• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 3 janvier 1946 : De Gaulle installe Jean Monnet dans ses fonctions (...)

3 janvier 1946 : De Gaulle installe Jean Monnet dans ses fonctions impériales

C’était ce que voulaient les États-Unis. Mais aussi la grande bourgeoisie française. De Gaulle l’avait donc fait : 17 jours plus tard, il démissionnait (20 janvier 1946).

La preuve en est désormais établie : jamais la France ne s’est remise de cette décision qui reste, aujourd’hui encore, masquée aux yeux de nos concitoyens et concitoyennes.

Ainsi, au-delà des cinq crises immédiates que lui annonçait Michel Debré dans sa note du 19 janvier 1946 (de ravitaillement, financière, administrative, économique, sociale), au-delà du déclenchement de la guerre en Indochine, De Gaulle livrait son pays, pieds et poings liés, à la puissance impérialiste dominante : les États-Unis.

De l’adoption d’une monnaie délibérément pourrie d’avance (je renvoie à mon livre Quand le capital se joue du travail), à l’ensemble des mesures dont Michel Debré vient de nous indiquer les conséquences, en passant par la tutelle économique gracieusement offerte à Jean Monnet et, à travers lui, aux États-Unis, De Gaulle prétendra tout assumer. Georges Pompidou s’en est fait l’écho en rapportant, dans son livre Pour rétablir la vérité, ce charmant discours que lui tenait De Gaulle le 4 septembre 1948 :
« Si, en 1945, j’avais créé une sorte de dictature militaire, ça se serait terminé par une catastrophe nationale au profit des communistes. Il fallait donc laisser s’installer cette soi-disant démocratie, mais en la condamnant par avance. Je leur ai attaché une casserole dont ils ne se débarrasseront pas et, pendant ce temps, le pays s’habituera à l’idée des disciplines nécessaires. » (page 65)

Or, dès après son retour des États-Unis (22-26 août 1945), De Gaulle savait qu’il allait devoir montrer toute sa bonne volonté au président Truman, sans quoi sa carrière politique n’irait pas très loin. Ainsi, en présence de René Capitant et de Claude Guy (son officier d’ordonnance), déclare-t-il, le 15 octobre 1946 :
« L’avant-dernier été, lorsque j’ai rendu visite à Truman, il m’a avancé six cent millions de dollars. Mais cette somme était infime par rapport à nos besoins. Pourquoi n’a-t-il pas fait plus ? Parce qu’il ne voulait pas jouer sur moi à fonds perdus. Le State Department ou le Foreign Office ne nous prêteront rien tant que la politique française n’aura pas pris une orientation précise et durable. Car il nous faut bien considérer qu’en dehors de l’Italie, nous sommes le seul pays du monde à faire procéder l’autorité de l’État et l’ensemble des affaires publiques exclusivement des partis ! Ce qui explique la pagaille de l’Italie et la nôtre ! Rien ne permettait donc à Truman, à l’époque considérée, de faire fond sur moi. »

Il allait donc falloir agir contre les partis… C’est-à-dire contre ce qui permet au peuple, à travers le suffrage universel, d’exercer sa souveraineté. Au premier rang des partis, et plus dangereux qu’eux tous pour les possédants : le parti communiste…

Revenons à Gaston Palewski ("conglomérat Wendel"), et au circuit qu’il aura suivi pour rejoindre De Gaulle à Londres en 1940. Ceci se passe après le bombardement, par les Britanniques, des navires français présents dans le port militaire de Mers el-Kébir (golfe d’Oran, Algérie) le 3 juillet 1940, où il y avait eu 1297 morts :
« Je partis donc un matin dans un avion à destination du Portugal. Il me déposa à Lisbonne où je fis surface quelques heures. »

La suite commence à nous mettre la puce à l’oreille :
« Puis, en compagnie de l’ambassadeur d’Angleterre, sir Walford Selby, que j’avais retrouvé à Lisbonne, nous partîmes un après-midi pour arriver en Angleterre dans la nuit. »

On le voit, Gaston Palewski n’est pas n’importe qui, du point de vue britannique. Mais il y a mieux :
« Churchill me reçoit dans la salle du conseil de Downing Street. »

Rien que ça.

Que se sont-ils dit à propos d’un De Gaulle  ? De ses soutiens possibles, en France et ailleurs ?

Bondissons maintenant vers la fin de l’année 1945. Dans ses Mémoires d’action, Gaston Palewski nous met soudainement en alerte :
« Je raconterai dans quelles circonstances j’ai pu suggérer au général de Gaulle la création d’un service du Plan et la nomination à sa tête de Jean Monnet. »

Et nous qui avions jusque-là cru que les rapports de Charles de Gaulle et de Jean Monnet avaient toujours été exécrables… Et tout particulièrement à Alger en 1943…

Ensuite, Gaston revient sur l’époque de la Libération :
« Il n’était pas question de la prise du pouvoir par les communistes français, mais la difficulté était que De Gaulle, qui pourtant détenait une force politique énorme, un grand prestige du fait qu’il s’était identifié avec la Libération, ne possédait pas d’agents d’exécution. »

D’exécution… Que veut dire cela, dans le contexte de l’époque ?

Consultons le général Jean Compagnon, biographe de Leclerc, d'un Leclerc dont il nous dit qu’à l’été de 1945 :
« Il semble que De Gaulle lui ait fait envisager une autre affectation. Le 24 juillet, il rédige une lettre qu’il n’enverra pas en raison de son ton, estimé après réflexion abrupt à l’excès. Il y refuse des postes éventuels de gouverneur militaire de Paris ou de commandant des troupes pouvant éventuellement intervenir en maintien de l’ordre. De tels postes, trop liés à la politique, ne lui conviennent pas. »

Leclerc ("conglomérat Wendel", tout comme Gaston Palewki) n’a pas envoyé ce courrier… d’un ton abrupt… dans lequel il ne pouvait qu’être question d’une réédition de… la Commune de Paris, à laquelle ce vrai général ne voulait certainement pas mêler son nom.

Et voilà notre De Gaulle sans agent d’exécution… Et qui doit pourtant réussir à se passer des partis pour complaire à Truman… À moins qu’en recourant à… Jean Monnet. Mais comment ?... En lui fournissant quel rôle ? C’est Gaston qui a la réponse…


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • jctheo 18 juillet 2015 15:41

    C’est incroyable ce qu’on peut dire comme bétises et contre vérités avec aplomb mais sans jamais rien prouver..évidemment


    • hans-de-lunéville 18 juillet 2015 16:47

      @jctheo
      et vous ne pouvez ,non plus, démontrer ce que vous avancez.... Pour bien comprendre tout cela il faut avoir eu beaucoup de conversations avec beaucoup de gens de cette époque et lire certains livres qui ne sont pas (ou plus) en vitrine. Merci Mr Cuny.


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 18 juillet 2015 17:30

      @hans-de-Lunéville
      Oui, avec les drames que représentent parfois ces rencontres avec des personnes qui ont souffert des agissements de De Gaulle tout en l’ayant côtoyé de très près. Je ne mentionnerai ici que Raymond et Lucie Aubrac, Serge Ravanel et Pierre Meunier avec qui nous avons, Françoise Petitdemange et moi, entretenu une correspondance, après avoir partagé, avec les trois premiers, quelques tribunes de salles de conférence, et tout particulièrement au Musée Jean Moulin de la gare Montparnasse le dimanche 19 octobre 1997, où nous nous trouvions également en compagnie du... général Alain de Boissieu (gendre de Charles de Gaulle).
      Des enregistrements de ce colloque ayant été réalisés par la directrice du musée, madame Lévisse-Touzé, il est vérifiable que lorsque j’ai affirmé, à la tribune donc, que le général de Gaulle avait osé truquer, dans ses Mémoires, le texte fondateur du CNR sur un point essentiel, le général de Boissieu ne m’a pas injurié de quelque façon que ce soit.
      Tout simplement, il est venu se joindre à Françoise Petitdemange et moi, pour nous demander à quel endroit précis ceci figurait.
      Il avait bien mesuré qu’il y avait là quelque chose de terrible. Et loin de nous dire que lui savait tout sans avoir rien à prouver, il nous a quitté(e) en nous disant : « Cela, je ne le savais pas. Je vais voir moi-même de quoi il s’agit ».
      Ce que chacune et chacun peut faire en se référant à ce blog :
      http://souverainement.canalblog.com
      Je laisse les abrutis à leur abrutissement.
      Et je souhaite vivement faire un long chemin avec celles et ceux qui, comme vous, comprennent bien tous les risques que nous courons à laisser revenir cet animal terrible que dénonçait Bertold Brecht.


    • jctheo 18 juillet 2015 21:10

      @hans-de-lunéville
      Je suis de cette époque, j’ai vécu tous ces évènements et j’ai beaucoup vu et beaucoup lu...
      Je pourrais aussi bien vous dire que c’est le soleil qui tourne autour de la Terre , et la preuve , c’est qu’on peut le constater chaque jour .Hors on sait depuis Galilée que c’est faux .....Comme vous le voyez c’est facile de tromper..
      Il s’agit ici de désinformation , une technique bien mise au point ..depuis M.Goebels ...et reprise par tous les gouvernements aussi bien socialistes que conservateurs.Et ça marche , souvent ..Notamment en ce moment ...
      Croire des idioties c’est risquer de devenir idiot à son tour....


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 18 juillet 2015 18:17

      « cela je ne le savais pas, je vais voir moi-même de quoi il s’agit » et Cuny interprète ça comme une approbation et la reconnaissance de ses inepties et de ses affabulations smiley smiley

      Mais que croyez vous donc qu’Alain de Boissieu en ait eu à foutre que le général eut interprété à sa façon , voire même « truqué le texte fondateur du CNR », CNR qui n’avait d’ailleurs aucune légitimité démocratique et était parfaitement noyauté par les cocos

      Alain de Boissieu, magnifique soldat, était dévoué corps et âme à son beau-père et à ce qu’il incarnait

      En 1968 il était parfaitement prêt « à rééditer la commune de Paris » et à faire marcher sa division blindée sur la capitale. Lorsque De Gaulle est allé à Baden-Baden son hélicoptère s’est arrêté à Mulhouse au QG de cette division y prendre Alain De Boissieu pour rejoindre Massu.

      Quant à cet «  animal terrible » , il n’y a plus guère que les derniers tenants du communisme qui puissent en donner une idée.

      Une fois de plus, Charles de Gaulle les a niqués, ils ne s’en remettront jamais smiley


      • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 18 juillet 2015 22:31

        @Vauban

        Ma dernière phrase c’est juste ma pique quotidienne à notre grand historien et je partage votre point de vue. Il est fort probable que Moscou ait été consulté ...

        De Gaulle, vieillissant, a paniqué un moment, mais tant son gendre que Massu n’ont pas été longs à le remettre sur les rails. Un de mes proches était un des adjoints de De Boissieu et je puis vous garantir que toutes les dispositions étaient prise au cas où la grande manifestation aurait mal tourné. De Boissieu, comme Massu, n’avaient pas le moindre état d’âme ....


      • Alex Alex 18 juillet 2015 19:22
        « C’était ce que voulaient les États-Unis... De Gaulle l’avait donc fait »
         smiley
        L’un des avantages de notre représentant de commerce est de nous prouver rapidement la justesse de son « analyse. » Commencer en écrivant la phrase ci-dessus ou bien évoquer un de Gaulle « émargeant à la Banque d’Indochine » montre à quel point il tente de faire le buzz par tous les moyens, les réunions de la CGT ne lui permettant pas d’écouler ses invendus.
        De Gaulle a fait de grosses erreurs, mais comme elles sont bien connues, ce créneau n’est plus assez porteur pour les ventes : il faut donc inventer et l’accuser de toutes les turpitudes.

        PS : Cher auteur, je tiens à votre disposition des photos de votre cible dansant sur la scène de Chez Michou, le célèbre cabaret de travestis. Vous pouvez les acheter pour un prix modique sur le site alex_a_besoin_de_sous.com

        • lsga lsga 18 juillet 2015 22:00

          personnellement, j’apprends énormément de choses en lisant ces articles. 


        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 18 juillet 2015 22:35

          @Alex

          Passionnant votre site, mais je trouve un peu élevé le prix de la vidéo porno « tuyau de poêle » avec Paul Laurent , Mélenchon et Clèmentine Autain


        • Alex Alex 19 juillet 2015 12:43

          @lsga

          « j’apprends énormément de choses »


          Au mieux, des dates et généalogies. En ce qui concerne les citations – se reporter aux « œuvres » (payantes) de mr cuny... –, il faut être pour le moins méfiant car il n’est pas rare que de prétendues citations soient modifiées pour coller à la « juste » cause (un récent article de Miona présentait une « citation » de Marc-Aurèle que je vous mets au défi de trouver dans ses Pensées.)

          Cuny essaie d’imiter Guillemin en utilisant les mêmes techniques, mais avec beaucoup moins d’intelligence. Quand on connaît bien un sujet (cas de Voltaire en ce qui me concerne), on décèle immédiatement chez Guillemin les approximations, le zoom sur certaines phrases (ou parties de phrase) prises hors contexte, sans tenir compte de l’esprit et du style de l’auteur, l’incapacité de faire une analyse globale d’un personnage – à moins que ce soit une volonté délibérée de lui nuire – et, chez cuny, une interprétation à coups de points de suspension qui prêterait à sourire si elle émanait d’un enfant en bas âge.
          Tout cela conduit à 2 hypothèses : bêtise ou malhonnêteté délibérée pour vendre.
          Grâce à internet, on est passé du stade « quand la bêtise pense » à celui de « quand la bêtise s’exprime. »

        • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 19 juillet 2015 13:14

          @Alex
          qui me sert ici de petit télégraphiste,
          et pour celles et ceux qui veulent se documenter à partir de la Correspondance de Voltaire (treize volumes à La Pléiade) :

          http://voltairecriminel.canalblog.com
          Encore merci, Alex.
          Bon dimanche.


        • izarn izarn 18 juillet 2015 22:05

          ...Il serait quand meme plus judicieux de citer de Gaulle lui meme dans ses « Mémoire d’Espoir », plutot que de faire place à des ragots invérifiables, colportés par ces personnes dont de Gaulle dira :
          "
          Comme si le but d’une politique française était de faire plaisir aux autres pays et de faire en sorte qu’il n’y ai plus de France ! Surtout ne pas faire de peine aux étrangers ! Il y a chez nous toute une bande de lascars qui ont la vocation de la servilité. Ils sont faits pour faire des courbettes aux autres. Et ils se croient capables, de ce seul fit, de diriger le pays. Inutile de dire que tous ces individus ne peuvent plus cacher leur dépit. Tous ces Jean Monnet, tous ces Guy Mollet, tous ces Paul Reynaud, tous ces Pleven, tous ces Spaak, tous ces Luns, tous ces Schroeder, tous ces Cattani, forment une confrérie européenne. Ils pensaient pouvoir se répartir les places et les fromages. Ils sont tout surpris de voir que ça ne marche pas tout seul. Alors comment vous étonner qu’ils ne soient pas contents ? Ils sont malades d’être tenus à l’écart ! Ils peuvent compter sur moi pour les tenir à l’écart tant que je pourrai le faire.  « 

           »Le comportement de notre presse est scandaleux. Ca fait d’ailleurs vingt-trois ans que je le constate. (il compte à partir du 18 Juin, comme pour sa propre légitimité.) La presse française déteste la France. Alors ça fait vingt-trois ans que j’essaye de doubler la presse, qui m’est résolument hostile, par la radio, et maintenant la télévision, pour atteindre les Français. Mes efforts n’arrivent pas à changer les choses, malgré quelques modestes résultats.« 

           »Les bourgeois ne le sont plus (patriotes) ; c’est une classe abâtardie. Ils ont poussé à la collaboration il y a vingt ans, à la CED il y a dix ans. Nous avons failli disparaître en tant que pays. Il n’y aurait plus de France à l’heure actuelle."

          Etonnant non ? On se croirait aujourd’hui !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires