• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ffi

ffi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3331 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • ffi ffi 24 janvier 2016 23:44

    @Fabien Sabinet

    Avant de déterminer ce qu’est l’éther, il faudrait déjà expliquer quel genre d’onde est la lumière...

    Par exemple, le son est une onde (mécanique) de compression / dilatation dans un milieu. Tout milieu compressible est donc un substrat potentiel pour porter l’onde sonore.

    Ce qui a été infirmé par l’expérience de Michelson-Morley, c’est l’éther mécanique de Fresnel et l’éther statique de Lorentz. L’éther circule comme les planètes. Mais si on tient la lumière comme une onde, alors, nécessairement, il faut imaginer son milieu de propagation, et préciser lesquelles de ses grandeurs physiques varient.

    On pense immédiatement aux grandeurs électromagnétiques (champ électrique, champ magnétique). Mais il y a un problème : ces grandeurs électromagnétiques sont pour beaucoup des intermédiaires de calcul qui nous échappent, des manières commodes d’envisager la Force sur un objet test. Pour mesurer un champ électrique, il faut une charge. Pour mesurer un champ magnétique, il faut un courant ou un pôle magnétique. La matérialité électromagnétique repose sur des charges, des pôles magnétiques, et des courants, tandis que la matérialité mécanique repose sur la masse.

    Le problème n’est pas tant de dire s’il y a un éther ou pas, le problème est de préciser ce qu’il est.


  • ffi ffi 15 juin 2015 13:46

    @Pierre JC Allard
    Une batterie de Véhicule électrique stocke environs 30 kW-heure d’énergie. À 10 euros le kW-heure d’Énergie/Argent, un achat à distance de 300 euros exigerait de vider une telle batterie sur le réseau électrique.... Mais je conviens que cela compliquerait sérieusement l’usage des portes-monnaies...


  • ffi ffi 15 juin 2015 13:26

    @Pierre JC Allard
    Bonjour, loin de moi l’idée de fixer une valeur objective et consensuelle du prix de tous les travaux : je ne crois pas que cela soit possible. Si j’ai pris la dépense énergétique d’un coureur du tour de France comme indicateur, c’est pour avoir un ordre de grandeur. Mais il serait difficile de comparer l’énergie du travail intellectuel et du travail physique. Certes, quelqu’un qui organise bien le travail d’une équipe permet à cette équipe de dépenser moins d’énergie, mais le calcul du gain est infaisable précisément.
     
    Cependant, en raccrochant l’argent à l’énergie, je souhaitais l’accrocher à quelque chose de tangible, imaginer un étalon en quelque sorte, un étalon qui ne soit pas l’or. Tout m’indique que l’étalon physique de l’argent est l’énergie (que l’on dépense en travail...).

    À défaut d’aboutir à une caractérisation précise des dépenses et gains d’argent, via les dépenses et gains d’énergie, car c’est impossible à faire rigoureusement, cela permet néanmoins de mettre en exergue la manière absurde dont est envisagé l’argent actuellement, comme un simple symbole. Pensez que de petites chatouilles électriques à 50 Volt pendant quelques microsecondes dans les lignes de télécommunication peut acheminer 1 milliard d’euros, alors que c’est 6 mois de production à 200 000 Volt d’une centrale nucléaire ! Je trouve ce contraste piquant et saisissant.
     
    Avec un tel étalonnement par l’énergie électrique, les paradis fiscaux seraient facilement mis en échec... Imaginez l’énergie électrique que devraient produire les Bahamas pour faire valoir tout l’argent qu’ils prétendent avoir... De même, les banques seraient beaucoup mieux tenues.
     
    C’est un thème de réflexion qui m’intéresse beaucoup, même si je n’ai pas trop eu le temps travailler le concept. C’est une idée lancée au détour de quelques Forum, par-ci, par-là, il y a un an ou deux. Aujourd’hui, l’argent est le droit d’avoir. Comme il n’y a pas de droit naturel, il suffit pour un État, ou une banque centrale, de se proclamer le droit d’avoir, pour produire des montagnes de valeurs monétaires. Mais ces valeurs ne sont justifiées que par le droit, un droit qui est appuyé par la force armée des États, donc une énergie...
     
    Il faut être logique : un travail, c’est un effort. Il ne peut être rétribué en symboles.


  • ffi ffi 14 juin 2015 07:49

    En physique, le travail est une énergie et il se mesure en Joule.
     
    Si l’argent se veut mesurer le travail, alors il faut le compter en Joule.
     
    C’est d’ailleurs pas pour rien que le dollar s’appuie sur le pétrole, et que tout pays qui voudrait vendre du pétrole en une autre monnaie que le dollar a de sérieux problème avec le pays du dollar.
     
    L’argent ne peut évidemment pas être un pur symbole conventionnel. Transmettre des milliards de dollars avec un petit picotement électrique via les réseaux est clairement sans rapport avec la quantité d’énergie dépensée en travail pour engendrer de telles sommes : C’est la porte ouverte à toute les arnaques.

    À 0,1 euro le kW-h, transmettre un milliard d’euro implique de transférer 10 Tera Watt-heure. C’est environ 6 mois de la production de la centrale nucléaire de Chinon. Une telle transmission d’énergie implique de développer une puissance considérable, ce qui ne va pas sans perte en ligne.
     
    Un coureur du tour de France dépense en moyenne 6400 kilocalorie par jour, c’est-à-dire 26880 kjoules, c’est-à-dire 7,4 kiloWatt-heure. Au prix étalon « EDF », le coureur cycliste devrait être payé 0,74 euros par Jour... Cela donne un ordre de grandeur. Disons que le travail humain coûte environ 100 fois plus que le travail de l’Uranium, pour obtenir un salaire de 75 euros par jour, l’euro étant alors étalonné à 100 kiloWatt-heures électrique ou 1 kiloWatt-heures humain.
     
    1 milliard d’Euro est ainsi l’équivalent de 36.529 années de travail humain ou bien 6 mois de production d’une petite centrale nucléaire. Cette transmission d’argent par les réseaux est clairement une arnaque. L’argent ne peut être ni virtuel, ni symbolique. Si l’argent a une mesure, cela ne peut être que celle d’une énergie. Transférer de l’argent implique donc de transférer de l’énergie. De plus, tout transfert d’énergie se fait nécessairement à perte, à cause de l’entropie, donc l’argent doit « fondre » à la transmission.


  • ffi ffi 9 juin 2015 21:46

    @Fergus
    Si vous y réfléchissez bien, cette logique d’efficacité, qui s’appuie sur la logistique d’un parti, c’est bien ce qui engendre une inégalité des citoyens face aux suffrages.
     
    Il y a les membres des grosses corporations, ces « multinationales » de la politique, qui produisent de l’industriel avec force marketing, et les artisans, qui bricolent du sur mesure.
     
    Les partis sont censés pouvoir se produire librement. En pratique, ils ne peuvent pas, car les grosses corporations politiques ont la maîtrise du marché des suffrages. Les seuls partis qui émergent sont issus de personnalités qui ont un ancrage local (ex : DLR ou la ligue du Sud).
     
    La politique est conçue comme un marché concurrentiel. Au bout de cette logique, il y a, au mieux, l’oligopole, au pire, le monopole. Dans ce cadre, les élus sont donc d’abord les représentants des partis politiques, bien avant d’être ceux des électeurs, puisqu’il savent bien qu’ils doivent leur élection au parti qui les a investi.







Palmarès