• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Après les juges, les diplomates ?

Après les juges, les diplomates ?

Manœuvre politicienne ou inquiétude corporatiste ? Une tribune qui risque bien de déclencher des polémiques contreproductives.

Avec le renversement des deux piliers de la politique méditerranéenne de la France, Zine Ben Ali et Hosni Moubarak et les autres soulèvements ou révolutions en cours, que ce soit en Libye, au Yémen, au Bahreïn, en Algérie, en Jordanie, au Maroc, et même en Iran, la politique étrangère française est sans aucun doute très secouée et devra être redéfinie clairement et si possible rapidement.

Elle est assurément plus déstabilisée que dans d’autres pays, notamment aux États-Unis de Barack Obama qui ont montré, avec la révolution égyptienne, une retenue et une prudence très efficaces.

Par ailleurs, les affaires politico-vacancières de la représentante de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, qu’elle ait commis des actes répréhensibles ou pas, polluent quotidiennement le message que la France veut délivrer dans cette période très incertaine.


Une mystérieuse officine

Dans le journal "Le Monde" daté du 23 février 2011 est publiée une tribune sous le nom de "Marly", un collectif de diplomates en activité ou à la retraite qui s’est réuni plusieurs fois pour évoquer la politique extérieure de la France.

L’objectif de la tribune est de dénoncer « certains choix du chef de l’État » en livrant « son analyse critique de la politique extérieure de la France sous Nicolas Sarkozy ».

Hélas, si le papier commence par ces mots : « La manœuvre ne trompe plus personne », j’ai l’impression que la phrase risque plutôt de se retourner contre ces soi-disant diplomates. J’écris "soi-disant" puisque rien ne prouve que ce collectif réunit réellement des diplomates, il faut juste les croire sur parole.

Et c’est là que cela cloche. Quel est le but d’une telle initiative ? Essayer d’influer sur la politique extérieure, l’améliorer, la rendre plus efficace ? Ou faire de l’antisarkozysme primaire ?

Pourtant, la politique extérieure de la France est critiquable sur bien des points, c’est certain, et sans doute sur une absence de vision claire, celle qui a permis à De Gaulle par exemple, mais pas seulement, de donner à la France une voix forte et écoutée au sein de la communauté internationale.

Ainsi, sur le principe de faire une analyse critique, on ne peut rien reprocher, au contraire, c’est un droit dans une démocratie, mais sur la méthode de ce mystérieux commando "Marly", il y a beaucoup à redire.


Représentativité d’une lettre …anonyme

La première critique que je formulerai, c’est que le texte ne cesse de mettre en exergue "les diplomates" : « Les diplomates français n’ont qu’un souhait… », « Les diplomates appellent de leurs vœux une telle réflexion… » etc. alors qu’ils ne représentent rien, ils n’ont même pas le courage de signer leur texte et on ne sait ni le nombre, ni la réelle diversité (ils revendiquent une diversité de génération et d’opinion politique), ni même si ce sont bien des diplomates. Ce qui est bien avec les tracts anonymes, c’est qu’on peut tout dire, et n’importe quoi. La lâcheté du verbe ?

Si je m’en tiens à ce que dit le texte, c’est pour le moins maladroit sinon de la désinformation de se présenter comme "les diplomates français", même pas "des" diplomates, ou "certains" diplomates. J’imagine que ce n’est pas un syndicat, ni des représentants du personnel ni rien de tel. Au nom de quoi se sentent-ils investis de parler pour tout leur corps ?


Corporatisme ?

La démarche se voudrait apolitique mais fleure bon, comme je l’ai écrit au début, l’antisarkozysme primaire. Pourquoi pas ? mais dans ce cas, la crédibilité en devient quasi-nulle. Pour preuve, dans une même phrase, le texte parvient à "casser" à la fois Claude Guéant, Henri Gaino et Michèle Alliot-Marie : « Nous sommes à l’heure où les préfets se piquent de diplomatie, où les "plumes" conçoivent de grands desseins, où les réseaux représentant des intérêts privés et les visiteurs du soir sont omniprésents et écoutés. ».

La critique contre les "préfets" et contre les "plumes" est assez intéressante d’autant plus qu’elle n’est pas nouvelle : de tout temps la diplomatie française a accueilli en son sein de nombreux écrivains, que ce soit Chateaubriand (pour le plus illustre d’entre eux) que des personnages plus récents comme Pierre-Jean Rémy (académicien récemment disparu) ou Éric Rouleau (Alain Peyrefitte ayant été un peu les deux).

Mais surtout, elle révèle avant tout une préoccupation corporatiste qui a peu à voir avec l’intérêt national même si elle est respectable. Par exemple, le collectif conteste l’organisation de la Conférence de Copenhague sur le changement climatique par le Ministère de l’Écologie de Jean-Louis Borloo plutôt que par le Quai d’Orsay, ce qui était pourtant, au contraire, bienvenu (là, on parle de "marquage de territoire" ou de "chasse gardée", cela fait un peu "cour de récréation").


Quelques simplifications et légèretés

Il y a encore beaucoup de contradictions, d’inexactitudes ou de mauvaise foi dans cette tribune et je vais essayer d’en prendre quelques autres exemples.

Ainsi, le collectif parle de « notre retour à l’OTAN » alors que tout le monde sait que la France n’est jamais sortie de l’OTAN mais avait seulement quitté son commandement intégré (qui a donc dû déménager de Paris à Bruxelles) et que l’engagement des troupes françaises notamment en Afghanistan méritait que la France puisse au moins prendre part aux décisions opérationnelles qui concernent ses propres hommes.

Tout comme parler de "ralliement" : « aujourd’hui, ralliés aux États-Unis » alors que nous avons toujours été les alliés des États-Unis, heureusement d’ailleurs, car sans eux, la Seconde guerre mondiale aurait eu un cours très différent, et cette alliance a été d’ailleurs largement célébrée par les rencontres entre François Mitterrand et Ronald Reagan dans les années 1980.

C’est également faire preuve de peu de responsabilité de peindre un tableau trop noir pour être crédible (l’excessif est insignifiant, m’avait-on appris dans mes humanités) d’autant plus quand ils en viennent même jusqu’à regretter qu’il n’y ait pas de "WikiLeaks à la française" pour tracer le travail des diplomates français.

Mauvaise foi de parler d’impulsivité pour le projet ambitieux de l’Union pour la Méditerranée, alors que cette idée était déjà dans les cent dix propositions du candidat François Mitterrand au printemps 1981, il y a trente ans ! La treizième exactement (« création d’un Conseil des peuples méditerranéens »).

Enfin, aucune solution n’est apportée, aucune thérapie après un diagnostic pourtant très sévère, si ce n’est des lieux communs très consensuels : « Ils souhaitent aussi que notre diplomatie puisse à nouveau s’appuyer sur certaines valeurs (solidarité, démocratie, respect des cultures). ».


C’est celui qui dit qui est ?

Manque de rigueur, donc, simplification à outrance, mauvaise foi, irresponsabilité, préoccupations médiatiques, manque de discrétion (par ce texte public)… c’est pourtant ce que ces diplomates reprochent au Président Nicolas Sarkozy et qu’ils appliquent eux-mêmes dans leur initiative. Ils ont beau lâcher un argument d’autorité en citant une ancienne tribune dans le même journal de deux anciens Ministres des Affaires étrangères, Alain Juppé (actuel Ministre de la Défense) et Hubert Védrine (qui s’inquiétaient de la réduction des budgets), l’opération de ce jour ne trompe pas beaucoup de lecteurs.

Car s’ils voulaient être vraiment efficaces, est-ce qu’un papier publié dans l’un des grands quotidiens nationaux aurait l’impact souhaité ? une démarche plus discrète auprès de ceux qui décident n’aurait-elle pas eu plus d’influence que de braquer ainsi directement et publiquement les responsables de la politique extérieure de la France ?


Prendre date, comme assurance contreprésidentielle ?

Mais le but serait peut-être bien différent. La peur pourrait aussi avoir motivé cette tribune. Peur que leur corps de la haute administration soit stigmatisé après le ciblage présidentiel contre les juges et la police dans la tragique disparition de Laetitia Perrais ?

En écrivant très explicitement : « Cette perte d’influence n’est pas imputable aux diplomates mais aux options choisies par les politiques », ils cherchent à se dédouaner, mais dans un autre sens, il est somme toute normal que ce soit le politique, démocratiquement élu, qui ait le dernier mot.

Et comme au Quai d’Orsay, le changement est une valeur complètement inconnue voire incongrue, la moindre évolution internationale provoque souvent de réelles incompréhensions (on peut se rappeler la réunification allemande et la guerre civile en Yougoslavie), il me paraît bien nécessaire que ce soit au pouvoir politique d’impulser les indispensables inflexions d’une diplomatie très conservatrice.

C’est peut-être ce que ce mystérieux groupe "Marly" voudrait éviter, qui sait ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 février 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :

Tribune du collectif Marly dans "Le Monde" du 23 février 2011.
Ben Ali.

Moubarak.



JPEG - 38.2 ko


JPEG - 24 ko

Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • frugeky 23 février 2011 09:13

    Les diplomates ont entièrement raison de se défendre de la sorte sauf que eux ne sont pas une autorité et doivent se préserver derrière l’anonymat, comme les militaires de surcouf.
    Ils manqueraient à leur devoir envers la France s’ils ne signalaient pas les erreurs faites par le chef de l’Etat.
    Attaqué par un sarkosy qui se plaint de ne pas avoir été prévenu de l’imminence des évènements en Tunisie alors qu’il ne faisait aucun cas des courriers qui lui étaient adressé, sûr de la pertinence de ses conseillers, tel ce Boillon, nommé en dehors de toute forme protocolaire ou cet autre, « plume », qui lui faisait dire que l’africain n’était pas rentré dans l’histoire, on constate que les énormes conneries du président sont toujours relayées ensuite vers les personnes qui n’en sont pas responsables.
    Quant au commandement intégré de l’Otan afin de pouvoir participer aux décisions opérationnelles, ouarf, ouarf, ouarf....


    • dogon dogon 23 février 2011 10:00

      L’anonymat conservé par ces diplomates est bien compréhensible.
      Si certains d’entre eux sont encore en activité, il serait très intéressant pour le pays dans lequel ils sont en fonction de connaître leur avis sur la politique internationale de leur propre pays.
      C’est s’ils avaient donné leurs noms que je me serais posé des questions sur leur but. Cela aurait certainement entraîné un plus grand discrédit, si c’est encore possible, sur notre politique étrangère.
      Dans le cas qui nous intéresse, je trouve cette démarche tout-à-fait justifiée et responsable.


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 23 février 2011 10:40

        Pour suivre l’Actualité-anti- Boris Boillon, consulter les deux Pages suivantes :

        1. « TOUS CONTRE BORIS BOILLON (nomination humiliante pour la TUNISIE !) » :

        http://www.facebook.com/event.php?eid=146015458791920

        2. « NON à « Boris Boillon » (nommé ambassadeur de France en TUNISIE) » :

        http://www.facebook.com/ ?sk=messages&ref=mb# !/home.php?sk=group_137904179607057

        HORCHANI Salah


        • paul 23 février 2011 11:26

          Les inconditionnels sarkozistes dénoncent l’anonymat du collectif de diplomates « Marly » .
          Ils oublient qu’en juillet dernier, Védrine et Juppé avaient dénoncé publiquement la politique
          étrangère du responsable élyséen, par ces mots :
          « l’outil diplomatique est sur le point d’être cassé » .
          Les évènements actuels au Maghreb, l’affaire Cassez, le sarkoboy Boillon, plongent la diplomatie française dans le ridicule ,pendant que Guaino se contente de parler d’un tract politique . Le même mouvement de contestation touche des institutions traditionnellement silencieuses par devoir : magistrats, armée, policiers . Ça sent un peu le roussi, non ?


          • Philou017 Philou017 23 février 2011 11:34

            Que peut-ion attendre d’un autiste UMP comme Rokotaorison, qui est une sorte de moine-soldat indéfectible du parti ? Pas grand chose d’honnête des que son parti chéri est mis en cause et ce texte le confirme.

            "ils n’ont même pas le courage de signer leur texte et on ne sait ni le nombre,
            ni la réelle diversité (ils revendiquent une diversité de génération et d’opinion politique), "ni même si ce sont bien des diplomates. Ce qui est bien avec les tracts anonymes, c’est qu’on peut tout dire, et n’importe quoi. La lâcheté du verbe ?« 

            Ils n’ont pas la témérité imbécile de signer leur texte, veut-il sans doute dire. Quand on sait à quelle vitesse Sarkosy pousse dans la voiture-balai ceux qui ne lui font pas allégeance, sa faciliter à virer n’importe quel fonctionnaire qui exprime un vague désaccord, on comprend leur prudence.
            Ce groupe compte une quarantaine de personne, et il est évident que les journalistes du Monde ont vérifié qu’il s’agissait bien de diplomates. Rokotaorison utilise les pires arguments Sarkosiens de dénigrement et de perfidie. Il sait très bien que des diplomates qui se découvriraient au grand jour seraient éjectés sans façon, mais il les accusent de lâcheté.

            D’un coté on terrorise les gens en les virant pour la moindre peccadille, de l’autre on les accuse de lâcheté s’ils se montrent prudents. La belle rhétorique que voilà....

             »La démarche se voudrait apolitique mais fleure bon, comme je l’ai écrit au début, l’antisarkozysme primaire. « 
            Les arguments abondent dans ce texte travaillé, qui explicite de façon claire les griefs exprimés à l’égard d’une politique et de ses méthodes. C’est tout sauf de l’anti-Sarkosysme primaire. Mais l’auteur ne recule devant aucune bouffonade...

             »Mais surtout, elle révèle avant tout une préoccupation corporatiste qui a peu à voir avec l’intérêt national même si elle est respectable.« 
            On ne voit guère de corporatisme dans ce texte, mais c’est l’argument massue de la Sarkosie, ces salauds défendent leurs intérêts !! Dresser les gens les uns contre les autres, c’est plus une méthode, c’est un leitmotiv. Pourtant en matière corporatiste, on fait guère mieux que l’UMP dont le Canard énumere tous les copains UMPistes nommés massivement et souvent sans réelles capacités à des postes de contrôleur ou d’inspecteur général : »Au total, sur 33 nominations signées par Sarko, 30 ont profité à l’UMP et à ses amis" - Canard Enchainé 24/02.

            >Bon j’arrête là la lecture de cet article bouffonesque. Si je suis depuis longtemps écoeuré par les caciques de l’UMP, je m’aperçois que les militants sont à mettre dans le même panier.


            • Philou017 Philou017 23 février 2011 11:40

              Je rappelle le lien de cette estimable tribune dans Le Monde, que l’auteur a rejeté dans les notes de bas de page :

              « La voix de la France a disparu dans le monde »


            • Philou017 Philou017 23 février 2011 13:19

              Sur un blog, un diplomate du collectif Marly explique les raisons de cette tribune :

              « Pourquoi j’ai signé la tribune contre la diplomatie de Sarkozy »

            • sisyphe sisyphe 23 février 2011 11:41

              Manœuvre politicienne ou inquiétude corporatiste ? Une tribune qui risque bien de déclencher des polémiques contreproductives.


              Tiens ! 
              Le petit soldat de la sarkozye, monsieur rakotoharrison, qui essaie de voler au secours de son mentor en débâcle, en tentant de discréditer des diplomates français, qui expriment ce que le monde entier peut constater ; la catastrophique déliquescence de la diplomatie sarkozyenne, en train de plomber le pouvoir d’influence et l’image de la France dans le monde ... 

              Polémiques contreproductives, manoeuvre politicienne, inquiétude corporatiste ; pouah, beurk, et ptuhhhhh..... ! 

              Sacré rakotoharrison ; il était des musiciens qui ont continué à jouer pendant que le Titanic sombrait... on ne peut pas dire qu’il n’aura pas tout essayé, jusqu’au dernier moment, pour tenter de sauver son cher kondukator du naufrage....

              Plaisant ! 
               smiley 

              • sisyphe sisyphe 23 février 2011 11:46

                Contre -beurk- « l’antisarkozysme primaire », soyez comme monsieur rakotoharrison ; sarkozyste primaire et irréductible.... 


                Une espèce en voie de disparition ; les derniers spécimens essaient de sauver leur gamelle... 
                Normal ; à quoi pourront-ils bien servir, après qu’on se soit débarrassé de leur parrain ? 
                 smiley 

              • anamo 23 février 2011 11:53

                Rien que du bon sens dans cette tribune « diplomatique », que ne renierait aucun français de base.
                « de base » c’est le mot.
                Revenons à cette considération.
                On ne peut que constater que cette même base, quelque soit son positionnement moral ou social, est foulée au pied par nos gouvernants actuels.
                Quel français, de base, tout plein de bon sens, fustigerait, aujourd’hui, la prestation de De Villepin à la tribune de l’ONU à propos de la guerre en Irak.


                • Taverne Taverne 23 février 2011 12:06

                  Qui est ce Hervé Gaino ? Je n’en ai jamais entendu parler.

                  Peu importe les approximations sans conséquence du manifeste de ces diplomates, dans le bras de fer qui oppose les Citoyens à Sarkozy, ce dernier ne peut pas sortir vainqueur. Car, en plus, il va constamment contre l’Histoire (voir les révolutions arabes qui contrent son business auquel il s’accroche et pour lequel il justifie tout même le pire...).

                  En 2012, il est fini. Choisissez votre camp. Ne vous égarez pas avec les quelque 30 % (selon les sondage plus ou moins truqués) de sondés encore favorables à Sarkozy parce qu’il est président, mais comme candidat et dans 1 an, combien ? L’Histoire tourne une page...


                  • renelataupe 23 février 2011 12:11

                    Léotard avait raison, ça va très mal finir..
                    De Gaule qui savait ce qu’honneur voulait dire aurait démissionné depuis longtemps devant un tel palmarés d’incompétence et de mépris, zéro pointé, la bérézina totale


                    • CAMBRONNE CAMBRONNE 23 février 2011 12:29

                      Salut

                      Excellent article !

                      J’ai eu l’honneur de fréquenter les diplomates de l’intérieur , dans plusieurs ambassades dont celle de Tunisie et je peux dire qu’il s’agit d’un monde bien particulier .Pas clair et pas franchement courageux .

                      Dans une ambassade, il ne s’agit pas seulement d’avoir son passeport diplomatique pour « en être » , il y a ceux du « QUAI » et les autres . Ceux qui n’ont pas suivi la filière noble ne sont jamais admis .

                      La cible du jour est le jeune ambassadeur en Tunisie qui a de gros défauts : il n’est pas du sérail et surtout il des couilles au cul . il l’a montré en Irak où il a su et voulu occuper une fonction après laquelle les VRAIS diplomates ne couraient pas .

                      Une caractéristique importante du milieu ; le manque de courage .

                      Revoyez donc le film « la déchirure » (Spécialement les scènes dans l’ambassade de France au Cambodge lors de l’arrivée de Khmers rouges ) on y voit quelques spécimens intéressants et j’ai plein d’autres exemples en tête .
                       
                      C’est d’ailleurs ce manque de courage qui leur fait écrire des lettres anonymes .

                      Quant à la parole de la France autrefois si respectée , en particulier du temps de De Gaulle , laissez moi rire .

                      La parole de la France a cessé d’être audible depuis un certain 10 Mai 1940 ; Le reste c’est pour se faire plaisir .Nous sommes entendus certes mais pas vraiment écoutés et il a fallu l’astuce du général pour faire croire aux Français qu’ils avaient gagné la guerre d’une part et que nous étions redevenus une grande puissance .

                      Vive la république quand même ;


                      • dogon dogon 23 février 2011 19:13

                        J’ai l’honneur de fréquenter des diplomates de l’intérieur.

                        Alors là bravo. Des diplomates de l’intérieur, ça n’existe pas. Un diplomate est, par définition, à l’extérieur. Et un diplomate n’est pas forcément le fils d’un copain de Sarko, surnommé « mon fils » par Kadafi. La preuve, Boillon en Irak n’a été qu’une grosse merde. Même les ricains ne voulaient plus le recevoir.

                        J’ai l’honneur d’avoir travaillé dans un service de renseignements extérieurs et je peux vous dire que si vous aviez choisi les diplomates que vous rencontriez, vous n’auriez pas le même avis.

                        DES DIPLOMATES DE L’INTERIEUR ! Donc des planqués qui veulent avoir un statut diplomatique en restant au pays.

                        Ah la vache ! C’est trop bon. Je suis hilare. Il faudra que je la ressorte celle-là.
                        Des diplomates de l’intérieur. On aura tout entendu.


                      • CAMBRONNE CAMBRONNE 23 février 2011 19:19

                        Dogon

                        Vous êtes aussi stupide que vous voulez le faire croire ou faut il vous prendre au deuxième degré ?

                        Quand je parle de diplomates que j’ai fréquenté de l’intérieur cela veut dire ce que cela veut dire ; j’ai appartenu au milieu sans être un diplomate de carrière . J’ai précisé aussi que c’était pour une part en Tunisie .

                        Maintenant vous me croyez ou pas je n’en ai rien à cirer !


                      • french_car 23 février 2011 23:19

                        Cambronne oui Marine Le Pen a démontré que Doillon « en avait », elles ne lui servent à rien, pas plus que la cervelle mais comme vous dites ...
                        Il est à l’image de son mentor, une honte pour la France.


                      • Bulgroz 23 février 2011 12:58

                        Un quarteron de diplomates anonymes et en préretraite, percevant malgrè leur profond dégout leurs émoluments de fonctionnaires avec une régulartité de métronome, critiquent la bonne vieille politique gaullo-mitterandienne. Vous savez, celle qui a tant fait ses preuves dans tout plein de domaines. 

                        Sur mon site « bulgroz.org », lisez le manifeste des 120 diplomates anonymes adhérant sans réserve à la politique de notre Président de la République : Nicolas Sarkozy.


                        • sisyphe sisyphe 23 février 2011 14:24

                          L’ami bulgroz qui se permet de reprendre les expressions du général, à propos des félons de la tentative de coup d’état : un « quarteron » ; et qui, derière, vient fustiger la « politique gaullo-mitterrandienne » : rigolo.... smiley 


                          Pour les diplomates, bulgroz nous expliquera comment il sait qu’ils sont en « préretraite », puisque ils sont anonymes ... smiley 

                          Quand à son site, le lien donné ne renvoie............ qu’au vide ; logique et cohérent avec celui dont fait preuve, systématiquement, le pauvre bulgroz, dans chacune de ses interventions...

                          Finalement, quand on voit quels sont ceux qui continuent à soutenir, toute honte bue,contre vents et marées, et, surtout, contre toute dignité, le petit kondukator ; les bulgroz, rakotoharrison, et autres cambronne, ça constitue un échantillon vraiment significatif de l’état de déliquescence absolue dans lequel le petit ubu de l’Elysée a plongé ses troupes (ça, pas grave...), mais, surtout, la France. 

                          Merci, bulgroz, de la confirmation ! 
                           smiley 

                        • pastori 23 février 2011 13:00

                          anonymat ?


                          comme d’habitude on noie le poisson !.

                          c’est quoi le plus important, ce qui est écrit ou celui qui l’écrit ?

                          si ce qui est dénoncé est vrai, qu’importe la signature. c’est de ça dont il faut parler ! 
                           mais les perroquets répètent les éléments de langage susurrés par l’élysée qui n’a d’autres arguments que de fustiger le « traîtres ».

                          si ce n’est pas signé, c’est la preuve que ce pouvoir fait peur même à ceux qui le servent.

                          danger !

                          • FRIDA FRIDA 23 février 2011 13:26

                            Le comble de la mauvaise foi est donné par cette phrase "Mais le but serait peut-être bien différent. La peur pourrait aussi avoir motivé cette tribune. Peur que leur corps de la haute administration soit stigmatisé après le ciblage présidentiel contre les juges et la police dans la tragique disparition de Laetitia Perrais ?

                            C’est bien cela, vous extra-lucide, vous avez bien compris la réaction de ces diplomates, la peur de ne plus faire partie d’un corps, ils ont peur du rétablissement de la République irréprochable promise par sarkozy.
                            Ce dernier souhaite établir une justice et une administration supersonique, une démocratie décompléxée des règles élémentaires de bienséances, ne tenant compte d’aucune susceptibilité. Une démocratie des copains d’abord.
                            Un Pantzer qui dévaste tout sur son passage, c’est cela la politique de Sarkozy, qu’elle soit sociale, économique, ou politique. Il laissera la France ruinée, après avoir bien engraissé ses copains.


                            • Traroth Traroth 23 février 2011 15:44

                              Résumé de l’article : tous les gens qui ne sont pas contents de la politique de Notre Grand Leader sont des jaloux et des haineux. D’ailleurs, ce sont aussi des menteurs, parce que la politique de Notre Grand Leader est teeeeellement géniale qu’il est impossible qu’ils ne soient pas contents !


                              Plonk, poubelle !

                              • Traroth Traroth 23 février 2011 15:47

                                « ils n’ont même pas le courage de signer leur texte » : Dans une vraie démocratie, signer un tel document ne devrait demander aucun courage particulier. Mais en Sarkozie, la liberté d’expression est malheureusement loin d’être garantie !

                                Vous voulez simplement que le gouvernement puisse les saquer à volonté, et ils ont donc parfaitement raison de ne pas signer !

                                • kiouty 23 février 2011 20:33

                                  Encore une prose redigee sur le mode autiste double de mauvaise foi de Sylvain Rakotomachin qui s’ecoute ecrire, plein d’autosatisfaction, sans realiser qu’il est la risee d’agorabox, pire qu’Alain Julles et Amaury Watremerde reunis...


                                  • galien 23 février 2011 20:42

                                    Article complètement con, pas besoin de revenir dessus.
                                    Concernant la fronde des diplomates, avec en sous marin le groupe Surcouf ,c.a.d l’armée, la réaction vient du fait que nous avons affaire à de la haute trahison, tout simplement, par incompétence et laisser faire.
                                    Tous nos intérêts en Afrique sont liquidés au profit des US et des Chinois, Sarko n’a jamais autant de zèle à foutre tout par terre, bien aidé par des abrutis du genre Guaino, tout juste bon à produire de la ’variété’ gaulliste.
                                    L’affaire n’est pas du tout anodine, et trahit beaucoup plus qu’un malaise, mais un esprit de résistance à la destruction.


                                    • phiconvers phiconvers 24 février 2011 02:04

                                      Bonjour,
                                      Je ne suis pas en désaccord avec l’ensemble de votre propos mais vous pêchez un peu par naïveté. Il y a plusieurs choses valides dans la dénonciation de Marly et vous devriez savoir qu’il est absolument impossible pour un diplomate ou pour un militaire d’apostropher publiquement un politique, d’où l’anonymat. Un fonctionnaire n’a aucune raison de risquer l’éviction pour avoir fait usage de son esprit critique : s’il doit la loyauté et l’obéissance au pouvoir de passage, le fonctionnaire sert l’Etat, et pas le gouvernement. Et le corrolaire de la loyauté du fonctionnaire à l’égard du pouvoir éphémère est le respect du politique pour l’Etat et ses serviteurs, respect dont M. Sarkozy manque profondément. Je ne souscris pas à la démarche du groupe Marly mais je fustige l’attitude du gouvernement qui consiste à faire porter le chapeau de ses turpitudes aux fonctionnaires, aux diplomates en l’ocurrence.
                                      Si les fonctionnaires devaient adhére aux choix politiques des gouvernement successifs, il n’y aurait plus de fonction publique professionnelle en France et je doute que le pays en sortirait gagnant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires