• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Anthropologie non conventionnelle

Anthropologie non conventionnelle

Eléments pour une cacalogie universelle du point de vue culturel

Comme disait Térence "Rien de ce qui est humain ne m'est étranger"

C'est par les petites choses que l'on apprend souvent beaucoup sur les hommes.

Le corps, comme objet d'étude, entre nature et culture, ne peut être objet de mépris pour le médecin, le psychologue ou l'anthropologue.
Donc, parler de la merde, dans tous ses états ne peut choquer. C'est un objet d'étude comme un autre.
Il existe déjà des recherches sur les rapports normés culturellement de l'homme avec les déjections de son corps.

Emmerdant, ce sujet ? Terrain glissant ? Caca ? Non !..
Pour commencer, il ne faut pas oublier l'intérêt économique que certaines cultures ont pu y voir :« La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd'hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c'est l'engrais humain. Les Chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c'est Eckeberg qui le dit, ne va à la ville sans rapporter, aux deux extrémités de son bambou, deux seaux pleins de ce que nous nommons immondices. Grâce à l'engrais humain, la terre en Chine est encore aussi jeune qu'au temps d'Abraham. Le froment chinois rend jusqu'à cent vingt fois la semence. Il n'est aucun guano comparable en fertilité au détritus d'une capitale. Une grande ville est le plus puissant des stercoraires. Employer la ville à fumer la plaine, ce serait une réussite certaine. Si notre or est fumier, en revanche, notre fumier est or.Que fait-on de cet or fumier ? On le balaye à l'abîme. » (Victor Hugo)
Caca précieux, donc, dans ce cas..qui pose aussi des problèmes sanitaires .

__Sujet non orthodoxe à première vue, mais intéressant à bien des points de vue. Arte a même osé faire une recherche sur ce sujet supposé peu attractif. Pas inintéressant non plus du point de vue de l'historien.
___Rien ou presque rien n'échappe chez l'homme à l'influence de la culture, à la force de l'éducation, même en ce qui concerne les fonctions jugées les plus triviales, voire les plus basses, les plus répulsives. L'alimentation, les manières de tables, les produits et habitudes alimentaires obéissent à des codes qui nous échappent habituellement, mais qui peuvent être décryptés
La défécation aussi, aboutissement logique et vital de la fonction alimentaire , même si c'est à un moindre degré.

Les lieux imposés, les postures, les fréquences,les sentiments ambivalents éprouvés, à base de répulsion, subissent aussi les codes culturels.
 
Le langage en est lui-même marqué. Le langage scatologique est au premier plan pour exprimer le rejet, le dégoût, le mépris. Même sous la plume du divin Mozart, pas seulement chez Rabelais. Le mot de Cambronne fréquente aussi bien la littérature, que les expressions les plus courantes, de manière crue ou atténuée ("crotte", alors !...)
_Que ce soit dans la vie "normale" ou dans les comportements de type "pervers", au sens freudien du terme, l'attraction/répulsion de la chose et du mot est présent. La coprophilie ou la coprophagie s'exprime parfois de manière étonnante. Les fantasmes liés à cette fonction tournent autour de tendances sadiques, destructrices. Il existe bien des bizarreries sociales et individuelles névrotiques en ce domaine, presque inconcevables, même dans le domaine mystico-religieux.
________
Il faut remonter à la prime enfance pour comprendre l'ambivalence des sentiments humains vis à vis d'une fonction qui n'est pas maîtrisée de manière innée, pour des raisons physiologiques, mais qui se construit peu à peu. Vers deux ans, au "stade anal", le bébé est naturellement attiré/fasciné par son "oeuvre" fécale, objet de fierté, encouragé par ses parents qui sollicitent son narcissisme pour l'éducation à la propreté. Mais cette attraction est aussi vite combattue par l'entourage, réprimée et refoulée pour des raisons sociales. Refoulée, mais pas oubliée. L'inconscient n'oublie rien. L'attraction se retourne en son contraire (mécanisme pulsionnel classique) et devient dégoût. Le "caca" va être symbole de tout ce qui doit être rejeté, méprisé, condamné moralement. C'est le début de la mise en place des codes moraux. Quoi de plus méprisant que de traiter quelqu'un de "grosse merde" ?

Son rapport avec l'argent, avec l'avarice a été aussi mis en évidence, dans certaines névroses, mais aussi dans les comportements ordinaires.
Une anthropologie des odeurs est à relier bien sûr à cette fonction. Avec cette particularité : c'est l'odeur des autres qui nous répugne, pas la nôtre...Une trace du stade anal où le narcissisme de l'enfant, qui ne dissociait pas son produit de lui-même, se complaisait à l'admirer, avant que le sur-moi et le refoulement fassent leur oeuvre ?

Le pet peut-être objet d'étude pour le chimiste ou le médecin, pas seulement occasion de blagues plus ou moins mal odorantes...
L'appréciation des odeurs sont relatives à l'éducation et à la culture.
Le "nez " se constitue au coeur des civilisations et de l'histoire.

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JL JL 13 décembre 2010 10:50

    @ Perseus,
    précision de marin : je crois qu’elle devrait plutôt le faire sous le vent.

     smiley


  • ZEN ZEN 13 décembre 2010 10:55

    Bonjour Perseus
    Laissons les faits se faire...
    Cette petite investigation sur les fondements m’a appris beaucoup...
    Il sera peut-être jugé merdeux, voire merdique
    Mais j’assume...


    • jef88 jef88 13 décembre 2010 11:29

      Dans ma jeunesse ! On recyclait.
      Les wc c’était, à coté de la maison, une sorte des cabane avec le poulailler à une extrémité, une partie centrale pour les cages à lapins et, à l’autre bout un coin d’un métre carré avec porte et verrou.
      Au fond, une planche percée d’un magnifique trou rond servait de siége.
      ce trou communiquait directement avec la fosse à purin et il n’y avait pas de remontées d’odeurs !
      Une partie du journal, soigneusement découpée était accrochée à un clou (le reste servait à allumer le feu)
      Belle organisation chez les vosgepattes !


      • ZEN ZEN 13 décembre 2010 11:44

        Jef
        Exactement comme chez moi, sauf qu’ un ruisseau passait sous la lunette
        Les canards, que l’on mangeait, bien sûr, se régalaient à la sortie :
        récupération intégrale !
        La Liberté de l’Est ou le catalogue de la Redoute servait de p.q.
        Aujourd’hui, la tendance est aux toilettes sèches et au compostage


        • brieli67 13 décembre 2010 20:28

          ah notre ethnologue 


          nous causer sexe à nous français 

          sans évoquer cette grosse merde, ancien gardien de la paix 

          un fil bien joyeux complète ce fil

          j’ai eu le bonheur/malheur de résider à trois reprises non loin voire même étage de sa sa salle d’ « opérations »




          • LE CHAT LE CHAT 13 décembre 2010 11:58

            article pas enmerdant ! et pour en rire , rien ne vaut une bonne journée de merde  !


            • Papybom Papybom 13 décembre 2010 15:43

              Bonjour Zen,

              Bin crotte, je vais compléter votre inventaire.

              Suivez- moi, à l’odeur.

              Cordialement.


              • brieli67 13 décembre 2010 20:35

                ah les paillardes qui se perdent....


              • ZEN ZEN 13 décembre 2010 15:59

                Bonjour Papy
                Bien observé
                Plus sérieusement, je pense aux conditions dans lesquelles (vit) survit la population de Port au Prince. Le manque dramatique de latrines n’est pas le moindre problème à résoudre au plus vite



                • brieli67 13 décembre 2010 21:38

                  bis repetita 
                  ZUT ZEN ne comprendra de nouveau pas !
                  Désolé, Professeur... 

                  j’évoque la fish-cum-duck culture !!

                  Résumons ce recyclage des excréments en Chine et en Asie,

                  Un pavillon à pilotis sur les bords d’un étang
                  habitants de haut en bas : pigeons, poulets, canards, cochons, canards
                  en dessous les carpes.. et les crustacés...
                  a chaque étage à la nouriture se mêle la« production du haut...

                  principe toute bête ne peut extraire de son bol alimentaire que 33% des proteines 
                  Bien sûr que l’homme prélève. Ce qui n’est pas dit dans la chanson
                  le chien, en Chine à langue bleue et bien dodu, le mets des grandes occasions se charge des étrons bien frais et bien moulés de son maître....

                   »Chargé" l’étang sera récolté et deviendra rizière avec les canards prédateurs de vers, larves et mouches....

                  A la chute du Mur des élevages sur ce principe en Hongrie et en Pologne !
                  Devinez ce qu il en advint ? Facile !!



                  • Abderraouf 5 janvier 2011 19:35

                    Ah c’est au nombre que ça se passe, fastoche demain je signe Le calvaire de trucmucha en muzzland.

                    Sinon je vous soupçonne de zapper sciemment le fait que sur les 200 (si vous les faites hein), vous en signez 100 et en provoquez 95, ça relativise un peu non ?

                    Enfin, vous envier et vous jalouser désolé mais je vous dois la vérité... euh ... comment dire... non non rien.

                    Ou plutôt si, les fibres c’est vraiment excellent, vous devriez essayer, votre dépôt de bilan se ferait tout en douceur et vous seriez un peu moins agressif. Enfin si ça se trouve hein smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès