• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Coline Serreau, la belle verte

Coline Serreau, la belle verte

« Je voulais que ça soit un film très pédagogique, mais où l’on ne s’embête pas ; un film plein d’humour qui donne envie de changer. L’idée était de ne pas faire un film culpabilisant ni dépressif, mais de dresser un constat. On met des vrais mots sur les situations à propos desquelles on nous ment en permanence. Mais on dit aussi qu’à travers le monde des tas de gens ont la même philosophie de vie : ils réparent et ils font ».

Solutions locales pour désordre global sort aujourd’hui, mercredi 7 avril, sur les écrans. Ce documentaire de Coline Serreau, que nous interviewons ci-dessous, est un film qui carbure à l’enthousiasme et à l’optimiste.
 
Il existe aujourd’hui à travers le monde une grande conscience sociale écologique. Il ne s’agit pas d’un mouvement organisé, mais d’initiatives morcelées. Des solutions locales qui ne demandent qu’à croître et à multiplier.

Solutions locales pour désordre global oppose deux constats antagonistes : notre planète est épuisée, mais rien n’est irrémédiable. Seuls, nous, citoyens possédons les clés et le pouvoir, un pouvoir horizontal, pour que nous vivions mieux.

L’agriculture moderne épuise la terre. Et les hommes. Surtout les femmes, d’ailleurs. Et ce n’est pas une boutade. Intensive, guerrière et masculine, elle laboure, viole, ravage la planète. Du Nord au Sud
 
En Inde, quand les paysans ne se suicident pas (il s’agit du plus haut taux de suicides d’agriculteurs dans le monde), ils s’entassent dans les bidonvilles, en périphérie des grandes villes ou encore se louent sur les propres terres qu’ils ont vendues pour rembourser leurs dettes.
 
Autre exemple : l’Île de France. Dans cette agglomération de 12 millions d’habitants, il n’y a plus que 150 maraîchers quand on en comptait 350 il n’y pas si longtemps. On perd entre 30 et 35 000 exploitations par an en France. Comment ferons-nous quand nous aurons besoin de l’agriculture pour subvenir à nos besoins ?

Le pétrole va finir par manquer. La France dépend des camions et des avions qui chaque jour alimentent Rungis. Nous disposons de 3 ou 4 jours d’autonomie. Les politiques ont-ils réfléchi à des solutions  ?

Il s’agit de se retrousser les manches pour mettre en place un modèle de développement qui respecte l’homme et son environnement. La cinéaste a tourné, caméra sur l’épaule, en France, au Maroc, au Brésil, en Inde, en Ukraine. Durée du tournage : un an. Durée du montage : deux ans. 170 heures de rush. De quoi faire 6 films d’une heure et demi chacun.
 
Elle donne la parole à ceux qui agissent  : des représentants du Mouvement des sans terre, le créateur d’une Amap en région parisienne, un agriculteur ukrainien qui cultive bio depuis 30 ans, le fondateur de l’association Kokopelli qui conserve des semences et les distribue partout dans le monde, des chercheurs (voir leur liste complète ci-dessous, après la vidéo). Leurs propos, toujours passionnants, ouvrent la porte des possibles.
 
Coline Serreau les a laissés s’exprimer. Leurs idées, leurs initiatives, pour l’heure parcellaires, se développent. Leur point commun ? Ils ont compris qu’on ne changerait pas la société si l’on ne changeait pas aussi la façon dont nous nous nourrissons. Utopique ?
Liste des principaux intervenants apparaissant dans Solutions locales pour désordre global ( à noter que les interviews de tous les intervenants, y compris ceux qui ne figurent pas dans le montage final, sont rassemblés dans le livre éponyme de Coline Serreau à paraître le 19 avril chez Actes Sud) :

. Vandana Shiva, physicienne et épistémologue, diplômée en philosophie des sciences
. Pierre Rabhi, écrivain et paysan
. Lydia Bourguignon, maitre ès sciences agroalimentaire et Claude Bourguignon, ingénieur agronome (INAPG) et docteur ès sciences microbiologie
. Devinder Sharma, ingénieur agronome, analyste des politiques alimentaires et commerciales, journaliste et écrivain
. Philippe Desbrosses, agriculteur, docteur ès sciences de l’Environnement à Paris VII, directeur du Centre Pilote de la Ferme de Sainte-Marthe et président d’Intelligence Verte (association pour la promotion de la biodiversité)
. Dominique Guillet, président fondateur de Kokopelli, association qui milite pour la sauvegarde de la biodiversité des semences
. Serge Latouche, diplômé en sciences politiques, philosophie et sciences économiques. Il est professeur émérite d’économie à l’Université Paris-Sud 11 (Orsay) et à la faculté de droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l’Université Paris-Sud 11, considéré comme le spécialiste des rapports économiques et culturels Nord-Sud et de l’épistémologie des sciences sociales
. Joao Pedro Stedile, économiste et activiste social brésilien. Il est membre de la coordination nationale du Mouvement des Sans-Terre (MST), dont il est également l’un des fondateurs
. Ana Primavesi, ingénieur agronome, docteur, professeur en gestion des sols de l’université de Santa Maria (Etat de Rio Grande do Sul)
. Antoniets Semen Sviridonovitch, ancien directeur d’un kholkoze en Ukraine, qui déjà du temps de l’URSS, est passé au bio et a banni les engrais et pesticides chimiques de ses champs.
 
 
Photo : Iannis Pledel
 
Interview réalisée en partenariat avec StreetPress
http://www.streetpress.com/
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • morice morice 7 avril 2010 09:21

    La démocratie ça commence toujours comme ça, et Serreau, en ce sens, a toujours été une réalisatrice démocrate, à savoir qui fait évoluer et penser les gens, discrètement et non sans tendresse. Dans ce monde de brutes, c’est un bonheur de l’avoir : saluons ici son travail, en effet !


    • marie81 7 avril 2010 10:05

      Merci de nous parler des actions concrètes,des preuves vivantes qu’une autre façon de considerer la vie est possible et réalisable

      Et derrière les personnes citées dans l’article des milions des vrais paysans,des vrais commerçants ,des consommateurs responsables
      qui n’ont pas attendu que l’ecologie soit « à la mode »

      merci pour l’article ,merci pour le film
      en ésperant que ce ces amoureux de la Vie puissent toucher quelques adorateurs du béton et des liasses des billets qui pensent que les legumes poussent dans les supermarchés et que les poissons sont carrés


      • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 7 avril 2010 10:09

        Oui, j’ai vu et entendu Coline Serreau chez Taddei, sur la 3, dans « Ce soir ou jamais ».

        Et elle tenait tête de belle manière à de « vieilles barbes » qui la contredisaient.

        Rafraîchissant !

        jf.
        www.lamauragne.blog.lemonde.fr


        • liebe liebe 7 avril 2010 19:58

          Juger un film sur sa présentation c’est comme juger une personne sur sa dégaine et son look.Pour moi ce film fera sans aucun doute avancer bien des choses, sur tout si d’aucuns se conduisent en éco responsables...

          C’est ce qui me plait dans cette présentation justement, pouvoir trouver des solutions aux problèmes que nous allons forcément rencontrer.
          Mickaël Moore dénonce. Elle propose des solutions et montre que rien n’est perdu. De l’espoir dans ce monde de brutes que l’on nous assène chaque jour au fil des informations, des scandales et des mensonges.

          Vous pouvez trouver cela naïf, mais peut être que c’est elle qui a raison.
          Le gros problème que nous rencontrons par contre est qu’il n’est pas possible de le voir partout.
          j’ai beaucoup surfé sur le net pour trouver une salle de cinéma où ce film serait projetté et je n’en trouve pas à proximité de on domicile.
          ce film dérangerait il ???

          Merci pour cet article, j’attends ce film avec beaucoup d’impatience et je ne comprends pas qu’il puisse avoir des détracteurs avant même que ceux ci l’aient vu...
           smiley
          dramatique !!


        • liebe liebe 7 avril 2010 22:32

          bonsoir razzara,
          certes les livres, cela permet d’avoir pleins de documents écrits mais comme peu de gens lisent et surtout lisent ce genre de livres, je pense que si on veut sensibiliser une majorité de personnes il faut aussi faire passer des messages en film..

          Connais tu Pierre Rahbi ?


        • liebe liebe 8 avril 2010 11:21

          euh Cassino, il me sembble qu’il s’agit de Kokopelli, qui justement essayait de remettre en circulation d’anciennes semences , d’anciennes variétés pour préserver un maximum de choix dans les cultures et ils se sont heurtés de pleins fouet à , entre autre monsanto, mais aussi aux autres producteur de semences.

          ce qui me fait penser , qu’outre, en france nous ne sommes plus libres de semer et cultiver les plantes que l’on choisit, mais qu’il est en plus fort probable que les semences que nous achetons et qui proviennent de ces grands groupes , soient , comme qui dirait, un peu trafiquées.... mais chut , il ne faut pas le dire ...


        • alberto alberto 7 avril 2010 10:31


          Voilà dix minutes d’interview à passer dans toutes les écoles !

          Pour info, j’avais des amis agriculteurs de mon age (j’ai 67 ans) inscrits dans la même équipe sportive en province qui déjà autour des années 60-70 m’avait fiait part de leurs doutes concernant l’innocuité des produits qu’on leur « conseillait » : aujourd’hui la plupart ont quitté ce monde avec leurs cancers...Alors quand j’entends des imbéciles et des salauds venter les mérites des produits « phytosanitaires » et l’agriculture productiviste ça me fout en rogne !

          Bravo aux auteurs de l’avoir publié ici.

          Bien à vous.


          • Yoann Yoann 31 janvier 2011 10:36

            En effet, Coline Serreau est excellente dans ce documentaire qui est d’ailleurs dispo ici : Solutions locales pour désordre global.

            Merci pour l’article

            L’homme aux chaussures


          • jacques lemiere 14 octobre 2011 01:17

            quany à moi, j’ai aussi toujours été méfiant des produits phyto...de synteses..

            MAIS je suis rationnel, ce que vous dites ne correspond pas à la connaissance actuelles,la derniere etude sur la longevité des paysans tend meme à contredire cette affirmation...

            Le productivisme..est ce que ça existe ??
            critiquer les gains de productivité me semble idiot sans autre explication...

            quant aux produits phyto on en utilise sans doute trop les rejeter en bloc me semble impossible à moins de faire comme les bio et des les transformer en produits acceptables de façon magique...

            j’utilise de la bouillie bordelaise dans mon jardin car sinon je perds la totalité des tomates et pommes de terre..c’est un produit bio, pourtant nocif....en pratique que faire....

            imbécile avez vous dit ? salaud ? il y en a...

            quant aux cancers la bibine et la clope ne font pas de bien et quand je vois des salauds de vignerons qui refilent leur poison...vous voyez c’est facile....
             

          • Chabinpolitain 7 avril 2010 10:54

            Le plus grand mérite de ce film est sans doute la mise en abîme des raisonnements de chaque intervenant.
             Le tout sans créer de panique, sans vision apocalyptique et bien au contraire nous y voyons des images de vie, des animaux d’élevage calmes, je dirai presque sereins, des gens toujours souriants parlant de sujets extrêmement graves. Pour exemple ce paysan sans terre qui raconte avec calme ses persécutions ( jusqu’à la torture ) pour nous dire qu’enfin ils y sont ( presque ) arrivés.
            Le règne de la terreur est le privilège des pouvoirs et C. Serreau semble s’être attachée à ne nous proposer que des idées de changement, simplement en nous faisant admettre que nous sommes au pied du mur et que les solutions sont là, devant ou derrière nous.
            Derrière nous, parce que nous finissons par admettre que 10 000 ans d’expériences en agriculture ne peuvent être jetées aux orties quand bien même les « progrès scientifiques » sont sensés nous éclairer sur « La bonne manière d’agir ».
            Et de revenir à des méthodes archaïques dont nous avons été convaincus qu’elles étaient caduques ( puisque derrière nous ), mais dont l’excellent rapport de l’INRA ( une fois n’est pas coutume ) daté de Août 2009 nous dit qu’elles sont en moyenne deux à trois fois plus efficaces en terme de productivité à l’hectare que l’intensif.
            Record pour la Turquie dont l’agriculture artisanale traditionnelle produit jusqu’à sept fois plus à l’ha que son industrie agricole !
            Ce rapport est disponible pour tous, en pdf, il s’intitule « Agriculture et biodiversité » :

            http://www.inra.fr/l_institut/expertise/expertises_realisees/agriculture_et _biodiversite_rapport_d_expertise

            Rapport qui nous replace vraiment dans le « que faire ? » en particulier lorsqu’il nous assène que la principale cause de prise de décision de conversion d’une exploitation en « Bio »... et bien c’est carrément les épouses de ces mêmes agriculteurs !!!
            Sur le cul les machos !
            D’autant que dans ce film, tous et toutes s’accordent à dire que la terre est décidément féminine et qu’il s’agit de la travailler dans ce sens.
            Etonnant rapprochement quand S. Latouche nous raconte que l’économie ( capitaliste ) est une affaire de... mecs !
            Comprenne qui voudra...


            • marie81 7 avril 2010 14:13

              vous préferez les débats stériles des experts genre ça se rechauffe ou ça se rechauffe pas ?burka ou pas burka ? ils divorcent ou ils divorcent pas ?
              pour une fois qu’on parle des gens qui font du bon boulot ,ça vous gène
              allez consulter le cours de la bourse si c’est plus sérieux


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 avril 2010 11:23

              Le problème ici dans nos campagnes reculées est que les autorités communales sont encore inféodées aux progrès des normes européennes légalisées. Ainsi, quand un agriculteur cherche à s’installer pour faire du bio ou qu’un retraité cherche à construire en bois, les complications administratives sont souvent si contraignantes qu’ils abandonnent parfois devant le mur de l’incompréhension.

              Les subventions sont si alléchantes pour étendre la chaine du béton et des poisons « phytosanitaires », relayées par des élus locaux embringués, qu’il vaut carrément mieux ne rien demander à personne comme font quelques parachutés étrangers qui ne parlent même pas le français et qui eux, font ce qu’ils veulent, complètement hors du débat sur l’immigration.

              Il en est de même pour les fromages, si l’on y regarde pas de plus près, tous auront le goût de la vache qui rit d’ici peu et c’est déjà le cas pour nombre d’entre eux, fabriqués au lait 0 % lait.


              • joletaxi 7 avril 2010 11:24

                Entendu de la part de Mme Serreau sur A2 :


                "au sortir de la guerre, les capitalistes(ou tout autre mot générique qualifiant les néo-libéraux, ou autres néo-cons) ne savaient que faire des chars d’assaut, des munitions, et des gaz de combat.Ils ont donc décider de reconvertir les chars d’assaut en tracteurs,et de les imposer aux paysans (qui ne demandaient rien, tout heureux de gratter la terre de leurs mains),de récupérer les nitrates des munitions pour en faire des engrais,(alors que tout le monde sait que les rendements avant la révolution verte étaient extraordinaires,révolution verte qui a marqué une période jamais connue d’abondance alimentaire) et de récupérer les gaz de combats,pour en faire des pesticides.

                Comme base de raisonnement sur la problématique agricole, je n’avais jamais entendu mieux
                .

                • abelard 7 avril 2010 19:36

                  C’est vrai que Coline Serreau est impardonnable. Quel manque de tact !
                  Employer un tel vocabulaire... au risque de choquer les croyants béats, ceux qui se signent au DDT.
                  Elle aurait dû dire, bien sûr :

                  « Au sortir de la guerre, des capitaines d’industries dynamiques, ayant développé un savoir faire technique dans les domaines de la chimie et de la motorisation, ont voulu diversifier leurs débouchés devant l’affaissement des commandes provoqué par la victoire de leur combat pour la liberté. Ils se sont tournés vers l’agriculture qui d’après leurs études de marché semblait être un créneau d’avenir et largement sous-modernisé... »

                  Voila qui est beaucoup plus acceptable n’est ce pas ? Et pour dire exactement la même chose...
                  Mais il importe de considérer que les croyants béats parlent couramment le « capitaliste » alors qu’ils ont oublié depuis longtemps tout langage humain.

                  Cela permet de comprendre pourquoi le chimiquier Monsanton s’est lancé dans la production d’herbicides et de pesticides en... 1945.


                • abelard 7 avril 2010 19:40

                  Monsanton !
                  ... Ça serait trop beau.

                  Monsanto bien sûr.


                • Chabinpolitain 7 avril 2010 11:42

                  Précision !
                  L’aspect subventionnement est sans aucun doute un des moteurs des choix des agriculteurs mais il est aussi et surtout un doigt dans l’engrenage et un non choix dans la mesure où ces agriculteurs sont souvent totalement dépendants de ce système qui est le seul moyen de survivre.
                  J’ai entendu parler hier, lors d’un débat après visionnage du film, de pommes chinoises qui arrivent à Rungis au prix incroyable de 7 (sept) centimes d’Euros.
                  Cela suffit à comprendre qu’en aucun cas les producteurs français ne tiennent la route plus d’un mois face à une telle concurrence sans les aides de l’Etat et de l’U.E.
                  C’est totalement incohérent mais aussi très bien ficelé, ou « Comment le porc Capitalisme se gave de la misère du monde »... de tout le monde et ça commence par les pauvres mais il n’y aura pas de survivant !!!


                  • abelard 7 avril 2010 19:45


                    Fais comme les paysans Indiens, échange la boldoflorine que tu méprises par un grand bol de roundup que tu défends...
                    Eux le font par désespoir, il serait bon que tu nous prouves toutes les merveilleuses qualités des délicats produits Monsanto.

                    Quant à mélanger Rhomer et Coline Serreau. Ah mon dieu !!!!
                    La bêtise et l’inculture sont décidément à la mode en ce moment.


                  • ZEN ZEN 7 avril 2010 12:33

                    Merci pour cet article
                    Il est temps de revenir à une agriculture raisonnée et à une certaine souveraineté alimentaire, de se désaliéner des lobbies de la chimie et du pétrole (qui va bientôt manquer) et de la pression de l’OMC

                    On marche sur la tête


                    • pissefroid pissefroid 7 avril 2010 13:10

                      Oui Zen mais
                      L’expression « agriculture raisonnée » ne me paraît pas cohérente avec le discours de Coline Serreau.

                      Il me semble que cette expression correspond à une agriculture industrielle qui serait moins polluante mais néanmoins pas compatible avec le respect de l’environnement.

                      C’est un concept développé pour une agriculture industrielle en opposition avec une agriculture biologique (sans produits de synthèses).


                    • Crevette Crevette 7 avril 2010 21:57

                      Heu, l’agriculture raisonnée, c’est ceux qui respectent les règles sur les doses prescrites sur l’emballage.

                      Comme pour les médicaments.

                      Ils ne dépassent pas les doses prescrites. Rien de plus.
                      Alors que dire des autres ?


                    • tvargentine.com lerma 7 avril 2010 13:15

                      Alors que les américains produisent des très bons films à grand budget et de très bonnes series TV,la FRANCE,continue à subventionner l’enrichisssement à coup de subvention d’argent public,des réalisateurs incapables de faire des films qui se regardent et qui attirent les foules

                      Il faudrait une rupture totale,avec cette conception hasbeen de cette « culture » qui n’en est pas une et faire du cinéma une véritable industrie ,créatrice de richesses,d’emplois par les spectateurs qui viennent voir les films et regardent les séries

                      C’est de la merde ,voila ma critique de ce navet qui n’arrive pas à l’échine d’un film de série B américain

                      http://www.tvargentine.com


                      • alberto alberto 7 avril 2010 13:24

                        Oui, Lerma, depuis le temps on te connait : « Dans le pognon tout est bon ! » .

                        Bien à toi.


                      • liebe liebe 7 avril 2010 20:57

                        Lerma , le plus grand critique de cinéma du moment , a parlé. Amen !


                      • Crevette Crevette 7 avril 2010 22:02

                        MDR !

                        Merci !

                        Il semblent que les gens ne soient pas sensibles au 2nd degré.
                        J’ai bien rigolé en tout cas !!


                      • dom y loulou dom 8 avril 2010 01:51


                        arg lerma... bon... alrs voilà un joli petit échantillonage de cette merveilleuse « culture » que vous prônez... je dis pa, tout n’est pas à jeter hein... la feuille de coka pou fire une bisson par exemple... mais...

                        Qui se souvient de « Dallas, ô monde impitoyaaable.... »

                        et je précise que je n’ai strictement rien contre nos amis americains, plutôt victimes, comme nous, de cette « culture » de la compétition, martelée dés le berceau, mais dont la progression est des plus sordides.

                        Voici où elle mène les aom votre belle machine de guerre :

                        http://www.youtube.com/watch?v=esA4w7_A70M

                        et au kidnppaing d’enfants

                        http://www.youtube.com/watch?v=M89Jskd67Pc&feature=related

                        http://www.youtube.com/watch?v=_NydgZzgpQw

                        même par le gouvernement Barry Soetoro ...

                        puisque Obama n’est même pas son vrais nom...

                        http://www.youtube.com/watch?v=WHsSY1QQ0-g

                        décidemment...

                        la culture du mensonge vous voulez dire alors ? style le mercure c’est très bon pour le cerveau et vaut mieux avoir peur de la grippe et prendre le risque de choper la sclérose en plaques ?

                        C’est bon lerma... on a déjà donné dans la crédulité.





                      • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:04

                        @ lerma,

                        il faut que tu comprenne qu’on ne fait des film pour faire de l’argent, 

                        et curieusement moins on cherche à faire de l’argent en faisant un film,

                        plus il marche et plus il en rapporte

                        mais, bon toi tu marche sur la tête, alors évidement ça te dépasse

                        mais la ou je vais être d’accord avec toi quant tu dis 

                        « c’est de la merde, voila ma critique de ce... »

                        en effet ta critique c’est de la merde,

                        la dessus nous sommes d’accord

                        comme quoi dès quon creuse un peu on s’aperçoit que tout le monde a raison, 


                      • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 13:24

                        Ah, « la belle verte » !

                        Je crois qu’avec « Litan » de Mocky et « Gattaca », de de tous les films que j’ai vus de ma vie, c’est celui-ci qui m’a le plus plongé dans des abysses d’extatique exécration. On pourrait en résumer la philosophie à « tous les hommes sont des salauds » (thème que la réalisatrice reprendra par la suite dans « Chaos »), « le progrès c’est mal » (c’est sûr qu’on vivait tellement plus heureux quand on avait les pieds dans la boue, pas de chauffage et qu’une femme sur deux mourait en couches) et « on devrait lobotomiser les supporters de foot ». Ce détestable film fait en douce et avec le sourire l’apologie du lavage de cerveau et de l’imposition de l’avis de « ceux qui savent » (c’est à dire ceux qui sont d’accord avec la réalisatrice) à « ceux qui ne voient pas » (les autres, les salauds qui conduisent des voitures).

                        C’est une oeuvre répugnante usant de moyens abjects pour faire l’apologie d’une idéologie navrante d’irresponsabilité. C’est assurément le film de quelqu’un qui n’a jamais manqué de rien et fait la leçon à ceux qui ambitionnent de posséder un peu. C’est consternant.


                        • ZEN ZEN 7 avril 2010 13:36

                          Consternant, comme votre interprétation...
                          On peut aussi visionner ce documentaire « consternant »


                        • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 21:34

                          C’est çui qui dit qui y est et t’es qu’un caca boudin (et un rapporteur)


                        • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:25

                          deandez et vous recevrez

                          cela nous a été dit il y a 2000 ans n’est-ce pas ?

                          Mais si je vous conseillais : - Faites-le !! Essayez !! Vous allez me traiter de tyran.



                        • Asp Explorer Asp Explorer 11 avril 2010 14:39

                          Je parlais bien évidemment du film « La belle verte » auquel le titre du présent article fait référence, et pas au documentaire.


                        • LeJoueur 14 avril 2010 20:17

                          Bonjour, ça n’a aucun rapport mais je cherche à rentrer en contact avec ASP Explorer pour Jeu de Rôle magazine. Giom



                        • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:09

                          mdr :)))))

                          alors ça, rien qu’a voir la geule de ton avatar, on voit bien que t’as pas été nourrit au bio 100% naturel

                          je dirait même que ton daron, il a un peu forcé sur les ogm au biberon,

                          a ce niveau la, faudrait interdir, hein, quand même.


                        • le poulpe entartré 14 juillet 2011 18:50

                          Et ton blog est une bouse, toute à ton image.


                        • ardéchois 7 avril 2010 13:26

                          Bonjour, bouleversé par le documentaire de coline Serreau, j’ai lancé une pétition en ligne ainsi qu’un groupe sur facebook. merci de diffuser si l’appel vous convient, bien à vous
                          jean-christophe

                          lien pétition : http://lapetition.be/en-ligne/petition-6818.html
                          lien facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=113220712028874&ref=mf

                          Merci


                          • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 13:37

                            En 1945, la Terre comptait 3 milliards d’habitants, dont la moitié crevait de faim. Aujourd’hui, à cause de ces salauds du lobby agro-alimentaire, la Terre compte 7 milliards d’habitants, pour la plupart bien nourris. Ça mérite en effet le peloton d’exécution.


                          • Citrouille belkacem olivier 7 avril 2010 16:52

                            Il s’exprime mal ce asp mais ses arguments ne sont pas forcément à balayer d’un revers de manche. Il est vrai que plus de gens peuvent manger à leur faim, que l’hygiène s’est améliorée. Certes, il l’a mal dit mais je n’aime pas non plus les idées où tout est noir ou tout est blanc. Perso, j’adore au sens religieux Coline Serrault et le couple Bourguignon, il faut absolument voir leurs vidéos sur Dailymotion ;


                          • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:33

                            « pour la plupart bien nourris » laisse vraiment songeur


                          • gf.delhomme 6 novembre 2010 22:17

                            oui, c’est ça le gain de production est de 20% au debut, mais comme ça stérilise la terre, il s’effondre au bout de quelques années

                            ( vois le livre de marie monique robin, edition arte, le monde selon monsanto )

                            ce qui veut dire que des pays comme l’argentine qui ont planté 16 millions d’héctares d’ogm, dans 5 ans ne pourront plus rien manger du tout, parceque comme ce soja est prévus pour resister au deserbant, on peut plus les enlever pour en changer

                            donc, vos arguments vu d’avion, vous pouvez vous les garder, et vous ecraser avec


                          • le poulpe entartré 14 juillet 2011 18:52

                            Qu’est ce tu en sais ? Pourquoi pas 45% ou 55% ou 70% ou 30% ? Encore un herbivore qui se prend pour un économiste.


                          • Chabinpolitain 7 avril 2010 13:53

                            Que c’est bien !
                            Que ce film est décidément bien ciblé !
                            A voir la rage aveugle des impuissants, oui ! C. Serreau a tapé dans le mille.
                            Pour info, si vous aviez seulement pris la peine de voir ce film, il y est dit de façon claire que l’on compte 130 millions de crève la faim rien qu’en Inde, je vous laisse extrapoler...
                            Vous avez dit progrès ???
                            Je vous en prie, continuez à nous cracher dessus, c’est un bon diagnostique de notre efficacité !


                            • Asp Explorer Asp Explorer 7 avril 2010 18:13

                              Mais non voyons, Coline Serreau est une fille du peuple qui a connu la misère, la galère et les cachetons avant de percer dans le métier. Née pauvresse, fille d’un charbonnier et d’une lavandière, c’est à cinq ans qu’elle dut entrer à la mine pousser des wagonnets pour nourrir ses sept frères et sœurs. Ils logeaient, en compagnie d’une autre famille encore plus pauvre qu’eux, dans un taudis de 5 m2 dans les faubourgs de Lunéville. C’était dur, très dur, le soir, pour tromper sa faim, il fallait souvent sucer des cailloux et s’endormir le ventre vide. Et encore ! Certains mois, y’avait tellement pas d’argent à la maison, ils devaient louer des cailloux à crédit ! C’est écrit dans wikipedia !


                            • le poulpe entartré 14 juillet 2011 18:53

                              Camembert, mon pauvre vieux, camembert définitivement. Et chimique, bien chimique pour t’abréger au plus vite.


                            • Affreujojo Affreujojo 7 avril 2010 14:21

                              Pour vous servir...


                              • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:39

                                alchimie, vous mettez des mots dans sa bouche que Colline n’a pas dit, de quel droit ?

                                et ensuite vous y croyez réellement j’imagine.


                              • rastapopulo rastapopulo 7 avril 2010 14:27

                                J’attend toujours une politique protectionniste sans quoi pas moyen de changer la donne.

                                Sans protectionisme (avec la responsabilité qui va avec c’est pas le paradis non plus), ce ne sont pas les gouvernements qui gouvernent.


                                • HASSELMANN 7 avril 2010 14:29

                                  Merci pour ce coup de projecteur, nous étions hier, en avant première au GAUMONT ALESIA, pour une causerie autour de Pierre RAHBI, suivie de la projection du film de c.SERREAU.
                                  Formidable moment avec des mots forts du style :
                                  *Il faut se connecter a l’énergie de la vie, car les cycles vie et mort ne sont pas antagoniques.Cela pour illustrer une agriculture forte et saine avec des sols amendés par des organismes en décomposition.
                                  *Méfions nous de la sémantique, qui fait admettre pour normal ce qui est anormal, avec l’exemple de PIB ramené a la tête d’habitant, cela fait « x », et la’necdote en suivant, au restaurant 2 amis commandent une bouteille de vin, l’un en boit un doigt ,l’autre le reste. a la sortie, en commentaire celui qui a tout bu commente remarquable repas, nous avons bu une bouteille a 2.
                                  *www.colibris-lemouvement.org association qui va dans le sens du film, avec ce nom tiré d’un conte AMERINDIEN. des animaux pris dans un cercle de feu et un petit colibris qui goutte a goutte se bat.Le toucan lui dit qu’il ferait bien de cesser, et le colibris de répondre, je fais ma part ave mes moyens. A méditer.


                                  • @distance @distance 7 avril 2010 21:37

                                    Intéressant ce que vous dites, Hasselmann

                                    pioché dans votre lien
                                    Qui est Pierre Rabhi ?
                                    Initiateur de Colibris, Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, reconnu expert international pour la lutte contre la désertification, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France.

                                    juste une question : reconnu expert PAR QUI ?

                                    merci de votre réponse


                                  • dom y loulou dom 8 avril 2010 02:42

                                    par tous ceux qui se sont donné la peine de connaitre ses travaux agricoles évidemment..


                                  • @distance @distance 7 avril 2010 15:17


                                    ne pas oublier les actions néfastes pour les paysans africains

                                    un exemple entre autres :

                                    Alors que leur pays jouit d’un très bon potentiel de terres agricoles, les producteurs camerounais, qui représentent plus de 60 % de la population active, sont en grande difficulté. Ils ne parviennent plus à écouler leurs productions : leurs tomates, leur maïs ou leur riz sont concurrencés par des denrées venues de l’extérieur et vendues à bas prix.

                                    Tomates chinoises
                                    C’est un cercle vicieux : les produits importés déstabilisent les filières locales mais bouleversent aussi durablement les habitudes de consommation. « Aujourd’hui, les gens mangent le riz importé et délaissent la banane plantain ou l’igname qui sont en train de devenir des produits de luxe en ville. Les paysans, petit à petit, se détournent de ces cultures vivrières, je dis bien “vivrières” !
                                    C’est très dangereux ! Le pays est devenu dépendant des produits importés », explique Bernard Njonga. Le pays importe ainsi 150 000 tonnes de riz chaque année depuis 10 ans, soit 71 % de la consommation nationale. La plupart des sociétés camerounaises qui en produisaient ne fonctionnent plus.

                                    La situation est la même dans l’ensemble des pays africains.
                                    Le Forum des pauvres demande la suppression du FMI et de la Banque mondiale

                                    http://ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=3676


                                  • liebe liebe 7 avril 2010 21:03

                                    de plus, certains asiatiques vienent piquer les terres des paysans africains pour venir cultiver leur riz à grande échelle. ( source le documentaire de m6 dernièrement. ) Les gouvernements laissent faire car les asiatiques paient les terres, des impôts minimes et donnent du boulot , forcément trés mal payé ....


                                  • dom y loulou dom 8 avril 2010 03:20

                                    autre exemple

                                    la suisse est colonisée par des multinationales de production agricoles qui amènent de l’ail de chine et d’argentine... rien d’anormal jusque là au supermarché local.

                                    On y trouve aussi quelque vague gousse suisse, trois ails la forment celle-ci... dite bio... à croire que c’est pour discréditer ce qu’on devrait simplement appeler « élevé en liberté et non dopé »... 


                                    Les trente sont moins chères que les vingt et les vingt moins chères que les trois suisses.

                                    Dans les trois cas c’est toujours de l’ail sauf que le moins cher est celui qui vient de plus loin ... cherchz la logique...

                                    et le plus cher l’est parce qu’il n’est presque pas produit localement. De l’ail donc... imaginez pour le reste. 

                                    La PRODUCTION DE NOURRITURE EST DELOCALISEE ET C’EST UN GRAND DANGER..

                                    voilà ce que des gens comme José Bové disent depuis des décennies et essaient de vous alerter, car on ne rend pas alimentairement dépendants les pays sans vouloir les contrôler complètement.

                                    La production industrielle engendre autant de souffrances pour ceux qui y travaillent que pour la nature que pour ceux qui avalent hormones, pesticides, transgènes et métaux lourds.

                                    Vous n’avez donc pas entendu que le paysans hindous ont le plus haut taux de suicide parce qu’ils ne peuvent suivre le rythme et les dettes imposées par les multinationales ?

                                    c’est la faute du st esprit sans doute

                                    Pas besoin d’aller au Cameroun ou d’être extralucide pour voir l’oeuvre de destruction des autonomies alimentaires régionales


                                  • sobriquet 8 avril 2010 21:32

                                    Citons aussi les aides à l’exportation, qui permettent par exemple aux producteurs français de vendre leur volaille au Sénégal moins cher que les producteurs locaux...


                                  • Bigre Bigre 7 avril 2010 17:42

                                    J’ai reçu cette video d’un ami agriculteur, une explication de l’environnement économique et législatif dans lequel évolue les agriculteurs. Vidéo assez pédagogique, ... Bonne vision !


                                    Bigre


                                    VIDEO A FAIRE CIRCULER !!!!!!!!!!!!!!!!!!

                                     

                                    http://vimeo.com/7893617


                                    — 
                                    MIG - Milcherzeuger Interessengemeinschaft Belgien


                                    • dom y loulou dom 8 avril 2010 03:54

                                      pourquoi ne le proposez-vous pas sur avox TV ?

                                      permettez que je le fasse du coup, il est vraiment très bien foutu ce reportage.


                                    • earth75 earth75 7 avril 2010 19:12

                                      Bonjour,

                                      C’est l’ensemble de la société qui doit changer ; Changer nos habitudes alimentaires ? Ok mais comment fait-on quand une fois rentré du travail, j’ai une heure pour préparer le repas puis l’ingurgiter pour pouvoir me poser et me coucher tôt car demain, hop le réveil me rappelle mon devoir utile et nécessaire.

                                      Comment faire pour manger du frais lorsqu’on travaille toute la journée ? Pas le temps de faire des courses tout les 2 jours, en tout cas, en l’état je le prendrai pas. Il faudrait aussi penser à nos enfants : pas le temps de s’en occuper normalement, de les éduquer, de las ouvrir à la culture ..................

                                      Pas le temps de participer au réveil de la société, pas le temps de parler politique, pas le temps ............................. 

                                      Quand aux agriculteurs, il leur faudrait d’autres règles que celles du marché, qui ne fait qu’enrichier que quelques uns au mépris du travail accomplis.

                                      Le temps est argent, les riches nous ont pris notre temps, notre argent, nos modes de vie en nous imposant de manger vite, d’aller vite, de na pas perdre notre temps à des activités qui ne les enrichit pas . 


                                      • liebe liebe 7 avril 2010 21:57

                                        c’est une simple question d’organisation. Par exemple, je cuisine le week end et prépare des plats soient à faire réchauffer soit je les congèle et les sorts le jour où j’en ai besoin. ET nous mangeons essentiellement bio et des produits locaux.

                                        Cela a permi à nos agriculteurs , et éleveurs qui nous fournissent les paniers bio , d’avoir un marché assez conséquent , et ils arrivent à en vivre.
                                        Nous bénéficions : de légumes et fruits de saisons , ainsi que des bocaux , de confitures de jus de fruit
                                        de colis de boeuf, d’agneau ou de veau , de porc, de fromage de chèvre, de saucissonde chèvre , de lait de vache non stérilisé, de gros poulets fermiers, de yaourts natures, de pain ...

                                        EN bref, de quoi nourrir toute la famille pour entre 50 et 100 euros par semaine.



                                        • Chabinpolitain 7 avril 2010 20:03

                                          @distance,
                                          Oui pour tes exemples, mais il faut se remettre en mémoire ce qui se produit aux Antilles françaises consécutivement à la pollution généralisée à la Clordécone.
                                          Pour rappel, ce produit, interdit aux USA depuis 1976 pour sa dangerosité, puis sur le territoire métropolitain 10 ans plus tard (...), dont le brevet fut racheté par un béké de Martinique, fut utilisé au mépris de toute précaution sanitaire pendant une quinzaine d’années à outrance.
                                          Les sols furent rapidement saturés, ainsi que les cours d’eau et les prises d’eau potable pour une grande part.
                                          On ne sait toujours pas quoi faire, la rémanence de ce produit est tout à fait inconnue et les seules mesures qui aient été prises à ce jour, sont des interdictions de cultiver tout type de légumes vivriers locaux ( igname, patate douce, dachine, etc... ).
                                          Les conséquences directes en sont incalculables au niveau de la santé publique ( le Pr Bellepomme a chèrement payé ses dénonciations ), mais aussi au niveau de l’atteinte économique et culturelle.
                                          Les légumes locaux sont désormais hors de prix et souvent introuvables quand on ne prend pas le risque d’en acheter des contaminés et ce qui s’en suit est la destruction du tissu social antillais pour cause d’abandon de leurs traditions culinaires, donc de beaucoup de leurs traditions ( à chaque fête correspond un plat ) et en parallèle, les trafiquants de nourriture ( grandes surfaces et autres grossistes ) voient d’un très bon oeil que les antillais se mette à manger des steaks, du camembert, des tomates d’Espagne...
                                          Aimé Césaire parlait de « génocide par substitution des populations », aujourd’hui on peut étendre l’acception à la destruction des cultures, la déculturation qui permet de mieux contrôler les populations dans la création du non-sens.


                                          • @distance @distance 7 avril 2010 21:28

                                            ahhhh ! Chabinpolitain, Belpomme

                                            lisez un peu ce qu’en dit un de ses confrères en sept.2005
                                            http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article43

                                            n’étant pas des scientifiques de la santé ni de l’environnement, etc... , il nous est assez difficile pour départager ces deux-là. On est tenté, naturellement, de défendre Belpomme - c’est mon cas - mais peut-être devrions-nous être plus rigoureux dans notre analyse.

                                            Pour « qui » travaillent ces deux-là ? en premier lieu.
                                            puis : ont-ils des parts de bénéfice dans une entreprise ?
                                            etc... etc...


                                          • Chabinpolitain 7 avril 2010 22:28

                                            Tu pourrais bien avoir raison, mais je ne m’engage pas dans ce genre de débat, me limitant à séquencer les choses et en particulier pour Bellepomme d’avoir eu le mérite et le courage, malgré les attaques violentes dont il a été le sujet, de dénoncer l’ampleur du désastre de la clordécone !
                                            Aujourd’hui, alors que nul ne sait quoi faire d’efficace, c’est un problème d’une telle ampleur qu’il faut le minimiser, voire le passer sous silence.
                                            En l’occurence, Bellepomme s’est limité à faire l’inventaire des risques pathologiques dûs à ce produit ( carcinogène grave, modificateur des glandes endocrines, générateur de dégénérescence des foetus, j’en passe. )
                                            Ce qu’il disait alors était éminemment politique et au delà de ses intérêts personnels, son analyse était assez percutante pour que je fasse mienne sa vision des choses.


                                          • Chabinpolitain 7 avril 2010 22:48

                                            Je viens de jeter un oeil à l’article, il est pour moi d’une mauvaise foi et d’une tromperie évidente, à l’égal de Roundup qui a trainé en justice pendant quinze ans pour enfin qu’une décision d’un juge interdise au fabriquant la mention « biodégradable »...
                                            J’ai été moi même menacé de perdre mon emploi si je parlais de la non dégradabilité du Roundup.
                                            Ou encore d’un labo qui prétendra jusqu’à l’accident la plus totale innocuité de son médicament  !
                                            Ne soyons pas crédules !
                                            Bellepomme a été trainé dans la boue et conspué par ses confrères parce qu’il est tellement plus rentable de fabriquer des médicaments que de supprimer la source de maladie.
                                            Nous avons la sinistre expérience de l’amiante, reconnue toxique depuis les années 1945/50 et qui n’a été interdite que assez récemment, lorsque les malades réclament justice.
                                            Nous avons un autre exemple avec la reconnaissance des risques insensés que l’armée a fait courir sciemment au contingent qu’ils ont exposé aux radiations des essais de tirs nucléaires.
                                            La liste est longue pour qu’enfin nous soyons conscients de la manière dont les pouvoirs ( monétaires toujours ) se jouent de nous et de notre incapacité à nous sortir du déni de réalité.
                                            Primo Lévi le disait à peu près comme cela : « nous ne pouvons croire comme vraies les choses qui nous semblent impossibles »
                                            C’était à propos du déni de la Shoa de la part de certains. Je me permets l’extension.


                                          • rastapopulo rastapopulo 7 avril 2010 20:55

                                            Au lieu d’expérimenter des énergies désuètes comme le solaire et l’éolien sur des réseaux déjà auto suffisant dont la facture va nous revenir sur la gueule en plus de la privatisation (profitable pour le consommateurs qui disaient !), bref au lieu d’adopter l’écologie anglo-saxonne mondialiste et de se battre avec une budget de merde après,

                                            Il aurait fallu expérimenter à grande échelle des zones de pluricultures massives !!!


                                            • dom y loulou dom 8 avril 2010 04:23

                                              si on donnait un lopin de terre à toutes les familles de ce monde elles sauraient très bien tout produire ce dont chacun a besoin... encore faudrait-il alors que vous produisiez quelque chose à échanger.

                                              et les sept milliards de personnes ne rempliraient même pas l’australie en termes de superficie.

                                              Et on entend tout le temps des cinglés dire qu’on est vraiment trop nombreux ...

                                              c’est la téloche qui les hypnotise et qui martelle ce programme maladif sans cesse ou quoi ?

                                              Les deux « solutions » majeures, invariables, des « dieux » babyloniens : assujettir et faire payer des taxes, car bonnes (pour eux bien sûr).


                                              • dom y loulou dom 8 avril 2010 04:23

                                                si on donnait un lopin de terre à toutes les familles de ce monde elles sauraient très bien tout produire ce dont chacun a besoin... encore faudrait-il alors que vous produisiez quelque chose à échanger.

                                                et les sept milliards de personnes ne rempliraient même pas l’australie en termes de superficie.

                                                Et on entend tout le temps des cinglés dire qu’on est vraiment trop nombreux ...

                                                c’est la téloche qui les hypnotise et qui martelle ce programme maladif sans cesse ou quoi ?

                                                Les deux « solutions » majeures, invariables, des « dieux » babyloniens : tuer et faire payer des taxes, car bonnes (pour eux bien sûr).


                                                • Hieronymus Hieronymus 8 avril 2010 05:21

                                                  ma reflexion pourra paraitre decalee ou hors sujet, je pense en fait qu’elle ne l’est pas tant que cela ;
                                                  ce qui m’a toujours surpris chez les porte drapeaux de l’ecologie, d’un retour a la nature ou au « naturel » (mot sur la definition duquel on pourrait epiloguer tres longuement) c’est leur aspect physique anti esthetique a un niveau tel que plus qu’une negligence ou un desinteret pour la chose, cette absence d’esthetisme, de gout pour l’apparence de sa propre personne semble resulter d’une volonte deliberee, c’est presqu’une marque de fabrique ..
                                                  etre ecolo se traduit souvent par un aspect « baba cool » cad absolument pas sexy, meme limite repoussoir, pourquoi ce choix (si c’en est un) ? en raison de la detestation de soi meme ? on peut legitimement se poser la question
                                                  cette personne (Colinne Serreau) par ailleurs plutot sympathique et qui a des idees qui meritent d’etre exprimees (meme si on peut les taxer de naivete) le fait sous un accoutrement epouvantable : gros casque de cheveux gris et noirs, visage terne, manteau sans age, le pire etant cet ensemble de chiffons qu’elle traine au milieu du cou .. n’ayant ni forme ni couleur, bref l’ensemble provoque une sensation de grisaille, de tristesse et d’ennui a la limite de la deprime, ce n’est pas bon du tout si on cherche a faire adherer d’autres personnes a nos idees, il faut soigner la presentation, ce n’est pas superficiel, c’est qq chose de fondamental, si l’on entend devenir une personne publique, penser a son aspect !
                                                  regarder Jose Bove c’est tres recherche en fait son look « decontracte », sa pipe, sa moustache, pas fait au hasard .. on pourrait multiplier les exemples

                                                  si on souhaite faire passer le message d’un monde plus beau, mieux vaudrait eviter de commencer par infliger le spleen aux autres par le spectacle de son propre laissez-aller
                                                  tout a son importance, il ne faut pas mepriser le corps, c’est la 1ere chose que les autres percoivent de nous


                                                  • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 8 avril 2010 11:49

                                                    Vous, Hieronymus, je vous voir venir.....
                                                    Vous préferez le look Carla Bruni ou bien encore celui de Rachida Dati.....  :->

                                                    jf.
                                                    www.lamauragne.blog.lemonde.fr


                                                  • liebe liebe 8 avril 2010 12:12

                                                    désolée de vous contredire, mais les écolos que je croise, et ceux que je fréquente, ou même les membres de ma famille n’ont absolument pas l’apparence baba cool. il ne faut pas tout confondre et tout mélanger...
                                                    Pour le reste chacun est libre de s’habiller, de se présenter comme il le souhaite.


                                                  • sobriquet 8 avril 2010 22:29

                                                    Votre réflexion ne m’apparaît pas décalée, elle touche un sujet significatif.

                                                    Personnellement, j’éprouve une sincère compassion pour les femmes qui n’osent se montrer que toute apprêtées. J’ai souvent tendance à interpréter ça comme un manque d’amour propre ; n’aiment-elles donc pas leur propre image ? Plus généralement, j’ai le sentiment que les gens qui n’aime pas voir les gens autrement que sous leur apparence bricolée n’aime pas vraiment le genre humain. Les hommes qui n’aiment les femmes qu’épilées, maquillées, brushées, etc., n’aime pas vraiment les femmes, mais juste une construction de l’esprit.

                                                    Bien sûr, quand on est habitué à ne voir que des gens ainsi fabriqués, l’apparence de Colline Serreau peut sembler fade. Mais il s’agit avant tout d’une déformation de l’oeil. Mangez très épicé pendant quelques mois, écoutez de la musique forte en basses pendant quelques semaines, et ce que vous aimiez auparavant vous semblera, passagèrement, très fade.

                                                    Vous parlez de négligence, de mépriser son corps. Pour moi, c’est tout le contraire. Il s’agit d’accepter son corps tel qu’il est et non tel qu’on l’idéalise. Il s’agit de s’affirmer par ce qui nous différencie intrinsèquement des autres. De ne pas consacrer du temps à s’identifier/soumettre à un modèle en grande partie fabriqué par les industries cosmétiques.

                                                    Personnellement, je considère que l’épilation est à la fois une mutilation et une torture, malheureusement entrées dans les mœurs. Elle est là, la haine de soi, même si beaucoup prétendent le contraire. On aime davantage le regard des autres que notre propre corps.

                                                    D’ailleurs, souvent, les baba-cool qui se présentent ainsi sont par ailleurs attirés par les médecines alternatives, le bio, le tai chi, etc. Preuve qu’il ne s’agit pas d’un désamour, mais bien d’une autre manière de s’aimer.


                                                  • Salsabil 8 avril 2010 23:00

                                                    L’épilation est une torture et une mutilation ????

                                                    Vous n’avez pas vaguement la sensation que vous poussez le bouchon un petit peu loin, si je puis m’exprimer ainsi ???

                                                    Et à défaut d’épilation, si c’est trop douloureux, le rasoir fonctionne très bien.

                                                    Ensuite le côté, les « baba-cools » s’intéressent plus aux approches dites « naturelles »... Heu, on peut être soigné(e), prendre plaisir à la beauté, au raffinement, à ces petites choses qui rendent attrayante la vie quotidienne, ET s’intéresser à ou s’approcher de pratiques simples. Les deux ne sont pas antinomyques !!!

                                                    Vous savez, les égyptiens connaissaient parfaitement bien l’Art du parfum, du khôl et autres artifices qui ne cachent pas mais rendent simplement plus agréables ces moments de tous les jours...

                                                    Je vous trouve finalement très « sectaire » dans votre appréhension de la vie, et je pense que c’est un tort. Ce n’est que mon avis mais je le partage ! smiley


                                                  • sobriquet 8 avril 2010 23:40

                                                    Je crois que vous me faites dire des choses que je n’ai pas écrites. Je voulais juste dire qu’on pouvait avoir une autre sensibilité esthétique que celle dont Hieronymus se faisait le porte-voix. Surtout j’aimerais que l’on comprenne que, pour certaines sensibilités, parfums et maquillages rendent certains plaisirs moins accessibles. Sans dire que c’est un canon, quand on trouve Colline Serreau fade ou terne, on a raté quelque chose !

                                                    Concernant l’épilation, j’ai bien conscience que mon point de vue peut paraître extrême. Comme on s’écarte un peu du sujet, je me contenterai de vous proposer ce lien qui explique, entre autres, en quoi s’épiler est une agression contre soi-même : http://www.ecologielibidinale.org/fr/miel-etesansepilation-fr.htm#nuisible . Mais ça ne pèsera sûrement pas lourd si vous n’êtes pas prête à confronter votre sens commun à votre rationalité.


                                                  • Salsabil 9 avril 2010 01:16

                                                    @ Sobriquet,

                                                    J’ai été voir votre lien... Cela ne m’inspire qu’un sentiment de « fascisme » !

                                                    Personnellement, je me fiche éperduement que des hommes ou des femmes laissent pousser leurs poils. Moi, je n’aime pas, ni pour moi, ni sur les autres, particulièrement concernant les femmes.

                                                    Pardonnez-moi mais qi je vois deux paires de belles jambes féminines, l’une rasée (ou épilée), l’autre pas, je vais instantanément trouvé la paire de jambe glabre plus esthétique.

                                                    Ceci étant, je vous reconnais absolument le droit de préférer l’autre, ce quelques soient vos raisons. Merci de bien vouloir en faire de même pour mon opinion.

                                                    Maintenant, comparer l’épilation ou le rasage de la pilosité à une mutilation et/ou une torture, je continue, et de pied ferme, à décréter que ceci est un point de vue totalement exagéré et excessif !
                                                    Pour votre gouverne, n’aimant pas « le poil » sur moi, je n’ai jamais été confrontée à unmanque de « pouvoir » de séduction, ni à un manque envers un homme glabre, bien au contraire !
                                                    Les phéromones se répartissent dans bien d’autres points du corps, il n’est pas nécessaire d’avoir des poils partout. Les caresses sont au contraire, bien plus proches de la peau qui contient tous les influx nerveux utiles à leur appréciation.

                                                    Sans les poils, peut-être transpire-t-on plus, j’en doute, mais certes, cette sudation s’écoule, pltôt que de rester collée aux poils et de se transformer en un nombre de bactéries responsables de l’odeur pas toujours très agréable...

                                                    Bref, je ne vais pas faire un exposé en longueur, mais il vous faudra autre chose que ce site, excusez-moi, asez pitoyable, pour me convaincre des bienfaits de la finesse !

                                                    Tout ceci étant dit, je suis d’accord sur le fond du commentaire de Liebe pour dire que l’on ne juge pas une personne uniquement sur son aspect physique extérieur. Cela va de soi !

                                                    Cordialement. smiley


                                                  • Hieronymus Hieronymus 9 avril 2010 07:26

                                                    interessants ces echanges entre Sobriquet et Salsabil/Gul car je crois qu on touche la a la base d’un probleme que traduit aussi qq part l’aspect physique de Coline ;
                                                    l’etre humain reve de purete et la recherche du « naturel » ferait partie de cette quete de purete, mais qu est ce donc que ce « naturel » chez l’homme (ou la femme) ?
                                                    au nom de cette quete de « naturel » nombre d’ecolos rejettent tout artifice ou plutot tachent de rejeter car ou cela doit il s’arreter ? qu on le veuille ou non, l’etre humain se caracterise par sa culture et tous les artifices (bouh l’affreux mot) qui composent sa vie a des degres divers, par ex. est ce naturel de se couper les cheveux ? de se raser le visage pour l’homme ? et de s’habiller ? les vetements est ce naturel ? non cette discussion n’a pas de sens, on ne peut pas faire fi de toute culture sauf a vivre nu ds les forets ce qui ds nos latitudes n’est guere realiste, il n’empeche au nom du « naturel » il y a des femmes qui rejettent les talons aiguilles, perso je pense qu’a partir du moment ou l’on doit bien se chausser, mettre des talons ca n’a rien de choquant pour une femme .. au contraire ..
                                                    meme chose pour l’epilation, perso sans en faire une condition sine qua non je prefere l’epilation complete chez la femme, a paritr du moment ou elles se rasent bien les aisselles, pourquoi pas le reste ? sans en faire un dogme je trouve plus sexy ce qui est lisse, mais bon a chacun selon ses gouts, pourvu qu’on y trouve son compte ..
                                                    en tout cas merci a Gul pour sa franchise smiley


                                                  • sobriquet 9 avril 2010 16:27

                                                    Chacun est est libre de ses préférences esthétiques, bien entendu. Je ne comprends pas bien ce qui me vaut ce qualificatif de « fasciste ». J’ai exprimé mon ressenti sur une certaine esthétique, j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit que d’un ressenti, et je ne cherche pas à lui trouver des justifications rationnelles. Je n’ai pas taxé Hieronymus de fascisme quand il a dit qu’il trouvait certaines femmes négligées ou repoussantes.

                                                    A aucun moment je n’ai pas utilisé le mot « nature », et ce n’est pas un hasard : cette notion m’apparait trop vague, et fait référence à un idéal bien trop abstrait. pour la même raison, je n’ai pas utilisé le mot « artifice ». Pas besoin de parler de nature pour dire que l’épilation abîme la peau, que les chaussures à talons génèrent des problèmes de dos, etc. Ce sont des données concrètes, vérifiées.

                                                    Je ne voudrais surtout pas empêcher qui que ce soit de faire ce qu’il éprouve nécessaire pour se sentir bien dans sa peau. Mais quand je vois que souvent, cette idée de bien-être se base sur des conventions sociales, au détriment de notre intégrité corporelle et psychique, ça me pose des questions. Aujourd’hui, des femmes se sentent plus sûres d’elles avec des faux ongles, alors qu’ils étaient marginaux, outranciers, il y a quelques décennies. Parallèlement, les implants mammaires se multiplient. Est-ce que, dans vingt ans, une jeune femme se fera payer ses premiers implants mammaires par sa mère, afin qu’elle puisse « mieux s’accepter » ?

                                                    Les complexes sur le corps sont naturels, mais ils sont exacerbés par les valeurs esthétiques promues par certaines industries. Industries qui ont tout intérêt à ce que nous n’aimions pas notre corps. Nous ne sommes pas indépendants dans nos jugements esthétiques ; nous sommes conditionnés par les campagnes publicitaires auxquelles nous sommes quotidiennement exposés.

                                                    Aimer ses faux seins, ses faux ongles, sa fausse peau, ses faux cheveux, ce n’est pas s’aimer soi. Si on se sent mieux avec, c’est parce que notre besoin de reconnaissance, d’approbation, est mieux satisfait, certes. Mais s’aimer soi, c’est s’accepter avec ses qualités et ses défauts, au point d’accepter de les confronter au regard des autres. C’est dire : "Quel que soit le jugement des autres, c’est ainsi que je suis, et le regard des autres ne me touchera pas."


                                                  • Hieronymus Hieronymus 9 avril 2010 18:46

                                                    Sobriquet
                                                    merci de vos commentaires
                                                    personne ne vous traite de fasciste, c’est juste votre lien, Gul a dit que cela lui inspirait un sentiment analogue, voila tout
                                                    bon on devie un peu du sujet qui est le film de C.Serreau a l’origine, je crois que sur l’epilation faut rien exagerer, tout depend comment on la pratique, bcp d’hommes se rasent le visage chaque jour que Dieu fait, se lamentent-ils d’avoir la peau abimee de cette facon ?
                                                    perso je deteste les implants mammaires, trouve cela pathetique, une femme avec peu ou presque pas de poitrine peut etre tres erotique, question d’ensemble et d’harmonie, y a pas de regles en fait, je n’aime pas trop non plus les cheveux teintes ou colores, mais je laisse a chacun ses choix, faut pas croire que je serais pour une sophistification a tout crin .. c’est curieux que l’on continue a discuter de cela, sans doute qu’il y a la un vrai debat, Gul est plus experte, elle devrait rediger un article sur le sujet en tout cas moi je l’y encourage ..
                                                    c’est un sujet un peu casse cou mais certains la soutiendront smiley


                                                  • gimo 11 avril 2010 13:37

                                                    bp de gens sont des spectre de « personnes »
                                                    ne sont pas eux mais des malades des pauvres humains 
                                                    que seule l’’apparance compte et vouloir paraitre 
                                                    passent l"eur vie à chercher à vouloir plaire  !!c’est le seul but
                                                    après réspirer  !!!!des névrosés


                                                  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 8 mai 2010 13:46

                                                    Il est évident qu’une beauté cosmétique ne peut être le fait d’une vraie pensée écologique.

                                                    Au contraire, Coline Serreau apparaît, sur cette photo, magnifique. Elle allie la sincérité de la démarche à celle du corps.

                                                    La silicone, la chimie, l’épilation, produisent des corps lisses, des corps-image, des corps icônes. C’est-à-dire des corps sans histoire, des corps sans âme.

                                                    Entre l’abolition de toute anomalie signifiant une histoire, et le branchement permanent sur les objets de la modernité (MP3, iphone, etc.), la modernité capitaliste réalise ce que Gilles Deleuze nomme « le corps sans organe », l’œuf.

                                                    La perfection esthétique à laquelle vous vous référez est celle de l’œuf, parfait, sans histoire, sans cicatrice, sans aspérité... sans vie. (Il ne s’agit pas de l’œuf comme futur d’une vie à venir (qui elle sera imparfaite et organique), mais de l’œuf comme objet sans échange avec l’extérieur.)

                                                    Il est heureux que les partisans du bio ne soient pas de cette engeance !


                                                  • Trashon Trashon 8 avril 2010 13:08

                                                    A voir ce que les costards-cravates et les tailleurs Chanel font de notre monde, je me pose des questions quand à la pertinence de votre message Hieronymus.

                                                    Jugez-vous réellement les gens sur leur apparences plutôt que sur leurs idées et leurs actes ?


                                                    • Hieronymus Hieronymus 8 avril 2010 13:28

                                                      Trashon : la reponse est NON
                                                      mais j’insiste sur le fait qu’il ne faut pas non plus negliger l’apparence
                                                      celle que produit Colinne Serreau est deprimante et pese sur le reste

                                                      Liebe : certes il y a d’heureuses exceptions mais autour de moi
                                                      j’en ai vu un paquet d’ecolos, fagotes comme des sacs a patates
                                                      cordialement


                                                    • liebe liebe 8 avril 2010 22:29

                                                      hieronymus,
                                                      Je me fous complètement de l’aspect vestimentaire des personnes avec qui je parle, travaille, ect...
                                                      J’ai plus souvent été déçue par des gens bien fagotée avec un pot de peinture sur le visage qu’avec les babas cools.
                                                      Je ne pense pas que cela nuise tant que cela au film.
                                                      Je préfère voir les gens agir que se complaire dans leurs problèmes, et peu m’importe s’ils sont mal fagotés ou s’ils ont une mode bien à eux... smiley


                                                    • Hieronymus Hieronymus 9 avril 2010 00:04

                                                      liebe je vais vous etonner
                                                      je suis d’accord avec vous, perso ds la vie j’accorde tres peu d’importance a l’aspect physique des gens
                                                      simplement en societe vous etes oblige de respecter certaines regles, ne serait ce que par politesse ou respect envers autrui, je fais des fois un « effort » comme on dit
                                                      ds le cas de Coline, c’est encore autre chose, elle fait un film ou elle entend faire passer un « message », il est evident que la presentation physique compte beaucoup, son espece de chiffon mou autour du cou est d’un effet deplorable et pas que cela ..
                                                      cordialement


                                                    • sobriquet 8 avril 2010 20:52

                                                      J’ai bien aimé ce film sur le fond, mais il faut dire qu’il est vraiment partial ; je crains qu’il ne fasse que complaire les convaincus dans leurs opinions, et qu’il agace les autres.

                                                      Après les horreurs de Nicolas Hulot et Yann Arthus-Bertrand, ce film donne une bonne bouffée d’air frais.


                                                      • thomthom 8 avril 2010 22:21

                                                        c’est pas mal ces films militants, mais si leurs auteurs avaient vraiment comme objectif premier de faire passer leur message auprès d’un public le plus lage possible, ces films seraient mis à disposition gratuitement sur internet (sous licence Ceative commons by nc sa par exemple)

                                                        là, leur diffusion reste assez confidentielle, et puis, une fois passé la période d’exploitation en salle, ils seront probablement introuvables (ou presque)


                                                        • liebe liebe 8 avril 2010 22:31

                                                          A mon humble avis, il le sera un peu plus tard comme le film silence on vaccine..

                                                          Ce que je trouve moi inadmissible c’est le peu de salle où on peut le voir.
                                                          Il n’y en a aucune dans ma région....
                                                           smiley


                                                        • sobriquet 8 avril 2010 22:49

                                                          @liebe

                                                          J’ai eu l’occasion d’entendre les organisateurs sur le sujet : ils n’ont pas eu un gros budget pour la promotion et la diffusion du film.

                                                          En revanche, il seraient ravis de le diffuser davantage. Si vous voulez le voir, il suffirait de convaincre une salle de cinéma de le projeter. A mon avis, une salle classée Arts & Essais pourrait être plus intéressée. Si elle reçoit en plus des demandes venant d’associations locales, ça devrait aller tout seul...


                                                        • Fourmi Agile Evrard 8 avril 2010 23:01

                                                          La grosse erreur de ce film est de vouloir proposer au monde entier une agricuture bio, maintenant l’agriculture paysanne. C’est très bien pour les campagnes, mais comment faire pour nourrir les 500 villes du monde de plus d’un million d’habitants ?

                                                          Paris fait 10 millions d’habitants, il faut nécessairement une agriculture industrielle pour arriver à nourrir tout ces gens, tout les jours. 
                                                          Est ce que Coline Serreau en parle dans son film ?
                                                          Si c’est non, je n’irais pas le voir. 
                                                           


                                                          • sobriquet 8 avril 2010 23:18

                                                            Pour le peu que je vous connais, Evrard, je pense que vous n’allez pas aimer ce film smiley

                                                            De mémoire (Je l’ai vu il y a 3 semaines), il propose une solution différente, qui change radicalement de votre manière d’aborder le problème : pour répondre aux problèmes d’inégalités, de désappropriation, de gaspillage, de qualité de vie, le film promeut le retour à la terre. Je n’ose pas trop en dire plus, pour ne pas gâcher le film, mais n’espérez de toutes manières pas une démonstration formelle...


                                                          • Jérôme Royer Jérôme Royer 8 avril 2010 23:46

                                                            Curieux message : vous commencez par évoquer « une grosse erreur » alors que vous n’avez même pas vu le film.
                                                            Bon ! vous avez au moins l’honnêteté de reconnaître que vous ne savez pas bien de quoi vous parler.
                                                            Pour répondre à votre interrogation, : oui, le documentaire aborde la question de la possibilité de nourrir les villes entières et même la population humaine entière en agriculture bio.
                                                            Bien entendu, je ne vais pas dévoiler ni la réponse ni les arguments, histoire de ne pas enlever du suspens smiley


                                                          • osoleil 9 avril 2010 08:05

                                                            bonjour
                                                            il faut aborder le sujet d’une façon globale
                                                            Lors d’une avant première il a été abordé le sujet des grandes villes et des piste sont deja explorée ; Toulouse serrait sur un projet de ceinture verte affin d’alimenter en végétaux locaux les cantines de la vile affin de préserver l’emploi d’un coté et la santé de l’autre.
                                                            bon film


                                                          • Francesco 8 avril 2010 23:51

                                                            C’est une publicité quoi...


                                                            • ZEN ZEN 9 avril 2010 08:16

                                                              Malgré ses limites, ce film, dont je n’ai vu que des extraits, a le mérite de pointer les ravages et les impasses de l’ l’ultra-productivisme en matière agricole, encouragé par l’Europe libérale, la PAC et l’OMC, qui ne nuit pas qu’aux sols mais compromet ou détruit aussi l’agriculture vivrière de nombreux pays, africains , notamment
                                                              Site utile à consulter pour sa richesse et l’abondance des débats



                                                                • marie81 9 avril 2010 08:53

                                                                  je ne sais plus si ce lien a déjà été donné
                                                                  tout sur le film et d’autres pistes pour agir

                                                                  http://www.solutionslocales-lefilm.com/des-idees-pour-agir


                                                                  • antennerelais 17 avril 2010 15:56

                                                                    Tout politique, tout citoyen, tout humain digne de ce nom doit voir ce film, extrêmement frappant et instructif sur le sujet du capitalisme fou, appliqué en particulier à l’agriculture et à la production de nourriture.

                                                                    « Solutions locales pour un désordre global » de Coline Serreau, film radical sur le capitalisme fou


                                                                    • MaxF 26 juin 2010 14:26

                                                                      Le film de Coline Serreau se veut documentaire, il part d’une bonne intention et fournit beaucoup de pistes de réflexion intéressantes.

                                                                      Cependant il est très regrettable d’y trouver des approximations et des erreurs qui lui font perdre son statut de documentaire. Il aurait gagné en crédibilité si quelques vérifications avaient été effectuées.


                                                                      • kéké02360 21 octobre 2010 11:43

                                                                        Pour celles et ceux qui ont loupé ce rendez vous , le film est projeté à Rozoy sur Serre 02360 le lundi 25 Octobre à 20h30 à la salle des fêtes


                                                                        • une.citoyenne une.citoyenne 27 mai 2011 00:14

                                                                          Merci infiniment pour le lien sur le film


                                                                          Coline, vraiment quelle femme, 

                                                                          j’adore tous ses films... MERCI d’oser, 
                                                                          on a de la chance d’avoir des voix comme la sienne...

                                                                          • alinea Alinea 30 mai 2012 00:51

                                                                            Génial ! un peu plus de deux ans après tout le monde, pouvoir dire tout le bien que je pense de ce film. Et dire...qu’il m’a rendue végétarienne !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès