• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Critique de dramaturgie : La tragédie dans la trappe des oubliettes

Critique de dramaturgie : La tragédie dans la trappe des oubliettes

Les genres de théâtres, sont-ils épuisés ? C’est à dire tous explorés, au point qu’il est impossible d’en fonder de nouveaux. En réponse, on voit plus un rétrécissement catégoriel.

La comédie, le drame et la tragédie ont fait un triptyque d’écoles qui laisse peu de place à d’autres canevas de forme. Sur le plan contenu, on arrive à scinder les uns des autres, ou de faire cohabiter leurs techniques conceptuelles qui peuvent ne pas avoir de limites : l’absurde, le comique, l’engagé, le réaliste, le romantique, le policier etc...(interminable liste) à l’intérieur des trois exercices principaux. Ces derniers ont finalisé une « tri-configuration » qui sert à identifier les aspects d’apparence globale de chaque texte. Exigence de cohérence pour toute pièce, la conclusion se réduirait généralement à : 1- j’ai ri, 2- je suis ému et 3- j’ai pleuré.

Comment s’autoriser de mettre dans une seule pièce de la comédie, du drame et de la tragédie, à moins qu’il faut sauter de la lente tortue au frêle papillon, puisque cest impossible de les accoupler (marier). Donc s’applique, sine qua non, à chaque représentation, quand elle est soumise à la nécessité de la classer : comédie, drame ou tragédie. En associer les trois, on ferait une résonance peu épargnée d’ambiguïté.

Ce n’est pas le cas pour les qualifiants qui révèlent les habillages qu’on peut enjoindre à chacune. Et heureusement, cela permet de plancher sur des horizons plus larges, qu’on peut défalquer par variations ou ramifications. Et on peut varier, dieu merci, les interventions multiplie les styles au sein de la comédie et du drame. Car chose consommée, disons-le, que reste de la tragédie ?

L’héritage du répertoire antique, lointain de nos valeurs, perceptions et cultures contemporaines, constitue bien un trésor inépuisable que seule la tragédie véhicule. On peut en faire encore des spectacles et, outre mesure, on les agencerait qu’avec le classique, si besoin de déterminer le genre nous est posé.

Notre époque produit, que cela déplaise, que des œuvres de types : comédie ou drame. Qui se permettrait de créer le tragique s’il ne reprend pas de l’antique ou bifurque vers le théâtre d’horreur ? Dans ce sens, le tragique est abordé, comme d’une absorption cognitive, par le drame du point de vue : tant qu’il ne soit pas ludique, délassant. Que peut-il être donc ?

Tandis que celui qui recommande une appréhension, au sens de lecture, de la profondeur du sujet : seul le drame a cette aptitude. Il prend distance du comique, pour rattraper ou sauver l’esprit du tangage, telle est sa qualité première, au gré des rires venant du soit positionné vis à vis de ce qui provoque son humour.

De nos jours, les formes de théâtre n’ont que deux principales familles : comédie et drame. Au contenant (forme) est enjoint un contenu (thème) à retrouver dans les diverses typologies, desquelles : absurde et engagée ont marqué le XXième siècle. Comme on n’en fait plus de tragédie, l’espèce est frappée de vétusté, la comédie et le drame se dispute désormais le public. La guerre existe, qui en aura le mot de la fin ?

Les Molières n’attribuent plus, depuis 2002, de distinction au comique malgré une riposte vive de quelques pros. Parce que la comédie, variée plus largement que le drame, ratisse en plusieurs plages à la fois des encodages de réalisation que des décryptages que se font les auditoires.

Le drame se veut fortement, vachement convient mieux, philosophique suscitant un travail de conscience et appelant davantage à penser...

Demandons aux metteurs en scène s’ils se sont spécialisés pour l’une ou l’autre, la comédie ou le drame ? La question se pose à cette corporation tant qu’elle détient le principal pouvoir à l’origine de la tenue du texte devant son auditoire. Elle généralement la seule responsable de la naissance des spectacles. La spécialisation comme le veulent les arts, la doigté en vertu de l’expérience forge et consolide les acquis. Pour le théâtre on n’aime pas les confinements. Cet art est trop libre dit-on. Ce n’est pas le cas du cinéma ou de la peinture, pour citer que les arts principaux, où on se perfectionne pour parfaire au fur et à mesure des créations venant à naître.

Pourtant il est indéniable que nous rencontrons, paradoxalement, de vrais maîtres du tragique qui agissent en réelles bibliothèques du patrimoine.

A propos des metteurs en scène, métier né avec le début du 20è siècle et écarte l’auteur de l’acteur donc du public : « Au théâtre, il y a deux metteurs en scène : ceux qui croient qu’ils sont Dieu et ceux qui en sont sûrs. » Rhetta Hugher.

Pour écrire et publier un article de cyberpresse : http://www.argotheme.com/organecyberpresse/


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires