• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Il n’y eut point de sacrifices humains autrefois en Amérique

Il n’y eut point de sacrifices humains autrefois en Amérique

Le monde précolombien ? Un monde naturel de sagesse et de paix.

La TV française a diffusé il y a peu un documentaire du réalisateur Novoa intitulé Le mystère de la momie tatouée ayant en principe pour sujet « La dame de Cao », une momie extraite de la huaca (monument-cimetière) située au lieu-dit Cao, près du Pacifique, à 55 km au nord de Trujillo.

Si dans ce document les trop courtes interventions de l’archéologue péruvien responsable du site et ami de longue date Régulo Franco saupoudrent un peu de sérieux, il est regrettable que le sujet ait été une fois de plus exploité à des fins commerciales. La moitié de ce petit film est en effet dédiée à des scènes macabres de tueries sauvages entrecoupées de danses grotesques par des acteurs indianisés qui laissent entendre qu’elles constituaient l’essentiel des rites de la culture mochica qui fleurit entre le premier et le neuvième siècle de notre ère ! Comme la violence et le meurtre se vendent très bien surtout de nos jours, on pourrait penser que la recherche de l'audimat dont les TV sont si friandes fut le moteur du choix de cette mise en scène par ce réalisateur. Mais il y a plus insidieux.

Les représentations en apparence guerrières mais avec des costumes d’apparat peintes sur les céramiques mochicas des 4ème et 5ème périodes, sont hélas toujours interprétées au premier degré par nos spécialistes européens et consorts, c’est-à-dire systématiquement violentes. Or elles sont en réalité essentiellement rituelles et pédagogiques ! C’est le cas par exemple du motif de la « corde au cou » apparaissant sur des hommes ayant le sexe à l’air et les mains liées dans le dos. Ce symbole est interprété à la gréco-romaine comme étant l’expression d’un proche sacrifice humain évidemment « commandité par les dieux ». L’imagination débordante de ces auteurs en mal de sacrifices fait aussi de ces personnages « des guerriers ennemis vaincus, déchus et prisonniers ». Mais selon la tradition rapportée par les Hamauttas qui sont les sages pratiquant l’astronomie, l’architecture et la guérison par les plantes, cette représentation symbolique indique le désir de rédemption de ces « prisonniers à sacrifier » qui s’étaient laissés aller à la recherche de la jouissance et étaient devenus esclaves de leurs sens. Ils se soumettent volontairement à cette cérémonie d’expiation et de désenvoutement. C’est un peu la recherche d’une "remise de peine" solennelle par un acte volontaire de « changement de peau » comme ceux mentionnés plus de 80 fois dans les Vedas. L’homme représenté la corde au cou fait en effet le sacrifice volontaire de son égo… afin d’atteindre un niveau de conscience supérieur. Les autochtones de "La Terre en Fleurs" (Abya Yala en langue cuna) ou "Immensité" (Itzachilan en langue nauatl) aspiraient comme nous tous à une évolution spirituelle, à la Connaissance par l’expérience cosmique (ou nirvana ou état de samadhi).

Sur le continent américain dont le pauvre nom colonial vient du prénom Amerigo de l'explorateur Amerigo Vespucci, le sacrifice humain fut ourdi par les européens de l’époque pour des raisons de sécurité et de jouissance ; ceux-ci passèrent leur temps à renifler l’or, à violer les femmes autochtones, à commettre les pires exactions de notre histoire. Mais un tel sacrifice n’a jamais été pratiqué par les Ayars et les Yarovilcas qui au contraire étaient si en avance sur leurs contemporains qu’ils furent totalement incompris. L’accusation gratuite de sacrifice humain est donc le principal mensonge de conquérants barbares désireux d’échapper à la justice royale, afin de pouvoir jouir, soit sur place, soit en Europe, des richesses accumulées dans le sang ou par la torture et des terres volées. Ce mensonge grossier fut propagé par les chroniqueurs espagnols puis facilement repris par les voyageurs et explorateurs des siècles suivants. Au XXI ème siècle et malgré l’existence de la critique historique, il est toujours plébiscité par la plupart des auteurs et des professionnels. Même la communauté scientifique est passive ; l’Amérique et ses civilisations ? C’est si loin et ce n’est pas le monde méditerranéen !

Pour se convaincre et finir par réparer une telle erreur historique aussi injuste qu’infamante, il est recommandé de lire Mexikayotl, Esencia del mexicano, de Rodolfo et Maria del Carmen Nieva Lopez, de continuer avec La Doctrine du Sacrifice Humain d’Ananda Coomaraswami, de poursuivre avec Dans la Beauté je marcherai, paroles indiennes de sagesse et de paix d’Helen Hexley, de lire aussi le Legado de los Amautas de William Burns Glynn, le Testimonio de una alta cultura, descubrimiento del más grande libro de geometria del mundo de Maria Scholten de d’Ebneth, d’étudier Origen y Fundación de los Imperios incas en el Perú y en el Brasil, de Juan Loza Bonifaz ; et les plus sceptiques devraient orienter leurs lectures vers Genesis del Mundo Andino et Ayni (Réciprocité Solidaire) de Carlos Milla Villena, le seul architecte-astronome parlant quetchua et aymara que je connaisse, guide spirituel des autochtones, amoureux du monde précolombien qu’il a étudié sur le terrain, ayant donc une formation et des qualités essentielles pour comprendre et expliquer en profondeur la splendide civilisation américaine. Ces livres se commandent et/ou se trouvent dans les librairies de Lima…    (Je me charge également d’apporter les preuves de ce que j’avance dans un autre article).

Peut-être qu’alors les gens s’apercevraient de la profonde philosophie, de l’incroyable connaissance en tout, en particulier en astronomie, en géométrie, en géodésie, en architecture, en médecine, de la sagesse insondable, de la noblesse de cœur, de la remarquable attitude sociale de solidarité générale et réciproque, de la cosmogonie sans dieu. En résumé, de la grandeur d’âme d’amérindiens aux qualités humaines incompatibles avec cette farce de sacrifices humains montée de toute pièce, une machiavélique tromperie ourdie à des fins infamantes pour rendre acceptables auprès du roi d’Espagne le génocide et l’ethnocide de 70 à 90 millions d’individus en trois siècles de colonisation. Cela représente en volume, 12 à 15 fois le génocide des juifs sous Hitler ! Mais le plus grand génocide de l’histoire reste une immense blessure aux conséquences multiples sur la vie d’autochtones encore marginalisés et brimés par les pouvoirs. Il est passé sous silence par des états qui ont commis des exactions semblables et qui ont donc une tendance compréhensible à raser les murs.

Professeur Francis Devigne, auteur de Pérou Solidaire, Chamanique, Cosmique, Symbolique paru en 1993.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 21 décembre 2013 17:24

    heu...les premiers sacrifices n’eurent pas lieu a Guantanamo.. ?


    • Devigne Devigne 22 décembre 2013 11:27

      Mon cher, vous n’êtes pas sérieux ou vous ne m’avez pas lu. Dommage.


    • claude-michel claude-michel 22 décembre 2013 13:05

      Par Devigne...heu..mon commentaire c’est de l’humour...mais j’ai un doute sur votre réponse.. ?


    • Arnaud69 Arnaud69 21 décembre 2013 17:37

      J’ai pourtant suivi des recherches archéologiques sous-marines prouvant le contraire mais pas forcément dans les lieux que vous citez..


      • Devigne Devigne 22 décembre 2013 12:42

        Méfiez-vous d’affirmations trop souvent reprises sans vérifications, par paresse, négligence ou manque de temps.
        Méfiez-vous aussi de la raison raisonnante qui déclenche même des guerres sans motif , mais avec de fausses preuves (Irak par ex.). Elle est partout, surtout depuis Descartes.
        Maintenant ,si vous le désirez, je peux vous compléter le tableau.


      • Arnaud69 Arnaud69 22 décembre 2013 12:46

        Pas la peine, vous êtes tellement certain de vos propos, ce sur l’histoire d’un continent disons sur une période de 3000 ans, que je ne pourrai pas vous contredire, vous devez certainement avoir plus de sources que moi.

        Divines certainement ...
        Je pense que vous n’avez pas lu tout mon commentaire, j’ai bien dit d’autres lieux...


      • Devigne Devigne 22 décembre 2013 14:08

        Je suis effectivement assez « certain de mes propos » pour avoir été en contact avec des archéologues, des chamans, des sages autochtones porteurs d’une Tradition orale (maintenant écrite), pour avoir dédié pratiquement ma vie à l’étude des civilisations précolombiennes, pour avoir écrit 3 livres après avoir vécu plus de 25 ans en Amérique du Sud, spécialement au Pérou, en Equateur et au Brésil.
        Mais je me heurte à un bourrage de crâne tout azimut (livres scolaires, chroniques espagnoles, archéologues, ethnologues et anthropologues façonnés à l’Université par des maîtres eux-mêmes abusés par des écrits mensongers...) Et ça fait toujours bien ou plaisir de se croire issu d’une civilisation (la nôtre) supérieure à celle des autres, supérieure technologiquement... et en armement, mais si peu évoluée spirituellement, si matérialiste, si amie de l’argent et du pouvoir...
        Bien à vous.
        Merci pour cet échange.


      • OMAR 22 décembre 2013 16:58

        Omar33

        @Arnaud69

        Merci pour les films « Defamation » de Yoav Shamir...


      • Arnaud69 Arnaud69 22 décembre 2013 17:00

        @ Omar 33

        Il n’y a pas de quoi, j’avoue que l’orthographe plante pas mal de monde.  smiley


      • gaijin gaijin 21 décembre 2013 18:07

        et quand bien même il y aurait eut des sacrifices humains ça n’enlève rien a la grandeur de ces civilisations.
        la notre n’a pas le cul si propre que l’on puisse se permettre un jugement moral.
        a moins de considérer que tuer pour de l’argent est plus noble que tuer pour des raisons spirituelles 


        • Arnaud69 Arnaud69 21 décembre 2013 18:14

           « et quand bien même il y aurait eut des sacrifices humains ça n’enlève rien a la grandeur de ces civilisations. »

          Loin de là, autre temps autre mœurs, personne ne peut donner de leçon à personne en la matière. Là où certains achetaient des indulgences ou brulainent les « sorcières » d’autre avaient d’autres pratiques équivalentes.


        • gaijin gaijin 21 décembre 2013 18:30

          et sans aller si loin on pourrait parler de ce qui se passe en afrique et des guerres alimentées par la poursuite d’intérêts financiers .......
          mais nous avons appris l’hypocrisie ( quel progrès ) et nos massacres modernes sont fait au non de la liberté comme jadis au nom de dieu et nos victimes sont sacrifiées sur l’autel la « rationalité » de la géopolitique .......

          l’humanité et la civilisation sont au mieux des projets et au pire de utopies


        • Devigne Devigne 22 décembre 2013 12:50

          Leur spiritualité leur interdisait de tuer. Ni la notion de sacrifice ni le vocabulaire n’existent dans les langues autochtones. Ils avaient au contraire un immense respect pour TOUT le vivant, pour la Terre Mère et ils pratiquaient sans discontinuer (pendant au moins 4 millénaires), la réciprocité solidaire appelée ayni en quetchua-aymara.


        • Devigne Devigne 22 décembre 2013 13:38

          Que de crimes « rationnels » en effet commis tous les jours par cette humanité !

          La notion de divinité fut importée d’Europe en Amérique par qui vous savez.
          Dans les « Teokalli » ou « Maisons de sagesse » on enseignait aux jeunes à observer la nature, puis à expérimenter pour enfin comprendre afin de pouvoir créer !
          Ils furent effectivement de très grands créateurs : une encyclopédie en tout avant l’heure. La création était d’ailleurs, avec la volonté et celle de se perfectionner jusqu’à atteindre un niveau surhumain, le but de toute vie.

          Tout est naturel. Point de divinités (donc déjà point de sacrifices à faire à ces supposées divinités), mais des forces naturelles animées par l’énergie appelée « Omeyotl » en langue nauatl qui est une émanation de « Téotl », la Création.
          Les cosmogonies autant mexicaine que péruvienne portent sur l’observation des astres, de la Voie Lactée, des éclipses, sur la détermination précise des solstices et des équinoxes pour avoir un calendrier essentiellement agricole précis et... très rentable, l’équivalent à peu près de notre sagesse paysanne en grave perte de vitesse.


        • Devigne Devigne 22 décembre 2013 13:41

          Bien sûr. Merci de votre réflexion. Pour le reste j’ai déjà répondu aux autres internautes.


        • pissefroid pissefroid 21 décembre 2013 18:43

          Votre papier m’a remis en mémoire les vidéos que j’avais visionnées sur la
          « civilisation de caral »,
          qui aurait perduré pendant un millénaire en paix.

          Les vidéos avaient pour titres « les pyramides oubliées de caral ».


          • Devigne Devigne 22 décembre 2013 12:53

            Effectivement, aucune destruction, aucune violence ;des embaumements d’enfants amoureusement faits (avec dans le fardeau des instruments de musique) datant de 4 à 5000 ans !


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 décembre 2013 18:46

            Merci pour cet aperçu intéressant et la bibliographie pour creuser le sujet.

            Pour ce qui est du génocide des indiens d’Amérique, vous parlez à un convaincu.
            La civilisation s’est vautrée dans la barbarie et il serait utile de songer à un « sacrifice rédempteur » sous ce rapport !

            Pour ce qui est de l’absence de sacrifice humain en Amérique, il me semble que vous êtes loin, très loin d’en faire la démonstration.
            Que certains aient été motivés pour gonfler outrageusement les chiffres, c’est une chose.
            Que dans l’histoire des peuples d’Amérique on ne retrouve pas trace de pratiques sacrificielles, c’en est une autre.
            Je pense qu’il ne faudrait pas chercher loin pour en trouver...


            • Devigne Devigne 22 décembre 2013 13:17

              J’approuve entièrement votre première partie, alors qu’on festoie outrageusement tous les ans la non découverte ou la redécouverte de la mal nommée Amérique par Ch. C.

              Pour la 2ème partie, j’ai toutes les preuves qu’il vous faut, à commencer par les mensonges grossiers de chroniqueurs commandités par le pouvoir de l’époque (vice-royauté, clergé et son inquisition) et je dispose pour ce faire d’un essai dramatiquement illustré d’une trentaine de pages et d’un power point pour mes conférences.
              Mais procurez-vous la thèse doctorale de Peter Hassler intitulée : Sacrificios humanos entre los Mexicas y otros pueblos americanos : ¿ficción o realidad ? Vous devriez la trouver en français et en anglais (moi je l’ai en espagnol car je suis devenu parfaitement bilingue).
              Je vous donne les réf. d’un résumé de 90 pages de cette thèse édité en 2004 par le CRETA, le Centre de Recherches et d’ Etudes des Traditions Amérindiennes) à Montréal au Québec. L’impression fut faite à la U. du Québec, 315, rue Sainte-Catherine est, local R-R620 Montréal.


            • L'enfoiré L’enfoiré 23 décembre 2013 17:22

              Essayer la traduction automatique de Google est assez explicite


            • Xenozoid Xenozoid 22 décembre 2013 14:10
              Il n’y eut point de sacrifices humains autrefois en Amérique

              je comprend pas le context ?


              • Devigne Devigne 22 décembre 2013 14:14

                Pour comprendre le contexte, lisez, je vous prie mes réponses aux autres internautes
                Merci.


              • Xenozoid Xenozoid 22 décembre 2013 16:42

                tu parles d’une these ? non ?


              • Xenozoid Xenozoid 22 décembre 2013 16:46

                la réalité est qui’ils ont été décimés,par millions leur habitat avec,non ?


              • boris boris 22 décembre 2013 16:48

                Cet article est de la poésie, croire que certains peuples amérindiens ne faisaient pas de sacrifices humains est une gageure. Ce fait ne remets pas en cause leur spiritualité, bien au contraire, il va de pair avec la croyance animiste.

                Les Mayas et les Aztèques pratiquaient le sacrifice humain cérémoniel, les Incas aussi même si c’était dans une moindre mesure.


                • Xenozoid Xenozoid 22 décembre 2013 16:51

                  la peine de mort public etait juste pour le décor en occident, et pour sure les sauvages savaient faire « mieux »


                • Arnaud69 Arnaud69 22 décembre 2013 17:05

                  @ boris

                  Mais enfin, c’est un fake votre image, à l’époque on en faisait beaucoup les supports d’écriture étaient quasi gratuits pour tous.
                  Pour les gens étaient volontaires, ça change tout !  smiley


                • Mowgli 23 décembre 2013 14:41

                  Et la statuette du prêtre de Xipe Totec revêtu de la peau de sa victime http://2.bp.blogspot.com/_5XR93M4YAc8/ST_AghVihGI/AAAAAAAAGD0/Yh6ahgeCbkU/s 400/Xipe-7.jpg , c’est aussi un fake ?


                • Arnaud69 Arnaud69 23 décembre 2013 14:52

                  Mowgli

                  C’était de l’ironie, si vous lisez mes commentaire plus haut vous le comprendrez.


                • Mowgli 24 décembre 2013 01:20

                  Arnaud69 : « C’était de l’ironie, si vous lisez mes commentaire plus haut vous le comprendrez.  »

                  C’est qu’il est parfois, souvent même, difficile de distinguer le sérieux, même le plus guindé, de l’humour, même le plus déjanté.

                  Voyez par exemple ce sketche de Monty Python dans « la vie de Brian » où Stanley demande qu’on l’appelle Loretta parce qu’il veut être une femme pour « avoir des bébés ». Version française ici : http://descartes.over-blog.fr/article-les-monty-python-avaient-vu-juste-replay-112889615.html version originale là : http://www.youtube.com/watch?v=sFBOQzSk14c

                  « La vie de Brian » date de 1979. Trente ans plus tard cette blague de potache déjanté, 100% garantie pur ridicule, est prise au sérieux avec la « gestation pour autrui assistée » (GPA). Qui l’eût cru ?

                  Quatre ans plus tard, dans « le sens de la vie », Monty Python récidive avec un sketch sur le don d’organe obligatoire et citoyen

                  http://www.youtube.com/watch?v=aclS1pGHp8o

                  La transcription du sketch ici (mais en anglais, je n’arrive pas à trouver une version française) :
                  http://montypython.50webs.com/scripts/Meaning_of_Life/9.htm

                  Conclusion ? Un jour pas si lointain que cela la réalité rattrapera la fiction, aussi cinglée soit elle, et on viendra prélever vos organes de gré ou de force. Alors planquez votre foie en lui offrant une belle cirrhose, personne n’en voudra plus.


                • Arnaud69 Arnaud69 24 décembre 2013 01:35

                  @ Mowgli

                  Je suis conscient que l’ironie de mes propos n’était pas l’évidence.  smiley
                  Monty Python j’adore, ceci explique cela...

                  Si seulement on n’avait pas totalement effacé la mémoire de nos contemporains.
                  En 2013 avoir un peu de mémoire peut faire de vous l’homme à abattre, méfiez-vous, vous êtes mal parti.

                   smiley



                  • Jimmy 23 décembre 2013 14:05

                    si j’en crois wikipedia le document que vous présentez a été fabriqué sur papier pendant la colonisation pour les espagnols
                    un codex préhispanique serait plus convainquant


                  • OMAR 22 décembre 2013 17:28

                    Omar33

                    Salut Devigne  :« ... Mais il y a plus insidieux. »..

                    L’Histoire de l’Humanité est frelatée d’immondices, mensonges, contre-vérités, silences, et saloperies en tout genre...

                    Tous les peuples, régions, races, civilisations, religions ou pays en s’en coupables et victimes...

                    Les noirs d’Afrique nous étaient représentés comme des cannibales, juste bons à être des portefaix, excepté Vendredi...

                    Les indiens d’Amérique ? Nous devons une fière chandelle à John Wayne pour avoir exterminé ces pouilleux sauvages.
                    Les juifs ? Des des gens cupides et fourbes...
                    Les arabes ? Des voleurs...
                    Les mexicains ? Comme les corses, des fainéants...
                    Les écossais ? Avares..
                    Et je ne vous parle pas de ces asiatiques mangeurs de chiens et serpents...

                    Heureusement qu’il y avait ces grecs et un peu ces romains, qui considéraient que hormis eux, le reste de la planète n’est constituée que de barbares...

                    Sauf que ces grecs n’ont-ils pas sacrifié Iphigénie  ?

                    Sacré Euripide qui a dû s’inspirer de ces « sanguinaires » Hamauttas...


                    • bert bert 22 décembre 2013 20:24

                      les sacrifices c’était juste le fait des prédators smiley


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 22 décembre 2013 20:43

                        Cette civilisation était tellement en avance sur la nôtre que les envahisseurs église en tête anéantirent tous les cortex (les livres) : interdiction de garder une trace de ces manuscrits, brulés avec leurs propriétaires.
                        J’ai fait un voyage organisé dans un petit groupe de type colonialiste et méprisant pour les mayas du Guatémala, je mettais ma touche de vérité à partir de ce que nous pouvions voir, je prouvais que ce que nous représentions était le contraire de la civilisation. Je me souviens d’un interlocuteur qui en a pleuré, honteux de son aveuglement.
                        A l’école, à l’université, dans les médias, la bande dessinée, le film pour enfants, dans les religions dominatrices et autour, le matraquage continue.
                        Un optimiste, Michel SERRES pense que ces manips ne seront plus possibles. Agoravox et d’autres...En table des news :

                        Michel  SERRES : science, civilisation, religions en bascule

                         http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=136





                        • doctorix doctorix 22 décembre 2013 23:31

                          Les seuls sauvages à avoir jamais vécu en Amérique y ont débarqué à partir de 1492.

                          De plus une des rares religions à avoir jamais exigé le meurtre, et promu l’esclavage et le vol est la religion catholique, et cela par deux bulles papales qu’il importe de connaître..
                          La bulle pontificale Romanus Pontifex (Nicholas V), du 8 janvier 1455.
                          La bulle pontificale Inter Caetera (Alexander VI) du 4 Mai 1493.
                          Source :
                          Ces deux bulles autorisent et conseillent l’extermination, le pillage et l’eclavagisation de tous les peuples qui ne se réfèrent pas au Christ, que ce soit en Amérique ou en Afrique et ailleurs. Elles offrent au nom d’on ne sait quel droit les territoires découverts à différents souverains européens.
                          Aujourd’hui, les descendants de ces sauvages sèment la terreur et la mort sur la planète entière, au nom de ce qu’ils osent appeler la civilisation.
                          Le plus extraordinaire est qu’il se trouve ici des gens qui, sans connaître quoique ce soit à ce sujet, ont le culot de moinsser l’auteur, ou de plusser son détracteur Salvador, qui visiblemment n’a pourtant strictement rien d’autre à apporter au débat que son opinion personnelle. Autant dire rien.
                          Nous aurions pourtant tellement à apprendre de ces soi-disant sauvages, que ce soient ceux d’Amérique du Sud ou du Nord, ceux du moins que nous n’avons pas génocidés, ethnocidés, torturés, violés et plus simplement trucidés au nom du Christ (qui n’en demandait bien sûr pas tant) !
                          Remettre en cause le dogme des sacrifices humains en Amérique du Sud revient bien entendu à remettre en cause tous les colonialismes, ceux du passé, et ceux du présent, soit disant perpétrés pour des motifs humanitaires, à l’exception du colonialisme en Palestine, qui lui se passe fort bien de toute justification, puisqu’il est de droit divin. 
                          Remise en cause impensable, donc.



                          • doctorix doctorix 24 décembre 2013 10:59

                            Treize moinsseurs sur un seul message !

                            Ce sont tous les sionistes qui se sont donnés rendez-vous, pas possible !
                            Mais vous devrez pourtant lire encore quelques exemples de la sauvagerie des colons. Ici, c’est en amérique du Nord, au sujet des pratiques des pensionnats des Eglises Catholique, mais aussi anglicane, méthodiste et unifiée, ces pensionnats ou 50.000 enfants indiens pour le moins sont morts.
                            Ca se passe au Canada et ça n’a cessé que vers les années 1980 et probablement 1990 : les documents existent, des milliers de plaintes des survivants sont déposées, mais les juges trainent la patte...

                            Quand je vois ces treize-là, bien planqués, pas foutus de pondre un commentaire, mais qui oeuvrent dans la lâcheté de l’anonymat, je comprends que mes articles ne passent plus...

                          • Mowgli 24 décembre 2013 12:08

                            J’ai trouvé la traduction en anglais de la bulle de 1493 d’Alexandre VI « Inter Caeterae », là : http://en.wikisource.org/wiki/Inter_Caetera

                            Oui, je devrais me référer à la version originale en latin, mais je ne l’ai pas trouvée. Et puis, qui sait ici le latin ? Moi-même je peine à le lire.

                            Donc, veuillez nous citer ces passages qui « autorisent et conseillent l’extermination, le pillage et l’eclavagisation de tous les peuples qui ne se réfèrent pas au Christ ». Car moi je ne vois rien de tel et pourtant je sais l’anglais bien mieux que le latin.


                          • doctorix doctorix 25 décembre 2013 09:39

                            Extrait de Romanus Pontifex :

                            Ainsi après avoir pesé toutes les conséquences avec la méditation qui se doit et après avoir noté que nous avons donné par missives antérieures la faculté ample et simple au roi Alphone d’envahir, de rechercher, de capturer, de vaincre et de subjuguer tous sarazins et païens que ce soient et tout autre ennemi du Christ où qu’il soit et les royaumes et duchés et principautés et colonies et possessions et tous biens mobiles ou immobiles en leur possession ainsi que de réduire leurs personnes en esclavage perpétuel et d’appliquer et de s’approprier pour lui-même, ses héritiers et successeurs lesdits royaumes, duchés, principautés, colonies, possessions et biens et de les convertir en ses biens et profits et qu’en ayant sécurisé cette faculté, ledit roi Alphonse ou par son autorité, l’Infante sus-nommée, ont acquis justement et légalement et possèdent et ont fait l’acquisition ces îles, terres, ports et mers et que ceux-ci appartiennent de plein droit au dit roi Alphonse et ses héritiers et successeurs. [...]
                            (Là vous avez des extraits des deux bulles).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès