• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Retour sur le Grand Ouest américain (2)

Retour sur le Grand Ouest américain (2)

Nourris plus qu’abondamment par la culture américaine, nous décollons de Paris, direction San Francisco pour un vaste programme de visites dans le grand ouest américain. Les figures mythiques sont nombreuses : San Francisco est une allégorie à elle toute seule, la Maison Bleue, le Golden Gate, les rues qui montent et qui descendent (Bullit..) le berceau du jeans avec Levi Strauss & Co, La Silicon Valley, l’Université de Berkeley, le Grand Canyon, Las Vegas, Los Angeles, Hollywood, les plages de Santa Monica, Venice , Malibu, Santa Barbara … Impatience manifeste pour ce rendez-vous crucial avec l’imaginaire incarné….

Trois thèmes majeurs dominent l’imaginaire de Frisco.

Le film Bullit et Steve McQueen ont ancré dans l’imaginaire collectif les décors de San Francisco. La folle course poursuite de la Ford Mustang GT Fastback de 1968 est un grand classique de l’histoire du cinéma. Elle érige les rues de San Francisco en images mythiques connues du monde entier. Les images s’affolent et l’on voit en accéléré les paysages de Potrero Hills, les rues de Russian Hills, de Marina District, les rues sont à pic, on aperçoit les célèbres cable cars. En fond de décors surgissent fantasmatiquement l’île d’Alcatraz, la Coït Tower… le mythe de Frisco est né au rythme pétaradant de la Mustang conduite par Steve McQueen et de la Dodge plus sourde, la musique de Lalo Schifrin répétitive, puis assortie de cuivre entêtants, appuie cette initiation.

La Maison Bleue, pour les français essentiellement, est un point de passage obligé. Cette chanson de Maxime Le Forestier a été un immense tube dans les années 70 jusqu’à s’ancrer définitivement dans le top 10 des chansons françaises éternelles. Il est vrai qu’elle résume tout un pan de l’histoire de San Francisco et de l’épopée Hippies. Avec le peu d’argent gagné grâce à ses premiers succès, Maxime Le Forestier part pour San Francisco. Il a une adresse comme point de chute, il y restera plusieurs semaines, partageant la vie d’une communauté hippie au nom mystérieux de Hunga Dunga … De retour en France pour remercier les habitants de la Maison bleue il leur composera une chanson, sans imaginer que celle-ci allait connaitre une telle destinée.

C'est une maison bleue

Adossée à la colline

On y vient à pied

On ne frappe pas 

Ceux qui vivent là ont jeté la clé

On se retrouve ensemble

Après des années de route

Et on vient s'asseoir

Autour du repas

Tout le monde est là

A cinq heures du soir

Quand San Francisco s'embrume

Quand San Francisco s'allume

San Francisco

Où êtes-vous

Lizzard et Luc

Psylvia

Attendez-moi

Le Golden Gate est à San Francisco ce qu’est la Tour Eiffel à Paris, un signe emblématique. « La Porte d’or » est le pont suspendu qui relie la ville de San Francisco à celle de Sausalito, il franchit le détroit qui délimite la baie avec le Pacific. Long (1970 m.), large (30 m. et élevé (230 m.) il domine la partie haute de la ville. Souvent la brume venue du Pacific l’ondoie d’un voile flottant qui parfois masque certaines de ses formes. Il est le fantôme de la ville, le gardien des mystères, la porte éternelle qui s’ouvre sur le pouvoir de l’imaginaire. Sa construction a débuté en 1933 et s’est achevés seulement en 1937.

C’est le cinéma qui a contribué à l’édification de sa légende. Ce sont des dizaines de films qui ont pris appui sur son légendaire tablier et ses deux tours dressées. En1958, Hitchcock i s’inspire de son décor pour « Sueur froide », Mickael Jackson l’enrôle dans son clip « Can You Feel It » en 1980 et le voile d’un arc en ciel. Tous les grands du cinéma s’y mettent, James Bond en 1985 dans « Dangereusement vôtre » mène un combat homérique au sommet même du pont, 1994 « Entretien avec un vampire » se clôt dramatiquement sur le pont, l’une des scènes les plus célèbres est sans conteste celle de « Rock » en 1996 où Nicolas Cage et Sean Connery, pilotant deux avions de chasse passent sous le pont avant d’aller larguer leurs bombes sur la forteresse d’Alcatraz.

Le cinéma s’acharne à le faire disparaitre : dès 1955 « Le monstre vient de la mer », il affronte une pieuvre géante qui finit par le détruire, dans « X-Men » Magnéto le défait avant d’accéder à Alcatraz, « Magnitude 10,5 » voit son effondrement suite à un gigantesque séisme, « Fusion » ce sont les rayons micro-ondes du soleil qui le fond fondre, enfin le film d’animation s’en empare dans « Monstres contre Aliens » c’est un énorme alien qui le détruit en apothéose du film…

Mystique, il est aussi le point de passage : en 2011 « La Planète des singes : Les origines » l’armée des singes le traverse en sentier de gloire, en 2010 « Le livre d’Eli » les deux personnages centraux se retrouvent enfin sur le pont. 2000 c’est la sortie de « Boys and girls » il est le trait d’union entre les deux adolescents…

Modernité oblige, les jeux vidéo les plus célèbres s’en inspire comme le jeu Grand Theft Auto, Midtown Madness 2 ou encore Woman’s Murder Club et bien d’autres

Nombreuses sont les séries américaines en vogue qui épousent sa cause : « Sliders », « Monk », « Charmed », ‘Raven » et bien sûr les célèbres « Chroniques de San Francisco » adaptée du roman qui a fait le tour du monde d’Armistead Maupin.

La littérature, le cinéma, l’architecture, la peinture et la musique… ont accompagné mon existence et les Etats Unis d’Amérique y occupent une place de choix. La Californie est manifestement un peu plus importante dans cette mythologie que les autres états. L’histoire des pionniers, la construction du cinéma à Hollywood, la génération beatnik ont créé cette centralité. J’ai toujours rêvé fortement l’Amérique, elle fait partie de ma construction intellectuelle. Dans mon milieu de Bobos parisiens, cet enthousiasme est de mauvais aloi. L’Amérique c’est le Grand Satan pour nombre d’intellectuels, pseudo ou pas.

Qu’importe, moi je me laisse guider et porter par le rêve américain. Un vol low cost avec la compagnie Xl-airways, bien moins désastreux qu’annoncé, onze heures de vol tranquille, la jeune fille assise à côté de nous fait partie de notre groupe, les autres sont répartis dans le reste de l’avion. C’est au compte-goutte que notre guide à l’arrivée dénombre ses futures brebis. Les quatre derniers se font attendre… cela commence bien. Il faudra pourtant que ces 39 personnes prennent l’habitude de respecter la règle commune du rendez-vous.

C’est enfin parti, il est 18h25, nous sommes partis de Paris à 15h50, drôle de manière de remonter le temps. L’impatience est totale et ce sera la frustration, avec laquelle il nous faudra bien nous habituer à vivre tout au long de ce voyage. Le temps de sortir, il est déjà bien tard et c’est l’atterrissage dans un motel un peu sinistre à deux pas de l’aéroport, un repas d’une tristesse infinie et le Golden Gate à quelques miles, toujours invisible. La star se fera désirer toute la nuit, nuit infinie d’attente et d’avidité impatiente.


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 3 septembre 2013 14:13

    « un repas d’une tristesse infinie »

    pourquoi triste ? c’était pas bon ?


    • Jean-paul 3 septembre 2013 19:46

      @ Foufouille

      Je te le repete on mange mieux aux USA qu’en France .


    • foufouille foufouille 3 septembre 2013 21:55

      @jean-con
      rêves pas. la france est championne en bouffe (sans produits chimiques)


    • La mouche du coche La mouche du coche 3 septembre 2013 23:29

       Et paf. Encore un artcle pro-américain.  smiley

      On comprend le malaise existentiel de l’auteur (voir sa photo dans le noir). Il a été élevé à la télévision débile et au coca-cola, alors maintenant il déteste la France et est malheureux ici. Il n’a pas de culture mais celle que les médias stipendiés lui ont fait ingurgiter. C’est triste. Il me donne le bourdon. smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 septembre 2013 11:15
      « Et paf. Encore un artcle pro-américain.  »

      Où est-ce que l’auteur à écrit qu’il était pro-américain ?
      Il n’y est pas resté que je sache puisqu’il dit qu’il était « au retour de »
      On est dans la rubrique « Voyagesd ».
      Si t’iras un jour là-bas, t’en reparleras. En attendant, lis et apprend ce qu’on dit des choses que l’on voit de ses propres yeux. 

      « On comprend le malaise existentiel de l’auteur (voir sa photo dans le noir). »
      Toi t’as même pas de photo. Alors ?

      « Il a été élevé à la télévision débile et au coca-cola, alors maintenant il déteste la France et est malheureux ici. Il n’a pas de culture mais celle que les médias stipendiés lui ont fait ingurgiter. C’est triste. Il me donne le bourdon. »

      Après la mouche, le bourdon ?
      « Détester la France et malheureux ici », mais encore une fois, où est-ce que t’as lu ça ?
      Va voir la culture de tes petits pois, c’est beaucoup moins triste. 
      T’es vraiment une moche du coche, dis ? 

    • Pelletier Jean Pelletier Jean 4 septembre 2013 11:35

      la mouche du Coche,

       

      c’est gentils de vous soucier de mes problèmes existentiels... mais j’ai déjà un psy....


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2013 16:50

      San Francisco, ma ville américaine préférée.

      Celle qui ressemble le plus à une ville européenne.
      Celle où on sait laisser le temps s’écouler à Sausalito la ville d’en face, qui fait penser à une ville méditerranéenne. Rien à voir avec Los Angeles avec ses chaleurs et ses incendies à répétition.
      Ici, une température printanière humidifiée par des brouillards qui font tout disparaître sur leur passage.
      Le port avec son Pier 39...
      « Les rues de San Francisco », un feuilleton qui a fait le succès de Michael Douglas et qui a permis de se faire une idée de cette ville en plusieurs épisodes.
      Castro, le quartier des homosexuels, le China Town
      La Coit Tower avec son histoire rocambolesque.
      La Lombard Street en épingle à cheveux...
      La ville des hippies et de la contestation. 
      La ville que j’ai prise comme lieu des exploits de mon thriller.

      • Pelletier Jean Pelletier Jean 3 septembre 2013 17:09

        oui.... c’est la ville dont j’ai toujours rêvée... aérée, lumineuse ouverte sur d’immenses espaces, on y marche tranquillement (même si cela monte et descend fortement)....


      • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2013 17:37

        Mais pour cela il y a le tram, le « cable car » qui est plus qu’une attraction touristique.

        Fait unique aux States. 

      • Jean-paul 3 septembre 2013 19:44

        @ l’enfoire

        Connaissez vous San Diego a la frontiere du Mexique ,pour moi c,est la plus belle ville avec un temps splendide ( pas de pluie ) et une facon de vivre cool .


      • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2013 20:34

        Jean-Paul,


        « Connaissez vous San Diego a la frontiere du Mexique ,pour moi c,est la plus belle ville avec un temps splendide ( pas de pluie ) et une facon de vivre cool . »

        Non, je ne suis pas descendu aussi bas. J’en ai entendu parlé en bien. 
        Mais, il ne faut pas oublié qu’aller vers le Sud augmente certains problèmes.
        Cela peut-être, si vous aimez les grandes chaleurs et là où le risque d’incendies est accru.
        J’ai démarré le périple à partir de Los Angeles, plein est. Jusqu’à Phoenix avant de remonter vers le nord.
        Phoenix où il y a eu le nuage de sable 
        Normal. Quand j’y étais en mai, c’était un four.
        Très peu de temps après, Sequoia Park et là c’était la neige et l’obligation d’avoir des chaînes pour visiter.

        Quand je parlais de San Francisco, c’est que la ville reste tempérée comme chez nous.


      • COLLIN 4 septembre 2013 00:10

        Apparemment,monsieur Pelletier,vous avez aimé SF smiley ....Castro,en particulier... ?? smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires