• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Alerte enlèvement : plus de nouvelles du virus H1N1

Alerte enlèvement : plus de nouvelles du virus H1N1

Tandis que les vacanciers se pavanent en bermuda, les médias se transforment en triangle des Bermudes car on constate la disparition du virus grippal H1N1. Ce phénomène relève de l’étrange et défie les lois de la virologie. Comment un virus peut-il disparaître ainsi ? La décence républicaine impose que l’on lance une alerte enlèvement afin de recueillir rapidement des informations permettant de retrouver quelques traces du virus H1N1. Car il est impossible, sauf intervention du surnaturel, qu’un virus disparaisse après seulement un passage sur cette terre. Le facteur viral sonne frappe toujours deux fois, comme le dit ce vieux dicton des épidémiologistes ! Et nous savons à quel point les populations ont été sonnées voici un an par l’annonce de cette menace pandémique. Il n’était même plus question de chercher le virus puisque c’est le virus qui nous a cherché et qui a trouvé dans les bureaux de l’OMS et des ministères de la santé du répondant, alors que les médias se sont emparés de l’affaire et qu’en ce mois d’août 2010, les hôpitaux avaient comme hôtes inhabituels les envoyés spéciaux des grandes chaînes de télévision et de radios. L’AFP diffusait son quota de nouvelles portant sur les cas d’infection virale, les quelques décès et les journalistes se pressaient pour prendre des nouvelles de la santé de quelques ados affublés de masque dans les centres de vacances. Sitôt la jeunesse rentrée au bercail des chères études, les mêmes journalistes se pressaient pour interroger le proviseur et parfois le préfet pour connaître l’étendue de la propagation grippale. Le tocsin était sonné. Course contre la mort montre car il fallait disposer des vaccins au plus vite. Roselyne sur le pont, tenant le gouvernail de l’invincible armada de médecins et infirmières réquisitionnés pour vacciner la France entière et puis… pschitt !

La pandémie n’a pas été aussi foudroyante qu’annoncée et ceux qui ont manigancé cette peur doivent maintenant répondre devant des enquêteurs. Ce sont les seules nouvelles du front H1N1. Les médias livrent quelques informations sur ceux qui ont été en contact bureaucratique avec le virus mais de la grippe H1N1, nous n’avons plus aucune nouvelle alors que l’hiver a largement commencé dans l’hémisphère sud. Qui a enlevé le virus ? Les médias sont muets sur ce sujet. Heureusement, Google, le site qui enregistre tout et sait tout sur tout, a permis à votre serviteur d’enquêter. Il se trouve que le laboratoire Novartis livrera à l’automne 40 millions vaccins anti-grippaux aux autorités américaines, avec une immunité prévue pour la grippe saisonnière mais aussi la grippe H1N1 de 2010 qui devient saisonnière à son tour. Ouf, la rationalité scientifique est sauvée. Les notables de la santé ont le souci de protéger les citoyens face à un virus qui n’a pas disparu et qui selon un papier publié il y a deux mois aurait muté, quoi de plus naturel en somme. Les médecins du NIH ne sont pas des kamikazes allant au devant des commissions d’enquête et savent bien que la grippe reviendra. Certes le virus H1N1 n’est pas vraiment dangereux mais il aurait occasionné quelques troubles psychiques s’il s’avérait qu’il ait vraiment disparu. Un vieux dicton réunionnais connu des étudiants de médecine dit que la grippe ne doit pas devenir une histoire de dengue !

La rationalité scientifique est donc préservée. Quelques recherches supplémentaires offrent des données sur ce virus H1N1 qui aurait été détecté quelques dizaines de fois chez des patients grippés au Paraguay ou à l’île Maurice. Ouf, nous sommes sauvés. Il n’y a pas de phénomène surnaturel sur cette terre, à part la résurrection de Michaël Jackson qui va sortir un nouvel album. De beaux profits en perspective pour l’industrie du disque. Et aussi pour les laboratoires pharmaceutiques grâce à dame nature qui tous les deux ou trois ans, sort une nouvelle version du virus grippal et notamment l’année dernière où H1N1 était devenu le tube de l’été 2009 ! Cette année 2010, c’est juste une rediffusion. Le virus est présent dans l’hémisphère austral et ne semble pas être plus méchant que l’année dernière. La seule différence, c’est ce silence médiatique. Et on les comprend, ces chefs de rédaction. Ils ne sont pas prêts à mettre le H1N1 à la une après avoir été quelque peu ridiculisés par le cours des événements. Pour sûr, ces médiarques sont vaccinés contre quelques éruptions littéraires narrant l’épopée du virus. Et puis, parler de la grippe serait du mauvais goût. Les vacances des Français sont déjà gâchées par la baisse du pouvoir d’achat, la débâcle des Bleus qui ont été pris en grippe après leur prestation dans l’hémisphère austral et surtout, la perspective d’une rentrée plus que morose avec la rigueur et les retraites.

Pas d’inquiétude à avoir, la grippe n’a pas disparu. Elle est juste séquestrée dans l’actualité et vu que pour l’instant, des tas de nouvelles sont prêtes pour les unes des radios, télés et journaux, eh bien la grippe H1N1 attendra d’être dans l’actualité. Je précise que les informations sont faites d’actualités et de nouvelles. Par nouvelle, j’entends quelque chose de nouveau, comme les incendies en Russie, les médailles en athlétisme, le mariage de Monseigneur le prince Albert. L’actualité, c’est ce qui arrive avec le temps. Comme la canicule et les bouchons en été et donc, l’automne réservera une place pour la grippe H1N1. Si la rentrée n’est pas trop chaude, nous aurons certainement des polémiques sur la nécessité et l’intérêt de se faire vacciner mais pas de panique, cela se fera dans le cadre de la médecine en ville, comme du reste toutes les années lorsque les vieux vont se faire piquer pour ne pas chopper la grippe. Gageons que cette fois, les autorités de la santé sauront jouer de parcimonie et de modération. Pas plus tard que ces derniers jours, les Pays-Bas ont annoncé avoir détruit plus de dix millions de doses qui n’ont pas été utilisées.


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 4 août 2010 10:17

    La « grande arnaque » s’effiloche tranquillement. Les autorités et responsables cherchent à éviter de s’appesantir sur ce fameux virus qui devait nous exterminer.
    Leur compromission avec les laboratoires apparait à tous comme évidente, alors, on « noie le poisson » jusqu’à ce que tout le monde oublie.

    Un gros souci tout de même, ces autorités ayant perdu toute crédibilité, qu’arriverait il si un « vrai danger sanitaire » se présentait ?


    • jmcn 5 août 2010 09:48

      C’est très simple : si un vrai danger se présentait, on le saurait. Internet a ici parfaitement fait son boulot. Les gens se sont rapidement rendus compte qu’on les prenaient pour des imbéciles.

      Mis à part ceux qui croient que la télé dit toujours la vérité, personne n’y a cru.

      Cette affaire a révélé le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques. C’est cela qui est très inquiétant, pas vraiment la question que vous soulevez.

      Je prends un example : Imaginons que demain sorte une technologie basée sur une énergisation électromagnétique de l’eau, très simple à mettre en oeuvre avec un appareil du genre four à micro-ondes, et permettant de tuer n’importe quel virus, par effet de résonance (les virus on une structure cristalline, donc une fréquence propre ...), en buvant un simple verre d’eau activée. Quelle serait la réaction des laboratoires pharmaceutiques face à une technologie aussi révolutionnaire et aussi simple, mettant au placard vaccins et antiviraux ?

      Nous le savons : les mecs qui proposeraient cela se feraient descendre professionnellement (exemple Jacques Benveniste) ou physiquement. Le but des laboratoires pharmaceutiques n’est pas de soigner mais de faire du profit. C’est ce qu’à démontré de manière irréfutable cette histoire de H1N1 : Les labos avec la complicité des gouvernements ont mis en danger la vie de millions de personnes pour du fric. Votre question me parait complètement secondaire par rapport à ce danger là.

      Ceci constitue pour moi un exemple révélateur du fait que le système monétaire et économique dans lequel nous vivons est en soi une source de danger. Mais c’est un autre débat.


    • cathy30 cathy30 4 août 2010 11:15

      Très drôle m. Dugué, un silence assourdissant, alors qu’au mois d’août dernier la terre devait être décimée. Comme vous le citez, la hollande a détruit des millions de doses, la france en a donc fait tout autant, et là il vaut mieux afficher un profil bas, vu toutes les casseroles qu’ils ont sur le dos.


      • Harfang Harfang 4 août 2010 12:03

        Ne vous inquiétez pas, on aura certainement droit a un deuxième épisode !
        Bon évidemment, c’est comme pour les films, le deuxième est moins bon que le premier en général. Mais en tablant sur le succès du premier (même personnages, mêmes acteurs : le AH1N1, Roselyne, l’OMS, Pasteur-Sanofi...), ça peut quand même avoir son petit succès. Surtout qu’il va falloir faire concurrence à quelques blocbusters : « Les liaisons dangereuses d’Eric Woerth », « Karachigate »... Pour ça rien de tel qu’un bon film catastrophe (un virus, des millions de morts, toussa...). M’est avis que le service marketing va quand même avoir du pain sur la planche : le premier opus n’a pas remporté le succès escompté, et n’est pas vraiment rentré dans ses frais. Donc, forcément, le deuxième sera plus cheap... effets spéciaux un peu périmés, acteurs has been mais encore un peu bankable, scénario simpliste.
        Logiquement, le troisième sortira direct en DVD...


        • maow maow 4 août 2010 18:30

          Pour un bon 2° épisode, il faut du rebondissement. Par exemple, une mutation du H1N1 avec un autre virus de la grippe pourrait apporter un certain succès à ce second opus. Mais il sera en effet difficile de maintenir un suspens aussi prenant que dans le 1° opus, de nouvelles ficelles doivent être employées pour donner un vent nouveau au scénario. smiley


        • Muriel74 Muriel74 4 août 2010 12:17

          Vous savez où se trouve le virus H1N1 ? Dans le vaccin anti-grippal de l’année 2010 2011, voir la stratégie vaccinale pour la saison grippale de l’HCSP : vaccin monovalent, bivalent,et vaccin trivalent AH1N1 + 2 souches saisonnières dont certains avec adjuvants
          Induction de confusion donc quand les personnes se feront vacciner contre LA GRIPPE, oui mais laquelle ?
          On reprend la même statégie moins les erreurs de l’année dernière, pas de pandémie annoncée ( mais l’INVS sur la grippe ne reprend qu’en octobre), à priori pas de centre de vaccination, pas d’effet d’annonce, juste on glisse insidieusement dans un vaccin entré dans les moeurs ce virus qui a fait tant de bruit l’an dernier
          les journalistes, médecins, scientifiques, experts qui se sont élevés contre cette vaccination l’année dernière ont tous été écartés par différents moyens
          Merci d’en avoir parlé, il est très important de suivre ce qui va se passer dans ce domaine
          Novartis a déjà livré ces vaccins aux USA


          • fonzibrain fonzibrain 4 août 2010 12:56

            ils ne vont pas lacher l’affaire de sitot


            ce sont des psychopathes qui veulent nous tuer, même si vous n’y croyez pas



            • verdan 4 août 2010 14:42

              Bonjour Bernard & Tutti

              pourriez-vous confirmer ou infirmer ce trait :

              1- On se fait vacciner, la personne qui reçoit ce vaccin , sera de facto « amoindrie » , défense affaiblie par ce coprs étrangé non ? le temps pour le corps de « s’y faire »

              2- Si cette personne , disons « âgée » , fragile, & vaccinnée , elle est dans un état physique affaibli , physiologiquement parlant « moins » en état de défense contre tout corps pathologique qui pourrait l’infecter , non ?

              3 -Si un personne présentant , un état physiologique proche de l’exemple 2 , qui de surcroît subissait une infection virale grippale sévère , pourrait en mourir, du fait du double affaiblissement -vaccinal et grippal - ?

              Pour conclure, si tel cas se présentait ( même s’il s’est présenté moult fois...) ,on dirait que la grippe tue !

              Que le grippe puisse tuer, c’est un fait. Mais la vaccination , associée à l’état grippal menant à ce double affaiblissement , qui « est le meurtier » dans ce cas de figure ?

              Peut-on , scientifiquement établir ,et, avec quelle précision un diagnostic indiscutable ?

              merci 

              cordialement 


              • slipenfer 4 août 2010 15:42

                Bon article, sujet traité avec finesse et humour.
                attention Bernard Dugué vous couvez peut-être une « conspirationnite »

                quelques informations sur ceux qui ont été en contact bureaucratique avec le virus smiley


                • dom y loulou dom y loulou 4 août 2010 22:29

                  merci de constater la névrose COMPLETE qui a atteint les medias depuis longtemps et qu’ils nous racontent vraiment plus que NIMPORTE QUOI DE CHEZ NIMPORTE QUOI

                  les attaques aux neuro toxiques battent leur plein

                  et tous les vaccins contiennent maintenant des poisons tels le mercure ou le fluoride


                  il est effectivement déjà au moins 2h30...


                  presque les seules infos sur l’agenda de dépopulation EN COURS

                  http://www.youtube.com/user/TheAlexJonesChannel?gl=FR&hl=fr

                  un travail ENTIEREMENT documenté contrairement à ce que disent les contradicteurs qui croient que la vie doit être « normale » ... et que la guerre ET LA STERILIZATION DES MASSES fait partie d’une société équilibrée...

                  devraient vraiment éteindre l’agent de système dans leur salon  ;o)


                  content de vous lire cela dit, je pensais déjà que vous aussi aviez disparu 


                  • kisssky kisssky 5 août 2010 07:15

                    allez donc sur google faire des recherches sur la société Baxter (Autriche) qui a mélangé les vaccins h3n2 et h5n1, les a transféré en Allemagne pour complément de recherche , afin que ces derniers soit transmissible d’homme à homme par air. tout simplement effrayant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès