• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Atom Heart Fucker (saison 1)

Atom Heart Fucker (saison 1)

Et nous voilà reparti vers le tout-nucléaire... On le sent bien en ce moment, non ? Jamais lu autant d’articles de presse sur la pénurie prochaine de pétrole... Ou de son inaccessibilité financière, et en même tant ceux sur les bienfaits... du nucléaire. On a même un beau symptôme, celui du journal de Bolloré, appelé Direct Soir, qui n’en finit plus de cirer les chaussures présidentielles. Et ce jour-là, justement, ce 27 mai, juste après l’article sur le décès de Sydney Pollack, il y a un bidule comme sait le torcher à la commande le fameux gratuit du soir, qui aura mis deux ans à s’apercevoir qu’il s’était trompé de format de papier. Ce soir-là, en effet, c’est un pompon de très bonne facture, car c’est glissé à l’article marronnier qu’on vous a déjà décrit ici-même. Celui des "inventions", articles faits au gré des connaissances de la direction, à savoir les Jaguar, les sacs Hermès ou les chemises Lacoste. Or, aujourd’hui, c’est "l’énergie au cœur de la matière"... qui ne parle que du nucléaire... sans mettre en titre le nom, admirez la prouesse sémantique ! On vous a dit qu’il s’agissait de propagande et non d’information, dans ce journal sans saveur et sans odeur, cette fois encore c’est flagrant. Sur le nucléaire, on a toujours cherché à tromper les gens, et ça recommence. Dans les grandes largeurs. Retour direct, le soir, aux années 50.

Un retour à la désinformation pure et simple, comme on peut le lire : "Pour produire la même quantité d’électricité, le nucléaire émet cinquante fois moins de CO2 que le charbon, vingt-sept fois moins que le gaz naturel, et même moins que l’éolien..." peut-on lire abasourdi dans les colonnes du journal de Bolloré. On ne savait pas que le brassage de l’air fabriquait du CO2, va falloir déposer le brevet de la part de Direct Soir. Et comme ça ne suffit pas, on rajoute une couche un peu plus loin : "A l’heure où toutes les places boursières s’affolent de voir le baril de pétrole dépasser allègrement les cent dollars, l’atome, de son côté, possède l’avantage de ne pas être lié aux fluctuations du cours de l’or noir, comme l’est par exemple le gaz naturel. Et dans le coût de revient de l’électricité nucléaire, la part du combustible (uranium ou plutonium) est minime, et son prix est stable". A croire que la France fait marcher ses centrales avec de l’uranium ou du plutonium non importé ou trouvé sous le sabot de ses chevaux... et rien sur la filière ratée des surgénérateurs. Car on arrive assez vite à la phrase centrale de l’article qui a déclenché la commande de ce dernier : "Ce matin, Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il fallait ’mettre le paquet sur les énergies nucléaires’".

Et pour mettre le paquet, tous les moyens sont bons, y compris un coup de fil à un prêteur de yacht détenteur d’une presse cireuse privilégiée des bottes du pouvoir en place. Evidemment, on en profite au passage pour brosser allègrement Areva, mais on s’aperçoit très vite que rien n’a été dit dans le papier sur les dangers du nucléaire. Oh, on a bien Hiroshima de cité, mais pour dire que c’était la guerre et rien de plus. On va même jusqu’à oser à propos des déchets un sidérant "En France, ils sont triés, les plus dangereux d’entre eux sont vitrifiés (ce qui les isole de l’environnement extérieur) et stockés sur des sites ventilés et surveillés. Ces déchets occupent un faible volume et, pour 90 % d’entre eux, la filière de gestion est déjà industrialisée." On en reste coi, car la vitrification n’est pas si simple et nécessite un refroidissement avant enfouissement... Sans parler des transports de combustibles irradiés ou des déchets utilisés comme armes et qui jonchent, entre autres, le sol de l’Irak. En fait, cet article flagorneur ne présente qu’une facette, la bonne, celle d’un nucléaire plutôt... radieux, sans jeu de mots, et n’a rien à envier à ce qu’on a pu écrire ou faire faire à certains dans les années 50 et 60, au moment où sont apparues les premières bombes atomiques.

Alors, pour rappeler que le nucléaire ça ne se manipule pas comme des savonnettes, je vous propose un petit tour en arrière sur ce qu’on a pu faire croire à une époque à son propos à plusieurs générations, et qui me semble bien recommencer aujourd’hui encore le même délire... A l’époque, on a fait les pires choses... sans en informer les populations concernées, qui se sont pris sur la tête les pires radiations existantes. Un rapport méconnu de l’Assemblée nationale de 2000 en fait pourtant le tour, exposant clairement les faits et leurs conséquences. Il nous rappelle qu’en matière de nucléaire, on a toujours été maintenu dans la méconnaissance ou dans la propagande éhontée. Et aujourd’hui que nous avons un président ouvertement disséminateur de nucléaire, il serait bon de s"y replonger. Le nucléaire est l’endroit où on a le plus... menti à la populace.

En septembre 1954, les Russes font exploser une bombe atomique de 20 kilotonnes au-dessus de Totsk, dans l’Oural. 50 000 militaires vont s’exercer quelques minutes après l’explosion, à 3 km à peine de son emplacement. Koubichtchtev (Samara) est à peine à 130 km, Orenbourg à 160 km. Le nuage radioactif enveloppe les deux villes, soit plus d’1 million de personnes touchées. C’est le début d’un cycle infernal d’expérimentations. En fait, pendant 40 ans, le polygone de tir de Semipalatinsk, au Kazakhstan, va servir à toutes les expérimentations imaginables, au mépris le plus total des mesures de sécurité des populations. La bagatelle de 466 bombes atomiques y seront testées au total ! Le 15 janvier 1965, une explosion de 140 kt créera un lac, le lac Chagan, de 408 m de diamètre pour 100 de profondeur. L’explosion qui devait rester souterraine s’est tellement mal passée qu’on a détecté des radiations jusqu’au Japon ! Les Russes en fait ne faisaient que répéter ce que venaient de faire les Américains avec leurs tests du projet Sedan de 104 kt. Les deux projets similaires consistaient à se servir d’explosions nucléaires "civiles" pour réguler le lit des fleuves ou déplacer des millions de m3 de terre en une seule fois. L’excavation nouveau style, fini les pelleteuses géantes ! On y songeait même, aux Etats-Unis, pour fabriquer un deuxième canal de Panama  !! En fait, on va y songer jusque dans les années 70. "Field operations were terminated in July 1969, but data evaluation continued until June 1970. The engineering feasibility study was presented to the study commission in August 1970. This commission terminated its five-year study and forwarded its report to the President on November 30, 1970 [dated December 1, 1970]. The 1970 final report recommended, in part, that no current U.S. canal policy should be made on the basis that nuclear excavation technology will be available for canal construction. Concerns included the formidable problem of removing existing populations in the canal zone, and the possible damage to the environment from nuclear explosives". Les Panaméens respirent, ils ont failli de peu être irradiés. L’IAEA n’y a mis les pieds qu’en 1993, au Kazaksthan, puis en 1998. Sans ruer pour autant dans les brancards. Et sans trop se soucier semble-t-il du nombre élevé de cancers de la région ou du musée des horreurs de la maternité d’Astana, qui expose dans des bocaux des fœtus informes dignes du laboratoire du Dr Mabuse. Les journalistes du New York Times paraissent eux plus curieux, et remettent un article alarmant sur les zones contaminées et l’eau qui y circule. A Semipalatinsk, où on ne s’embarrasse toujours pas de radiations, on trouve aujourd’hui une base de Mig-31... à côté d’un dépôt de chars ayant servi aux expérimentations. Et ce qu’il y a de plus notable dans la région, c’est... un monument dédié aux victimes des expérimentations. Sans aucune liste de victimes. Elle serait bien trop longue.

Les Américains ne sont pas restés en retrait de ses infâmes expérimentations, on l’a déjà vu. A voir de satellite le site principal des explosions nucléaires américaines, dans le Nevada, à Yucca Flat et Frenchman (?) Flat, on se dit que ce ne peut être guère mieux. Le paysage est un véritable gruyère. Plus de trente ans après les faits, on apprenait que 204 essais nucléaires avaient été dissimulés aux yeux de la population. La plupart sur le même site, et ce à peine à 100 km de Las Vegas ! L’expérimentation dans les atolls du Pacifique n’étant guère mieux gérée : le 1er juillet 1946, l’explosion de Bikini lance la mode des explosions spectaculaires, destinées à rassurer le grand public (?). Pour ça, on montre aux caméras des marins ou des soldats posant sans protection autre que des lunettes noires face aux champignons gigantesques, quand ce ne sont pas des tirs au "canon atomique". Ou, dans le Nevada toujours, avec l’incroyable " Davy Crockett" de 1962, le "mortier nucléaire tactique", où l’on peut voir les soldats restés à quelques centaines de mètres de l’impact, inconscients (l’engin n’avait que 3 miles de portée !). Ce que d’aucuns appellent déjà les "mini-nukes", et qui seront vite abandonnés, les attaquants subissant autant de rayonnement que les attaqués ! Les gens, dans les cinémas, sont bluffés, mais les cobayes vivants s’en sortent beaucoup moins bien : les leucémies se déclarent, certains doivent être amputés, les membres déformés par le rayonnement, la peau ravagée par le cancer. Militaires et cameramen restent à la pelle sur le carreau. Sans que le public ne le sache. Et ne sache aussi que c’est près de la moitié centrale du pays qui a été irradiée ! Tout ce que nous apprennent les films de propagande, ce sont les différentes formes de bombes existantes ! Dans le genre "on contrôle tout, soyez rassurés" ce film précis est un must. Or, en 1966, le 17 janvier, en Espagne, à Palomares, un B-52 qui s’encastre dans son KC-135 ravitailleur va remettre cette certitude en cause : quatre bombes non armées s’écrasent au sol, deux explosent sans provoquer d’apocalypse (mais répandent leur plutonium radioactif), l’une tombe dans une rivière et la dernière... dans la Méditerranée, d’où elle sera repêchée 80 jours après... un peu trop intacte au goût de certains, qui y ont vu une opération de couverture pour faire taire les critiques mondiales sur le survol de pays par des bombardiers nucléaires. Deux ans plus tard c’est à Thulé, au Groenland qu’un second B-52 s’écrase avec à nouveau 4 bombes H à bord. Officiellement, tous leurs morceaux auraient été retrouvés. Officieusement, on scrappe la neige et la boue sur quelques centaines de m2 et on met ça dans des fûts, direction inconnue. Sur Bikini, on expulse les populations indigènes, pour les faire revenir... comme nouveaux cobayes dès les années 60. Les zones ont été "décontaminées", paraît-il. Tellement bien qu’en 1978 on est obligé d’évacuer à nouveau l’atoll. Les crabes des cocotiers font exploser les compteurs Geiger des scientifiques venus vérifier à nouveau le degré de contamination. Quant aux nuages du Nevada... on en retrouve des traces jusqu’en Angleterre, comme l’atteste une étude datant de 2004. Le même coup que le nuage de Tchernobyl, censé s’être arrêté à la frontière de la France... Aux Etats-Unis, on va plus loin encore, même, en allant jusqu’à proposer à des prisonniers de se faire irradier monnayant quelque remise de peine ou 200 dollars afin de tester la résistance à une hypothétique attaque russe... en 1945, en vidant les camps, les Américains semblent avoir récupéré à leur service des disciples de Mengele. Et n’hésitent pas à faire des expérimentations humaines. Ce n’est pas mieux que d’envoyer des militaires russes sur les lieux mêmes de l’explosion, ou de ne pas avertir les populations des expérimentations aériennes.

Et ce n’est pas fini, car la France et d’autres pays (l’Angleterre, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Pakistan et la Chine) ont aussi participé à la contamination générale, sans qu’on ne sache à quel point, en découvrant récemment les irradiés des atolls de Muroroa ou ceux de Reggane. Le total des essais nucléaires déclarés dans le monde de 1945 à 1998 se chiffre à 2 055 explosions, dont 520 aériennes (Etats-Unis : 1 030, dont 215 aériens - URSS : 715, dont 216 aériens). La France en a réalisé 210, le dernier datant de l’ère Chirac, le 27 janvier 1996 à Fangataufa. L’irradiation de la planète a commencé bien avant Tchernobyl, au fond des océans subsistent des cœurs de centrales nucléaires de sous-marins. L’atmosphère terrestre a véhiculé pendant des années des radiations pendant qu’on nous racontait qu’il n’y avait aucun danger. Il semble bien qu’on soit aujourd’hui reparti vers un nouveau cycle de propagande sur le nucléaire, qui ne présenterait à nouveau que des bienfaits et aucun désavantage. A voir pourtant la construction du nouveau réacteur dont la France vante les mérites partout dans le monde, on est en droit d’avoir quelques inquiétudes. C’est ce que nous verrons dans un prochain épisode... ou une prochaine saison, comme on le dit de nos jours.

Documents joints à cet article

Atom Heart Fucker (saison 1) Atom Heart Fucker (saison 1)

Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

373 réactions à cet article    


  • Djanel 18 juin 2008 15:07

     

    J’en ai marre du CO2, j’en ai marre qu’on en parle tout le temps et que personne ne dise que le réchauffement climatique a commencé, il y a plus de trente mille ans. Nous le savons parce que les symptômes de la présence de ces glaciers sont encore visibles sur le sol. Ces glaciers de grande épaisseur recouvraient toute l’Europe du Nord jusqu’au sud de la France aux limites de la Dordogne où l’on peut trouver des traces d’activités humaines ( les grottes de Lascaux) plus haut vers le nord, nous n’en trouvons plus pour cause, c’est un glacier. Ces immenses glaciers ont coulé jusqu’à New York. Alors c’est quoi le réchauffement climatique actuel. Peut-on dire que le réchauffement du climat n’est provoqué exclusivement que par le gaz carbonique ? Tous les gaz se réchauffent au contact des rayons lumineux pas seulement le carbone qui s’échauffe plus que les autres, c’est vrais mais sa masse par rapport au volume de tous les autres gaz composant l’atmosphère est mineure.

     

    Nous savons qu’au moyen age des Vikings s’installèrent au sud du Groenland et qu’ils cultivèrent du blé et qu’ils furent des éleveurs et non pas des chasseurs comme les esquimaux ce qui veut dire que le Groenland avait à cette époque un climat plus favorable à l’agriculture et plus chaud qu’il ne l’est aujourd’hui. Nous savons qu’ils disparurent vers le XVI eme siècle parce que le climat s’était nettement refroidi. Nous le savons parce que ce refroidissement avec des hivers très long provoqua des famines en Europe et en France. Tout çà nous pouvons le dater facilement, il suffit de faire des fouilles sur les vestiges des anciens vikings et de regarder un peu notre histoire.

     

    Il y a sophisme dans l’opinion public qui est désastreux et qui nous empêche de comprendre ce qui se passe. Si vous dites que le gaz carbonique est l’unique facteur du réchauffement climatique pourquoi aucun pays dans le monde n’a mené une campagne massive pour replanter des arbres là où c’est possible en bordure des routes par exemple … aux limite des déserts etc … Pourquoi, alors que l’on sait que les plantes absorbent le gaz carbonique de l’air pour grandir et qu’elles le stockent sous forme de cellulose. Pourquoi criminaliser l’individu avec sa consommation d’énergie et ne rien dire sur la déforestation car les arbres et les forets ne s’échauffent pas au contact de la lumière mais au contraire il absorbe l’énergie solaire, c’est la photosynthèse.

     

    Si la terre se réchauffe en absorbant les rayons lumineux du soleil, sachez donc aussi qu’elle rayonne comme n’importe quel autre objet chaud et que ses rayons infra-rouges se dispersent dans l’espace car si la terre ne rayonnait pas, elle serait extrême chaude.

     

    Sachez donc aussi que votre putain de merde de voiture réchauffe l’air même si vous ne rouler pas avec. Faites donc cette expérience de poser votre main sur le capot cet été et questionnez-vous pour savoir où va la chaleur. Mais dans l’atmosphère ! Ainsi vous prendrez conscience de l’énorme quantité d’énergie que le soleil nous déverse chaque jour. Comment tout cela se régularise ? Mais avec l’eau mon cher et les courants d’air comme les cyclones, tornades et autres dépressions.

     

    Vous voyez bien que c’est plus compliqué que de dire seulement que la terre se réchauffe à cause du gaz carbonique qui n’est qu’une idée de demeurer mental.

     Djanel chasseur de trolls et troll lui-même pour vous servir.


  • Djanel 18 juin 2008 15:18

    Un petit point négatif pour papy. Il l’a bien mérité et je m’en vais lire l’article parce que j’ai cru en lisant le premier poste de papy qu’on y parlait de réchauffement climatique mais ce serait plutôt. Heu ! Ché pas … j’ai vu en photo un champignon hors saison …


  • Calito valderama Calito valderama 18 juin 2008 15:20

    Je ne suis pas responsable de cette andouille. Arrêtez de m’envoyer des emails à son sujet.

    Vous avez le bouton "signaler un abus", servez-vous en.

    merde.


  • Djanel 18 juin 2008 15:24

    andouille toi-même.


  • IMAM ATHEE 18 juin 2008 16:23

    bien envoyé, Djanel !


  • ASINUS 18 juin 2008 16:49

    tssss mon petit djanel tssss la drogue ....pas bien.........


  • Djanel 18 juin 2008 17:42

     

    Mais si papy j’ai compris mais seulement après avoir lu. Je m’excuse, j’étais tellement content de rentrer en bagarre que j’ai omis l’essentiel comme quoi vous devez reconnaître si Morice est un mauvais journaliste, il sait très bien choisir ses sujets. C’est à nous de nous montrer à la hauteur.

     

    En tout cas … le petit point positif que vous m’aviez accordé, a disparu et vous avez récupéré le vôtre.

     

    Pour vous montrer que j’ai compris quelque chose, ce n’est pas le nucléaire qui est dangereux mais ceux qui s’en servent sans respecter les règles les plus élémentaires de prudence.

     

    Il y a de forte chance que l’énergie nucléaire redevienne à la mode avec ou sans Sarkozy.

     

    S’il y a quelqu’un dans l’assistance capable de nous dire comment, on peut transformer l’énergie solaire en électricité qu’il se manifeste pour obtenir le prix Nobel.

     

    J’ai une petite idée, oui, oui, oui, papy ; les cyclones pas ceux que l’on rencontre dans la nature non, non, non ils sont trop aléatoires, trop imprévisibles et trop puissants. C’est leur moteur à dépression qu’il faut étudier.

     

    Pour transformer l’énergie solaire en énergie exploitable pour l’homme, il n’y a pas mieux que les arbres mais nous ne savons plus les exploiter alors que les paysans normands le savaient jadis avec l’exploitation des rousses.

     

    Qu’est-ce que c’est que les rousses ? Des arbres de bois dure ( chênes, hêtres, ormes …) taillés régulièrement et que le remembrement ont détruit à tout jamais quoique qu’ils en reste encore mais ces cons de paysans ne savent plus comment faire. Quand ils interviennent, ils les fond crever. Pour en refaire un, il faut attendre 50 ans et plus ils sont vieux plus il produise. Je me répète mais c’est connard de l’agriculture moderne les ont détruit à tout jamais ainsi que le savoir traditionnel.

     

    Morice un article sur les rousse, je suis sur qu’il y en avait dans en Artois.


  • ASINUS 18 juin 2008 19:06

    vous connaissez les rousses en normandie , il vous sera beaucoup pardonné pour cela

     

    le truc des cyclone suis sur de l avoir lu dans un bouquin de sf , donc pas forcement impossible un jour

     


  • Djanel 18 juin 2008 21:39

     

    Il y en a beaucoup qui ont voté négativement mon commentaire plus haut sans argumenter leur décision. Néanmoins il est positif. Alors les moinsonneurs dites moi donc quel est

     

    VOTRE RAISONNEMENT QUI PROUVE QUE LE GAZ CARBONNIQUE RECHAUFFE L’ATMOSPHERE.

     

    Je suis certain d’avoir raison sur vous car le sage dit quand une idée est réputée bonne par la masse des imbéciles, c’est qu’elle est probablement fausse. Tu penses comme moi donc j’ai raison parce que tout le monde dit la même chose voilà leur critère de vérité. C’est ainsi qu’ils ont cru que la terre était plate que le soleil se couchait dans l’océan et que tout va pour le mieux dans le meilleurs des mondes et que ben Laden est encore vivant.


  • Djanel 18 juin 2008 21:52

     

    Les rousses, c’est le mot de patois qui désigne ces arbres ou têtards parce qu’au sommet il y a un bouquet de branches qui forme un gros nœud qui ressemble à une tête sur le tronc et qui devient visible lorsqu’elles sont coupées.

     

    Les rousses peut être  à cause du chêne roux qui ne perd ses feuilles qu’au printemps quand les nouvelles pousses se forment. Il gardent ses feuilles fanées tout l’hiver. Elles sont de couleur  rousse. Rien à voir avec les filles.


  • el bourrico 18 juin 2008 12:36

    Pour qui à fait un tant soit peu de physique, le nucléaire n’est clairement pas l’avenir, pas plus que le pétrole. Le choix ici se révèle être donc limité enter la peste et le choléra, peut on vraiment appeler ça un choix, et surtout argumenter en faveur de l’un ou de l’autre.

    D’antant qu’une chose est souvent occulté, tout comme le pétrole ou n’importe quel matière première, les quantité disponibles sur Terre sont limitées et finies. Donc faut pas croire, on ne pourra pas "casser" de l’Uranium éternellement, d’autant que pas mal de pays vont se mettre au nucléaire dans les prochaines années.

    Concernant les fais décrits dans l’article, tout ça n’a rien de neuf, et surtout rien de surpenant. Tous les états nucléaires de la première heure ont testé ça sur leurs Soldats et sur des Populations. Les effets de la radioactivités étant peu connus ou niés. Un peu comme l’Amiante, les portables, tout ça. Notez aussi que Mac Arthur était prêt à bombarder les plages du Japon avant d’y faire débarquer ses marines. Le nucléaire utilisé comme artillerie, pas mal non ? Pour lui, ce n’était rien de plus qu’une grosse bombe. Sans doute à l’époque plus justifiable moralement que les bombardements incendiaire sur Tokyo.


    • morice morice 18 juin 2008 12:39

       C’est ça, la FABRICATION coûte du CO2, et son utilisation PAS. A vous de CALCULER combien coûte de CO2 la fabrication d’une centrale nucléaire qui prend au moins 3 ans être bâtie. Minimum. Et qui en rejette toute sa vie ! Pour un argument de gogo, c’est un argument de gogo : combien de CO2 avez-vous fabriqué en tapant votre post ? A mourir de rire...  "beaucoup de CO2 " j’aime bien comme ARGUMENT. C’est du SERIEUX. 


      • morice morice 18 juin 2008 12:42

         Viens vu, Bourrico... pour Papy, message personnel :

        par Papy (IP:xxx.x06.128.14) 

        par el bourrico (IP:xxx.x52.221.178) 

        par morice (IP:xxx.x98.151.177) 

        marrant, la mienne est aussi différent de celle de Papy que la sienne du Bourrico.. alors, le vieux Papy, ces fameuses preuves de vos mensonges, c’est pour quand ??? 


      • Julius Julius 18 juin 2008 12:46

        Vous utilisez les essais nucléaires et les armes comme argument contre l’énergie nucléaire. Vous pouvez utiliser un autre exemple : les armes chimiques sont mal - nous devons donc fermer toutes les usines chimiques. Les armes biologiques sont encore pire - nous devrions cesser la production de vaccins.


        • Pierrot Pierrot 18 juin 2008 12:49

          Article stupide.

          Bien sur que le nucléaire, le photovoltaique, l’éolien émette du CO.

          Pas d’émission pendant la période de fonctionnement, bien sûr, mais il faut prendre en compte l’ensemble du cycle.

          Par exemple l’éolien a besoin d’acier spéciaux dont la fabrication contribue aux émissions de CO2.

          Idem pour la réalisation de cellules photovoltaique a base de silicium ultra pur dopé de produits dit n et p.

          Idem pour le nucléaire concernant l’extraction du minerais d’uranium, sa purification, son enrichissement eu 235U, la fabrication du combustible UO2, son transport, son retraitement ainsi que le démantèlement final du réacteur.

           

          En conclusion :

          - hydraulique : 4 g de CO2 par KWh produit

          - nucléaire : 6 g de CO2 par KWh

          - éolien : 22 g de CO2/KWh

          - photovoltaique : 150 g de CO2 par KWh

          - gaz avec cycle combiné : 427 g de CO2 par KWh

          - gaz naturel : 883 g de CO2 par KWh

          - fuel : 891 g de CO2 par KWh

          - charbon : 978 g de CO2 par KWh

          Heureusement l’éolien ne représente que 0,2 % de la production électrique en France.

           

          Je n’ai pas lu le reste de l’article, je crains fort que ce soit du même tonneau stupide. Je vais un effort pour le lire tout de même.


          • Djanel 18 juin 2008 16:58

             

            .

            .

            .

             

            Comment s’appelle l’auteur du commentaire où il est dit que l’éolien produit 22 g de CO2/KWh pour que je l’engueule ?

             

            Pierrot en plus vous vous permettez de dire que cet article est stupide mais je veux bien vous croire parce qu’en matière de stupidité vous en connaissez un rayon.

             

            Dites moi donc à quel moment une hélice qui tourne au gré du vent produit du gaz carbonique. Si vous me répondez que c’est au moment de sa construction que l’on a produit du CO2, je vous répondrais que votre statistique est complètement fausse et même mensongère parce que la production de gaz carbonique serait au kWh la même pour une éolienne qui aurait tourné durant 10 ans et produit tant d’électricité qu’une autre semblable qui n’aurait tourné que durant 5 ans et produit 2 fois moins d’électricité Donc … concluez de vous même.

             

            Vous êtes donc un idiot qui mélange tout. Vous mettez dans la même catégorie des sources d’énergie qui ne peuvent pas être comparée entre elle.

             

            Le charbon et les autres hydrocarbures produisent de l’énergie par combustion. C’est à dire par une réaction chimique. C’est cette réaction chimique qui produit du Co2 alors que pour l’éolienne, il n’y a pas de combustion, la source de l’énergie étant la force du vent. Vos arguments sont donc débiles.

             

            Pour être exact, espèce de contribuable, il aurait fallu calculer la production de gaz carbonique qu’il faut pour extraire le charbon du sous-sol en ajoutant son transport et sans oublier l’énergie dépensée pour construire les centrales et ensuite  comparer vos calculs avec ceux de la construction d’une éolienne et de sa mise en place.

             

            Je ne sais pas où vous êtes aller chercher vos statistiques mais ce qui est certain, c’est que vous n’êtes pas très critique quand vous lisez quelque chose et en plus vous réagissez sans avoir fini votre lecture.

             

            Comment fait-on pour être aussi …. Censuré



          • Pierrot Pierrot 19 juin 2008 00:09

            à Djanel,

            Une fois de plus, il faut examiner la totalité du cycle de production d’énergie, de la fabrication jusqu’à la fin de vie.

            Concernant l’énergie éolienne, il faut prendre en compte les émissions de CO2 induites par sa fabrication (aciers spéciaux, massif en béton, pales, moteur, transformateur et autres matériaux) et la durée de vie moyenne d’une éolienne et sa production électrique pendant cette durée.

            Le résultat est admis par tous les pays et ne varie quasiment que très peu.

            Vous trouverez ces informations sur de nombreux sites consacrés aux énergies, ainsi que dans de nombreuses revues et ouvrages.

            Si nous ne prenions en compte que les émissions de CO2 pendant le fonctionnement, l’énergie nucléaire, éolienne, hydraulique, photovoltaique seraient nulles.

            Mais vous observerez que ce serait une évaluation stupide. Par exemple pour le nucléaire, il faut tenir compte du traitement des minerais d’uranium, leur purification chimique, l’enrichissement en uranium 235 U (qui demande beaucoup d’énergie), la conversion et la fafrication de l’UO2, ainsi que le retraitement chimique et le démantèlement final des réacteurs et autres parties connexes liées.

            D’où la valeur 6 grammes de CO2 émis par KWh produit pendant la durée de vie.

             

            Est-ce difficile à comprendre ?


          • morice morice 18 juin 2008 12:52

             Je ne parle pas de ça : je dis que l’industrie nucléaire est liée à une propagande sur le nucléaire. Que ce soient des armes ou des centrales, on trompe. C’est cela, le seul problème. Il n’y a pas eu de passage de nuage de Tchnernobyl. 


            • morice morice 18 juin 2008 12:54

               par Pierrot (IP:xxx.x1.23.48) le 18 juin 2008 à 12H49 

               
              "Article stupide."
              post idem : vous connaissez une activité industrielle qui ne fasse pas de CO2 ? Le macramé peu être ???

            • morice morice 18 juin 2008 12:59

               par Papy (IP:xxx.x06.128.14) le 18 juin 2008 à 12H49 

               
              Marrant votre adresse est encore différente de celle d’hier !!!
              on reprend pour les grabataires : hier j’ai ETEINT mon ordi, il s’est reconnecté, mon FAI gentil comme tout m’a redonné un cadeau : une IP neuve. Ils ne donnent pas de cours d’informatique dans les centres de gériatrie ? je vous conseille d’utiliser ... Maguy... ah ah ah !!! 

            • morice morice 18 juin 2008 13:00

               Merci Dom22, ça change parfois. Le tout c’est d’avoir l"honnêteté de le reconnaître, et je vous en remercie.


            • morice morice 18 juin 2008 13:03

               Et à Bruxelles ça a été tel que les gens, contaminés, ont tous perdu leurs cheveux et sont tous obligés de porter depuis un chapeau... 


            • IMAM ATHEE 18 juin 2008 14:36

              momo ne répond pas jamais au bon endroit dans les forums

              Mais ne vous moquez pas, je voudrais vous y voir avec 13 doigts


            • IMAM ATHEE 18 juin 2008 14:44

              Pour Tourcoing, la solution est simple. On branche 2 électrodes aux oreilles de momo, puis on le contredit dans les forums.

              Avec ça, la ville peut même être éclairée dans la journée.


            • Pierrot Pierrot 18 juin 2008 15:40

              A Morice,

              Il y a une énorme différence de quantité d’émission de CO2 entre les 3 premiers types de production d’électricité que j’ai cités (hydraulique, nucléaire et éolien) de quelques grammes/KWh et les autres techniques de production.

              Bien sur, il faut aussi prendre en compte d’autres facteurs que les émissions de CO2/KWh tels que

              - aspect économique (coût de revient par KWh produit)

              - durabilité de la ressource

              - impacts sanitaires et environnementaux

              - occupation des sols

              - etc.



            • morice morice 18 juin 2008 13:13

              par Dom22 (IP:xxx.x5.7.252) le 18 juin 2008 à 13H04 

               
              Pas de quoi Morice mais t’as confondu "le" avec"te".

              En revanche sur les commentaires de M6 hier soir je te rejoins

              et là j’estime avoir été poli : on n’a pas le DROIT d’insulter AUTANT un arbitre avec des partis pris aussi flagrant : il y avait penalty, ce que n’ont pas défendu les deux imbéciles, qui EUX, ne vont pas se taper après les matchs de loupiots qui ne vont plus rien RESPECTER.. Il y a des façons de dire et de faire gerbantes ; Lebœuf hier a dépassé les imites permises, et le vieux shnock a côté pareil. A chier, jamais vu pareils abrutis : vus par combien de monde et entendu par combien de millions ? Qu’on les pende !!! 


            • IMAM ATHEE 18 juin 2008 13:01

              Ce qui est sûr c’est que le nuage de Tchernobyl est passé par Tourcoing, et ses effets ont été dévastateurs.

              Et y a vraiment pas de quoi rire


              • IMAM ATHEE 18 juin 2008 14:32

                Le nuage radioactif pourrait effectivement expliquer l’origine de l’ahtéïsme musulman.


              • Djanel 18 juin 2008 15:39

                t’es en manque d’humour tall.


              • Calito valderama Calito valderama 18 juin 2008 16:00

                C’est surtout toi qui a du mal à comprendre....


              • Mil 18 juin 2008 13:10

                Pour en rajouter une couche sur le CO2 lié à l’éolien. Il serait intérressant qu’un jour on nous donne les chiffres de CO2 induits par l’intermittence du vent. En effet, pour chaque MW éolien installé, il est nécéssaire d’installer 1 MW (ou un peu moins) de centrale thermique (gaz, charbon, biomasse...).

                Ceci car les centrales thermiques sont les seules à pouvoir démarrer aussi vite que le vent ne tombe !

                 


                • Pierrot Pierrot 18 juin 2008 15:50

                  Vous avez raison, Mil, l’éolien étant intermittent (en moyenne 1700 heures de fonctionnement dans l’année -8760 H. - soit environ 20 % du temps) il faudrait en toute logique comptabiliser les équipements de production de substitution).

                  Mais ces équipement (thermiques en général) varie d’un site à l’autre et d’un pays à l’autre.


                • Mil 18 juin 2008 17:38

                  oui et c’est pour que le Danemark, un pays ou l’éolien est très développé, est aussi un des champions européens des émissions de CO2 liées à la production d’électricité ! 


                • Lisa SION 2 Lisa SION 18 juin 2008 13:14

                  "...Ce matin, Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il fallait « mettre le paquet sur les énergies nucléaires ». ..." avez vous écrit Morice,
                   

                  La France a toujours un métro de retard, à l’heure où les énergies renouvelables de complément et localisables eplosent, nous nous jetons dans l’uranium connexion...Aucun doute que cette annonce va déstabiliser le marché exactement comme la hausse du pétrole liée à l’avènement d’Airbus. C’est comme Renault qui, exactement au moment où Général Motors abandonne son créneau 4 X 4, lance son premier modèle tout terrain... encore dix ans de profits colossaux pour l’industrie pharmaceutique, et ce sera le retour de la médecine par les plantes... 


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 18 juin 2008 13:57

                    Morice,

                    En octobre 1971, le gouvernement français, sous la direction du ministre de la Défense, Michel Debré, décida de l’agrandissement du camp militaire. Les agriculteurs s’opposèrent à ce projet d’extension, qui fut finalement annulé en 1981 par le nouveau Président de la République, François Mitterrand, après dix ans de luttes non-violentes. la décision du ministre des Armées, Michel Debré, de procéder à l’extension du camp du Larzac. De 3 000 hectares, on va le porter à 17 000, une paille ! Il n’est qu’à consulter une carte pour prendre conscience des dégâts :

                    A votre avis éclairé, Qu’est ce que l’etat comptait faire dans ( et sous...) ce terrain de quinze kilomètres sur onze... ???


                  • Pierrot Pierrot 18 juin 2008 16:01

                    Et pourtant, Lisa, quasiment tous les grands pays (USA, GB, France, Italie, Tchéquie, Japon, Russie, Chine, Inde, Corée, Brésil ...) relancent la production d’électricité nucléaire.

                    Le monde entier victime de Sarkosy ?

                    N’y a-t-il pas une autre raison ? réfléchissez.

                    Les énergies renouvelables explosent, comme vous le dites, mais ne représentent que moins de 1 % des productions d’électricité mondiales, elles resteront utiles certes, mais marginales à court et long terme (jusqu’en 2040).

                    Elles ont le gros inconvénient d’être très couteuses actuellement et certainement pour longtemps du fait de leur faiblesse, de leur intermittance et d’une grande occupation des sols. Les subventions peuvent, sur un certain temps, pallier ces coûts très élevés, mais ne peuvent être une situation pérenne.

                    Bonne journée.


                  • morice morice 18 juin 2008 13:22

                     En ce qui concerne le civil, nous n’avons aujourd’hui aucune source d’énergie nous donnant les rendements de l’energie nucléaire... et sans aucune info sérieuse sur la gestion des stocks de déchets..

                    l’éolien "pollue de plus en plus le paysage... " le nucléaire non ??? 

                    Les panneaux photovoltaiques sont les pires en tout : cherté, rendement, pollution de fabrication... 


                    • morice morice 18 juin 2008 13:23

                       "C’est comme Renault qui, exactement au moment où Général Motors abandonne son créneau 4 X 4, lance son premier modèle tout terrain.".. excellent !!! "

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires