• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > En ce temps là...

En ce temps là...

Dans un grand magasin, une petite vieille choisit le sac en plastique pour ses achats. La caissière lui reprocha de ne pas se mettre à » l’écologie » et que seuls les jeunes allaient payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources de la planète ! La vieille femme s’excusa et expliqua : « Je suis désolée, nous n’avions pas le mouvement écologique dans mon temps ». Et elle ajouta :

À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. On ne laissait pas des bureaux et des magasins vides éclairés toute la nuit, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

En mon temps, on montait l’escalier ; on n’avait pas d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu’à l’épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux coins de rues. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, on lavait les couches de bébé ; on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge ; pas dans une machine avalant 3000 watts. On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements. Mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une sœur à l’autre. C’est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écologique. Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait des rembourrages comme du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. Vous avez bien dit mouvement écologique ?

En mon temps, nous ne prenions pas deux ou trois douches par jour pour se rafraichir, et lorsqu’il faisait chaud, on cherchait l’ombre, maintenant vous mettez la climatisation. C’est vrai que nous n’avions pas le mouvement écologique.

À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif ; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau. Alors qu’avec un mouvement écologique … On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo ou de nouvelles cartouches en plastique ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir tout simplement à chaque rasage. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24. Bien sûr on ne connaissait pas le mouvement écologique !

À l’époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayons et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, nous n’achetions pas un nouvel équipement avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. 

En mon temps, on avait une prise de courant par pièce, pas une bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui, ces mêmes jeunes qui adhèrent pour les 3/4 aux idées et mouvements écologiques.

A mon époque, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l’environnement. Alors ma grande, de grâce, ne viens pas me … donner des leçons de responsabilité et de respect de la nature, à commencer par la nature humaine, … avec ton mouvement écologique !

Il faut vivre avec son temps, mais il est temps de réfléchir.

http://2ccr.unblog.fr/2012/04/02/en-ce-temps-la/


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Philippe95 12 avril 2012 00:57

    rahhhh, ça fait du bien !

    A cette époque on polluait quand même beaucoup par ignorance. A la fois l’ignorance de l’existence et du risque de certaines pollutions, celle de leurs conséquences potentielles, et celle d’une meilleure solution. Et on avait par contre comme l’article le décrit si bien la volonté de ne pas céder au gaspillage par confort. Ce qui avait pour corollaire fréquent de limiter la pollution.


    • Gégé 12 avril 2012 09:34

      J’approuve la plus part des mesures citées, plus efficaces que l’économie d’un sac de plastique pour se donner bonne conscience.
      Mais j’apporte quelques bémol
      « À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif » , excepté en montagne, il ne reste plus beaucoup de fontaine où l’eau est réellement potable.
      « À l’époque, les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école » tout à fait d’accord mais que fais ton si l’école du village est fermée, et que la plus proche est à 7 ou 8 km de route fréquentée par des chauffards.
      « À l’époque, on lavait les couches de bébé » sur ce point j’ai un doute sur l’intérêt de la perte de temps, par rapport à un bénéfice mince : laver les couches nécessitent de l’eau, du savon ou de la lessive, de l’électricité, et le bilan final par rapport à une couche compostable n’est peut être pas avantageux.


      • gordon71 gordon71 12 avril 2012 09:39

        ah ben si Gil se met à défendre les petites vieilles....

        où va t on ?

         smiley


        • foufouille foufouille 12 avril 2012 12:14

          « on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une sœur à l’autre. »

          mais les vetements s’usent plus vite de nos jours
          pareil pour les cartables, etc
          les 2 ou 3 douches, tu manges des pates
          le seche linge ?
          ca coutes cher
          on a pas de fil a linge dehors en hlm


          • jef88 jef88 12 avril 2012 12:39

            ZUUUUUUUUUT !!!!
            J’ai 67 ans et suis un petit vieux .....
            j’ai connu tout cela !
            à partir de la 6ème l’école étai à 6 km en vélo...
            on lavait à la main ...même les couches
            l’eau c’était la fontaine ou le puit (pompe à bras sur l’évier) pas d’adduction...

            bien sur il y a des bémols !

            on ne possédait pas les moyens actuels d’ou des impossibilités
            il y avait aussi des polutions : les cheminées d’usines, les jours sans vent, foumaient une couche de vapeur et de fumées au dessus de la vallée pareille à un nuage..
            les bouchers déversaient leurs déchets dans la rivière (les truites adoooooooraient) !!!!


            • Gégé 13 avril 2012 20:20

              5km aller je les fais à vélo pour aller au travail, maintenant, envoyer un môme de 6 ou 7 ans faire seul plus de 6 km de départementales fréquentées notamment par des chauffards c’est l’envoyer au casse pipe.


            • Acid World Acid World 12 avril 2012 14:15

              Je confirme, ma génération a énormément de chemin à faire pour sortir du gaspillage...


              Le gaspillage est... in-té-gré dans notre système d’exploitation, c’est même valorisant de se débarrasser du vieux (ou considéré comme tel) pour du tout neuf. Quel meilleur exemple que l’informatique ?

              • gordon71 gordon71 12 avril 2012 15:10

                fils de paysan

                j’ai vécu jusqu’à ladolescence dans cet esprit d’économie et de respect de l’environnement, pas de gaspillage, tout était recyclé, mis de côté, réparé (les toilettes c’était l’étable, au cul des vaches) 

                c’était le quotidien, bien avant les écolos et leur catéchisme citoyen digne de l’invention de l’eau tiède


                • jef88 jef88 12 avril 2012 19:55

                  Nous on était plus modernes .........
                  Les WC étaient dans un petit batiment annexe qui contenait également le clapier et le poulailler tout tombait dans la fosse à purin .... on reciclait même le journal en guise de pq...

                  ahhh !!! les odeurs de la campagne !!!!


                • gordon71 gordon71 12 avril 2012 20:11

                  les odeurs de la campagne  ?


                   en tous cas 
                  moins fétides que celles de la campagne présidentielle 

                • tien 12 avril 2012 15:14

                  De toutes façons, tel qu’on est parti, dans 50 ans, après quelques autres Fukushima et Erika, on refera comme la grand-mère de l’article...


                  • gordon71 gordon71 12 avril 2012 15:47

                    tien

                    je prends les paris , vous dites cinquante ans
                     les grecs le vivent déjà, les espagnols s’y préparent pour nous c’est avant dix ans

                    pour ma part je suis prêt


                  • Tall 12 avril 2012 20:57

                    Bien vu l’auteur

                    Je rajouterais aussi tous les appareils électriques que l’on construit maintenant expressément pour qu’ils ne durent pas + de 5 à 10 ans, alors qu’avant ils pouvaient tenir 20 ans sans problème ( je pense notamment aux anciens frigos ).

                    C’est là qu’on voit que le capitalisme a un gros problème de fond. Un problème systémique.

                    • jacques lemiere 12 avril 2012 21:29

                      Certes, mais il est difficile de savoir d’où vient le problème, pourquoi tout est devenu du consommable ??? Penser que TOUTE la faute en incombe aux producteurs serait naïf...

                      Même l’electroménager est devenu un consommable soumis à la mode et malgré sa durée de vie courte il est parfois jeté alors qu’il marche encore ....en outre....avec les pris très faibles ...la majeure partie de l’électroménager est irréparable...plus exactement il n’est pas avantageux de faire réparer..
                      Mais on sait plus pourquoi...tout le monde fait comme ça....

                      Mais l’auteur met vraiment le doigt sur un point douloureux de beaucoup d’écolo...leur anti-consummérisme est à peine un vernis...

                    • Gégé 13 avril 2012 20:18

                      L’obsolescence programmée ; le phénomène de « mode » que doit suivre tous les moutons de la société : grosse bagnole neuve, écran plasma, chaussure de sport vendues plus de 100 euros mais payées moins de 1 euros à l’Indonésien qui les a fabriqués... ; la perte des services publiques nécessitant plus de transport ce qui enrichit les pétroliers et les constructeurs ; les transports excessifs : soja du Brésil pour faire de la barbaque moins bonne que les patates du jardin... ; et le summum l’informatique et ses mises à jour qui te conduisent à changer un ordinateur au bout de 8 ans même s’il est encore en état de marche sont les mamelles du gaspillage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès



Partenaires