Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Les courses camarguaises, c’est mieux pour les taureaux (...)

Les courses camarguaises, c’est mieux pour les taureaux !

Si, comme moi, vous n’approuvez pas les corridas trop sanglantes, la Camargue offre une alternative intéressante pour les amateurs de spectacles taurins dans les quatre départements situés autour (Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Vaucluse). Il s’y pratique la bouvine, une autre forme de relations avec le taureau. L’aspect le plus réputé de la bouvine est la course camarguaise.

La course camarguaise devient à la fin du XIXe siècle un jeu entre l’homme et le taureau, et sur les cornes du taureau sont fixées toutes sortes d’ornements qui sont enlevés par les amateurs téméraires. Depuis le 10 octobre 1975, c’est un sport officiellement reconnu. Les raseteurs tout de blanc vêtus sont des véritables athlètes qui s’entraînent toute l’année avec les taureaux. Ce sport n’est pas sans danger et les raseteurs exposent leur vie fréquemment pour gagner quelques points ou primes à ajouter à leur palmarès.

Le taureau de course camarguaise est reconnaissable à sa petite taille, sa robe noire et ses cornes dressées. Il est élevé dans le delta du Rhône et du bas Languedoc dans les manades, sous la surveillance des manadiers, nos « cow-boys » , appelés aussi gardians, reconnaissables à leurs chemises colorées et leurs chapeaux noirs caractéristiques, montés sur les chevaux camarguais, animaux résistants de petite taille à la robe gris blanche.

La course camarguaise se déroule selon des règles bien établies. Tout d’abord les raseteurs défilent sur l’air de Carmen et saluent le public et le jury, c’est la capelado !

Au premier coup de trompette, la porte du toril s’ouvre et on laisse une minute au taureau pour s’habituer à la lumière du jour. Après le deuxième coup de trompette, les raseteurs ont quinze minutes pour enlever avec des crochets la cocarde, les glands, le frontal et les ficelles fixées sur la tête de l’animal, qui seront comptabilisés pour l’attribution des points et des primes (offertes par les sympathisants des clubs taurins). La technique du raset consiste à s’approcher au plus près de la tête de l’animal, à ôter avec le crochet les ornements sans le blesser et à effectuer ensuite un repli stratégique vivement conseillé derrière les barrières de protection disposées autour de la piste des arènes. Cela requiert un long apprentissage et une bonne technique consiste à apprendre aux apprentis raseteurs de réussir à poser la main à plat sur le front de l’animal afin de réussir à faire de beaux rasets. Il faut plusieurs années d’entraînement avant de pouvoir affronter dans l’arène de véritables taureaux camarguais de compétition, dont certains sont devenus des vedettes au même titre que les raseteurs, quelques-uns ayant même des stèles et des statues élevées en leur honneur. Pour les raseteurs qui amassent le plus de points à leur palmarès, la gloire est au bout du crochet, mais comme je l’ai dit, cela n’est pas sans danger !

Si le fils d’un de mes amis n’y a laissé qu’une paire de jeans et quelques ecchymoses, certains ont été sérieusement encornés par ces bêtes puissantes et d’autres y ont perdu la vie.

Dans le folklore camarguais, les animaux traversent toujours les villes ou les villages encadrés par les gardians montés sur leurs chevaux. L’arrivée des taureaux est nommée abrivado, le départ des taureaux à la fin du spectacle vers les manades se nomme quant à lui bandido. Bien que souvent les taureaux utilisés pour ces démonstrations ne soient pas les mêmes que ceux lâchés dans les arènes, ces spectacles taurins ont conservé toute leur authenticité.

Si vous voulez en tant qu’amateur vous aussi vous mesurer aux bovins noirs, vous pourrez vous tester lors des "toro piscines" , où le spectacle consiste à faire entrer les quatre pattes d’une vachette dans une petite piscine située au centre de l’arène, en l’y attirant et en étant le plus rapide. Les enfants peuvent y participer avec de tout jeunes animaux et je garderais toujours le souvenir de mon plus jeune fils tout fier d’avoir gagné un bandana orné de têtes de taureaux pour être avec « bravitude » passé entre les jambes de l’animal.

L’actuelle crise britannique avec la présence de fièvre aphteuse a fait craindre le pire aux organisateurs de courses taurines en France, mais l’orage semblé être passé et si vous avez l’occasion de traverser la région qui va de Montpellier à Avignon et jusqu’au delta du Rhône, venez voir les courses camarguaises, un vrai spectacle, peu onéreux, qui vous fera découvrir les traditions taurines dans un style unique au monde !

Documents joints à cet article

Les courses camarguaises, c'est mieux pour les taureaux !

Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 14:47

    pour ceux qui veulent en savoir plus , voilà le site de la fédération http://www.ffcc.info/

    et aussi ces deux là http://www.info-camargue.com/bouvine.html http://www.manades.fr/


    • A. Nonyme Trash Titi 14 août 2007 15:34

      Merci Ze Cat.

      Je recommande également ce spectacle, parfois très... spectaculaire. La bête est puissante et rapide, et les raseteurs doivent avoir une parfaite condition athlétique pour couper la course du taureau et sauter ensuite pour se mettre à l’abri derrière les barrières.

      Il arrive également que le taureau suive le raseteur derrière ces même barrières, voire que ce soit lui qui gagne un trophée !

      J’en ai vu un qui avait un joli tee-shirt blanc appartenant à un jeune intrépide pendouiller à l’une de ses cornes...  smiley


      • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 15:46

        chalut , ptit titi

        c’est mon premier article dans la catégorie sports , ça me fait plaisir de faire connaitre ce qu’on a tout l’été ici ; demain il y a la totale aux arènes de Fos , abrivado , courses , bandido ....

        Bien à toi


      • Bonjour, non seulement je n’apprécie pas du tout les corridas « trop » (?) sanglantes, et, comme le dit Francis Cabrel lui-même :

        « Je ne pensais pas qu’on puisse autant s’amuser autour d’une tombe ».

        Tuer les taureaux, c’est comme les maths et le français : ça s’apprend aussi à l’école...

        La preuve sur mon blog, là :

        http://www.wmaker.net/fximageswebzine/Je-ne-pensais-pas-qu-on-puisse-autant-s-amuser-br-autour-d-une-tombe-_a29.html

        (« Seigneur, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font... »)

        François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe Marseille.


        • snoopy86 14 août 2007 18:01

          Matou, les vacances te réussissent : bon article

          Et puis franchement, même si je m’en fous que le taureau finisse ou pas chez le boucher du coin, les rasetteurs ont l’air moins cons qu’un torero en moule-burnes à paillettes...


          • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 08:46

            merci Snoopy , j’ai eu plus de temps à moi pour l’écriture, le temps c’est ce qui nous manque à tous ;je ne comprendrai jamais ceux qui disent s’ennuyer , moi j’ai pas le temps !  smiley


          • moebius 14 août 2007 20:53

            les vachettes dans les jeux d’interville de Guy Lux ( de lux, la lumiere) avec des toréos ou raseteurs a pailettes deguisés en bouteilles d’eau minérale ou en boite de cassoulet, « le combat métaphysique de »la béééééte et de l’haummmmmmme" combat de titan pour un bon steak frite. Pour la frite voir le combat titanesque de la patate avec l’économiseur.... car nous sommes tous des titans à paillette, olé toro ! dans la poussiere de l’aréne


            • Cédric 14 août 2007 21:04

              Article intéressant qui rappelle que les sports taurins ne sont pas qu’un rendez-vous de « viandards » que certains aiment à décrire. Un petit lien vers un reportage fait par une télé locale sur un très grand taureau de Camargue mort cette année et qui s’appellait Barraïé. http://www.wideo.fr/video/iLyROoaftQ9A.html

              Précisons aussi qu’en Camargue, quand on enterre un taureau, on l’enterre debout.


              • La Taverne des Poètes 14 août 2007 21:32

                C’est vous qui parlez d’humanité ? Vous en êtes un triste échantillon ! Sarkozyste béat et fossoyeur de la France. Et vous vous faites de la pub à chaque commentaire.


              • Cédric 14 août 2007 21:32

                Justement, il n’y a pas de toréadors dans la course camarguaise. Mais il est vrai que cela vous importe peu puisqu’il s’agissait de déblatérer des lieux communs.


              • La Taverne des Poètes 14 août 2007 21:38

                Ne vous inquiétez pas, c’est l’habitude de West de venir sous les articles pour se faire de la pub sans comprendre le moindre mot de ce dont il est question, sans avoir la correction minimale de lire l’article de l’auteur et de comprendre le sujet.


              • La Taverne des Poètes 14 août 2007 21:56

                Pauvre West ! Les cornes dans la balustrade, il s’est encore fait avoir.  smiley


              • La Taverne des Poètes 14 août 2007 22:03

                Mais vous dites ce que voulez et même, pourquoi pas (soyons fou...) que vous EXISTEZ !  smiley


              • La Taverne des Poètes 15 août 2007 10:28

                Il faut déjà avoir envie de causer avec l’avatar d’un individu non recensé à l’état-civil -c’est-à-dire inexistant- mais en plus s’il faut décoder sa langue de martien ! Donc discussion close, comme vous l’avez voulue.


              • Pecky 16 août 2007 09:57

                Va troller ailleurs et renseigne-toi un minimum avant de sortir des âneries, la course camarguaise est a l’exacte opposée de la tauromachie.


              • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 10:15

                @pecky

                mais non ils sont dans le sujet , on peut admirer les rasets de D.W ( faudra qu’il mette une chemise blanche quand même ) devant les cornes du taurillon breton ! smiley


              • pixel pixel 14 août 2007 21:47

                Je me pose une question : Dans une corrida il n’y a pas de hooligan, ce serait incongru. A force d’évacuer la mort et le risque, les jeunes générations ne vont -elle pas les rechercher ailleurs que dans les cadres fabriqués par la société ?


                • moebius 14 août 2007 22:46

                  Dans certain village que je ne nommerais pas ici la population lachait un ane ou un cochon qu’elle s’empressait de tuer à coup de baton, cette tuerie s’achevait en beuverie communautaire réconcilliatrice, appaisante et béate


                  • moebius 14 août 2007 22:47

                    ..cette violence partagée nous fait chaud au coeur..


                  • moebius 14 août 2007 22:48

                    ...et qui se souviendra de nous ?...


                  • pixel pixel 14 août 2007 23:04

                    Il y a les violences partagées et les violences déléguées qui sont plus lointaines et déresponsabilisées. Quand on va au supermarché on consomme de la violence déléguée et pas simplement parce que on y consomme de la viande. A la pompe à essence c’est une violence déléguée et qu’on sera prêt à augmenter si l’approvisionnement est menacé.


                  • Gasty Gasty 15 août 2007 08:52

                    J’ai cru un moment qu’il s’agissait de viande sur pied.

                    Une nouvelle pratique de distribution, la tendance régionale pour touriste en mal de sensation

                    - « Bonjour monsieur le boucher ! je voudrais un bifteck SVP » ! smiley

                    - « Ben il est là, allez le chercher » smiley

                     smiley


                    • maxim maxim 15 août 2007 09:03

                      finalement,c’est le bifteck qui court après les gens .....

                      quand aux corridas sanglantes ,Coluche disait ,en Espagne ,les bouchers on des supers costards tout brillants ,on dirait des poissons ,et la foule affamée chaque fois qu’il loupe le tas de viande crie « hollé !!!! »


                      • pixel pixel 15 août 2007 12:07

                        Il y a un excellent dessin dans le canard où deux capitalistes observent le globe terrestre et disent :« on a gagné du fric à réchauffer la terre maintenant on va en gagner en la refroidissant »


                      • Mango Mango 15 août 2007 09:58

                        Merci pour cet article.

                        Ce sport est effectivement méconnu, souvent confondu avec la corrida ou décrié comme un « piège à touristes ».

                        Or, c’est non seulement un vrai sport, mais aussi un spectacle familial, vibrant et convivial.

                        Oui, on peut s’amuser, s’enthousiasmer, se faire peur, relever des défis, et le tout sans torture ni mise à mort.

                        Il faudrait en parler à Mme. Bachelot qui semble préférer le caleçon moulant en lurex pailleté (ce qui ne m’étonne qu’à moitié, vu la discrétion vestimentaire et cosmétique à laquelle elle nous a habitué). Elle assiste aujourd’hui à la grande corrida de Bayonne (ville par ailleurs réputée pour son jambon. Il faudra qu’elle évite le rose !).


                        • TSS 15 août 2007 10:01

                          les courses Landaises ou Camarguaises sont hautement spectaculaires et tous en sortent indemnes(ou à peu près) !

                          la corrida est une boucherie !on coupe volontairement des muscles du cou du « toro » pour ne pas qu’il puisse relever la tete,les banderilles qui selon simon Casas (il n’a même pas le courage de dire son vrai nom)ne sont que des piqures de moustique(profondeur 15/20 cm)et !!il n’y a pas si longtemps les gens applaudissaient à l’eventrement des chevaux avant qu’on ne les caparaçonne.il y a d’ailleurs encore beaucoup de chevaux qui meurent de crise cardiaque-ils ont peur ,eux !!-

                          la capitale de la Catalogne-Barcelone-vient de se declarer,ville anti-corrida !!l’Espagne n’est plus aussi pro corrida que les nimois ou bitterois le proclame.

                          Toulouse qui fait plein de choses avec Barcelone ferait bien d’en faire autant !!


                          • Cédric 15 août 2007 14:34

                            @TSS, vous avez oublié de dire que les nîmois et les bitterois mangeaient les petit-enfants, étaient possédés par le diable et que certains poussaient même le vice jusqu’à voter communiste.

                            Libre à vous de croire aux idioties des anti corrida, il est vrai qu’il doit être particulièrement aisé d’aller pratiquer les actes que vous énoncez sur des animaux de 550-600 kg, passablement énervés d’avoir fait des centaines de km en camion et de se trouver enfermés alors qu’ils ont vécu toute leur vie en liberté. D’autant qu’il faudrait les faire en fraude des services vétérinaires dont l’activité remet pourtant périodiquement en cause la tenue de certaines féria quand certaines maladies comme la maladie de « la langue bleu » font leur apparition en Espagne.

                            Mais surtout votre remarque montre bien à quel point la corrida n’est finalement que le cadet des soucis des anti corrida, car l’article présent n’a pas pour objet cette pratique.


                          • Jojo2 15 août 2007 11:07

                            "la barbarie ou la civilisation.

                            L’amour ou la guerre.

                            La vie ou la mort."

                            L’Art ou DW.


                            • TSS 15 août 2007 14:00

                              sans oublier les ecoles de tauromachie où des gamins martyrisent des broutards ou des genisses pour s’entrainer !!


                              • TSS 15 août 2007 15:19

                                @cedric

                                votre 1ère ligne n’a rien à voir avec le sujet mais il faut quand même avouer qu’ilne faut pas avoir grand chose dans la tete pour se livrer à ce genre d’exploit et seriner à tous les vents que c’est une tradition ancestrale ce qui est un gros mensonge !!

                                et surtout ne pas faire comme Gayssot,ce matin sur RTL,qui fait remonter la tradition aux Aurochs il ya 10000 ans !


                                • Cédric 15 août 2007 20:47

                                  Mes premières lignes ont à voir avec votre commentaires sur les habitants de ces deux villes que semblez vouloir exposer à la vindicte publique.

                                  Quant au discours des pro-corrida, il est aussi con et mensonger que celui des anti. La seule différence est que les anti se parent volontiers du costume humaniste de chevalier blanc qu’ils n’ont jamais été. Ils construisent leur discours sur le concept archi-éculé et faux d’un combat entre des traditions barbares et une pensée moderne qui se voudrait respectueuse d’une nature qu’ils ne connaissent d’ailleurs pas. Ils font de l’anthropomorphisme à tout crin, édictent de grands principes sans se rendre compte que sans les sports taurins toutes ces races disparaîtraient sans le moindre doute parce que tout le milieux naturel en Camargue et ailleurs en Europe est directement lié à l’activité humaine.

                                  Mais bon, je suis tout à fait conscient que de dire cela est moins efficace que le discours qui consiste à faire pleurer dans les chaumières.


                                • Cédric 15 août 2007 20:51

                                  Encore 1 qui aime la Camargue avec ses taureaux, ses chevaux, ses flamands roses mais qui ne se rend pas compte que sans l’homme et son activité... Il n’y a plus la jolie carte postale que l’on peut envoyer aux collègues de bureau car tous ces animaux ne seraient plus là (le plan récent de restructuration des Salins du Midi remet d’ailleurs en cause la nidification des flamands en ce moment au point que le conservatoire du littoral pourrait racheter des salines).


                                • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 08:32

                                  @actias

                                  salut le papillon , pour cet article , j’ai pas eu à aller bien loin , il y avait aux arènes de Fos sur Mer hier des compétitions comptant pour le championat de France .

                                  din le chnord , in a les combats d’co ! smiley y’a cor des coqueleux dans les corons ....


                                • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 09:03

                                  pour ceux qui connaissent pas les coqueleux , c’est vrai que y’a pas de quoi être fiers non plus http://yserhouck.free.fr/Textes/coqs.htm


                                • Cincinnatus 15 août 2007 20:05

                                  Petite précision technique d’un camarguais de port Saint Louis exilé lui dans le nord cher LE CHAT : le razet c’est passer devant les cornes de l’animal (c’est là que ca devient rigolo) au moment où on lui décroche son attribut (gland, ficelle ou cocarde), c’est obligatoire pour que l’attribut récolté soit homologué.

                                  Excellent article ceci dit. Pour pixel : malheureusement le hoologanisme existe bien qu’atténué dans la bouvine : dés qu’il y a de la viande saoule c’est inévitable et pour qui a vu une ferrade, ce n’est pas toujours un spectacle édifiant.

                                  A propos de hooliganisme, de la pensée celui-ci, Demian west en est un bon représentant, mais qui disait justement que la bêtise avait un front de taureau ?


                                  • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 10:04

                                    merci cincinnatus pour ton commentaire .

                                    En effet aux ferrades le provençal après dix pastagas ne se comporte guère mieux que le skin haed après di bières , chaleur en plus .Il s’agit heureusement d’individus isolés , y’a pas de batailles rangées d’afficionados smiley


                                  • Cincinnatus 16 août 2007 12:00

                                    Il n’y a pas de batailles rangées car il n’y a pas d’équipe adverse contre laquelle se mesurer en l’absence d’un autre à hair les choses sont plus calmes. Et quan à haïr un biou, même si l’on est empégué faudrait être vraiment con...

                                    Si l’on mettait en place une compétition du genre les razeteurs de telle ville contre ceux de telle autre tu verrais si les bouteilles de 51 ne commenceraient pas à voler bas !

                                    Ceci dit les amateurs de soupe de pastis ne sont pas tous provencaux ! smiley


                                  • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 12:15

                                    @CINCINNATUS

                                    j’ai été voir ce week end une compète de joutes provençales à Fos , certains spectateurs ( pas tous locaux ) étaient bien mûrs ... mais le spectacle est aussi marrant à regarder , ça fait intervilles ... smiley


                                  • Battement d’elle 15 août 2007 20:48

                                    bachelot assistera à la corrida du 15 août puisqu’elle est ministre de la santé et des sports. Qu’elle le prouve : mettons là dans l’arène... voir si le mastodonte au corps adipeux aura la cuisse assez légère pour esquiver les attaques du matador.

                                    Quand même c’est un comble : on a jamais vu un ministre de la santé obèse pas plus qu’un ministre des sports avide de sang !

                                    http://64.233.183.104/search?q=cache:uhk5YpXyR8MJ:fr.news.yahoo.com/ap/20070810/tod-animaux-bardot-bachelot-corrida-45981ec_1.html+Bachelot+pour+la+corrida+de+Bayonne+du+15+ao%C3%BBt&hl=fr&ct=clnk&cd=5&gl=fr


                                    • moebius 16 août 2007 00:16

                                      ... et alors ça fera une carte postale à la con en moins à envoyer à ces connards du bureau, la belle affaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès