• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > N’oubliez pas vos papiers

N’oubliez pas vos papiers

Comment ne pas bronzer idiot !

Tourisme industriel !

En ce mercredi matin, les touristes se présentant devant l'Office qui leur est dévolu, habillés d'un pantalon, portant des chaussures fermés, faisaient tache dans la cité balnéaire. Pareils signes de reconnaissance indiquaient à tous qu'ils étaient les nouveaux aventuriers du jour : ceux qui allaient sacrifier une demi-journée de vacances pour visiter la papeterie locale, célèbre pour ses rejets mousseux dans l'océan et le doux parfum dont elle gratifie la bonne ville de M....

Curieux de nature et toujours à la recherche d'un sujet susceptible de vous distraire ou de vous édifier, je m'étais inscrit pour en savoir plus sur ce qui pouvait se tramer derrière les énormes tas de sciures qui dissimulent en partie ce colosse industriel. Comme tout un chacun, j'avais pris mes papiers, conditions sine qua non pour se rendre au cœur de ce monstre fumant.

Un car de tourisme attendait la cinquantaine d'aventuriers du petit matin. Le départ était programmé à 9 h 30, il ne fallait pas arriver en retard car à 9 H 32, la troupe silencieuse s'en allait faire le plein de culture et d'effluves. Un public diversifié : de grands adolescents avec leurs parents, beaucoup d'adultes à la fleur de l'âge, quelques jeunes gens à l'allure fort sage et bien peu de personnes âgées ; je n'avais pas envisagé que cette visite puisse toucher une telle clientèle !

Le car mit quelques minutes pour parvenir dans le bourg de la cité, là où se dresse, menaçante et inquiétante, la terrible papeterie. Source de nuisances pour les uns, symbole de prospérité pour les autres, elle ne laisse pas indifférent et ne manque pas d'intriguer tous ceux qui se rendent un jour à M... . Nous allions enfin savoir !

Mais avant, il fallait montrer patte blanche. La sortie a beau être programmée tous les mercredis durant la saison, le gardien doit attendre le feu vert des autorités compétentes avant d'ouvrir la barrière ; de longues minutes d'impatience devant cette guitoune qui marque l'entrée dans un monde aux contours incertains et aux règles différentes.

Dans le car, les conversations se font discrètes, chacun retient son souffle avant la plongée dans l'enfer industriel. Je ne pensais pas si bien dire ! Les premiers tours de roue (nous restons dans le car) vont nous plonger dans un univers de tuyauteries, de vapeur, d'engins disproportionnés et d'individus casqués et vêtus de jaune. Le bruit se fait souvent vacarme, entre explosions et chocs, fracas et vrombissements. Les ouvriers portent des protections contre le bruit.

Nous pénétrons au cœur de la zone d'écorçage les troncs. Rouleaux démesurés, vacarme assourdissant ; un monde de bruit et de vapeur ! L'eau est ici employée à chaque étape de la chaîne, liquide ou en vapeur : elle est étroitement liée au processus complexe de fabrication du papier. L'usine est donc grande consommatrice d'eau, gourmande à l'excès, elle puise dans la rivière voisine et rejette dans l'océan, un bouillon fumant et moussant qui rebute bien des vacanciers.

Nous sommes séparés en deux groupes. Un employé de la firme est chargé de rendre compréhensible le long processus chimique et mécanique qui permet de transformer un tronc en papier kraft : la spécialité de l'endroit. Malgré les efforts de nos deux vulgarisateurs, leurs voix ne couvrent pas les vociférations du monstre. Il faut tendre l'oreille et prendre ce qu'il est possible de saisir d'autant que le groupe est important.

Je perçois dans le brouhaha le message qu'il convient à tout prix de faire passer. Nous sommes là pour témoigner des efforts louables de la maison en matière de développement durable. Pour enfoncer le clou, nos deux représentants de commerce vantent les mérites de la future chaudière à biomasse en construction actuellement et sont plus évasifs sur les inévitables travers d'une telle entreprise. C'est la loi du genre ; nous devons nous plier au refrain de l'époque.

Il est pourtant question de fioul lourd, de chaux vive, de sodium, de soufre, de liqueurs blanches, vertes et noires. Les odeurs qui nous entourent ne sont pas innocentes : elles sont le prix à payer pour obtenir du papier ; il n'est pas besoin d'enrober le tout d'un discours lénifiant, nous ne sommes pas des naïfs.

Une fois le prêche concernant la miraculeuse chaudière passé, nous découvrons la complexité d'un processus long et mystérieux. Un schéma laisse à croire de manière théorique qu'une telle machinerie pourrait fonctionner en un double circuit fermé ou rien ne se perdrait et où tout serait réinjecté dans le processus de fabrication. Nous nous extasions devant cette merveille théorique ; nous sommes des visiteurs bienveillants.

L'univers que nous percevons n'est pas aussi radieux. L'atmosphère n'est pas vraiment respirable, les oreilles nous sifflent, les employés semblent en perpétuel qui-vive. Dans cette fourmilière humaine, quelques indices laissent supposer que tout n'est pas aussi rose qu'on veut bien nous le dire : des baraquements reçoivent les ouvriers d'autres entreprises, chargés de construire la désormais célèbre chaudière à biomasse. Leurs conditions d'hébergement ne sont pas à la hauteur du discours : un point qu'il est préférable de passer sous silence.

Nous terminons par le bout de la chaîne, la vitrine en quelque sorte de la maison ; le papier. Cette fois, l'ambiance est plus supportable, même si le bruit demeure une constante qui n'échappe pas à l'observateur assourdi. Plus de fumées, plus de jets de vapeur, un univers aseptisé malgré les rotatives en perpétuel mouvement. Il y a quelque chose de magique dans ce vaste ensemble.

Nous repartons vivre le reste de nos vacances avec le message à faire passer à nos voisins de plage : que les odeurs de la papeterie constituent le prix à payer à l'industrie qui fait vivre la région, que tous les efforts ont été consentis pour atténuer autant que possible cette nuisance, somme toute supportable , et que, par ailleurs, la société propriétaire de l'usine a un réel souci de développement durable. Voilà, j'ai rempli ma mission mais, je ne sais pourquoi, je ne parviens pas tout à fait à adhérer au propos.

Durablement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • sarcastelle 17 août 2015 09:42

    Pourquoi ne prenez-vous pas vos vacances dans le Nord-Pas-de-Calais ? Le cours de l’Aa ne traverse-t-il pas tout un chapelet de papeteries ? 


    (il y a longtemps que je n’y suis pas allée)

    En tout cas je suis bien séduite par la chaudière verte ! Est-ce que le bois dont on fait le papier provient du commerce équitable ? Avez-vous oublié de le demander ? 

    • C'est Nabum C’est Nabum 17 août 2015 11:48

      @sarcastelle

      Le bois vient des forêts voisines
      Et la sciure des menuiseries du coin


    • foufouille foufouille 17 août 2015 10:14

      te pose pas la question comment est fabriqué TON ordinateur.


      • C'est Nabum C’est Nabum 17 août 2015 11:49

        @foufouille

        Et vous allez me demander de vivre dans une caverne, je connais cet argumentaire qui permet ainsi de ne jamais progresser ...

        Merci


      • foufouille foufouille 17 août 2015 12:20

        @C’est Nabum
        ben faut être logique jusqu’au bout. interdire la vaisselle jetable revient à rendre obligatoire le lave vaisselle.
        c’est nicolas hulot ou tarrier avec leur gros 4x4.
        seul le khmer vert à le droit de polluer.
        bon j’ai oublié le smiley


      • Philippe Stephan Christian Deschamps 17 août 2015 13:39

         @foufouille
        hulot ou tarrier tu mélanges les genre camarades
        sinon,la biotic commence a faire du chemin
        http://siliconwadi.fr/2001/le-premier-ordinateur-100-biologique
        .
        on va stock sur de l"adn fini les disque dur etc

        De l’ADN artificiel pour stocker des données informatiquesamicalement +

      • C'est Nabum C’est Nabum 17 août 2015 13:45

        @foufouille

        Arguties et billevesées

        Prétendre à une ligne de conduite n’oblige pas à rentrer dans les ordres !


      • foufouille foufouille 17 août 2015 14:36

        @Christian Deschamps
        pas du tout, c’est le même genre de faux cul avec 4x4 réservé aux khmerts verts.
        un des deux a juste moins de fric, c’est tout.


      • foufouille foufouille 17 août 2015 14:38

        @C’est Nabum
        si tu étais accro aux livres, ton discours serait différend.


      • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 07:25

        @foufouille

        Je le suis ...


      • juluch juluch 17 août 2015 14:09

        Pauvres arbres.  smiley


        Si au moins ça sert pour imprimer des livres et pas des pub envahissantes de boites aux lettres.....

        Merci Nabum pour cette visite bruyante et odorante.

        • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 07:26

          @juluch

          Papier kraft pour emballer des produits
          Voilà ce que fais cette belle société qui rejette une eau bouillante, savonneuse et puante en mer


        • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 18 août 2015 18:48

          Bonjour Nabum.
          Vous avez visité la papeterie de Gascogne à Mimizan ? Elle a été construite pour utiliser le bois de la forêt des Landes, toujours en recherche de débouchés pour financer son entretien. Forêt récente, d’ailleurs, comme vous le savez certainement.
          Il est très difficile d’empêcher la mousse des eaux rejetées par une papeterie : cette mousse est formée par des résidus de cellulose (le bois, c’est surtout de la cellulose). L’eau de mer aussi, ça mousse parfois !

          Il y a des tas d’organismes de contrôle qui vivent de placer leur éprouvette à la sortie des industries pour voir si tout cela est bien conforme à la législation, assez drastique en la matière. On a dû vous le dire. Il semble par contre que l’on ne vous a pas suffisamment démontré que supprimer cette pollution visuelle (la cellulose est visible mais n’est pas plus un polluant en mer qu’en forêt) obligerait à employer des tas de saloperies qui ne feraient que déplacer le problème avec des effluents bien jolis mais... douloureux pour la planète.


          • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 19:08

            @Renaud Delaporte

            On m’a dit tout ça et pourtant l’effet désastreux de cette mousse et de ce rejet sur les touristes est indéniable

            Ne pouvez vous pas faire autrement ?


          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 19 août 2015 10:52

            @C’est Nabum
            Moi, non, parce que je n’ai jamais eu d’activité en lien directement avec la papeterie.
            L’histoire de la papeterie est très riche. Elle s’est développée vers la fin de la première grande révolution industrielle, entre les XIIe et XVe siècle, dont on parle si peu mais qui constitue pourtant les fondations sur lesquelles a pu se bâtir notre civilisation industrielle (c’est à cette époque que se sont répandues les machines mues par l’énergie hydraulique).
             
            Quant au tourisme, il a lui-même un impact très négatif sur l’environnement. Le traitement des eaux des stations touristiques peu devenir lui-aussi un vrai casse-tête.

            Bien à vous... et je continue à vous suivre sur d’autres fils, toujours si plaisants à lire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès