• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le génocide oublié, celui des Gitans, Roms, Tziganes...

Le génocide oublié, celui des Gitans, Roms, Tziganes...

Un beau livre qui aborde ce sujet douloureux :

La Route des Gitans, de Miguel Haler

Ginko Editeur

Préface de Joseph Joffo

Miguel Haler est un écrivain d’ici et d’ailleurs.
D’ici, en Provence, parce qu’il est domicilié à Vidauban (Var) et qu’il a présenté son dernier ouvrage « La Route des Gitans » à la dernière soirée des Lundis de Saint Ferréol à Lorgues (Var).
D’ailleurs, parce qu’il nous laisse entrevoir dans cet ouvrage un peu de la vie nomade et précaire des Tziganes, Gitans, Roms, Sintès, Bohémiens ou Manouches, comme vous voudrez, et qu’il nous relate une histoire qui nous amène des Saintes Maries de la Mer à l’Allemagne nazie et à la Pologne occupée pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Il nous remet aussi en mémoire l’horreur du génocide perpétré par les Nazis contre les Gitans.

Nous connaissons tous le mot de Shoah utilisé par les Juifs pour parler de ce moment dramatique de leur histoire. Connaissez-vous le terme de Samudaripen ? C’est l’équivalent en romanés, langue transmise oralement et non écrite.

Il faut savoir en effet que, considérés par les Nazis comme des « asociaux » et de « race inférieure », les Tziganes (Zigeuner en allemand) ont payé un lourd tribut à la politique raciale du IIIème Reich. On estime que de 200.000 à 600.000 Tziganes ont été exterminés durant la Seconde Guerre Mondiale. L’incertitude sur les chiffres en dit long sur le peu d’études historiques et statistiques sérieuses qui ont été faites sur le sujet.

En 1933 déjà, les Nazis proposent une politique eugénique de stérilisation des Tziganes ; en 1936, on voit la 1ère grande déportation (400 personnes) de Roms à Dachau puis en 1939 s’intensifient en Allemagne les internements massifs dans des camps spéciaux (Zigeunerlager). Dans les territoires occupés de l’est européen, des milliers d’entre eux ont été exterminés par les Einsatzgruppen. Et ce furent les déportations vers des camps de concentration (Bergen-Belsen, Sachsenhausen, Dachau, Mathausen, Ravensbrück) ou d’extermination (Auschwitz-Birkenau, Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka).

Les Tziganes ont également été victimes d’expérimentations médicales faites par Mengele et autres « docteurs » de l’indicible et notamment dans le but d’établir une procédure de stérilisation efficace et peu coûteuse.

 Mais Miguel Haler ne s’appesantit pas sur cet aspect sordide du sort réservé à son peuple. Guitariste, il se produit chaque année aux Saintes-Maries de la Mer lors du pèlerinage annuel des Gitans. Il est aussi écrivain et c’est en tant que tel qu’un vieux Manouche l’a fait appeler un soir dans sa caravane pour lui faire un récit étonnant.

 Dans un livre sans prétention mais émouvant, il nous conte cette histoire de rencontre, d’errance et d’amour improbable entre une jeune Gitane et un jeune officier aristocrate allemand dont il nous assure qu’elle est authentique. Ce ne serait pas la première fois que la réalité dépasserait la fiction.

Ce livre, paru dernièrement, est important car c’est l’un des rares qui témoigne de ce que fut la vie des Gitans avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale.

A lire donc !

Brigitte Grivet


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Reinette Reinette 2 juin 2009 12:10

    à Brigitte Grivet,

    merci pour ce conseil de lecture.

    A lire également :

    1)
    Tsiganes. Sur la route avec les Rom Lovara
    de Jan Yoors - éditions Phébus, collection Libretto, 1990. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Antoine Gentien.

    résumé : Les Flandres, dans les années 1930 : le jeune Jan Yoors, âgé d’une douzaine d’années, fait la connaissance d’une tribu tsigane installée non loin de chez lui. Pour ce fils de grands bourgeois élevé dans le culte de l’art, de la beauté et de la liberté, ce peuple errant qui n’obéit à d’autres lois que celles forgées par le clan et par la route va devenir une seconde famille. Ses allers-retours entre la caravane des Rom Lovara et le monde des gadje vont durer pratiquement dix ans, jusqu’à la dispersion du groupe (la Kumpania) qui l’avait accueilli, marqué par les persécutions nazies. Dans les années 1960, après avoir été tour à tour plongeur dans des restaurants et photographe à New York, Jan Yoors publie le récit de ses années passées dans les pas de cette société qui ne cesse encore aujourd’hui de se dérober à la compréhension. A mi-chemin entre l’autobiographie et le récit d’ethnologie, ce livre est avant tout un « cri d’amour pour manifester contre l’oubli dont est victime cette race d’étrangers qui a vécu parmi nous depuis des siècles tout en sachant se préserver. »

    2)

    La croisée des chemins
    Jan Yoors
    (Phébus)
    Cet ouvrage fait suite au livre culte Tsiganes du même auteur dans la même collection. Tsiganes nous racontait ce gamin de 12 ans quittant ses parents et son foyer paisible pour rejoindre un camp de Rom avec qui il passera son adolescence tout en visitant de temps à autre sa famille belge de sang.
    Son coeur est toujours aux Rom. Nous sommes à présent en 1940 dans la guerre secrète, dans la résistance des Tsiganes. Ceux-ci vécurent une lutte discrète, tissant leur toile résistante à travers l’Europe pour survivre à la barbarie nazie qui s’est jurée de les exterminer.
    La croisée des chemins est un livre passionnant, un document historique merveilleusement bien écrit.

    • Brigitte Grivet 2 juin 2009 15:25

      Et un grand merci à Reinette.
      De quoi enrichir notre connaissance de ce monde que nous côtoyons mais ignorons bien souvent
      Brigitte



      • Kalki Kalki 2 juin 2009 12:27

        ET SI ON PARLAIT DES AUTRES MASSACRES UN PEU ?

        La liste des massacres :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_massacres

        Avant l’arrivée de l’homme blanc, l’Amerindien vivait sur une terre intacte.
        8 millions d’Amérindiens vivaient parmis
        60 millions de bisons et
        2 millions de loups
        sur un espace de 9.364.000km carré.

        Soit 6 bisons par km carré
        1 homme par 2 km carré
        et 1 loup par 5 km carré

        Et de nos jours, sur le même espace :
        260 millions d’hommes( dont quelques centaines de milliers d’Amérindiens seulement)
        Quelque milliers de loups ( traqué sans cesse)
        Dix mille bisons

        • L’historien américain Howard Zinn rappelle que « les gouvernements américains [ont] signé plus de quatre cents traités avec les Indiens et les [ont] tous violés, sans exception »

        Goulag « Direction principale des camps de travail » Le travail rend libre. La liberté c’est la soumission. 18 millions[4] de personnes sont passées par les goulags sous la dictature de Staline

        1932-1933 Holodomor 4 à 10 000 000. Famine volontairement organisée par Staline en Ukraine essentiellement afin d’anéantir la paysannerie. Quatre à dix millions de morts en Ukraine et en Russie.
        1937-1938 Grandes Purges
        Entre 680 000[7] et 2 000 000[8 Staline élimine toute opposition potentielle, notamment par les procès de Moscou.

        Remarquez l’antériorité comparé à la shoah : mais on nous le marque dans le crane dès la naissance, pas du tout ce qui s’est passé dans les pays communiste ( c’est normal ? ). Et le ’hitler’ n’en parlons pas il a pris des idées de partout. ( du pire et du pire encore )

        1900-1902 Guerre des Boers 26 000 Afrique du SudLes Boers et leurs alliés Africains noirs sont emprisonnés dans des camps de concentration par les Britanniques et les canadiens. (peut etre quelqu’un peut remonter a d’autre camps de concentration dans l’histoire ? )

        Sinon n’oublions pas une chose importante : une racine du mal : conséquence du choix de culture

        Déforestation et reboisement en France

        On estime qu’à l’époque de Vercingétorix, la France était couverte de forêts à plus de 90%, soit environ 400 000 kilomètres carrés. Aujourd’hui seuls 23% sont enforestés. Le taux de boisement augmentent depuis plus d’un siècle, surtout en moyenne montagne et montagne, mais avec des forêts souvent moins naturelles

        ET l’écosystème et la vie qui va avec constitue un des plus grand génocide commis par les hommes.

        • Henri François 2 juin 2009 18:40

          Vous avez peut-être oublié dans votre liste le massacre des aborigènes par les anglais dans un continent qui allait devenir l’Australie et où l’Angleterre allait parquer ses forçats, comme la France allait le faire en Nouvelle Calédonie mais en laissant vivre en paix (ou presque) les indigènes.


        • Kalki Kalki 2 juin 2009 19:22

          euh non j’ai cité qu’une partie (vous pouvez voir la liste des massacres que j’ai mis en lien)  : on vois les petites girouettes qui changent de sens rapidement : le capitalisme c’est mal , et hop on tourne sur le communisme ( comme surement leurs parents on fait exactement l’inverse !) c’est ridicule : ils n’apprennent rien ? Heureusement que maintenant on peut tirer quelques leçons supplémentaire de l’histoire notamment sur l’idéologie et la légitimité de son utilisation !


        • Reinette Reinette 2 juin 2009 23:41

          Egalement trop souvent oubliés :

          A la fin du 18ème siècle, à l¹arrivée des Européens, les aborigènes étaient environ 1 million, ils sont aujourd¹hui environ 265 000, soit 1,6 % de la population totale. En effet ce peuple a été massacré et quasiment exterminé par les européens. Ceux échappant aux massacres n’ont pas survécu aux diverses maladies, à la nouvelle nourriture et à l’alcool apportées dans leur environnement.

          Les tribu étaient chassé de leurs terres car les blances en vaient besoin pour faire des essaie nucléaire ou pour bâtir des mines d¹Uranium. Les aborigènes furent parqués dans des réserves, dans ds missions chrétiennes et les enfants étaient arrachés à leurs familles pour être élévés dans les communautés blanches et anglicannes du pays.

          Il a fallu attendre ces dernières années pour que la communauté blanche se rende compte qu¹une réconciliation profonde entre les Australiens blancs et les aborigènes était indispensable au bien-être du pays.

          http://zion.fred.free.fr/Histoire%20du%20peuple%20Aborig.html


        • morice morice 2 juin 2009 12:28

          merci pour ce rappel salutaire. Le nazisme ne doit en aucune façon resurgir.


          • Atavus 2 juin 2009 13:00

            Sur ce coup je te donne raison morice.

            Toutefois n’oublies pas de le rappeler à Junior.


          • LE CHAT LE CHAT 2 juin 2009 12:30

            Connaissez-vous le terme de Samudaripen ?

            non , les roms et autres tziganes ne disposent pas de lobbies et d’organes de presse pour en parler et rabacher et s’en servir jusqu’à plus soif comme excuse à tout !
            tout comme ils n’y a pas de terme comme antitziganisme , alors qu’ils sont vraiment considérés comme citoyens de seconde zone en slovaquie , hongrie , roumanie ...


            • TSS 2 juin 2009 17:10


              lire « la route du rom »de didier Daeninckx !

              Où l’on voit dans la France profonde des années 40, de bons français qui profitent des lois en

              vigueur pour chasser et exproprier les roms... !!

               


              • Kalki Kalki 2 juin 2009 19:29

                La religion est une idéologie. L’humanisme n’aurait pas vu le jour sans la vision ’chrétienne’ , cependant le fondamentalisme, et l’idéologie chrétienne a fait des morts ou fait des morts (pas volonté idéologie : les préservatif c’est mal) : comme dans TOUTES LES AUTRES RELIGIONS. La religion reste une belle saloperie pernicieuse ( et je ne confond pas spiritualité et religion c’est mon propos ).

                Sans la pensée de groupe, sans l’idéologie ( c’est a dire aussi sans une classe social supérieur pour utiliser l’instrument de pouvoir politique qu’est l’idéologie ) il n’y aurait pas eu autant de massacre.

                Cce qui définie l’humanisme c’est justement ne pas aller massacrer tout le monde pour piller : ’presque dans la vision de la croissance du capitalisme ?’


              • armand 2 juin 2009 18:40

                Merci de souligner ce fait , les tziganes et roms ont fourni l’essentiel (voire la totalité) des « cobayes » pour les expériences médicales.... mais « Ils » n’ont pas d’avocats, eux ( et cela continue...)
                Une petite chance « on » adore leur musique tellement festive. Bien triste monde


                • Reinette Reinette 2 juin 2009 23:50

                  armand

                  Pourriez-vous nous donner plus de précisions sur ce que vous dites.

                  Informez-vous, un minimum :  ://www.revues-plurielles.org/php/index.php ?nav=revue&no=46&sr=2


                • Reinette Reinette 3 juin 2009 00:07



                  Et quelles que soient les victimes du nazisme, ou du stalinisme d’ailleurs, il est inacceptable de les opposés.

                  Et certain(e)s parmi nous peuvent avoir des parents juif ET tzyganes.


                  • Tyner 3 juin 2009 08:25

                    Reinette a écrit : « Et quelles que soient les victimes du nazisme, ou du stalinisme d’ailleurs, il est inacceptable de les opposés. (...)
                    Et certain(e)s parmi nous peuvent avoir des parents juif ET tzyganes
                    . »


                    Absolument.
                    D’aucuns loin de les opposer, d’ailleurs, continuent de nos jours de les associer dans le même « infra-monde ».... Phrase de Carlos lors du meeting de la liste AS de Dieudonné lundi 1er juin au Théâtre de la Main d’Or :

                    « (...) Ce meeting a aussi réservé une »surprise«  : l’intervention en direct par téléphone, depuis sa centrale de Poissy (Yvelines), d’un homme présenté comme le terroriste Carlos. Saluant sa  »camarade«  Ginette Skandrani, il s’est indigné :  »Toi qui vis avec un Arabe, on te traite de raciste«  avant de s’en prendre à  »cette bande de gitans et de juifs qui te taxent d’antisémitisme. Ces gens (…) sont protégés par l’anti-France, excusez-moi d’employer une expression vichyste, c’est l’anti-France« . La salle s’est levée pour l’acclamer. »

                    (Extrait de l’aticle du Monde : http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/06/02/meeting-aux-relents-antisemites-au-theatre-de-dieudonne_1201020_1168667.html#ens_id=1188276)


                  • hans lefebvre hans lefebvre 3 juin 2009 10:54

                    Merci pour votre billet qui pointe effectivement un vide certain ! En outre, pour ce qui est de « la concurrence des victimes » il y a un livre magnifique de Jean-Michel Chaumont aux éditions la découverte :
                    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_concurrence_des_victimes-9782707137319.html
                    Aussi puissant et beau qu’indispensable !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires