• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Trahisons » de Harold Pinter, au Théâtre de l’Athénée

« Trahisons » de Harold Pinter, au Théâtre de l’Athénée

En prolongeant le système intriqué du mensonge et de la vérité, du masque et du miroir jusqu’à l’exacerbation du comportement distancié, la mise en scène symboliste de Philippe Lanton apporterait-elle le coup de grâce au trio traditionnel du mari, de la femme et de l’amant en sculptant leurs relations dans l’abstraction des mots ?

Dans cette perspective, les trahisons plurielles trouveraient-elles leur apothéose dans un suprême déni de réalisme et peut-être dans une dénégation de l’oeuvre d’Harold Pinter ?

En prenant le parti d’éloigner les personnages de leurs affects, la direction d’acteurs les contraindrait-elle à un simple savoir-vivre en société d’où émergerait une absence de tensions déguisée en schizophrénie d’apparence ?

Ainsi instrumentalisés comme les trois mousquetaires de la vacuité de l’âme au profit du sens des mots, caché ou non, les rôles pourraient-ils s’adonner au jeu des chaises musicales sans qu’un quatrième partenaire n’y puisse trouver son fantôme ?

Toute cette problématique devrait pouvoir se résoudre dans le choix esthétique du metteur en scène de créer un décor assumé dans la désincarnation de l’espace et du temps.

Ainsi dans un va-et-vient entre les planches et les cintres, les symboles d’un flash-back raconté en neuf scènes remontant leur chronologie vont faire resurgir la mémoire d’un imbroglio sentimental délabré bien qu’ayant lié deux couples sur le point de finaliser leur désunion face au regard du spectateur.

Au diapason de cet enjeu, François Marthouret et Thibault de Montalembert semblent élaborer une amitié de complicité subliminale que Nathalie Richard est en charge de désarmer par une indifférence de bon ton.

Cet exercice de « self control collectif » laisse néanmoins l’impression que, dans une scène encore inédite, l’ensemble des ressentiments occultés aurait fort bien pu exploser en plein vol !

Photo © Pierre Touche

- TRAHISONS - ** Theothea.com - de Harold Pinter- mise en scène : Philippe Lanton - avec François Marthouret, Thibault de Montalembert et Nathalie Richard - Théâtre de l’Athénée -


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires