Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Les dérives du sport de haut niveau

Les dérives du sport de haut niveau

Je viens de regarder le journal de 20h00 sur France 2 et il y avait un reportage consacré au joueur de tennis Richard Gasquet et au cycliste belge Tom Boonen. Ces deux sportifs professionnels ont récemment été contrôlés positifs à la cocaïne et de ce fait, pour usage de "substance récréative" (sic !), ils risquent gros, que ce soit au niveau sportif pour Gasquet ou bien au niveau pénal pour Boonen.

Les deux sportifs n’ont pas nié les faits. Tom Boonen a été honnête en reconnaissant qu’il avait un problème avec l’alcool et que lors de soirées bien arrosées, stimulé par l’ambiance "récréative", il pouvait se laisser aller à quelques excès.

Richard Gasquet a lui aussi, reconnu qu’il avait été contrôlé positif à la cocaïne et que l’échantillon B avait donné un résultat similaire. Mais il s’est dit déterminé à se battre pour prouver son innocence ! Pas toujours facile en effet de faire la différence entre de la cocaïne et du sucre. Autant dire que sa défense est aussi ridicule qu’un quidam qui se fait contrôler au volant de sa voiture avec deux grammes d’alcool dans le sang et qui serait déterminé à prouver son innocence. Dès l’âge de neuf ans, Richard Gasquet a été propulsé au rang de grand espoir du tennis français et à quinze ans, il est devenu le plus jeune joueur à gagner un match sur le circuit de Monte-carlo. Depuis, malgré des victoires, il tarde à confirmer son immense potentiel. Peut-être tout simplement parce que le monde du tennis professionnel, c’est pas trop son truc.

Inutile d’énumérer ici la liste interminable des sportifs pour qui leur discipline respective ne s’est pas révélée particulièrement bonne pour la santé, même s’il ne s’agissait pas forcément de cas de dopage . De Tom Simpson qui s’est écroulé sur les pentes du Mont-Ventoux jusqu’à Marc-Vivien Foé, mort sur un terrain de foot en passant par l’athlète américaine Florence Griffith-Joyner, la liste des sportifs tombés au champ d’honneur est impressionnante.

Mais je tiens à rassurer tous ceux qui trouvent que ma vision des choses est trop noire, le sport de haut niveau ne tue pas toujours. parfois, il se contente de laisser certains de ses pratiquants paralysés de la tête au pied, incapables de parler et respirant à l’aide d’une trachéotomie reliée à un respirateur artificiel. Depuis quelques années, il y a dans le football italien, une étrange épidémie de scléroses latérales amyotrophiques, plus connue sous le nom de Maladie de Charcot. C’est une maladie terrible qui vous transforme petit à petit en légume mais en prenant bien soin de ne pas vous tuer. Seul le mouvement des paupières permet à ces malades de communiquer avec le monde extérieur. Je viens d’en décrire les symptômes un peu plus haut et je vous invite à regarder cette vidéo. Âmes sensibles s’abstenir :

http://video.google.fr/videosearch?q=stefano+Borgonovo&emb=0&aq=f#

Il y a six fois plus de Scléroses Latérales Amyotrophiques (SLA) parmi les footballeurs italiens que dans le reste de la population. Le joueur que vous voyez dans la vidéo s’appelle Stefano Borgonovo. Il est le quarantième joueur italien a être touché par cette terrible maladie (Dieu merci normalement plutôt rare). On ne sait toujours pas pourquoi elle frappe autant de joueurs évoluant dans le championnat de football italien , et seulement italien. Mais on a quelques pistes (chut...)

Passons à la natation. A première vue, pas trop de problèmes de dopage mais des soucis de combinaisons. Alain Bernard, notre champion, en descendant sous la barre des 47 secondes, est récemment devenu le nouveau détenteur du record du monde du 100 mètres nage libre. Mais son record n’est pas encore homologué car il portait une combinaison qui ne l’était pas non plus. Parce que dans la natation, le débat qui fait rage, ce n’est pas la cocaïne, ce sont les combinaisons. Certaines permettent une flottabilité excellente si bien que la nageur, débarrassé de cet inconvénient fâcheux qui consiste à dépenser de l’énergie pour ne pas couler, peut se consacrer à mouliner des bras et des jambes le plus vite possible. On commence à parler de dopage technologique, ce que le milieu de la natation réfute. Et à ce rythme de décadence sportive, dans quelques années, il ne faudra pas s’étonner de voir certains nageurs plonger dans l’eau avec une hélice dans le cul.

Dans nos sociétés civilisés, le sport a été élevé au rang de valeur suprême à tel point que celui qui ne pratique aucune activité sportive (il se trouve que j’en fais partie), est regardé comme un phénomène de foire, un inconscient qui refuse de devenir centenaire et qui refuse le bonheur qui s’offre à lui. L’amour du sport est obligatoire.

Je ne nie pas que le sport amateur est bon pour la santé mais je me pose des questions légitimes concernant le sport de haut niveau. Et puisqu’il faut bien parler d’argent, parce que c’est peut-être ça aussi le problème, j’avoue qu’il m’est toujours difficile d’admettre qu’un joueur de ligue 1, aussi doué soit-il, puisse avoir une situation financière plus confortable qu’un chirurgien capable de redonner à un grand brûlé, un nouveau visage et de nouvelles mains.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 11 mai 2009 10:44

    Excellent article.
    Mais outre le dopage et les scandaleux revenus de certains sportifs, peut-être aurait-il fallu dénoncer également le choquant exil fiscal de la plupart de nos champions, Gasquet compris !
    Quant à Alain Bernard, après des années de compétition sans titre, il a soudain explosé au plus haut niveau. Finalement, c’est une brave dame d’Antibes (la ville du nageur) un peu naïve qui a le mieux résumé l’an passé sur Antenne 2 ce que l’on peut penser de lui en déclarant en substance : « Il a brusquement changé de physique » ! 


    • XF Xavier Faureste 11 mai 2009 19:21

      Le problème d’un sport comme la natation, c’est qu’il faut absolument tomber des records pour rester attractif puisqu’il s’agit d’un sport contre-la-monte. Or, le corps humain est physiquement limité. Donc toutes les combines sont bonnes pour essayer de battre un record. Mais les ficelles deviennent un peu trop grosses.


    • Fergus fergus 12 mai 2009 09:17

      Non, on ne peut pas dire que la natation est un sport contre-la-montre, pas plus que l’athlétisme. Dans les deux cas, il s’agit de confrontations entre compétiteurs. Ce sont les médias, toujours en recherche de sensationnel pour faire les gros titres, qui ont poussé dans ce sens. Et cela ne date pas d’hier mais, grosso modo, des années 50 !

      La différence est que désormais les records sont systématiquement attendus, pour ne pas dire annoncés, et une compétition, aussi belle soit-elle sur le plan de la confrontation humaine, laisse un goût d’inachevé si elle ne débouche pas sur un nouveau record. Avec des aberrations de style totalement inflationnistes du côté journalistes qui parlent de barre mythique des 47« par exemple comme ils parleront de barre mythique des 46 » puis des 45". On marche sur la tête !!! 


    • Papy 30 Papy 11 mai 2009 11:00

      Le sport est une chose, la compétition sportive en est une autre.
      Or actuellement lorsque la presse écrite, parlée ou télévisée traite du « sport », elle ne parle en réalité que de compétition sportive et finalement l’accent est beaucoup plus mis sur l’aspect compétition que sur l’aspect sportif. On peut d’ailleurs constater qu’elle utilise de moins en moins le terme de « sportif » et de plus en plus le terme de « compétiteur ».
      On ne devrait donc pas parler de « sport de haut niveau », mais de « compétition sportive de haut niveau ».
      Nous ne sommes donc plus dans le domaine du sport, mais dans le domaine de la compétition. D’autre part, l’argent s’est introduit de façon massive dans ce circuit et la compétition sportive est devenue également une compétition financière. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que les dérives que l’on trouve dans le monde financier, ou tous les coups sont permis pour faire du fric, se retrouve dans ce domaine également.
      Je pense que l’esprit de compétition est dans la nature humaine, mais que l’éducation actuelle a une forte tendance à l’exacerber dans tous les domaines. On n’apprend plus à nos enfants à être de « bons éléments » dans leur domaine, on les incite systématiquement à être « le meilleur ». Or, par définition, « le meilleur », il n’y en a qu’un. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que certains soient prêts à tout pour parvenir à leurs fins.

      Papy 30


      • jakback jakback 11 mai 2009 11:19

        La dérive ne date pas d’hier comme le souligne ce très bon article.
         Le commentaire de Papy 30 est des plus juste, du sportif aux politiques, syndicalistes, nous même ! quel est votre prix, jusqu’où votre moralité résisteras au pouvoir de l’argent ? tout le monde a un prix.
        Rien de changer depuis la nuit des temps, Faust est toujours prêt a vendre son âme au diable


        • cathy30 cathy30 11 mai 2009 12:50

          Article qui mélange tout. Si Richard Gasquet est déterminé à se défendre, c’est pour prouver que la prise de cocaine n’était pas pour se doper. Vous faites le meme amalgame que les médias, dont l’info a tourner en boucle tout le week end au cas ou on la raterait.
          bon evidemment ce n’est pas bien de snifer de la poudre, donc il est evidemment mal barré.


          • Fergus fergus 11 mai 2009 13:36

            Vous faites preuve d’une très grande naïveté, Cathy.

            Mais peut-être n’avez-vous jamais fréquenté les milieux sportifs. Si cela avait été le cas, vous sauriez que si la cocaïne n’est pas un produit dopant, elle efface en revanche les signaux d’alerte de la fatigue et de la faim dans l’organisme. Ce qui permet aux sportifs qui y ont recours d’aller dans la « zone interdite » de leurs capacités physiques et par conséquent d’être plus performants. D’où la présence de la cocaïne sur la liste rouge !

            Enfin, à qui fera-t-on croire que Gasquet peut avoir utilisé de la cocaïne pour un usage récréatif alors que depuis l’âge de 14 ans, il est soumis à un strict régime alimentaire et s’interdit toute prise d’alcool (et a fortiori de drogue) ?


          • cathy30 cathy30 11 mai 2009 15:23

            fergus
            ben non je ne connais pas du tout le milieu sportif et je suis naive aussi. Ceci est un article pour les pros. Pensez à ceux qui ne connaissent pas le domaine, avec plus d’explications.


          • Mmarvinbear mmarvin 11 mai 2009 13:44

            J’imagine déjà sa ligne de défense... Il a sniffé de la coke à l’insu de son plein gré...

            Ce ne serait pas plus ridicule qu’un coureur de fond français qui a expliqué qu’on l’avait coincé entre deux portes pour lui injecter un truc avant de disparaitre pour justifier d’un controle positif...

            Cela fait des lustres que lorsque je vois du sport de haut niveau, je sais parfaitement que la dope et la triche sont utilisés de façon systématique. Cela ne m’empeche pas d’apprécier le spectacle car pour moi, c’est justement du spectacle, au même niveau qu’un film, et non plus du sport.

            Et puis il faut les comprendre... Ils ont tellement de pression... Bruno Masure l’avait deja bien compris : Un tennisman français, une fois devenu pro, dispose de quinze invitations au tournoi de Roland Garros. 5 en tant qu’espoir du tennis français, 5 en tant qu’éternel espoir du tennis français, et 5 en tant qu’ex-espoir du tennis français...


            • savouret 11 mai 2009 14:29

              il me semble que l’évolution du sport de haut niveau refléte tout simplement les dérives de la société contemporaine
              il ne s ’agit pas d ’un phénoméne nouveau car le sport a toujours été un reflet des mutations sociétales

              ainsi, le sport professionnel d ’aujourd’hui est marqué par une emprise de plus en plus forte de l ’argent , ce qui traduit la pregnance croissante de l’ultralibéralisme dans ce milieu.
              en effet,les sportifs professionnels tendent de plus en plus a etre percus par les investisseurs comme des produits susceptibles d ’etre fortement lucratifs, il en résulte logiquement l ’inflation considérable et inacceptable sur le plan éthique des salaires qui leur sont attribués
              de plus, les valeurs de compétition et de dépassement de soi, inhérentes à la nature humaine, mais fortement amplifiés par l ’idéologie libérale , prennent des proportions sans cesse plus importantes
              des lors, il n’est nullement surprenant que des jeunes adultes riches , encensés par la population,parfois glorifiés par les médias, vivant dans un microcosme les coupant des réalités populaires, aient recours au dopage afin de bénéficier encore plus des avantages conférés par leur statut et afin de repousser toujours plus loin des limites qui leur semblent inacceptables, tant leur désir de toute puissance est exacerbé par la systéme dans lequel ils évoluent.
              il ne convient pas de se lamenter sur le sort de l’elite sportive, mais je pense qu’il n ’est pas plus approprié de stigmatiser ses membres « déviants ».je crois que nous devons nous interroger sur notre attitude par rapport aux vedettes en général, que nous avons tendance à trop idéaliser ou à trop diaboliser au gré de leurs succés ou déconvenues personelles.


              • maharadh maharadh 11 mai 2009 17:06

                D’un autre côté on aurait l’air fin devant nos tv à attendre l’exploit ou les records (de mémoire citation de Coluche).

                Bien entendu ce n’est qu’une boutade, mais le Dieu fric est très puissant puisqu’il arrive à en faire oublier les dégâts sur l’organisme des dits-sportifs tricheurs.

                Ils ne profiteront pas longtemps du fric gagné en trichant.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 mai 2009 17:46

                  Excellent sujet Xavier, mais vous n’avez pas noté cette phrase tout à fait éloquente citée de la bouche même de Claire Chazal : « ...la cocaïne est autorisée à titre récréatif... !!! » Texto !

                  Tout ce système bien vaseliné suffit à expliquer le manège aérien au dessus de la Colombie et de l’Afghanistan, le casting mondial pour maquer les plus belles filles du monde aux plus riches compétiteurs, le NOM des marques célèbres qui font croire à ceux qui les portent qu’ils sont au top de la mode, et vont donc tout consommer pour essayer d’atteindre en une seconde l’équivalent de plusieurs vies de salaire d’un travailleur éreinté...Alors qu’en fait, pour devenir le meilleur sauteur en hauteur, il suffit de s’appeler : Sotomayor...

                  Je ne participe pas à cette comédie alors que je m’appelle GLLOQ ( j’ai deux ailes au cul ), quel dommage, mais si tout ça ne sert qu’à avoir une femme avec deux plumes au cul, c’est navrant.


                  • zvalief 11 mai 2009 20:36

                    dans le mode du sport (et pas que) soit t’es numéro 1 soit t’es rien, tous le monde ce souvient de l’or au JO d’alain bernard ou d’usain bolt, mais qui se souvient du nom de ceux qui ont finient 2ème ? l’argent en jeu est énorme, de plus la carrière d’un sportif est assez courte, donc la tentation d’autant plus grande... ça n’excuse pas ceux qui cède, mais ils ne sont pas seuls coupable. exemple frappant, le rugby en france, un sport qui demande plus de récupération que d’autres, où les joueurs se plaignent depuis de nombreuses années qu’ils jouent trop (surtout par rapport aux autre nations), réponse des dirigeants : on augmente encore le nombre de matchs, logique économique : augmentation du nombre de match = plus d’exposition = plus de sponsors, donc plus d’argent, mais pendant ce temps, les joueurs se blessent de plus en plus souvent, de plus en plus gravement.


                    • XF Xavier Faureste 11 mai 2009 20:50

                      Votre exemple du rugby est très intéressant. C’était, il y a quelques années encore, un sport amateur, où tous les physiques avaient leur place, les gros, les minces, les grands, les petits. Malgré l’amateurisme, le spectacle était au rendez-vous. Aujourd’hui, devenu professionnel, le rugby perd peu à peu son âme. Il se transforme en business, pousse les joueurs au-delà de leurs limites. Conséquence : le spectacle se dégrade.


                    • zvalief 11 mai 2009 21:11

                      heureusement pour les joueurs, les entraineurs ont encore une conscience, et font beaucoup tourner l’effectif, mais du coup il n’y a plus vraiment de grosses oppositions ce qui contribue à la dégradation du spectacle, tant que les dirigeants ne comprendront pas que la bonne santé des joueurs est à la base de la production d’un bon spectacle, tous le monde sera perdant. pour l’instant ce sport, par ces faible moyen financier et exposition ou encore le nombre de licenciés, est encore un peu préservé, mais il échappe de moins en moins au starsystem. regarder le foot, chaque année on nous sert une ou plusieurs nouvelle star, si un joueur se blesse, peu importe, il y a des centaines de joueurs qui attendent.


                      • furio furio 11 mai 2009 22:55

                        Vous vous posez bien des questions Xavier. tous les sportifs de haut niveau sont dopés chargés comme des mules. La cocaïne fait partie de l’arsenal, avec l’EPO etc.
                        Ci-dessous quelques cas révélés. Mais combien passent à travers les mailles bien trop des filets de l’anti-dopage.

                        Etiléfrine ( PUERTA )
                        Clenbutérol ( PUERTA )

                        Battu en finale du dernier tournoi de Roland-Garros par l’Espagnol Rafael Nadal en quatre sets, Mariano Puerta, 27 ans, est le cinquième argentin convaincu de dopage, après Guillermo Canas, suspendu 2 ans en 2005, Martin Rodriguez, privé de ses points atp et de ses primes en 2003, Guillermo Coria, suspendu 7 mois en 2001 et Juan Ignacio Chela, frappé d’une suspension de 3 mois en 2000.


                        THG, EPO, Insuline Hormones de croissance, Modafinil
                        HARRISON ( 400 m )
                        L’athlète aurait reconnu avoir utilisé plusieurs produits indétectables, dont des stéroïdes anabolisants connus sous le nom de « clear » et « cream », de l’insuline, de l’érythropoïétine (EPO), de l’hormone de croissance et du modafinil. La suspension débute au 18 octobre, date à laquelle Harrison a accepté la sanction. Il renonce également à tous ses résultats et gains remportés depuis le 1er février 2001. Pour sanctionner l’athlète, l’USADA s’est basée sur les documents transmis par le Sénat américain dans le cadre de l’affaire BALCO.

                        EPO, nadrolone,
                        YOUNG ( 400 m )
                        COLORADO SPRINGS (Etats-Unis) (AFP) - L’athlète américain Jerome Young, champion du monde du 400 m, a été suspendu à vie pour un deuxième contrôle antidopage positif, a annoncé mercredi l’Agence antidopage américaine (USADA).
                        Young, 28 ans, avait été le premier sprinteur à être contrôlé positif à l’EPO (érythropoïétine), à la réunion de Paris le 23 juillet dernier. Son dossier a été transmis à l’USADA par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) le 14 septembre dernier.
                        Selon le communiqué de l’USADA, la suspension débute au 3 novembre 2004.
                        Le Texan avait déjà été contrôlé positif à la nandrolone (stéroïde anabolisant) le 26 juin 1999 mais avait pu participer aux Jeux de Sydney l’année suivante, la Fédération américaine s’étant abstenue de le priver de sélection par craintes de poursuites en justice.

                        THG, madafinil
                        KELLEY WHITE (100 m 200 m )
                        L’Américaine Kelli White, championne du monde sur 100 et 200 m, a été reconnue coupable de dopage, a annoncé mardi un porte-parole de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), une étape vers un probable retrait de ses médailles d’or des Mondiaux de Paris/Saint-Denis 2003 (23-31 août).
                        Les justifications de la sprinteuse, contrôlée positive à un stimulant mineur (Modafinil) le 24 août à l’issue de la finale du 100 m des Mondiaux 2003, n’ont pas été retenues, a affirmé à l’AFP un porte-parole de l’IAAF.

                         


                        • franck2009 11 mai 2009 23:29

                          HI HI HI !!!

                          Cela me met toujours en joie l’hypocrisie. On va parler de la prise de cocaïne quand tous les sportifs se dopent ! J’entends par là ceux qui veulent être sur le podium...

                          J’ai fais de la natation. Trop cool .

                          Il y a eu les allemandes de l’est, trop méchantes les allemandes de l’est, vilaines et dopées à mort... Les américains, gentils, cassant du record du monde avec une régularité de métronome !

                          Maintenant des monstres francais avec une combinaison révolutionnaire !

                          STOP LA DECONNE !

                          Vous vous interessez au sport car vous êtes des cyniques et des frustrés ! Vos tennismans, footballeurs, sprinteurs sont des junkies . Ils vont mourir plus jeunes, seront cassés plus tôt.

                          Vous le savez, je le sais , on le sait tous.

                          ET ON S’EN BRANLE.

                          Les sportifs car ils sont décidés à rouler en Ferrari et baiser des starlettes. Vous car vous vous identifiez à eux .

                          Et moi car je m’ennuie devant ma télé !

                          Hypocrites va !


                          • azer26 12 mai 2009 02:16

                            On combat le dopage au nom des « valeurs » du sport. Mais quelles valeurs en fait ? Celle du fric généralisé avec des clubs de foot sans joueurs du pays et avec des propriétaires étrangers aussi, avec des Jeux COCA olympiques mais qui ont besoin de bénévoles ( idem pour la coupe du monde de foot) pour aider les « en cravatés » du CIO et de la FIFA ( bénévoles ou travailleurs au noir ?).
                             Il y en a assez de ces journalistes sportifs reconverti en VRP de la compétition qu’ils commentent : eh oui ils faut bien conserver les droits de diffusion pour la fois suivante.

                            Aussi je propose de libérer le sport du carcan du dopage et de le rendre enfin libre pour que chacun assume sa responsabilité et que le sport de haut niveau redevienne sans aucune hypocrisie ce qu’ il est plus que jamais les jeux du cirque.

                            A quand un nouveau Coubertin pour réhabiliter les jeux modernes du cirque...


                            • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2009 12:00

                               on fabrique des starlettes du sport comme les starlettes de la téléréalité...

                              ils ont un coach pour couriir, un nutitionniste, un masseur, un entraineur pour chaque surface, un agent, on va pas leur demander de réfléchir comme les cyclistes on va pas leur demander de réfléchir en plus sans leur coach en thérapie comportementale... ce sont de vulgaires hommes sandwichs pour des marques !! tant qu’ils n’émettent pas d’avis critique tout va bien !!

                              le spectacle s’en ressent, la tenue compte plus que le jeu, nous sommes dans la com pure et dure et l’argent est en train de tuer le sport, les combinaisons en natation en sont une illustration... au tennis il y eu le double cordage et les paniers extra large... manque plus que les chaussures à ressort....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès