• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Sicko » ou « Malade » de Michael Moore

« Sicko » ou « Malade » de Michael Moore

Why he fight ?

En allant voir le film Sicko, vous irez avant tout voir du pur Michael Moore. Un documentaire bien ficelé sur un des multiples problèmes de la société américaine. Oubliez le Michael Moore tellement anti-Bush et anti-guerre qui nous a sorti un Fahrenheit 911 mal en point et plus que plein de failles. Le revoici au sommet de son art...

Le génie du réalisateur américain est cette fois de ne pas être tombé dans les clichés de la toute-puissante Amérique qui ne protège pas ses enfants pauvres. Au contraire, le fils prodigue a plutôt choisi de peindre les 3 millions d’Américains couverts par une assurance et qui ont toutes les misères du monde à se prévaloir de cette protection sociale privée. Au travers de plusieurs personnages toujours aussi « punchés », Moore nous rend « addict ». Sans s’en rendre compte, on se laisse émouvoir par la sincérité, la détresse et les situations cauchemardesques dans lesquelles Moore prend le soin de filmer ses personnages. À se demander souvent s’ils ne sont pas plus des acteurs à part entière avec rôles d’acteurs précis plutôt que de simples personnages de documentaire.

Au menu du film, parodie de Star Wars, beaucoup de larmes et d’histoires tristes accompagnées comme toujours chez Moore de musiques d’ambiance précises et efficaces. Et les sempiternels flots de phrases prises hors contexte et qui, alignées à la suite, font dire les pires horreurs. Sans oublier les discours de président : Tantôt Bush, peut-être Nixon ? Non plutôt Hillary Clinton (déjà présidente ?), non, c’est finalement Bill son mari.

Au-delà d’une mise en scène moorienne, la vraie question demeure toujours la même : le problème des États-Unis n’est-il pas d’avoir tout misé sur le privé ? Pour y répondre, le réalisateur n’a (évidemment) pas lésiné sur les moyens : Voyage au nord chez les voisins canadiens, visite chez les alliés britanniques de toujours, virée chez les communistes cubains ou finalement road trip chez les frenchies, plus que jamais ennemis. Mais le constat est partout pareil : en ne payant presque rien, les gens s’en sortent mieux qu’aux États-Unis ou pourtant on paye le prix fort.

Michael Moore nous a presque convaincus cette fois.

Sauf que...

Voilà !


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • aquad69 28 juin 2007 15:22

    Bonjour Stephane,

    comment, une protection sociale privée qui serait moins efficace qu’une protection sociale d’Etat effectuée par des -excusez-moi !- fonctionnaires ?

    Impossible ! Ce serait aussi absurde que... par exemple, que d’imaginer que la théorie du réchauffement de l’atmosphère ne soit qu’un élément de propagande de plus pour développer encore l’ambiance de terreur de masse qui nous submerge depuis quelques temps.

    En tous cas, vous m’avez donné envie d’aller voir Sicko...

    Cordialement Thierry


    • Serpico Serpico 29 juin 2007 08:49

      Mais pourquoi se sent-on obligé de prendre des distances avec tous ceux qui critiquent les USA ?

      Ça fait « fils de bonne famille » ?

      A propos du réchauffement climatique : justement, oui : il y a beaucoup de propagande dedans.


      • Arno Arno 29 juin 2007 10:56

        @ l’auteur...

        Dommage que votre article commence par un commentaire tout à fait péremptoire sur Fahrenheit 911. En effet, ce documentaire est loin « d’etre mal en point », c’est au contraire un travail tres long, tres complet qu’il a realisé, sur un sujet qui fait mal, tres mal, surtout aux americains. Oserai-je vous rappeller qu’il a obtenue la palme d’or au festival de Cannes ?

        Cordialement

        Arnaud


        • Tab Tab 29 juin 2007 11:42

          Palme d’or qui n’est d’ailleurs plus une référence depuis longtemps (Dieu merci)...

          Bravo pour l’article, qui est intéressant.


        • Emile Red Emile Red 29 juin 2007 11:26

          Ce pourait être un bon article mais l’auteur dit tout et rien à la fois.

          Trop de sous entendus et pas de critique de fond, serait-ce un si bon film pour ne rien avoir à en dire ?

          M. Moore est un génie une fois de plus...il nous montre, sans emphase, le devenir de notre pays avec ses descriptions assassines du système qui est mis en place ici en France, aujourd’hui.


          • Deneb Deneb 30 juin 2007 13:36

            Excellent film, le meilleur de Moore, et ce n’est pas peu dire. On est content de vivre en Europe. On se rend de plus en plus compte que les USA sont en train de sombrer dans une dictature, à côté de laquelle l’URSS de Staline fera figure d’une promenade de santé. Leurs libértés sont en train de fondre comme la neige au soleil. Le pouvoir est monopolisé par une poignée de gens très riches, qui defendent leur pactole bec et ongle. Malheureusement on a l’impression que la France et l’Europe sont en train de se reprocher dangeureusement de l’objectif « tout pour le profit ». Un exemple : Vivendi, qui dicte les lois en France


            • Fred 1er juillet 2007 16:45

              il y a effectivement des gens qui ont plus de difficultes qu’en France par rapport aux soins mais qui dit prive dit responsabilite ; quelqu’un qui choisit de ne pas prendre de d’assurance pour pouvoir s’acheter d’autres choses se met a risque en cas d’accident.

              Je prefere le systeme Francais mais je trouve dommage que ceux quidecident d’avoir 5 enfants payent le meme prix que ceux qui sont celibataires ou maries sans enfant. Il faut aussi apprendre la responsabilite aux gens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès