Battelle en « Web au carré ». In fine, le Web au carré n’est ni plus ni moins qu’une précision de la définition du Web 2.0 qui dans son acception initiale en 2004 était souvent restreinte notamment dans sa première dimension, Web participatif ou communautaire.

Beaucoup a été publié sur l’après Web 2.0. Ainsi une topographie des discours sur le Web 3.0, notion encore floue, est reproduite en figure 1 [source : Valtech Agency] :

JPEG - 28.8 ko
topographie des discours sur le Web 3.0
discours sur le Web 3.0, une taxinomie

Dans le même ordre d’idée que pour le Web au carré vis-à-vis du Web 2.0 et pour raffiner le concept du Web 3.0, je fais évoluer la notion en le déclinant en « Web au cube » en prenant d’un point de vue terminologique et marketing un peu d’avance.

Les trois dimensions de ce Web au cube seraient :

- la première qui est la définition même que l’on peut admettre aujourd’hui pour le Web 3.0, à savoir la conjonction du web sémantique et de l’Internet des objets.

Le Web sémantique repose sur le taguage des données en amont qui consiste à leur attribuer une catégorie d’appartenance (par exemple le mot « licence » peut être attribué à la catégorie « permis » ou « diplôme » selon le contexte d’utilisation du terme) et ce pour une exploitation facile a posteriori et les métadonnées. Concrètement des outils ont été développés pour normaliser le Web sémantique comme RDF - Resource Description Framework -, langage qui définit un cadre général pour la standardisation des métadonnées des ressources sur le Web, des ontologies comme OWL et le langage de requêtes SPARQL pour obtenir des informations à partir de graphes RDFDes applications ont déjà commencé à arriver, par exemple moteur de recherche sémantique Wolfram Alpha. L’idée du web sémantique est de pouvoir répondre à des interrogations qui seraient formulées en langage naturel par l’utilisateur du type « Qui a gagné le tournoi des 5 nations en 1987 ? » ou « Donnez-moi la meilleure offre compte tenu de mes goûts pour 2 semaines de vacances pour 4 personnes cet été et avec un budget de 2 000 euros ». Pour sa part l’Internet des objets suppose une profusion d’objets communicants au quotidien, de type puces RFID et une kyrielle d’objets avec des adresses IPv6. Ces objets peuvent communiquer entre eux et permettent de créer une « intelligence ambiante ». C’est la définition du Web 3.0 que je donne dans « Web 2.0 et au-delà » ;

- la deuxième, un Web systématiquement ubiquitaire [2] à tout instant, en tout lieu et pour tout type d’action avec des appareils connectés multiples (grâce aux applications basées sur la géolocalisation permises avec par exemple l’explosion du marché des smartphones) et en temps réel avec l’apparition de Web OS (Chrome OS en est l’illustration) et de l’informatique dans les nuages qui reporte le stockage des applications et des données sur des serveurs quelque part sur le Web ;

- la troisième, la généralisation de la 3D et de la réalité augmentée pour l’ensemble des applications.

Ces générations du Web peuvent se résumer dans le tableau figure 2 ci-après :

Génération

Web 1.0

Web 2.0

Web 3.0

Web 4.0 ou X.0

Année

1995 (grand décollage d’Internet permis avec la livraison en standard d’Explorer avec Windows au grand damn de Netscape)

2004 (même si des concepts sont apparus avant, par exemple premiers blogs en 1997 et forums bien avant)

2012 (Tim Berners-Lee travaille sur le Web sémantique[3] depuis de longues années)

2035

Définition restrictive

Web

Web participatif

Web sémantique

Web neuronal

Définition maximaliste (ou enrichie)

Web dynamique

Web au carré

Web au cube

Web hyperdimensionnel

Commentaires par rapport à la définition maximaliste

Pages créées avec PHP ou ASP

Tient compte de l’explosion des usages des réseaux sociaux

Vision maximaliste de l’informatique contemporaine en l’absence de changement de paradigme

Web définitif vers lequel on converge avec la « loi de la singularité » où l’intelligence humaine sera supplantée par celle des machines [4]

Métier induit

Webmestre

Community manager

Technologiste (englobant la fonction d’Information manager)

Robot generator ?

 

Le concept du Web au cube est lancé, le débat est ouvert. Pour poursuivre les discussions et générer le buzz pour le Web au cube ou les futuribles du Web 3.0, pourquoi ne pas utiliser le hashtag #webcube sur Twitter ?

 

[1] : Plus exactement, une version d’un logiciel est du type X.Y.Z où X indique le numéro de version, Y le numéro d’évolution et Z l’indice de débogage, par exemple v 2.1.7. Les logiciels libres sont souvent en version 0.XXX. Les évolutions nombreuses ainsi que les multiples correctifs logiciels (patchs), souvent pour des corrections de bugs nécessaires, ne sont pas toujours faciles à gérer, ce qui peut inciter à opter pour des solutions en informatique nuageuse (cloud computing) pour lesquels l’utilisateur n’a pas à soucier des versions.

[2] : On pourra se référer aux travaux de Mark Weiser au Palo Alto Center de Xerox sur l’ubiquité. Celle-ci se définit comme la capacité pour l’utilisateur à interagir, n’importe où, n’importe quand, et avec une multitude d’appareils, de capteurs interconnectés entre eux à travers des réseaux complémentaires.

[3] : Voir aussi les travaux de Noam Chomsky, linguiste sur la grammaire générative et les langages formels.

[4] : Le futurologue Joël de Rosnay parle du Symbio-net, fusion de plus en plus étroite entre les hommes et les machines, dans le cadre d’une conscience planétaire émergente, qu’il appelle le Cybionte (de cybernétique et de biologie).

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 17 février 2010 14:03

    A quand l’avènement du WEB 4 ? si jamais nous arrivons jusque là ! (Hadopi, Loopsi) il va falloir remettre le couvert des PGP et autres, c’est un frein considérable qui se prépare.
    Ces lois sont plus faciles à promulguer que de courir après le gros gibier qui lui a les moyens d’arroser qui de droit.
    Pour en revenir au présent article il est comme l’enfer : pavé de bonnes intentions ( il y a tellement d’autres obstacles à surmonter)


    • plancherDesVaches 18 février 2010 11:19

      En parlant de loopsi :
      http://www.laquadrature.net/fr/lislande-deviendrait-un-modele-pour-la-liberte-de-communication
      "Mardi, une résolution parlementaire sera déposée en Islande afin de faire du pays un modèle pour la protection de la liberté d’expression sur le Net. À des kilomètres d’une vision rétrograde et dangereuse de gouvernements désemparés tentant de contrôler la liberté de communication sur Internet au moyen des HADOPI, LOPPSI et autres accords ACTA, il s’agit là d’un évènement historique."

      Cette info est à relayer partout !!!


    • djib 17 février 2010 14:53

      Instructif. Je pensais que le web 1.0 correspondait au web statique (réseau de page statique en HTML) et que le web 2.0 correspondait justement à cette évolution vers le web dynamique dont l’ouverture au participatif n’est qu’une conséquence.


      • robert 17 février 2010 17:58

        Formidable article qui pointe loin sur l’horizon, merci à vous.
        Le monde2.0 a profondément modifié le comportement social , mais cela n’est pas encore mesuré.
        Que pensez vous de l’entrée des différents outils de surveillance/censure introduites pas les lois genre lobsi2 ?


        • Jean-Claude Morand Jean-Claude Morand 17 février 2010 19:33

          David, 

          Tu devrais demander à VALTECH de t’ajouter dans le groupe des « Apôtres ». Tu pourrais aussi compléter le tableau en adaptant le discours de Joël de Rosnay qui parle maintenant de Web 5.0.

          En bref, j’aime bien cet article. smiley

          • tylhdar tylhdar 17 février 2010 23:21

            Du gros n’importe quoi cet article...


            • Traxnada 18 février 2010 00:38

              Il n’y a à l’heure actuelle encore aucune définition officielle du web 2.0.

              Il est donc, par définition cette fois ci, impossible de parler de 3.0.


              • Login Login 18 février 2010 07:26

                 David, 

                 !mon modèle, si cela peut vous aider smiley

                 Considérez les évolutions suivantes : 

                 1.0 Change la manière dont on assure la distribution dans la monde réel.
                 2.0 Change la manière dont on produit dans le monde réel (les contenus en particulier)
                 3.0 Change la manière dont on conçoit.

                 Ces évolutions s’appliquent aux trois attributs suivants : 
                 Données, Processus, Interaction. 

                 On a 9 sous types.
                 Web.Données.Processus.interaction c’est à dire Web 1.1.1 a Web 3.3.3, soit 9 catégories.

                 Bien cordialement,
                 Michel.



                 
                 

                 



                 

                 

                 

                • Asp Explorer Asp Explorer 18 février 2010 08:23

                  Cet articule n’est que jargon autobranlant sans queue ni tête.


                  • Deneb Deneb 21 février 2010 17:10

                    Asp : « ..autobranlant sans queue.. »

                    Expert ?


                  • Daniel Ichbiah Daniel Ichbiah 18 février 2010 13:50

                    Dire que l’intelligence humaine sera supplantée par des machines n’a pas de sens. Les machines n’ont pas d’intelligence. Elles ont des circuits de calculs développés par l’homme pour résoudre des problèmes posés par l’homme au bénéfice de l’homme. C’est l’homme qui crée la machine pour le servir et non l’inverse...
                    daniel Ichbiah


                    • Vipère Vipère 18 février 2010 15:52

                      Bonjour à tous

                      A l’auteur,

                      Ou est la notice technique pour décoder le langage pro ?


                      • David Fayon David Fayon 19 février 2010 08:30

                        @Login,

                        En fait avec vos 3 axes (Données, Processus, Interaction) qui évoluent distinctement nous avons non pas 9 mais 3 puissance 3 soit 27 possibilités. Et être Web 2.1.1 ou Web 2.3.2 par exemple complexifie la lecture. Néanmoins je comprends votre logique.

                        @Robert,

                        Les mesures introduites par la loi LOPPSI 2 n’ont pas que des mauvais aspects. Il ne faut pas non plus tendre vers une big brotherisation de notre société. Le tout est de trouver le juste équilibre entre sécurité et préservation des libertés individuelles de chacun.

                        @Traxnada,

                        Il existe une définition du Web 2.0. J’en donne une précise dans « Web 2.0 et au-delà ». Elle est résumée en début d’article.


                        • Login Login 20 février 2010 10:14

                           @ L’auteur

                            27 au lieu de 9. Croyez que cela m’aurait échappé :))))))) Il faut bien que je vous laisse
                            le soin de deviner pourquoi 9. m’enfin....
                            
                            

                            

                        • Login Login 20 février 2010 10:33

                            Au fait, je vous cite ; .« ....qui évoluent distinctement »

                           L’ai je dit ? 
                           
                           Vous auriez pu écrire : Si elles évoluent distinctement, on a alors 27 et non 9.
                           et si vous accordez un peu plus de crédit à ceux qui prennent le temps de 
                           vous lire et de vous répondre, vous vous seriez questionné : Pourquoi 9 ?
                           
                           Même chose pour les autres réponses. 
                           
                           Login > 
                           
                           
                           

                        • Traxnada 20 février 2010 13:04

                          @ L’auteur

                          Il y a en réalité plusieurs milliers de définitions, mais aucune n’est officielle et admise par une grande partie de la communauté. Il est également impossible de définir un concept qui n’a pas terminé d’émerger.

                          Même si je trouve la classification de Login intéressante, quand on parle de 3.0, c’est un abus de langage qui vient surtout d’une incohérence avec l’échelle de base. La suivante est plus générale et bien plus admise chez les professionnels du secteur :

                          Web 1.0 : Web statique (Few to Many)
                          Web 1.5 : Web dynamique (Many to Everybody)
                          Web 2.0 : Web participatif/communautaire (Everybody to Everybody)

                          Vous comprenez bien qu’avec une telle classification, rajouter des web 3, 4, voire 5.0, en ajoutant un petit détail supplémentaire, l’échelle perd tout son sens.

                          Le web 2.0 n’en est qu’a ses premiers balbutiements, FB considéré comme son mastodonte symbolique, n’a toujours pas validé son modèle économique et peine à faire adhérer ses utilisateurs à son système publicitaire.

                          il ne faut pas faire d’amalgame entre web 3.0 et innovation 2.0.

                          Un autre problème vient du caractère malsain et opportuniste de la communauté scientifique (le mot est fort), qui n’hésite pas à inventer des concepts à tout va dans un domaine encore peu établi, dans le simple but de faire parler de soi.


                          • Grasyop 21 février 2010 10:48

                            Ah... Vivement le web 8.2 !


                            • Nethan 21 février 2010 12:19

                              J’ai toujours pensé que les différentes versions du « Web » étaient surtout technologiques, ce qui permettait ensuite l’usage.

                              Dans tous les cas je trouve l’évolution néfaste. Le principe même d’Internet est de permettre à tout à chacun de diffuser de l’information assez facilement à l’aide de langages simples (HTML, PHP dans une petite mesure...). Mais plus le temps passe, plus le niveau augmente (AJAX, etc...) au bénéfice certes de l’utilisateur mais pas du créateur, ce qui découragera à terme tout à chacun de se lancer.

                              Certes, il y a de plus en plus d’outls permettant de faire un site/blog/autre clé en main en quelques secondes, mais ils entraînent avec eux une standardisation croissante des interfaces et des designs, ce qui est pour moi dommage.

                              J’ajouterai au passage que le « Web sémantique » va à l’encontre de l’évolution actuelle. Récupérer quelques données XML pour des logiciels est contraire à la tendance où le Web remplace les logiciels (Googledocs, etc...). De plus, XML, contrairement aux propos de ses auteurs qui le désignent comme « [XML] has been designed for ease of implementation », le XML n’est pas simple à manier...


                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 février 2010 16:23

                                Web 3.0, Web 4.0, ou l’imbécilité des lois Sarkozystes dédiées à internet.

                                A l’avenir une famille qui verrait son abonnement coupé, parce que le petit dernier aura téléchargé illégalement un film à la con, se retrouverait à l’âge de pierre. Plus d’IP pour le frigo et donc plus de commandes de nourriture, plus d’IP pour la gestion du compteur d’eau et donc plus d’eau, plus d’IP pour la cafetière et donc plus de café, plus d’IP pour la mise à jour des pilotes de la voiture électrique et donc plus de bagnole. Plus de travail, la faim, la soif, la mort, Sarkozy génie visionnaire du XXIème siècle.


                                • Deneb Deneb 21 février 2010 18:07

                                  Très bon article qui rejoint sur certains points ma vision de l’évolution de la société. Il est évident que la prochaine étape sera sémantique. Les premiers balbutiements de la notion du « sens » implanté dans la machine est déjà en cours : l’évolution des traducteurs automatiques a singulièrement dégrossi le travail. A défaut d’une machine intelligente, on aura donc une machine capable de s’exprimer à votre place.

                                  Ainsi, quand vous direz : « Enc..., va te faire voir chez les Grecs ! » L’ordinateur traduira : Veuillez agréer, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments les meilleurs ...« C’est beau, le progres !

                                  La singularité vers 2035 ... La secte à Kurzweil et ses prophéties sont à la science ce que BHL est à la philosophie. Ils seront d’ici 10 ans un objet de franche rigolade. Reste que, si avec les machines on arrive à ce que tous les Terriens puissent accéder au Savoir, ce serait déjà une superbe victoire.

                                  Je ne crois pas aux puces dans la tête. L’avenir est à mon sens plutôt dans un ordinateur avec un fonctionnement à protéines. Le seul problème c’est qu’un tél ordinateur existe déjà : c’est la cellule vivante. Il a sa memoire : l’ADN, son processeur : le ribosome, et c’est un répliquant : la seule machine existante capable de construire la copie d’elle-même. Et le »gray goo« est déjà là : c’est le  »green goo« . Mais une cellule vivante est plutot un »désordinateur«  »qu’un ordinateur. Je le dis donc sans rire : le prochain ordinateur sera un désordinateur.


                                  • SalahBenzakour 15 mars 2010 15:39

                                    Salut David,

                                    Interessante la lecture : Données, Processus, Interaction
                                    Ceci dit pour expliquer l’évolution du web je parle davantage de mon côté de : Hardware + Software + Connexion.
                                     Web Squared ou Web au carré = Objets Connectés x Web Sémantique x Connexion en temps réel

                                    Pour moi, la réalité augmentée, les smart grid ne sont que des usages issus du mixe de ces 3 notions.

                                    Voici un poster qui explique cette évolution :
                                    http://www.websquaredjournal.com/evolution-du-web-du-web-1-0-au-web-squared/2010/01/30/

                                    Et voici en présentation power point « What the f**k is Web Squared » un essai d’illustrer cette évolution :
                                    http://www.websquaredjournal.com/web-squared-cest-quoi/2010/02/14/


                                    • Bruno49 5 juin 2011 21:46

                                      Merci pour ce blog fantastique. d’autre peut-on obtenir ce genre d’informations écrites de manière parfaite ? J’ai une présentation que je suis travaille actuellement sur et j’ai été à l’affût de telles informations. Portland Oregon homes for sale


                                      • smithhogg 21 juillet 2011 11:08

                                        Web1.0 : Les informations publiées sur le web de manière statique. Il est comme votre document Word sur le web avec des photos et le formatage effectué soigneusement. Hyper-reliant les pages Web et des signets ont été deux des aspects les plus importants du Web1.0 monde. . Même aujourd’hui, plus de 70% des utilisateurs ne connaissent que Web1.0.
                                        Web2.0 : Ce terme a été inventé par Tim O’Reilly Les informations publiées dans le monde web2.0 est très différente de web1.0. Il ya une très grande importance donnée à la convivialité et de partage. Les informations publiées dans le monde Web2.0 voyages comme un feu sauvage, partiellement ou en totalité. Web2.0 monde a moins d’encombrement couplé à la récupération facile des informations précises et de plus en s’appuyant sur cette information et la partager davantage. Widgets et le marquage sont deux caractéristiques importantes du Web2.0. Pour une information complète sur le web2.0, cliquez ici
                                        Web3.0 : Pour être honnête, il ya des perceptions variées de ce Web3.0 est. Il est purement un mot inventé comme la prochaine version du Web2.0. Une chose de base que chacun accepte est Web3.0 sera un labyrinthe / réseau de l’application de travailler ensemble de manière homogène. Les utilisateurs peuvent faire n’importe quoi et tout ce qu’ils veulent à partir d’une source unique sur le web. Il ya encore beaucoup de temps pour le Web3.0 monde à arriver.
                                        web4.0 : Quand il trouve et retrives cette info pour vous, elle a ensuite, en utilisant ce que vous avez demandé, les demandes de vos anciennes, communément dans le monde entier stats de recherche connexes, etc, et vous propose de retrouver ce jour liés pertenant à votre demande originale. Tout est fait alors que vous ne recherché pour un autre mandat.
                                        Je suis heureux de trouver votre chemin impressionnant de l’écriture du message. Maintenant, c’est devenu facile pour moi de comprendre et d’appliquer le concept.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès