• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

&é"’(-è_çààà)))

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 23/01/2007
  • Modérateur depuis le 15/02/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 7 266
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 0 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Marc Delplanque 19 mars 2007 11:51

    Je ne suis contre les commentaires, mais ce genre de réponse n’est absolument pas un commentaire de l’article. Et-ce n’est certainement pas digne d’un lecteur citoyen.Ce que vous dites montre à quel point vous êtes idiot. Je vous ai signalez pour abus



  • Marc Delplanque 17 mars 2007 13:36

    Veuillez éliminer tous les messages contenant des termes racistes et pornographiques, etc.. Vous savez bien que si quelqu’un tape un de ces termes sur Internet, il est susceptible de tomber sur la page de mon article et des messages contenant ces mots. D’autre part, il y a toujours des gens qui me connaissent et qui seront outrés de trouver ce type de messages dans les pages de mes articles. Je vous demande d’éliminer et de sanctionner tous ces gens qui délirent dans les messages de réponse qui me concerne. Est ce que vous trouvez cela normal ? Est-ce que c’est cela que vous appelez la démocratie et le journalisme citoyens ? Vous devrier avoir honte vous-même en tant que rédacteurs d’Agoravox de laisser ce genre d’individus insulter les auteurs et s’insulter entre eux. MD IL SEMBLE QUE VOUS AVEZ ELIMINE CERTAINS DE CES MESSAGES MAIS J AIMERAIS QUE VOUS CONTINUEZ AVEC TOUS LES MESSAGES DE CE TYPE SANS QUE JE SOIS OBLIGE A CHAQUE FOIS DE VOUS LE DEMANDEZ. MERCI DE VOTRE COLLABORATION



  • Marc Delplanque 15 mars 2007 12:42

    « Le fait que les japonnais vivent principalement par le groupe ne leur fait il pas perdre cette individualité qui permet à l’homme en tant qu’individu d’apprécier le plaisir et l’amour ? » Non, car les Japonais pratiquent beaucoup plus que les français l’amour en groupe.

    « La plus grande cause de suicide chez les jeunes est justement la non appartenance à un groupe. » Je ne crois pas, si on n’appartient à aucun groupe, on appartient au moins au groupe de collègue, et on se fait un devoir de sortir avec les collègues pour manger, ou bien boire un verre, voire aller passer une ou deux heures en vitesse avec une collègue dans un Love-Hotel. Mais cela n’est pas une généralité ni execptionnel.

    « Si un étudiant est rejeté par ses camarades, il n’existe pas pour la société. »

    "Il existe en tant que consommateur et il est toujours utile à la société s’il travaille.

    « L’individu isolé n’a pas de motif d’existence en soi. Peut on imaginer que le fait qu’il aient amoindrie cette individualité les empeche de profiter de ces bonheurs qui ne concernent que deux personnes (en moyenne ;o) ) ? »

    Les Japonais contrairement à ce qu’on pense sont très individualistes, d’ailleurs, le nouveau gouvernement veut réformer le système éducatif en vue de réduire cet individualisme. Mais au Japon, on existe en général que si on appartient à un groupe quelqu’il soit. Toutefois, dans les écoles les jeunes cherchent à être populaires parmi les autres. Ils désirent se faire remarquer en tant qu’individu tout en étant reconnu par un groupe.

    « Quelle est l’influence du virtuel dans cette société ? quelle est la proportion de japonnais qui calquent leur relation avec un autre individu avec celle qu’ils auraient à travers un écran de PC ? » Vivre dans la virtualité, c’est exister pour les Japonais. Parfois, leur fantasmes prennent le dessus sur la réalité. Ils ignorent ce qu’est la réalité car ils estiment que ce qui est virtuel existe réellement, ou bien il ne comprenne pas qu’il existe une distinction.

    « Quel est le temps moyen accordé pour les relations sociales par ces japonnais ? (associations, club de sport, amis, temps (éveillé) passé avec son conjoint) » Tout le temps disponible, car les écoles sont ouvertes à toutes activité, le samedi et le dimanche même si en principe, il n’y a pas d’école. Ainsi, va à l’école 7 jours sur 7 et même les jours fériés. Mais ce n’est pas une obligation, mais moralement OUI à l’égard des autres. Merci pour votre message qui est le plus intéressant de tous, MD

    « Les problèmes de sexless sont ils liés à des dysfonctionnement du comportement alimentaire églement ? On pourrait éventuellement en déduire que la vie de ces japonnais se réduit à travailler, manger et dormir, les deux derniers étant uniquement obligatoires pour survivre. Le sexe dans ce cas peut etre associé à une perte de temps. » les dysfonctionnement du comportement alimentaire me semblent beaucoup moins fréquents qu’en Occident. Les Japonais mangent plus équilibré que nous. Effectivement la vie se réduit le plus souvent à travailler, manger et dormir. Travailler rapporte un salaire, mais pas faire l’amour. Et certains considèrent encore leur femme comme un meuble, une femme de ménage, etc.. C’est très terre à terre, désolé ! Mais cela ne veut pas dire que tous les Japonais sont comme cela, n’est-ce pas ! Toutefois, c’est flagrant, c’est encore trop souvent comme ça, notamment pour les plus ancienne génération. Il faudrait écrire encore un article sur le sujet. Mais j’hésite, avec tous ces blogueurs qui mettent n’importe quoi dans leur message. J’hésite encore à continuer à publier des articles, sur Agoravox. Peut-être que je perds mon temps, et que ce que j’écris n’intéresse pas suffisamment les gens, en tout cas sur Agoravox. En conclusion, le Japonais adorent lire ou voir du sexe dans les médias, mais il est peu enclin à la pratique. C’est un peu comme si lorsqu’on regarde des films très violents à la télé, est ce que cela signifie que l’on pratique la violence ? Merci encore, MD



  • Marc Delplanque 11 mars 2007 09:50

    Non à la censure sur Agoravox Tout d’abord, je voudrais vous dire que le titre principal de cet article n’est pas le mien. Je m’adresse à la rédaction de Agoravox qui a changé le titre sans m’avertir. Sachez qu’on ne dit pas : « Le point sur la pêche du thon et de la baleine » mais plutôt : le point sur la pêche au thon et à la baleine » en français correct !? Et que le vrai titre est : « Pour les Nippons, « c’esthonlavie » ! » Il n’y a absolument pas d’erreur de ma part, ok ! C’est un jeu de mot car on colle très souvent les mots occidentaux ensemble au Japon, que ce soit dans les enseignes commerciales ou bien pour exprimer quelque chose, et parce qu’au Japon « c’esthonlavie » signifie que la vie sans thon pour les Japonais, ça ne vaut pas la peine de vivre ! C’est la mort du Japon tel qu’on le connais et qu’on le vit. Do you understand ?? Alors, ce n’est surtout pas un illettré qui va me dire ce que je dois mettre comme titre sans même m’avertir au préalable. Et si vous ne comprenez pas cela, venez vivre au Japon et vous comprendrez. Car ce sujet n’est pas une mise au point sur la pêche au thon et à la baleine, si cela l’était, j’aurais traité le sujet différemment et d’une manière plus technique et détaillée sur les quotas. Ce n’était pas mon but. Mon idée est de me poser la question de savoir ce que vont manger les Japonais demain : du thon ou bien de la baleine ? D’autre part, j’avais placé plusieurs images accompagnant le texte, et qui étaient liées effectivement avec mes propos. Il s’agissait d’une image présentant un plat de sashimi au thon et d’une autre représentant un plat de sashimi à la baleine ; puis d’une image de boites de conserves de baleine très connue au Japon, et enfin, en introduction du texte, une image de lèvres en gros plan car je parle du rouge à lèvres à base de graisse de baleine qui pourrait revenir à la mode, mais peut-être bien que les l’industrie cosmétique japonaise l’utilise encore ! Car que faire des stocks de baleines invendue, même si on mange la viande, il y a encore beaucoup d’autre éléments dans la composition de la baleine qu’on ne va tout de même pas jeter ? Sinon pourquoi pêcher la baleine ? Autre mise au point en relation avec le commentaire. Bien entendu, il aurait mieux valu que je mette un titre différent, vous avez raison et je vous remercie me donner l’occasion d’éclaircir ce point. Concrètement, il ne s’agissait effectivement pas de fixer des quotas mondiaux pour limiter la surpêche. Mais l’idée, c’est bien de coordonner les politiques fixant les quotas de chacun des organismes de régulation. Donc, implicitement, le plan est basé sur le contrôle du respect des quotas dans chaque zone concernée et donc de lutter contre la surpêche. L’axe majeur de ce plan est de coordonner les politiques des cinq autorités de régulation de la pêche au Thon. Lesquelles continuent de décider chacune séparément de fixer leurs quotas de pêche en ce qui concerne leur propre zones géographiques. La conférence avait seulement pour but de la création d’un mécanisme de coordination entre les cinq organismes de régulation au moyen : de systèmes d’étiquetage, de partage d’informations, et de mise en commun des listes noires des bateaux pratiquant une pêche illégale. Évidemment, aucun système mondial de quotas de pêche n’a été fixé car ce n’était pas le but de la réunion. Il est certain que, si on avait essayé d’inclure des objectifs chiffrés de quotas mondiaux à ne pas dépasser, la négociation n’aurait jamais aboutie à l’adoption d’un plan. Mais il nous reste à attendre de voir si les engagements pris se traduiront vraiment par des actions concrètes. Par ailleurs si on voulait vraiment mettre en place un plan de régulation mondial de la pêche au thon, il faudrait tout d’abord créer une véritable et unique organisation internationale de régulation, laquelle pourrait regrouper en son sein les cinq organismes régionaux. En conclusion, un plan mondial ne serait envisageable que sous la surveillance d’une autorité globale. Et il semble bien, que nous ne soyons pas encore prêt à accepter cela sauf si avec le temps la situation empire.



  • Marc Delplanque 22 février 2007 11:24

    D’autre-part, à l’heure actuelle, on ne dispose d’aucune statistique établissant le nombre de japonais sans état-civil, une enquête officielle est en cours.







Palmarès