• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Arab in aspic 2 : des norvégiens bien dans leur prog heavy

Arab in aspic 2 : des norvégiens bien dans leur prog heavy

La règle se confirme une fois de plus, que l’on soit au Japon, en Italie ou en Scandinavie, les groupes de rock progressif se baptisent avec des noms alambiqués. « Arab in aspic 2 » ne déroge pas à la règle mais le plus important, ce n’est ni le nom du groupe, ni la pochette, du reste très réussie comme il se doit pour du prog mais la musique qui se joue. Sur ce point on est rassuré, Arab in aspic assure. Ils se produiront le 16 août sur la scène du Crescendo à Saint-Palais et viennent de sortir leur troisième album « Picture in a dream », sorti en mai 2013 chez Black Widow. On se situe dans un registre plus heavy prog que symphonique. D’aucuns ont décelé des influences à la Black Sabbath mais je préfère opter pour un fond stylistique plus Uriah Heep, notamment avec l’usage des claviers et bien évidemment, le côté vintage de ce heavy prog ne peut qu’être renforcé avec l’usage généreux du légendaire orgue Hammond rendu populaire depuis Nico du Velvet ainsi que les Moody blues et d’autres figures des sixties et early seventies.

La première écoute dévoile un style assez complexe, rythmé, entre heavy prog et swing mais avec une teinte progressive rappelant parfois leurs cousins scandinaves Beardfish, une référence dans le milieu prog. Le style des morceaux est plutôt homogène mais le travail de composition offre des morceaux marqués par des différences avec une dose de rock space, comme si du Ozric Tentacle avait été collé à du heavy prog. Voilà donc de la musique pleine de pêche et de fantaisies exécutées à la guitare, à l’orgue et aux synthés. Avec des exécutions très équilibrées, fluide, bien produites, bref un bouillonnement très subtil sans qu’aucun des musiciens ne se noie. De quoi prouver si besoin était que le rock progressif ne se résume pas à quelques figures genre Yes ou ELP et leur symphonisme parfaitement assumé ce qui en fait des têtes de turc idéales pour les cultureux de Télérama et Inrocks. De quoi aussi nous persuader que les Scandinaves sont très éclectiques et que leur musique ne se résume par au métal viking.

Si ces musiciens viennent d’un pays froid, il n’en réchauffent pas moins nos âmes avec ces morceaux joyeux et festifs livré avec une fausse désinvolture avec les fantaisies de synthétiseur et une tonalité très optimiste laissant augurer une fête planétaire où nos neurones dansent plus que nos corps. De quoi réveiller nos cerveaux ramollis par cette soupe lounge pour bobos apathiques que nous sert au petit déjeuner tous les matins Didier Varrod sur Inter. Ces Norvégiens savent vraiment jouer de la musique et même nous entraîner vers du funk progressif avec une rythmique très professionnelle et les jeux de guitare au son très seventies. A noter la présence de Rune Sundby, invité de choix en tant que représentant emblématique des seventies, du temps où il chantait avec Ruphus. N’hésitez pas à écouter et acheter ce CD et puis je rappelle qu’ils seront sur scène au Crescendo de Saint-Palais où vous pourrez voir ce que donne cette formation en live, sans dépenser le sou puisque je le rappelle, ce festival est gratuit. Et ce qu’on y entend vaut mieux que la programmation complète des vielles charrues.

Line-up : Jostein Smeby : Guitars, vocals Stig A. Jørgensen : Hammond, piano, synth, vocals Erik Paulsen : Bass, fretless bass, vocals Eskil Nyhus : Drums, percussion Rune Sundby : Guest vocals

Video preview :


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Proudhon Proudhon 22 juin 2013 18:56

    @Bernard Dugué

    Je viens d’écouter le morceau de la vidéo.
    Il faudrait que les mecs m’expliquent où ils ont décelé une influence des Black Sabbath. A moins que cela ne soit sur un autre titre ce dont je doute quand même un peu.
    Plus proche sans doute d’un Uriah Heep mais aussi d’un Jefferson Starship.

    Reviendrai-ton aux origines ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès