• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hermes

Hermes

Bio ici
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2006 0
1 mois 0 10 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Hermes Hermes 16 mai 17:14

    Ben voyons ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. La négation des cadres est la pire des erreurs.

    Quand à nourrir un espoir, il faut être bien fou ! Tout cela se jouera sur des périodes de temps qui nous dépassent.

    Bonne soirée.


  • Hermes Hermes 16 mai 17:01

    Bonjour,

    Pourquoi faut-il que quelque chose ait créé la conscience ?

    La complexité de nos personnalités est-elle une réelle manifestation de conscience ? Quand on cesse de réfléchir et qu’on est vraiment bien présent et tranquille, on vit une conscience plus directe des choses ; non verbalisable.
    La conscience et le monde pourraient être envisagés comme concomitants : la recherche physique rejoint l’expérience personnelle. On sait par exemple que l’action de l’observateur provoque la décohérence de la réalité quantique, ce qui rend la matière observable, et cela montre à quel point l’objet perçu est lié à l’observateur, de nos interprétations les plus évidentes jusqu’à l’échelle la plus infime.

     De nouvelles théories amènent même à envisager que l’espace lui-même a une granularité quantique..... dont les modifications toplogiques seraient l’essence du temps. smiley

    La cohérence (et donc l’expérience du réel - espace, matière, temps - tel que nous le connaissons) pourrait être envisagée comme concomitante de la conscience, ce qui signifierait ni plus ni moins que nous percevons l’univers tel qu’il est par nécessité.

    Il est difficile de sortir du mode de pensée aristotélicien dans lequel la conscience est vue comme séparée du monde fait d’objets catégorisés et nommés.
    Sortir de la complexité intellectuelle en se connectant au présent, à la perception directe, diminue la barrière de pensée qui nous sépare du réel avec toutes ses interprétations et catégorisations, et qui nous empêche, en même temps, de renouer avec l’essentiel qui est au plus profond de nous même, là où la qestion du sens se résoud d’elle-même !

    C’est un apprentissage progressif, un chemin de découverte, une pratique, mais celle-ci s’évapore quand la pensée s’en empare en nous faisant croire qu’on est conscient !

     smiley


  • Hermes Hermes 15 mai 16:07

    Ce n’est rien comparé à ce qui adviendra, lorsque les militares s’empareront des prochaines découvertes scientifiques majeures !

    Il faut s"interroger sur l’aveuglement et la bétise de l’être humain. Comment peut-on s’arroger ainsi le droit de détruire ?

    A quel point faut-il se sentir misérable pour manifester un tel orgueil démesuré ?

    Demain sera différent si...

    Aimez vos anfants, ne leur enseignez pas la négation et la haine, apprenez leur à ne pas adorer les sommets de bétise et la comptétition, à comprendre petit à petit que seule la qualité de la présence permet de se sentir libre et tranquille, et la paix reviendra peut-être un jour.


  • Hermes Hermes 15 mai 15:52

    Texte courageux et bien écrit.


  • Hermes Hermes 3 mai 11:35

    @Clocel

    Effectivement pour un pays !

    Il y a un tissus d’influences qui conditionnent. Mais comme vous dites en début de commentaire, l’absence de volonté, ou plutot la ferme croyance dans la réalité de ce que nous avons récolté de ces influences dans notre personnalité, c’est cela qui emprisonne. Du « absolument rien » que nous prenons pour « absolument tout ». SI nous commençons modestement à le voir pour soi-même c’est un bon début.

    bonne journée.







Palmarès