• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Petit précis forestier à usage des futurs électeurs !

Petit précis forestier à usage des futurs électeurs !

De la langue de bois en général.

Ainsi donc, il est de plus en plus évident que la prochaine campagne sera un nouveau sommet pour l’exploitation forestière de notre belle langue française. Les bûcherons du mensonge, les scieurs de long de la démagogie, les menuisiers de la tromperie et les ébénistes de la forfaiture vont encore faire assaut de tous bois pour pendre la langue dans les cimes des futaies. Comme ils ne cessent de nous prendre pour des imbéciles, nous devrons jouer les naïfs et croire encore qu’un perdreau de l’année sortira du chapeau ou bien de l’urne funéraire de nos espoirs rabotés.

Dans les assemblées politiques : les gentils rassemblements des fidèles admiratifs du discours pompeux et ressassé, le sol sera jonché de copeaux et de sciure. Il est vrai que dans chaque camp, les différents protagonistes font du petit bois sur le dos leurs camarades et néanmoins collègues, de parti. Les uns scient la branche sur laquelle leur voisin est assis, les autres font des bûchettes pour compter leurs soutiens quand tous, dans un ensemble merveilleux, aiment à faire des étincelles à coups de phrases assassines. Tous se mettent d’accord pour devenir, le temps des divisions passé, des loups qui nous guettent au coin du bois.

La haine sera au cœur du débat, le nœud de la querelle. Les glands ne sont pas que les seuls fruits du chêne : quand ils se déchaînent nos lascars font en la matière belle et grande récolte. La presse, quant à elle, aime à faire ses choux gras des petites phrases qui font mouche. Les bonnes feuilles voleront bien bas et crisseront sous nos pas. Le printemps sera l’occasion de voir un sol jonché de prospectus, de déclarations de foi, de grimaces sur papier glacé. Seules les papeteries se frotteront les mains dans ce gaspillage éhonté.

Les vieilles branches s’afficheront au grand jour ; ayant refait leurs armures pour se donner bonne mine et apporter leur contribution à la fonction chlorophyllienne , elles ne manquent jamais d’air … Les Français de souche auront leur candidate ; les déracinés se contenteront de regarder le spectacle de loin, sans pouvoir mettre la main dans le panier à bois. Pourtant, ce sont bien eux qui seront enjeu de la consultation. Comme il n’y aura pas la plus petite éclaircie sur le front de l’emploi, c’est l’affront de la peur et de la haine qui servira de tuteur aux propos forestiers.

Le bois s’impose à tous ces charmants personnages qui se sont faits les professionnels de la navigation en eau trouble. Ils restent à flot depuis si longtemps que nous en venons à penser qu’ils sont éternels. C’est sans doute ce qui nous pousse à confier notre avenir à des vieillards cacochymes, des souches véreuses, des arbres creux et des vieilles branches. Nous devons avoir une classe politique qui n’est jamais caduque et continue de se maintenir en dépit des échecs à répétition et de l'empilement des affaires..

Nos joyeux drilles du suffrage universel rebondissent toujours après une défaite. On en vient à croire qu’ils descendent du caoutchouc, à moins qu’ils ne soient de ces essences dont on tire des sèves si collantes que les drôles d'oiseaux y restent prisonniers. Ils serait grand temps d'effectuer une coupe claire dans cette forêt primaire. La canopée ne dégarnit que les crânes de nos arbres vénérables.

Laissons la métaphore s’époumoner. Je n’ai qu’un seul désir : qu’enfin on les fasse stères, qu’on les brûle au bûcher de leur immense vanité. Je peux même passer mon temps à souffler sur les braises pour qu’à jamais disparaissent ces bois insincères. Les discours feront long feu ; la langue de bois est leur unique refuge ; la petite maison forestière des joueurs de pipeau est un pauvre chalet qui tombera au premier souffle du grand méchant loup. Il est grand temps de leur couper le sifflet et de laisser pourrir les planches vermoulues de notre démocratie.

La galle du chêne sera sans doute la prochaine et ultime étape de ce lent processus de décomposition. Elle proviendra d’une épidémie transmise par les arbres de la forêt de Tronçais, qui sont, comme chacun sait, destinés à la construction marine. Laissons couler ces vilains rafiots et apprenons enfin à ne plus jamais supporter la langue de bois.

Xyloglossiement leur.

2022106_presidentielle-2017-sarkozy-fait-de-lidentite-francaise-le-premier-combat-de-sa-campagne-web-0211220118584.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • juluch juluch 16 septembre 2016 11:34

    Autant mettre ce bois là dans la cheminée et faire ensuite des grillades !!!!  smiley


    Merci Nabum !!!

    • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2016 11:46

      @juluch

      Gardons les buchettes pour organiser des bûchers salvateurs
      L’autodafé de la cinquième République s’impose avec tout son petit personnel en prime


    • Gabriel Gabriel 16 septembre 2016 11:47

      Bonjour Nabum,

      Comme dit en article précédent, cela me fait penser au type qui se présente chez vous pour vendre, d’après ses dires, le meilleur aspirateur du marché. Il parle et ment tellement bien que vous lui achetez. Après 2 ou 3 utilisations il s’avère que cet aspirateur est une vraie merde et il tombe en panne. Un an après, le même type se représente chez vous pour vous vendre, toujours d’après ses dires, le meilleur frigidaire du marché. Vous lui achetez ? Pour tous ceux qui achètent le frigidaire, il n’y a plus rien à faire. On ne lutte pas contre la connerie à un tel niveau … 

      PS : dans ce cas le vendeur peut s’appeler Sarkozy ou Hollande, Idem.


      • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2016 12:53

        @Gabriel

        Je ne distingue pas les deux
        Pour moi ils se valent dans la médiocrité

        Ils nous pompent l’air
        Vendent-ils des hottes aspirantes ?


      • beo111 beo111 16 septembre 2016 11:52

        Ça sent le sapin.


        • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2016 12:53

          @beo111

          Sapin maritime ... je le crains


        • Verdi Verdi 16 septembre 2016 13:52

           « Je n’ai qu’un seul désir : qu’enfin on les fasse stères, qu’on les brûle au bûcher de leur immense vanité. »


          Celle-là, me plaît beaucoup. 

          Vous êtes un orfèvre de la métaphore filée, C’est Nabum ! 
          Mais, que cela sonne juste ! Bravo !

          • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2016 14:10

            @Verdi

            Je vous en remercie

            Il est le talent de m’en donner un peu
            je suis la filière bois avec plaisir


          • fred.foyn 17 septembre 2016 09:12

            Le « chêne » est à la politique, pour ses mettre ses « glans » à l’élysée... !


            • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2016 09:43

              @fred.foyn

              Dans ce domaine nous faisons très fort !


            • UnLorrain (---.---.143.30) 17 septembre 2016 11:43

              Comme Verdi, qu on les fasses steres est plaisant !bravo encore un billet de Nabum qui se lit plaisamment.

              A propos de nos feuillus,trouve chez Mirbeau dans, les bouches inutiles : t es comme une vieille trogne d orme..Et aussi non moins precieux ouvrages de Gerard Boutet,trois tomes intitules les Gagnemisere (rencontres de 1983 d humbles vieux messieux et de dames non moins agees) j y vois ces metiers du bois,disparus : ligotier(celui qui faisait du petit bois pour allumer le feu,dans celui ci a propos,le genie de l homme qui concoit une extraordinaire machine..la marche invincible du progres..) l ecorceur, le merrandier et d autres que j oublie sur l instant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès