• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ces Tunisiennes jetées par-dessus bord… au Figaro comme à La (...)

Ces Tunisiennes jetées par-dessus bord… au Figaro comme à La Marseillaise

«  Informer, disaient fort justement deux anciens dirigeants du journal Le Monde, c’est choisir de faire savoir » (1). Cette seconde phase du traitement de l’information est en général occultée par la mythologie journalistique qui préfère ne parler que de la première, la vérification méticuleuse de l’information, comme si toute information vérifiée était obligatoirement publiée. Vu l’abondance quotidienne d’informations et l’exiguïté de l’espace et du temps de diffusion disponibles, il y a plus d’informations exclues que d’élues. Une bouteille ne peut accueillir le contenu d’un tonneau.

Mais l’information diffusée, elle-même, fait l’objet d’un traitement qui, selon l’angle de représentation choisi, peut faire apparaître un rectangle ou un disque quand il s’agit pourtant d’un cylindre. Un même événement a plusieurs faces quand elle ne s’imbriquent pas les unes dans les autres comme des poupées gigognes. C’est le propre de toute représentation de la réalité que de lui être plus ou moins fidèle sous la contrainte des motivations de l’émetteur.
 
Un même leurre d’appel humanitaire en faveur des immigrés
 
Deux articles de deux journaux idéologiquement opposés viennent d’illustrer cette contrainte qui s’exerce sur l’information : Le Figaro, journal de la Droite libéraliste et La Marseillaise, organe régional du Parti Communiste français. Tous deux ont traité de façon identique des épisodes tragiques de l’immigration clandestine tunisienne. Docdory a soulevé le problème avec doigté, hier mardi 10 mai, sur AgoraVox (2) .
 
Les deux journaux ont publié un article relatant les circonstances dans lesquelles par milliers des Tunisiens fuient « la Révolution de jasmin », apparemment plus répulsive que la dictature de Ben Ali, pour tenter de gagner l’île de Lampedusa, première terre européenne à leur portée dans des embarcations de fortune surchargées.
 
Il est remarquable que tous deux aient choisi un titre comparable : « À Vintimille, un « Sangatte » entre France et Italie », observe Le Figaro (3) ; « Pas d’accueil pour les 200 Tunisiens en exil  », déplore, de son côté, La Marseillaise (4). On reconnaît dans les deux cas le leurre d’appel humanitaire visant à stimuler chez les Européens le réflexe de compassion et d’assistance à personne en danger et, puisque l’absence de secours est constaté, le réflexe de culpabilité.
 
Une même indifférence à la sauvagerie de la jungle des traversées clandestines
 
Or, on découvre, en cours d’article, deux témoignages traités incidemment de façon aussi comparable par les deux journaux. L’insoutenable sauvagerie des crimes allégués contraste avec l’indifférence de leur tranquille relation : « Nous étions entassés à 150 dans un bateau prévu pour 60, raconte dans Le Figaro un jeune homme de 20 ans. Au cours du trajet pour Lampedusa, douze filles ont été jetées à la mer. Puis j'ai été transféré en Sicile, je me suis échappé et j'ai pris le train (…) » « Un zodiac (a viré) 17 femmes par-dessus bord pour délester l’embarcation, raconte un autre témoin dans La Marseillaise. Un ami a abandonné son frère en pleine mer car le capitaine le menaçait de le jeter à l’eau s’il récupérait ce frère tombé du bateau. »
 
Il ne s’agit pas ici jouer les indécents procureurs face à la jungle que sont ces traversées insensées où le « chacun pour soi » est une lutte à mort sans merci de tous les instants. Mais que constate-t-on ? Ce sont les femmes qui sont les victimes et les hommes qui les jettent par-dessus bord pour soulager la barque surchargée ! 
 
Or, deux journaux aux idéologies contraires traitent de la même manière ces tragédies. Pas un mot , ne serait-ce que pour s’en étonner à défaut de s’en émouvoir ! Ils préfèrent stigmatiser en titre l’inhumanité des Européens qui manqueraient à leur devoir d’hospitalité et dissimuler au milieu de l’article celle d’émigrés clandestins qui empoignent une vingtaine de femmes et les jettent à la mer !
 
Des motivations différentes pour un traitement identique de l’information
 
La seule question qui mérite d’être posée, est de savoir à quelles motivations obéissent ces deux journaux, aux idéologies pourtant si contraires, pour traiter cette information en termes quasiment identiques ? Deux hypothèses qui diffèrent selon le journal, viennent à l’esprit.
 
1- Le journal de Droite libéraliste, porte-parole du grand patronat, est profondément attaché à une politique d’immigration dans le contexte de la mondialisation : c’est une des techniques les plus sûres pour contenir les salaires et faire des profits par temps de dumping social et fiscal généralisé. Il convient donc de ne pas entacher l’immigration d’une quelconque suspicion.
 
2- Le journal communiste, attaché par tradition à défendre « les damnés de la terre  » qui sont censés être sa réserve d’influence – plus que les « damnées » d'ailleurs - , veille, au contraire, à ne pas jeter l’opprobre sur les émigrés clandestins, perçus avant tout comme des victimes à qui c’est un devoir inconditionnel de porter assistance. Il n’est donc pas question de s’interroger sur les motivations qui les font fuir une « Révolution de jasmin » ouvrant pourtant sur des perspectives démocratiques en Tunisie, ni sur les conditions criminelles qui peuvent avoir accompagné leur fuite. La compassion qu’ils doivent susciter à tout prix, pourrait en être entravée.
 
Le Figaro et La Marseillaise ont beau défendre des idéologies aux antipodes l’une de l’autre. À l’occasion d’un article, ils se rejoignent dans le traitement de l’immigration tunisienne : ils choisissent l’un et l’autre pour des motivations différentes de privilégier le même leurre d’appel humanitaire visant à culpabiliser les Européens et à masquer la mort infligée à des femmes par des hommes dans la jungle de l’immigration clandestine. Cette complaisance commune n’est-elle pas un commencement de complicité ? L’humanitarisme sélectif communiste ne sert-il pas, même contre son gré, l’affairisme de la Droite immigrationiste qui a tout lieu de s’en réjouir et de l’encourager ? Paul Villach 
 
(1) J. Lesourne, B. Frappat, « Information et déontologie  », Le Monde, 12-13 février 1993.
(2) Docdory, « 29 femmes tunisiennes auraient été jetées à la mer. Réaction discrète des médias », AgoraVox, 10 mai 2011
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/29-femmes-tunisiennes-auraient-ete-93672
(3) Vincent-Xavier Morvan, « À Vintimille, un « Sangatte » entre France et Italie  », le Figaro, 6 avril 2011.
(4) Myriam Guillaume, « Pas d’accueil pour les 200 Tunisiens en exil  », La Marseillaise, 29 avril 2011.

Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 11 mai 2011 11:13

    Légendes urbaines aussi crédibles que celles annonçant un séisme pour le 11 mai à Rome. Légendes sur lesquelles s’appuie un discours islamophobe de l’auteur et dont le dernier paragraphe a tout du copié-collé lepeniste.


    • Strawman Strawman 11 mai 2011 11:29

      Deux journaux différents, d’orientations politiques différentes, relatant les témoignages de deux personnes différentes à 3 semaines d’intervalle et qui disent exactement la même chose, vous appelez ça une légende urbaine ?
      La seule façon d’être fixé aurait été d’effectuer une enquête approfondie, pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ? Avec les milliers de migrants rassemblés au même endroit, il aurait été facile de recueillir de nombreux témoignages, de vérifier si effectivement, il y avait des femmes au départ des bateaux (nous savons déjà qu’il n’y en avait aucune à l’arrivée). La volonté délibérée de laisser planer le doute a de quoi laisser perplexe...

      « islamophobe » [...] « lepéniste »
      C’est bien, vous avez placé les deux mots obligatoires, vous aurez droit à votre susucre.


    • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 11 mai 2011 12:40

      des journaux différents ont aussi assuré que c’était les islamistes à bord d’avion qui avaient perpétrés les attentats du WTC...

      le fait même que cela ne choque aucun de ces pisse papier qu’on puisse balancer ses propres femmes à la mer pour qu’ils n’éprouvent pas le besoin d’enquêter sur ces faits extraordinaires montre bien qu’ils les ont glissés en entrfilets là pour faire une tâche de plus sur l’islam et les méchants immigrés sans se soucier de chercher la vérité ; ça fait peser de forts soupçons sur la véracité des faits. Mais dans l’esprit du lecteur le mal est fait : arabes=méchants musulmans qui se soucient pas du sort des femmes.

      vous êtes finalement facilement manipulables.


    • docdory docdory 11 mai 2011 15:08
      @Didier David Maurice
      Ah bon ? Selon vous, les attentats du WTC ont été perpétrés par qui ? Par des bouddhistes, des mormons, des adeptes du vaudou, des raëliens ou des shintoïstes ? A moins qu’il ne s’agisse d’attentats extraterrestres s’étant précipités sur les tours au moyen de soucoupes volantes maquillées en avions de ligne ?

    • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 11 mai 2011 16:39

      je crois que vous devriez lire un petit peu les articles qui sont publiés à coté des votres sur ce site, notamment de reopen911, qui prouvent assez largement la manipulation de ces événements.


    • docdory docdory 11 mai 2011 18:26

      @ Didier David Maurice

      Nous ne devons pas avoir la même notion de ce qu’est une preuve. Je connais parfaitement les élucubrations complotistes du 11 septembre. Il n’y a dans toutes ces théories fumeuses aucun embryon de preuve.

    • antonio 11 mai 2011 11:35

      Ou c’est faux et alors il faut absolument démentir ces horreurs,
      Ou c’est vrai et alors il faut absolument dénoncer ces horreurs.
      Pourquoi personne , dans les médias, quels qu’ils soient,ne s’attache à mener une enquête approfondie ?
      Je me demande ce que fait le « si vertueux » site Médiapart .


      • xray 11 mai 2011 20:54


        Politique 

        Comment faire plus simple que la version actuelle ? 

        La droite, c’est l’argent ! 
        La gauche, c’est la haute finance. 

        Votez d’abord ! On vous expliquera ensuite ! 

        Commentaires interdits 
        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2011/05/07/le-post-commentaires-interdits.html 



      • Strawman Strawman 11 mai 2011 11:35

        Dommage que l’excellent article de docdory sur le même sujet ne soit plus en première page, il analyse toutes les hypothèses avec une très bonne rigueur scientifique.
        Je rappelle le lien :

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/29-femmes-tunisiennes-auraient-ete-93672


        • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 11 mai 2011 12:46

          l’article que vous citez est juste une construction mentale à partir de faits qui sont finalement avérés comme faux.
          L’article de Doctory est supérieur à celui-ci dans le sens ou au moins lui, il laisse la possibilité que l’info soit bidon ; pour le reste, mêmes amalgames nauséabonds.


        • Annie 11 mai 2011 11:48

          Il y a dans cet article plus d’informations fournies par les journalistes qui ont rédigé ces articles. http://jbavitrolles.blogspot.com/2011/05/dans-les-bateaux-vers-lampedusa-les.html
          En fait ils contredisent la thèse de l’article puisqu’ils disent avoir noyé (! !) l’information dans d’autres informations qui étaient elles le sujet de l’article. J’en cite quand même un extrait puisque la journaliste de la Marseillaise précise maintenant que selon le témoignage d’Hamed, ces femmes ont été débarquées à 50 mètres des côtes, mais qu’elle a manqué de temps pour insérer cette information !!! :

          « Myriam Guillaume, journaliste à la Marseillaise, que nous avions tenté de joindre hier au sujet de son article, nous a recontacté. La journaliste nous confirme avoir rencontré Hamed, à Marseille, qui lui a raconté sa traversée... Mais le témoignage qu’elle retranscrit dans son papier, de manière peu précise, ne correspond pas, en fait, à ce que lui a réellement dit le jeune homme.  »Hamed a vu « un zodiac virer 17 femmes par-dessus bord pour délester l’embarcation »« , écrit-elle. En réalité, explique-t-elle à @si,  »Hamed m’a raconté qu’il a vu, au moment du départ de Tunisie, un autre bateau d’où les femmes ont été jetées par dessus bord. Le bateau se trouvait à ce moment-là probablement à 50 m des côtes.«  Il s’agit donc de tout autre chose que d’un »larguage en pleine mer« Même si ce débarquage près des côtes a très certainement pu être dramatique, et étonnamment destiné seulement aux femmes, il ne s’agit pas tout à fait de la même chose. Pourquoi, alors, ne l’avoir pas écrit ainsi, dans le papier ? La journaliste plaide le manque de temps... Et ajoute qu’elle ne souhaitait pas, au départ, conserver ce témoignage dans son papier, le trouvant trop sujet à caution. C’est son rédacteur en chef qui a insisté pour le laisser. »

          Désinformation, quand tu nous tiens !!


          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 12:16

            @ Annie
             
            Le mot « désinformation » que vous employez, s’oppose à « information », si je ne me trompe, comme « mensonge » s’oppose à « vérité ».

            Or, « une information » est-elle toujours une vérité ?

            Le couple « information/désinformation » a été sorti par la mythologie journalistique du contexte des services de renseignements pour conférer à « information » un sens positif qu’il n’a pas. Ce n’est qu’un leurre.

            Une information est une représentation plus ou moins fidèle de la réalité, donnée, dissimulée ou extorquée. Mais ce n’est pas ce qu’enseigne l’École. Paul Villach


          • Annie 11 mai 2011 12:30

            La désinformation dans ce cas, est de présenter l’information telle qu’elle a été présentée dans le premier article du Figaro sans mentionner que la journaliste avait recontacté les journalistes pour donner des précisions supplémentaires, ces dernières ayant été rendues publiques hier après-midi.
            La désinformation consiste aussi à faire croire que ces deux journaux avaient leurs propres raisons pour ne pas dire la vérité, à savoir que les migrants avaient tué ces femmes, alors qu’il faudrait parler d’incompétence journalistique, et pas seulement de la leur.

            Quant au leurre humanitaire que vous évoquez, il est tombé à plat, parce qu’il n’y avait aucun leurre, humanitaire ou pas, juste une incompétence crasse. Arrêt sur Images a fait son travail en recontactant les journalistes. Il aurait été aussi intéressant de retrouver ces deux témoins, et leurs interprètes, mais moins on en sait, et plus il est permis de spéculer. 


          • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 11 mai 2011 12:43

            excellente remise en question citoyenne des sources de cet auteur Annie. Il devrait s’amender de participer avec sa diatribe à l’incitation à la discrimination et à l’islamophobie.


          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 14:10

            @ Annie

            Puisque vous le dites !
            La différence entre vous et moi, est que je ne prétends pas asséner une vérité, comme vous avec votre leurre de « l’information/désinformation », mais seulement une représentation de la réalité plus ou fidèle. il appartient ensuite à chacun d’en décider.

            C’est une conception de l’information très différente de celle modelée par le carcan d’un catéchisme ! Paul Villach


          • Annie 11 mai 2011 14:30

            Désolée Mr Villach, mais cela ne marche pas. L’information fournie par le Figaro était incomplète, elle a été complétée hier. Dans le cas présent on ne peut donc pas accuser le Figaro d’avoir passé sous silence le meurtre de ces femmes pour des raisons inavouables (antiracisme, communautarisme, encouragement de l’immigration etc. etc. etc.) , mais d’avoir sciemment alimenté la rumeur de son existence puisqu’il disposait déjà des informations concernant les « à 50 mètres des côtes ». 
            Je ne fais pas dans le leurre et je ne cherche pas à asséner une vérité, simplement à rétablir les faits et à exposer modestement la manipulation qui a été faite de cette affaire.


          • docdory docdory 11 mai 2011 15:33

            @ Annie

            On ne peut pas dire que l’information ait été complétée, puisque, selon votre lien, le Figaro a admis qu’elle était « invérifiable » . Ce qui a été complété, du moins en apparence, c ’est l’information sur le mécanisme décisionnel « officiel » qui a abouti à la publication . En résumé : 
            1°) Pour le journaliste : on lui avait demandé de faire un article sur un autre sujet, donc il n’allait pas changer de sujet d’article en cours de route, témoignage ou pas,
            2°) Pour le rédacteur en chef : on ne sait pas si c’est vrai alors on le met en tout petit au cas ou ça serait faux, que ça ne se voie pas qu’on publie de fausses informations, mais on ne sait pas si c’est faux, donc on publie au cas ou ça serait vrai, et comme ça on passe pour de bons fournisseurs d’informations....
            Doit on en déduire que les informations publiées sous forme d’entrefilets dans les journaux sont les informations les plus sujettes à caution ?

          • Annie 11 mai 2011 15:42

            @Docdory,
            OK l’information est invérifiable. Fallait-il la publier ou non ? Ou seulement en publier la moitié, en laissant croire que ces femmes avaient été jetées au beau milieu de l’océan ? Parce que c’est la position du Figaro, si je ne me trompe et de son rédacteur en chef qui ne pouvait ignorer les réticences de la journaliste. Et c’est aussi la position de tous ceux qui reprennent cet article sans ce complément d’informations, qui je le répète a été publié hier après-midi.


          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 16:21

            @ Cher Docdory,

            Vous avez soulevé hier une terrible information qui gêne le catéchisme humanitaire de certains lecteurs.

            Il devient intéressant d’examiner les défenses élevées désespérément par ces lecteurs pour protéger à tout prix la représentation du monde que leur livre leur catéchisme si rassurant et si gratifiant pour eux-mêmes. Tout est bon, y compris en jetant la représentation de la réalité la plus fidèle par dessus bord.

            Mon article, lui, se limite à analyser la conduite de deux journaux, aux idéologies contraires, qui se retrouve identique dès qu’il s’agit de mentionner les crimes qui ont pu accompagner les migrants tunisiens dans leur fuite.

            Ces crimes sont-ils vérifiés ? Je n’ai pas les moyens, pas plus que quiconque, de le savoir. En revanche, dans l’hypothèse où ils le sont puisque mentionnés dans ces deux articles, les deux journaux font le même choix de représentation de la réalité. Cette convergence des communistes et des libéralistes est inattendue, mais, dans le cas présent, indiscutable. Paul Villach


          • Annie 11 mai 2011 16:44

            Mr Villach,
            Vous aviez les moyens de savoir depuis hier que le Figaro avait traité cette affaire d’une manière très sélective, en omettant la partie du témoignage d’Hamed qui innocentait les migrants et ce traitement de l’information par le Figaro n’est donc en rien comparable à celui de la Marseillaise ; en fait il lui est totalement opposé.
            Pourtant c’est sur le traitement selon vous comparable de cette information par les deux journaux que vous avez choisi de baser votre article et de transmettre une information que l’on savait tronquée depuis hier. Contrairement à vous, je ne vous traiterai pas de tous les noms d’oiseaux mais je questionne sérieusement votre éthique journalistique.


          • mathe-rob 11 mai 2011 16:48

            @ annie


            Je trouve scandaleuse votre manière de présenter les faits !

            Je ne vois pas bien ce que cela change que ces femmes aient été jeté par dessus bord à 50, 100 ou 300 mètres car je doute fort de leur capacité à nager !!

            Le procédé est intolérable dans la mesure où seules ces femmes étaient visées 

            Je vous trouve bien complaisante et manquant singulièrement de compassion pour le sort de ces pauvres femmes !



          • Annie 11 mai 2011 16:51

            Je ne présente pas les faits d’une façon ou d’une autre. Je rapporte entièrement les propos de la journaliste. Ce qui n’a pas été fait dans cet article.


          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 16:51

            @ Math-rob

            Je partage votre indignation. Paul Villach


          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 16:54

            @ Annie

            Y a belle lurette que je ne m’interroge plus sur votre éthique, mais sur vos tics.. Paul Villach


          • Annie 11 mai 2011 16:54

            Vous avez l’indignation bien sélective Mr Villach, un peu comme le Figaro d’ailleurs. Cela vous indigne que je rapporte textuellement les propos de la journaliste, mais cela ne vous indigne pas d’en rapporter la moitié. Ce n’est pas d’éthique journalistique dont j’aurai dû parler mais d’éthique tout court.


          • Annie 11 mai 2011 16:58

            Voilà un commentaire qui vous honore. Seulement moi je ne prétends pas être journaliste. Pourquoi ne répondez-vous pas à une simple question : pourquoi avoir omis de parler du complément d’information fournie par la journaliste du Figaro, qui récusait la thèse de votre article, et pourquoi avoir fourni une information tronquée ?


          • docdory docdory 11 mai 2011 18:34

            Cher Paul Villach

            Nous sommes arrivés aux mêmes conclusions.

          • docdory docdory 11 mai 2011 18:37

            @ Annie

            Le journaliste du « figaro » avait interrogé Tarik et non Hamed. Le « figaro » ne peut donc pas raisonnablement se prononcer sur la validité du témoignage d’Hamed.

          • Paul Villach Paul Villach 11 mai 2011 19:03

            @ Cher Docdory

            Rien d’étonnant !
            C’est que, tous deux, nous n’avons pas les yeux canalisés par des oeillères...

            Nous nous attachons à décrire le plus fidèlement possible la réalité telle qu’elle est, plutôt que telle que nous voudrions qu’elle soit. Paul Villach


          • Annie 11 mai 2011 19:09

            Merci Docdory de me rappeler qu’en fait il s’agit de la Marseillaise et non du Figaro. Effectivement cela change tout. Dois-je reprendre tous les commentaires que j’ai postés ci-dessus en remplaçant Figaro par Marseillaise et montrer qu’en fait Mr Villach n’a pas délibérément tronqué les informations fournies par le Figaro, mais délibérément tronqué les informations fournies par la Marseillaise en omettant d’évoquer les renseignements publiés hier après-midi.

            La position du Figaro étant quand même surprenante : « Quant à Arnaud Dingreville, rédacteur en chef du Figaro, qui a relu l’article avant de le publier, il reconnait que cette phrase a fait débat au sein de la rédaction en chef.  »On a souhaité vérifier cette information, mais c’était impossible« ,explique-t-il.  »On n’allait pas la retirer sous prétexte qu’elle était impossible à vérifier. On l’a gardée en tant que témoignage« . Du coup, il n’a pas souhaité non plus trop la mettre en valeur. »Si on l’avait davantage mise en valeur, cela revenait à donner comme acquis des faits invérifiables« . D’où cet étrange entre-deux : une affirmation choquante, mais presque cachée, sans jamais préciser qu’elle n’a pu être vérifiée. »

            Donc le Figaro a publié une information invérifiable mais qui a valeur de témoignage, mais sans trop la mettre en valeur parce qu’autrement cela aurait confirmé la véracité des informations.
            Les mots me manquent....


          • easy easy 11 mai 2011 12:17

            Dans les vraies histoires de ce genre, depuis le radeau de la Méduse à Katyn, en passant par le crash de 1972 dans la Cordillère des Andes il y a les protagonistes directs qui ont à gérer l’effondrement d’un certain nombre de croyances-fois-transcendances-convictions-idéaux. Parmi ces protagonistes, il y en a qui se l’avalent la couleuvre, sans jamais rien en dire. Et il y a ceux qui, ne parvenant pas à l’avaler ou se considérant moins responsables de la ruine, choisissent d’en parler au reste du Monde considéré alors par eux et à ce moment là, comme parfait. 

            C’est ainsi, quiconque recueille le témoignage d’un témoin direct de ce genre de catastrophe d’idéaux, se voit et se sait considéré comme parfait.

            Lorsque du drame vécu par un groupe de gens, il est publié la déposition de l’un d’eux, le reste du Monde ne fait alors plus qu’une seule chose : il fait circuler l’accusation.
            Et pour la faire tourner, ce ne sont ni les moyens, ni les biais qui manquent.
            En l’espèce, le Figaro, La Marseillaise, nos amis Docdory et Villach, tous les commentateurs, auront passé la patate chaude mais j’observe que personne n’a dit « OK, j’assume ma part de responsabilité ».

            Alors que Dieu avait posé qu’il était le concepteur bâtisseur de Tout, bizarrement, on cherche constamment à foutre les responsabilités d’une ruine d’idéaux sur le dos d’une seule personne, à pendre alors. La mécanique qui aboutit à ce que toutes les flèches reviennent sur un bouc émissaire (par exemple sur un Saddam Hussein, lui même ayant pratiqué cette mécanique) est très au point. 



            Or, il existerait une autre voie. Comme elle n’a jamais été pratiquée, ce que je vais en dire ne vous parlera probablement pas, d’autant je ne dispose d’aucun repère, d’aucune référence. Cette autre voie consiste à éponger.

            Le principe consistant à balancer sur la Toile une info qui nous a choqué, en pointant du doigt tel ou tel autre coupable, c’est de la miroitisation, c’est du bouclier qui renvoie les flèches et accusations vers d’autres en se posant évidemment en innocent-vertueux-courageux. Selon ce principe, le courageux est celui qui accuse en Cicéron, en Saint-Just, en Zola, en prédicateur ou en Torquemada.

            Le principe de l’épongeage consisterait d’abord à encaisser ces infos sans les retransmettre, ou les retransmettre mais essentiellement pour dire le principe de sa propre responsabilité.

            Pendant que sur le Net nous jouons au jeu de l’armure d’argent jusqu’à trouver le type qui va se prendre tous les ricochets dans la tronche, il y a dans les hôpitaux et les abattoirs aussi, dans les égouts et les stations d’épurations, des travailleurs qui épongent le Mal en silence.



            Pendant des millénaires, les gens opérant sur des aires limitées, les chefs pouvaient alimenter sans mal la mécanique du « cépanou, célézot » 

            Mais nous entrons dans la mondialisation. A moins d’être volontairement idiots, nous savons que tout ce qui se passe sur Terre provient de la masse des gens qui sont dans le jeu de la mondialisation. Et nous, les Français, nous en faisons bien partie. Il serait donc temps de cesser ce jeu du bouclier qui nous rend schizophrènes, paranoïaques et ne conduit à rien en termes d’amélioration.

            Il serait temps que nous commencions par éponger notre part d’eaux sales.

            Et n’attendons pas des Chefs qu’ils donnent l’exemple si nous-mêmes ne le donnons pas. Ils nous lisent, nos Chefs ; ils voient bien que nous croyons au jeu du miroir, alors ils y jouent aussi.


            • Hadj Ahmed 11 mai 2011 13:42

              Voila ce que je postais hier chez doc en toc, osez-y répondre point par point ou admettez que le dés-informateur, c’est vous.

              1.Si un crime a été commis à l’encontre de personnes vivantes sacrifiées pour délester le navire, mon petit doigt qui me ment rarement me dit qu’il n’y a aucune raison que le criminel armé
              A) Fasse un choix
              B) Fasse le choix le plus difficile, vu que les maghrébines quand elles sortent dans une balade pareille, de chez elles jusqu’au boulanger (corse) du coin, sont généralement accompagnées…
              C) Fasse le choix le plus stupide puisque les hommes pèsent 9 fois sur 10 plus lourd que les femmes
              D) Ne fasse QUE ce mauvais choix gardant sciemment des mecs qui pourraient plus tard constituer un danger pour lui et venger les sœurettes jetées aux requins.
              Ça en fait des histoires à dormir debout, l’une à côté de l’autre…

              2.Ensuite cherchez dans l’historique récent de France 24 je crois et vous trouverez un document saisissant d’un journaliste qui a fait le passage dans des conditions similaires et alors une fois les paquets de mers devenus un peu trop envahissants, je vous prie de croire que ça y allait les prières, le repentir, les Allah est grand, les pardonnez moi mon seigneur bref, tout le monde était devenu par la grâce d’un vent de force 4 ou 5... un saint mûr pour le paradis.
              Que Nenni, c’est ce moment que choisissent les mecs pour commettre un assassinat et quel assassinat, des femmes... heu ...

              3. Enfin et c’est ce que je dis, un homme ici n’en est un que s’il a de l’honneur et l’honneur, c’est d’abord de protéger sa famille, le fin du fin étant de protéger également les enfants et surtout les filles et les femmes des voisins.

              Alors, bomber du torse ici en protégeant les frêles femelles contre le plus inoffensif des amoureux transis et néanmoins dragueur pas très discret, puis une fois en haute mer :
              Pour les uns, les cibler sciemment et ne cibler qu’elles pour les assassiner et pour les autres, laisser faire tranquilos jusqu’à l’arrivée des carabinieri, ça commence à faire un peu trop…


              • Philodeme Philodeme 11 mai 2011 14:47

                dédié aux belles âmes de ce forum

                Rappel :
                La présidente du Front National a ensuite rencontré deux représentants des migrants arrivés à Lampedusa et placés en centre de rétention. "J’ai beaucoup de compassion pour vous, j’ai aussi du cœur, mais l’Europe n’a pas la capacité de vous accueillir. Nous n’avons plus les moyens financiers", leur a-t-elle expliqué.

                Elle ne connaissait pas à l’époque le sort fait aux migrantEs sur les barques !

                Mais la question morale posée va bien au-delà.

                Nous sommes à une époque du faux, du faire semblant, des postures charitables sans donner un centime ou si peu ... un bouton

                Messieurs, mesdames les moralisateurs du clavier !

                Pourriez-vous répondre à cette question simple ?

                Pourquoi ne vous constituez vous pas en association à but charitable ayant pour objet financer avec le seul argent des membres de cette nouvelle association

                Faite cela à partir de facebook pour en constituer le réseau ....

                vos premières actions positives seraient

                l’affrètement de ferries pour le transport sécurisé des migrants ce qui éviterait de jeter des femmes par dessus bord

                l’hébergement des mêmes migrants

                et la création d’entreprises destinées à leur donner du travail

                Prêcher la charité à tous sans montrer l’exemple soi-même avec avec son bas de laine personnel s’appelle : être hypocrite.

                Je suis un utopiste, je sais que vous n’en ferez rien !!!!!!!!!!!!!

                Mieux faites comme nous les « pieds rouges » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pieds-Rouges) dans l’Algérie de l’après 1962 prenez votre valise en carton et aller aider sur place payés au smig local.


                • easy easy 11 mai 2011 15:19

                  Je suis bien d’accord.

                  Et encore, là vous partez de cas où l’on pourrait agir APRES si l’on était réellement responsables. Et agir c’est très déculpabilisant.

                  Mais dans la plupart des drames, il n’y a plus grand chose à faire APRES et il n’y aurait alors qu’à encaisser soi-même le prix de la casse en comprenant que nous sommes tous responsables. Et bien même là, c’est le jeu du renvoi des responsabilités à d’autres qui l’emporte. C’est toujours les autres qui doivent payer.

                  Ce principe du défaussement est certes archi classique mais il me semble que depuis Internet, il est beaucoup plus à la portée de tous et c’est des millions de gens qui se sont découvert des talents à la Cicéron. Il y a 30 ans nous ne pouvions pas jouer aux procureurs sans frais comme c’est le cas maintenant.

                  Je me demande alors si le fait que tant de jeunes commettent des actes d’une grande violence sans sembler s’en rendre compte, ne vient pas de ce qu’ils auront toujours entendu les adultes dire que c’est de la faute aux autres.

                  Ce n’est pas agir, ce n’est pas soigner, ce n’est pas soulager la souffrance humaine que de renvoyer la faute à d’autres.



                • Philodeme Philodeme 11 mai 2011 20:01

                  hélas comme il est évident ci-dessous « çà » parle, « çà » juge, « çà » déclare ubi et orbi tel des papes mais sans indulgence pour ceux qui ne pensent pas comme eux !

                  « çà » n’a pas l’intention d’agir malgré un âge pour certains qui n’est pas

                  Que de chapitres Umberto Eco pourrait ajouter à son recueil ancien « la guerre du faux » (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Guerre_du_faux)


                • Annie 11 mai 2011 20:25

                  Je vais vous dire une chose, Philoderme, « ça » a travaillé pour MSF comme volontaire en 1983, sans rémunération, « ça » a travaillé pour des organisations humanitaires pendant des dizaines d’années et continue toujours d’être impliquée, « ça » a assisté au plus grand génocide des dernières années et aussi à la plus grande désinformation à ce sujet, alors vos conseils, vous pouvez vous les garder..


                • Philodeme Philodeme 13 mai 2011 09:41

                  à Annie

                  « çà » comporte de relatives exceptions !

                  Bien évidemment que de rares internautes comme vous et moi ont travaillé en Afrique.
                  En ce qui me concerne uniquement en milieu religieux musulman.

                  Par contre ce qui nous différencie radicalement

                  J’étais sous l’autorité en Algérie directement du ministère algérien de la santé. Tout comme un médecin algérien, la plupart avaient, hélas pour le peuple algérien, fait le voyage inverse et sont partis en France se faire du fric. A l’époque l’Algérie était très soucieuse voire sourcilleuse de son indépendance, de sa souveraineté par rapport à l’ex-colonisateur et ne faisait pas partie de la « Franceàfric ».

                  Vous étiez dans une structure « charitable » occidentale (ONG) s’inscrivant dans le système néo-colonialiste dont les rouages ont fait l’objet d’analyses critiques.


                • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2011 16:41

                  Merci P. Villach. Puisque je fais partie de la claque, je me suis permis de référer votre article dans celui du mien paru ce matin.
                  Je ne suis plus que sur mon blog. Désolé. Faudra faire la gymnastique. smiley


                  • Vipère Vipère 11 mai 2011 19:26

                    Bonjour à tous,

                    Il est improbable que des tunisiennes aient embarquées sur un bateau aussi rudimentaire !

                    Même les plus téméraires d’entre elles, n’auraient pas bravé la dangerosité d’une traversée en mer, pas plus que la culture tunisienne de type patriarcale n’aurait permis que des femmes et des enfants soient exposés à la promiscuité d’autres réfugiés et à l’issue incertaine d’un tel voyage.

                     


                    • Philodeme Philodeme 11 mai 2011 20:18

                      à écouter jusqu’au bout .............

                      http://www.dailymotion.com/video/ximty7_mouldi-kefi_news#from=embediframe

                      Doit-on accepter tous les malheureux que nous envoient les « passeurs tunisiens » alors qu’il n’y a pas de travail chez nous ?


                      • JL JL 11 mai 2011 20:28

                        « Le journal britannique The Guardian a révélé dans son édition du 8 mai 2011 (« Aircraft carrier left us to die, say migrants ») que soixante-et-un migrants de toutes nationalités sont morts de faim et de soif après avoir dérivé plusieurs jours dans un zodiac, alors même que des bâtiments de l’OTAN étaient à proximité et les avaient apparemment repérés. »

                        Villach, ... non, ... je ne parle pas à des gens comme vous !


                        • Antoine Diederick 11 mai 2011 21:14

                          démenti de l’Otan ; enquête en cours....


                        • Annie 11 mai 2011 21:21

                          Vous attendiez-vous à une réponse différente ? Et on me dit que je suis naïve. L’enquête est en cours et elle aboutira à un non-lieu. Parce que les tous-puissants ne sont jamais inquiétés ou condamnés. Point final.


                        • Antoine Diederick 11 mai 2011 21:30

                          qui sait, peut-être que votre grille de lecture est brouillée par l’émotion et la colère.... ?


                        • Annie 11 mai 2011 21:35

                          Bien sûr, ma grille de lecture ne peut être que brouillée par l’émotion. Après tout une femme, comment pourrait-il en être autrement. 


                        • Antoine Diederick 11 mai 2011 21:52

                          vous faites un sous-entendu que je ne puis accepter...les êtres humains ont des émotions, ce n’est pas affaire de sexe.

                          Bonsoir.


                        • Annie 11 mai 2011 21:58

                          Antoine,
                          J’ai bien peur d’avoir perdu tout respect pour vous après vos dernières interventions. Bonsoir est une manière de se tirer d’une situation difficile dont j’ai moi-même abusé. Inconciemment je pense, mais ce que je pense aussi est que vous êtes un pleutre.


                        • Antoine Diederick 11 mai 2011 22:26

                          « Bonsoir est une manière de se tirer d’une situation difficile dont j’ai moi-même abusé »

                          Puisque vous avez abusé....dites - vous ,et bien dans ce cas....que puis-je vous répondre ? Désabusez-vous par exemple...

                          « Pleutre »....écrivez-vous....eh bien..... hou la la....

                          Non, lorsque vous écrivez, que l’émotion serait le propre de la femme, je ne puis m’empêcher de penser aux revêches qui pensent que les hommes pensent ce qu’elles pensent des hommes smiley)

                          Ce n’est pas la peine de m’attaquer, j’ai une fierté de troisième degré et n’ai pas un égo surdimensionné .....que voulez-vous qui peut le plus , peut le moins....

                          Oui, je vous l’avoue, je suis un pleutre, une loque humide aux mains moites.....la sueur perle sur mon front ....


                        • Antoine Diederick 11 mai 2011 22:27

                          Bonsoir, signifie au revoir...non ? smiley


                        • papi 11 mai 2011 20:37

                          @ lauteur

                          J’ai apprécié votre article qui encore une fois met un accent sur l’informatio de notre presse..

                          En publiant ce type d’article, vous vous exposez à la critique des nombreux lecteurs que je crois être sincères ! leur référencement s’appuie bien sur sur les parutions de notre bonne presse qui
                          leur insuffle la pensée conforme..
                          Vous aurez bien du mal à confronter vos arguments aux leurs ! puisque certain de leur opinion
                          préfabriquée, ils vous opposeront un article, un commentaire de la bonne pensée..

                          Je vous souhaite donc bon courage..et vous laisse dans la fosse avec les fauves..


                          • Annie 11 mai 2011 20:43

                            @Papi,
                            qui m’avez expliqué hier que personne ne pouvait mourir en l’espace de 20 heure alors que la plupart des voyages prennent de 16 à 20 jours, et de toute évidence, vous êtes un spécialiste en la matière bien que ne faisant même pas l’effort de lire les liens qui pourraient contredire votre théorie, votre commentaire est lamentable. Lamentable parce que pour vous il est plus important de soutenir une théorie qui conforte vos idées que d’accepter que vous pourriez avoir tort. 


                          • papi 11 mai 2011 22:09

                             Reponse à Annie

                            Je disais hier que vous débitez des niaiseries, en vous lisant je confirme mon propos, et en continuant vous me ferez évoluer vers d’autres classifications de vos délires ..
                             Si vous voulez avoir raison et bien ayez raison !! et lâchez moi s’il vous plait ..


                          • Annie 11 mai 2011 22:15

                            @Papi,
                            Je répondais à votre commentaire. Vous ne m’auriez pas interpelée, il n’y aurait aucune consersation entre vous moi.
                            Vous lâcher, rien ne me fera plus de plaisir, mais après tout, n’avez-vous pas commencé ?


                          • papi 11 mai 2011 22:45

                            @ANNIE

                            Juste une petite mise au point

                            La distance entre Lampédusa est de 294 km soit 159 miles nautiques .. OU allez vous chercher 20JOURS DE MER ??
                             Vous prenez les gens pour des imbéciles ?? ou c’est vous qui ne savez pas lire ..

                            Pour la nulle :

                            Un bateau qui file 10 à 12 nœuds ( donc un bateau plutôt lent) taille sa route en environ 16 heures, pour les plus petits bateau la traversée ne dépasse pas 25 à 29 heures ..
                            Ou avez donc lu que la traversée durait 20 jours ??
                            Vous croyez que parce que nous sommes sur AV , les autres lecteurs sont des idiots ?
                            Maintenant si un bateau se trouve en perdition le voyage peut être plus long.. donc je le répète
                            jeter les femmes par dessus bord est un crime et devrait être puni..
                            si vous n’êtes pas d’accord , et bien je m’en fous royalement .et BASTA.


                          • ficelle 11 mai 2011 21:36

                            Bouygues ! Vite, un tunnel !


                            • franc 11 mai 2011 21:42

                              Il me semble qu’Annie se discrédite dans cette affaire en voulant défendre à tout prix les immigrés africano-arabo-musulmans en émettant des allégations tout à fait déplacées ou nullement probantes ou pas du tout pertinentes voire ridicules comme hiers avec la thèse des femmes jetées à la mer mais déjà mortes de faim ou de soif ,et aujourd’huis des femmes cette fois-ci vivantes jetées à la mer non pas au milieu de la mer mais près des côtes 

                              cependant elle aurait des circonstances atténuantes car sauf erreur de ma part ,il me semble qu’elle a un jour fait entendre qu’elle avait un fils qui était noir ou d’origine africaine ,et c’est ce qui pourrait expliquer cette subjectivité excessive déviante découlant de l’instinct maternel de défense pour son fils car elle a peur que son fils puisse subir des discriminations

                              mais je voudrais dire aussi à tous les immigrés extra-européens ou des français d’origine extra-européens que ce n’est pas la bonne méthode ou le bon moyen de combattre et de faire reculer les discriminations ou le racisme en défendant à tord et travers et à tout prix leur compatriotes de même ethnicité ou de même religion qu’eux et qui ont commis tel ou tel méfaits ,au contraire cela ne fait que les discréditer et renforcer le racisme car alors les amalgames seraient justifiés et légitimes :« ils sont tous pareils,honnêtes et malhonnêtes s’entendent par le phénomène de solidarité ethniques » dira-t-on .


                              • Annie 11 mai 2011 21:52

                                « Sauf erreur de votre part ». Effectivement, j’ai deux fils, aucun n’est noir. Ils sont tous deux nés de l’union d’une mère française et blanche et d’un père anglais et blanc. Aucun n’étant d’origine africaine mais je dois avouer que mon mari est blanc, né de mère anglaise et de père anglais, tous les deux blancs, mais il se trouve que mon mari est né en Inde dans une ville qui s’appelle Katagiri, Alors mes circonstances atténuantes, Franc, vous pouvez vous les mettre où je pense. 


                              • Annie 11 mai 2011 22:09

                                Et Frank pardonnez-moi mais si j’ai laissé un jour entendre que.. bla bla bla ... sûrement vous pouvez le prouver.


                              • Yohan Yohan 11 mai 2011 22:12

                                Les sucettes à l’anis d’Annie ont un arrière goût de vomi. Son esprit formaté lui dit que ces pôv hommes en quête de liberté n’ont pu se livrer à ce genre d’exaction et son coeur est resté en RTT..
                                 Admettre que ces migrants hommes puissent être parfois des loups pour leurs soeurs, prêts à tout pour obtenir un ticket d’entrée en France, ça lui parait inconcevable. C’est bizarre, mais moi je vois les choses différemment et je pense que cette affaire est parfaitement plausible.


                                • Annie 11 mai 2011 22:58

                                  Je tire ma révérence, parce qu’il est tard :
                                  Yohan, votre intervention est indigne de vous.
                                  Je m’appelle Annie Howard, j’habite à Radley en Angleterre, mes enfants sont blancs, non pas que cela n’ait aucune espèce d’importance, et mon adresse email est ajjjhoward@aol.com.


                                • papi 11 mai 2011 23:01

                                  annie

                                  Tirez vous les premiers messieurs les anglais ..


                                • Bobby Bobby 12 mai 2011 07:51

                                  Bonjour,

                                  Excellent article, Monsieur Villach ! Il met le point sur des questions essentielles et les traite avec analyse... (apparemment peu accessible au commun). Ils sont pourtant bien représentatifs.

                                  Il soulève bien quelques paradoxes de notre façon de voir les choses.

                                  Pourquoi les populations d’Afrique sont-elles à ce point portées à fuir leurs lieux de vie ? On connait la cascade de poussées démographiques et cet appel difficile à contrer vers ce que nous appelons civilisation... ses leurres qui sont sur le point de connaître un déni cuisant dans un avenir proche.

                                  ... à moins, que privés d’information, nous en restions au « Toujours plus » de Monsieur François de Closset, ce qui, paraît fort possible sinon probable.

                                  Il n’est pas étrange que les idées voient des divergences dans une dynamique donnée. Voir vers quoi nous mène cette véritable politique, me paraît essentiel (et peu réjouissant) !

                                  Le reste m’apparaît comme détails relativement peu significatifs, c’est apparemment le lot des médias actuels desquels il est rare de trouver autre chose que lieux communs. mais ceux-ci peuvent soulever, en effet, quelques questionnements... !

                                  merci !


                                  • Bobby Bobby 12 mai 2011 08:09

                                    Correction première phrase ;  « Ils » (les commentaires) sont pourtant...


                                  • franc 12 mai 2011 14:45

                                    excusez moi Annie si j’ai fait une erreur ,j’ai dû me tromper avec une autre personne ,mais je me souviens bien d’une personne dont le logo était un prénom féminin comme la votre et dont les commentaires antiracistes étaient de la même teneur que la votre en défendant les immigrés africano-arabo-musulmans et qui laissait entendre que son fils était noir ou de couleur bronzée et qu’elle ne voulait pas qu’il subisse des discrimination à cause de son origine ethnique ,-------------,je me souviens bien,je ne l’invente pas car cela m’ a frappé .


                                    • franc 12 mai 2011 14:59

                                      Ah quand même une petite question ,vous laissez entendre que votre mari est indien ,et effectivement il ya des indiens qui ont la peau plus ou moins blanche ,en ce cas il ya ambiguité et vous pouvez dire que votre mari étant indien de naissance mais ayant une couleur de peau plutôt blanche que noir et habitant en Angleterre et ayant la nationalité anglaise ,vous pouvez affirmer que votre mari est un anglais blanc bien qu’il soit d’origine ethnique indienne -----------------------------------auquel cas j’ai confondu par mémoire défaillante l’origine etnique indienne avec l’origine africaine 

                                      mais excusez encore une fois si j’ai trop été trop intrusif dans votre vie privée et intimité 


                                      • Annie 12 mai 2011 15:10

                                        Vous êtes vraiment trop crétin. Je n’ai pas laissé entendre que mon mari était indien, j’ai dit qu’il était né en Inde de parents blancs et anglais. Vous ne devenez pas automatiquement noir parce que vous naissez en Afrique, si je ne m’abuse. Que vous ayez confondu l’Inde et l’Afrique, de ces jours, plus rien ne m’étonne.


                                      • franc 12 mai 2011 15:01

                                        Dernière nouvelle ,le Damnemark vient de rétablir ses frontières intérieures


                                        • franc 12 mai 2011 15:29

                                          OK Annie ----------------------------------et excusez moi encore une fois


                                          • Annie 15 mai 2011 13:39

                                            Salut Perseus,
                                            Cela sera ma seule intervention sur le sujet après avoir fait ce que j’ai pu sur cet article. Le document de 34 pages que j’avais joint à mes commentaires détaillait les décès des migrants : nom, âge, cause, et ce qui était advenu des corps. Chaque fois que des migrants ont été jetés par dessus bord, c’était parce qu’ils étaient morts, ou bien ils étaient jetés dans la mer par des passeurs, comme cela s’est passé dans le golfe d’Aden où plus de 100 migrants se sont ainsi noyés. Le fait est mentionné à de multiples reprises. Pas une seule fois, il n’est mentionné que des migrants en avaient été responsables. Cela d’ailleurs a été confirmé par la femme interrogée sur Arrêt sur Images, d’après ce que j’en ai lu puisque je ne suis pas abonnée.
                                            Dans le cas qui nous intéresse, aucun détail n’est donné sur les personnes qui ont jeté ces femmes ou ces migrants par dessus bord, mais il est supposé tout naturellement que ce sont les migrants qui l’ont fait, et les commentaires abondent dans ce sens, et sont une occasion supplémentaire de « casser du musulman » et surtout les migrants. 
                                            Pour finir, je trouve absolument absurde d’être accusée d’aveuglement à propos des exactions commises au nom de l’islam. Je suis intervenue sur ce site plusieurs fois pour les condamner, notamment en expliquant qu’il y avait un moratoire sur la lapidation en Iran, mais qu’elle n’était pas abolie. Là non plus, je dois dire, je n’ai pas convaincu ceux qui s’accrochaient désespérement à leur obsession.
                                            Quant aux commentaires sur l’article de Disons-le, je les trouve d’une grande bassesse, surtout lorsqu’il n’y a aucun de droit de réponse. Cela fait un peu cour de récré, mais je les ai vus se conduire en meute sur AV. Mais au moins, j’ai eu le courage de leur dire en face.


                                          • Antoine Diederick 15 mai 2011 22:09

                                            l’accusation a été portée contre les navires de l’Otan de pas être prompts à aider les « boat people ».

                                            Il ne semble pas avéré que des réfugiés ont jeté des femmes à la mer, en revanche, les marins de l’Otan sont intervenus pour aider techniquement des esquifs de réfugiés en panne en mer en faisant soit des réparations ou en remplaçant du matériel à bord de ces embarcations.

                                            Considérant que ces réparations permettaient aux esquifs de continuer leur route vers l’Europe, les marins de l’Otan, n’ont pas transbordé les voyageurs démunis, à la grande surprise de ceux-ci.

                                            Il y a une possible manip pour dramatiser la situation afin de précipiter les interventions de prise en charge....

                                            De toute façon, ce qui est difficile à comprendre c’est le manque d’encadrement du phénomène tant en Italie qu’un France (sans doute pris de court).

                                            Ceci écrit, Annie, avoir du coeur, il en faut mais ne faut-il pas les tempérer par la prudence lorsque les seules infos que nous possédons sont très lointaines et rapportées par des sources elles-même sujettes à commettre des erreurs involontaires ?


                                          • Annie 15 mai 2011 22:24

                                            Antoine,
                                            Je vous réponds parce que je vous ai traité de pleutre, alors qu’en fait je pense que vous aviez des doutes et que vous ne méritiez pas d’être traité ainsi. C’est ma façon à moi de m’excuser. Comme mon mari vous le dirait, j’ai du mal à dire « sorry ».
                                            Au-delà de tout ce qui a été dit, je trouve un parallèle avec DSK. La plupart des gens pensent qu’il est coupable, parce qu’il y a des précédents. Pour les migrants, il n’y a aucun précédent mais tout le monde pense quand même qu’ils sont coupables. Le fait qu’ils soient musulmans n’est pertinent que dans la mesure où il est présumé que tous les musulmans traitent ainsi leurs femmes. Ils auraient été chrétiens que j’aurai défendu de la même façon leur droit à rechercher un futur meilleur et aurait cherché à les défendre contre ces accusations, mais le fait est que je ne pense pas qu’elles auraient été portées contre eux.


                                          • Antoine Diederick 15 mai 2011 23:39

                                            Bonsoir Annie, je ne vous en veux pas pour ce « pleutre »....oublions.

                                            Docdory a des opinions personnelles très nettes, c’est son droit, je ne suis pas sur Avox pour les cautionner ou pour accuser (D’autre part, Docdory propose de raisonner et même si je ne suis pas d’accord toujours, ses articles ont montré le ridicule de certaines situations) . D’autres sur Avox ont leurs opinions, et je pense qu’il les assument.

                                            Villach a aussi ses opinions....etc....

                                            Pour ma part les articles de Docdory et de Villach ont l’intérêt de nous engager à réfléchir et ce qui moi m’énerve dans toutes ces histoires de migration , c’est que le politique ne veut pas entendre et voir les signaux envoyés par les populations autochtones et ce qui permet au populisme d’avancer sur la scène politique tant en France (Marine Le Pen dit tout haut ce que tous pensent tout bas, avec le danger des stigmatisations) qu’ailleurs. Or, dans les situation de crise, il est bien d’avoir des gestionnaires et non pas des « récupérateurs » qui instrumentalisent les situations. Si la situation se crispe, il y aura le danger de perdre les gestionnaires pour gagner les populistes, ce n’est pas bon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès