• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Immobilier, croissance et extravagance

Immobilier, croissance et extravagance

Comment gagner des millions sans travailler, en s’amusant. Nous allons vous l’expliquer, mais auparavant, une importante information qui en dit long sur l’état d’esprit enjoué de la profession.

Il est de publique notoriété que la U.S.A n'en est pas à une excentricité, voire une indécence près. Les employés d'une agence immobilière new-yorkaise se sont vu proposer, par leur patron, de se faire tatouer le logo de leur organisation sur la peau ! Moyennant augmentation de rémunération s’entend, de l'ordre de 12 % par an. Sans autre exigence que le caractère indélébile de l'inscription, sans obligation d’augmentation du nombre de transactions. Débile direz-vous ? Nenni, nenni ! Effet de pub garanti et quasiment gratuit. L'info a fait plusieurs tours de Web en quelques instants.

Le patron et son personnel son contents. On imagine aisément que les clients le sont tout autant. C'est ce qui s'appelle avoir l'immo dans la peau. Je suis sûre que vous aimeriez visiter plus-avant.

L'immobilier est une économie casino. Faites vos jeux. Il y a gros à gagner.

Selon Le Monde, repris par Les Echos, l'augmentation du prix des logements anciens entre 2000 et 2012 est de 138 %. Si vous calculez bien, avec un patrimoine immobilier dans la cible, ayant une valeur de un petit million il y a douze ans, vous valez maintenant 2.4 millions, et votre bénéfice, avant impôts notons, est de 1.4 million, soit grosso-modo 10 000 Euros, par mois. Croisons les doigts, pourvu que ça dure. Et ça devrait durer. la tendance haussière de la bourse, comme celle de l'immobilier, n'est pas prête de s'inverser ! Ceux qui travaillent pour un ou deux smic ne seraient-ils que des benêts ? A vous de juger.

Voulez-vous des preuves ? Maison de Gégé, 50 millions, maison de Tapie, 60, villa Les Tourelles, les pieds dans l'eau du Léman, autant ! L’immobilier à Paris à Londres ou à Brussels n’a jamais valu tant.

Tout récemment, on notera la vente d’un appartement, pour 125 millions de dollars. Passons les détails, les 1200 mètres carrés habitables, les « terrasses privatives » sur le toit, l’ « emplacement géographique exceptionnel sur la Cinquième avenue, dans l’Upper East Side, le quartier le plus chic de New York » comme écrit la jeune journaliste à la plume visiblement émue, « son incroyable panorama sur l’Hudson et Central Park », dont l’évocation explique de façon définitive pourquoi tout bien immobilier ayant vue sur le Mont Blanc ou sur la Bruche et la Souffel ne puissent arriver à la cheville de The Pierre Big Apple.

L’essentiel pour notre sujet, c’est que l’appartement fut acheté au alentour des années 2 000 pour une vingtaine de millions. Vous voyez le bond ! 125 millions céans.

Petit bémol précise notre émerveillée journaliste, la facture chauffage-électricité tournerait autour de 50 000 dollars. Peccadille quand on fait 100 millions en 12 ans.

NB : l’illustration que je vous fourni est authentique. J’aurais pu tout aussi bien produire une image d’Echirolles, de Croissy-sur-Seine ou de Lésigny que vous auriez vu que du feu.

Voulez-vous travaillez avec moi ?

Imaginons que vous soyez banquier. Il y a de fortes chances pour que vous le soyez déjà d'ailleurs. Je pense même que vous l'êtes, ou que vous le serez bientôt. Comme moi. Presque tout le monde est banquier de nos jours. Tenez, un viticulteur ou un agriculteur ! C’est un banquier qui conduit un tracteur. Un promoteur, c’est un banquier qui fait de l’immobilier.

Je vous propose un partenariat.

Tout d'abord, quelques définitions, quelques postulats avant de nous lancer dans les affaires vous et moi.

- NINJA ! Vous vous demandez ce qu'est un NINJA ? le concept est né dans la U.S.A , comme tout ce qui est inventif, innovant, comme l'Internet, comme le cinéma, la télévision, Disney-Land... NINJA ? Cela veut dire No Income, No job, No Asset. Pour ceux que la langue de Goldman Sachs rebute, traduisons en Français. Ou plutôt, évoquons le modèle mis au point par nous-autres les Alsaciens et les Lorrains, nous qui, comme chacun sait, figurons en haut de l'échelle de l'intelligence et de la prospérité en France (devant les parisiens).

L'équivalent alsacien-lorrain du NINJA donc, c'est le PAPAPAPAPA !

Pas d'Activité. Pas d'Appartement. Pas d'Avenir. Pas d'Amis. Pas d'Automobile. Pas d'Autonomie. Pas d'Argent. Pas d’Allant.

Vous et moi, banquiers de notre état, nous partons donc en chasse au PAPAPAPAPA. Nous ne risquons pas de rentrer bredouille tant en France il y en a des PAPAPAPA. Et même qu'en Alsace-Lorraine on en a quelques-uns.

Ah ! justement. En voilà un !

Nous l'abordons, vous et moi, avec motivation et conviction.

Ecoute fiston ! (un brin de familiarité ne nuit pas dans les affaires). Vois-tu cette belle maison sur la Place Kleber ?

Je parle de la Place Kleber à titre d'exemple voyez-vous. J'aurais pu tout aussi bien prendre d'autres noms de places dites prestigieuses, place de Broglie, Place Vendôme à Paris, place Royale à Nantes, Place de la Carrière ou Stanislas à Nancy, Masséna Nice, Capitole Toulouse.

Le goût du luxe fait marcher l'économie.

Notre PAPAPAPAPA se retourne derechef et, voyant l'auguste demeure, se fend à notre attention, d'une expression mêlée de ravissement, de peur et d'étonnement.

- Oui, je vois ? Mais... Quoi ? Quoi, quoi ?

- Eh bien ! Vous, heureux élus, et nous (vous voyez, je vous associe à l'opération cher lecteur) nous allons l'acheter, cette maison ! Pour vous tout spécialement, pour votre plus grand bonheur. Nous sommes... banquiers ! Nous somme au service de nos clients. « Partez en vacances avec votre banquier ». « Nous soutenons votre audace d’investir ». « « Vous avez un projet ? Nous avons le crédit »

- Mais je n'ai pas un rond ! répond le PAPAPA en nous faisant des yeux ronds, la mine déconfite

- Tss ! Tss ! nous savons ! Elle ne vaut que 2 millions cette maison. Nous nous en occupons.

Mais !

… !!! … ???

- Tss ! tss ! nous vous en prêterons 4 (quatre), schtälla ! tout de suite Quatre méga ! Quatre beaux millions. Mais attention ! écoutez-bien ce que nous disons fiston ! Avec deux, sur les quatre millions, vous payerez l'acquisition. Puis 500 000 nous reviendrons, que vous mettrez discrètement en notre poche, chez le Notaire, d’r Notàri. c'est un dessous de table, tout à fait traditionnel en matière de transaction. Avec le reste, 1.5 si vous calculez bien, vous commencerez à rembourser vos mensualités, tranquillement, pas besoin de travailler ! Vous avez le temps, vous pouvez voir venir. Licht. Eifàch.Frendinnla. Vous pouvez même dépenser !

- Vous croyez ?

- Oui, oui, oui, ja, ja ,ja, au bout de deux années, vous revendrez, nous revendrons. Le prix aura doublé. Et nous recommencerons la même opération. Nous doublons, nous doublons, nous doublons. C’est la loi du marché dans l’immobilier.

Vous, cher lecteur, me suivez ?

La seule contrainte, la seule obligation : être banquier, banquière.

Nous ne tarderons guère, cher lecteur, vous et moi.

Ah ? Vous me demandez des nouvelles du PAPAPA ?

Il n’en revient toujours pas ! Tout ça marche à merveille.

Il n’en revient toujours pas comme c’est simple l’économie, comme c’est efficace le capitalisme, comme c’est ingénieux une banquière, comme ça monte toujours l’immobilier.

Il ne travaille toujours pas. Il ne travaillera plus jamais. C’est son argent qui travaille désormais.

PAPAPA, il fait joujou au bac à sable, se prélasse à la pataugeoire, fait bronzette en lisière de mer, s’affriole au spectacle, à l’art et à la culture, met les samba Schtällalaschüah le samedi soir, exulte au Tour de France et aux championnats, s’adonne corps et âme à la télévision, au cinéma, au « voyage », bière, vin exquis, puissante limousine, vrombrissante bouzine, éléctronic machines.

Il peut dormir tranquille sur ses deux oreilles : il a fait confiance à la banquière et à l’immobilier. Il gagne et dépense des millions sans travailler. Tout en s’amusant.

La seule obligation ? Faire confiance aux banquiers, laisser faire les banquiers et les banquières, propriétaires de droit divin de l’argent et de l’immobilier.

 

Citations graphiques

http://www.luxurytravelmagazine.com/images/trips/The-Pierre-New-York-1_big.jpg

Repères

http://culture.alsace.pagesperso-orange.fr/page_of.htm

http://www.lesclesdumidi.com/actualite/actualite-article-87594572.html

www.immomatin.com

www.immogo.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • In Bruges In Bruges 16 août 2013 12:12

    Désolé, mais à part attirer le chanland avec la photo d’une jolie fille dénudée, quel est le rapport entre la photo et l’article, hein ? ( à part nous prendre pour des billes).
    Ou alors, vous insinuez que des filles doivent se prostituer pour payer leur loyer.
     Belle nouveauté...


    • Julien Julien 16 août 2013 13:51

      Plutôt qu’une prostituée, je me demande si l’auteur n’a pas voulu représenter une rentière, se droguant et se regardant dans la glace pour savoir si son tatouage est bien réussi.

      Oui, la hausse de l’immobilier est intolérable.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 16 août 2013 12:35

      Oui, on nous prend pour des billes en conspuant le vilain particulier qui accroit son propre patrimoine, que c’est pas du juste alors qu’on n’a même pas les moyens de changer son vélo.

      Faut juste pas oublier que la flambée des prix de l’immobilier résulte du contrôle total de la spéculation du domaine bancaire sur ce secteur : en doublant leur patrimoine en dix ans, elles auraient tord de se priver.
      Et pendant que le mec de la place Kleber gagne quelques millions, le système bancaire s’enrichit de centaines de milliards. Et rigole bien, du haut de sa tour d’ivoire, de voir gigoter la misérable populace qui se tire dessus à coup vieux tromblons.
      « Tiens,toi, tu es un vilain riche à dix millions alors je te pisses dessus ».
      Dix millions ! Autant dire une feuille morte. ! Regardez comme ça les occupe... A mourir de rire !

      Je ne connais que deux sortes d’idiots : celui qui se croit riche parce qu’il possède cent millions, et celui qui prétend que le premier est responsable de ses malheurs.
       


      • Ruut Ruut 16 août 2013 15:44

        Sympas l’article et si proche de la vérité.



        • 23101925 23101925 16 août 2013 16:39

          Grand intérêt porté aux commentateurs et aux commentaires, qui sont en quelques sorte partie intégrante d’un article.


          Mais permettez-moi de préciser que :

          - compte tenu de la nature non polémique de mon billet

          - compte tenu de ma situation très novice

          je ne me sens aucunement préparée à débattre avec d’aussi impressionnants intervenants.

          J’au lu avec intérêt le profil de chacun, avec la bonne surprise d’être en phase avec quelques points de vue exprimés.

          Bien cordialement

          231-01

          • eugène wermelinger eugène wermelinger 17 août 2013 16:40

            « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine »
            Et surtout pas en prime notre géniale architecte strasbourgeoise.
            Maintenant si vous suivez trop à la lettre ses excellents et profitables conseils, pensez à sauter à temps du train. Il se trouvera bien des banksters qui déboulonnerons une éclisse pour le faire dérailler et dévaliser les occupants.
            Mais continuer vos parodies chère auteure.
            Pour un premier article quel feu de joies.
            Si,votre plumage ressemble à votre ramage vous êtes la phénix des hôtes d’AV.
            O lakmi, a rechtigi Lachkur !


          • L'enfoiré L’enfoiré 16 août 2013 18:03

            Bonjour,

             Je reprendrai votre billet, si vous me le permettez dans un article très général sur l’immobilier qui paraîtra la semaine prochaine 

            • soi même 16 août 2013 18:40

              Quand une société ne s’exprime plus que par l’excentricité , c’est elle est en réalité en fin de course, il suffit de voir la retentissante faillite de Detroit pour comprendre que la grande pomme n’est que l’avant théâtre d’une tragédie bien réelle cela !

              http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/18/la-ville-americaine-de-detroit-se-declare-en-faillite_3449873_3222.html

               


              • Facochon Facochon 16 août 2013 20:16

                « la tendance haussière de la bourse, comme celle de l’immobilier, n’est pas prête de s’inverser ! »

                Vous êtes preremptoire, les faits prouvent le contraire


                • lephénix lephénix 16 août 2013 20:23

                  un grand merci pour ce sous-rire libérateur dispensé par un beau brin de plume - et la légereté qui sied quand « c’est du lourd » !
                  le « marché de la pierre » n’est pas « un marché comme les autres », d’ailleurs n’est pas un marché du tout : nous avons laissé le logement se dévoyer en « actif immobilier » et en mirage de « produit défiscalisant » avec pour conséquence tragique (dont nous refusons de prendre toute la mesure) des milliers de vies jetées à la rue, brisées pour nourrir la voracité de quelques uns, enrichir les spécula-tueurs - immolées au Baal postmoderne...
                  mais la pierre flambée ne s’envole pas jusqu’au ciel, elle s’essouffle même et entame un atterrissage sans douceur - comme « le marché » avait commencé à le faire à l’automne 2008, souvenez-vous....
                  au plaisir de vous lire pour d’autres développements quand la loi ALUR aura produit ses premiers effets - et la nécessaire « correction » consécutive à l’inévitable hausse des taux di’ntérêt...
                  au fond, qu’est-ce qui nous empêche d’habiter notre demeure terrestre de façon humaine intense et poétique ?


                  • Facochon Facochon 16 août 2013 20:45

                    C’est un marché comme les autres, il est moins liquide mais il est soumis à des logiques commerciales identiques.

                    Les vendeurs ont besoin de contrepartie, cela s’appelle l’offre et la demande.

                    Vous pourriez peut etre nous expliquer en quoi l’immobilier serait un marché différent ?

                    l’economie liberale introduit des effets de bulles, que ce type d’economie a parfaitement intégré.. Parfois une bulle sur la pierre, parfois sur le blé, parfois sur le pétrole, etc... lorsque bulle i y a , risque d’effondrement conséquent en resulte , naissance d’une nouvelle bulle par la réaffectation des capitaux..


                  • lephénix lephénix 16 août 2013 21:06

                    les besoins vitaux de l’humain ne devraient pas être abandonnés à un « marché » faussé comme vous savez (cf les livres de Bernard Devert ancien promoteur immobilier, fondateur d’Habitat & Humanisme) puisqu’à l’automne 2008 il allait justement « corriger » et se purger de ses excès - et c’est alors que « ’la main invisible » qui nous fait les poches a voté le « dispositif » que vous savez laquelle a regonglé à l’helium pour un bail la bulle qui allait crever...
                    arrivée en fin de bail depuis, la bulle s’essouffle à nouveau...
                    c’est le seul désaccord avec l’article effectivement : cette « tendance haussière » se heurte au réel...


                    • spartacus spartacus 16 août 2013 22:23

                      Article très sympa à lire


                      • A. Nonyme A. Nonyme 16 août 2013 23:09

                        Faire sourire en parlant des banquiers... Très fort ! Bravo pour ce billet.


                        • Bilou32 Bilou32 17 août 2013 08:07

                          Ce sont les bourses qui captent les capitaux en ce moment... Les banquiers ont délaissé les céréales (de 240 on est redescendu à 175 € la tonne...), et l’immobilier. Ce mouvement provoque bien sûr une hausse. Assez facile de créer une bulle quand on détient le pouvoir financier ! Et de la faire éclater aussi !
                          Et tout ce bazar tiendra tant que les imprimantes à billets tourneront. Un jour, çà pètera, c’est sûr, mais en attendant on se gave le plus vite possible !!!


                          • hunter hunter 17 août 2013 09:28

                            Salut Bilou ,

                            Eh oui, de nos jours pour l’économie, la machine la plus fondamentale, c’est la photocopieuse !

                            Adishatz

                            H /


                            • Hervé Hum Hervé Hum 17 août 2013 10:27

                              Bon sang, mais c’est bien sûr, il suffit de faire travailler l’argent pour que plus personne n’ait besoin de travailler !

                              En parlant d’escroquerie, celle qui consiste en un tour de magie à transformer un terrain agricole en terrain constructible est pas mal non plus ! Imaginez, votre terrain qui valait juste à faire pousser des patates, tout d’un coup d’un seul vaut pour faire pousser une maison ou mieux. Bref, de disons 10 000 euros l’hectare (fourchette haute) il passe par magie à 1 200 000 (fourchette basse).


                              • Folacha Folacha 18 août 2013 04:37

                                D’accord, mais les Allemands et les Japonais sont-ils épargnés par la mondialisation ?




                              • lephénix lephénix 18 août 2013 11:30

                                ps : que s’est-il passé le 23/10/1925 à part une mémorable expo universelle des arts deco ?
                                la création des HBM (habitations bon marché) ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires