• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Cérémonie des César 2006 : autocélébration ou concentré d’émotions (...)

Cérémonie des César 2006 : autocélébration ou concentré d’émotions ?

medium_pict0166bis.jpg

Pour certains, les César représentent une cérémonie futile et inutile, la pseudo-fête de la pseudo-famille du cinéma, la fête des Narcisse et autres adorateurs d’eux-mêmes plus ou moins renommés, un heureux prétexte pour dîner ensuite ensemble au Fouquet’s et se regarder en chiens de faïence. Pour d’autres, qui croient encore en la magie du cinéma, c’est avant tout un concentré d’émotions, de talents, et même parfois un coup de projecteur fabuleux sur ceux qui plus habitués à l’ombre qu’à cette lumière qui, parfois injustement les avait ignorés ou dont elle s’était rapidement détournée, pour se focaliser sur d’autres, alors projetés de l’un à l’autre en un quart de seconde. Vous savez : ce quart de seconde où le lauréat potentiel apprendra qu’il restera définitivement au rang de nommé, ce quart de seconde où son sourire d’espoir, ragaillardi par les nombreux messages débordants d’enthousiasme et de flagornerie de ses nouveaux amis, se fige en un rictus amer que son orgueil lui dicte de masquer en sourire fair play, ce quart de seconde où il passe d’une belle illusion à une désillusion cruelle, ce quart de seconde où son voisin qui le regardait béatement applaudit à tout rompre en regardant aussi béatement son concurrent de lauréat, ce quart de seconde où le temps s’arrête pour certains, a des relents d’éternité pour d’autres, ce quart de seconde où les regards se détournent pour n’avoir plus qu’un seul point de mire, ce quart de seconde où les César deviennent pour certains la fameuse cérémonie inutile, pour d’autres essentielle. Concentré d’émotions donc. Celle d’Isabelle Adjani, l’an passé. Celle d’Annie Girardot, impériale et bouleversée, bouleversante, rappelant brusquement son existence à la famille précitée, si facilement amnésique, recouvrant trop facilement la mémoire. Celle de Jean Gabin, premier à présider la cérémonie en 1976. Tant d’autres encore. Des instants absurdes, cocasses, magiques, de l’imprévu comme la télévision nous en offre trop rarement. Forcément, cette magie-là appartient (encore) au cinéma. Des coups de projecteurs miraculeux, qui ont permis à certains films d’avoir une seconde vie, comme LEsquive, d’Abdellatif Kechiche, ou Quand la mer monte, de Yolande Moreau et Gilles Porte, deux films indépendants, l’an passé. C’est surtout ça pour moi, les César, et c’est déjà formidable. Tout le monde n’a pas une seconde chance, non ? Pour eux, les César n’ont pas été futiles mais primordiaux. Les César, ce sont donc une nouvelle vie pour certains, un couronnement, un espoir déçu pour d’autres. Mais le quart de seconde fatidique pour tous, en tout cas. Tant de quarts de secondes que je ne manquerai pas d’observer et de vous relater à mon retour de la cérémonie. Le quart de seconde qui permettra à La petite Jérusalem de Karin Albou, Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé, et Entre ses mains d’Anne Fontaine, de l’avoir cette seconde vie, je l’espère, car ils le méritent !

Vous pourrez également suivre la cérémonie des César sur Canal + à partir de 20h30, ce samedi 25 février.

Vous pouvez retrouver mes critiques des films suivants, nommés aux César, en cliquant sur le nom du film en question (comme chaque année de magnifiques films comme Mon Ange de Serge Frydman ou Le temps qui reste de François Ozon sont totalement oubliés par les César, mais aussi quelques autres dont vous pouvez néanmoins également retrouver les critiques sur ce blog) :

-De battre mon coeur s’est arrêté, de Jacques Audiard (10 nominations)

-Joyeux Noël, de Christian Caron(6 nominations)

-Le petit lieutenant, de Xavier Beauvois (5 nominations)

-L’enfant, des frères Dardenne(4 nominations)

-Caché, de Michael Haneke (4 nominations)

-Je ne suis pas là pour être aimé, de Stéphane Brizé(3 nominations)

-La petite Jérusalem, de Karin Albou(2 nominations)

-Le promeneur du champ de Mars, de Robert Guédiguian(2 nominations)

-Entre ses mains, d’Anne Fontaine(2 nominations)

-Palais Royal, de Valérie Lemercier (2 nominations)

-Lemming, de Dominik Moll (1 nomination)

- Match point, de Woody Allen (1 nomination)

-Mar Adentro, d’Alenjandro Amenabar(1 nomination)

-Backstage, d’Emmanuelle Bercot(1 nomination)

-After Shave, de Hany Tamba (1 nomination)

Cette année la cérémonie sera présidée par Carole Bouquet, succédant à Isabelle Adjani et sera présentée par Valérie Lemercier qui succède à Gad Elmaleh. Cette dernière est par ailleurs nommée dans la catégorie «  Meilleure actrice » pour son rôle dans Palais Royal qu’elle a par ailleurs réalisé.

Nommés :

Meilleur acteur :

-Michel Bouquet pour Le promeneur du Champ de Mars

-Patrick Chesnais pour Je ne suis pas là pour être aimé

- Romain Duris pour De battre mon coeur s’est arrêté

-José Garcia pour Le couperet

-Benoît Poelvoorde pour Entre ses mains

Je ne suis pas là pour être aimé est un film sublime, qui mériterait un coup de projecteur et une seconde chance qu’un César du meilleur acteur pourrait bien sûr lui apporter, ce film a d’ailleurs été plébiscité par les lecteurs de Mon festival du cinéma lors de notre sondage sur les films de l’année. Benoît Poelvoorde a réussi une composition exceptionnelle dans le film remarquable d’Anne Fontaine : Entre ses mains, mon coup de coeur de l’année 2005. Pour ces raisons, j’aimerais beaucoup que l’un ou l’autre soit récompensé, même si Michel Bouquet, qui n’a plus rien à prouver, a été formidable en Mitterrand dans le film de Guédiguian. L’Académie choisira-t-elle de récompenser la longévité et la carrière, de mettre en lumière un film qui n’a pas reçu le succès mérité, de récompenser Romain Duris, de saluer sa jeune et non moins brillante carrière, surtout son très beau rôle dans le film d’Audiard , ou bien de récompenser Benoït Poelvoorde car, c’est vrai, elle aime récompenser les comiques qui passent au drame ?

Meilleure actrice :

-Nathalie Baye pour Le petit lieutenant

-Isabelle Carré pour Entre ses mains

-Anne Consigny pour Je ne suis pas là pour être aimé

-Isabelle Huppert pour Gabrielle

-Valérie Lemercier pour Palais Royal !

Mon coeur balance entre Nathalie Baye dans Le petit lieutenant (déjà césarisée pour La Balance) et Isabelle Carré dans Entre ses mains. Nathalie Baye est comme toujours excellente, mais primer Isabelle Carré permettrait à la fois de récompenser une jeune actrice formidable qui a déjà beaucoup tourné et de donner un coup de projecteur sur Entre ses mains, à moins que Benoît Poelvoorde n’ait lui aussi été récompensé ou que l’Académie ne crée la surprise en récompensant Anne Consigny, touchée par Je ne suis pas là pour être aimé et faisant ainsi L’esquive 2006.

Meilleur acteur dans un second rôle :

- Niels Arestrup De battre mon coeur s’est arrêté

- Maurice Benichou Caché

- Dany Boon Joyeux Noël

- Georges Wilson Je ne suis pas là pour être aimé

- Roschdy Zem Le petit lieutenant

Caché a été injustement méprisé par les médias à sa sortie, j’aimerais donc qu’il soit primé par le truchement de ce César du meilleur acteur dans un second rôle. Il est pourtant plus probable que le prix aille à Niels Arestrup.

Meilleure actrice dans un second rôle :

-Catherine Deneuve Palais Royal !

- Cécile de France Les poupées russes

-Noémie Lvovsky Backstage

-Charlotte Rampling Lemming

-Kelly Reilly Les poupées russes

Probablement un des prix les plus difficiles à remettre, tant les comédiennes nommées sont différentes par leurs carrières, âges, ou rôles. Un prix pour Noémie Lvovsky ou pour Charlotte Rampling pourrait là aussi remettre à l’honneur des films qui ne l’ont pas suffisamment été. Primer Kelly Reilly ou Cécile de France permettrait de récompenser un cinéma de divertissement de qualité, un peu boudé par les César, et par ailleurs deux jeunes actrices de talent. Quant à Catherine Deneuve, qui mériterait peut-être davantage un César d’honneur, elle semble s’être un peu égarée dans cette catégorie. L’Académie osera-t-elle lui préférer une jeune comédienne comme Kelly Reilly ? Réponse samedi soir.

Meilleur espoir masculin :

-Walid Afkir Caché

- Louis Garrel Les amants réguliers

- Adrien Jolivet Zim and co.

-Gilles Lellouche Ma vie en l’air

- Aymen Saïdi Saint-Jacques... La Mecque

N’ayant pas vu 3 des 5 films en question, je me contenterai de souhaiter à nouveau un coup de projecteur sur Caché et donc un César du meilleur espoir masculin pour Walid Afkir.

Meilleur espoir féminin :

-Mélanie Doutey Il ne faut jurer de rien !

-Déborah François L’enfant

- Marina Hands Les âmes grises

-Linh-Dan Pham De battre mon cœur s’est arrêté

-Fanny Valette La petite Jérusalem

Je vote pour Fanny Valette car ce film sublime (caractère auquel la jeune actrice a largement contribué) mérite vraiment un coup de projecteur. Déborah François est elle aussi très talentueuse mais L’enfant a déjà reçu un large écho médiatique dont La petite Jérusalem n’a malheureusement pas bénéficié.

Meilleur réalisateur :

-Jacques Audiard De battre mon cœur s’est arrêté

- Xavier Beauvois Le petit lieutenant

- Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne L’enfant

-Michael Haneke Caché

-Radu Mihaileanu Va, vis et deviens

Je n’ai malheureusement pas vu Va, vis et deviens, donc je voterai pour Caché, même si peut-être le jury souhaitera récompenser Va, vis et deviens, Caché ayant été déjà primé et donc médiatisé à Cannes, de même que L’enfant d’ailleurs étrangement devenu français depuis le festival de Cannes !

Meilleur film français :

-De battre mon coeur s’est arrêté Jacques Audiard

-L’enfant Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne

-Joyeux Noël Christian Carion

- Le petit lieutenant Xavier Beauvois

-Va, vis et deviens Radu Mihaileanu

Meilleur premier film :

- Anthony Zimmer Jérôme Salle

Le cauchemar de Darwin Hubert Sauper

- Douches froides Antony Cordier

- La marche de l’empereur Luc Jacquet

-La petite Jérusalem Karin Albou

Anthony Zimmer avait de qualités photographiques et de mise en scène indéniables mais encore une fois La petite Jérusalem mérite vraiment d’être mise en avant.

Meilleur scénario original :

-Xavier Beauvois Guillaume Breaud Jean-Éric Troubat Cédric Anger Le petit lieutenant

- Christian Carion Joyeux Noël

- Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne L’enfant

- Michael Haneke Caché

- Radu Mihaileanu Alain-Michel Blanc Va, vis et deviens

Peut-être ce prix sera-t-il dévolu à Joyeux Noël dont le sujet, et donc le scénario, avait beaucoup touché à sa sortie... Mais pourquoi ne pas créer la surprise, là aussi, avec Va, vis et deviens ?

Meilleure adaptation :

-Jacques Audiard Tonino Benacquista De battre mon coeur s’est arrêté

-Patrice Chéreau Anne-Louise Trividic Gabrielle

-Costa-Gavras Jean-Claude Grumberg Le couperet

-Anne Fontaine Julien Boivent Entre ses mains

-Gilles Taurand Georges-Marc Benamou Le promeneur du Champ de Mars

Gilles Taurand et Georges-Marc Benamou ont réussi un véritable tour de force : réconcilier détracteurs et défenseurs de l’ancien président de la République, ayant évité tout angélisme ou tout manichéisme simplificateurs.

Meilleure musique écrite pour un film :

-Armand Amar Va, vis et deviens

-Alexandre Desplat De battre mon coeur s’est arrêté

-Philippe Rombi Joyeux Noël

-Émilie Simon La marche de l’empereur

Probablement Emilie Simon se verra-t-elle couronnée puisque ses musiques jouent un rôle prépondérant dans le succès aussi phénoménal qu’inattendu de La marche de l’empereur.

Meilleur court-métrage :

- After shave Hany Tamba

- Obras Hendrick Dusollier

-La peur, petit chasseur Laurent Achard

-Sous le bleu David Oelhoffen

De ces courts-métrages je n’ai vu qu’After shave, vu dans deux festivals (Cabourg et Lille), primé dans de nombreux festivals. Pourquoi pas un César qu’il mériterait pour sa poésie rare et d’autant plus appréciable ?

Meilleure photo :

- Stéphane Fontaine (A.F.C.) De battre mon coeur s’est arrêté

-Éric Gautier (A.F.C.) Gabrielle

-William Lubtchansky (A.F.C.) Les amants réguliers

Meilleurs décors :

-Loula Morin Les âmes grises

-Olivier Radot Gabrielle

-Jean-Michel Simonet Joyeux Noël

Meilleur son :

-Laurent Quaglio Gérard Lampsur La marche de l’empereur

-Guillaume Sciama Benoît Hillebrant Olivier Dô Hùu Gabrielle

-Brigitte Taillandier Pascal Villard Cyril Holtz Philippe Amouroux De battre mon coeur s’est arrêté

Meilleur montage :

-Sabine Emiliani La marche de l’empereur

-Francine Sandberg Les poupées russes

-Juliette Welfling De battre mon coeur s’est arrêté

Le montage est remarquable dans le film d’Audiard. Les poupées russes, bien qu’étant selon moi un film très réussi, voire plus que L’auberge espagnole, est peut-être un peu long. Les manchots ont été humanisés par le montage... Je vote donc pour Juliette Welfling.

Meilleurs costumes :

-Pascaline Chavanne Les âmes grises

- Alison Forbes-Meyler Joyeux Noël

-Caroline de Vivaise Gabrielle

Meilleur film étranger :

-A history of violence David Cronenberg

-Mar adentro Alejandro Amenabar

-Match point Woody Allen

-Million dollar baby Clint Eastwood

-Tu marcheras sur l’eau Eytan Fox

Match point a été élu meilleur film de l’année par les lecteurs de Mon festival du cinéma, selon moi également. L’Académie des César sera-t-elle du même avis ? Mar adentro serait peut-être davantage césarisable... A voir...

Lien : Site officiel des César



Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès