• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fortune de Mer

Je viens de terminer « Ocean’s songs », un livre nommé désir, car je l’ai commandé directement en France et il a mis un mois à parvenir jusqu’à moi, de l’autre côté de l’Atlantique, ce qui n’a fait qu’attiser mon envie de le découvrir. Je n’avais jamais lu Olivier de Kersauson, alors voici mes impressions, pour ceux que cela intéresse... 

Tout d’abord, j’ai aimé ce livre, son style, ses anecdotes croustillantes, ses belles tournures d’auteur, son ambiance noir et blanc, parfois sépia. C’est un regard d’un autre Temps sur un monde qui n’existe plus. Chez Ruquier qui recevait Olivier de Kersauson (vidéo en fin d’article), Eric Naulleau avait qualifié le livre de « nostalgique » et l’auteur n’avait pas semblé très heureux de ce qualificatif... Je crois en fait que ce livre n’est pas nostalgique, mais "mélancolique". Il y a très légère nuance car il me semble que la mélancolie, c’est de la nostalgie sans les pleurnicheries…

En homme indépendant d’esprit, Kersauson raconte quelques facettes de son parcours, comment il essaie d’éviter les pièges. Il se méfie comme de la peste du prêt-à-penser, des modes, de l’instinct grégaire et des conventions sociales. J’aime cela chez lui. Ce côté grand Seigneur aussi, qui pourrait passer pour de la rudesse ou de l’indifférence, mais qui n’est en fait qu’un forme de détachement. Un détachement matériel et, sans doute aussi, un peu affectif. Une manière de se préserver probablement.

On comprend, dès les premières pages, que son enfance est traumatisée par les récits et le souvenir des guerres, du sang versé par les jeunes hommes de sa famille, véritable malédiction ou sacrifice rituel qui frappe chaque génération. La menace (terreur de ses jeunes années) de voir l’Histoire se répéter et le priver d’avenir. Une obsession de jeunesse qui déclenche cette « nécessité » de s’évader. Un besoin d’évasion qui ne le quittera jamais. C’est un homme guidé par la liberté de courir le monde, mais aussi de le « penser ».

Au fil des pages, Kersauson se révèle un anarchiste moraliste… Il a des convictions fortes, respecte des valeurs partagées avec des hommes qui lui ressemblent. Il aime l’amitié virile. A ce propos, les femmes sont les grandes absentes de son livre même s’il s’efforce, comme pour rétablir un équilibre incertain de glisser ici ou là un petit hommage discret.

On a l’impression qu’il ne comprend plus ses concitoyens, depuis longtemps déjà. Ni leur « conduite d’exclusion » (il a de très jolis mots sur les différences de peau ou sociales), ni leur peur de tout, ni leur boulimie de voyage (ou plutôt leur manie de « se déplacer » en touristes, cette espèce nuisible, « ce péril en short et chemisette jamais content » écrit-il). Il revendique au contraire le droit au risque, indissociable de toute liberté, elle-même indissociable de la responsabilité et, par conséquent, des devoirs. Il pose un regard lucide et désabusé sur les années 60, ce à quoi la génération « psychédélique » ne nous a pas tellement habitués… Il est toujours à contre-courant, si je peux me permettre ce jeu de mots un peu facile, hors du Temps et hors des modes.

Ses « portraits de mer » sont un hommage vibrant au « royaume du vent » indissociable des océans. Les lignes qu’il consacre à la Mer d’Iroise sont particulièrement émouvantes. Je me suis demandée pourquoi ce titre d’« Ocean’s songs » et j’en suis arrivée à la conclusion que ce devait être un hommage au cargo suédois qui les a, une nuit de tempête déchaînée, sortis lui et son équipage d’un bien mauvais pas. Je pense que « Fortune de Mer » aurait mieux convenu tant sa vie s’est révélée riche en découvertes inattendues et en rencontres avec des êtres fantasques. Le photographe Bonnay ou les « Vieux cons du Pacifique » sont des personnages savoureux, des personnages « Fitzgeraldiens » pour reprendre son expression. Et puis, le portrait qu’il dresse des Anglais est tellement croustillant, tellement… juste ? « Ils ne doutent jamais de leur légitimité » (p : 188). Les Irlandais, Ecossais et Canadiens français ont dû apprécier. « Le monde bouge ? Pas eux ». Tout est dit…

Chez Kersauson, la mer et l’évasion sont une addiction. Je me demande quelle aurait été sa vie s’il n’avait pas eu cette rencontre déterminante avec la navigation en mer ? On n’est pas loin des paradis artificiels quand il décrit l’extase que lui procure cette vie de nomade : « Je ne cherche pas des souvenirs, je cherche des émerveillements(…) Je n’ai pas de but sauf que tous les instants m’émerveillent : les odeurs de la goélette, les passagers polynésiens, dormir à même le pont. Cette vie me rentre dedans. Je suis sidéré par cette beauté. » (p : 125). Il y a quelque chose d’incontrôlable dans son besoin vital de partir sans se retourner, de vivre sa solitude au milieu des océans. Il me fait l’effet d’un être sous dépendance, mais sa dépendance à lui révèle le meilleur de lui-même plutôt que ses démons.

Pour résumer la pensée de Kersauson en une seule phrase, « Ocean’s songs » c’est « une manière de chanter les beautés de ce monde que j’ai aimé » (p :199). Visiblement, ce n’est pas le monde qui tourne autour de Kersauson, mais Kersauson qui tourne autour du monde… (p : 239). Sa Révolution à lui est celle du plaisir et du voyage, de l’évasion et de la découverte, au sens le plus noble de ces termes.

Ce livre est une ode à la mer, au vent, à la liberté, au besoin de prendre des risques (qu’il traîne ses guêtres dans les bars de Cape Town, Valparaiso, Santiago, Salvador de Baya ou New York… toute peur est absente des sentiments de l’auteur. Cela fait du bien dans nos sociétés modernes de « mise en scène de la peur » pour citer Michel Serres), à la beauté d’un monde qui semble se rétrécir avec la mondialisation, l’hommage d’un esthète, d’un philosophe aussi, au monde des marins et à l’amitié virile, une déclaration d’amour à la Polynésie et à ses belles « rencontres polynésiennes ». Sans oublier Tabarly, « le Maître ».

Un petit bémol toutefois (il en faut toujours un !) : si l’éditeur s’était montré un peu moins paresseux (et c’est, à mon sens, un défaut trop répandu chez les grands éditeurs qui, misant sur une valeur « sûre », ne se donnent pas toujours la peine de retravailler suffisamment leur bouquin...) « Ocean’s songs » qui est un « bon » livre aurait pu être un « grand » livre. (Mais l’excellence à quoi bon, me direz-vous, dans ce contexte de l’édition-rentabilité où le livre est trop souvent devenu un produit comme les autres ?). Le livre aurait pu démarrer sur le chapitre « Le Voyage » car le début est un peu laborieux. On a l’impression que l’auteur se livre un peu à contre cœur ; le texte semble un peu « délié ». Peut-être eut-il été préférable d’égrener les détails sur l’enfance ou les états d’âme de Kersauson au fil des chapitres plutôt que de condenser ce qui l’a marqué enfant en ouverture du livre ? Heureusement, le texte monte peu à peu en puissance et plus on avance dans la lecture, plus on se régale. Et le résultat est tout de même de la belle ouvrage…

"Ocean’s Songs". Olivier de Kersauson (Le Cherche Midi. Octobre 2008).
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 9 décembre 2008 12:15

    Un grand Monsieur.
    A la fois un autiste chic et un improvisateur de choc.


    • jakback jakback 9 décembre 2008 12:19

      Comme vous j’apprécie l’homme, j’admire le marin, vous m’avez conforté dans mon désir de lecture. Je cours acheter ce livre, dont vous parlez si bien. Merci


      • Jean TITOUPLIN Jean TITOUPLIN 9 décembre 2008 14:13

        Entre le vicomte de Kersauson de Pennendreff, la baronne Isabelle Marie Anne de Truchis de Varennes ou le comte Emmanuel Sauvage de Brantes, il est dur de choisir  smiley).


        • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 9 décembre 2008 15:12

          Alors, vous aimerez l’écrit... Il lui ressemble. Des formules franches, élégantes et beaucoup d’esprit. Un style qui n’appartient qu’à lui. Bonne journée.


        • Yohan Yohan 9 décembre 2008 17:29

          "Ocean’s songs", c’est ce qu’il a trouvé de mieux à son oreille, n’en trouvant pas d’autre à son goût dans la langue française. (dixit en gros Kersauson lors d’une émission TV vue hier soir)


          • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 9 décembre 2008 17:32

            Merci pour l’info ! Je n’ai pas vu l’émission. Voilà une explication somme toute logique... 


          • Krokodilo Krokodilo 9 décembre 2008 17:41

            Merci pour l’explication - même hypothétique - du titre en anglais, ce qui m’avait déçu de la part d’un gars tout de même amoureux de la mer et du français. La reconnaissance pour un sauvetage, c’est quand même plus sympa que des visées simplement marchandes.


            • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 9 décembre 2008 18:03

              Je n’ai pas nommé le cargo en question, il s’agit de "L’Atlantic Song". J’aime bien cette explication moi aussi... smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 9 décembre 2008 19:29

              @L’auteur,

               J’ai lu aussi une grande partie du livre. Ce qui m’avait amusé c’est la préface, la rencontre avec les fondateurs de Google.
               Le début en effet, est un peu laborieux.
               Le ressenti vis-à-vis des océans de la planète, avec l’Indien, le mal aimé, alors que le Pacifique reste l’Atlantique exposant 2.
               Les beaux chapitres sont autour du voyage. Quand on sait que le Français moyen n’a jamais quitté son pays. C’est assez exceptionnel, rien que par cela. Merci pour les belles pages très bien écrites. Cela donne envie de voyager. 


              • L'enfoiré L’enfoiré 14 décembre 2008 09:30

                 @L’auteur,

                "A ce propos, les femmes sont les grandes absentes de son livre même s’il s’efforce, comme pour rétablir un équilibre incertain de glisser ici ou là un petit hommage discret."

                >>> Je dois dire que ce n’est pas trop étonnant pour un marin qui aime la solitude. La page 171, par exemple, explique sa réserve par rapport aux femmes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires