• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Coline Serreau, la belle verte

Coline Serreau, la belle verte

« Je voulais que ça soit un film très pédagogique, mais où l’on ne s’embête pas ; un film plein d’humour qui donne envie de changer. L’idée était de ne pas faire un film culpabilisant ni dépressif, mais de dresser un constat. On met des vrais mots sur les situations à propos desquelles on nous ment en permanence. Mais on dit aussi qu’à travers le monde des tas de gens ont la même philosophie de vie : ils réparent et ils font ».

Solutions locales pour désordre global sort aujourd’hui, mercredi 7 avril, sur les écrans. Ce documentaire de Coline Serreau, que nous interviewons ci-dessous, est un film qui carbure à l’enthousiasme et à l’optimiste.
 
Il existe aujourd’hui à travers le monde une grande conscience sociale écologique. Il ne s’agit pas d’un mouvement organisé, mais d’initiatives morcelées. Des solutions locales qui ne demandent qu’à croître et à multiplier.

Solutions locales pour désordre global oppose deux constats antagonistes : notre planète est épuisée, mais rien n’est irrémédiable. Seuls, nous, citoyens possédons les clés et le pouvoir, un pouvoir horizontal, pour que nous vivions mieux.

L’agriculture moderne épuise la terre. Et les hommes. Surtout les femmes, d’ailleurs. Et ce n’est pas une boutade. Intensive, guerrière et masculine, elle laboure, viole, ravage la planète. Du Nord au Sud
 
En Inde, quand les paysans ne se suicident pas (il s’agit du plus haut taux de suicides d’agriculteurs dans le monde), ils s’entassent dans les bidonvilles, en périphérie des grandes villes ou encore se louent sur les propres terres qu’ils ont vendues pour rembourser leurs dettes.
 
Autre exemple : l’Île de France. Dans cette agglomération de 12 millions d’habitants, il n’y a plus que 150 maraîchers quand on en comptait 350 il n’y pas si longtemps. On perd entre 30 et 35 000 exploitations par an en France. Comment ferons-nous quand nous aurons besoin de l’agriculture pour subvenir à nos besoins ?

Le pétrole va finir par manquer. La France dépend des camions et des avions qui chaque jour alimentent Rungis. Nous disposons de 3 ou 4 jours d’autonomie. Les politiques ont-ils réfléchi à des solutions  ?

Il s’agit de se retrousser les manches pour mettre en place un modèle de développement qui respecte l’homme et son environnement. La cinéaste a tourné, caméra sur l’épaule, en France, au Maroc, au Brésil, en Inde, en Ukraine. Durée du tournage : un an. Durée du montage : deux ans. 170 heures de rush. De quoi faire 6 films d’une heure et demi chacun.
 
Elle donne la parole à ceux qui agissent  : des représentants du Mouvement des sans terre, le créateur d’une Amap en région parisienne, un agriculteur ukrainien qui cultive bio depuis 30 ans, le fondateur de l’association Kokopelli qui conserve des semences et les distribue partout dans le monde, des chercheurs (voir leur liste complète ci-dessous, après la vidéo). Leurs propos, toujours passionnants, ouvrent la porte des possibles.
 
Coline Serreau les a laissés s’exprimer. Leurs idées, leurs initiatives, pour l’heure parcellaires, se développent. Leur point commun ? Ils ont compris qu’on ne changerait pas la société si l’on ne changeait pas aussi la façon dont nous nous nourrissons. Utopique ?
Liste des principaux intervenants apparaissant dans Solutions locales pour désordre global ( à noter que les interviews de tous les intervenants, y compris ceux qui ne figurent pas dans le montage final, sont rassemblés dans le livre éponyme de Coline Serreau à paraître le 19 avril chez Actes Sud) :

. Vandana Shiva, physicienne et épistémologue, diplômée en philosophie des sciences
. Pierre Rabhi, écrivain et paysan
. Lydia Bourguignon, maitre ès sciences agroalimentaire et Claude Bourguignon, ingénieur agronome (INAPG) et docteur ès sciences microbiologie
. Devinder Sharma, ingénieur agronome, analyste des politiques alimentaires et commerciales, journaliste et écrivain
. Philippe Desbrosses, agriculteur, docteur ès sciences de l’Environnement à Paris VII, directeur du Centre Pilote de la Ferme de Sainte-Marthe et président d’Intelligence Verte (association pour la promotion de la biodiversité)
. Dominique Guillet, président fondateur de Kokopelli, association qui milite pour la sauvegarde de la biodiversité des semences
. Serge Latouche, diplômé en sciences politiques, philosophie et sciences économiques. Il est professeur émérite d’économie à l’Université Paris-Sud 11 (Orsay) et à la faculté de droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l’Université Paris-Sud 11, considéré comme le spécialiste des rapports économiques et culturels Nord-Sud et de l’épistémologie des sciences sociales
. Joao Pedro Stedile, économiste et activiste social brésilien. Il est membre de la coordination nationale du Mouvement des Sans-Terre (MST), dont il est également l’un des fondateurs
. Ana Primavesi, ingénieur agronome, docteur, professeur en gestion des sols de l’université de Santa Maria (Etat de Rio Grande do Sul)
. Antoniets Semen Sviridonovitch, ancien directeur d’un kholkoze en Ukraine, qui déjà du temps de l’URSS, est passé au bio et a banni les engrais et pesticides chimiques de ses champs.
 
 
Photo : Iannis Pledel
 
Interview réalisée en partenariat avec StreetPress
http://www.streetpress.com/
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • morice morice 7 avril 2010 09:21

    La démocratie ça commence toujours comme ça, et Serreau, en ce sens, a toujours été une réalisatrice démocrate, à savoir qui fait évoluer et penser les gens, discrètement et non sans tendresse. Dans ce monde de brutes, c’est un bonheur de l’avoir : saluons ici son travail, en effet !


    • marie81 7 avril 2010 10:05

      Merci de nous parler des actions concrètes,des preuves vivantes qu’une autre façon de considerer la vie est possible et réalisable

      Et derrière les personnes citées dans l’article des milions des vrais paysans,des vrais commerçants ,des consommateurs responsables
      qui n’ont pas attendu que l’ecologie soit « à la mode »

      merci pour l’article ,merci pour le film
      en ésperant que ce ces amoureux de la Vie puissent toucher quelques adorateurs du béton et des liasses des billets qui pensent que les legumes poussent dans les supermarchés et que les poissons sont carrés


      • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 7 avril 2010 10:09

        Oui, j’ai vu et entendu Coline Serreau chez Taddei, sur la 3, dans « Ce soir ou jamais ».

        Et elle tenait tête de belle manière à de « vieilles barbes » qui la contredisaient.

        Rafraîchissant !

        jf.
        www.lamauragne.blog.lemonde.fr


        • liebe liebe 7 avril 2010 19:58

          Juger un film sur sa présentation c’est comme juger une personne sur sa dégaine et son look.Pour moi ce film fera sans aucun doute avancer bien des choses, sur tout si d’aucuns se conduisent en éco responsables...

          C’est ce qui me plait dans cette présentation justement, pouvoir trouver des solutions aux problèmes que nous allons forcément rencontrer.
          Mickaël Moore dénonce. Elle propose des solutions et montre que rien n’est perdu. De l’espoir dans ce monde de brutes que l’on nous assène chaque jour au fil des informations, des scandales et des mensonges.

          Vous pouvez trouver cela naïf, mais peut être que c’est elle qui a raison.
          Le gros problème que nous rencontrons par contre est qu’il n’est pas possible de le voir partout.
          j’ai beaucoup surfé sur le net pour trouver une salle de cinéma où ce film serait projetté et je n’en trouve pas à proximité de on domicile.
          ce film dérangerait il ???

          Merci pour cet article, j’attends ce film avec beaucoup d’impatience et je ne comprends pas qu’il puisse avoir des détracteurs avant même que ceux ci l’aient vu...
           smiley
          dramatique !!


        • liebe liebe 7 avril 2010 22:32

          bonsoir razzara,
          certes les livres, cela permet d’avoir pleins de documents écrits mais comme peu de gens lisent et surtout lisent ce genre de livres, je pense que si on veut sensibiliser une majorité de personnes il faut aussi faire passer des messages en film..

          Connais tu Pierre Rahbi ?


        • liebe liebe 8 avril 2010 11:21

          euh Cassino, il me sembble qu’il s’agit de Kokopelli, qui justement essayait de remettre en circulation d’anciennes semences , d’anciennes variétés pour préserver un maximum de choix dans les cultures et ils se sont heurtés de pleins fouet à , entre autre monsanto, mais aussi aux autres producteur de semences.

          ce qui me fait penser , qu’outre, en france nous ne sommes plus libres de semer et cultiver les plantes que l’on choisit, mais qu’il est en plus fort probable que les semences que nous achetons et qui proviennent de ces grands groupes , soient , comme qui dirait, un peu trafiquées.... mais chut , il ne faut pas le dire ...


        • alberto alberto 7 avril 2010 10:31


          Voilà dix minutes d’interview à passer dans toutes les écoles !

          Pour info, j’avais des amis agriculteurs de mon age (j’ai 67 ans) inscrits dans la même équipe sportive en province qui déjà autour des années 60-70 m’avait fiait part de leurs doutes concernant l’innocuité des produits qu’on leur « conseillait » : aujourd’hui la plupart ont quitté ce monde avec leurs cancers...Alors quand j’entends des imbéciles et des salauds venter les mérites des produits « phytosanitaires » et l’agriculture productiviste ça me fout en rogne !

          Bravo aux auteurs de l’avoir publié ici.

          Bien à vous.


          • Yoann Yoann 31 janvier 2011 10:36

            En effet, Coline Serreau est excellente dans ce documentaire qui est d’ailleurs dispo ici : Solutions locales pour désordre global.

            Merci pour l’article

            L’homme aux chaussures


          • jacques lemiere 14 octobre 2011 01:17

            quany à moi, j’ai aussi toujours été méfiant des produits phyto...de synteses..

            MAIS je suis rationnel, ce que vous dites ne correspond pas à la connaissance actuelles,la derniere etude sur la longevité des paysans tend meme à contredire cette affirmation...

            Le productivisme..est ce que ça existe ??
            critiquer les gains de productivité me semble idiot sans autre explication...

            quant aux produits phyto on en utilise sans doute trop les rejeter en bloc me semble impossible à moins de faire comme les bio et des les transformer en produits acceptables de façon magique...

            j’utilise de la bouillie bordelaise dans mon jardin car sinon je perds la totalité des tomates et pommes de terre..c’est un produit bio, pourtant nocif....en pratique que faire....

            imbécile avez vous dit ? salaud ? il y en a...

            quant aux cancers la bibine et la clope ne font pas de bien et quand je vois des salauds de vignerons qui refilent leur poison...vous voyez c’est facile....
             

          • Chabinpolitain 7 avril 2010 10:54

            Le plus grand mérite de ce film est sans doute la mise en abîme des raisonnements de chaque intervenant.
             Le tout sans créer de panique, sans vision apocalyptique et bien au contraire nous y voyons des images de vie, des animaux d’élevage calmes, je dirai presque sereins, des gens toujours souriants parlant de sujets extrêmement graves. Pour exemple ce paysan sans terre qui raconte avec calme ses persécutions ( jusqu’à la torture ) pour nous dire qu’enfin ils y sont ( presque ) arrivés.
            Le règne de la terreur est le privilège des pouvoirs et C. Serreau semble s’être attachée à ne nous proposer que des idées de changement, simplement en nous faisant admettre que nous sommes au pied du mur et que les solutions sont là, devant ou derrière nous.
            Derrière nous, parce que nous finissons par admettre que 10 000 ans d’expériences en agriculture ne peuvent être jetées aux orties quand bien même les « progrès scientifiques » sont sensés nous éclairer sur « La bonne manière d’agir ».
            Et de revenir à des méthodes archaïques dont nous avons été convaincus qu’elles étaient caduques ( puisque derrière nous ), mais dont l’excellent rapport de l’INRA ( une fois n’est pas coutume ) daté de Août 2009 nous dit qu’elles sont en moyenne deux à trois fois plus efficaces en terme de productivité à l’hectare que l’intensif.
            Record pour la Turquie dont l’agriculture artisanale traditionnelle produit jusqu’à sept fois plus à l’ha que son industrie agricole !
            Ce rapport est disponible pour tous, en pdf, il s’intitule « Agriculture et biodiversité » :

            http://www.inra.fr/l_institut/expertise/expertises_realisees/agriculture_et _biodiversite_rapport_d_expertise

            Rapport qui nous replace vraiment dans le « que faire ? » en particulier lorsqu’il nous assène que la principale cause de prise de décision de conversion d’une exploitation en « Bio »... et bien c’est carrément les épouses de ces mêmes agriculteurs !!!
            Sur le cul les machos !
            D’autant que dans ce film, tous et toutes s’accordent à dire que la terre est décidément féminine et qu’il s’agit de la travailler dans ce sens.
            Etonnant rapprochement quand S. Latouche nous raconte que l’économie ( capitaliste ) est une affaire de... mecs !
            Comprenne qui voudra...


            • marie81 7 avril 2010 14:13

              vous préferez les débats stériles des experts genre ça se rechauffe ou ça se rechauffe pas ?burka ou pas burka ? ils divorcent ou ils divorcent pas ?
              pour une fois qu’on parle des gens qui font du bon boulot ,ça vous gène
              allez consulter le cours de la bourse si c’est plus sérieux


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 avril 2010 11:23

              Le problème ici dans nos campagnes reculées est que les autorités communales sont encore inféodées aux progrès des normes européennes légalisées. Ainsi, quand un agriculteur cherche à s’installer pour faire du bio ou qu’un retraité cherche à construire en bois, les complications administratives sont souvent si contraignantes qu’ils abandonnent parfois devant le mur de l’incompréhension.

              Les subventions sont si alléchantes pour étendre la chaine du béton et des poisons « phytosanitaires », relayées par des élus locaux embringués, qu’il vaut carrément mieux ne rien demander à personne comme font quelques parachutés étrangers qui ne parlent même pas le français et qui eux, font ce qu’ils veulent, complètement hors du débat sur l’immigration.

              Il en est de même pour les fromages, si l’on y regarde pas de plus près, tous auront le goût de la vache qui rit d’ici peu et c’est déjà le cas pour nombre d’entre eux, fabriqués au lait 0 % lait.


              • joletaxi 7 avril 2010 11:24

                Entendu de la part de Mme Serreau sur A2 :


                "au sortir de la guerre, les capitalistes(ou tout autre mot générique qualifiant les néo-libéraux, ou autres néo-cons) ne savaient que faire des chars d’assaut, des munitions, et des gaz de combat.Ils ont donc décider de reconvertir les chars d’assaut en tracteurs,et de les imposer aux paysans (qui ne demandaient rien, tout heureux de gratter la terre de leurs mains),de récupérer les nitrates des munitions pour en faire des engrais,(alors que tout le monde sait que les rendements avant la révolution verte étaient extraordinaires,révolution verte qui a marqué une période jamais connue d’abondance alimentaire) et de récupérer les gaz de combats,pour en faire des pesticides.

                Comme base de raisonnement sur la problématique agricole, je n’avais jamais entendu mieux
                .

                • abelard 7 avril 2010 19:36

                  C’est vrai que Coline Serreau est impardonnable. Quel manque de tact !
                  Employer un tel vocabulaire... au risque de choquer les croyants béats, ceux qui se signent au DDT.
                  Elle aurait dû dire, bien sûr :

                  « Au sortir de la guerre, des capitaines d’industries dynamiques, ayant développé un savoir faire technique dans les domaines de la chimie et de la motorisation, ont voulu diversifier leurs débouchés devant l’affaissement des commandes provoqué par la victoire de leur combat pour la liberté. Ils se sont tournés vers l’agriculture qui d’après leurs études de marché semblait être un créneau d’avenir et largement sous-modernisé... »

                  Voila qui est beaucoup plus acceptable n’est ce pas ? Et pour dire exactement la même chose...
                  Mais il importe de considérer que les croyants béats parlent couramment le « capitaliste » alors qu’ils ont oublié depuis longtemps tout langage humain.

                  Cela permet de comprendre pourquoi le chimiquier Monsanton s’est lancé dans la production d’herbicides et de pesticides en... 1945.


                • abelard 7 avril 2010 19:40

                  Monsanton !
                  ... Ça serait trop beau.

                  Monsanto bien sûr.


                • Chabinpolitain 7 avril 2010 11:42

                  Précision !
                  L’aspect subventionnement est sans aucun doute un des moteurs des choix des agriculteurs mais il est aussi et surtout un doigt dans l’engrenage et un non choix dans la mesure où ces agriculteurs sont souvent totalement dépendants de ce système qui est le seul moyen de survivre.
                  J’ai entendu parler hier, lors d’un débat après visionnage du film, de pommes chinoises qui arrivent à Rungis au prix incroyable de 7 (sept) centimes d’Euros.
                  Cela suffit à comprendre qu’en aucun cas les producteurs français ne tiennent la route plus d’un mois face à une telle concurrence sans les aides de l’Etat et de l’U.E.
                  C’est totalement incohérent mais aussi très bien ficelé, ou « Comment le porc Capitalisme se gave de la misère du monde »... de tout le monde et ça commence par les pauvres mais il n’y aura pas de survivant !!!


                  • abelard 7 avril 2010 19:45


                    Fais comme les paysans Indiens, échange la boldoflorine que tu méprises par un grand bol de roundup que tu défends...
                    Eux le font par désespoir, il serait bon que tu nous prouves toutes les merveilleuses qualités des délicats produits Monsanto.

                    Quant à mélanger Rhomer et Coline Serreau. Ah mon dieu !!!!
                    La bêtise et l’inculture sont décidément à la mode en ce moment.


                  • ZEN ZEN 7 avril 2010 12:33

                    Merci pour cet article
                    Il est temps de revenir à une agriculture raisonnée et à une certaine souveraineté alimentaire, de se désaliéner des lobbies de la chimie et du pétrole (qui va bientôt manquer) et de la pression de l’OMC

                    On marche sur la tête


                    • pissefroid pissefroid 7 avril 2010 13:10

                      Oui Zen mais
                      L’expression « agriculture raisonnée » ne me paraît pas cohérente avec le discours de Coline Serreau.

                      Il me semble que cette expression correspond à une agriculture industrielle qui serait moins polluante mais néanmoins pas compatible avec le respect de l’environnement.

                      C’est un concept développé pour une agriculture industrielle en opposition avec une agriculture biologique (sans produits de synthèses).


                    • Crevette Crevette 7 avril 2010 21:57

                      Heu, l’agriculture raisonnée, c’est ceux qui respectent les règles sur les doses prescrites sur l’emballage.

                      Comme pour les médicaments.

                      Ils ne dépassent pas les doses prescrites. Rien de plus.
                      Alors que dire des autres ?


                    • tvargentine.com lerma 7 avril 2010 13:15

                      Alors que les américains produisent des très bons films à grand budget et de très bonnes series TV,la FRANCE,continue à subventionner l’enrichisssement à coup de subvention d’argent public,des réalisateurs incapables de faire des films qui se regardent et qui attirent les foules

                      Il faudrait une rupture totale,avec cette conception hasbeen de cette « culture » qui n’en est pas une et faire du cinéma une véritable industrie ,créatrice de richesses,d’emplois par les spectateurs qui viennent voir les films et regardent les séries

                      C’est de la merde ,voila ma critique de ce navet qui n’arrive pas à l’échine d’un film de série B américain

                      http://www.tvargentine.com


                      • alberto alberto 7 avril 2010 13:24

                        Oui, Lerma, depuis le temps on te connait : « Dans le pognon tout est bon ! » .

                        Bien à toi.


                      • liebe liebe 7 avril 2010 20:57

                        Lerma , le plus grand critique de cinéma du moment , a parlé. Amen !


                      • Crevette Crevette 7 avril 2010 22:02

                        MDR !

                        Merci !

                        Il semblent que les gens ne soient pas sensibles au 2nd degré.
                        J’ai bien rigolé en tout cas !!


                      • dom y loulou dom 8 avril 2010 01:51


                        arg lerma... bon... alrs voilà un joli petit échantillonage de cette merveilleuse « culture » que vous prônez... je dis pa, tout n’est pas à jeter hein... la feuille de coka pou fire une bisson par exemple... mais...

                        Qui se souvient de « Dallas, ô monde impitoyaaable.... »

                        et je précise que je n’ai strictement rien contre nos amis americains, plutôt victimes, comme nous, de cette « culture » de la compétition, martelée dés le berceau, mais dont la progression est des plus sordides.

                        Voici où elle mène les aom votre belle machine de guerre :

                        http://www.youtube.com/watch?v=esA4w7_A70M

                        et au kidnppaing d’enfants

                        http://www.youtube.com/watch?v=M89Jskd67Pc&feature=related

                        http://www.youtube.com/watch?v=_NydgZzgpQw

                        même par le gouvernement Barry Soetoro ...

                        puisque Obama n’est même pas son vrais nom...

                        http://www.youtube.com/watch?v=WHsSY1QQ0-g

                        décidemment...

                        la culture du mensonge vous voulez dire alors ? style le mercure c’est très bon pour le cerveau et vaut mieux avoir peur de la grippe et prendre le risque de choper la sclérose en plaques ?

                        C’est bon lerma... on a déjà donné dans la crédulité.





                      • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:04

                        @ lerma,

                        il faut que tu comprenne qu’on ne fait des film pour faire de l’argent, 

                        et curieusement moins on cherche à faire de l’argent en faisant un film,

                        plus il marche et plus il en rapporte

                        mais, bon toi tu marche sur la tête, alors évidement ça te dépasse

                        mais la ou je vais être d’accord avec toi quant tu dis 

                        « c’est de la merde, voila ma critique de ce... »

                        en effet ta critique c’est de la merde,

                        la dessus nous sommes d’accord

                        comme quoi dès quon creuse un peu on s’aperçoit que tout le monde a raison, 


                      • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 13:24

                        Ah, « la belle verte » !

                        Je crois qu’avec « Litan » de Mocky et « Gattaca », de de tous les films que j’ai vus de ma vie, c’est celui-ci qui m’a le plus plongé dans des abysses d’extatique exécration. On pourrait en résumer la philosophie à « tous les hommes sont des salauds » (thème que la réalisatrice reprendra par la suite dans « Chaos »), « le progrès c’est mal » (c’est sûr qu’on vivait tellement plus heureux quand on avait les pieds dans la boue, pas de chauffage et qu’une femme sur deux mourait en couches) et « on devrait lobotomiser les supporters de foot ». Ce détestable film fait en douce et avec le sourire l’apologie du lavage de cerveau et de l’imposition de l’avis de « ceux qui savent » (c’est à dire ceux qui sont d’accord avec la réalisatrice) à « ceux qui ne voient pas » (les autres, les salauds qui conduisent des voitures).

                        C’est une oeuvre répugnante usant de moyens abjects pour faire l’apologie d’une idéologie navrante d’irresponsabilité. C’est assurément le film de quelqu’un qui n’a jamais manqué de rien et fait la leçon à ceux qui ambitionnent de posséder un peu. C’est consternant.


                        • ZEN ZEN 7 avril 2010 13:36

                          Consternant, comme votre interprétation...
                          On peut aussi visionner ce documentaire « consternant »


                        • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 21:34

                          C’est çui qui dit qui y est et t’es qu’un caca boudin (et un rapporteur)


                        • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:25

                          deandez et vous recevrez

                          cela nous a été dit il y a 2000 ans n’est-ce pas ?

                          Mais si je vous conseillais : - Faites-le !! Essayez !! Vous allez me traiter de tyran.



                        • Asp Explorer Asp Explorer 11 avril 2010 14:39

                          Je parlais bien évidemment du film « La belle verte » auquel le titre du présent article fait référence, et pas au documentaire.


                        • LeJoueur 14 avril 2010 20:17

                          Bonjour, ça n’a aucun rapport mais je cherche à rentrer en contact avec ASP Explorer pour Jeu de Rôle magazine. Giom



                        • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:09

                          mdr :)))))

                          alors ça, rien qu’a voir la geule de ton avatar, on voit bien que t’as pas été nourrit au bio 100% naturel

                          je dirait même que ton daron, il a un peu forcé sur les ogm au biberon,

                          a ce niveau la, faudrait interdir, hein, quand même.


                        • le poulpe entartré 14 juillet 2011 18:50

                          Et ton blog est une bouse, toute à ton image.


                        • ardéchois 7 avril 2010 13:26

                          Bonjour, bouleversé par le documentaire de coline Serreau, j’ai lancé une pétition en ligne ainsi qu’un groupe sur facebook. merci de diffuser si l’appel vous convient, bien à vous
                          jean-christophe

                          lien pétition : http://lapetition.be/en-ligne/petition-6818.html
                          lien facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=113220712028874&ref=mf

                          Merci


                          • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 13:37

                            En 1945, la Terre comptait 3 milliards d’habitants, dont la moitié crevait de faim. Aujourd’hui, à cause de ces salauds du lobby agro-alimentaire, la Terre compte 7 milliards d’habitants, pour la plupart bien nourris. Ça mérite en effet le peloton d’exécution.


                          • Citrouille belkacem olivier 7 avril 2010 16:52

                            Il s’exprime mal ce asp mais ses arguments ne sont pas forcément à balayer d’un revers de manche. Il est vrai que plus de gens peuvent manger à leur faim, que l’hygiène s’est améliorée. Certes, il l’a mal dit mais je n’aime pas non plus les idées où tout est noir ou tout est blanc. Perso, j’adore au sens religieux Coline Serrault et le couple Bourguignon, il faut absolument voir leurs vidéos sur Dailymotion ;


                          • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:33

                            « pour la plupart bien nourris » laisse vraiment songeur


                          • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:17

                            oui, c’est ça le gain de production est de 20% au debut, mais comme ça stérilise la terre, il s’effondre au bout de quelques années

                            ( vois le livre de marie monique robin, edition arte, le monde selon monsanto )

                            ce qui veut dire que des pays comme l’argentine qui ont planté 16 millions d’héctares d’ogm, dans 5 ans ne pourront plus rien manger du tout, parceque comme ce soja est prévus pour resister au deserbant, on peut plus les enlever pour en changer

                            donc, vos arguments vu d’avion, vous pouvez vous les garder, et vous ecraser avec

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès