• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

epicure

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4978 0
1 mois 0 12 0
5 jours 0 12 0

Derniers commentaires


  • epicure 22 mars 22:45

    Les inventeurs du terrorisme, sont d’autres religieux : les sicaires juives, les plus radicaux et les plus intolérants des juifs de l’antiquité. Ils n’avaient que des armes blanches donc faisaient avant tout des assassinats ciblés, mais cela a dégénéré en guerre contre les romains.

    Il n’y a rien d’étonnant du lien entre religion et terrorisme, le principe fondant les religion, l’hétéronomie, fait partie des principes qui alimentent ces idéologies terroristes qui reposent sur le conflit.


  • epicure 22 mars 22:24

    liberté, que de choses dit on en ton nom.....

    liberté = mot bateau, on lui fait dire tout et son contraire, au final de quoi parle-t-on ?

    Dans ton article, il y a plusieurs versions de la liberté qui cohabitent, mais qui n’ont pas la même signification au fond, c’est la faute aux habitudes de langage., et aux manipulations et propagande. Dans le dernier cas je pense à ceux qui nous vendent comme liberté, ce qui n’est en fait le fait d’exercer son pouvoir sur d’autre ... au détriment de leurs libertés.
    Et comme disait Orwell, si les mots ne veulent plus rien dire (la guerre c’est la paix, etc... ), il n’est plus possible de penser.
    En nous refourguant comme liberté, des choses qui s’éloignent de ce devrait être une définition honnête, de la liberté, les gens n’arrivent plus à penser correctement la liberté, et donc deviennent moins libre, au point de se réfugier dans l’autorité.

    Il y a des mots pour décrire des concepts différents, encore faut il les connaitre, et les utiliser.
    Par exemple l’hybris désigne la volonté de puissance, qui amène souvent à la destruction de la liberté des autres,mais ceux qui en sont animés vont parler de liberté comme motivation à leur volonté de puissance sur les autres.
    Sa sœur la licence, c’est le fait de pouvoir tout faire si on en a la volonté et les moyens, sans restriction, cela inclus donc de pouvoir agir au détriment de la liberté des autres, donc cela ne peut s’appeler la liberté non plus. l’hybris et la licence vont main dans la main, en fait de liberté, les porteurs d’hybris demandent en fait la licence pour eux.
    La liberté du renard libre dans le poulailler libre, relève bien sûr de la licence.

    En fait depuis plus de 30 ans ont nous vend de la licence pour certains agents économiques comme de la liberté.
    C’est ce qui fait que la liberté est devenu moins attractive.

    La liberté privilège est aussi une fausse liberté, c’est une pseudo liberté attribuée à certaines personnes en fonction de certaines particularités, ceci est bien évidemment compatible avec la licence : c’est à dire la licence pour une certaine catégorie de personne, surtout si ce privilège permet d’exercer un pouvoir sur les autres ( patron, actionnaire, etc.... ). Mais ce n’est pas une liberté puisqu’elle n’est pas accordée aux autres.

    Par exemple la liberté de licenciement, c’est une grosse arnaque sémantique, on ne pourrait parler de liberté de licencier que si tout le monde pouvait l’exercer sans restriction, et donc les employés sur leur direction. Mais bizarrement nos pseudo hérauts de la liberté n’en veulent surtout pas, c’est du communisme, c’est staline et ses goulags, etc.... ( en fait historiquement les libéraux sont contre la vrai démocratie, et c’est libéraux en personne qui l’affirment )

    Mais si la liberté c’est le fait de pouvoir exercer un pouvoir sur les autres, la liberté ne signifie plus rien. Et si on n’est plus capable de penser la liberté, par conséquent on n’est plus libre.
    De plus le développement de la licence, de l’absence de règle commune rend la société moins sécurisante, brise les liens sociaux, ce qui favorise le besoin d’autorité, de quelque chose de rassurant.

    Il y a aussi la « liberté soumission », qui est un peu le propos inverse, ici on n’applique pas un pouvoir sur les autres, mais on se soumet à un pouvoir, mais en faisant de cette soumission quelque chose de personnel. Mais on est bien dans un oxymore, c’est à dire en fait affirmer son absence de liberté, en appliquant ce que d’autres ont décidé pour soi, au nom de la liberté. Marx parlerait d’aliénation.
     Le plus courant actuellement ce sont des revendications religieuses, ou aussi chez les drogués qui ne font qu’exprimer leur aliénation, leur dépendance face à leur drogue ( utiliser sa drogue quand je veux, où je veux, etc.... ).

    La seule conception de la liberté valable c’est celle qui préserve la liberté de chacun, c’est celle dont les définitions se complètent celle définie par les philosophe :
    « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », « la liberté c’est ce qui ne nuit pas à autrui », « la liberté c’est l’absence d’oppression » etc.... définitions que ne respectent pas les fausses libertés, et donc que ne respectent pas ceux qui n’arrêtent pas de clamer la liberté pour nous refourguer des moyens à certains d’avoir du pouvoir dans la société.
    Ici être libre c’est donc à la fois être libre des contraintes externes, mais aussi de ne pas être prisonnier de ses passions ( en premier lieu pour le pouvoir, la reconnaissance sociale, etc.... ), de son égo, de ses peurs, pour laisser aux autres leur propre liberté, qui en retour vous permettront d’être libre.

    Pour ce qui est de la représentativité, dans la pratique, il s’agit d’une licence de décision pour le représentant, qui prive les électeurs de leur volonté, si le représentant décide de n’en faire qu’à sa tête. Par exemple se présenter comme l’ennemi de la finance pour être élu, et une fois élu devenir l’ami de la finance. On n’est plus dans la liberté.

    Les libéraux et les conservateurs ont tout fait pour cadenasser la démocratie. Par exemple aux états unis, le président est élu par des grands électeurs, qui ne sont pas issus du tout venant, permettant à un candidat d’être élu par une minorité de votant, mais une majorité de grands électeurs, comme cela vient d’être le cas pour trump. La démocratie libérale, c’est une démocratie cadenassée par les bourgeois, et permet toutes les dérives.
    Ce n’est pas fait pour permettre l’expression du l’égal libre choix entre les citoyens, mais pour orienter les résultats, en faisant en sorte que le groupe qui a le vrai pouvoir de décision soit à majorité bourgeoise. Comme par exemple un gouvernement avec beaucoup de milliardaires, qui représentent moins de 1% de la population, et sont obsédés par leur intérêt privé.
    Oui il y a beaucoup de choses à changer pour combattre les dérives vers l’autoritarisme.


  • epicure 22 mars 21:17

    @Sergio

    Mais une moralité qui refuserait le bonheur des autres au nom de ses peurs égocentriques, c"est immoral. Car c’est de la manipulation, et de la perversion au sens de « action de détourner quelque chose de sa vraie nature », car se rapprocher du bonheur c’est en fait être en accord avec sa vrai nature. Mais les personnes qui sont porteurs de cette pseudo moralité (’hypocrite ) préfèrent enfermer les gens dans des faussetés connues, et la contrainte , plutôt qu’ils expriment leur vrai nature les amènent dans des domaines inconnus.
    Il suffit de voir sur la question des genres ceux qui ne veulent voir dans la société que des hommes caricatures viriles, et des femmes caricatures féminines.

    Dasn ce cadre là, le travail permet plusieurs chose : encadrer la vie, placer les gens dans des rapports hiérarchiques, et surtout pouvoir identifier les gens selon leur travail ( l’ouvrier en bleu de travail, le trader en costard, etc... ), aucune place pour l’inconnu, l’incertitude.

    Une vie intérieure détachée de tout cadre contraignant, c’est le pire cauchemar pour eux, car ils n’ont aucun contrôle dessus.

    Les ultra religieux qui interdisent le rire, l’humour, la musique, etc... sont les meilleurs représentants de cette mentalité dangereuse et mortifère.


  • epicure 22 mars 20:25

    @Sozenz

    « 
    Religion et Ambition ne font pas bon ménage ....
     »
    ... dans le monde des bisounours.

    Dans le monde réel, la religion et le pouvoir se sont toujours côtoyés, voire confondus.
    La religion a été dans les nombreuses société un outil de contrôle des population, ça évitait de maintenir un système très inégalitaire que par la seule force des armes.
    A une époque pour devenir pape il fallait avoir de l’ambition... les borgias ça te dis quelque chose ?

    Et puis ce n’est pas ron hubbard le fondateur de la scientologie qui t’approuvera, puisqu’il avait dit et l’avait mis en pratique : "si tu veux devenir riche, crées ta propre religion.


  • epicure 22 mars 18:33

    @Le421

    Oui pour ce qui est de « jeanne » le quotidien ont montré un reportage, où tous ces hommes de l’ombre poursuivis pour escroquerie, sont cachés aux médias, pour certains avoir une photo c’est un exploit.

    le FN dit  : « Tous pourris ! »
    ils sont bien placer pour le dire , vu qu’ils sont les premiers à être pourris.
    A moins que ce ne soit de l’égocentrisme : prendre son cas pour une généralité.







Palmarès