• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Conditionnement de l’enfant et prison mentale !

Conditionnement de l’enfant et prison mentale !

Il ne suffit pas d'interdire l'homophobie pour la faire disparaître...Il reste tout un travail éducatif à faire auprès de la population....C'est à mon avis une tâche importante.

L'éducation, c'est l'ensemble des influences qui s'exercent sur l'enfant et que l'enfant exerce sur son environnement.

Les parents ne sont pas les seuls éducateurs même s'ils tiennent une place centrale....L'école, la rue, les voisins, les médias constituent eux aussi des vecteurs éducatifs.

J'ai toujours pensé qu'il fallait éviter de conditionner son enfant en l'enfermant, tout jeune dans une prison mentale, quelle qu'elle soit !.... Certains enfants souffrent directement ou indirectement parce qu'ils ne sont pas confrontés aux autres et qu'ils subissent un matraquage idéologique …..

Rebecca Makkai trempe avec soin sa plume pour nous offrir un roman où se conjuguent la réflexion, l'observation sur cette Amérique du protestantisme rigoureux confrontée à un monde qui bouge....

Va t-elle sauver le « soldat Ian » ?

Le peut-elle ?

 

« Chapardeuse »

roman de Rebecca Makkai

Editions Gallimard

368 pages

juin 2012

21 €
 

Culture contre obscurantisme
 

Ian n'a pas beaucoup de chance.

Curieux, intelligent et assoiffé de lectures, il est doté de parents chrétiens fondamentalistes qui ne le laissent pas en paix. Sa mère très présente et pressante surveille ses lectures....

Comment voulez vous qu'il s'en sorte ?

Sa planche de salut s'appelle Lucy, célibataire de 26 ans, bibliothécaire...Pendant longtemps Ian cachera ses lectures interdites mais il étouffe et n'en peut plus. Sa mère confie une bonne partie de son éducation à un évangéliste homophobe qui comme elle, pense qu'il faut sauver ce garçon qui risque de tomber dans l'homosexualité...

L'enfant « protégé », conditionné n'a pas le droit de lire des ouvrages de sorcellerie, de magie ou s'inscrivant dans la théorie de l'évolution....Même Halloween et Harry Potter sont interdits !?

Nous sommes plongés dans l'Amérique post- 11 septembre où la réaction gagne beaucoup de « consciences ».

Lorsqu'un matin Lucy trouve Ian réfugié parmi les livres, elle hésite puis décide de partir avec le petit lecteur loin du domicile parental....

Qui a enlevé l'autre ? Elle tente plusieurs fois en vain de convaincre Ian de revenir.

La traversée de l'Amérique, ou du moins de plusieurs états va être une révélation pour le jeune fugueur et l'occasion pour la « chapardeuse » de s'interroger sur son histoire familiale....La fuite de son père de Russie, les faits exacts qui l'ont conduit vers le « nouveau monde » et l'activité actuelle de son géniteur, un peu mafioso.

Lucy s'interroge longuement durant tout le voyage ;

« Le stress prolongé et la vie de fugitif sont-ils plus préjudiciables pour la psyché de l'enfant que d'être élevé par une évangéliste anorexique et dominatrice ? »

Ce premier roman nous offre une balade faite de rencontres et d'imprévus dans une Amérique déchirée qui s'interroge sur son avenir.
 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • eric 27 août 2012 10:11

    Jésus Marie Joseph ! Que d’absurdités !
    1) Ne nous lassons pas de le répéter, c’est digne d’un journalisme niveau Nouvel Obs de confondre protestant évangélique et « évangéliste ».
    2) Il est asez absurde de se battre pour l’interdiction de publier certains textes (voir les simagrées entourant les rééditions de mein kampf, ou les procés contre les révisionnistes) pour les adultes, et d’exiger l’accés à n’importe quoi sans discrimination parentale pour les enfants.
    3) Les églises chrétiennes, de tout temps,on toujours affirmé que la sorcelerie n’existait pas. La position officielle de la papauté à l’époque ou « la base » brulait à tout va fût toujours de réaffirmer que c’était stupide car il ne pouvait pas y avoir de sorcellerie. Aujourd’hui, qui est le plus ridicule. Une mère américaine qui pense que Harry Potter ce n’est pas top culture pour son gosse, ou un alter qui est hostile à Haloween parce que c’est avant tout « un artifice marketing pour faire vendre des trucs » ? Les évangéliques sont souvent hostile au père Noël comme à Harry Potter va-t-on considérer que les enfant ont un droit au Père Noél ?

    Il a quel âge le « gosse » L’âge Harry Potter ? Et il « enlève »une bibliothécaire de 26 ans ?

    « Le stress prolongé et la vie de fugitif sont-ils plus préjudiciables pour la psyché de l’enfant que d’être élevé par une évangéliste anorexique et dominatrice ? »

    Pourquoi pas « vaut il mieux pour un petit garçon vivre avec un pédophile au sentiment sincère qu’avec un père maniac tueur en série ? C’est vraiment le genre de questions qui font avancer le shlimblick. On pourrait la formuler autrement : cela fait il vraiment une différence d’être élevé par ses parents ou par des tiers ?

    Toutes les idéologies totalitaires ont toujours considéré que les familles avaient une influence innaceptable sur leurs enfants... ; Voir Pavlik Morozov.

    Bref, c’est l’affaire Calas post moderne, ou l’héroine supposée avoue chercher des réponses à ses propres questions personelles en enlevant un gamin à sa famille, là ou l’église catho se contentait de faire »échapper les enfants à leur parents« au nom de grands principes.

    C’est une conception défendable comme toutes les conceptions. De la part d’un responsable d’un mouvement »famillial« , cela dénote d’une conception de la famille qui mériterait une diffusion plus large au sein des adhérents. Se rendent il tous compte qu’en s’efforcant de voir grandir leurs enfants avec eux en leur prêtant »trop" d’attention, il risquent d’être en contradction avec l’idéologie du mouvement ?

    Tient, avec des idées pareilles,les enfants Finaly, vous les auriez donné à qui ?


    • CHALOT CHALOT 27 août 2012 10:29

      Bon, j’accepte le niveau journaliste nouvel obs attribué par un anonyme.
      Pour le reste Eric, ne dites pas n’importe quoi, on ne parle pas de pédophilie mais d’homophobie, la confusion est, elle du niveau d’un élève de 6 ème.


      • eric 27 août 2012 11:07

        Bon, au moins, vous ne faites pas semblant de croire que je confond « maniaque tueur en série » avec anorexique. Mais la confusion que vous faites à dessein entre un exemple parallèle et une erreur de français, vous permet néanmoins de ne pas réagir sur le fond. Quelle conception de la « famille », moderne, ou post moderne, votre mouvement« famillial » oppose-t-il au modèle réactionnaire de parents élevant leurs enfants ? A partir de quel a^ge, de quel niveau d’obscurantisme, devient-il nécessaire d’intervenir énergiquement pour contrebalancer l’influence néfaste des géniteurs, voir leur retirer leurs « victimes » et qui en décide ?


      • non667 27 août 2012 11:12


        on ne parle pas de pédophilie mais d’homophobie,

        le prosélytisme homophile auprès des enfants de moins de 10 ans est un 1° pas vers la banalisation /acceptation de la pédophilie smiley smiley
        et au contraire les enfants devraient être mis en garde contre toutes tentatives d’attouchement et le métiers d’instit devrait être réservé aux dames . !


      • eric 27 août 2012 12:34

        PS, je n’ai plus d’enfatn en 6ème, mais j’espère qu’on apprend encore aux enfants de ces âges que le terme « homophobe » dans son acception actuelles dans certains milieux de la classe moyenne de gauche lettrée est avant tout une erreur de français...


      • crazycaze 27 août 2012 17:14

        @ non67 : la pédophilie n’a rien à voir avec l’homosexualité, et plus de 80% des attouchements ou abus sexuels sur les enfants sont commis par des membres de leur famille ou des proches.... De plus, il y a quelques années, un article de USA today basé sur des études on ne peut plus rigoureuses faisait le constat que c’est dans les états les plus religieux et les plus réactionnaires en matière de moeurs sexuelles qu’étaient commis le plus de crimes sexuels !!


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 28 août 2012 01:40

        Qu’est-ce qu’élever un enfant ? Est-ce le dresser comme un petit chien tenu en laisse et lui apprendre à suivre un chemin bien tracé d’avance ? Est-ce même le dompter entre des grilles sous la menace du fouet ? Est-ce profiter de sa fragilité pour en faire un être humain conforme à son désir, à son souhait, à son rêve ? ou un second soi-même ?
        Elever un enfant, à mon avis, c’est bien sûr le nourrir, le soigner, c’est aussi participer à son éducation, je dis « participer » car comme le précise l’auteur tout son environnement sera aussi éducation. Pour moi, en tant que mère, grand-mère et ancienne enseignante, la bonne éducation consiste d’abord à respecter l’enfant, ne pas le considérer comme « sa chose » et à lui donner peu à peu tous les outils qui lui permettront de grandir : des informations, des connaissances, mais aussi lui apprendre à réfléchir et à utiliser son esprit critique. Bref, élever un enfant, c’est savoir l’aimer pour lui et par pour soi, afin qu’il s’épanouisse avec sa propre personnalité.


      • LE CHAT LE CHAT 27 août 2012 10:52

        et s’il avait été conditionné par un lavage de cerveau communiste nord corééen, ou qu’il soit né dans une famille d’islamistes est ce que ça aurait été mieux pour son équilibre mental au marmot ?
        Les enfants sont les plus maléables , on peut leur inculquer n’importe quelles conneries à cet âge là ...............


        • La Plume La Plume 27 août 2012 11:06

          Sympas l’histoire... Le postulat de base ne tient pas selon moi. Je ne vois pas en quoi un enfant dont certains livres lui serait interdit serait dans une prison. C’est un faut problème, comme si cela allait nuire à sa culture. 


          C’est très subjectif et part de beaucoup de préjugés selon moi. Il n’y a pas une culture plus appropriée qu’une autre. Ici, c’est un extrêmisme religieux qui est pointé du doigt. Mais il y a des extrême partout. D’ailleurs le rapt de l’enfant est tout aussi extrême. 

          Les parents peut être essaient eux mêmes de le protéger d’une société consumériste à l’extrême. 

          Je ne vois pas quelle légitimité à une bibliothécaire de 26 ans à kidnapper un enfant pour le bien de sa culture. En fait le choix des parents est jugé d’après votre résumé, face à une soit disant choix d’éducation supérieure ou plus bénéfique.
          J’ai l’impression qu’on passe d’un conditionnement à un autre finalement, et par un moyen pas vraiment judicieux. A vrai dire cela aurait pu être moins violent, mais cela aurait enlevé un atout plus vendeur pour le livre et le scénario.

          Et puis votre introduction sur l’homophobie est tout autant subjective, c’est une prise de partie.
          Chacun est libre de se faire son opinion sur l’homosexualité, la religion et tout autre phénomène de société. C’est une forme de pensée uniqe. 
          Même si elle n’est pas imposé par la loi, elle le sera de fait par pression sociale et c’est tout aussi mauvais en soit. Chacun est libre de penser ce qu’il veut. Maintenant dans les faits, les actes contres des personnes homosexuelles, comme toutes autres, sont répréhensibles et cela suffit largement... je ne vois pas en quoi il est nécessaire de fart une place particulière à se phénomène de moeurs sexuel. On verra bientôt les zoophiles clamer le droit au mariage et à l’adoption... ???


          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 28 août 2012 02:01

            N’oubliez pas quand même qu’il s’agit d’un roman, d’une fiction. Si je comprends bien l’article, la romancière ne prend pas vraiment parti pour la bibliothécaire puisqu’elle l’imagine s’interrogeant elle-même sur l’opportunité de cette fugue pour le bonheur et le bien-être de son petit protégé. Elle lui demande plusieurs fois de retourner chez ses parents et le refus du garçonnet la met elle-même en situation de prisonnière de cette situation. Ce livre ne semble pas vouloir imposer une quelconque morale, mais inviter à la réflexion.
            Quant à l’introduction sur l’homophobie, elle est justifiée par le fait que la famille confie parfois l’enfant à un religieux qui est chargé de l’empêcher de prendre le chemin de ce qu’elle considère comme une sorte de déréglement sexuel.
            Avant de critiquer, il faut lire les articles jusqu’au bout.


          • FERAUD 27 août 2012 11:11

            ERIC Devrait lire les articles


            • eric 27 août 2012 11:54

              Et Chalot devrait lire les textes fondateurs de l’UNAF qui subventionne l’association dont il est vice président. Quand non seulement l’Etat, mais en gros toute personne de bonne volonté a vocation à embarquer les enfants des autres, dès lors qu’elle pense que leurs parents n’ont pas les bonnes idées ou pratiques, on entre dans une conception de ce qu’est une famille vraiment très ouverte. Une bibliothècaire de 26 ans qui a de gros problèmes d’identité se barre avec un gamin pour le « sauver » de ses parents. On peut bien sur nommer cela une forme « familliale ». On peut se demander pourquoi elle n’a pas alerté les services compétents si vraiment il y avait une raison légale objective de considérer l’enfant comme en danger. On peut surtout contribuer à faire connaître cette conception très « ouverte » de ce qu’est une famille et les droits des parents, enfants, et « tiers de bonne volonté » aux familles en général et aux adhérents aux familles laïques en particulier afin qu’elles puissent soutenir cette conception en toute connaissance de cause. Ou pas.


            • Vipère Vipère 27 août 2012 11:12

              Bonjour à tous


              « comment voulez-vous qu’il s’en sorte » !!! que veut dire au juste l’auteur ???

              se sortir de l’ éducation de son milieu de référence pour s’adapter à une société aux valeurs et contours flous ???

              re-conditionner l’enfant comme un produit périmé, pour le rendre plus conforme et soumis aux diktats de la société ???

              • Aldous Aldous 27 août 2012 11:36

                il veux dire que s’il avait eu deux mere lesbiennes elle lui auraient donné la chance de suivre un traitemen hormonal avant la puberté pour devenir un trans epanoui :


              • Aldous Aldous 27 août 2012 11:39

                L’éducation, c’est l’ensemble des influences qui s’exercent sur l’enfant et que l’enfant exerce sur son environnement.

                Eduquons donc les enfants en leur faisant exercer leur influance sur l’environnement !

                Youpi !




                • CHALOT CHALOT 27 août 2012 12:25

                  Oh là là
                  Pour moi un conditionnement communiste est néfaste COMME TOUT CONDITIONNEMENT
                  Eric ! Je ne veux pas retirer aux parents leur fonction...Ici je fais la recension d’un livre et j’affirme une opposition à tout matraquage idéologique.
                  Aldous ! je parle de l’ensemble des influences qui s’exercent et ensuite des influences qu’exerce l’enfant ( expériences par exemple, prise de risque maîtrisée)


                  • eric 27 août 2012 12:52

                    N’importe quel adepte de psychanalyse , même au rabais, « sait » très bien que dans cette vulgate, toute personne a des tendances hétéro et homo. Ceux qui « développent » une hétérosexualité, auraient facilement tendance à être « révulsés » par l’homosexualité parce qu’elle réveillerait en eux des interrogations qu’ils cherchent à se cacher à eux même, nous dit on. Ainsi, ce que vous nommez « homophobie » serait bien une phobie et quelque chose relié à l’inconsient. Au pire et si on est un sectateur de ces idées, devrait on exiger des soins pour les personnes atteintes. Mais interdire ? C’est comme si collait des amendes à des gens qui ont peur des chiens, des serpents ou qui sont clostrophobes. Absurde. Que des violences aux personnes qu’elles qu’en soient les raisons, tombent sous le coup de la loi, c’est déjà le cas. Favoriser l’oralisation de ses phobies pour aider à éviter des passages à l’acte, n’est ce pas ce que vous et vos semblables préconisez pour d’autres pathologies sociales ou individuelles. Traiter quelqu’un de « sale PD » n’a finalement que peu de conséquences, pas plus que de sale con par exemple. Si en se défoulant, l’impétrant se débarasse a bon compte de son agressivité, il éprouvera peut être moins le besoin de devenir violent que si on le contraint à « inhiber ses émotions ».
                    A cet égard, votre « homophobie » devrait être considérée comme un droit de l’homme. S’attaquer à l’inconsient des gens d’un point de vue légal et il aussi, plus ou moins dangereux que de s’attaquer à leur consience ?
                    De ce point de vue, affirmer la nécessité, non seulement d’interdire l’homophobie, mais de vouloir inculquer aux enfants dés leur plus jeune âge que tous cela est un peu pareil. Encenser enfin un ouvrage ou le principal personage adulte décide de partir avec un gosse par que à son avis, c’est mieux pour lui que de vivre avec ses parents au motif que sa mère ne mange pas assez ( ce qui est plus grave comme pathologie que d’être homophobe), au risque d’aggraver la situation de cette dernière ( si elle n’est pas bien dans sa tête, c’est pas de perdre son gosse qui la calmera), oui, cela ressemble bien a du matraquage idéologique. Si on peut retirer son enfant à quelqu’un qui est homophobe, donc irresponsable ( c’est une phobie) au combien plus devrait on retirer leurs enfants à ceux qui savent ce qu’ils font, par exemple qui sont électeurs UMP ou FN et qui pour le cout, sauf à etre complètement idiots ( raison supplémentaire) sont particulièrement pervers.
                    Vos disours contiennent en germe Pavlik Morozov, Callas et leurs tristes histoires.


                    • Furax Furax 27 août 2012 13:16

                      CA, c’est quand même beaucoup plus intéressant que ton livre :

                      http://www.dailymotion.com/video/xt2re1_p-u-s-s-y-r-i-o-t-par-alexandre-douguine_news?start=25


                      • philouie 27 août 2012 15:16

                        Qu’elle eufémimisme de qualifier de « chapardeuse » une femme qui utilise des méthodes facsistes d’une rare violence -kidnapping d’enfant- pour imposer ces croyances à autrui.

                        Et l’on veut en faire un exemple...


                        • CHALOT CHALOT 27 août 2012 16:40

                          Eric ! l’homosexualité n’est pas une pathologie mais une sexualité qui a droit comme l’hétéro à se vivre.
                          Philouie ! Je ne vais pas vous raconter le livre mais sachez que cette bibliothécaire n’a pas enlevé l’enfant ...Durant toute la semaine de périple elle n’a eu cesse de le convaincre de rentrer, ce qu’elle a fait...LISER LES CHRONIQUES ET REFLECHISSEZ AVANT DE SORTIR VOTRE REVOLVER ! ( sans rapprochement avec ...)


                          • eric 27 août 2012 17:35

                            Cela se précise : c’est donc l’histoire d’une bibliothécaire de 26 ans, vraisemblablement homophile qui est contrainte de fuguer à l’insu de son plein gré , par un enfant à la fois lecteur contrarié de Harry Potter et rejeton d’une anorexique autoritaire. On ne peut s’empécher d’en conclure que le second a bénéficié d’une éducation qui porte plus à l’esprit critique, à l’esprit d’initiative, au sens du commandement et à la maturité que la première. Hommage au modèle éducatif protestant évangélique qui forme des enfants libres et sachant ce qu’ils veulent !


                          • eric 27 août 2012 16:51

                            Qui a parlé de pathologie ? Par ailleurs je vous ait rapellé qu’au terme des travaux de freud, l« homophobie » était bel un bien un élément fréquent de la consruction d’une sexualité hétérosexuelle. Pourquoi celle ci n’aurait elle pas le droit de se vivre aussi. La seule question est de ne taper sur personne, ce que l’on enseigne ches les protestant évangéliques. Pas de définir des catégories de gens, suivant des critères absurdes, comme par exemple leur sexualité pour définir des textes spécifiques les concernant. Les gens ont le droit qu’on ne leur tape pas dessus, et cela quels que soient leur comportement sexuel ; Tout autre approche relève d’une« homophobie » cachée qui en ferait des gens « autres » ou spécifiques.
                            C’est comme de confondre anorexie dominatrice avec un courant d’idée. Votre mère, elle n’est pas « évangéliste » comme vous dites, elle est malade. Pourquoi pas expliquer que l’écologie est un mouvement criminel parce qu’un élu s’est mis a tirer dans le tas à Nanterre, et un mouvement suicidaire parcequ’il s’est jeté par la fenêtre pendant que vous y êtes....


                            •  C BARRATIER C BARRATIER 27 août 2012 19:19

                              Un livre de plus qui fait polémique ? Il ne faut pas grand chose...quand par l’habitude d’Internet on ne lit plus ce qui est écrit mais on survole superficiellement le texte quitte à lui reprocher ensuite d’avoir dit des choses qui n’ont en fait été ni dites ni suggérées...
                              Quant à l’éducation, il est certain qu’elle est meilleure pour eux quand elle est à la fois ouverte et encadrée. Actuellement dans la généralité l’encadrement par les parents est insuffisant. Un encadrement trop enfermant par ailleurs soit « éteint » la personnalité de l’enfant, soit provoque une révolte et le contre pied.
                              Le rôle de « ’école - rencontre » de personnes tellement différentes lui donne un rôle libérateur en même temps que structurant. Le droit de choisir, d’avoir une opinion, d’en changer, le respect des opinions différentes.

                              C’est dans ce domaine que le nouveau président devrait, après tant de discussions, enfin faire, lui qui veut refonder l’école...
                              Il a toutes les données du problème et de belles pistes.
                              Voir dans la table des news :

                              « Ecole publique : Enfin une refondation qui la conforte ? »

                               http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=217


                              • lulupipistrelle 27 août 2012 19:33

                                @L’auteur :
                                Je ne sais pas si je lirai ce bouquin , j’aime moyennement ce genre d’auteur américain....mais je peux vous parler de ce que je connais, en France...
                                J’ai connu des enfants de Témoins de Jéhovah, et d’une autre secte moins connue mais encore plus fermée... Ces enfants avaient patiemment attendu leur majorité pour rompre avec le mode de vie imposé par leurs parents...

                                Pour les Témoins de Jéhovah renégats, la vie a été plus ou moins facile...ils ont quand même gardé contact avec leur famille, pour le rescapé de la secte pure et dure.... il s’est reconstruit dans un milieu alternatif...

                                Socialement parlant, ce sont tous des Français moyens : prof certifié, comptable, etc...


                                • lulupipistrelle 27 août 2012 20:14

                                  PS : mes enfants à moi n’ont jamais lu Harry Poter, parce que c’est pas terrible, des histoires nunuches dans un cadre de collège anglais ,très kitch...
                                   Ils ont en revanche lu le Seigneur Des Anneaux avant 10 ans..., et idéologiquement parlant c’est autrement plus dérangeant.


                                • bel95 27 août 2012 19:56

                                  Pourquoi allez si loin, ce texte c’est l’histoire de la poutre et de la paille.
                                  Alors les parents sont d’ignobles méchants qui n’ont pour but que de liquider l’esprit critique de leurs progénitures.
                                  En France, Seine Saint Denis, une directrice de crêche qui impose aux jeunes Mâles de jouer avec des poupées et aux jeunes Femelles de taper sur des clous avec un marteau pour habituer ces jeunes esprits à un objet social répondant à son Idéologie de pseudo-féministe frustré.
                                  En primaire une tentative au nom de l’esprit de tolérance d’imposer le visionnage d’une oeuvre pour la promotion de l’homosexualité (le fameux poisson lune), à des enfants de 7/8 ans. Au nom de la "douleurs de quelques-uns impose en entre filet le concept fumeux dit du Gender. Qui manipule qui ??? et vous prétendez représenter des parents, des familles !!!
                                  Il n’y a aucune nouveauté à tout ceci, l’état qui impose qui dicte un idéal type, un nouveau genre humain contre l’éducation de ces parents décadent : Staline et Hitler.


                                  • CHALOT CHALOT 27 août 2012 23:38

                                    Vous prenez bel95 deux cas isolés sans que l’on puisse vérifier en terminant par faire un lien avec Staline et Hitler  !
                                    L’état n’a pas à imposer, les parents ont un rôle central à jouer mais c’est vrai que des enfants sont en danger, certains s’en sortiront, d’autres non.
                                    Le livre est d’ailleurs optimiste, la jeune femme réussit à ramener l’enfant à ses parents, elle a apporté un peu d’oxygène....Cest là le message : l’enfant a besoin de ses parents en premier mais aussi de se confronter aux autres et à la vie.
                                    Ne cherchez pas autre chose dans ce livre  !
                                    Un conseil : lisez le !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès