• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le Cinéma, cet art dans lequel il faut savoir lire

Le Cinéma, cet art dans lequel il faut savoir lire

Lorsque Jean Renoir commence La règle du jeu, projet d’un film où il sera auteur total : réalisateur, scénariste, acteur et producteur, il a conscience du désastre mondial qui s’annonce.

Il est alors impressionné, troublé, par l’état d’esprit d’une partie de la société française et mondiale. Il se veut le metteur en scène de cette société qui comme il le disait « dansait sur un volcan »

Voici comment Jean Renoir parlait de son film :

« Maintenant j’ai eu l’idée de la mort de Jurieu telle qu’elle a été faite -Jurieu était condamné avant que je commence le film- mais l’idée de le faire mourir comme il meurt m’est venue de la mort du lapin, que j’avais filmé d’abord. Dans mon idée, toute la chasse, primitivement, préparait la mort de Jurieu, Jurieu c’était l’innocent, l’innocence ne pouvait pas vivre là-dedans. C’est un monde romantique et pourri. Il se trouve qu’on a à faire avec deux êtres extrêmement innocents, elle et lui, Christine et Jurieu. Faut un sacrifice. Si on veut continuer, faut en tuer un, le monde ne vit que de sacrifice, alors il faut tuer des gens pour apaiser les dieux. Là cette société va continuer encore quelques mois, jusqu’à la guerre et même plus tard, et cette société va continuer parce que Jurieu a été tué, Jurieu c’est l’être qu’on a sacrifié sur l’autel des dieux pour la continuation de ce genre de vie…Le monde ancien, et le monde moderne encore plus, tue, tue, tue, tue beaucoup, dans l’espoir que ces tueries feront que ça continuera »

Ahurisant non, lorsqu’on sait ce qui s’est passé par la suite !!!

 
 
Autre film très parlant, c'est « Le Président » d’Henry Verneuil en 1960. Alors que nous sortions à peine du nazisme et du fascisme, ce film nous montrait la mise en place d'une nouvelle dictature plus hypocrite et plus soft, l’Europe tout simplement.
 

Et oui, dès 1960 Verneuil nous annonçait la couleur, alors tous ces types qui nous disent qu’au départ l’Europe était une belle aventure vous mentent, vous venez d’en avoir la preuve. Dès le départ la belle Europe était faite pour être la nouvelle dictature !

Autre film d’Henry Verneuil très instructif, « 1000 Milliards de Dollars » en 1982.

Dans ce film on dénonce le rôle des multinationales, la mondialisation et ses dérives. 30 ans plus tard le mal n’a fait que s’aggraver.

Mais tout cela n’est pas très grave, puisqu’après une longue…. très longue…de plus en plus longue carrière (si vous avez encore la chance d’avoir un emploie), vous aurez droit à une petite retraite. Et ce jour là entouré par vos chers collègues, ému aux larmes par tant de générosité et de sympathie, vous pourrez espérer prendre un repos bien mérité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Radix Radix 9 janvier 2013 10:12

    Bonjour

    Il vaudrait mieux corriger votre titre et le mettre au passé.

    Actuellement il n’est plus nécessaire de savoir lire, cela peut même devenir un obstacle à la fréquentation des salles obscures !

    Radix


    • pissefroid pissefroid 9 janvier 2013 17:26

      Je suppose que
      « savoir lire »
      c’est
      « comprendre le message ».


    • fatizo fatizo 9 janvier 2013 20:41

      @radix,

      Vous avez raison , je fais mon mea-culpa .

    • Radix Radix 9 janvier 2013 20:59

      Bonsoir Pissefroid et Fatizio

      Exact, bien que les « messages » cinématographiques m’ont toujours donné l’impression d’avoir le contenu d’un SMS délivré par un éléphant !

      Hormis le cinéma ancien qui était encore écrit par des littéraires et ne s’adressait pas aussi visiblement à des analphabètes.

      C’est peut-être mon amour de la lecture qui me rend le cinéma si fade !

      Radix


    • rosemar rosemar 9 janvier 2013 19:04

      Bonsoir fatizo 


      un cinéma prémonitoire et rempli de messages ...ce cinéma là semble avoir disparu, hélas...


      Belle soirée...

      • fatizo fatizo 9 janvier 2013 20:45

        Bonsoir Rosemar,

        Nos cinéastes sont-ils encore capables de choisir des scénarios qui prennent des risques, qui font réfléchir le spectateur ?
        J’ose espérer qu’il y a encore un public pour ce cinéma là, mais si on ne lui propose pas, il s’habitue aux comédies stupides qui se ressemblent toutes.
        Belle soirée à toi . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès