• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 50ème anniversaire de la soi-disant « fin » de la guerre d’Algérie

50ème anniversaire de la soi-disant « fin » de la guerre d’Algérie

Colloques et faux débats : les porteurs de valises et la propagande mensongère.

  Le sang des victimes de Mohamed Merah n'est pas encore sec que ses lointains inspirateurs sont conviés à venir gloser ici, en France, avec nos doctes intellectuels tiers-mondistes et révolutionnaires de salon. Cela se passera ce vendredi 30 mars auThéâtre de la Criée à Marseille. 

De quoi s'agit-il ? Un "colloque" y est organisé par l'hebdo Marianne avec le soutien de la radio de service public (France Inter), l'Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, dépendant de l'Université de la Méditerranée, établissement public, le tout financé par l'argent du contribuable via une subvention du Conseil Général des Boûches-du-Rhône. Organisée en pleine période électorale et juste après l'anniversaire du sinistre 19 mars, date du début du massacre de 150 000 Harkis (j'en suis un rescapé !), cette manifestation, qui n'est en réalité que la célébration des fellaghas et de leurs complices porteurs de valises, était déjà, à sa conception, un scandale. Aujourd'hui que l'horreur du drame de Toulouse donne encore la chair de poule, elle deviendrait une honte et un crime si ses organisateurs la maintenaient et donnaient la parole à la sinistre Zora Drif, l'inspiratrice, lointaine peut-être, mais certaine, de Mohamed Berah, et à son chef Yacef Saadi.

  D'ailleurs, comment parler de débat alors que n'y participe aucun membre de l'Armée française, aucun Pied-Noir (Jean-Jacques Jordi, né en Algérie, est un Pied-Rouge), aucun enfant de Harki digne de ce nom ? Mesdames Fatima Besnaci-Lancou et Dalila Kerchouche sont des enfants de Harkis renégates. La première a perdu son père alors qu'elle avait 15 ans. Il ne fait aucun deoute que, lui vivant, elle n'aurait pas renié son combat au point de faire l'apologie de ceux contre qui il avait combattu. Aujourd'hui, elle est le porte-drapeau (et le cache-sexe ?) de la Ligue des Droits-de-l'Homme à géométrie variable de Toulon. Il est vrai que les Algériens, très politiques, ont toujours déroulé le tapis rouge aux Pieds-Noirs et aux enfants de Harkis renégats. La seconde, qui a été formée à l'Express, le siège social des porteurs de valises du FLN, a écrit dans son livre qu'elle est devenue fière de son père le jour où elle a su qu'il donnait des balles aux fellaghas ! Interrogé peu avant son décès, son pauvre père s'est insurgé contre ce reniement commis par sa fille pour, pensai-je tout d'abord, se sentir mieux dans son univers professionnel. Mais l'âge et l'expérience venant, elle ne change pas pour autant de discours.

  Comment parler de débat alors que les seuls intervenants sont des intellectuels tiers-mondistes acquis à la cause algérienne quoi qu'elle ait coûté à leurs congénères français ET algériens (car le peuple algérien n'a pas fini de pleurer l'Algérie française) et ceux-là mêmes auxquels De Gaulle avait livré l'Algérie et ses "20 millions de clochards dans 10 ans" tout en gardant le Sahara (et c'est tant mieux et bien légitime : le Sahara, conquis en 1903, n'a rien à voir avec l'Algérie) quitte à entretenir la fable de la totale souveraineté algérienne ? Dans la liste des intervenants, on trouve, à côté des Algériens, toute la fine fleur du sionisme médiatico-tiers-mondiste, celle qui fait semblant d'aimer les Arabes mais ne souffre pas qu'on critique Israël. Des intellectuels français qui soutiennent pendant des années le soldat Guilat Salit, "Franco-Israëlien" par la grâce d'une interprétation douteuse du droit à la nationalité, qui ne parle pas Français, et attendent que celui-ci soit libéré pour faire mention d'un autre pseudo-Français, Palestinien, celui-là, Salah Hamouri, prisonnier d'Israël. Des gens qui ne s'offusquent pas que des manifestations de soutien à "Tsahal" (un joli mot qui sonne comme un nom de femme et qui couvre en réalité une armée d'occupation brutale) soient organisées à Paris. Autrement dit, des "journalistes" informés qui ne voient pas pourquoi il faudrait éviter d'importer en France le conflit Israëlo-Palestinien quitte à entretenir et exacerber l'opposition entre deux composantes de la Nation française.

  Ces gens n'ont aucune vergogne ! Ils agissent ouvertement, au nez et à la barbe des Pieds-Noirs et Harkis, nombreux en Provence, dans un théâtre public, financé par de l'argent public, généreusement accordé par le grand chantre de l'éthique politique (de gauche) qu'est Monsieur Jean-Noël Guérini, sans que les élus de droite du Département ou de PACA ne s'en offusquent !

  Qu'ont fait les Roland Blum, Dominique Tian, Renaud Muselier, Guy Teissier, Valérie Boyer, Bernard Deflesselles, Richard Maillé, Christian Kert, Eric Diard, Maryse-Joissains-Masini et autres Bernard Reynès, tous députés de Marseille, pour empêcher cette forfaiture ? Qu'ont fait les Bruno Gilles et Sophie Joissains, sénateurs UMP ? Et, surtout, que fait Jean-Claude Gaudin, sénateur UMP ET maire de Marseille ? Tous ces gens, dont la plupart ont été assez courageux pour s'élever contre la suppression de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 sur "le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord" ont défendu l'article concernant l'insulte aux Harkis... sans prévoir de sanctions, ce qui le rend inapplicable ! (Nous ne sommes ni juifs ni arméniens, ni homos déclarés, ni handicapés, etc). Mais, dès qu'il s'agit de s'opposer aux menées des porteurs de valises, il n'y a plus personne !

  Cette manifestation s'inscrit dans une monumentale campagne de lavage de cerveau des citoyens français à coup de subventions publiques qui a commencé dès avant le 19 mars. A et autour de Lyon, c'est toute l'année 2012 qui verra se succéder des faux colloques, de faux débats, des expositions, des rencontres, des récits, des spectacles, des conférences sur des thèmes aussi peu contradictoires que"l’engagement des habitants de l’agglomération lyonnaise auprès d’Algériens en guerre pour leur indépendance" ou "des avocats lyonnais auprès d’Algériens en guerre", autrement dit, la saga des porteurs de valises, qui ont donné au FLN les moyens de tuer 27 000 soldats français, 14 000 Harkis au combat et, après le 19 mars 1962, d'en massacrer 150 000 de plus dans des conditions atroces. Ce vendredi 30 mars, la même association présente un "spectacle" sobrement intitulé "Ma guerre d'Algérie" mais qui présente, évidemment, une version très orientée puisque l'auteur-acteur est le fondateur d'une association "4ACG" pour "Association des Appelés en Algérie contre la Guerre". A noter que ce spectacle a l'agrément pour être présenté dans les lycées à l'attention d'élèves de 15 ans et plus. Si les Français savaient ce qu'on raconte dans les écooles à leurs enfants  !

  Des manifestations de ce type, il y en aura partout en France tout au long de l'année 2012. Toutes sont orientées. Toutes n'ont qu'un objet, au-delà de la provocation manifeste à l'encontre des Pieds-Noirs, Harkis et autres amoureux de la France : imposer à la Nation toute entière le point de vue des fellaghas, en profitant du fait que la majorité de la population n'a pas les instruments pour trier le bon grain de l'ivraie car, depuis 1981, pas un seul livre n'a été, non pas écrit mais promu, pour contrer la propagande mensongère du lobby pro-algérien et de ses complices porteurs de valises. Il est encore temps pour les Français de s'y opposer.

Kader Hamiche, Fils de Harki et fier de l'être


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • jaja jaja 28 mars 2012 08:44

    Ne vous occupez donc pas de ce qui vous fâche ! Organisez donc un colloque de harkis...vous trouverez sûrement quelques pétainistes pro nazis pour chanter avec vous les louanges d’une occupation étrangère sur son propre sol...

    Il est fini le temps des colonies...


    • francesca2 francesca2 28 mars 2012 11:25

      « Nazi » dès le premier commentaire...Vous avez battu un record, Kader.

      Dans le monde à jaja il y a lui, les comme lui, et le reste c’est des nazis...

    • Massaliote 28 mars 2012 17:59

      Dont nous faisons partie, Francesca smiley


    • francesca2 francesca2 28 mars 2012 22:13

      Salut Massaliote smiley
      carrément !


    • gordon71 gordon71 28 mars 2012 08:51

      ben quoi un débat à la mode Stalinienne 


      tous d’accord, une seule vision, un seul point de vue 


      et beaucoup de tapage autour comme au bon vieux temps 

      tous les autres, forcément sont de vilains fascistes

       y’à pas à dire 
      « le progrès fait rage »

      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2012 11:51

        Cet article haineux est à l’image des vitupérations de tous ceux qui ne veulent pas voir la complexité de ce que fut la « guerre d’Algérie ». Plutôt que des procès d’intention et une stigmatisation haineuse et partisane des intervenants, il vaudrait mieux lire ce qui s’écrit à défaut de pouvoir écouter ce qui se dit. On peut déjà en avoir un aperçu en lisant le dossier sur la question dans le n° de Marianne de cette semaine. On verra que les accusations de l’auteur de cet article sont infondées.


      • voxagora voxagora 28 mars 2012 13:15

        Merci pour l’article.

        Déplacer un peu le projecteur, juste pour un peu mieux éclairer
        cette nuit que nous imposent les empêcheurs patentés de voir la réalité en face,
        - intérêt sordide et bêtise crasse- ça fait du bien.
        .
        .


        • Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 14:17

          Cher M. Mourot 

          Aux innocents les mains pleines. La politique, c’est comme l’assurance-vie : il faut bien qu’il y ait des naïfs comme vous pour permettre aux escrocs de sévir. Vous m’accusez de haine. Le mot n’est pas juste mais admettons ! J’ai quelque raison, à l’instar des 150 000 Harkis (dont hommes, femmes, enfants et vieillards) assassinés par les amis de MM. Kahn et Daniel. J’ai vu, à sept ans, le couteau des complices des assassins Drif et Saadi à moins de cinquante centimètres de mes yeux. Encore ai-je cette chance de compter parmi les survivants. Ce n’était pas pendant la guerre d’Algérie mais sept mois après le 19 mars, que les anti-colonialistes et tiers-mondistes de salon veulent imposer comme la fin de la guerre. Mais ne vous y trompez pas : le but de ces gens n’est pas de mettre leurs invités algériens à l’honneur mais de foutre la merde en France. Car leur ennemi, c’est la France, l’idée même de France, dont ils se soucient comme d’une guigne, car eux ont une patrie de rechange ! Les quatre victimes militaires de Mohamed Merah étaient des soldats français d’origine maghrébine, dont un fils de Harki converti. Lorsque la clique médiatique, qui avait longuement glosé sur la nature raciste du criminel, a découvert qu’il s’agissait d’un crime raciste anti-Français, elle s’est tue. Apparemment, pour ces humanistes, tous les racismes ne se valent pas.  

          Maintenant, admettons que vous ayez raison sur la forme de ma protestation. Là encore, j’assume car je mène une guerre contre une idéologie internationaliste et coosmopolitiste dont la question des rapports avec l’Algérie n’est qu’un élément . Mais alors, intéressez-vous au moins aux conditions de cette manifestation. Si ses promoteurs étaient si honnêtes, pourquoi n’ont-ils pas invité des gens susceptibles de les contredire  ? TOUTES LES PERSONNALITES invitées à ces parodies de débats sont politiquement connotées, à l’exception de Michel Onfray. Mais je crois que sa présence est un petit plaisir que les organisateurs accordent à M. Jean Daniel, qui se prend pour un grand penseur, pour flatter son amour-propre. 

          Les organisateurs, dont beaucoup sont nés au maghreb, se définissent comme des "Juifs d’Afrique du Nord« et récusent totalement le terme de »Pieds-Noirs". A l’instar de Benjamin Stora, spécialiste auto-proclamé de la guerre d’Algérie et cireur de pompes des autorités algériennes, qui a quitté l’Algérie en 1959 et non en 1962, contrairement à ce qu’il laisse croire. Ce type a naguère déclaré à un journal algérien : « Les Harkis ont eu ce qu’ils méritaient ! » M. Jordi, qui, par ailleurs, ne dit pas que des bêtises et sait, à l’occasion, mettre ses amis dans l’embarras, est un Pied-Rouge. Quant à M. Guy Bedos, je n’en parle même pas ; c’est juste une grande gueule qui va se retrouver au chômage à cause de Mélenchon… Les autres intervenants sont tous des Algériens proches du pouvoir, même si M. Sansal se donne l’air d’un homme libre. Certes, il l’est en partie face au pouvoir algérien mais certainement pas au regard des vérités ifficielles. Toujours prêt à caresser les Pieds-Noirs dans le sens du poil, ce en quoi il sert bien son pays, il est bien incapable de réviser ses préjugés sur les Harkis dont il ne fait même pas l’effort de se demander pourquoi ils ont toujours été cinq fois plus nombreux que les fellaghas. Dans son livre « Le serment des barbares » (excellent livre, par ailleurs, que je vous conseille, comme quoi je ne suis pas si haineux !) le coupable (tant pis pour le suspens !) est, comme par hasard, un ancien Harki… Il aurait quand même pu nous épargner cette facilité !

          Aucun thème prévu au débat n’est susceptible de controverse. Va-t-on parler des événements qui ont suivi le 19 mars ? Non ! Sera-t-il question de la tuerie du 26 mars à Alger ? Non ! Des massacres d’Oran le 5 juillet ? Non ! Sera-t-il question de l’exode forcé des Pieds-Noirs pour cause d’alternative posée par le FLN : "la valise ou le cercueil«  ? Sera-t-il question des milliers de »disparus", dont les familles continuent de recevoir, cinquante ans après, des preuves VISUELLES (photos) de la manière atroce dont ils ont été massacrés ? Sûrement pas ! Parlera-t-on de la guerre fratricide que se sont livrés les fellaghas entre eux pour la conquête du pouvoir ? Non ! Parlera-t-on de la guerre Algéro-Marocaine de 1963 pour le partage du Sahara ? Non ! Se posera-t-on la question des raisons pour lesquelles des dizaines de milliers d’Algériens ont fui leur pays pour suivre les soi-disant horribles colonialistes ? Non ! Etc... Pensez-vous sérieusement, cher M. Mourot, qu’on bâtira une amitié durable entre la France et l’Algérie en passant ces questions par pertes et profits ?

          Au minimum, cher M. Mourot, vous pourriez vous interroger avec moi sur le fait que cette propagande unilatérale soit soutenue par des services publics (France-Inter, Ecole de Journalisme de Marseille) et financée, grassement, je vous rassure pour le confort des baveux qui viendront plastronner à la tribune, par le contribuable. Ce, grâce à M. Guérini, président socialiste très peu respectable du Conseil Général des Boûches-du-Rhône, avec la complicité de toute la clique politique du Département, y compris UMP. Au moins, cher M. Mourot, pouvez-vous vous indigner de ce que deux terroristes poseurs de bombes, à la retraite, certes, mais parfaitement fiers de leur hauts faits d’armes contre des victimes innocentes, figurent parmi les invités alors que, encore une fois, le sang répandu par Mohamed Merah, leur disciple, n’a pas encore séché. Enfin, cher M. Mourot, le citoyen que vous êtes peut-il au moins s’interroger, ne serait-ce qu’un instant, sur le fait que cette saloperie se déroule en pleine campagne électorale et qu’un des principaux candidats, M. Hollande, figure parmi les intervenants ? 

          Salutations très cordiales !


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2012 14:49
            @ Kader Hamiche

            Je recopie ceci, extrait du dossier de Marianne, co-organisatrice du colloque de Marseille :

            « Trahis par la France, aux côtés de laquelle ils ont combattu le FLN, ils sont toujours rejetés par l’Algérie qui les traite de »collabos« . Les »supplétifs musulmans de l’armée française« , selon le terme consacré, ont connu un destin tragique : 70 000 d’entre eux, désarmés et empêchés de regagner la métropole par l’état-major français, ont été massacrés par leurs frères ennemis en 1962. Quant aux 90 000 harkis qui ont pu rejoindre la France, ils ont été parqués dans d’anciens camps d’internement fermés à la fin des années 70 à la suite de révolte des jeunes. »

            Déplorer cette réalité ne doit pas empêcher de tenter de lancer un pont entre la France et l’Algérie d’aujourd’hui. Quant à la présence de Hollande à ce meeting, je ne vois pas ce qu’elle peut lui apporter en terme électoral. Je ne pense pas qu’il puisse sérieusement croire s’attirer ainsi les votes des descendants d’Algériens des cités de banlieue. Il risque plutôt de s’aliéner les sympathies des nostalgiques de l’Algérie française.

            Je déplore comme vous (je suppose) le non-respect des Accords d’Evian. Mais si les responsabilités du FLN sont évidentes, celles de l’OAS ne le sont pas moins. Et la mort des « ratons » exécutés pour la seule raison d’être « français-musulmans » n’est pas moins regrettable que celle des « harkis » torturés et exécutés pour avoir cru à la parole de la France. 

            Ne serait-il pas temps de tourner la page et d’essayer d’aller de l’avant plutôt que de ressasser les rancœurs du passé ? Les Français et les Allemands l’ont bien fait. Alors pourquoi pas les Français et les Algériens ?


          • Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 15:32

            M. Mourot

            On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ! Vous ne comprenez pas parce que vous ne voulez pas comprendre. 
            1°/ Marianne, c’est une belle bande de révisionnistes. Il y a eu au bas mot 150 000 Harkis massacrés et non 70 000. Le sous-préfet d’Akbou (Kabylie), qui a rédigé la première note officielle sur ce sujet, faisait une première estimation de ...210 000 ! Pour info, sur les 24 000 Harkis incarcérés dans des conditions inhumaines, seuls 3 000 ont survécu. Aujourd’hui, certains complices des porteurs de valises parlent même de 30 000 morts au total, continuant, en cela, l’oeuvre des faussaires qui, chaque année, réduisent le nombre des victimes pour mieux dédouaner les Algériens. 
            2°/ Marianne parle de supplétifs comme terme consacré. Pourquoi pas miliciens, pendant qu’ils y sont ? En effet, c’est le terme consacré par les ignorants et les révisionnistes qui ont toujours voulu réduire le rôle des Harkis à une collaboration. Encore un mot évocateur qui leur permet sans le dire d’assimiler la présence française en Algérie à une occupation, l’Armée française à la Wehrmacht, les Pieds-Noirs à d’horribles colons et les Harkis à des collabos, selon les termes employés à l’Assemblée nationale... française (! !!) par Bouteflika lui-même en 2000. Sachez, M. Mourot, que les « Français musulmans » comme on les appelés, c’est-à-dire les Musulmans d’Algérie fidèles à la France, se sont, pour la plupart, constitués en groupes d’auto-défense sans demander l’avis de personne. Personne ne les a forcés à le faire et même, à partir de 1958, l’Armée a refusé une demande sur cinq ! 
            3°/ Marianne profite de l’occasion pour parler de camps d’internement en faisant mine de défendre la cause des Harkis. Là encore, les mots ont un sens et ne sont pas employés par hasard. Ceux-là sont une façon de montrer du doigt la France, véritable ennemie de Marianne. Nous leur disons : occupez-vous de vos fesses et laissez-nous régler nos histoires en famille. 
            4°/ Les Algériens ne sont pas nos frères, même ennemis. Cela, c’est le vocabulaire des racistes de Marianne qui pensent qu’en vertu de l’adage « qui se ressemble s’assemble » les Musulmans d’Algérie devaient tous être dans le même camp : celui des fellaghas. Eh, non ! Nos frères, c’étaient les Français et notre patrie, la France. 

            Maintenant, vous avez le culot de nous demander de tout oublier pour que vive la grande amitié franco-algérienne. Tout en permettant à nos ennemis de continuer de nous insulter et d’insulter la France en se pavanant sur les estrades et dans les médias... Et vous invoquez l’Allemagne. Mais quand les Français ont-ils organisé des colloques bidons pour provoquer les Allemands en Allemagne ?

          • Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 15:34

            Rectificatif : ce n’est pas une demande de service sur cinq refusée aux volontaires harkis mais quatre sur cinq...


          • rico 28 mars 2012 16:08

            M. Mourot
            « si les responsabilités du FLN sont évidentes, celles de l’OAS ne le sont pas moins »
            à la seule différence, non négligeable, que lorsque l’OAS a posé son premier plastic, cela faisait plus de 6 ans que le FLN massacrait femmes et enfants, européens et musulmans, et que lorsque l’OAS a cessé d’en poser, le FLN a continué de plus « belle » (cf 5 juillet à Oran, action parfaitement concertée puisqu’ayant commencé simultanément aux quatre coins de la ville et non pas du fait de quelques élements « incontrôlés »)
            la majorité des pieds-noirs ne reproche rien au peuple algérien et la majorité des Algériens ne reproche rien aux pieds-noirs : les seuls coupables qui doivent demander pardon aux deux sont les dirigeants FLN et le dirigeants français
            un fils de pied-noir et fier de l’être 


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2012 16:34

            @Kader Hamiche


            Vous écrivez :
            « occupez-vous de vos fesses et laissez-nous régler nos histoires en famille. »
            Pouvez-vous expliquer comment vous comptez « régler vos histoires » et quelle est votre famille ?

            J’ai personnellement fait partie de ceux que la République a envoyés en Algérie défendre l’Algérie française. Je sais que sous le terme « harkis » on range aujourd’hui des catégories bien différentes. Le terme « supplétif » n’est ni orienté, ni péjoratif : il désigne des personnes qui ont été recrutées en complément de l’armée régulière pour suppléer ses carences en renforçant ses effectifs.

            Mon expérience, limitée à 18 mois en Algérie en 4 lieux différents,dans l’Algérois et surtout l’Oranais, m’a permis de voir des « supplétifs » qui acceptaient ou demandaient de servir dans l’armée pour échapper à la misère. Il y en eu même un, dans l’un de mes postes, à avoir pactisé avec l’ALN pour nous livrer à l’une de ses unités (le coup n’a pas réussi pour diverses raisons).
            J’ai eu aussi à régler un problème avec une harka dont certains éléments avaient maltraité (le mot est faible) un jeune berger du village de regroupement (ce n’était pas un camp d’internement ; il existe encore aujourd’hui et sa population a décuplé) dont j’avais la responsabilité. Les villageois, qui avaient dû quitter leurs mechtas pour se « regrouper », se sont à plusieurs reprises plaints de vols de matériaux de la part de harkis patrouillant dans le coin.

            De ces cas isolés, je ne tire aucune conclusion générale. Je pense seulement que tout n’est pas aussi simple que votre colère voudrait nous le faire croire, avec des bons d’un côté et des méchants de l’autre.

          • Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 17:38

            M. Mourot, le « occupez-vous de vos fesses » s’adresse à Marianne et à ses semblables, pas à vous. La famille, ce sont les Français qui aiment leur pays. Avec eux, je peux discuter. Pas avec l’anti-France ! 


          • Massaliote 28 mars 2012 16:58

            Bonjour, Juluch. Entièrement d’accord avec vous. Je remercie Monsieur Hamiche pour son article qui tranche avec la désinformation dont nous sommes abreuvés.


          • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 28 mars 2012 16:16

            Bonjour M. Kader Hamiche,


            Merci pour votre article qui souligne bien les oublis et les occultations de la mémoire algérienne.

            Ceci dit, que faire ? 
            Pour les harkis il y a une erreur monumentale à vouloir faire porter la responsabilité du génocide à la France, même si elle porte la responsabilité d’un abandon qui n’en était pas un. En effet les Accords d’Evian précisaient bien des garanties à leur égard et c’est l’Etat Algerien qui est, lui , responsable à 100 % de ce génocide . Pourquoi n’y a t-il jamais de manifs devant l’ambassade d’Algérie pour demander des comptes ? Pourquoi des responsables de ce génocide viennent parader à Paris en toute impunité ? Sachant que les lois d’amnistie concernent les faits intervenus AVANT les accords d’Evian, et non APRES, comment des responsables d’assassinats de musulmans francais et de pieds noirs commis à Oran et ailleurs, autrement dit tout les membres de l’Etat Algerien de l’époque, ses fonctionnaires, ses milices, peuvent ils parader, enveloppés du manteaux de leurs crimes et de leurs exactions, sur les plateaux de nos télés ou dans nos journaux ?

            Pourquoi Stora et ses clones (Branche et tutti quanti) semblent être les propriétaires de l’Histoire de l’Algérie française ? Pourquoi Stora figure t-il dans 99 % des émissions télé sur l’Algérie ?
            Pourquoi aucune manif devant les studios télé ? Pourquoi 0 pétition ? etc...

            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2012 16:37

              @Victor Lazlo


              ... et pourquoi cette quasi haine à l’égard de Benjamin Stora qui me semble n’avoir jamais donné dans le manichéisme et la simplification historique ?

            • Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 17:23

              Cher M. Lazlo, 

              Eh, oui ! Pourquoi ?

              Parce qu’ils se tiennent tous par la barbichette. 

              1/ De Gaulle était tout sauf un imbécile. Il a négocié avec le parti le moins bien vu en Algérie parce que le plus susceptible de faire des concessions. Le prix à payer par le FLN pour récupérer le pouvoir au nez et à la barbe des nationalistes algériens sincères et francophiles a été l’abandon du Sahara. Cette clause secrète des accords d’Evian a été et reste camouflée sous une souveraineté factice de l’Algérie sur ce territoire. L’Algérie, qui n’a jamais eu d’existence en tant qu’état depuis que l’Empereur Caligula a, en 40, annexé la Maurétanie après avoir assassiné son dernier roi berbère Ptolémée, fils de Juba II et de Cléopâtre-Séléné, fille d’Antoine et de la reine Cléopâtre d’Egypte, est un « concept » forgé par les Français à partit du mot « Alger » (comme « Tunisie » à partir de Tunis) en 1839. Elle n’avait rien à voir avec le Sahara. Celui-ci a été conquis de haute lutte (3 ans) contre les Touaregs qui vivaient de piraterie contre les caravanes marchandes. De Gaulle était prêt à lâcher ce qui lui paraissait un poids, c’est-à-dire une population dont il prévoyait un développement exponentiel au-dessus des moyens de la France, mais il refusait d’abandonner le Sahara. Dont acte grâce aux Accords d’Evian. C’est la principale raison du désarmement et de l’abandon des Harkis. Ceux-ci, 210 000 en armes au début de 1961, étaient un obstacle insurmontable pour les fellaghas (l’ALN disposait de moins de 30 000 hommes aux frontières). De Gaulle les a fait désarmer pour permettre au FLN de prendre le pouvoir. Des massacres limités étaient bel et bien programmés par le FLN pour l’après 3 juillet 1962, mais les populations jusque là hésitantes et attentistes ont trouvé là l’occasion de se racheter. On les a appelées « les martiens » parce qu’elles se sont découvertes nationalistes après le 19 mars 1962. C’est là le véritable ciment du peuple algérien et non sa prétendue unité dans la lutte pour l’indépendance. Pour info, depuis lors, la part de l’Algérie dans les bénéfices de l’exploitation des ressources pétrolières du désert par ELF puis Total n’a jamais été supérieure à 1/3. 

              2/ Pendant les six ans que dura la pseudo guerre d’indépendance, l’oléoduc de Hassi Meassaoud à Bougie n’a jamais été plastiqué une seule fois. Et pour cause ! La France payait 1 milliard de Francs de l’époque au FLN pour éviter cet ...inconvénient. C’est Paul Delouvrier lui-même, ancien gouverneur de l’Algérie de 1958 à 1960 puis patron d’EDF pendant 10 ans, qui l’a déclaré à deux reprises sans que ça émeuve trop le landerneau politico-médiatique. Il m’étonnerait qu’on en parle à Marseille. 

              3/ Les valises, M. Lazlo, les valises. L’Algérie, comme le Maroc, comme le Gabon et toutes les autres anciennes colonies a arrosé TOUS les partis français pour qu’ils la ferment... Peut-être quelqu’un nous en dira-t-il plus ce week-end ?


            • Massaliote 28 mars 2012 16:55

              MOUROT " et pourquoi cette quasi haine à l’égard de Benjamin Stora qui me semble n’avoir jamais donné dans le manichéisme et la simplification historique ?« 

              C EST UNE PLAISANTERIE ? A longueur de temps l’historien préféré de nos merdias avilis sert la soupe au FLN. Je suppose que vous faites partie des collabos de la FNACA, ceux qui s’entêtent à commémorer le 19 mars, commémoration du massacre de nos compatriotes d’Algérie, harkis et pieds-noirs.

              Pour votre gouverne, il n’y a pas eu d’ »accords« du 19 mars 1962 mais des »déclarations". L’enfer étant pavé de bonnes intentions, seul l’état français a tenu ses engagements.
              POUR SON PLUS GRAND DESHONNEUR.


              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2012 17:33

                @Massaliote


                Je ne fais pas partie de la FNACA mais de l’UNC et encore, depuis un an seulement, n’ayant pas l’âme d’un « ancien combattant ».

                Par ailleurs j’admire l’urbanité de vos propos : les « collabos »... Pour les Algériens, les collabos sont les harkis, pour vous, ceux qui essaient de faire la part des choses. Ne pas épouser les thèses des nostalgiques d’une Algérie française mythifiée, c’est collaborer avec le FLN !

                Autant que je sache, B. Stora n’a pas été un « porteur de valise » et sa famille n’a pas été spécialement favorisée par le FLN ! Il est vrai qu’il est juif et c’est peut-être là son principal défaut !

              • Massaliote 28 mars 2012 17:54

                Comment appelez-vous ceux qui soutiennent les massacreurs de nos compatriotes ? Pour moi ce sont des COLLABOS. Durant la 2ème guerre mondiale, ils auraient justifié le nazisme. Quant à la religion ou l’origine de ces personnes, elle m’indiffère. Pour moi ceux qui sont Français par amour de ma patrie, ceux qui ont versé leur sang et risqué leur vie pour la France sont mes compatriotes. Les autres les « Français de papiers » n’ont pas les mêmes droits parce qu’ils ne se reconnaissent aucun devoir. smiley


              • michel 29 mars 2012 14:50

                Comme c’est drôle quand on parle des porteur de valises on les déclare

                 péremptoirement de COLLABOS ayant trahi leur compatriotes pas de problème ça passe par contre quand ce terme est employé pour les harkis qui eux aussi sont censés avoir trahis et même massacrés leurs compatriotes c’est le tollé général surtout venant des politiques qui eux trahissent chaque jour leurs compatriotes qui ont voté pour eux en toute confiance 


                • Massaliote 28 mars 2012 17:25

                  Et un bel exemple de désinformation de FR3 : *LIBRE OPINION : pour DJAMILA ou pour GISELE ? 

                  Merci à nos chaînes (anti)nationales qui alimentent la haine des « Merah » de banlieues pour le pays qui les accueille.


                • rico 28 mars 2012 18:24
                  Stéphane Hessel, l’auteur de « Indignez-vous ! » nous propose de « Trouvez vos propres motifs d’indignation ! »
                  Pour moi, ils sont tout trouvés :
                  Je suis indigné que des représentants du peuple français autorisent, cautionnent, subventionnent des colloques du FLN, FLN qui a sur les mains le sang indélébile de dizaines de milliers de victimes innocentes, chrétiennes, juives et musulmanes, hommes, femmes et enfants
                  Je suis indigné que des représentants du peuple français participent à la mascarade du 19 mars
                  Je suis indigné de voir sur des chaînes publiques, payées par nos impôts, des émissions et des films faisant l’apologie des poseuses de bombes qui ont mutilé tant d’enfants
                  Je suis indigné de voir la majorité des Français sans réaction devant ces manipulations à la limite du négationnisme et du révisionnisme
                  Merci monsieur Hamiche pour ce sursaut de citoyenneté !

                  • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 28 mars 2012 19:53

                    M.Mourot


                    Concernant M. Stora, il ne s’agit pas de haine mais d’un gros agacement. Ce M. Stora et ses clones accaparent tous les écrans et pire, squeezent tous les travaux universitaires sur le sujet...Ces petits messieurs- dames seraient « Algérie française », ce serait le même probléme. Le souci c’est l’unicité du dicours officiel sur la guerre d’Algérie. La guerre d’Algerie telle qu’elle est racontée aujourd’hui par ces gens là, c’est un peu comme si la 2éme guerre mondiale nous était racontée exclusivement par Goebbels et les membres de son cabinet.
                    Il est vrai que vous trouveriez sans doute que M. Goebbels est objectif et nuancé, peut être ?

                    M. Kader,
                    Vous faites beaucoup d’honneur à De Gaulle et aux politiques de l’époque pour penser qu’il y aurait eu un projet délibéré...Ces gens se sont tout simplement retrouvés dans une situation inextricable où le FLN était le seul interlocuteur. La vérité est que le MTLD de Abbas et le MNA de Messali auraient dû être les représentants logiques de l’Algérie : ils avaient la légitimité et les compétences. Ils se sont laissé « absorbés » ou éliminés par les bouchers du FLN ....Pour mémoire DeGaulle a quand même essayé d’autres solutions (paix des braves, ...) qui ont toutes échouées. On peut reprocher une « secheresse » de coeur de DeGaulle et de la France de l’époque qui a trés mal accueilli les harkis et les pieds noirs, qui a même fait tirer au canon sur les civils européens de BaB El Oued ou tirer sur la foule pied noir rue d’Isly. Mais il n’y a pas eu volonté de massacres ou de liquidations des uns ou des autres ; simplement la volonté de partir au plus vite...
                    Enfin jamais la France n’a eu la haute main, ou même un pouvoir d’influence en Algérie depuis 1962...C’est d’ailleurs la seule qualité qu’on puisse reconnaître au FLN : une volonté d’indépendance tenace...Dommage qu’elle ait été accompagnée d’autant d’intolérance, de bêtise, de fanatisme...

                    • Massaliote 29 mars 2012 09:18

                      Pas d’accord. De GAULLE a livré a ses assassins Si Salah qui voulait faire la paix des braves. De Gaulle a fait bombarder Bab-El-Oued. De Gaulle a organisé le massacre de la rue d’ Isly. Devant l’histoire, De Gaulle a trahi sa parole, son armée, les intérêts de la France. Et nous a mis dans la situation actuelle où les « merah » vomissent à longueur de temps sur notre pays.


                    • OMAR 28 mars 2012 19:56

                      Omar 33

                      Kader Hamiche, Fils de Harki et fier de l’être..

                      Oui c’est votre droit d’être fier d’un choix qui n’est pas le votre...

                      Mais pourquoi traiter de renégats des enfants de harkis qui ne partagent pas ou plus, votre type de fierté ?

                      Pourquoi ne tenterez-vous pas de connaitre les raisons de leur choix ?

                      Et je suis persuadé que si vous faites un tour à Rivesaltes, votre fierté va se faner.

                      Mais je n’irai pas jusqu’à vous proposer de côtoyer un meeting du F.N, car je craindrai fort pour votre santé, ou tout-au-moins, pour vos oreilles.


                      • jaja jaja 28 mars 2012 20:03

                        Et il faut aussi en finir avec le colonialisme :

                        Déclaration de Philippe Poutou, solidaire des peuples des dernières colonies

                        mercredi 28 mars 2012

                        Ma solidarité avec les travailleurs et les peuples de tous les pays concernés par les élections présidentielles découle :

                        - De l’internationalisme qui anime naturellement tout anticapitaliste conséquent ;

                        - Des liens historiques noués entre les peuples malgré le terrible passé d’esclavage et d’oppression imposé par le colonialisme ;

                        Le NPA revendique l’héritage des luttes de tous les combattants anti-esclavagistes, anticolonialistes, anticapitalistes, des deux côtés de l’Océan.

                        Les peuples antillais se sont forgés dans une histoire douloureuse de résistances et de luttes souvent glorieuses. La suppression de la notion de peuples dans la constitution française au profit de celle de simples populations est une insulte à cette histoire. Avec les progressistes des Antilles, je me battrai pour revenir sur cette injustice.

                        Au-delà du programme général que nous définissons pour la France, nous faisons nôtres les revendications ci-dessous établies en concertation avec nos camarades du GRS.

                        En premier lieu, je proclame haut et fort le droit de tous les peuples à l’autodétermination.

                        En proclamant ce principe démocratique, j’ajoute que l’aide de l’Etat français au développement de ces pays doit être assurée, quelque soit le statut choisi par eux.

                        Je soutiens totalement l’exigence affirmée par certains mouvements anticolonialistes de Martinique et de Guadeloupe de l’élection par la population d’une assemblée constituante pour définir les institutions lui convenant.

                        Dans l’immédiat, sans attendre la mise en place de cette assemblée constituante, je soutiens la revendication que l’assemblée unique de la nouvelle collectivité de Martinique soit élue à la proportionnelle intégrale sans barre d’exclusion ni prime majoritaire.

                        J’affirme que les collectivités élues des dernières colonies doivent avoir :

                        • le droit et la pleine initiative économique sans l’entrave d’aucun corset néolibéral ;

                        • le droit d’affecter librement les aides de la France et de l’Europe, sous le contrôle des peuples et des instances judiciaires ;

                        • le droit de contrôler les importations et les prix par l’instauration de centrales publiques d’achat gérées localement ;

                        • le droit à l’adaptation des lois en matière économique, sociale, culturelle ;

                        • le droit d’initier une réforme des programmes scolaires avec une négociation permettant d’assurer la validité des diplômes délivrés sur tout le territoire français ;

                        • le droit à la protection du patrimoine foncier au moyen d’un établissement public foncier ou de tout autre moyen décidé sur place ;

                        • le droit de créer des services publics locaux dans le domaine de la petite enfance, du troisième âge, de l’énergie, avec une aide conséquente au lieu de la situation actuelle de transferts de compétences sans transferts de moyens.

                        Opposé aux menées visant à la recolonisation de peuplement, je soutiens l’exigence des peuples concernés à la priorité effective d’embauche pour les originaires et le droit de regard des assemblées élues sur tout projet d’investissement extérieur.

                        Je réclame aussi la réalisation d’une enquête indépendante sur le fonctionnement de la justice aux colonies, promise depuis de nombreuses années à un député martiniquais Alfred Marie-Jeanne.

                        Je sais parfaitement que ces orientations ne seront adoptées et n’entreront dans la vie que par la mobilisation des peuples concernés. Qu’ils soient d’ores et déjà assurés de notre indéfectible volonté de nous battre à leurs côtés sur ces points comme sur tous les sujets nécessitant des luttes communes ou des luttes spécifiques.

                        Le 16 mars 2012.


                        • gordon71 gordon71 28 mars 2012 22:45

                          poutou 


                          président 

                          le changement c’est sidérant

                          qu’il se rase pour commencer au lieu de nous barber 

                        • titi 28 mars 2012 22:48

                          « • le droit et la pleine initiative économique sans l’entrave d’aucun corset néolibéral ; »

                          Ca c’est du colonialisme... les peuples ont le droit de choisir le néolibéralisme indépendament des désiderata de M.Poutou.

                           

                          « Opposé aux menées visant à la recolonisation de peuplement, je soutiens l’exigence des peuples concernés à la priorité effective d’embauche pour les originaires »

                          OUI !!! OUI !!!! OUI !!! Et appliquons cela en France !!!!


                        • jaja jaja 28 mars 2012 22:57

                          Il est dit "nous faisons nôtres les revendications ci-dessous établies en concertation avec nos camarades du GRS.« ce ne sont pas donc que les exigences de »M. Poutou" comme vous dites...

                          En France il n’y a que les racornis du bulbe pour imaginer que les métros subissent le joug colonial imposé par les ressortissants d’une Nation étrangère. En fait ici il n’y a pas trop d’immigrés mais trop de racistes....


                        • titi 29 mars 2012 11:05

                          @Jaja

                          Si je comprends bien il y a la bonne et la mauvaise préférence nationale.

                          La bonne c’est lorsqu’on réserve prioritairement les emplois aux natifs, et la mauvaise c’est lorsqu’on réserve prioritairement les emplois aux natifs.

                          Mais bon c’est pas pareil !!


                        • Annie 28 mars 2012 20:41

                          je réponds à votre article et à tous les commentaires en même temps. Il n’est pas impossible de dépasser les événements de l’époque pour parvenir à négocier une paix difficile mais qui est quand même à portée de la main.
                          Les harkis ont fait un choix qui était tout à fait respectable à mon avis, mais je ne sais plus très bien aujourd’hui si ce qui est important est ce choix ou le nombre de personnes qui ont payé de leur vie pour l’avoir fait, en d’autres une reconnaissance du tribut qu’ont payés les harkis. C’est important, je vous l’accorde, et peut-être cela vaut-il la peine de se battre pour cela, mais si cela devait se mettre en travers d’une réconciliation, je ne suis pas sure de pouvoir soutenir vos arguments. Je souhaite par dessus tout que l’on reconnaisse le droit à l’auto-détermination des Algériens mais aussi le droit de ne pas être d’accord avec cette aspiration, et cela sans que les harkis soient montrés du doigt comme des traîtres.


                          • titi 28 mars 2012 22:19

                            «  mais si cela devait se mettre en travers d’une réconciliation, je ne suis pas sure de pouvoir soutenir vos arguments »

                            Et vice versa...

                            Ne laissons pas l’Algérie se mettre en travers de la réhabilitation dans leurs droits des Harkis.


                          • michel 29 mars 2012 14:57

                            le titre de ce texte est erroné ce n’est le la soit disant « fin » de la guerre d’algerie mais bien sa fin réelle, puisque ce pays et libre et indépendant depuis 50 années, alors l’amertume de quelques mélancoliques des colonies de papa n’y changera absolument rien


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès