• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Faire de ses rêves des destins …

Faire de ses rêves des destins …

Fable dominicale

L'orientation ligérienne.

Il était une fois une famille installée en bord de Loire. De génération en génération, il y avait un rituel de passage, un moment particulier dans la vie des enfants. C'est à cette étrange occasion que se jouait le destin de chacun. Tout avait commencé il y a si longtemps que nul désormais ne savait l'origine de cette étrange liturgie familiale. Il se dit parfois, dans les soirées autour de la cheminée que c'est un barde breton de la pointe de Corsen qui était venu ici semer la curieuse pratique …

Au seuil de l'adolescence, quand l'enfant cessait de l'être pour laisser place à un futur adulte, le grand-père se chargeait de celui qui allait être initié. L'ancêtre emmenait le long de la rivière celui ou celle qui allait devoir faire un choix décisif. Personne dans la famille n'en ayant soufflé mot, l'enfant pensait aller à une partie de pêche, une balade ou une cueillette quelconque.

L'ancien et le jeune avaient alors une longue et profonde conversation. Des propos s'y tenaient qui n'avaient pas souvent leur place autour de la grande table ou lors des veillées. Il y avait de la gravité dans cette sortie, une solennité que percevait immédiatement le plus jeune. La voix du plus vieux était chargée d'émotion.

Puis, quand les mots échangés avaient cessé de devenir utiles, le grand-père se taisait, sortait son couteau de sa poche, le dépliait lentement et choisissait avec soin un bois flotté de Loire. Silencieusement, devant son petit-enfant interloqué, il creusait un bateau tout pareil à ceux qui naviguaient sur la rivière.

Puis, toujours sans dire un mot, lui qui avait été si loquace l'instant d'avant, il prenait une branche bien droite qu'il fixait à la verticale de ce petit bateau de fortune. Il sortait alors de sa poche, ce qu'il avait préparé dans le secret de la demeure : un joli mouchoir brodé marqué aux initiales de celui ou de celle qui allait subir le rite de passage.

L'ancien avait construit un petit bateau de Loire, un futreau armé pour l'aventure navale. Il le posait alors doucement sur le flot et avant de le laisser filer au gré du courant et des vents, il s'adressait à nouveau à son petit-enfant : « Ce bateau, c'est ton destin. Pour qu'il choisisse ton devenir, tu dois le charger de tous tes rêves, de tes espoirs et de tes envies. Réfléchis bien ; ta vie va prendre le cours que tu voudras bien lui donner ! ».

De génération en génération, chacun comprenait le sens de ce propos sentencieux. Aucun enfant n'avait jamais pris ces paroles à la légères. Il y avait dans cette famille de lointaines et puissantes croyances celtes, un respect sacré pour les éléments naturels et surtout pour cette Loire qui était la source de bien des activités familiales.

L'enfant fermait les yeux, il mettait toute son énergie à se concentrer sur cette petite maquette comme si sa vie même en dépendait (ce qui était finalement le cas). Il tenait souvent la main de son ancêtre au moment où celui-ci abandonnait l'embarcation aux fantaisies de la rivière. C'est dans un silence profond que tous deux suivaient alors des yeux le devenir du frêle esquif. De sa manière de naviguer dépendrait l'orientation future du plus jeune …

Jamais la Loire ne se trompa. Bien souvent la petite embarcation allait bon train, filait en suivant le courant. Quand elle disparaissait au loin, le grand-père et l'enfant savaient que les dés en étaient jetés. Une fois encore, dans la famille, il y aurait un nouveau voiturier d'eau, un batelier qui irait sur la rivière pour gagner sa vie et tenter de ne pas la perdre.

D'autres fois, plus rarement certes, il se passait des choses imprévues qui faisaient basculer le destin de celui ou de celle qui se démarquerait de la tradition familiale. Ainsi cette demoiselle qui vit le petit bateau traverser de part en part la rivière, poussé par un vent du sud, exceptionnellement puissant. Elle avait compris qu'elle tiendrait le bac, devenant de ce fait, la première passeuse de l'endroit et resterait vivre en ce pays qu'elle aimait tant !

Une autre fois, le bateau n'alla pas bien loin. Il se brisa bien vite contre un rocher qui affleurait là. Ni l'ancien ni son petit fils n'y virent un mauvais présage, bien au contraire ils comprirent le sens de ce message. L'enfant deviendrait charpentier de bord et sa vie durant , réparerait les bateaux endommagés par les aléas de la navigation, tout en construisant de temps en temps de magnifiques embarcations.

Il se dit qu'une fois, poussé par un puissant vent d'ouest, le petit rafiot remonta le courant pour disparaître au loin. Il était allé à l'envers de la marche ordinaire. C'était celui d' une petite fille prénommée Marie-Madeleine. Son grand-père comprit qu'elle aurait un destin très particulier. Elle devint en effet la première historienne de la marine de Loire.

Plus loin encore dans le temps, le petit bateau chavira et sombra immédiatement. Les deux spectateurs eurent alors un curieux frisson dans le dos mais l'enfant laissa bien vite passer ce moment de doute. Il avait compris le message de la dame Liger. Il serait sauveteur, consacrant sa vie à aller au secours de ceux qui seraient en détresse sur la rivière.

Enfin, il se trouva une maquette qui refusa obstinément de prendre les flots. Le bateau resta sur le bord de la rive sans bouger. Il se tenait à quelques centimètres de la berges, curieusement immobile. Quelques années plus tard, le garçon concerné ouvrit le premier-bateau lavoir de la région ; il avait compris lui aussi, le message de la rivière.

Le rituel se prolongea ainsi de génération en génération. Il se dit qu'il continue encore mais que désormais les signes en sont bien plus difficiles à décrypter. Pourtant, cette famille a encore offert à la Loire un chanteur, une conteuse, un écrivain et une animatrice du musée de la Loire. Je ne saurais vous dire ce que fit le petit bateau ce jour-là. Les signes du destin sont de plus en plus complexes à déchiffrer et la Loire aime à garder ses mystères.

Quelle morale faut-il retenir de cette histoire ? J'aurais tendance à penser qu'il est parfois plus simple de suivre ses rêves et d'observer les signes de son destin plutôt que de croire aux injonctions des conseillers d'orientation. Mais je ne sais si lire dans le cours de l'eau demeure une manière raisonnable de penser l'avenir !

Perspectivement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • oncle archibald 28 octobre 2013 18:29

    Cher Nabum, j’ai lu avec plaisir, comme toujours, mais en bon méridional, au nom de mon Grand père maternel qui était aux manifestations de Narbonne en 1907, qui fût l’un des fondateurs de la toute première coopérative viticole du midi, je vous dis qu’ici c’est dans les vapeurs d’alcool qui s’élèvent en ce moment même au dessus des cuves en fermentation que l’on cherche les signes du destin. 

    « In vino véritas » et allez à Jacta Est, mais revenez nous vite !

    • C'est Nabum C’est Nabum 28 octobre 2013 18:36

      Mon Oncle


      Je ne peux vous donner tort et réclame ma part de vapeur et pas seulement.

      Merci et à la vôtre

    • oncle archibald 28 octobre 2013 18:52

      Et puis je n’aurai jamais pu être initié par mon Grand Père que je n’ai jamais connu qu’à travers ce que l’on m’en a raconté puisqu’il est au palmarès de la grande boucherie 1914-1918. L’autre Grand père ayant été prématurément emporté par une tuberculose n’aurait pu se substituer.

      Je trouve très frustrant de n’avoir jamais eu de Grands-Pères et il arrive que l’on se console de tout ce gâchis un verre à la main, in mémoriam.

      • C'est Nabum C’est Nabum 28 octobre 2013 19:37

        Mon Oncle


        Mes grands pères ont eu la même indélicatesse, disparaître avant que je les connaisse ! Heureusement mes grands-mères ont été présentes et je pense avoir beaucoup pris de ma grand-mère paternelle, femme truculente.

        Elle fut écaillère après avoir travaillé dans les vignes familiales du côté de Bléré 

      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 19 novembre 2013 06:29

        Vous me faites penser à papa qui dit toujours que l’oncle Pierre a été un peu les grands-pères qu’il n’a pas connus.


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 19 novembre 2013 06:44

        Merci Nabum, très belle histoire qui ravive l’émotion liée à la Loire et me fait penser, même si la plus grande circonspection doit accompagner l’attribution des citations, à Joë Bousquet, le poète paralysé après la Grande Guerre. Quoi qu’il en soit, et parce que c’est bien de se référer à ces êtres d’exception qui, même morts, nous guident, c’est à lui que je pense pour « Rêver sa vie et vivre ses rêves. »


        • C'est Nabum C’est Nabum 19 novembre 2013 06:51

          Jean-François Dedieu 


          Je suis très touché.

          Merci 

        • Fleurnacre Fleurnacre 25 novembre 2013 18:08

          Sympa l article . J’adore la Loire et ses festivités <

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès