• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Renault : lettre ouverte d’Annie Lacroix-Riz à Arlette (...)

Affaire Renault : lettre ouverte d’Annie Lacroix-Riz à Arlette Chabot, Nicolas Poincaré et Franck Ferrand

Madame, Messieurs,

Le 14 décembre, pendant plus de huit minutes, Nicolas Poincaré a interviewé sur Europe 1 Hélène Dingli-Renault sans l’exposer à la contradiction [1]. Les thèses avancées à cette occasion reproduisent celles du mari de l’intéressée, Laurent Dingli, également sur vos ondes et sans contradiction, le 3 août 2011 au cours de l’émission de M. Franck Ferrand, Au cœur de l’histoire, entièrement cautionnées par ce dernier. Constituant des contrevérités, elles sont démenties par les douze textes que vous trouverez ci-joints, envoyés à plusieurs de vos confrères le 12 décembre 2011. J’ajouterai de nouveaux éléments de démonstration dans plusieurs courriers suivants, destinés aux media en général.

Ces documents (copies ou transcriptions), de même que ceux à venir, infirment la thèse soutenue par Hélène Dingli-Renault le 14 décembre que Louis Renault « n’a pas collaboré avec les Allemands […] avec zèle et sans contrainte », a pratiqué une « production au ralenti » et « a moins produit que Citroën et Peugeot ». Les documents 5, 6 et 10 sont à cet égard explicites.

Selon le document 5, évoquant « le risque » de bombardements, le 13 janvier 1942 - soit près de deux mois avant celui du 3 mars -, Renault bénéficiait de privilèges exceptionnels, des surprofits consentis à « une entreprise particulièrement importante à activités multiples », avec le ferme soutien du comité d'organisation de l’industrie automobile (COA) dirigé par son « directeur responsable » François Lehideux, neveu de Louis Renault, alors en outre ministre de la production industrielle : 12%, soit deux fois plus que les plus petites entreprises, et encore 20% de plus que ses rivales puissantes, les « grandes entreprises », gratifiées de 10%.

Document 6 : contribution allemande directe à l’augmentation des capacités de la société anonyme des usines Renault (SAUR).

Document 10 : tableau comparatif par constructeur, attestant les effectifs salariés exceptionnels assurés aux usines Renault. Des textes suivront sur le rôle exceptionnel de la SAUR dans les livraisons à l’Allemagne.

Certains documents présentés ici contredisent simultanément l’affirmation d’Hélène Dingli-Renault que « les usines Renault n’ont jamais fourni de chars pour l’armée allemande, de même que les autres entreprises d’automobiles n’ont fourni de chars pour l’armée allemande ». La deuxième partie de la phrase de votre interlocutrice est obscure : j’ignore si elle a voulu opposer ou unifier tous les constructeurs, mais le document 4 confirme, comme je l’ai écrit dans mon ouvrage Industriels et banquiers français sous l’Occupation : la collaboration économique avec le Reich et Vichy, Paris, Armand Colin, 1999, 661 p., à la fois que Renault était constructeur de chars et qu’il n’était pas le seul.

Quoi qu'il en soit, la dénégation est reprise depuis janvier 2011 dans une foule de media par les héritiers de Louis Renault et leurs représentants, sans réplique faute de contradicteur informé : « jamais Louis Renault n’a accepté de fabriquer ni de réparer des chars pour les Allemands », avait déjà affirmé Laurent Dingli, cité par Thomas Wieder et Pascale Robert-Diard, dans Le Monde Magazine du 8 janvier 2011 (« Renault. La justice révise les années noires »). Elle est aussi erronée que les précédentes, bien que la Cour d'Appel de Limoges, s’érigeant en tribunal historique, l’ait cautionnée : son arrêt du 30 juillet 2010 tronque de nombreuses sources sur la fabrication de chars « pour le 15 juin » 1941 par les usines Renault citées p. 143-146 de l’ouvrage d’Industriels et banquiers français sous l’Occupation en les réduisant à « la reproduction d’une simple note attribuée à une source (R.M. 2 polonais) non identifiée, qui n’a été corroborée par aucun élément objectif. » Or, il s'agit d’un document de renseignement adressé au BCRA (Bureau central de renseignements et d'action) du général de Gaulle, classé comme RM 2 polonais, n° 1847, dossier n° 32, Seine, 30 avril 1941, source : Londres 1939-1945, 300, archives du ministère des Affaires étrangères. Les nombreux envois de ce type à Londres, « non identifié[s] » en clair, puisqu’il s'agit, par définition, de renseignements secrets, concordent tous (op. cit., loc. cit.). Ils ont constitué une source essentielle du choix par les Alliés anglo-américains des cibles de leurs bombardements, tel celui du 3 mars 1942 sur les usines Renault de Boulogne-Billancourt.

L’affirmation que la production était « contrainte » parce que Renault avait des « commissaires allemands » sera contestée dans un prochain courrier, pièces à l'appui.

Quoi qu'il en soit, les textes 2, 4, et 8 sont formels :

1° sur la réparation des chars français acceptée par écrit par Louis Renault le 1er août 1940, après « trois semaines » de négociations avec les Allemands, acceptation muée le 4 août en réquisition d’ateliers à « direction allemande » à la demande de Lehideux, au nom de Louis Renault : le texte 2 du 4 août 1940, présent dans plusieurs cotes du fonds Lehideux-COA de la Haute-Cour, constitua un élément d’accusation majeur de collaboration contre Lehideux, porte-parole officiel de Louis Renault.

2° sur la fabrication de chars et pièces de chars par les usines Renault. Sous l'Occupation, l’industrie automobile française ne fabriqua pas seulement des éléments finis ou complets (voitures, camions, chars, tracteurs militaires, etc.), mais des pièces de ces mêmes ensembles, d’un tonnage équivalent ou supérieur (par exemple en 1943). Une partie des éléments fabriqués étaient montés soit en France dans d’autres entreprises, soit en Allemagne : les constructeurs automobiles allemands, y compris les plus grandes marques, ne fabriquaient pas alors des véhicules complets, comme leurs homologues français, contrôlant la chaîne de fabrication entière, mais assuraient leur montage final. Les fonds Lehideux-COA sont extrêmement riches en la matière.

Hélène Dingli-Renault et Laurent Dingli ont la chance de n’avoir pas à commenter les bombardements alliés qui visèrent particulièrement les usines Renault, depuis celui du 3 mars 1942, « le plus dur pour » Louis Renault – formule de M. Dingli, le 3 août 2011, où Franck Ferrand n’a pas fait souffrir son interlocuteur à ce sujet ; Nicolas Poincaré n’a pas même posé la question à Hélène Dingli-Renault le 14 décembre 2011. Il convient pourtant d’expliquer au peuple français – que cette héritière de Louis Renault et son conjoint s’efforcent de mettre en condition pour le neutraliser ou obtenir son agrément à l’indemnisation que sept héritiers ont requise de l’État par leur assignation du 9 mai 2011 - pourquoi les usines Renault ont été particulièrement pilonnées par l’aviation anglo-américaine : par erreur, ou dans le but de commettre de purs « crimes de guerre » ou « contre l’humanité » ? Le document 9 ci-joint (réunion franco-allemande du 26 août 1943), dans lequel « M. Louis [Jean Louis, directeur des fabrications aux usines Renault] revient sur le désir exprimé par M. Louis Renault de voir le montage exécuté en dehors des usines, afin d’éviter les risques de bombardements », atteste la pleine conscience de l’industriel des motifs de l’exposition particulière de ses établissements aux bombardements alliés, au moment même où il acceptait d’augmenter la cadence de production « journalière » des camions (les 3,5 t du « front de l'Est ») « de 33 camions à 50 camions » - soit de 52%, en « un mois environ ».

Selon ce même document, « le Dr Wiskott demande à M. Louis si M. Schaaf ne pourrait pas rencontrer M. Louis Renault lors de son prochain passage à Paris. Ces messieurs s’entendent pour qu’en principe une entrevue entre eux ait lieu le lundi 30 août 1943, dans l’après-midi, le lieu et l’heure exacts devant être fixés ultérieurement. » Ce rendez-vous entre l’industriel et un dirigeant allemand de l’armement – pratique courante prouvée par d’autres documents de 1942 et 1943 qui seront envoyés plus tard - infirme la thèse, soutenue en chœur par MM. Dingli et Ferrand le 3 août 2011, d’un Louis Renault, déjà « aphasique » avant le 3 mars 1942, et dont le bombardement de ce jour aurait terriblement aggravé l’aphasie.

J’aborderai dans un autre courrier la question de l’indemnisation par l’État, c'est à dire par le contribuable français, de 1942 à 1944, des pertes occasionnées par ces bombardements.

Hélène Dingli-Renault et Laurent Dingli se taisent - les media, votre station comprise, s’abstenant de les interroger - sur les « usines souterraines » qui fonctionnèrent jusqu'en juillet 1944. Or, Louis Renault en personne, fortement demandeur auprès des Allemands, fut au minimum un de leurs initiateurs français, sinon leur initiateur. Ce même document 9 (réunion franco-allemande du 26 août 1943) le laisse entendre, se référant à la réunion franco-allemande précédente, du 24 août 1943, qui prouve l’initiative personnelle de Louis Renault en la matière : le compte rendu en sera envoyé par un prochain courrier, relatif aux « usines souterraines ». M. Dingli, disert contre mon article « Louis Renault et “la fabrication de chars pour la Wehrmacht” » (http://blogs.mediapart.fr/edition/usages-et-mesusages-de-lhistoire/article/160211/louis-renault-et-la-fabrication-de-char) au point de lui avoir consacré une rubrique de son site (« Réponse à l'historienne Annie Lacroix-Riz […] » : http://www.louisrenault.com/index.php/reponse-a-annie-lacroix-riz), n’aborde pas ce point, pourtant fort éclairant.

Sur ces « usines souterraines » ayant permis de servir la guerre allemande jusqu'en juillet-août 1944, époque où l’industrie allemande était éprouvée par les bombardements alliés, l’interrogatoire du chef SS Helmuth Knochen par le commissaire principal des Renseignements généraux, Marc Bergé, le 4 janvier 1947 (3 W, 358, interrogatoires d’Allemands, AN), recoupe strictement les fonds de 1944, dont de nombreux extraits sont cités dans Industriels et banquiers, p. 196-198.

Les archives démentent aussi formellement les affirmations relatives aux conditions :

1° d’arrestation de Louis Renault. Le sujet sera traité, pièces à l'appui, par le prochain courrier ;

2° d’incarcération de Louis Renault. Je cite Hélène Dingli-Renault sur vos ondes : « […] il a été incarcéré à la prison de Fresnes où il a été maltraité, il a été victime de maltraitance, il est resté sans soins, c’est un homme très malade, il est donc décédé des suites de maltraitance et du manque de soins ».

D'une part, le document 11 ci-joint atteste que Louis Renault passa l’essentiel de son séjour présumé « à la prison de Fresnes » dans une « maison spéciale de santé de Neuilly-sur-Marne » du 5 au 16 octobre inclus ; puis « dans un [autre] centre approprié à son état », où il mourut le 24 octobre suivant : le seul bulletin de santé du médecin de Neuilly-sur-Marne infirme la thèse à nouveau énoncée le 14 décembre 2011, après que, le 3 août, sur Europe 1, Franck Ferrand et Laurent Dingli eurent en outre imputé ces « mauvais traitements » à des ennemis de l’industriel, communistes ou assimilés ivres de vengeance. Les médecins, qui examinèrent et soignèrent Louis Renault, au minimum du 5 au 24 octobre 1944, sont ainsi accusés par une héritière et son mari – accusation relayée systématiquement sur les ondes d’Europe 1 - d’avoir cautionné son éventuelle « maltraitance » et de l’avoir laissé mourir par « manque de soins ». La seule source fournie érige le propos en diffamation.

D'autre part, le 12e document ci-joint montre que Me Isorni, avocat de la veuve de Renault – un des avocats de Pétain dont la pugnacité avait été démontrée au procès de juillet 1945 -, ne décela sur le cadavre, comme les autres témoins, « aucune trace de violences » à « l’ouverture du cercueil » (en vue de nouvelle autopsie) en février 1945, Le fonds BA 2135 des APP, source de ce document 12, établit que l’enquête de février 1956, rouverte à la suite de la plainte de Mme Veuve Renault, renouvela, après nouvelle autopsie, le constat de février 1945. Je puis mettre les pièces correspondantes à votre disposition.

Sur l’avant-guerre et le prétendu rejet du fascisme par Louis Renault, question dont je traiterai également dans un prochain envoi, Hélène Dingli-Renault a réitéré les contrevérités couramment exposées, notamment le 3 août 2011, par Laurent Dingli en déclarant à M. Poincaré : « la production avant guerre pour la mobilisation industrielle a été très importante au point, que, l’on ne le dit pas, peut-être pour des raisons idéologiques, mais les usines Renault ont été décorées de l’ordre de l’armement pour une production massive pour l’armée française. Donc, on se rend compte que, là produire insuffisamment pour la défense nationale, cela ne repose sur rien et en plus on peut constater que les usines Renault ont été, une nouvelle fois, je le répète, décorées de l’ordre de l’armement. »

Le texte 1 ci-joint - note des Renseignements généraux de la Préfecture de police du 25 novembre 1939 (BA 2136, Renault, APP) rédigée, selon l’habitude, à partir de données transmises par le commissariat de police de Boulogne-Billancourt -, décrit l’attitude de Louis Renault envers la défense nationale, près de trois mois après la déclaration de guerre. Ce sabotage public, en pleine guerre théorique contre l’Allemagne, infirme la thèse d’« une production très importante » avant l’Occupation. Constant, de la part de Renault, avant et pendant la « Drôle de guerre », ce sabotage de l’armement, qu’Emmanuel Chadeau, autre biographe de Renault, imputait à la conversion pacifiste de l’industriel, devenu « briandiste » après son allant guerrier de Grande Guerre (Louis Renault, biographie, Paris, Plon, 1998, passim), était fin 1939 si notoire qu’il contraignit le reste du conseil d'administration de la Société anonyme des usines Renault (SAUR) à inventer la double thèse, décrite dans ce document 1 :

1° d’un allant patriotique du lieutenant de Louis Renault, son neveu François Lehideux, pourtant en parfait accord avec son oncle, comme l’atteste l’énorme documentation française environnante de toutes origines ; à commencer par son mandat formel pour négocier avec les Allemands le 4 août 1940, énoncé au présent document 2,

et,

2° de la folie de Louis Renault, seule susceptible, en pleine guerre officielle, de le soustraire à l’accusation de « trahison » ou « intelligence avec l'ennemi » ou « complot » ou « crime contre la sûreté » ou « la sécurité de l’État » - avec ou sans précision « sûreté intérieure » ou « extérieure ». C’est ce dernier « crime contre la sûreté extérieure de l’État », défini par les articles 75 et suivants du Code pénal, puni de la peine de mort, qui figure dans le mandat d'arrêt de Louis Renault du 16 septembre 1944. On trouvera copie de celui-ci dans le prochain envoi.

D’autres documents, à venir, confirmeront le veto de Louis Renault contre la production pour la défense nationale, avant-guerre et pendant la « Drôle de guerre ».

Sur l’avant-guerre et la guerre, une question n'est jamais posée aux héritiers de Louis Renault – Europe 1 n’ayant pas failli à cette récente tradition fixée dès l’ouverture de leur campagne médiatique par l’article de Thomas Wieder et Pascale Robert-Diard dans Le Monde Magazine du 8 janvier 2011, intitulé « Renault. La justice révise les années noires » : celle de la violence répressive légendaire de l’industriel, relayée dans les usines Renault par ses délégués directs. Sa collaboration avec la police française, assumée en particulier par Lehideux, sera documentée par des sources d’avant-guerre et de la Drôle de guerre. Sera démontrée par la même voie archivistique la collaboration, sous l'Occupation, des usines Renault avec le tandem police française-police allemande. Cette activité participe non seulement de la collaboration économique (volonté d’accroître à tout prix le rendement, complaisance pour la « relève », etc.), mais de la collaboration politique stricto sensu. Ces dossiers montrent que les héritiers de Louis Renault ont été, avant-guerre, pendant la guerre et sous l’Occupation allemande, précédés dans la « souffrance » par les salariés de la SAUR : la question des terribles souffrances morales qui les accablent depuis leur naissance est régulièrement posée depuis janvier 2011 dans les media à Hélène Dingli-Renault et aux autres héritiers en mal de « réhabilitation » de leur grand-père ; celle des souffrances matérielles et morales infligées aux salariés ne l’a jusqu'ici pas été.

Je vous remercie de noter que M. Patrick Fridenson, systématiquement consulté ces temps-ci par les media et à nouveau cité le 14 décembre 2014 par Nicolas Poincaré, a consacré à Louis Renault et à la SAUR d’importants travaux s’arrêtant à septembre 1939, c'est à dire à la déclaration de guerre officielle, en particulier son Histoire des Usines Renault 1. Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Paris, Seuil, 1972. Spécialiste reconnu du Renault d’avant-guerre, M. Fridenson ne l'est pas du Renault de la Deuxième Guerre mondiale et de l’Occupation, comme l’atteste la liste de ses travaux (http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/membres-statutaires/fridenson-patrick/1850-bibliographie-1968-2002file=1 ; http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/341 Bibliographie 2003-2011).

La thèse, qu’il répète dans divers media depuis son interview du 23 novembre 2011 sur France Info, qu’« on ne sait pas » ce que Louis Renault a fait sous l'Occupation, notamment parce que « les archives allemandes ne sont pas ouvertes », ne reflète que sa propre ignorance ou sa négligence d’un dossier solidement étayé, au contraire, par les sources françaises et par des fonds allemands présents en France même.

Ainsi y dispose-t-on de la série AJ 40 des Archives nationale, dite « archives du Majestic », qui a constitué l’une des bases d’Industriels et banquiers français sous l’Occupation. M. Fridenson, à défaut de d’avoir lu ce livre, en connaît l’existence, de même que celle de tous mes travaux sur l’économie de l’Occupation parus depuis 1986 (« Les grandes banques françaises de la collaboration à l'épuration, 1940-1950 », revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, 1986 : « I. La collaboration bancaire », n° 141, p. 3-44 ; « II. La non-épuration bancaire 1944-1950 », n° 142, p. 81-101) : son intervention depuis 1994, soit contre leur publication, soit pour les (faire) critiquer à l'occasion de leur parution, l’atteste.

Certains des textes qui vous sont ici présentés sont extraits des fonds de la Haute Cour de Justice (instruction des procès des ministres et secrétaires généraux de Vichy) relatifs à Lehideux et au COA, dont le neveu de Louis Renault fut le « directeur responsable » du 30 septembre-1er octobre 1940 à son arrestation, le 25 août 1944, 3 W 217-234, série que j’ai intégralement dépouillée. Parmi eux figurent les documents 2, 5, 6, 8, comptes rendus de services allemands, traduits en français, explicites sur la réparation puis sur la fabrication des chars Renault au service de la Wehrmacht (voir également mon article déjà cité « Louis Renault et “la fabrication de chars pour la Wehrmacht” »).

Vous recevrez d’autres documents, classés par thème de justification des héritiers Renault. Je vous remercie, cependant, Madame, Messieurs, de noter d'ores et déjà que je conteste l’exclusivité que votre station accorde aux falsifications historiques répandues par ceux-ci, démontrées par les sources d’archives originales qui forment l’étai de mes propres travaux. M. Ferrand a, le 3 août 2011, laissé M. Dingli me mettre nommément en cause sur Europe 1, avant de le féliciter pour son rôle dans la croisade contre les historiens acharnés à « salir la mémoire de Louis Renault ». Les erreurs et contrevérités multipliées au cours de cette émission, l’agression de M. Dingli et les félicitations de M. Ferrand ont motivé mon courrier, fort courtois (copie ci-jointe [2]), adressé à ce dernier le 4 août, auquel je n’ai, à cette date, pas reçu réponse.

Je vous demande à nouveau, Madame, Messieurs, d’être invitée à informer vos auditeurs des faits historiques qui leur ont été ainsi celés, et ce, dans un premier temps, dans les mêmes conditions que vos interlocuteurs uniques les 3 août et 14 décembre 2011. Pour le reste, je suis naturellement ouverte au débat ou à la discussion, à l'encontre de ce qu’a affirmé M. Dingli le 3 août 2011. Dans la phase finale de l’interview du 14 décembre, M. Poincaré a évoqué l’énorme indemnisation qui résulterait d’un succès juridique des héritiers Renault, pesant sur le contribuable et jugée légitime par l’héritière Renault. Ce sujet intéresse les Français plus que mes opinions politiques, stigmatisées par M. Dingli sur vos ondes, et ailleurs : pareille méthode relève de la délation, pas du débat historique, qu’elle aide d'ailleurs à proscrire. Je conteste pour ma part les déclarations de M. Dingli démenties par les sources originales, non ses options politiques, qui m’indiffèrent.

Je m’étonne que les media qui, légitimement, ne signalent pas les orientations politiques de mes collègues, échelonnées de l’extrême droite à la gauche non-communiste, dénoncent les miennes. Je m’étonne plus encore qu’ils n’aient pas, votre station comprise, mentionné le grave conflit d’intérêts qui entache les interventions réitérées de Laurent Dingli : cet historien, spécialiste d’histoire moderne passé à l’histoire contemporaine en raison de ses liens avec une héritière qui assigne l’État en indemnisation, verrait son sort financier considérablement amélioré par le succès de l’entreprise. Je suis moi-même, dans cette affaire, indépendante, désintéressée et exempte de tout conflit d’intérêts.

Bien cordialement,

Annie LACROIX-RIZ, le 23 décembre 2011.
Professeur émérite d’histoire contemporaine
Université Paris 7-Denis Diderot
http://www.historiographie.info/

---------------------------------------------------------------------
Les douze documents :

1. Renault et le sabotage de la production de guerre, 25 novembre 1939, BA 2136, Renault, APP
2. Renault et la réparation des chars pour la Wehrmacht, 1er et 4 août 1940, AN, 3W 217, Haute-Cour, Lehideux
3. Renault, état d'esprit communiste résistant, 16 mai 1941, BA 2136, Renault, APP
4. COA et commandes allemandes de chars à Renault et autres, 27 mai 1941, AN, 3 W 225, Lehideux
5. Bénéfices exceptionnels de la SAUR, WI RÜ STAB, 13 janvier 1942, AN, 3 W 232, Haute-Cour, Lehideux
6. Augmentation permanente des capacités et constructions de la SAUR, avec l'appui allemand, 26 janvier 1942, AN, 3 W 231, Lehideux
7. Liste de 24 arrêtés Renault, 24 juillet 1942, BA 2136, Renault, APP
8. Contingents pour construction de la fonderie des usines Renault au Mans, pour chenilles de chars, 17 novembre 1942, AN, 3 W 227, Haute-Cour, Lehideux
9. Réunion franco-allemande du 26 août 1943 au RÜSTUNG- UND BESCHAFFUNGSTAB, Hôtel Astoria, Louis Renault insiste sur l'évacuation de Billancourt, AN, 3 W 227, Haute-Cour, Lehideux
10. Développement des capacités de la SAUR, effectifs 1940-1943, service statistique du COA, 4 novembre 1943, AN, 3 W 229, Haute-Cour, Lehideux
11. Renault mourant, Neuilly-sur-Marne, 16 octobre 1944, BA 2135, Renault, APP
12. Renault autopsie, Isorni à l'ouverture du cercueil, 13 février 1945, BA 2135, Renault, APP


-------------------------------------------------------------------
- Courrier adressé le 9 décembre dernier à Rémy Pfimlin, Président de France Télévisions, par l'Association Esprit de Résistance.
Réponse de Rémy Pfimlin.

---------------------------------------------------------------------

Claude Mazauric, professeur émérite d'histoire moderne, Tribune L'Humanité, le 23/12/11

---------------------------------------------------------------------

Annie Lacroix-Riz, invitée du Canard Républicain.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • exocet exocet 26 décembre 2011 13:36

    Tiens, un Procureur.


    • norbert gabriel norbert gabriel 26 décembre 2011 16:21

      Non, une historienne ..


    • voxagora voxagora 26 décembre 2011 13:48

      .

      Des questions me viennent à l’esprit à la lecture de cet article,
      où il n’est question que de LouisRenault , LouisRenault, LouisRenault, et ses usines :

      Qui composait l’entourage proche de LouisRenault ?
      Combien de personnes susceptibles de peser sur ses choix et décisions ?
      Combien de personnes travaillaient dans ces usines ?
      Combien de cadres, employés, ouvriers ? 
      Et combien chez les sous-traitants divers ?
      .
      .

      • Ouallonsnous ? 27 décembre 2011 00:07

        Voxagora, vous trouverez tous ces renseignements dans les écrits sur la question de Annie Lacroix-Riz qui a réalisée un travail remarquable de recherche !


      • jibe jibe 26 décembre 2011 14:24

        Si cette « historienne » avait un peu cherché, à propos des fabrications-réparations de blindés, elle aurait su que les Ateliers d’Issy-les-Moulineaux, où Renault fabriquait des chars, avaient été nationalisés en 1936 par le Front populaire (en même temps que la plupart des usines d’armement) et était devenu la société AMX qui a continué ses activités jusqu’à aujourd’hui, avec les chars du même nom !


        Louis Renault qui avait touché des indemnités pour cette nationalisation, n’avait, depuis, pas eu son mot à dire dans cette société.

        Le reste est du même tonneau.

        • wesson wesson 26 décembre 2011 14:52

          bonjour jibe,

          « Si cette »historienne« avait un peu cherché »

          ce pourquoi cette historienne est connue, c’est pour être un véritable rat de bibliothèque qui documente absolument tout ce qu’elle affirme.

          son texte et sa lettre ouverte regorge de références, votre argumentaire n’en contient aucune. Et si Renault n’avait selon vous plus son mot à dire, alors pourquoi ses descendants demandent à être indemnisé ???


        • jibe jibe 27 décembre 2011 12:05

          Les descendants demandent à être indemnisés pour la nationalisation des usines d’automobiles. (bien incapables de construire ou réparer des blindés). AMX appartenait depuis 1936 à l’Etat et était géré par le Ministère de l’industrie. Et il ne fallait pas être un rat de bibliothèque pour savoir cela. 


        • Sat is Fay 1er janvier 2012 18:41

          Pourquoi ils ont pas assez d’ pognons les descendants ?


        • Et hop ! Et hop ! 26 décembre 2011 15:13

          Tout ça est très compliqué, très long et peu convaincant.

          On préfèrerait que Mme Lacroix-Riz nous indique le nombre de chars Renault ou de camions livrés à l’armée allemande chaque année, avec des photos de l’armée allemande utilisant ce matériel, afin de se rendre compte de la réalité et de l’importance de l’aide apportée.

          D’autre part des documents indiquant quel était le pouvoir d’un industriel français en zone occupée, et quelles mesures il aurait dû prendre en 1940 pour que ses usines ne puissent ni être réquisitionnées, ni servir les intérêts allemands.

          Par ailleur, le PCF et la CGT, dont je crois que Mme Lacroix-Riz était membre, a incontestablement collaboré avec le IIIe Reich et l’armée allemande dès la signature du pacte d’alliance entre Hitler et Staline, est-ce qu’il n’aurait pas fallu aussi le nationaliser ?


          • jacques jacques 26 décembre 2011 23:40

            Michelin lui a caché son pneu radial aux allemands ,d’autres industriels (peu nombreux il est vrai) on pris les armes contre l’occupant .
            Quand au pacte germano-sovietique qui ont amené certains communistes a ne pas agir contre l’occupant nazi ,il est le pendant de l’action de la gauche bourgeoise et de la droite contre le communisme d’abord en Espagne en refusant d’aider les républicains puis en 1939 en laissant la Pologne se faire envahir l’arme aux pieds en espérant que l’URSS et Hitler se fasse la guerre après l’invasion et qu’ensuite il n’y aurait plus qu’a retirer la marrons du feu, les deux pays étant exsangues mais l’histoire ne s’est pas passé dans cet ordre.
            Renault est coupable même s’il n’est pas le seul ,il a été le fer de lance de la collaboration industrielle et si ses héritiers se manifestent si tard c’est qu’avant les témoins étaient toujours vivants.


          • titi 27 décembre 2011 00:26

            « Quand au pacte germano-sovietique qui ont amené certains communistes a ne pas agir contre l’occupant nazi »

            Euh... je crois qu’il vous manque des éléments...
            1. Concernant le pacte germano soviétique on ne parle même pas d’agir contre l’occupant, mais déjà d’agir contre l’envahisseur. Or en 1940 le PCF appelle les francais à déserter et à ne pas combattre pour le « capitalisme anglo-saxons ». D’ailleurs Thorez déserte.
            2. Pendant les premiers mois d’occupation, l’Humanité appelle à « fraterniser ». Ce ne sont pas « certains communistes qui n’agissent pas », mais l’exception réside plutot dans le nombre de communistes qui agissent ...
            3. Recherchez un peu à savoir ce que contient « l’appel du 10 juillet 1940 »... c’est assez drole...


          • chantecler chantecler 1er janvier 2012 13:57

            En 1940 , le PCF était interdit . Les militants pourchassés .
            Vous êtes sur le net : aucune excuse pour proférer des âneries pareilles : en 3 clics vous trouvez les infos .


          • le poulpe entartré 2 janvier 2012 05:44

            Simple pourtant,« Et hop » connait à peu près rien de l’organisation Todd, ni des exactions commises contre les syndicalistes (parfois en se trompant de personne) par les hommes de main de ce collabo, bien avant le début de la guerre. Cette défaite programmée par l’ensemble du patronat français à quelques trop rare exemptions près et dont il a été un vecteur de premier plan. « Et hop » nous dévoile ses lacunes en histoire, sa fainéantise de cancre démunis au possible pour laquelle la simple lecture d’ouvrages d’historien : c’est trop, beaucoup trop, presque un travail. Un article avec des renvois référencés et déjà, il est paumé. C’est le type même de citoyen que l’actuel gouvernement souhaite voir le nombre augmenter et pouvoir le manipuler comme bon lui semble. Apprendre, consiste pour lui à ouvrir la bouche et avaler, comme au fast food. Réfléchir ? Nan, l’histoire il veut bien mais en bande dessinée, avec des petites bulles rapides à lire. A la rigueur, version Paris Match, parce que les photos sont bien et là, il comprend tout et « se rendra compte de la réalité et de l’importance de l’aide apportée ». Sans déconner.

            Des radios comme Europerien, TFquedalle, RadioMonC.., sont les outils dont se servent la même bande pour répandre leurs idéologie foireuse que Maurice Papon aurait applaudi des deux mains. La réduction à la portion congrue des cours d’histoire en collège et lycée a cette vocation. D’autant plus, que les derniers manuels destinés à dispenser une bonne assise des différentes mutations de la France au cours des siècles et plus encore des dernières décennies, sont étonnement édulcorés sur l’implication des grandes entreprises françaises dans la défaite de 1940. Pas plus que sur le recyclage des collabos dans certaines administrations ou des grandes entreprises, un silence de monastère (où s’est planqué pendant des décennies le milicien Paul Touvier) s’installe. La déconstruction de l’école publique est une des étapes pour qu’il n’y ait plus que des « Et hop », avec autant de mémoire qu’un poisson rouge. 


          • Jorge Atlan 26 décembre 2011 15:39

            Je m’étonne du peu de considération pour une universitaire honorée par ses travaux et son sérieux.
            Avez vous pour seuls arguments les opinions politiques de Mme Lacroix-Riz. Vous voulez des chiffres, pour quoi ne pas allez les chercher, ou lire les bouquins de l’auteur ?
            Mais je crains que vous n’ayez aucune idée du temps passé a trier, compulser, recouper des archives.
            Connaissez vous un seul historien qui remette en cause de manière crédible les travaux ou les documents que 
            Mme Lacroix-Riz présente ?
            Il est vrai que nul n’est pas prophète en son pays et qu’il a fallut les ouvrages d’historien anglo-saxon pour mettre fin fin au mythe du « bouclier et du glaive ».
            IL n’appartient pas aux tribunaux de dire l’histoire comme il n’appartient pas aux députés de voter des lois scélérates ( fondées ou non) sur le devoir de mémoire.
            Curieusement depuis quelques années les collaborateurs se sentent suffisamment fort pour tenter de récrire l’histoire a leur avantage..

            Je vous renvoi a un nom celui de Georges albertini et a ce que furent ces « œuvres » après guerre. Cela vous donnera une idée de la continuité des agissements de ces collaborateurs économiques après la fin du nazisme. A la rigueur si la lecture des ouvrages de Mme 
            Lacroix-Riz vous font peur, allez faire un tour sur france Inter dans les émissions de Rendez vous avec monsieur X, cela vous donnera une petite idée de l’iceberg.
            Peut on croire que les actions des Dingli soient si désintéressé et que derrière la réhabilitation d’un nom, il ne s’agisse de mettre la main sur de grosse, très grosses indemnités .
            Après une Bétencour, un Tapis, il ne manque qu’un Renault. Nous n’en sommes plus a quelques dizaines de millions d’Euros, puis que nous sommes des dépensiers honteux qui vivont au-dessus de nos moyens.


            • tiloo87 tiloo87 26 décembre 2011 16:57

              Beau travail ! (Et qui semble déranger pas mal de monde...)

              Je serais tenté de dire qu’il y a prescription, mais les ré-écriveur d’Histoire, nieurs de passé, blanchisseurs d’ancêtre obligent à rester vigilants...


              • Proudhon Proudhon 26 décembre 2011 18:38

                Comment des gens peuvent croire encore que ces puissants de l’argent n’ait pas collaboré avec les nazis. Ce sont eux qui les ont mis au pouvoir.

                Tous les gros industriels français ont de près ou de loin collaboré avec l’allemagne nazie. Souvenez-vous du fondateur de l’Oréal, des Dupont de Nemours (voir un espion au coeur de la chimie nazie !) des maîtres des aciéries etc...


                • lereveur 26 décembre 2011 20:14

                  Cette « historienne » est surtout connue comme stalinienne la plus moisie qui puisse encore exister, niant systématiquement les génocides et les tueries du petit père des peuples. Comme holodomor. Si la justice fonctionnait normalement elle aurait déjà du se retrouver dix fois devant la 17ème chambre !

                  Les descendants de Louis Renault attaquent simplement une nationalisation en marge de toute décision de justice.


                  • le poulpe entartré 2 janvier 2012 05:49

                    Mais non, ils veulent réhabiliter un collaborateur zélés des nazis en façade et faire un coup similaire à celui qu’à réalisé Bernard Tapie avec la sollicitude de Christine Lagarde. Pour eux, le pognon est le seul axe (pour une fois sans croix gammée ostentatoire).


                  • exocet exocet 26 décembre 2011 20:43

                    « Les descendants de Louis Renault attaquent simplement une nationalisation en marge de toute décision de justice. »

                    Ils devraient aussi attaquer un assassinat : des courriers clandestins de Louis Renault en prison appelant à l’aide indiquent que ce dernier était battu et torturé toutes les nuits par les communistes, dans le but de céder son usine.


                    • exocet exocet 26 décembre 2011 20:48

                      Louis Renault n’a été sorti de prison que pour mourir à l’hôpital.


                      • Zobi Aldo Rifort 26 décembre 2011 21:08

                        Pourquoi remettre ça sur le tapis aujourd’hui ?
                        L’atmosphère est-elle favorable à une certaine forme de révisionnisme ?


                        • Zobi Aldo Rifort 26 décembre 2011 21:11

                          Je ne sais pas si tous les anciens collabos peuvent se payer une telle campagne médiatique pour se réhabiliter ? Il doit y avoir un certain soutien...


                          • franck2012* 26 décembre 2011 21:43

                            Mme Lacroix-Riz a prouvé que le Zyclon B (*) avait essentiellement été produit en France... ce qui l’a carrément fait détester dans les cercles académiques . Elle a aussi prouvé que les archives nationales étaient ouvertes aux seuls historiens académiques . Elle dit aussi que l’histoire française est moribonde ... tuée par le politiquement correct .

                            (*) Ce qui relance la polémique sur l’utilisation de ce produit par ricochet . Et sans que cette historienne l’ait souhaité . Mais de celà vous n’entendrez pas parler. Ni même par cette femme assez autoritaire et très marquée par l"appartenance au communisme. Son propos étant de démontrer que le patronat français était responsable de la victoire du Reich, et de son appui au travers de la collaboration. Cela elle l’a démontré.

                            CCl : Quand un historien fait son travail d’une façon partisane, il peut le faire bien. Trop bien même ... smiley ... en soulevant un lièvre de trop. 


                            • titi 27 décembre 2011 00:05

                              "Mme Lacroix-Riz a prouvé que le Zyclon B (*) avait essentiellement été produit en France...

                              C’est un principe maintenant admis : sans l’industrie francaise à son service, la main d’oeuvre francaise dans ses propres usines, le Reich n’aurait pas pu mobiliser autant d’hommes sous les drapeaux. La France a été la cheville ouvrière du Reich.

                              Prétendre que le patronat est à l’origine de la défaite c’est carrément gonfé quand on adhère ostensiblement au PCF et que l’on se remémore l’attitude du PCF de la période allant de la signature du pacte germano-soviétique jusqu’à avril 1941.

                              A d’autres termes, Madame Lacroix Riz fait peut être très bien sont travail, mais ses conclusions seront toujours supectes : cherche-t-elle la vérité ou à blanchir le PCF ?
                              En claire  : elle n’a pas le cul propre.


                              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 décembre 2011 01:52

                                @Lerêveur : « Cette »historienne« est surtout connue comme stalinienne la plus moisie qui puisse encore exister, niant systématiquement les génocides et les tueries du petit père des peuples. »


                                Avez-vous des textes de cette historienne à nous indiquer pour prouver ce que vous dites ? Nous sommes sur Internet, c’est facile de donner un lien et c’est la moindre des choses quand on porte de si graves accusations. Je préfère qu’on me donne un lien plutôt qu’on me dise « il est connu que ». 

                                • lereveur 27 décembre 2011 04:51

                                  Si vous en êtes là ... !

                                  Cherchez !


                                • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 décembre 2011 10:35

                                  Votre réponse en plus d’être malpolie est d’une grande stupidité. La discipline historique repose sur la citation des sources et apparemment vous n’y comprenez rien. 


                                • garisamui garisamui 27 décembre 2011 08:40

                                  et Staline n’a pas génocidé 86 millions de personnes, ni ordonné le massacre de Kathyn de tous les officiers et sous-officiers de l’armée polonaise, les juifs si bavards sur la shoah ne parlent jamais des dédommagements colossaux perçus, ni que certains d’eux étaient impliqués dans le Zyclon B, et que Marchais n’a jamais été volontaire pour travailler en Allemagne, non non jamais jamais, et que Mitterrand n’a jamais été l’ami de Papon... etc... etc... etc...

                                  Grand Dieu, vous n’avez rien à foutre que de remuer la merde de 66 ans en arrière ???!!!

                                  Aujourd’hui des vieux crèvent la dalle, des gosses meurent de faim.... en France !

                                  Que les morts reposent et que l’on s’occupe des vivants maintenant, futurs morts...


                                  • wesson wesson 1er janvier 2012 19:26

                                    Bonjour Garisamui,

                                    « Staline n’a pas génocidé 86 millions de personnes »

                                    ben justement non ... Ce chiffrage est propagé par « l’historien » Stéphane Courtois qui lui aussi est très engagé politiquement, mais à l’extrême droite. Il est donc fréquemment ressorti et utilisé notamment par les révisionnistes de la Shoah ...

                                    Depuis l’ouverture des archives soviétiques, un chiffrage précis a été établi. Du 1er Janvier 1934 au 31 Décembre 1947, 963.866 prisonniers sont mort dans l’ensemble des camps soviétiques. Le consensus historique étant pour 15 à 18 millions de Russes qui seraient passés par le Goulag, et donc environ 1 million qui y sont mort.

                                    le reste de vos affirmations est de la même eau sale !


                                  • lereveur 1er janvier 2012 21:54

                                    Un des intérêts de ce genre de papier est qu’il agit comme un pot de miel pour attirer les quelques félés du stalinisme qui trainent encore dans les couloirs poussiéreux de quelques facs en capilotade. Un wesson de service nous classe Courtois à l’extrême droite !!

                                    Et nous donne un décompte à l’unité près des assassinés par Staline. A-t-il lu Robert Conquest ? Parle-t-il de solovki et de kolyma ? Quant à cette bonne femme et à ses recherches, chacun sait qu’elle est une des dernières stalinienne moisie, niant holodomor. Précision : il n’y a jamais eu un milligramme de Zyclon B fabriqué sur le sol français. Même les Klarsfeld n’en ont pas trouvé !! Louis Renault a été assassiné par les cocos à la Libération et ses descendants ouvrent le dossier. Comme d’autres sont allés déterrer des histoires tout à fait comparables.


                                  • NeverMore 27 décembre 2011 10:34

                                    Cet article n’est pas une tranche d’histoire, mais un procès, avec une vision encore plus unilatérale et vindicative que celle qu’elle condamne.

                                     


                                    • Gérard Luçon Gerard Lucon 27 décembre 2011 10:39

                                      le nom « renault » est indissociablement lie au nazisme et a hitler, ce n’est pas le passe du collaborateur nazillon louis renault qu’on devrait faire ressurgir, c’est ce nom qu’on devrait bannir « ad vitam aeternam » .. au meme titre qu’il est interdit de se promener avec une svastika, il devrait etre interdit de s’appeler renault, d’utiliser ce nom pour representer la France, de s’appeler renault ! ... ou alors il faudrait jouer « franc jeu », changer le logo des voitiures renault et le remplacer par cette meme svastika, et enfin appeler un chat, un chat


                                      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 27 décembre 2011 11:42

                                        C’est vrai ! Pourquoi la marque Renault existe t-elle encore ! Je boycotte ce nom maudit, symbole de haine et d’antisémitisme depuis toujours. La seule vue du losange sur les concessionnaires ou les panneaux publicitaires me donnent envie de vomir.


                                        D’ailleurs je ne roule qu’en Mercedes ou Volkswagen.



                                      • titi 28 décembre 2011 00:14

                                        "D’ailleurs je ne roule qu’en Mercedes ou Volkswagen.

                                         smiley


                                      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 décembre 2011 10:39

                                        Cette affaire est d’un grande complexité et j’ai l’impression que ceux qui n’ont aucune connaissance sérieuse du sujet veulent quand même avoir une opinion, par principe. Et la défendre avec véhémence ! En ce qui me concerne, j’ignore tout de ce sujet et il me faudra encore bien du temps et des recherches pour arriver à m’en faire une idée claire. Avant de juger, il faut s’informer, étudier, rechercher.


                                        • Blé 27 décembre 2011 12:39

                                          Madame Annie Lacroix-Riz fait plus que son métier, elle veut diffuser l’ Histoire avec un grand « H » auprès du plus grand nombre. Pas besoin d’être un spécialiste quand elle parle, quand elle explique, elle donne systématiquement ses sources.

                                          Durant des années, on m’a dit que mes ancêtres étaient gaulois, jusqu’au jour où sachant lire j’ai pu constater que c’était faux pour une bonne partie de la population française. Les historiens ne sont pas neutres sur le plan politique, donc il faut les lire en le sachant.

                                          Ce qui est le plus regrettable, c’est le peu de soutien qu’elle a de la part de ses collègues historiens, eux pensent à leur carrière.


                                          • gordon71 gordon71 29 décembre 2011 07:43

                                            les historiens ne sont pas neutres ???


                                            blé révisionniste va

                                          • yvesduc 27 décembre 2011 21:20
                                            Cachez cette collaboration que je ne saurais voir…

                                            Merci à Annie Lacroix-Riz pour ce rectificatif édifiant.

                                            • aliante 28 décembre 2011 02:00

                                              Elle a écris avec les archives à l’appui, notamment celle de la police française qui sont incontestables
                                              aussi ,il faut arrêter d’enfermer cette historienne dans un parti pris sous prétexte qu’elle
                                              a une certaine sensibilité politique à gauche,Elle a des preuves de ce qu’elle avance point barre que ça ne plait et que ça ne plait pas c’est ainsi ce sont les archives du passé de la France
                                              il faut les prendre comme elles sont plutôt que de censurer cette dame ,les journalistes feraient mieux de s’en inspirer pour ne pas recommencer les mêmes erreurs ,à savoir de laisser ces oligarchies faire la pluie et le beau temps comme ils le font en ce moment en obeissant comme des caniches aux pressions de leur patrons banquiers ou industriels


                                              • Zobi Aldo Rifort 28 décembre 2011 13:22

                                                Renaud est un chanteur ;D


                                              • wesson wesson 1er janvier 2012 19:29

                                                « Les héritiers pourquoi ont’ ils attendues 66 ans pour revendiqué leurs droit ? »

                                                parce que il y a au pouvoir en France des gens suffisamment corrompu et marqué à l’extrême droite pour non seulement accepter ce révisionnisme historique, mais en plus l’encourager et faire en sorte qu’il coûte cher au contribuables.


                                              • Sat is Fay 1er janvier 2012 18:48

                                                En plus d’être révisionnistes, les médias et leurs brouteurs de fion pratiquent le maccarthisme.


                                                • lereveur 1er janvier 2012 21:55

                                                  Un des intérêts de ce genre de papier est qu’il agit comme un pot de miel pour attirer les quelques félés du stalinisme qui trainent encore dans les couloirs poussiéreux de quelques facs en capilotade. Un wesson de service nous classe Courtois à l’extrême droite !! Et nous donne un décompte à l’unité près des assassinés par Staline. A-t-il lu Robert Conquest ? Parle-t-il de solovki et de kolyma ? Quant à cette bonne femme et à ses recherches, chacun sait qu’elle est une des dernières stalinienne moisie, niant holodomor. Précision : il n’y a jamais eu un milligramme de Zyclon B fabriqué sur le sol français. Même les Klarsfeld n’en ont pas trouvé !!


                                                  • wesson wesson 2 janvier 2012 00:54

                                                    Je n’ai pas pour habitude de répondre aux nostalgiques de pétain, qui sont principalement ceux qu’attire un tel papier - pour venir vomir leurs attaques ad hominen - mais c’est la nouvelle année, alors démontons ces sornettes.

                                                    « A-t-il lu Robert Conquest ? »

                                                    Les « travaux » de Robert Conquest (qui publiait dans une maison d’édition appartenant à la CIA) concernant le nombre de morts victimes du régime soviétique ont été totalement réfutés lors de l’ouverture des archives soviétiques dans les années 1990, notamment par les travaux des historiens Russes V.N. Zemskov, A.N. Dougin et O.V. Xlevjnik. L’ensemble des chiffres que Conquest mentionne sont des estimations aux doigt mouillé totalement fausses, extrapolés avec une méthode pseudo-scientifique. Exemple : En 1950 Conquest « compte » 12 millions de prisonniers politiques, en réalité il y en à 578.000, presque 21 fois moins...

                                                    « chacun sait qu’elle est une des dernières stalinienne moisie, niant holodomor »

                                                    attaque ad hominem, argument d’autorité (chacun sait que), non sourcé : Un classique - qui plus est diffamatoire !

                                                    "Précision : il n’y a jamais eu un milligramme de Zyclon B fabriqué sur le sol français.« 

                                                    mais oui, mais oui ...

                                                    En fait, l’histoire de cette révélation est assez croquignolette. Annie Lacroix-Riz publie en 1994 sa démonstration dans un livre  »Industriels et banquiers sous l’occupation« . Le journal Le Monde reste prudent »ALR publie un peu plus qu’une hypothèse, mais un peu moins qu’une preuve« .

                                                    En 1997, Libération publie une réfutation pas très habile d’Hervé Joly, citant un mémoire écrit par Ugine après guerre expliquant que le Zyklon B Français n’était pas destiné aux SS : »travaux de destruction de parasites (puces, vermine, etc.) effectués sur réquisition allemande dans les casernes ou campements occupés par des troupes allemandes et travailleurs français et étrangers« . Ainsi donc en 1944 alors que l’armée Allemande prenait la patée en URSS et que les Américains débarquaient sur les côtes Française, dans un souci de propreté, d’hygiène, l’état-major nazi accélérait la production de Zyklon B français pour laisser le pays dans l’état où il l’avait trouvé !

                                                    Pas de pot, le travail d’ALR s’est retrouvé corroboré par des preuves assez peu discutables : Des photos d’ouvriers Français posant devant les boites de Zyklon B, ainsi qu’une étiquette originale cachée en 1942 par l’ingénieur François Copie, peu avant qu’il ne rejoigne le maquis.

                                                    Bref, du Zyklon B a été fabriqué en France, en grande quantité, et certainement à destination des camps nazis. Pour que les Klarsfeld n’aient pas trouvé ça, il leur a suffit de ne pas chercher.

                                                     »Un wesson de service nous classe Courtois à l’extrême droite !!« 
                                                    je maintient : Courtois est non seulement d’extrême droite, mais en plus un faussaire qui - dans son livre noir du communisme - avait une obsession : arriver à 100 millions de morts, et a donc falsifié des chiffres de ses coauteurs pour que ça le fasse. La moitié d’entre eux se sont totalement désolidarisé et on publiquement protesté contre le »travail" fait par Courtois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès