• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hommages à Bashung : vestiges de l’amour ou obésités de mémoire (...)

Hommages à Bashung : vestiges de l’amour ou obésités de mémoire ?

Cela fait à présent deux ans et quelques volutes cendrées de Gauloises que la petite musique du « Bash » s’en est allée, sur la pointe des bottes, aérer le cerveau d’autres gens que ceux d’ici. Sans faire de bruit, juste un café et c’est tout. S’en est suivi le temps de l’émotion et du recueillement pour les uns, le politiquement correct de l’hommage forcé pour les autres. Puis le temps des biographies, des albums souvenirs. Globalement, ça se tenait debout, il y avait encore de la dignité face au grand allongé. Et puis des bios, il a commencé à en pleuvoir beaucoup, comme à Gravelotte, on a même parlé d’un « biopic » en préparation pour l’écran noir de nos nuits blanches. Et puis ça y est, délai de viduité de deux ans passé, il fallait bien que les affaires reprennent, mon pauvre Monsieur. Oui, « chez ces gens-là », il a bien fallu revendiquer un lambeau de filiation, y aller de sa petite reprise, maille à l’endroit, braille à l’envers. « Tels », s’appelle cet album qui sort cette semaine. Chocking ? Business as usual ?

Instruire le procès d’un CD est sans doute aussi dérisoire que de se soulager dans un violoncelle, d’autant que le grand horloger doit s’en ficher comme de son premier Revox et que le principal intéressé, apiculteur à la 13 eme Division du Père Lachaise, a désormais du mal à faire entendre sa voix grave et puissante.

S’introniser « gardien du temple » ou « aficionado tendance canal historique », c’est un rôle difficile à tenir, ça vous a un coté suranné « IRA militaire » sans fantaisie, FLNC tendance marrons chauds et beignets de châtaignes balancés à la face des « Majors » universelles de chez Universal. Je vous entends déjà siffler mon nom : Sandro, un has been, un empêcheur de tourner en ronds d’euros, un artisan de la « petite entreprise » incendiant le capitalisme qui réclame sa part du gâteau émotif en chuchotant « faut surfer sur la vague de l’émotion, coco , ça va peut être pas durer ». Ouais, me direz-vous, la nature humaine, on connaît, on est au courant de l’affaire : alors à quoi bon verser des ondées lacrymales, quand les rouleaux (compresseurs ?) du « show must go on » roulent leur boule pour amasser mousse, avec leurs sonates à nos sonotones qui nous susurrent d’acheter le colis par colissimo ? Puisqu’on vous dit dans « Cosmopolitan  » que Raphaël dans « l’apiculteur », ça le fait ?

Voyons l’acte d’accusation.

Il est reproché à une dizaine de petits jeunes gens propres sur eux, mais ayant du mal à percer durablement dans l’inconscient collectif (Biolay, Vanessa Paradis, Dionysos, Keren Ann, Raphaël, Mathieu Chedid, BB Brunes), d’y être allé chacun de leur petite reprise d’une chanson d’AB, poussant l’accord par ci, un brame par là. Pour rappeler qu’ils existent, et dire ainsi – ça ne peut pas nuire à une carrière- combien ils aimaient le grand bonhomme (qui n’est plus là pour répondre « qui ça ? »de sa voix nasillarde). Une association de malfaisants. Circonstance aggravante : des parrains chevronnés (Christophe, Noir Désir, Miossec, Stephan Eicher), authentiques admirateurs d’Alain, auraient participé à la mascarade, pour servir de caution morale à l’entreprise et encadrer la bleusaille. D’autres, anciens collaborateurs, auraient trahis (Gaétan Roussel).

Tout cela en complicité par fourniture de moyens avec la personne morale Universal Music / Barclay, maison de disque historique du Bash (mais on n’est jamais aussi bien trahi que par les siens, vous êtes déjà affranchis, j’imagine).

Les réquisitions du Ministère public :

Les questions principales qu'on peut se poser sont diverses :

- pourquoi tant d'empressement à faire un album de reprises ? En général, il est d 'usage de laisser un délai de viduité important. Bashung lui-même, pour les quelques reprises qu'il a chanté, avait choisi des textes de Ferré («  avec le temps »), de Brel (« le tango funèbre  »), de Piaf ( « les amants d'un jour »), tous artistes disparus depuis des décennies. Ou bien il avait chanté d'autres de leur vivant, avec leur accord (« les mots bleus » de Christophe, «  comme un lego  » de Manset, etc.). S'agissant de titres anglo-saxons, Bashung avait délibérément choisi des chansons des années 70 (« Nights in white satin  » des Moddy Blues) ou de vieux standards traditionnels country quasi tombés dans le domaine public (« Hey Joe, « everybody's talking », « we're all right »etc.)

-  Bashung est-il « reprenable » ?

Il est difficile de répondre positivement, tant le phrasé, la voix de Bashung étaient atypiques et étroitement imbriqués dans des textes alambiqués multi-sens et un courant alternatif multi-prise. Ce n'est pas faire injure à ceux qu'y s'y sont collés que de dire que « ça ne le fait pas », que le choc thermique et culturel est énorme. La jachère actuelle de la chanson française n'est à l'évidence pas propice à des reprises de qualité transcendant la version originale, et l'absence de personnalités charismatiques enlève toute crédibilité aux impétrants. Dans 20 ans, peut être...

La pathétique version de « Apiculteur  » par Raphaël en est l'illustration. Superbe chanson apaisée sur la mort, elle est une sorte de « borne » pour les fans, y compris dans leur vie personnelle. Là, la borne n'a pas seulement été repeinte, elle a été « taguée ».

 - Y a-t-il un intérêt autre commercial à un album de reprises ? C'est une vraie question. Tout le monde ne s'appelle pas Johnny Cash et ses deux derniers albums (posthumes) de reprises. Ici, ça se voit et s'entend beaucoup.

Il est du reste notable que parmi les artistes connus comme étant d'authentiques admirateurs de Bashung, beaucoup sont absents de cette initiative : Axel Bauer, Marcel Kanche, Gérard Manset (ce dernier ayant préféré sortir ce mois-ci un livre-témoignage sur leur amitié distante, intitulé « Visages d'un Dieu Inca »). A l'exception de Christophe et Noir Désir, la brochette que l'on a vu presser autour du « barbecue Bashung des beaux jours » peut sembler à la recherche d'un coup de buzz bienvenu sur leurs noms, ou participer d'une procédure d'adoubement posthume unilatérale.

C'est évidement dommage, et cela gâche tout.

 Bashung (et son compère Jean Fauque) n'étaient-ils pas visionnaires dès 2001 dans la chanson « noir de monde  », où Bashung susurrait :

«  A moi s'agrippent des grappes de tyrans

Des archanges aux blanches canines

Tueurs de mémoire à la conscience obèse

Jouent du Varèse ».

Pour dissiper ce malentendu pesant, cette accusation latente « d'obésités de mémoire », il eût été plus sage et pertinent de réaliser cet album hommage de son vivant. A l'instar de « route Manset », en 1996, coffret de reprises en hommage à celui qui voyage en solitaire, auquel Bashung avait participé.

D'une part parce que le filtrage des « invités » aurait ainsi été réalisé par l'artiste lui-même (ce qui ne peut pas nuire..), et aussi parce que la maison de disque aurait été affranchie de l'accusation diffuse de « faire du commerce post-mortem ».

Car tout de même, de son vivant, Bashung avait envoyé des signaux vers ceux qu'il appréciait : en reprenant « les mots bleus  » de Christophe et en lui lançant dès 1989 le message codé « t'aime plus mes mots roses » dans « Alcaline ». En chantant en duo « Volontaire  » avec Noir Désir, ou « du haut de Pise  » avec Marcel Kanche. En reprenant deux titres de Gérard Manset dans son dernier album « Bleu pétrole ».

Pour les autres, il est toujours délicat de faire parler les morts, mais on peut penser que « qui ne dit mot ne consent pas ».

La plaidoirie de la défense :

Personne n’est dépositaire d’une mémoire artistique, hormis les ayant droits désignés à la SACEM. Quand on apprécie un artiste, on cherche à le faire partager et apprécier du plus grand nombre. Et pour ce faire, tous les moyens sont bons pour l’éducation des plus jeunes, le passage du flambeau trans-générationnel. Peu importe, le chemin, ce qui importe, c’est la destination, pour prendre la phrase célèbre à rebours. Si le leurre d’appel de quelques jeunes artistes populaires peut amener un plus large public à la connaissance de Bashung, cela seul importe.

C’est en substance ce qu’a voulu dire Olivier Caillart, patron de Barclay, quand il déclare : « ce disque s’adresse à la fois à des fans de Bashung pas intégristes, qui sont contents d’avoir des versions alternatives, mais aussi aux fans des artistes présents sur l’album ».

Et puis, cela aurait pu être encore pire : Olivier Caillart admet qu’il y avait du monde au portillon et que certaines tentatives n’ont pas été conservées (le groupe Mustang sur « la nuit, je mens ») tellement le résultat était décevant.

Bref, la défense plaide la relaxe, en particulier pour Christophe (« Alcaline ») et Noir Désir (« aucun express », dont Bashung – ironie du sort- signe post-mortem la fin du groupe, puisqu’il s’agit dernier titre du groupe enregistré avant leur séparation). Stephan Eicher (« Volutes ») sera relaxé au bénéfice du doute et pour l’ensemble de son œuvre.

Verdict :

Comme vous vous en doutez, le jugement est mis en délibéré. Les toges à col d’hermine auront la lourde tache de juger les blanches canines qui rayent le parquet dans le box des accusés.

______________________________________________________________________________

 

1. « Tels Alain Bashung », 12 reprises, Barclay/ Universal, sorti le 26 avril 2011.

2.  Crédit photo : Mathieu Zazo

Documents joints à cet article

Hommages à Bashung : vestiges de l'amour ou obésités de mémoire ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 mai 2011 10:29

    Ah voilà Sandro ! 


    Ca fait plaisir de te lire à nouveau ici . 
    Quoi dire sur l’ article ?  ben que l’ exercice consistant à reprendre une chanson d’ un si original artiste que Bashung  est voué à des semi échecs . Des types comme lui , ou Brel ou d’ autres sont le résultat de milliers de paramètres que l’ on ne peut pas reproduire , il faur être né çàcomme .

     On the bitume .....

    • SATURNE SATURNE 3 mai 2011 10:32

      Bel article, truffé de références et de jeux de mots.
      Merci de nous parler d’autre chose que de Ben laden.
      J’avais des doutes pour acheter ce CD très « commercial », mais après vous avoir lu, je n’en ai plus. Je viens d’économiser 30 euros....
      Merci.


      • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 3 mai 2011 10:33

        Pour moi, les auteurs de ce disque lamentable ne méritent même pas qu’on en parle, heureusement il reste l’original, qu’on écoute encore avec plaisir.


        • Castor 3 mai 2011 10:47

          Merci.

          Je n’aurais pas mis de « s » à « trahi » mais le reste est un vrai bonheur à lire tant le texte coule.
          Un auteur trop rare qui sait nous délivrer à chaque fois un travail d’orfèvre.

          • jack mandon jack mandon 3 mai 2011 11:32

            Bonjour Sandro,

            Dans les volutes de l’amitié, Sandro distille les notes et les rimes du souvenir.
            Le musée nocturne odorant et sensuel diffuse ses effluves et le temps s’arrête.
            Beauté discrète qui invite à l’espoir d’éternité dans des lendemains lumineux.

            Merci Sandro


            • SANDRO FERRETTI SANDRO 3 mai 2011 20:04

              Merci Maître Castor d’avoir été attentif au procès, y compris orthographique, cela prouve que certains lisent les articles.
              Pierre de Vienne, j’ai essayé d’être (un peu) objectif, mais vous avez bien vu de quel côté penche la balance, celle du son comme celle du « procès ».
              Merci à Saturne, Had et Jack, vos bontés respectives vous perdront.


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 mai 2011 11:34

              Salut Jack ,


              La foule ( moi ) attend tes écrits .

              Ciao .

              • jack mandon jack mandon 3 mai 2011 15:15

                Capitaine,

                Plus j’avance dans les horreurs de l’actualité,
                plus je me sens en décalage avec les papiers proposés.

                J’ai toujours pensé que le miracle s’inscrit en permanence
                à chaque instant qui passe.

                Une espèce de tornade sombre de fin du monde s’inscrit
                sur l’écran des attentes humaines.

                J’ai du me tromper de planète et rencontre de temps en temps
                sur ma route des électrons libres comme toi et Sandro...
                jusqu’à quand ?


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 mai 2011 17:38

                Jack 


                Pourtant chaque matin le soleil transperce la petite bulle d’eau posée sur la rose épanouie .

                • duane 3 mai 2011 22:34

                  Que vient faire ce texte remarquable dans l’océan benladinesque du jour sur Agoravox ?

                  En tout cas merci à l’auteur.


                  • Yohan Yohan 3 mai 2011 23:00

                    Comme dirait ma grand mère, c’est du caviar donné aux cochons smiley


                    • SATURNE SATURNE 4 mai 2011 11:00

                      Oui, Yohan, mais on ne peut pas dire que Sandro nourisse souvent les auges des dits-cochons.
                      Je l’avais découvert il y a peu avec « Porte d’Italie » et j’ai remonté le fil des articles plus anciens.
                      Une bonne plume, c’est sûr,mais qui n’écrit plus beaucoup.


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er août 2011 08:59

                      Salut Sandro , 


                      Si tu me lis , je te signale les excellents Podcasts sur Alain , détaillant sa bio et tout et tout sur Radio-France Feuilleton Alain Bashung avec aussi Le Chat une de ses dernières chansons . 
                      Magnificos .

                      Salut bitume-poto .

                      Rocla

                      • Violette 5 mars 2012 12:14

                        Bonjour Sandro,
                        Je suis actuellement élève dans une prépa cinéma et je tente les concours d’une grande école à Paris. Parmi les épreuves, la rédaction d’un dossier d’enquête sur le sujet de notre choix autour d’un mot, pour moi : La trace. J’ai choisi de parler de Bashung. C’est pour cela que j’aimerais rencontrer Daniel Tardieu, Jean Fauque et Marc Besse notamment. Après lecture de tes articles, j’aimerais savoir si tu pouvais me mettre en contact avec eux, ou me dire comment tu avais eu leurs coordonnées ? Je cherche mais c’est difficile à trouver...
                        Merci pour tes écrits, c’est vraiment beau à lire,

                        Violette

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires