• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

amiaplacidus

amiaplacidus

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 03/06/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 1678 46
1 mois 0 54 0
5 jours 0 10 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • amiaplacidus amiaplacidus 27 juillet 12:32

    J’aimerais ici parler de mon expérience.

    J’ai fait la totalité de mes études d’ingénieur en Suisse, à ce qui était à l’époque l’École Polytechnique de l’Université de Lausanne, maintenant l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).

    L’admission est large, très large, nul besoin d’un bac, mais dans ce cas un examen d’entrée avec, essentiellement math, physique, chimie et accessoirement, des branches mineures, langue, etc*.
    C’est ainsi que des gens qui ont fait un apprentissage (mais l’apprentissage est une chose tout à fait sérieuse en Suisse) peuvent y être admis, ils ont, évidemment, acquis le niveau nécessaire. Et, c’est loin d’être les plus mauvais éléments.
    Si l’entrée est largement ouverte, la sortie sans diplôme l’est également, la sélection est rude tout au cours de la formation, à mon époque, moins d’un tiers des entrants terminait avec succès, une bonne partie quittait en 1ere année.
    Et l’EPFL est, depuis des années, dans les 30 premiers de pratiquement tous les classements mondiaux des écoles d’ingénieur.
    Évidemment, cela forme des ingénieurs tout à fait pointus, mais avec, assez souvent, une culture générale assez légère (en ce qui me concerne, la philo ...). Mais la culture générale, c’est une chose qui vient par la suite.

    Je pense que la sélection est une chose indispensable, à condition que chacun ait sa chance. Et la sélection en cours d’étude est aussi un bon critère : on ne juge pas ponctuellement, mais sur une période assez longue. La pression est maintenue tout au long de la formation, on bosse, on bosse, on bosse.
    Le système français, bosser dur, très dur, pendant la prépa et ensuite diplôme pratiquement assuré sans trop travailler doit absolument être réformé si l’on ne veut pas, c’est un exemple que l’X stagne dans les profondeurs des classements tel qu’actuellement.
    .
    .
    * Pour la petite histoire, Einstein, qui n’avait pas de bac, a fait ses études dans l’école sœur de Zürich (EPFZ). Il avait été recalé à l’examen d’entrée, mais rattrapé à cause de la qualité exceptionnel de son travail en math.


  • amiaplacidus amiaplacidus 25 juillet 06:38

    @zzz999
    Tiens, Staline, un ancien séminariste.


  • amiaplacidus amiaplacidus 25 juillet 06:35

    @Jonas
    C0mment pouvez-vous dire que la théière ne sert à rien ?

    Les voies de la théière sont impénétrables et ce n’est n’est pas à nous, pauvre humains, de percer de tels Mystères (vous notez le M majuscule).


  • amiaplacidus amiaplacidus 24 juillet 17:11

    @zzz999
    Je suis croyant : je crois fermement qu’il y a entre la Terre et Mars une théière en orbite autour du Soleil. Cette théière est trop petite pour être détectée, même avec les plus puissants télescope out les stations orbitales
    .
    Cette théière existe, il y a de nombreux écrits pour en parler. De grands savants s’en sont occupés, par exemple des prix Nobel comme Russel.
    Pouvez-vous me démontrer que la théière n’existe pas ? Non, vous ne pouvez pas le démontrer.
    Mais moi, j’ai la foi : la théière existe et cela suffit pour j’aie raison.
    .
    Pour conclure, deux citations de R. Dawking :
     :« La religion organisée mérite la plus vive hostilité car, contrairement à la croyance en la théière de Russell, la religion organisée est puissante, influente, exemptée de taxes et systématiquement transmise à des enfants trop jeunes (le catéchisme commence à 7 ans) pour pouvoir s’en défendre. On ne force pas les enfants à passer leurs années de formation en mémorisant des livres farfelus sur les théières. Les écoles publiques n’excluent pas les enfants dont les parents préfèrent la mauvaise forme de théière. Les fidèles de la théière ne lapident pas les non-croyants en la théière, les apostats de la théière, les hérétiques de la théière ou les blasphémateurs de la théière. Les mères n’empêchent pas leurs fils d’épouser des shikas de la théière sous prétexte que leurs parents croient en trois théières plutôt qu’une seule. Ceux qui versent le lait en premier ne mutilent pas ceux qui préfèrent commencer par verser le thé. »
    .

    « [...] Strictement parlant, vous devriez être agnostiques sur la question de l’existence d’une théière en orbite autour de Mars, mais cela ne signifie pas que vous considériez la probabilité de son existence comme étant égale à celle de sa non-existence. La liste des choses à propos desquelles nous devons être agnostiques strictement parlant ne s’arrête pas aux petites souris et aux théières. Elle est infinie. Si vous voulez en croire une en particulier, les licornes, les petites souris, les théières ou yahvé, il vous incombe de le justifier. Il n’incombe pas au reste d’entre nous de dire pourquoi nous n’y croyons pas. Nous, les athées, sommes aussi des a-souristes et des a-théièristes. [...] »
    .
    Enfin, cet adage de droit :
    « ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve ».


  • amiaplacidus amiaplacidus 24 juillet 16:41

    @bob14
    Si elles ne faisaient qu’emmerder, cela serait un inconvénient mineur.
    Mais les religions, toutes obédiences confondues sont les plus grands massacreurs de l’humanité, soit au nom de leur dieu unique (un autre dieu ne peu être qu’un imposteur) pour les monothéismes ou parce que leurs dieux sont plus forts que ceux des autres pour les polythéismes.
    Mais il faut bien reconnaître que les polythéistes sont des apprentis massacreurs en comparaison des chrétiens, musulmans et autres judaïsmes.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. POMPE À CHALEUR : une expérience




Palmarès