• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La musique de Cuba au plus haut

La musique de Cuba au plus haut

Chacun connait la merveilleuse histoire du « Buena Vista Social Club », lorsque Ry Cooder découvrant par hasard l’existence de ce club, en regroupa les musiciens, leur proposa un studio, en fit un enregistrement et arriva à convaincre Wim Wenders d’en faire un film

Ce film propulsa ce groupe de vieux musiciens (certains avaient passé les 80 « balais »), sur des scènes mondiales et triomphales. vidéo

Ils avaient pour nom Compay Segundo, Eliades Ochoa, ibrahim Ferrer. Omara Portuondo, Ruben Gonzalez, Orlando Lopez, Amadito Valdés, Manuel Mirabal, Barbarito Torres, Pio Leyva, Manuel Licea, et Juan de Marco Gonzalez.

Leurs noms resteront gravés dans nos mémoires.

Bien sur Wim Wenders est le réalisateur du film, mais tout le mérite revient d’abord à Ry Cooder, compositeur de la musique de « Paris Texas » et de « the end of violence ». lien

Cooder avait eu connaissance, lors d’un voyage à Cuba, de l’existence de ce légendaire club de musiciens « Buena Vista Social Club », et en avait fait un premier enregistrement.

Certains ne jouaient plus, comme le pianiste, que l’on croyait atteint d’arthrose, mais qui ne jouait plus pour la bonne et simple raison qu’il n’avait plus de piano.

Tout simplement.

A force d’insister, Cooder obtint de Wenders qu’un film soit réalisé là-bas lors d’un nouvel enregistrement.

Le disque a remporté un « Gramy » en 1997, et le magazine « Rolling Stone » l’a classé parmi les 500 plus grands albums de tous les temps.

Le Film, sorti en 1999, a connu un énorme succès, et a été projeté dans de nombreux festivals, à commencer par « les Berlinales »

Aujourd’hui, un certain nombre de ces musiciens nous ont quittés :

Compay Segundo avait 96 ans, Ruben Gonzalez 84 ans, Ibrahim Ferrer, 78 ans, Pio Leyva, 89 ans et Orlando Lopez, 76 ans, en février 2009, mais avant de disparaitre, ils ont fait des petits.

Et ces petits sont en train, à leur tour, de devenir des géants.

Comme par exemple Michel Camilo, que l’on peut voir et écouter sur ce lien

Prenez les sept minutes proposées de ce morceau pour partager seul ou en bonne compagnie ce merveilleux moment.

Ou même Omar Sosa, pianiste plus qu’inspiré.

lien Chucho Valdes génialissime (vidéo),

Comme il le dit lui-même, « le Jazz et la musique afro-cubaine, d’une certaine manière, sont la même chose. Elles partagent un tronc commun et ont une même réalité, la mère Afrique  ».

Il était invité en 2007 avec son trio au festival de jazz d’Eymet, prés de Marmande, accompagné d’un admirable bassiste, et d’un batteur précis, incisif et inventif.

Cet été, Marciac, célèbre pour son festival a reçu entre autres Roberto Fonseca, Chucho Valdes & the afro cuban Messengers (une référence au « Jazz Messengers  » chers à Art Blakey), et leur concert est encore dans toutes les mémoires. lien

Ce n’est pas une première, ils étaient déjà là en 2008, c’était le 11 août. vidéo

Cuba, ce n’est pas seulement cette petite ile dont le leader, devenu avec le temps, despote, chassa l’Amérique friquée de ses plages dorées, c’est aussi la patrie d’un étrange mélange de noirs, d’indiens et de blancs.

Au départ peuplé de Siboney et de Tainis, tribus indiennes, Christophe Colomb leur envoya ses sauvages espagnols, et éradiqua quasiment les autochtones en quelques années.

N’ayant plus de main d’œuvre, et pour cause, les Espagnols utilisèrent Cuba comme plaque tournante du commerce des esclaves noirs. lien

Tout çà est donc une affaire de métissage : des noirs, capturés pour servir d’esclaves, des indiens massacrés, des blancs prédateurs quittant leurs pays contraints ou pas, se retrouvant pour fonder une nation mélangée.

Sans oublier la violence subie par les indiens et les noirs, force est de constater que le métissage a aussi des aspects positifs.

Il suffit d’évoquer les patronymes qui gouvernent la France d’aujourd’hui : De Kouchner, à Estrosi, en passant par Sarkôzi, Woerth, Amara, Borloo, Devedjian, Waukiez, Rama Yade, Morano, Kosciusko-Morizet n’est-ce pas la vie de toutes les nations qui est racontée ici ?

Une leçon que tous les racistes devraient méditer.

La consanguinité n’a jamais donné de très bon résultats.

Django Rheinardt,  par exemple, a su mélanger sa culture gitane et le Jazz, pour lui donner une nouvelle couleur. lien

On imagine avec effroi qu’aujourd’hui, Django et ses amis auraient été tout purement et simplement reconduits à la frontière.

Mais quelle frontière ?

Les gens du voyage en ont-ils une ?

Des chercheurs affirment qu’ils sont originaires d’Egypte, puis qu’ils sont venus en Europe, dans les pays Tchèques. lien

En 1763, un étudiant en théologie hongrois, Stefan Vali, finit par découvrir aux Roms une origine Indienne. lien

D’autres les prétendent Hongrois, Serbes, Tchèques, Roumains

Mais ne sont-ils pas aussi martyrisés en Roumanie, en Serbie ? Jusqu’en 1850, ils y avaient le statut d’esclaves. lien

Les prisons sont-elles leur seule patrie ?

Tous ces peuples en exode permanent, comme les gens du voyage, ou provisoire, comme l’ont été les noirs, sont aussi porteurs de culture et leur musique fait partie de notre vie de tous les jours. Vidéo

Et pourtant notre reconnaissance ne leur est pas acquise, loin de là !

On sait aujourd’hui que certains Roms ont parfois francisé leur patronyme, de crainte d’être stigmatisés.

Par exemple « Sarközi  » a quitté son "tréma" sur le O pour l’éloigner de son origine Rom.

C’est du moins ce qu’affirme le porte parole autrichien des Romanichels, un certain Rudolf Sarközy. lien

L’histoire est décidemment cruelle.

Car comme disait mon vieil ami africain :

« L’héritier du léopard hérite aussi de ses taches »

 

L’image illustrant l’article est tirée de : sortilège. Blog.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Denis Jacquest Denis Jacquest 28 août 2010 10:10

    Bonjour,

    un article sur la musique cubaine sur AV ! quelle chance... et quelle déception.

    L’auteur pourrait se documenter plus sur le sujet et dépasser l’image d’Epinal du Buena Vista véhiculée dans le film, la réalité de cette histoire étant beaucoup plus prosaique et commerciale. Voir par exemple le rôle joué par le musicien Juan De Marcos Gonzalez dans ce projet.

    Si la musique du Buena Vista a eu le mérite de remettre le Son des années 30 et 40 sous le feu des projecteurs, elle a aussi (surtout ?) permis d’occulter commercialement toute la jeune génération de la musica bailable alors en plein essor.

    La musica Bailable cubaine des années 90, la « Timba », véritable révolution musicale noire au même titre que les précédentes (bebop, soul, funk, rap etc), son et chronique de la crise cubaine subséquente à la chute du mur de berlin, qui n’a pu se développer commercialement à cause de la mode mondiale du Buena Vista.

    Il était sans doute important d’étouffer dans l’oeuf cette expression musicale et sociale par une dégoulinade de bon sentiments comme les américains savent très bien le vendre.

    Et encore aujourd’hui, malgré le succès que la musica bailable rencontre parmi les afficionados du monde entier, le grand public (et les acteurs du monde musical) ne connait toujours de cuba que le BVSC et quelques artistes relevant du jazz afro-cubain....

    J’invite donc l’auteur à être plus militant et novateur (et peut-être quitter son canapé et sa télé-somnifère smiley ) pour mieux comprendre à quel point la musique cubaine est au plus haut.

    Juan de Marcos Gonzalez
    La Timba
    Les genres de la musique cubaine :
    Conga | Punto guajiro | Guaracha | Tumba francesa | Contradanza | Rumba | Habanera | Trova | Changui | Danzón | Boléro | Son | Guajira | Mambo | Jazz afro-cubain | Filin | Cha-cha-cha | Pachanga | Mozambique | Nueva Trova | Songo | Timba
    Timba.com
    Dossier sur la timba de la société d’ethno musicologie de barcelone
    fiestacubana.net
    etc etc

    PS que vient faire Michel Camilo dans un article sur la musique cubaine ???
    PPS la deuxième moitié de l’article est clairement hors-sujet.

    Quand au rapport entre le jazz et la musique cubaine, les courageux iront à l’origine du phénomène et liront l’excellent « The world that made New Orleans » de Ned Sublette.

    Enfin, pour parler artistes actuels, si je ne devais en conseiller qu’un seul, ce serait Alexander Abreu Y Havana D’Primera


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 10:40

      denis jacquest,
      vous êtes certainement un érudit en musique afrocubaine, et vous devriez en écrire un article qui serait surement plus militant et novateur, puisque vous affirmez avec beaucoup de modestie en savoir beaucoup plus long,
      désolé de vous décevoir, mais je n’ai jamais acheté de télé de ma vie,
      celles qu’on a voulu de me donner par « pitié » sont en panne.
      j’ai la chance de fréquenter le milieu musical, le jazz surtout, et je suis fier d’avoir assisté aux premiers festivals de jazz d’antibes, à l’époque ancienne ou on pouvait y écouter John Coltrane, Miles Davis, Keith Jarret, et j’ai eu la chance d’être invité par Pharao Sanders à une jam mémorable dans une boite d’Antibes.

      vous ne comprenez pas ce que vient faire Camilo ?
      c’est étonnant pour un érudit tel que vous :
      il est très inspiré par la musique cubaine, et à même effectué une tournée avec Chucho Valdes,
      http://www.michelcamilo.online.fr/biographie.html

      vous savez, on ne met pas la musique dans un tiroir.
      la musique de création est libre,
      ce que vous n’êtes manifestement pas.
      avoir de grandes oreilles ne permet pas de mieux comprendre, comme dit mon viell ami africain.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 10:42

      ps :
      çà ne me surprend pas que vous ne compreniez pas ce que fait la deuxieme partie de l’article sur ce sujet,
      parce que vous avez le cerveau manifestement très compartimenté,
      vous devriez essayer d’évoluer,
      de relire l’article et de deviner le lien qui me paraissait évident,
      nul doutes qu’un homme si intelligent que vous devrait arriver à le comprendre rapidement.
       smiley


    • tinga 28 août 2010 11:04

      La musique cubaine est un joyau dans toutes les musiques mondiales, ce sont quatre siècles de fusion entre plusieurs grandes traditions musicales, (essentiellement Yoruba et européennes) la lecture de « la musique cubaine » d’Alejo Carpentier est une bonne introduction.

      Les musiciens que vous évoquez sont des seconds couteaux, comme d’ailleurs l’atteste le nom Compay Secundo, et le film de Wenders donnait une image bien pale de cette merveilleuse musique cubaine.
      Un des groupes les plus creatifs : Irakere, qui passe des tambours Bata au hard bop en moins d’une seconde, assister à un concert d’Irakere, c’est entrer dans le monde de la musique universelle, par la grande porte.Mais la liste des orchestres cubains de grande qualité est si longue, surtout si on ajoute la « salsa nord et sud américaine » est si longue qu’elle remplirait un livre entier (ce qu’on classe salsa n’est souvent qu’une forme du son cubain). 
      Trio Matamoros, les pionniers du son moderne.

      • tinga 28 août 2010 11:14

        Oups, petite erreur, il faut lire Mais la liste des orchestres cubains de grande qualité est si longue, surtout si on ajoute la « salsa nord et sud américaine » qu’elle remplirait un livre entier (ce qu’on classe salsa n’est souvent qu’une forme du son cubain).


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 12:50

        tinga,
        il faut ouvrir les fenêtres de votre culture,
        seule importe la musique de création, la musique vivante, celle qui s’imprègne des autres cultures,
        je ne voudrais pas paraitre « donneur de leçon » (mais je m’en fous un peu), mais n’avez vous pas remarqué que sans Stan Getz, la bossa nova serait resté bien plus intimiste ?
        je vous trouve bien présomptueux d’affirmer que les musiciens que j’évoque sont « des seconds couteaux »,
        il y a du mépris dans votre pensée.
        et le mépris est méprisable.
        « la musique est un cri qui vient de l’intérieur ».
        mais, comme vous êtes un spécialiste de la musique, vous n’aurez pas de difficulté à me dire à qui l’on doit cette phrase définitive ?
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:02

        tinga,
        le coup de « la liste trop longue » est un peu facile.
        il s’agit d’évoquer « la musique de création »
        celle qui nous fait réagir, celle qui nous touche, qui est vraie.
        et, comme dans toutes les musiques, il n’y en a pas tant que çà,
        donc votre liste « trop longue » est attendue.
        les internautes vous en seront reconnaissants, si vous ne les décevez pas.
         smiley


      • tinga 28 août 2010 13:20

        Second couteau n’a rien péjoratif, surtout lorsqu’il s’agit de musiciens cubains, ce qui m’agace, c’est que ce film de Wenders soit la référence toujours citée pour la musique cubaine, ce sont des musiciens tout à fait honorables et même pour certains un passé tout à fait glorieux et exemplaire, mais la musique cubaine est justement d’une vitalité incroyable, dont l’influence est sans cesse grandissante, d’une très grande variété et surtout avec des musiciens de très haut niveau . 

        Ce bouffon de Lavillier a su s’entourer de très grosses pointures pour son disque « salsa ».
        Ray Baretto (cuba à NYC), Cocinando

      • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:26

        tinga
        mais qui êtes vous pour oser écrire « ce bouffon de Lavillier » ?
        vous m’auriez écrit « ce bouffon d’Hallyday » j’aurais pu accepter,
        le représenter comme un manipulateur s’entourant de « grosses pointures » est plutot désobligeant, et injurieux, car Lavillier n’est pas n’importe qui.

        au sujet du film de Wenders, c’est effectivement si simple de le considérer comme négligeable, ce que sous entendez dans votre commentaire, mais croyez vous que sans ce film la musique cubaine serait aujourd’hui ce qu’elle est.
        reprenez vos esprits, et essayez d’être cohérent.
        si vous n’y parvenez pas, personne ne vous en tiendra rigueur.
         smiley


      • tinga 28 août 2010 14:28

        Le mérite de ce film est sans doute d’avoir incité certaines personnes à découvrir la musique cubaine en europe et voir plus mais n’aura rien changé quant au statu de cette culture là où elle a la plus large audience à savoir, toute l’Afrique, tous les pays latinos, toute la communauté hispanophone des USA ce qui fait du monde vous en conviendrez, des centaines de millions de personnes dansent sur cette musique depuis des décennies, et pour eux ce film ne veut pas dire grand chose, je parle en termes musicaux bien sur. ce qui est exceptionnel, c’est qu’une ile aussi petite ai pu imposé sa culture sur autant de pays à la fois.

        C’est vrai, c’est un peu sévère pour Lavillier, c’était juste pour rire, dans l’orchestre de Ray Barretto, c’est vraiment pas lui le meilleur, pas vraiment la même cour de récréation ceci dit c’est sans doute un auteur compositeur dans la variété française qui aura apporté un petit plus.

      • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 14:50

        tinga,
        « c’est vrai c’est un peu sévère pour Lavillier »
        vous croyez ?!
        si quelqu’un vous disait, en parlant de vous « ce mec c’est une m...e » trouveriez vous çà « un peu sévère » ? ou juste un peu con ?
        je ne suis pas sur que çà vous « ferait rire »
        tout comme çà ne fera pas rire Lavillier s’il découvre votre commentaire..
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 14:58

        tinga
        pour en revenir à « ce film »
        vous ne trouvez pas merveilleux de voir des musiciens oubliés au fond d’une ruelle se voir proposer un nouveau départ ?
        le mérite de ce film est d’abord la
        que des millions (ou des milliards) de personnes dansent sur cette musique ne veut rien dire,
        on peut danser (ou pas) sur une musique, çà ne lui apporte aucune justification.
        on peut danser sur « la soupe » servie dans les super/hyper marchés, les ascenseurs, sans pour autant que ces musiques aient une quelconque crédibilité.
        dans la variété française, ou pas, un artiste peut avoir vendu des tonnes de disques, çà ne prouve en rien qu’il ait un quelconque talent,
        c’est juste du marketing.
        mais je ne vous apprends rien ?
         smiley


      • Pyrathome pyralene 28 août 2010 11:41

        Excellent !!...


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:00

          pyralène,
          as-tu écouté la vidéo proposée de Camilo ?
          çà vaut le détour.
          sinon, il parait que le nain est tombé dans un trou, et qu’il ne sait pas comment en sortir ?
           smiley


        • tinga 28 août 2010 11:59

          Un film sur la Musica Santeria, il convient de ne pas oublier l’aspect religieux dans l’origine de la musique cubaine, essentiellement la tradition Vaudou, issue d’afrique de l’ouest, la puissance des rythmes cubains est le résultat de pratiques « magiques » de la transe par la musique, tradition qui remonte à la source des religions, le chamanisme, ce n’est plus le corps qui bouge sur une musique, mais la musique qui prend possession du corps, et on retrouve dans la salsa des formes abâtardies et simplifiés de ces rythmes sacrés. Et cette religion célèbre le corps, la sensualité, il n’a qu’à regarder les fesses des danceuses et danceurs cubains pour s’en convaincre, pas comme les judéochristianoislamistes plutôt « ridé du calbar ».


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 12:58

            tinga,
            je passe sur votre orthographe contestable du mot « danseur »,
            je ne suis pas le dernier à commêtre quelques fautes.
            mais la religion a toujours été dans toutes les musiques, un peu plus, un peu moins,
            qu’importe,
            la musique c’est une éponge,
            elle prend tout ce qu’elle a envie de prendre,
            le « négro spiritual » en est l’une des nombreuses preuves,
            ouvrez vous écoutilles,
            partez à la recherche de votre coeur,
            mettez au feu les classements discutables, et aimez la musique, pourvu qu’elle soit de qualité, mais surtout, pourvu qu’elle soit sincère, et non pas faite pour être à la « tête du gondole » d’une grande surface de merde.
            oups, je m’énerve, mais désolé, çà fait du bien.
            je vous invite à découvrir cette chanson de ma composition « chanson française »
            http://www.info-groupe.com/oliviercabanel/
            mais si vous n’avez « pas le temps » ce n’est pas grave,
            la vie est trop courte pour n’être vécue qu’a moitié.
             smiley


          • tinga 28 août 2010 13:31

            Pour l’orthographe, c’est à cause l’anglais, désolé...


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:43

            tinga,
            comme je l’avais laissé comprendre, il n’y a pas de problème sur ce sujet.
             smiley
            c’est sur les autres que çà pêche.
             smiley


          • davidchapet 28 août 2010 13:09

            Toujours et encore la même chose, la même rengaine : Cuba = salsa, ron, tabaco, son, sol, mulata y Buena Vista Social Club ... quand j’ai lu le titre « la musique de Cuba au plus haut » j’ai pensé que le sujet pouvait être différent, au plus haut... 


            Personne ne parle des autres musiques à Cuba. Saviez-vous qu’il existe une scène Metal à Cuba, qu’il y a près d’une centaine de groupes de rock/metal et des milliers de fans ? Ben non, le Metal ça ne fait pas vendre (et même en France ça fait encore peur) et pourtant du 2 au 5 septembre sera organisé à La Havane la seconde édition du Brutal Fest où se présenteront ensemble 6 groupes franco-suisses aux côtés de 4 formations cubaines. Une première dans l’histoire de Cuba où le rock était encore il y a quelques années interdit et considéré comme la musique de l’ennemi. 

            Du hardcore à Cuba ? Du métal tropical !? A quoi ça peut ressembler ? A du cha cha cha vitaminé, à du metalcore sauce rumba, à un boléro distorsionné ou à la salsa du démon ?
            Voilà un sujet à traiter, voilà un sujet musical à présenter et qui pourrait prétendre à un titre comme « La musique de Cuba au plus haut ».



            • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:31

              davidchapet,
              mais savez vous aussi qu’il y a des gens qui pratiquent la « musique classique » à Cuba et ailleurs ?
              qu’il y ait du Métal à Cuba, pourquoi pas, çà ne change rien.
              il s’agit dans l’article d’évoquer les bienfaits du métissage en musique,
              et peut-etre que le Métal en subira l’influence ? ou pas...
              le Métal que vous évoquez peut de l’or, aussi bien que du plomb,
              ce n’est pas en rangeant telle ou telle musique dans un tiroir qu’on lui apportera une authenticité.
              il y a de la « merde » dans tous les arts, y compris dans le « Métal ».
              et comme dit souvent mon vieil ami africain,
              « un tronc d’arbre peut séjourner aussi longtemps qu’il veut dans la rivière, il ne sera jamais un crocodile »
               smiley


            • davidchapet 28 août 2010 14:05

              Oulala... ce Mr. Cabanel est Mr. Jesaistoutj’aiunavissurtout !!!

              Je vis à La Havane depuis près de 15 ans et c’est Mr. Cabanel qui m’apprend qu’il y a de la musique classique à Cuba et aussi ailleurs ! Waouh, merci Cabanel ! smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 14:47

              davidchapet,
              non, rassurez vous, je ne sais pas tout,
              et je n’ai pas un avis sur tout.
              j’en ai juste un pour vous :
              vous vivez à la Havane, c’est très bien.
              il y a des français qui vivent en France et qui ne savent pas qui est Mozart.
              le territoire ne change rien.
              l’avis que j’ai sur vous est celui ci :
              vous devriez prendre un peu de repos.
              il existe surement à la Havane, des squares , avec des bacs à sable.
              vous devriez y aller, muni d’un seau et d’une pelle, afin d’y faire de jolis chateaux de sable,
              je vous assure que vous y trouverez beaucoup de plaisir,
              tenez nous au courant.
               smiley


            • davidchapet 28 août 2010 15:41

              il ne fallait pas vous vexez maître Cabanel... mais merci du conseil, là encore vous faites preuve d’expertise ! Allez tous ensemble : merci Cabanel ! smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 16:16

              davidchapel,
              il faut mettre un « r » à vexer,
              et non pas un z
              quand l’on veut donner des leçons, il faut pouvoir en être capable,
               ;")
              j’espère ne pas vous avoir vexé.
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 16:17

              david,
              et ce chateau de sable, il avance ?
               smiley


            • davidchapet 28 août 2010 17:04

              Olivier, on écrit château, avec un accent circonflexe sur le « a » smiley


            • Proudhon Proudhon 28 août 2010 19:42

              @davidchapet

              Vous vivez àCuba depuis 15 ans. J’espère alors que vous interviendrez sur Agoravox pour mettre un bémol aux critiques virulentes contre ce pays qui même s’il n’est pas la panacée universelle mérite qu’on le défende contre le nouvel ordre mondial. Je suis toujours nostalgique de mon voyage àCuba qui est pour l’instant mon plus beau voyage, celui qui m’a le plus marqué. La gentillesse de ses habitants est étonnante. Cuba àun peuple, àune âme.
              Je suis content et étonné d’apprendre qu’il existe une scène Heavy Metal, Metal àCuba, d’autant plus que je suis fan de Hard Rock. Merci pour ce renseignement !


            • davidchapet 28 août 2010 20:54
              @Proudon, merci pour votre message... mon truc c’est la musique et particulièrement le Metal, vous l’aurez compris.
              Je laisse les textes plus engagés sur la défense de Cuba (ou l’inverse) à ceux qui le souhaitent.
              Si la scène rock/metal de Cuba vous intéresse, voici quelques liens à visiter :

              Cuba Metal, le portail du Metal cubain : http://www.cuba-metal.com
              Le site de l’espace Maxim Rock à La Havane : http://www.maximrock.com
              Brutal Beatdown Records (mon label discographique) : http://www.brutalbeatdown.com

              A bientôt et merci à Don Cabanel pour nous avoir permis cet échange smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 23:46

              david,
              même sur le ch(a)teau de sable ?
              alors il avance ?
               smiley


            • davidchapet 29 août 2010 00:52

              voilà, c’est terminé ! j’en ai même fait un clip : http://www.youtube.com/watch?v=NPJo3d8Hcfk


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 août 2010 10:47

              pas mal, faut reconnaitre,
              la preuve que la musique est vivante, et il en faut pour tous les gouts,
              du rap au métal, en passant par le jazz...
              vive la musique cubaine.


            • VDJ VDJ 30 août 2010 14:13

              Oyé, David, trop tot pour parler du festival Duende Cubano ?  smiley


            • paul 28 août 2010 13:12

              Bien que d’origine portoricaine, il me semble que Tito Puente mérite largement d’être cité dans ce panthéon de la musique afro-cubaine , un roi des percussions ...


              • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 13:33

                Paul,
                bien sur,
                c’est incontestable.
                pour s’en convaincre, il suffit de regarder cette vidéo :
                http://www.youtube.com/watch?v=v6fhsmVyNaw
                çà doit faire pousser des cris aux puristes qui ne supportent peut-etre pas de voir des violons accompagner ce génial percussionniste.
                 smiley


              • brieli67 28 août 2010 15:26

                dis donc vieux joufflu

                Par exemple « Sarközi  » a quitté son « tréma » sur le O pour l’éloigner de son origine Rom.

                c’est encore quoi cet HOAX !!!

                tiens dans les bajoues !!!

                un
                http://toriblog.blog.hu/2009/05/14/nicolas_sarkozy_magyarsagarol_torteneti_ huseggel_1_resz_de_genere

                deux
                http://toriblog.blog.hu/2009/05/25/nicolas_sarkozy_magyarsagarol_torteneti_ huseggel_2_resz_a_hiros_varos

                trois
                http://toriblog.blog.hu/2009/06/11/nicolas_sarkozy_magyarsagarol_torteneti_ huseggel_3_resz_az_ertol_az_oceanig

                un bon traducteur en ligne : http://translate.google.fr/#

                c’est pas croyable cette équipe Rivasi

                punition très sévère
                http://cybodega.free.fr/html/cd_balkan.html
                ouvrir et déployer sur les fanfares....


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 16:14

                  brieli
                  le « vieux jouflu » t’autorise a lire :
                  http://www.nationspresse.info/?p=108959
                  ce n’est donc pas un bête hoax
                  mais tout simplement la réalité.
                  elle dépasse parfois la fiction.
                  et non pas l’affliction.
                   smiley
                  nous avons donc un président qui n’est pas seulement un « marchand de tapis »
                  mais aussi un « petit » dissimulateur.
                   smiley


                • brieli67 28 août 2010 16:49

                  ECOUTE Rivasi boy

                  le fil du AJM j’ai mis ce qu’il faut !
                  faut lire des fois sur AVOX et prendre comme référence

                  prends le traducteur et parcout donc les trois liens d’historien !

                  bien sûr le patronyme Sarkösy est commun
                  en plus il comprend  « terre riche »
                  qu’il a été accepté, donné aux « gens du voyage... 
                  en voie de »normalisation"

                  L’ancêtre en question prouvé cf les textes en question a été anoblie a reçu des terres marécageuses qui étaient turques
                  lis donc au lieu de rabrouer

                  reconnais que tu es fainéant.......


                • brieli67 28 août 2010 17:43


                  ah oui j’ai bien lu sous ton lien

                  c’est bien dékirant c’est qui cette Oriane une sosie de CD ??

                  Commentaire par Oriane Borja le 18 août 2010 @ 20:05

                  Les mondialistes, comme les roms, sont des apatrides.
                  L’idéologie mondialiste relève d’ailleurs d’une spiritualité qui considère que les roms proviennent d’un quatrième Adam, et qu’ils ont l’autorisation de ne pas travailler, c’est ainsi.

                  Autrement, sémantiquement, Caesar, Tsar, Zar, Sar, cela a la même origine.
                  De César dérivent après l’époque antique les appellations de certains empereurs ou dirigeants :

                  Kaiser en Allemagne,
                  Tsar (orthographié Czar avant 1914) en Russie, Bulgarie et Serbie,
                  Császár, prononcé tchassar en Hongrie,
                  Kaysar dans l’Empire ottoman
                  Gesar au Tibet.

                  (Signaler un abus)

                  Commentaire par Marino le 18 août 2010 @ 20:23

                  Généalogiste, je suis remontée jusqu’en 1500 pour faire l’arbre de ma famille !

                  Je peux aider Sarközy de Nagy-Bocsa (Littéralement, le nom hongrois de son père, né le 5 mai 1928 à Budapest)

                  issu par son père d’une famille de la « petite noblesse » hongroise anoblie le 10 septembre 1628 par l’empereur Ferdinand II de Habsbourg, était donc nagybócsai Sárközy Pál Istvan Ernő.
                  En effet, son ancêtre, un paysan qui s’est battu contre les Turcs, n’a pas réellement reçu de titre de noblesse, mais le droit de faire précéder son nom de celui de son village d’origine ainsi que d’utiliser des armoiries.

                  *** Ben, il n’est pas noble ! mais avec le petit château de ses arrières grands parents dans le village d’Alattyán, près de Szolnok, à 92 km à l’est de Budapest, il a pris la grosse tête (c’est pourquoi il est bling-bling)

                  Oui, il est sûrement un petit, petit cousin de Rudolf Sarközi !


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 août 2010 23:48

                  brieli,
                  j’aime la paresse,
                  mais je suis un faineant qui travaille
                  allez y comprendre quelque chose,
                  je ne démordrais pas de l’avis que donne le représentant des Rom en Autriche
                  d’abord parce que çà me fait plaisir,
                  ensuite, parce que çà tombe bien,
                  et enfin, parce que j’ai envie de le croire,
                  et l’envie, dans la vie, c’est essentiel.
                   smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 29 août 2010 00:22

                  brieli,
                  merci d’avoir fait le point sur ce type qui chasse de nos frontières des Hommes qui ne le méritaient surement pas,
                  cet acharnement contre eux est suspect,
                  tant pis si le rapprochement est caricatural, mais j’ai en mémoire les agissements d’un petit dictateur qui à envoyé au four crématoire ses compatriotes, s’il faut en croire quelques historiens.
                  bon, pour les Roms, sarközi ne semble pas envisager cette solution radicale, mais en détruisant leur campements , et en les stigmatisant, il pose une première pierre.
                  ce n’est que ma modeste analyse.
                   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès