• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La machine de guerre américaine

La machine de guerre américaine

Peter Dale Scott, après son remarquable « La route vers le nouveau désordre mondial », vient de publier un nouveau livre d’une richesse étourdissante « La machine de guerre américaine". (The American War Machine.) 

Je ne connais pas d’étude aussi précise d’une période aussi immensément dangereuse que la nôtre.

Certes les Empires, les Royaumes, les Républiques ont leurs secrets d’Etat mais lorsque l’Etat tout entier devient un secret, lorsque dans des nations, dites démocratiques, tout se décide en dehors du peuple, les élections, elles-mêmes, étant sujettes à caution, il faut que le peuple échappe à cette peur qui est celle des modestes face aux puissants et essaie de comprendre vers où l’entraînent des décisions qui vont à l’encontre de son intérêt.

Peter Dale Scott est le Tocqueville de ce temps nous donnant à comprendre comment nous glissons vers un monde qui ne peut être que révolutionnaire s’il veut survivre.

 

Il s’agit donc de la politique extérieure des Etats-Unis, ce nouvel empire de notre Histoire avec ses héros, ses légendes, ses grottes secrètes, ses cabinets de l’ombre ce que Peter Dale Scott appelle « la politique profonde ». Une politique malheureusement liée au trafic de la drogue.

 « Ce livre est dédié aux innombrables victimes de la connexion narcotique globale et à celles qui sont mortes pour l’avoir dénoncé. »

Le sujet est posé. Il fut un temps où ce nom « narcotrafiquant » évoquait quelques mafieux d’Amérique du Sud ou d’Asie ou de Corse même, puisque la pieuvre est universelle.

Et s’il évoquait à présent le nom de ceux-là qui dirigent le monde ?

Et comme Alice se jetant dans un puits inconnu, prenons la main de Peter Dale Scott et suivons-le au pays des Horreurs.

Car nous ne sommes plus des enfants, n’est-ce pas ?

Ce sera à nous et à nous seuls, c’est notre responsabilité dans l’Histoire, de défaire ce nœud de crimes et de donner le pouvoir à cette nouvelle conscience de la vie qui, jour après jour, devient plus vivante, universelle, aussi violente que le dragon qu’elle doit affronter.

 

On peut certes considérer que tous les Etats, tous les Empires à travers l’Histoire ont des services secrets qui agissent dans leur pays et dans tous les pays en dehors de la légalité. Crimes, tortures, vols, pillages, sans parler des mensonges et des sectes, tout leur est permis.

Etre puissant, c’est avoir les mains sales.

Mais cet état de fait n’est plus acceptable lorsque ces particularités de l’Etat deviennent l’Etat même, lorsque ces Etats, qui se font passer pour des démocraties, n’en sont plus, pire se retournent contre leurs peuples qui sont l’ultime objet de leurs rackets.

 

Qu’en est-il des Etats-Unis ? De cette fameuse « Machine de guerre américaine » qui est le sujet et le titre du livre de Peter Dale Scott ?

Cette machine coûteuse qui a besoin de tellement de fonds pour exister que le commerce de la drogue et le blanchissement de l’argent sale sont devenues ses mamelles naturelles ?

Mais voyons quelques détails de cette longue histoire.

 

C’est le 18 juin 1948 que le conseil national de sécurité créa l’OPC, nouvel organe de la CIA lui adjoignant la tâche d’exécuter des opérations secrètes parmi lesquelles « la subversion contre les Etats hostiles, incluant l’aide aux mouvements clandestins de résistance, aux guerillas et aux groupes de libération des réfugiés. »

(Rien de nouveau sous le soleil. En ce qui concerne la Syrie, le modus operandi n’a pas changé, si ce n’est que les rebellions peuvent aussi se fabriquer. Tant qu’on y est, il y a toujours des mécontents qui, armés, peuvent devenir de braves terroristes amis.)

 

L’OPC devenait ainsi le 007 de la CIA : « autorisé à tuer ».

Et ce d’autant plus que l’allié de cet OPC fut le crime organisé dans le secteur de la drogue. Des relations sporadiques avant la seconde guerre mondiale devinrent institutionnelles et protégées.

 

Mais l’OPC n’était pas le seul organisme à être en contact avec les mafias de la drogue. C’était aussi le cas de l’armée. On sait que Luciano avait aidé les armées US lors du débarquement des Américains en Sicile et qu’en récompense, ils avaient récupéré plus de soixante maffiosi expulsés de Sicile. L’un d’eux Frank Coppola était devenu une source majeure d’héroïne pour des maffiosi new-yorkais comme James Pumeri. Cette alliance entre l’armée US et la Mafia n’était pas secrète. Norman Lewis, un officier des renseignements britanniques rattaché à la 5ème armée des Etats-Unis, écrivait :

« (A Naples) Il devient de notoriété publique que le marché noir s’opère sous la protection d’officiels haut placés au sein de l’AMGOT. (Allied Military Government for Occupied Territories ) » Le colonel Charles Poletti est à la tête de l’AMGOT et Vito Geovese, qui fut un temps le chef de la Mafia états-unienne est à présent son conseiller. »

Bien…

Et dans ce joli monde, il est bien évident que la règle est l’omerta. Arrêtez de dire « Mais il y en a qui devraient parler ! » Non. Dans un couvent de jeunes filles, il y a des bavardages, dans les triades internationales, il y a des morts. Ouvrez votre GPS. Situez-vous.

 

Le grand ennemi des US, en ce temps-là, les Islamistes étant encore de braves bougnouls, étaient ces affreux communistes. Pendant les vingt années qui suivirent, la CIA dépensa plus de 65 millions de dollars en faveur des anti-communistes italiens. Elle finança même le réseau qui fomenta le coup d’Etat néo-fasciste Borghese qui échoua. (70) Vito Micelli , le général italien ayant supervisé cette opération reçut 800 000 dollars de fonds additionnels de la part de l’ambassade des Etats-Unis à Rome.

Mais donnons la parole à Peter Dale Scott :

« Il est clair que les anxiétés et la paranoïa de ce qu’on appelle la guerre froide ont été des facteurs majeurs dans la promotion du recours para-étatique à la violence. Mais lorsqu’on observe le véritable exercice de la violence secrète par les Etats-Unis depuis 1945 -particulièrement dans des pays comme l’Iran (1953) et le Chili (1970-1973)- nous pouvons observer que cette paranoïa typique de la guerre froide concernant la « menace communiste » devint un prétexte récurrent pour dissimuler des motivations bien plus pécuniaires. »

A tout cela ajoutons, comme mode de domination, une corruption généralisée.

 Ainsi la BCCI (Bank of crédit and commerce international.) aurait établi « des relations avec des personnalités politiques, dans la plupart des 73 pays dans laquelle cette banque a opéré, par des versements d’argent ou de bénéfices de la BCCI aux officiels. »

Et Scott de conclure : « Il ne faut pas se leurrer. Il y a interaction permanente et quotidienne entre les gouvernements constitutionnellement élus et les forces du crime. »

Le grand problème, actuellement, est que ces crimes ne profitent pas à tout le monde. Une des raisons du déclin de l’empire Américain est l’inégalité de revenus grandissante entre les riches et les pauvres. La poursuite de plus en plus décomplexée de l’exploitation économique comme justification de la sur-expansion impériale est un aspect des plus alarmants.

Scott choisit cette belle et efficace image :

« Tous les empires peuvent être perçus comme l’équivalent des géantes rouges en astronomie : la phase finale comme un processus de déclin dans lequel l’énergie autrefois puissante qui se trouvait au centre de l’étoile se dissipe peu à peu vers la périphérie. L’Empire Néerlandais peut être vu comme la subordination du pouvoir étatique en faveur de la compagnie néerlandaise des Indes orientales et l’empire britannique comme servant les intérêts de la compagnie anglaise des Indes orientales. »

Quel désespoir pour moi de penser que ces si beaux vers de « l’Invitation au Voyage » sont liés aux colonisations barbares des « civilisés ».

Vois sur ces canaux 

Venir ces vaisseaux .

Dont l’humeur est vagabonde.

C’est pour assouvir

Tes moindres désirs

Qu’ils viennent du bout du monde.

 

Je me permets d’autant plus cette parenthèse que Peter Dale Scott est poète ce qui prouve que l’amour de la poésie et de la politique peuvent avoir mêmes racines. Comme chez Platon, l’amour du Beau et du Bien ne sont-ils pas liés ? Heurtés par une Histoire, notre Histoire, où l’horreur se découvre universelle.

Et dans ce domaine, nous sommes gâtés. Scott nous révèle les secrets d’un trafic de drogue mis en place par les US au Laos, en Thaïlande, en Birmanie, puis en Afghanistan où le terrorisme devient la branche armée islamiste de la CIA.

Et les ultimes questions arrivent.

A propos de tous les « grands crimes » qui sont la légende noire de cette nation, le meurtre de John Kennedy ou le 11 septembre, comment s’étonner des complots et des crimes les plus cyniques quand un pays, depuis des années, s’est donné pour alliés des trafiquants et des mafieux qui ont investi sa finance, son commerce, son armée ? C’est un monde de chiffres. Sans aucune considération humaine. Tout est ennemi qui n’entre pas dans la colonne bénéfice. Ce sont des machines qui travaillent pour eux. Et des milices privées impitoyables.

Tout ceci n’est qu’une approche d’un grand livre d’Histoire qui étudie avec cette précision glaçante ne faisant économie d’aucun nom, d’aucune date, la création d’un Etat profond, celui des Etats-Unis, pour qui le crime est affaire courante. L’Asie, l’Amérique, l’Europe, l’Afrique, le monde est son jardin d’horreurs. Même son peuple n’a pas grâce à ses yeux qu’il immole sans état d’âme. Les Européens ont été, pendant un temps, les enfants chéris des exactions qui se menaient « dans les colonies ». Voilà pourquoi ces peuples sont prêts à être cueillis sans grand effort. Ignorants, prétentieux, ramollis. Un peu de propagande, du soma télévisé, des distractions et peu à peu le collier fatal de l’esclave se serre.

Une autre citation :

« En 1996, la commission du renseignement de la chambre des représentants a rapporté que dans les services d’action clandestine :

« On ordonne à des centaines d’employés dans différents pays à travers le monde d’enfreindre des lois nationales extrêmement importantes… Nous pouvons estimer avec confiance que, plusieurs centaines de fois par jour des officiers en opération s’engagent dans des activités hautement illicites qui mettent en péril les libertés et des vies humaines. »

Le résultat de tout cela est là :

« La connexion narcotique globale n’est pas une simple connexion dans la relation entre les agents de terrain de la CIA et leurs contacts impliqués dans le trafic de la drogue. C’est plus exactement un complexe financier mondial, source d’argent sale réunissant des personnalités du monde de l’entreprise, de la finance, de la politique ainsi que des hommes issus du crime organisé. Elle exerce son influence politique en rendant service, en fournissant de l’argent sale ou des prostituées à des politiciens partout dans le monde y compris aux dirigeants des deux grands partis américains. En résulte un système pouvant être qualifié d’empire voilé et qui, dans sa quête de profit et de nouveaux marchés, subvertit les gouvernements étrangers sans proposer une alternative progressiste.

J’aime beaucoup ceux qui, avec cet air supérieur, disent : « Moi je ne vais pas sur internet ! On y raconte n’importe quoi ! » C’est sur internet, chers amis, que l’on parle du livre de Peter Dale Scott. Pas sur TF1 !

Faut-il se suicider après avoir lu le livre de Peter Dale Scott ?

Non, car paradoxalement c’est un livre optimiste.

Il nous informe des dangers, de la réalité crue de notre temps tout en sachant que sont en route les forces de la résistance.

Ma propre vision de l’Histoire est qu’il s’opère, aux niveaux les plus profonds et les moins perçus, un lent développement vers une plus grande humanité et une meilleure communication. »

Ainsi il oppose le peuple des Etats-Unis à un gouvernement noyauté par des intérêts supra-nationaux. Toutes les Nations, tous les peuples sont confrontés au péril de « La machine de guerre américaine » qui n’est plus, en fait, « américaine » au sens historique de ce mot, pas plus qu’Israël n’est juif.

L’Empire est un Alien, autre Moloch, que les peuples affamés nourrissent pour des mafias oligarchiques.

Hollande et le PS pour qui travaillez-vous ?

Tous les jours, les réponses à cette question nous angoissent, vous, dirigeant notre pays, sous des airs de démocratie par la grâce de lois trafiquées à Bruxelles. La prochaine, celle instillée par le Medef, autre tête de l’Hydre, sera un bouquet, offert aux entreprises, petits valets de la finance, composée des têtes de tout un peuple ouvrier.

Tout le monde sait que l’austérité n’est qu’une canaillerie.

Jusqu’à quand garderez-vous le masque ?

Comment est-il possible que votre ministre du budget, Cahuzac, soit un homme riche ayant employé pendant un an et demie une femme de ménage philippine au noir pour des sommes dérisoires ? Comment est-il possible, ayant été condamné par la justice, qu’il soit encore en fonction ? Quel respect de la Loi pour un homme devant la faire respecter !

 

Mais je veux  terminer sur une citation de Peter Dale Scott, cet homme sensible, courageux et brillant :

Les mafias et les empires ont certains éléments en commun. Les deux peuvent être considérés comme l’imposition violente et systématique de gouvernance dans des zones sous-administrées. Les deux usent d’atrocités pour parvenir à leurs fins, mais semblent également être tolérés tant que les conséquences de leur violence contrôlée sont moindres que celles engendrées par la violence non contrôlée. Avec prudence, je propose de considérer qu’une différence majeure entre les mafias et les empires est la suivante : avec le temps, les mafias ont tendance à s’intégrer de plus en plus à la société civile dont elles ont transgressé les lois par le passé, tandis que les empires ont une propension à se déconnecter de manière croissante et irréconciliable des sociétés qu’ils dirigeaient.

Ne le vivons-nous pas ?

Achetez ce livre, lisez-le, faites-le connaître.

Merci Peter Dale Scott.

http://www.editionsdemilune.com/

 

Je joins une critique particulièrement élogieuse de cet ouvrage de référence parue dans la Revue de Défense Nationale et signée du général Norlain (sur le fil de la discussion.).

Une présentation de l'ouvrage par l'éditeur : 

http://www.editionsdemilune.com/communique-de-presse/La-machine-de-guerre-americaine/


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 2 février 2013 09:35

    salut arianne

    « ....Les mafias et les empires ont certains éléments en commun.... »

    tous les empires ont fini par disparaître espérons que cet élément leur sera également commun !
     smiley
    cordialement

    @+


    • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 11:28

      Oui, je crois que la mort est une grande et belle invention. C’est une sorte de blanchisseuse pour ADN. Les Empires et les êtres et « les civilisations mortelles » disparaissent. Et renaissent...Sur une page blanche où l’on doit écrire de mieux en mieux.

      On pourrait penser que le dernier avatar de l’Empire qui nous tombe sur les reins est encore plus gratiné que les autres puisque doté de moyens techniques effarants, mais les gens de bonne volonté sont bcp plus nombreux et comme PDS je crois en la vertu de l’espèce Humaine.
      je suis persuadée qu’il y a un bouillonnement d’idées qui débouchera sur un monde que je ne verrai sans doute pas mais auquel je crois. Nous sommes encore chenilles et nous deviendrons papillons !

      En attendant connaître cette réalité historique qui coupe les pattes est indispensable.
      je pense que ce qui est fou dans ce livre , c’est la précision. Mais quelle étude ! 
      Là, il n’ya personne pour dire « oui, mais ce détail est discutable ».
      ce ne sont que des faits. Des montagnes de faits horribles. 
      Avec peu à peu cette évolution : on veut avoir des liens avec les mafias et on devient une mafia.
      cela nous éclaire du moins sur notre avenir. hé oui...Ce ne sont pas des gens tendres...




    • Shawford Shawford 2 février 2013 11:30

      Ariane,


      c’est comme l’arc en ciel qui m’a fait aller sur le bassin d’Arcachon ce matin : MAGINIFIQUE !!!!!!

      Bonne journée smiley

    • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 11:41

      Bonjour Shawford : c’est un truc que j’ai acheté trois francs six sous (comme on disait ! Sniff ! ) et dont les couleurs sont à la fois éternelles dans le ciel et actuelles dans le vent des manifs !! 


    • Shawford Shawford 2 février 2013 11:46

      Ariannnnnnnnnnnnnnnnneuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh


      tu connais pas le Bassin d’Arcachon ?

      Si t’y connais qq’un qui y habite, demande si y’avait pas un arc en ciel du feu de Dieu vers le Grand Crohot en venant d’Arès vers 10 heure du mat’

      Sinon, ton chandail, super sexy, pupuce smiley

    • Shawford Agoranymous443 2 février 2013 20:55

      Coucou smiley


    • lionel 3 février 2013 08:18

      Merci Madame Walter pour cet article informatif et très bien écrit. On sent que sa lecture vous a touchée et vous a fait grandir. 


      Ah ça, Monsieur Dale Scott, c’est pas Morice !

      Je vous souhaite un bon dimanche à toutes et à tous.

    • JL JL 2 février 2013 09:40

      Merci de nous faire connaitre cette remarquable publication de Peter Dale Scott.

      Qui dit tout haut ce que nombre d’entre nous pensaient déjà à petit bruit.

      Il y a déjà un moment, j’ai écrit dans mon ’profil’ : Les mafias ne sont pas une spécificité du libéralisme, c’est le libéralisme qui est une spécificité des mafias.

      ’Le libéralisme’ et ’la lutte contre le terrorisme’ sont les deux autres noms de l’empire.


      • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 11:38

        Bonjour JL,


        Oui ce livre est une somme incroyable et le lire me paraît indispensable à tout homme honnête et curieux.
        votre remarque est tout à fait juste.
        On dit que les Empires tombent sous les coups des barbares mais surtout de leur propre poids et de leurs propres excès. 
        cet « UBRIS » qui est le moteur de tous ces ultra-riches . 
        Il paraît que dans ce monde-là être riche se compte en trillions de dollars. 
        ceux qui ont des millions de dollars sont des pauvres.
         
        J’ai bcp d’admiration pour le travail de PDS. 
        Pour ceux qui sont sur facebook, il a une page où vous pouvez lui laisser un mot. 
        Et si vous n’êtes pas sur Fb, laissez tomber vos préjugés et croyez que c’est aussi un lieu d’informations libres et de débats politiques (surveillé, bien évidemment ; mais à moins de se chuchoter à l’oreille et encore...) .
        car les choses sont ce que nous en faisons.

      • 6ber 6ber 2 février 2013 10:59

        Merci Ariane pour l’info.
        Je viens de passer sur Wiki lire la bio de P.D.S et les comptes-rendus de ces deux ouvrages « la machine de guerre Américaine » et « la route vers le nouveau désordre mondial » ainsi que divers commentaires édifiants dont ceux de Jean Lou Feltz et du Général Norlain.

        Alors c’est vrai, c’est terrifiant et les mots sont faibles et sans portée devant ces faits d’une indicible malveillance et du mépris total envers les populations.

        Passons la guerre du Vietnam et le trafic de drogue organisé ou, plus prés de nous, l’explosion de la production d’opium en Afghanistan depuis Karzai avec la bénédiction US et d’une façon générale toutes les interventions US de par le monde depuis plus d’un siècle, toutes basées sur les même procédés.
        Au vu de tout cela on comprends mieux pourquoi nous sommes aujourd’hui dans l’ OTAN et à quel point les pressions financières ont été fortes pour en arriver là.

        Merci Ariane de réveiller encore une fois nos consciences s’il en été besoin.
        Mes plus sincères salutations et bravo pour ton courage et ton énergie.


        • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 11:49

          6ber, 


          Tu sais , j’ai eu les mêmes réactions que toi quand j’ai pris connaissance de ces livres. Comme des faits historiques peuvent être dissimulés et donc ignorés ! 
          C’est une lecture assez démoralisante. On se dit « mais quelles sont ces motivations carnassières de domination absolue » ? ces rêves d’Empire sont certes le fonds de l’humanité. 
          En 6ème, j’étais admiratrice de Napoléon et d’Alexandre !!!!

          A présent j’admire peter dale Scott. J’ai progressé !

        • 6ber 6ber 2 février 2013 11:53

          Moi aussi Alexandre était mon héros.
          Quel chemin depuis... 


        • xantrius 2 février 2013 13:57

          Arrêtez de traiter toutes les autres états sauf les états unies (et Israël) comme l’empire du mal et les pays capitalistes, comme la France, comme victimes des pressions financières des US etc.

          Le chauvinisme national est un terrain glissant. La glissade commence avec la désignation du « mal » à l’extérieur et vous risquez de vous retrouver un jour main à la main avec des nationalistes reac pour défendre « la patrie ».

          Il faut dénoncer toutes les saloperies, secrètes ou pas, mais dire que la réintégration de la France était que sur la pression des US est au moins naïf, parce que le pouvoir français sont leur propres intérêts pour cela.


        • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 14:00

          Xantrius, 


          Désolée, je ne comprends pas ce que tu veux dire ..

        • xantrius 2 février 2013 14:03

          ... la réintégration de la France dans l’OTAN était que sur la pression des US est au moins naïf, parce que le pouvoir français sont leur propres intérêts pour cela.


        • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 14:12

          Les US nous phagocytent depuis un bon moment. 

          ceux qui craignent que notre civilisation soit islamisée ne se rendent pas compte qu’elle est américanisée à fond et voilà pourquoi, de plus en plus à droite. 
          car les pouvoirs US et alliés sont d’extrême-droite. 

          Ah ! Ces cow-boys, ces jeans et ces rouges à lèvres, ils nous auront fait du mal ! 
          Bref, on nous a achetés avec de la pacotille et maintenant ils veulent un retour sur investissement fissa !!!

        • Shawford Shawford 2 février 2013 11:18

          et tout ça pour un ch’ti manque d’espace entre la , et le s, c’est con hein smiley


        • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 12:11

          Bonjour fatale, 


          Tu sais ,si dans un soirée entre gens, même cultivés, tu dis que la CIA est le grand narco-trafiquant de la planète, je te garantis le succès !!!!
          je ne sais pas si c’est si connu que ça, surtout quand on ne veut pas connaître...

          tu es sûre pour Wilde pour la citation qui est attribuée à d’autres ? 
          En tout cas, elle est pleine d’esprit et lui irait très bien !

        • contre-vent 2 février 2013 13:18

          @ fatale

          La citatione est d’Albert Enstein ; Wilde etant mort avant d’avoir assité à la décadence des USA...

          @ Ariane

          Les anglais se sont livré au même execice en Chine au XIXème avec l’Opium, et en Irlande avec l’héroïne dans les années 70 pour infiltrant les réseaux de resistance indépendantistes de Belfast où comment neutraliser une jeunesse potantiellement dangereuse. Je ne suis pas supris des révélations de l’auteur.

          J’attends avec impatience qu’un journaliste se penche sur l’arrivée du crack aux Antilles dans les années 90... ce pourait être surprenant

           

           


        • Shawford Shawford 2 février 2013 13:24

          Moi aussi smiley


          Tu fais quoi ce soir pull ette ? smiley smiley smiley

        • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 13:41

          fatale et contre-vent, 


          je ne connais pas la solution mais l’esprit de la phrase me la fait attribuer à Wilde. (Même si je ne doute pas de l’humour d’Einstein !)
          Oui, c’est un empire barbare du début à la fin et qui a joui, pour faire illusion d’un immense territoire et de mafias efficaces. 

        • contre-vent 2 février 2013 13:46

          @ Fatale

          Oui, j’ai appris quelquechose de nouveau... et je vous en remercie

          @ Ariane

          Oui, la citation est excellente



        • lsga lsga 2 février 2013 23:08

          Pour cette histoire de rapport entre CIA, Guerre et Drogue, je voulais simplement rappeler que le modèle est celui mis en place par les anglais au 19ème siècle dans le cadre de la guerre dite ’de l’Opium’ :


          Il y a un ou deux ans, j’avais entendu sur France Culture une émission passionnante (désolé : 0 référence). La personne qui parlait était ’le plus grand spécialiste français de l’Asie Mineure’ (désolé : j’ai pas mieux). Il venait de sortir un pavé de 600 pages sur l’Asie Mineur ou l’Afghanistan (bon, avec un bon coup de google, je devrais retrouvé tout cela). Quoi qu’il en soit, il expliquait sérieusement qu’une des causes de l’intervention en Afghanistan était que les Talibans avaient interdit la culture de l’Opium au profit de celle du Cannabis. L’Opium étant essentiel en géopolitiques aujourd’hui (cf : Afrique du Sud, Australie, etc. ), les USA ’devaient’ relancer la production. 

          Bon, désolé de pas faire mieux, en même temps, j’ai une grippe carabiné, 29° de fièvre, et 1g de Dafalgan Codéiné dans le sang (comme quoi, l’Opium, ça peut être bien aussi smiley )

        • Shawford Agoranymous443 2 février 2013 23:14

          Et moi je dis champagne ! Saint Louis est dans la Place smiley


        • bo bo 3 février 2013 10:59

          Fatale,

          L’entrée en guerre des Etats Unis d’Amérique a débité au début du XIXéme siècle avec le bombardement de Tunis.
          Cet épisode a été du à la protection des navires de commerce US...qui subissaient les attaques des barbaresques.
          C’est d’ailleurs...ce qui entraina d’autres pays a détruire les bases de ces « barbaresques »....(mais ces pays , dont la France....allèrent plus loin ...ce fut la « colonisation ».
          Mais revenons aux US....toutes leurs guerres ont été économiques....de la « conquête de l’ouest » qui s’est terminée par les fameuses réserves indiennes...en passant par l’expansion des « achats de territoires »...(il n’a jamais été demandé leur avis aux habitants)
          Quant à l’intégrité des « réserves indiennes »....elle est tout doucement de plus en plus écornée...
          Tout cela a été fait au nom de la pensée libérale qui n’admet pas « the last frontier ». L’erreur est de penser qu’elle s’applique qu’aux territoires US....elle s’appliquait bien au début aux « nouveaux territoires » mais pour des RAISONS ECONOMIQUES.....Arrivés au pacifique, la dernière frontière commerciale c’est déplacée au delà les océans.
          Cette pensée provient des cercles maçonniques qui ont présidé à la naissance des US....et dont la grande majorité des membres étaient issue des commerçants et négociants d’origine anglo-germanique.
          Aujourd’hui la dernière frontière toujours repoussée est toujours cette frontière commerciale...les multinationales et les banques ne sont que les héritières de la hanse hanséatique crée à l’origine pour se protéger des pirates en 1241...et mettre en place un nouveau ordre mondial avec la création de comptoirs commerciaux....ce qui est devenu aujourd’hui le monde des marchands...et de des financiers....sans frontière....orchestrée par les grands « machins internationaux »...(comme disait de GAULLE !).


        • bo bo 3 février 2013 11:02

          Désolé pour la faute très grossière débuté et non débité...à la première ligne.


        • Jean-Louis CHARPAL 2 février 2013 11:37

          Ariane,

          Je comprends ton enthousiasme car il nous est tous arrivé après la lecture d’un livre, bien écrit de surcroît, qui nous apprend plein de choses, de réagir de cette façon et de vouloir partager avec ses semblables les révélations importantes qu’il contient.

          Je n’ai personnellement pas lu l’ouvrage dont tu parles, mais en lisant très attentivement le compte rendu et le commentaire que tu en fais, un petit recadrage n’est-il pas utile ?

          Les simples citoyens dont je fais partie, qui essayent d’aller chercher les vrais infos là où elles se trouvent (le Monde Diplomatique, internet, Attac et autres ONG fiables, certains livres, certains documentaires - genre « les chiens de garde » etc ...) ont globalement échappé aux ravages de la désinformation massive.

          Dans ce contexte, ils savent désormais bien des choses sur l’impérialisme et le colonialisme américains.

          Ils savent aussi que la CIA, état dans l’ état, a acquis un pouvoir de plus en plus exorbitant.

          Il n’est pas douteux, par exemple, même si c’ est uniquement de l’ordre de l’intime conviction, que la CIA est impliquée dans l’ assassinat de JF Kennedy.

          Je ne doute pas que la CIA a dérivé vers des pratiques de plus en plus déviantes et criminelles.

          C’est évidemment le signe d’un pays en décadence.

          En France, c’est comme si Colbert avait perdu la partie au profit de Nicolas Fouquet, ou comme si le SAC, véritable baromètre de la décadence du gaulisme, n’avait pas été dissous.

          Mais il est à mon avis un peu dangereux de réduire le mal qui mène l’ Humanité à la catastrophe aux seules actions illégales et mafieuses, si nocives qu’elles puissent être, d’un service secret d’un pays.

          Il y a un certain risque réductioniste de simplification et de schématisation.

          On risque en effet de passer sous silence que la sauvagerie économique et le barbarie financière ultra libérales et mondialisées ne sont pas dirigées uniquement par les USA, même si ce pays est la « fille aînée » du système, mais par une oligarchie transnationale (que j’appelle dans mon jargon personnel « l’Internationale des accumulateurs de fric » ) qui se pavanne chaque année de façon obcène à Davos.

          Serge Halimi dans son éditorial du monde Diplomatique de janvier, insiste à juste titre sur le fait qu’existe une oligarchie plus ou moins mafieuse, parfaitement à l’aise dans l’internationale précitée, et qui comprend la fine fleur des milliardaires ultra réacs russes, chinois, indiens etc...

          Ceux-ci n’ont rien à envier, en terme de nuisances pour la démocratie, l’Humanité et la planète, à leurs « collègues » américains et à leurs caniches européens.

          Je suis persuadé qu’Obama, comme n’importe lequel des Présidents américains, n’a aucune possiblité de mener une politique réellement progressiste de justice sociale. Il ferait aussitôt l’objet du même « traitement » que JF Kennedy.

          Mais ce qu’il faut bien voir, c’est que si la CIA n’existait pas ou avait été dissoute (comme l’ordre des templiers ...) ce qui n’est pas pour demain, Obama serait de la même façon dans l’impossibilité de conduire la politique audacieuse que la situation commande.

          Tout simplement parce que, en dehors de la CIA, Obama n’a pu être élu que parce qu’il a bénéficé de fonds considérables des banques et des multinationales.

          Ces mastodontes l’ont cerné de « collaborateurs » qui en fait ne sont dans les allées du pouvoir que pour veiller aux retours sur investissements. Une armada de Nicolas Fouquet en quelque sorte, qui se comportent comme des comptables dénués de toute morale. 

          Tout cela pour dire que sans sous estimer le rôle important de la pieuvre dénoncée par notre ami Scott, il est peut-être bon de rappeler qu’une pieuvre peut en cacher une autre.

          « Il est fécond le ventre de la bête immonde » ... 


          • lsga lsga 2 février 2013 23:18

            Les simples citoyens dont je fais partie, qui essayent d’aller chercher les vrais infos là où elles se trouvent (le Monde Diplomatique, internet, Attac et autres ONG fiables, certains livres, certains documentaires - genre « les chiens de garde » etc ...) ont globalement échappé aux ravages de la désinformation massive.

            Et sinon, vous lisez Marx et Lénine des fois ? Parceque c’est pas mal aussi... Pour comprendre l’impérialisme, le Capitalisme, les guerres tout ça... Serge Halimi, lui, plutôt que de lire Serge Halimi, il lit Marx et Lénine. 

            On risque en effet de passer sous silence que la sauvagerie économique et le barbarie financière ultra libérales et mondialisées ne sont pas dirigées uniquement par les USA
            Ah bas voilà, on fini par passer à côté de Marx et Lenine quoi :

            Serge Halimi dans son éditorial du monde Diplomatique de janvier, insiste à juste titre sur le fait qu’existe une oligarchie plus ou moins mafieuse,
            Saint Halimi, citez vos sources (1916 : c’est tout nouveau d’aujourd’hui comme analyse.) :


            mais j’aime bien le mondediplo aussi.. mais pour comprendre le monde, une bonne petite analyse historique, écrite par les plus grands génies révolutionnaires de la période Capitaliste, en dehors des contingences idéologiques et nationalistes du moment, c’est tellement mieux :




          • Jean-Louis CHARPAL 3 février 2013 11:27

            @ Isga - 2 février 23:18

            Je ne vois pas ce que Lénine vient faire là-dedans.

            Si vous êtes incapable d’ exprimer un point de vue personnel autrement que par des liens, il serait préférable de vous abstenir.

            Si vous me connaissiez, ainsi que mes opinions, vous sauriez que je suis un homme libre, d’une totale indépendance d’esprit, un démocrate humaniste et progressiste. Je suis pour la justice sociale dans le respect de libertés et des valeurs républicaines.

            C’était d’ailleurs l’idéal du grand Jaurès, dont je me considère comme un très, très modeste élève.

            Il se trouve que je désapprouve totalement le léninisme et le stalinisme qui ont donné du socialisme une vision totalitaire, en dehors des chemins de la liberté.

            Si vous alliez sur mon blog vous verriez que je parle de « fascisme rouge ». Je n’ai donc de leçon de démocratie à recevoir de personne.

            Quant à Marx, on peut très bien ne pas être marxiste, mais il serait ridicule de ne pas connaître sa vision des choses. 

            Dans la mesure du possible, j’essaie de connaître ce que les principaux penseurs, philosophes, économistes, historiens passés à la postérité ont à nous dire.

            Aucun ne détient la vérité, par définition inaccessible. Mais tous ont découvert « des vérités ».

            Il est évident même pour un non marxiste, que Marx a dit des vérités sur le système économique et social qu’il avait sous les yeux qui était inacceptable et révoltant d’injustice et d’inhumanité.

            Il est intellectuellement malhonnête dès qu’on remet en cause la sauvagerie économique et la barbarie financière mondialisées alias ultra libéralisme ou capitalisme de casino, de nous jeter à la figure le fascisme rouge.

            Il n’ y aurait pas d’autre choix qu’entre le fascisme rouge et le fascisme économique mondialisé !

            Nous enfermer dans cette alternative idiote est intolérable !

            Je vous signale que de la droite républicaine (Dupont -Aignan entre autres) à l’extrême gauche incluse, en passant par toutes les nuances des clivages politiques, il y a des gens qui sont en Résistance au système actuel, c’est à dire à la dictature des marchés et aux politiques d’austérité-récession qui mènent l’ Europe à la catastrophe.

            Comme par hasard, pendant le dernière guerre, le même phénomène s’est constaté. Et, inversement, des hommes de tous horizons ont collaboré avec les nazis et le régime de Vichy.

            Mais une espèce sévit toujours : les colleurs d’étiquettes !

            Ils préfèrent agir ainsi et botter en touche plutôt que faire l’effort de réfléchir par eux mêmes.


          • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 11:58

            Très cher jean-louis, 


            merci de ton long post. 
            Mais tu n’as pas lu le livre de Scott et cela se sent. 
            car ce qui en fait le pouvoir immense au-delà des articles des excellents journaux que tu cites, c’est la masse himalayesque de faits qui font que dans un film américain où l’accusé tente de mentir à la barre ,on lui amène sous le nez tant de preuves qu’il n’a plus rien à dire.

            Ensuite, je dois mal m’exprimer ou tu m’as lue vite car ce que tu dis et exactement ce que je dis.

            Tu écris :

            Mais il est à mon avis un peu dangereux de réduire le mal qui mène l’ Humanité à la catastrophe aux seules actions illégales et mafieuses, si nocives qu’elles puissent être, d’un service secret d’un pays.

            Il y a un certain risque réductioniste de simplification et de schématisation.

            On risque en effet de passer sous silence que la sauvagerie économique et le barbarie financière ultra libérales et mondialisées ne sont pas dirigées uniquement par les USA, même si ce pays est la « fille aînée » du système, mais par une oligarchie transnationale (que j’appelle dans mon jargon personnel « l’Internationale des accumulateurs de fric » ) qui se pavanne chaque année de façon obcène à Davos.

            Serge Halimi dans son éditorial du monde Diplomatique de janvier, insiste à juste titre sur le fait qu’existe une oligarchie plus ou moins mafieuse, parfaitement à l’aise dans l’internationale précitée, et qui comprend la fine fleur des milliardaires ultra réacs russes, chinois, indiens etc...


            Et Scott dit exactement la même chose...

            d’une part la CIA est doublée par une CIA de l’ombre. Et cette CIA favorise les les affaires d’une oligarchie internationale. Je vais retrouver la phrase dans mon article et la mettre.



            • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 12:07

              Voici l’extrait de mon article qui dit la même chose que ce que tu dis et que tu me reproches de ne pas dire :


              Ainsi il oppose le peuple des Etats-Unis à un gouvernement noyauté par des intérêts supra-nationaux. Toutes les Nations, tous les peuples sont confrontés au péril de « La machine de guerre américaine » qui n’est plus, en fait, « américaine » au sens historique de ce mot, pas plus qu’Israël n’est juif.

              L’Empire est un Alien, autre Moloch, que les peuples affamés nourrissent pour des mafias oligarchiques.

              Alors ? pas bien réveillé ce matin ? 
              mais tu es et je suis pardonnable car résumer en quelques lignes une telle somme est impossible.
              Ensuite, je me permets de te dire, pour te donner envie de lire ce livre , combien est remarquable la stratégie de Scott qui marche quand même sur des oeufs et partant de très loin , progressant années après années, t’amène jusqu’au 11 septembre pour te faire comprendre que pour ce monde-là une telle organisation n’est que roupie de sansonnet.

              (Je n’ai pas dit « groupie » de sansonnet !!!)

            • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 12:19

              « Ayant employé »roupie de sansonnet« et ignorant l’origine de l’expression (vous voyez que je suis honnête), j’ai cherché et trouvé quelque chose d’amusant. 

              la roupie est »la goutte au nez« est sansonnet est une déformation de » de son nez« . 
              Bref l’expression veut dire » ce n’est qu’un peu de morve au nez" !!!
              C’est vrai que roupie de sansonnet fait plus chic et prouve que les malentendants créent de jolies choses !
              Pour peter dale Scotte qui parle et écrit français parfaitement !

              • Jean-Louis CHARPAL 2 février 2013 12:33

                Dont acte, Ariane.

                Il faudra que je lise ce livre !

                Je me doutais un peu que tu me ferais ce genre de reproche, mais je voulais être sûr que nous étions bien d ’accord ...


              • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 12:42

                jean-Louis, 

                Hihihi !!!
                ce qui prouve que je te lis avec attention !
                Bonne lecture !

              • Shawford Shawford 2 février 2013 12:50

                Prêt pour un ch’ti voyage immobile, Jean Luis ?


                L’électron de la ville coule en moi, bel et bien cette fois-ci et pour toujours j’espère

                 smiley smiley ( smiley ? )

              • Dominique TONIN Dominique TONIN 2 février 2013 13:58

                Chère Ariane,

                Même si, visiblement, vous ne m’appréciez pas, je dois reconnaître quant à moi, que vos interventions, à travers vos lectures, sont des plus enrichissantes.
                Je vais lire cet ouvrage qui me paraît très intéressant et nécessaire à une meilleure compréhension de ce monde impitoyable, corrompu, et tentaculaire qui nous entoure, nous exploite et nous spolie.
                Mais à la réflexion, je pense qu’essayer de se défaire (en France) des politiques corrompus et complices, participerait à tendre vers une France meilleure. Comment ? En développant un pendant de la démocratie Athénienne (gouvernement par et pour le peuple).
                De fait, la connivence et la promiscuité qui existe entre politiques, mafieux et banquiers, disparaîtrait au fil du temps par l’absence de carriérisme politique et le turn over mis en place.
                D’autres pays Européens pourraient nous imiter !

                • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 2013 14:08

                  Cher dominique, 


                  comment voulez-vous que je ne vous apprécie pas et pourquoi ?

                  Echapper à un monde politique corrompu est évidemment une première étape indispensable, la grande difficulté étant là : ces gens nient leurs fautes et ont le pouvoir, les medias, la police ;, les lois. Donc ça ne va pas être une partie de plaisir..

                • Dominique TONIN Dominique TONIN 2 février 2013 18:05

                  Ariane,

                  En mm temps, si ns ne faisons rien, il n’y aura, ni partie, ni plaisir !

                • olivepsy 2 février 2013 14:26

                  merci pour cet article...
                  Le seul reproche que je pourrais faire, c´est le rapprochement de Peter Dale Scott et de Tocqueville...si ce dernier était un grand défenseur de la démocratie, paradoxalement c´était aussi un grand défenseur du colonialisme, qu´il justifiait au nom de la grandeur de l´empire français...
                  Ce qui est en contradiction avec les propos de Peter Dale Scott, qui justement dénonce cet empire américain, qui utilise tous les moyens pour le seul bénéfice de quelques-uns...

                  Article du monde diplo sur Tocqueville :
                  http://www.monde-diplomatique.fr/2001/06/LE_COUR_GRANDMAISON/15321

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès