• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Climato-scepticisme : Galilée convoqué devant le Saint-Office (...)

Climato-scepticisme : Galilée convoqué devant le Saint-Office ?

Les scientifiques climato-sceptiques seront-ils contraints, comme Galilée en 1633, d’abjurer à genoux la formule prévue par le Saint-Office ? Devront-ils faire eux aussi leur profession de Foi et déclarer sur les Saints-Evangiles du « réchauffisme » qu’ils jurent qu’ils tiennent, et tiendront toujours pour vrai, avec l’aide du dieu écolomaniaque, tout ce que la Sainte Eglise affirme, présente et enseigne ? Décidément, l’écologie est une chose trop sérieuse* pour la confier aux seuls écologistes surtout s’ils sont climatologues…

Au nombre des « scientifiques compétents en sciences du climat » (pour reprendre les termes consacrés) signataires de l’appel initié par la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte, citons les plus médiatisés, le climatologue Hervé Le Treut et le climatologue et géochimiste Jean Jouzel. « Anti-sceptiques » virulents(1), Le Treut, Jouzel et Masson-Delmotte sont tous membres du Groupe International d’Experts Intergouvernemental (le fameux GIEC). Plus intéressant encore, depuis près de dix ans, chacun d’entre eux a tout misé sur la démonstration de la réalité du réchauffement d’origine humaine pour asseoir sa carrière et sa réputation scientifiques. Une carrière qui risque fort de connaître un ralentissement -et les budgets, des coupes sévères- en raison des révélations publiques sur les « erreurs » à répétition du GIEC. Pour ces chercheurs qui soutiennent le GIEC et ses thèses alarmistes sur le réchauffement, empêcher les « hérétiques » de s’exprimer devient une question de survie. Il y va de leur crédibilité et de leur intégrité. Et cette tentative désespérée de faire taire les voix qui s’opposent au discours officiel, dicté par le GIEC à la communauté scientifique mondiale, résonne déjà comme le chant du cygne…
 
 
Le retour de la censure et de la mise à l’index ?
 
Ainsi, 275 personnes (dont la signature n’engage pas leur organisme de tutelle) se sont laissé embarquer, plus ou moins de bonne foi, dans une croisade contre les climato-sceptiques. Car il s’agit bien d’une guerre de religion opposant croyants et non croyants si l’on se réfère à la « profession de Foi » de cette lettre ouverte, ou plutôt de cette « pétition ». Un texte qui sera adressé le 7 avril prochain par courrier recommandé (juste avant sa mise en ligne sur le Net) à : Mme la ministre de la Recherche, M. le directeur de la Recherche, M. le président de l’agence d’évaluation de la Recherche, M. le président de l’académie des Sciences, M. Le président directeur général du CNRS, MM. Les directeurs et directeurs adjoints de l’INSU et l’INEE du CNRS et enfin à M. le président du comité d’Ethique du CNRS. Il ne manque plus que le pape Benoît XVI pour que la liste soit tout à fait complète…
 
Titrant « Ethique scientifique et sciences du climat : lettre ouverte » (ce texte -qui circule en privé parmi les chercheurs mais sur un lien ouvert- ainsi que la liste des signataires, sont visibles sur le site du club des argonautes et reproduits à la fin de cet article) les chantres scientifiques du « réchauffisme » rappellent le dogme et exigent du Saint-Office(2) (les hautes instances citées plus haut et sollicitées pour prendre position) qu’elles obligent les scientifiques à se conformer à la Règle sous peine d’une mise à l’index…
 
« Depuis plusieurs mois, des scientifiques reconnus dans leurs domaines respectifs, membres actifs de l’académie des Sciences, dénigrent les sciences du climat et l’organisation de l’expertise internatinale, criant à l’imposture scientifique, comme le fait Claude Allègre dans L’imposture climatique ou la fausse écologie (Plon, 2010) pointant les prétendues « erreurs du GIEC », comme le fait Vincent Courtillot dans Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009) dans son séminaire de rentrée de l’IPGP(…). ». Revoilà les bêtes noires(3) des alarmistes… Il faut décapiter les hérauts du climato-scepticisme, ou peut-être brûler vifs ces hérétiques sur un bûcher ? Au train où vont les choses, cela ne saurait tarder : il suffirait que le Saint-Office donne raison à ces inquisiteurs des Temps modernes… Mais il faudra alors allumer, non pas deux, mais des dizaines de milliers de bûchers car plus de quarante mille scientifiques(4) dans le monde ont déjà signé des pétitions, appels ou lettres ouvertes, pour alerter les gouvernements de leur pays sur les dangers du catastrophisme ambiant et les mettre en garde contre les extrapolations non scientifiques de certains travaux.
 
Le GIEC n’est plus vraiment en odeur de sainteté auprès des politiques, et les alarmistes n’ont plus le vent en poupe dans l’opinion publique depuis le fiasco du sommet de Copenhague, il semble donc peu probable que les hautes instances souhaitent se fourvoyer dans ce qui s’apparente plus à une tentative de cabale qu’à un véritable appel à l’aide pour faire respecter l’éthique scientifique. Les signataires l’affirment : « Dans tous les cas, la publication de ces affirmations témoigne d’un sentiment d’impunité totale de la part de leurs auteurs. ». Un « sentiment d’impunité totale »… voyez-vous ça... serions-nous revenus à l’époque où la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à Rome accordait aux savants des dispenses pour accréditer leurs travaux ? Les scientifiques climato-sceptiques seront-ils contraints, comme Galilée(5) en 1633, d’abjurer à genoux la formule prévue par la censure du Saint-Office, des inquisiteurs généraux et de leurs cardinaux ? Devront-ils faire eux aussi leur profession de Foi et déclarer sur les Saints-Evangiles du « réchauffisme » qu’ils jurent qu’ils tiennent, et tiendront toujours pour vrai, avec l’aide du dieu écolomaniaque(6), tout ce que la Sainte Eglise affirme, présente et enseigne ? Décidément, l’écologie est une chose trop sérieuse pour la confier aux seuls écologistes surtout s’ils sont climatologues…
 
Un combat politique pour la décroissance… au nom de la science !
 
A l’heure où les plus gros émetteurs de CO2 (la Chine est le premier producteur d’éolien et les Etats-Unis investit massivement dans les énergies durables) la vieille Europe -et tout particulièrement la France (empêtrée avec sa taxe carbone...)- ont laissé des scientifiques idéologues discréditer la communauté scientifique aux yeux des élites dirigeantes et du public en utilisant la science -au nom du réchauffement climatique, du principe de précaution et des générations futures- pour servir une cause politique : leur combat pour la décroissance. Des chercheurs climato-alarmistes qui, en refusant le doute scientifique émis par leurs pairs, ont aussi trahi la science et le « pacte moral qui relie les scientifiques et la société ».
 
A ces scientifiques qui ont une notion dogmatique, religieuse même, de la vérité scientifique, je me permets de rappeler la définition du principe de précaution dont ils se réclament. Définition, publiée dans le Rapport sur le principe de précaution rédigé par le groupe d’experts de l’UNESCO et adoptée par la Commission Mondiale d’Ethique des Connaissances Scientifiques et des Technologies (COMEST) : « Il faut que les scientifiques modèrent l’ambition irréalisable de quantifier sérieusement tous les risques et qu’ils s’orientent vers une ambition plus modeste consistant à caractériser les dangers sous-jacents.(…) L’évaluation des risques et la fixation d’une politique doivent par conséquent avoir l’assentiment du public et bénéficier de sa participation. ». Le principe de précaution, appliqué à tort et à travers, est un frein au progrès parce qu’il n’y a pas de progrès possible sans prise de risque. Il n’est jamais trop tard pour faire son mea culpa...

______________________________

 
*Pour paraphraser la formule célèbre de Georges Clémenceau : "La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des militaires".
 
(1) Les figures de proue des signataires de cette « lettre ouverte » :
 
- Né en 1947, Jean Jouzel, climatologue, géochimiste, est l’ancien directeur de l’institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (UVSQ-CEA-CNRS), directeur de recherche au commissariat à l’énergie atomique. Il a été vice-président du premier goupe de travail du GIEC sur les principes physiques et écologiques du changement climatique. De même que tous les autres scientifiques membres du GIEC, il partage avec Al Gore et le président du GIEC Rajendra Pachauri le prix Nobel de la paix 2007.
 
- Né en 1956, Hervé Le Treut, climatologue, spécialiste de la modélisation numérique du système climatique et des évolutions futures du climat. Ses travaux ont donné lieu à une centaine de publications. Il est membre de l’académie des Sciences, directeur de l’institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), professeur de mécanique à l’école Polytechnique. Il a publié Nouveau climat sur la terre : comprendre, prédire, réagir (Flammarion, 2009) et L’effet de serre, allons-nous changer le climat ? ( Flammarion, Poche 2009) avec Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste de l’énergie et du climat, connu pour ses idées « réchauffistes », Réchauffement climatique avec Lionel Charles (Syllepse éd., 2006), Le changement climatique avec Guy Jacques (Eds Unesco, 2004), Effet de serre avec Jean-Marc Jancovici (Dictionnaire et encyclopédie poche, Flammarion, 2001). Sa communication grand public est axée sur la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique.
 
- Née en 1971, paléoclimatologue ingénieur au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), Valérie Masson-Delmotte, qui est à l’initiative de cette pétition, ne bénéficie certes pas de la notoriété des personnes qu’elle cherche à atteindre à travers cette pétition. Inconnue du grand public, son œuvre de vulgarisation scientifique se limite à quelques livres pour la jeunesse publiés par Le Pommier dans sa collection MiniPommes : Atmosphère, quel effet de serre ! (2009), Le climat de nos ancêtres à nos enfants (2005) ou Atmosphère, atmosphère (2008). Cet ouvrage (si l’on se réfère au mot de l’éditeur) « entre fiction et documentaire, aborde les enjeux liés au climat. Un habitant venu du futur enseignera bien des choses sur les changements climatiques. ». 
 
(2) La Congrégation pour la Doctrine de la Foi à Rome (dit Saint-Office) fondée sous le nom de Sacrée congrégation de l’inquisition romaine et universelle par le pape Paul III dans la bulle Licet ab initio le 21 juillet 1542, Cette congrégation avait pour mission de définir et lutter contre les hérésies.
 
(3) Claude Allègre est géophysicien, géochimiste, ancien ministre de l’Education nationale, de la Recherche et de la Technologie du gouvernement Jospin de 1997 à 2000, membre de l’académie des Sciences. Médaille Fields, médaille d’or du CNRS, prix Crafoord pour la géologie, médaille Wollaston. Dernier titre publié : L’imposture climatique, ou la fausse écologie (avec Dominique de Montvalon. Plon, février 2010).
 
Vincent Courtillot est géophysicien, spécialiste du paléomagnétisme, professeur de géophysique à l’université Paris-Diderot, membre de l’académie des Sciences, directeur de l’Institut du Globe de Paris (IPGP). Ses recherches actuelles s’orientent vers la modélisation des conséquences climatiques des grands "traps" (plateaux basaltiques). Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques (dont 7 publications sur le climat passées par le filtre standard des publications scientifiques, avec Jean-Louis Le Mouël. Cf : "Publications les plus représentatives" sur le site de l’académie des Sciences). Dernier ouvrage publié : Nouveau voyage au centre de la terre (Odile Jacob, septembre 2009). 
 
(4) Plus de 40.000 chercheurs dans le monde ont signé des pétitions, appels ou lettres ouvertes pour alerter les gouvernements de leur pays sur les dangers du catastrophisme ambiant et les mettre en garde contre les extrapolations non scientifiques de certains travaux (sources : Annexes de La dernière Croisade. Des Ecolos... aux Ecolomaniaques ! et le site de Climat-sceptique) :
Global warming petition (pétition de l’Oregon) : 31.000 Scientifiques declarent que le réchauffement climatique est un mensonge sans fondement scientifique (OISM)
• 4.000 Scientifiques signent L’appel de Heidelberg (Science & Environmental Policy Project)
• 500 Scientifiques émettent des doutes sur le réchauffement climatique anthropogénique (Heartland Institute
• 400 Scientifiques éminents ont contesté le réchauffement climatique anthropogénique en 2007 (US Senate Committee on Environment & Public Works)
• 150 scientifiques, économistes et théologiens signent une lettre ouverte adressée aux signataires de Changement climatique : Un appel évangélique pour l’action (ISA)
• 105 Scientifiques signent la Déclaration de Leipzig sur le changement climatique global (Science & Environmental Policy Project) 
• 100 Scientifiques signent une Lettre ouverte au Secrétaire Général des Nations Unies (National Post, Canada)
• 77 scientifiques sceptiques (Business and Media Institute
• 60 Scientifiques en appellent à Harper Pour un réexamen de la science du réchauffement global (Financial Post, Canada) 
• 47 Scientifiques signent la Déclaration par des scientifiques de l’atmosphère sur le réchauffement par effet de serre (Science & Environmental Policy Project)
• 41 scientifiques démontent l’alerte au réchauffement climatique (The Daily Telegraph, UK) 
• 35 scientifiques sceptiques : Les « négationnistes » (National Post, Canada) 
 
(5) Physicien, astronome italien (1564-1642), père de l’observation astronomique et de la physique moderne, Galileo Galilei dit Galilée est célèbre pour avoir soutenu une conception copernicienne de l’univers, ce qui l’a voué aux gémonies des partisans du géocentrisme et de l’Eglise catholique romaine comme chacun sait. Il laisse à la postérité son livre Le dialogue sur les deux grands systèmes du monde commandé par le pape Urbain VIII vers 1620 et publié en 1632, dans lequel il soutient la thèse héliocentrique alors interdite par l’Eglise catholique.
 
(6) Aboutissement d’une réflexion initiée il y a plusieurs années, par l’article « Claude Allègre, hérétique ?  », j’ai abordé le thème de l’écolomania dans une trentaine d’articles. Dans mon dernier essai, La dernière Croisade. Des Ecolos... aux Ecolomaniaques ! (publié aux éditions L’Arganier en novembre 2009 et en version intégrale sur Calaméo depuis le 15 mars 2010) je tente de décrypter « l’écolomania » sous l’angle religieux. N’étant pas scientifique, le propos n’est pas un plaidoyer pour ou contre les thèses sur le réchauffement climatique, mais bien une analyse sur la montée de ce qui ressemble de plus en plus à l’émergence d’une nouvelle intolérance d’ordre religieux. Les questions principales sont : Doit-on accepter sous couvert de bonnes intentions un nouveau dogme religieux ? A qui profite l’écolomania ?
Ma vidéo de présentation du livre. Plus d’infos sur le livre.
 
Lire aussi :
- « Variations sur le thème de l’écolomania »
- « Pr Henri Atlan : La religion de la catastrophe »
Le point de vue de Marcel Leroux, climato-sceptique (décédé en 2008).
- « Sur le réchauffement climatique » exposé à Nantes de Vincent Courtillot (septembre 2009)
- Serge Galam : « Le réchauffement n’est pas scientifiquement prouvé ». Son dernier livre : Les scientifiques ont perdu le Nord (Plon, 2008)
- Benoît Rittaud : «  Jean Jouzel en panne d’arguments contre « Le Mythe climatique » et son dernier livre : Le mythe climatique (Seuil, 2010).

 

Illustration : Le procès de Galilée par le tribunal de l’Inquisition catholique romaine. Peinture du XIXème siècle de Joseph-Nicolas Robert-Fleury.
 
__________________________________
 
 
TEXTE DE LA PETITION
en ligne sur le site du club des argonautes, à l’initiative de Valérie Masson-Delmotte :
 
« Le samedi 27 Mars 2010
277 Internautes ont signé l’appel Éthique scientifique et sciences du climat : lettre ouverte
 
Cette page, http://www.clubdesargonautes.org/iFPXAGvdz/php/index.php est destinée aux scientifiques, (universitaires et chercheurs) compétents en Sciences du Climat. 
 
Les signataires s’engagent sur leur expertise scientifique propre. En aucun cas leur signature ne peut engager leurs organismes de tutelle, dont la mention n’est faite qu’au titre de la transparence.
 
En signant ici, vous acceptez que vos nom et qualité apparaissent dans une liste qui sera rendue publique. A contrario, votre adresse E-mail ne sera pas divulguée, mais pourra être utilisée par les premiers signataires, dans le but exclusif de vous informer des suites de cette démarche.
 
ATTENTION, VOTRE SIGNATURE NE SERA ENREGISTRÉE QUE SI VOUS LA CONFIRMEZ PAR E-MAIL. N’OUBLIEZ PAS DE LE FAIRE !
 
Les signatures de ce texte seront recueillies jusqu’au 6 avril au soir, puis le texte signé sera d’abord envoyé le 7 avril par lettre recommandée aux instances scientifiques mentionnées. Nous vous remercions de respecter ce calendrier. Seulement après réception de ces courriers, le texte sera mis en ligne publiquement. 
 
En parallèle, nous vous invitons à faire suivre les erreurs identifiées dans les ouvrages et séminaires mentionnés (numéro de page ou minute, description, et explications par rapport aux faits scientifiques disponibles dans les bases de données ou la littérature scientifique) à valerie.masson@lsce.ipsl.fr"
________________________________________
 
Destinataires : 
 
Mme la Ministre de la Recherche
M. le Directeur de la Recherche 
Mr le Président de l’Agence d’Évaluation de la Recherche
M. le Président de l’Académie des Sciences
M. le Président Directeur Général du CNRS
Mrs. les Directeurs et Directeurs adjoints de l’INSU et l’INEE du CNRS 
M. le Président du Comité d’Éthique du CNRS
 
Éthique scientifique et sciences du climat : lettre ouverte
 
Nous, scientifiques du climat, attachés au devoir de rigueur scientifique, interpellons les hautes instances scientifiques françaises : Ministère de la Recherche, Centre National de la Recherche Scientifique, et Académie des Sciences, qui n’ont pas réagi aux accusations calomnieuses lancées à l’encontre de notre communauté. 
 
Un pacte moral relie les scientifiques et la société. Rémunérés par les crédits publics, les scientifiques doivent déployer une rigueur maximale, pour la conception, la réalisation, la publication de leurs travaux. Leurs pairs sont les arbitres de cette rigueur, à travers les processus critiques de relecture, de vérification, de publication des résultats. Les hautes instances scientifiques sont les garants de cette rigueur. C’est sur cette éthique scientifique que repose la confiance que la société peut accorder à ses chercheurs.
 
Reconnaître ses erreurs fait également partie de l’éthique scientifique. Lorsqu’on identifie, après la publication d’un texte, des erreurs qui ont échappé aux processus de relecture, il est d’usage de les reconnaître, et de les corriger, en publiant un correctif. Ainsi, des glaciologues ont mis en évidence une erreur dans le tome 2 du 4ème rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (« Impacts, Adaptation et Vulnérabilité, chapitre 10 : Asie ») concernant le devenir des glaciers de l’Himalaya. En l’absence de procédure formelle d’« erratum », le GIEC a publié son « mea culpa » (http://www.ipcc.ch/pdf/presentations/himalaya-statement-20january2010.pdf&quot ;), reconnaissant l’erreur, et pointant que les processus de relecture du groupe 2 (rédigé et relu par les spécialistes des impacts du changement climatique sur les écosystèmes et l’économie) n’avaient pas fonctionné. En cela, le GIEC a respecté la déontologie scientifique.
 
Depuis plusieurs mois, des scientifiques reconnus dans leurs domaines respectifs, membres actifs de l’Académie des Sciences, dénigrent les sciences du climat et l’organisation de l’expertise internationale, criant à l’imposture scientifique - comme le fait Claude Allègre dans L’Imposture climatique ou la fausse écologie (Plon, 2010), pointant les prétendues « erreurs du GIEC », comme le fait Vincent Courtillot dans Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009), dans son séminaire de rentrée de l’Institut de Physique du Globe de Paris ( http://www.ipgp.fr/pages/040805.php?name=20100107) ou bien dans les « libres points de vue d’Académiciens sur l’environnement et le développement durable » ( http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/points_vue_25_11_09.pdf). Leurs accusations ou affirmations péremptoires ne passent pas par le filtre standard des publications scientifiques. Ces documents, publiés sous couvert d’expertise scientifique, ne sont pas relus par les pairs, et échappent de ce fait aux vertus du débat contradictoire. 
 
Ignorons le dénigrement, la théorie du complot et les aspects politiques. Appliquons-leur simplement la même exigence de rigueur qu’à n’importe quel manuscrit scientifique. De nombreuses erreurs de forme, de citations, de données, de graphiques ont été identifiées. Plus grave, à ces erreurs de forme s’ajoutent des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement du système climatique.
 
Plusieurs hypothèses sont possibles, pour expliquer la publication d’ouvrages dont certains battent tous les records en termes d’erreurs de forme et de fond pour l’ensemble des arguments scientifiques : s’agit-il d’une provocation délibérée, pour se placer en position de victime, et attirer la sympathie du grand public ? S’agit-il d’incompétence, ces auteurs croyant sincèrement à leurs affirmations fausses, faute d’une connaissance de la littérature scientifique ? D’une mauvaise foi délibérée, l’éthique scientifique étant mise aux oubliettes, et l’apparence pseudo-scientifique (références fausses, courbes inventées, résultats scientifiques détournés…) étant mise au service d’un message avant tout politique ? 
 
Dans tous les cas, la publication de ces affirmations témoigne d’un sentiment d’impunité totale de la part de leurs auteurs, qui oublient les principes de base de l’éthique scientifique, rompant le pacte moral qui lie chaque scientifique avec la société. 
 
Nos observations, nos études des processus physiques, nos outils de modélisation, qui contribuent à une expertise nécessairement internationale, nous montrent que : 
 
• les émissions de gaz à effet de serre, en augmentation, modifieront durablement le bilan radiatif terrestre ;
 
• la compréhension des liens entre gaz à effet de serre et climat ne repose pas sur des corrélations empiriques, mais sur l’étude de mécanismes physiques, amplement démontrés. Les modèles de climat sont très largement testés sur leur capacité à représenter les processus clés du changement climatique en cours ainsi que des variations climatiques passées ;
 
• l’amplitude et la structure des changements observés depuis 50 ans sont cohérents avec les conséquences théoriques d’un réchauffement induit par un surplus de gaz à effet de serre ;
 
• les conséquences d’une poursuite au rythme actuel des rejets de gaz à effet de serre peuvent être graves, d’ici quelques décennies.
 
Nous, scientifiques du climat, attachés au devoir de rigueur scientifique, interpellons les hautes instances scientifiques françaises : Ministère de la Recherche, Centre National de la Recherche Scientifique, et Académie des Sciences au sujet de leur silence vis-à-vis d’accusations publiques sur l’intégrité des scientifiques du climat, accusations qui sortent du cadre déontologique.
 
 
Liste des premiers signataires
 
Valérie Masson-Delmotte (LSCE)- Edouard Bard (Collège de France / CEREGE)- François-Marie Bréon (LSCE)- Christophe Cassou (CERFACS)- Jérôme Chappellaz (LGGE)- Georg Hoffmann (LSCE)- Catherine Jeandel (LEGOS)- Jean Jouzel (LSCE)- Bernard Legras (LMD)- Hervé Le Treut (IPSL)- Bernard Pouyaud (IRD)- Dominique Raynaud (LGGE)- Philippe Rogel (CERFACS).
 

Documents joints à cet article

Climato-scepticisme : Galilée convoqué devant le Saint-Office ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (122 votes)




Réagissez à l'article

236 réactions à cet article    


  • boris boris 30 mars 2010 08:48

    De toute façon, réchauffiste où pas, notre brillante civilisation part en sucette.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 mars 2010 11:25

      Quant on arrête les rond de jambe et qu’on compte les couos, on s’apercoit qu’on a une guerre entre la Lobby du pétrole et le Lobby vert, pour faire des trillions dollars, et que tout le monde se fout comme d’une guigne du climat, de l’humanité et de la Terre elle-même, puisque la vie est courte et qu’on est là pour en tirer ce qu’on peut. Il n’y a RIEN de vrai dans ce qu’on nous dit. Dommage que Dieu n’existe pas, il nous mettrait une baffe. Assitôt que la nausée cessera, je verrai ce que je peux faire, mais je ne suis pas optimiste.

      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/05/31/185-le-temps-du-partage/

      Pierre JC Allard


    • JL JL 30 mars 2010 11:32

      @ PJCA, j’approuve deux fois votre intervention : pour son bon sens, et pour l’opportunité que vous avez su saisir en plaçant cette excellente intervention en bonne place dans un fil qui de vient illisible.


    • Gollum Gollum 30 mars 2010 13:11

      Personne n’a donc le courage, la modestie et le réalisme de dire qu’il ne sait pas, qu’il ne peut donc prendre parti dans ce débat de scientifiques ?

      Bien d’accord avec vous Renève.. (pour une fois) Je dois être le seul sur ce fil à l’avoir avoué.
      Mais cela ne m’empêche pas d’avoir mes idées sur la question que je serai immédiatement prêt à remettre en cause avec des arguments idoines. 
      Pour l’instant cette affaire ressemble plus à une grosse envie collective d’être contre, histoire d’être contre, afin de se sentir exister... (Là je sens que je vais me faire incendier)

    • JL JL 30 mars 2010 13:12

      Hé bien oui, moi je dis que je ne sais pas : je ne sais pas si le climat se réchaufera ou se refroidira ! Mais je pense qu’il se dérègle.

      Je ne sais pas comment ils s’y prennent pour faire fondre la banquise, mais je crois que personne ne fait rien pour l’empêcher, au contraire : quand on voit tous ces glaciers noirs de suie, il faut être idiot pour accuser le CO2. Le CO2 n’est pas la suie.

      « Le transport maritime est responsable de 18 à 30% de la pollution mondiale par oxyde d’azote et de 9% de la pollution par oxyde de soufre. Les bateaux de transport utilisent un carburant de basse qualité qui contient environ 2000 fois plus de soufre que le diesel utilisé dans les voitures européenne et américaines…une recherche conjointe de l’agence NOAA et de l’Université Boulder du Colorado, selon laquelle la pollution des 90’000 bateaux de commerce à travers le monde (cargos, pétroliers et bateaux de croisière) est responsable de 60 000 morts chaque année, et entraîne des coûts de santé de 330 milliards de dollars. »Les 15 plus gros porte-conteneurs du monde polluent autant que l’ensemble du parc automobile mondial 30/9/09 : 

      Rappelons que l’oxyde d’azote, le N2O est un puissant gaz à effet de serre à très longue durée de vie. GES beaucoup plus nocif que le CO2 qui est recyclé, lui, par la photosynthèse (cf. le cycle du carbone).


    • JL JL 30 mars 2010 13:15

      Lisez bien : l’oxyde d’azote ce n’est pas l’oxyde de carbone ! La plus grosse pollution par l’oxyde d’azote est due aux porte-conteneurs, ces chancres de la mondialisation libérale..


    • boris boris 30 mars 2010 13:52

      On s’en tape de ton blabla, Renéve.


    • ZEN ZEN 30 mars 2010 13:59

       Seuls les fols sont certains et résolus

      Tout à fait !
      C’est ce que je disais aussi à propos de la VO concernant le 11/9 smiley


    • Traroth Traroth 30 mars 2010 14:52

      Oui, enfin renvoyer tout le monde dos à dos est ridicule, quand même. Soit le réchauffement climatique d’origine humaine est une réalité, soit non. Mais les deux ne peuvent pas être faux, c’est de la simple logique !


    • Traroth Traroth 30 mars 2010 14:53

      Au fait, le lobby pétrolier, je vois bien ce que c’est : Exxon, Dutch Shell, BP, Total, Chevron, Unocal, Gazprom...

      Et le « lobby vert », c’est quoi, au juste ?


    • impertinent3 impertinent3 30 mars 2010 15:03

      Il y a vingt-cinq ans, c’était la mort des forêts à brève échéance à cause de pluies acides. Aujourd’hui c’est le réchauffement climatique.

      À chaque quart de siècle sa nouvelle peur !


    • HELIOS HELIOS 30 mars 2010 16:27

      Exact, Boris c’est bien notre civilisation qui se delite !

      En son temps, ma grand-mère, brave femme provençale élevée au basilic —que les parisiens n’appelaient pas encore pistou— et au lait de poule en hiver, nous disait a nous, adolescent encore boutonneux que c’etait «  »« la faute aux americains et aux fusées »«  » si le temps etait détraqué.

      Toute la bande de pingouins qui publient a hue et a dia, comme ces experts gradés et a la tête de vraies bibliotheques, et qui ne font plus leur metier depuis longtemps puisqu’ils sont la pour guider (entendre : deformer) les thesards sous leurs ordres... defendent leur beefsteak comme n’importe quel marchand d’aspirateur et de voitures d’occasions.

      Alors, leur avis sur le rechauffement, je m’en sers pour caler le pied de la table du bistrot ou je me trouve, c’est au moins ça dont ils sont capables.

      Le combat qui se mène aujourd’hui, c’est vous et moi qui pourrions le mener et le gagner, mais je doute que vous le vouliez serieusement... et comme je suis seul ou presque.... nous aurons une taxe carbone, non pas pour le climat, mais pour mettre un taxe a l’entrée de nos frontieres et remplir les poches de l’etat.

      Pour le reste, que Duflot, Hulot, Bertrand et compagnie continuent a prendre leur vacances aux Seychelles, parcourent la planete en jet ou hélico, peut me chaut tant qu’ils ne me font pas ch... dans la sciure....

      Bonne soirée.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 31 mars 2010 04:29

      C’est lassant.

      ATTENDONS UN PEU.

      La réalité, pour autant que l’on ait compris la situation, est qu’en matière d’apparence d’impartialité et d’indépendance, les uns comme les autres laissent beaucoup à désirer. Mieux vaut d’éviter à la fois l’angélisme... et le satanisme.

      Quant aux lobbies et la « militance » déplacée, jusque là... C’est décourageant, quand ça magouille sec. Et quand on pense au nombre des promotions obtenues avec des resultats qui se sont avérés faux par la suite...

      Sinon, voir nos articles :

      ONU, GIEC, grippe A et crise du « jugement par les pairs »

      Universités françaises et OPA patronale (I)

      Universités françaises et OPA patronale (II)

      Universités françaises et OPA patronale (III)

      Universités françaises et OPA patronale (IV)

      Universités françaises et OPA patronale (V)

      Crise de l’évaluation, CNRS et « réforme de la recherche »

      Hwang Woo-Suk, le lobbying et la fraude scientifique (I)

      Nanotechnologies, recherche, éthique et contrôle citoyen

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • Traroth Traroth 31 mars 2010 10:46

      Pierre JC Allard ne nous expliquera donc sans doute pas ce qu’est le « lobby vert ». C’est dommage pour la validité de son commentaire...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 avril 2010 17:18

      @ Traroth


       Al Gore. Modifier la structure de l’approvisionnement en énergie de la planète va être pour le XXIe siècle l’équivalent des 12 travaux d’Hercules en même temps. Pour le climat, mettez mon nom sur le liste des agnostiques.


      Pierre JC Allard



    • Polemikvictor Polemikvictor 30 mars 2010 08:54

      Merci pour cet article. Les communauté d’expert reconnus par la presse , et à partir de la par le monde politique, ont un palmares interessant :
      Maladie de Kreuzfeld Jacob liée à la maldie de la vache folle : ils annoncaient des centaines de milliers de morts, il y en a eu 300 à la surface de la planete.
      Bug de l’an 2000 : no comment.
      Grippe A, bizarrement ce sont les memes qui critiquent la politique du gouvernement qui à cedé au catastophisme et qui y cedent eux meme pour le climat, perversion de l’attitude d’opposition systematique ou schizophrenie ?


      • jacques jacques 30 mars 2010 10:41

        Tu oublies l’amiante que Claude Allègre voulait solutionner avec du plâtre(à jussieu).


      • JL JL 30 mars 2010 10:55

        Il est sûr qu’avec Claude Allègre pour ami, les climato-sceptisues n’ont pas besoin d’ennemis !


      • Traroth Traroth 30 mars 2010 14:54

        Allègre à qui l’auteur vient d’attribuer la médaille Fields...

        http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9daille_Fields#Liste_des_laur.C3.A9ats


      • non666 non666 30 mars 2010 09:38

        J’ai cru comprendre que le sujet de l’article n’était pas la Preuve ou pas de la validité d’une thèse ou de l’autre , mais la création d’une vérité façonnée, médiatique imposée par quelques propagandistes.


        Mais bon, moi, je n’y connais presque rien en matière de propagande...

        En clair la dame dénonce les thésard d’une des deux visions et les montre même du doigt (c’est pas bien).

        Elle sous-entend même que nous serions desinformé sur ce sujet.

        Moi je constate qu’il est édifiant dans notre environnement que les deux thèses ne puissent pas s’exprimer sereinement en échangeant leurs visions du monde.
        Ceci dit, ce n’est pas nouveau.
        L’indiscutabilité de certaines lectures du Climat rejoint celle de l’Histoire et de la Géographie ou la LOI , les médias et quelques lobbies peuvent imposer leur vision de ce qui devrait être enseigné.







      • Fabienm 30 mars 2010 10:23

        Problème : les gens sont fainéants et refusent de s’informer. Ils prennent alors ce qui passe pour se faire une opinion.
        Deuxième problème, l’espace médiatique est pollué par des gens qui ne sont pas publiés (c’est la raison pour laquelle il y a une telle haine viscérale des climatologues, publiés eux, contre les Allègre et Courtillot).

        Devinette, qui a dit « Mais mon livre n’est pas un article scientifique, c’est un essai politique »

        Réponse : Allègre, attaqué de toute part par les scientifiques devant les énormités qu’il écrivait.

        Franchement, est-ce bien sérieux ?


      • Fourmi Agile Evrard 30 mars 2010 09:11

        Le Giec est en bien mauvaise posture et c’est bien fait, depuis 20 ans qu’ils nous mentent. Qu’eux et leurs organismes suiveurs obtiennent de grasses subventions pour prouver un réchauffement qui n’existe pas, tout ça avec notre argent.

        Le mouvement est en route, on ne les laisse plus faire.
        On peut nous tromper quelques fois mais on ne peut pas nous tromper tout le temps.


        • non666 non666 30 mars 2010 09:51

          En réalité trolleon, dans cette affaire, les deux cotés sont militants.


          Ce qui est intéressant, par contre , c’est que le thème du réchauffement climatique est en phase avec le contrôle des états unis sur les ressources de pétrole.

          Quand ce contrôle vacille , qu’il apparait qu’il va falloir partager , qu’ils ne seront pas les gagnants de l’envahissement de l’Irak , on lache du « Home ».
          Plus le scénario de la fuite du Vietnam est plausible , plus le rechauffisme augmente(dans les média.
          Dès que le contrôle parait plus sur, la situation mieux en mains, que l’Obama revient sur sa promesse d’évacuer avant la déroute, le « cliamatoscepticisme » refait surface.

          De la a penser que les deux thèses sont des portes de sortie établies par un organisme situé a Langley, il y a un grand pas que je me garderais bien de franchir.
          Neanmoins aucune des deux visions n’est neutre et les deux représentent (en plus de leur « vérité scientifique ») des enjeux stratégiques.

          Si nous étions dans une démocratie sereine, dans un environnement ou les sciences s’expriment dans le respect de l’art, en toute transparence , sans se soumettre aux « interets supérieurs » le sujet serait surement plein de d’enrichissement pour tous.

          Mais la pour l’instant , Moi, je ne vois que deux officines de propagande en lutte , des tricheries des deux cotés, des omissions des deux cotés.

          Tiens juste une pour rire :
          Chaque année on annonce la fonte de la banquise.
          Cette année , en quelques semaines elle s’est étendue de plusieurs centaines de km au coeur de l« ’hivers sans que personne ne réactualise la propagande passées...
          Qui croire a partir de la ?
           »Oui mais elle est moins épaisse" répondit le troll....



        • non666 non666 30 mars 2010 12:33

          Tout en le critiquant , pour une fois , j’ai plussé Trolleon.

          Nous sommes peut être nombreux a avoir appuyer sur la détente en le visant en même temps....

          ton -1 / +3 peut aussi s’expliquer par de multiples votes simultanés


        • therasse therasse 30 mars 2010 09:26

          Le vatican a toujours préféré s’en prendre aux scientifiques déboulonneurs de mythes plutôt qu’à ses propres turpitudes.


          Tant qu’il a pu maintenir sa complicité avec les pouvoirs politiques, il les a masquées efficacement, notamment derrière le secret de la confession et sa justice en famille.

          Un patriarche, quelques bras droits, une structure pyramidale, l’omerta, toutes les caractéristiques des mafias. 



          • non666 non666 30 mars 2010 09:54

            Quel rapport avec l’Eglise ?


            Ah oui, je vois.

            Quand on parle de rechauffement sous la calotte, on ne parle pas de celle la.....

          • kitamissa kitamissa 30 mars 2010 09:28

            très bon article ....

            nous sommes revenus dans un monde où le bon sens a tendance à disparaitre au profit d’une sorte de bien pensance quasi religieuse ,ceci dans tous les domaines,et cette bien pensance est devenue une force politique à force de rabachages soutenus par de soi disant sommités scientifiques détentrices du savoir incontestable ;

            en 1976 lors de cette canicule,des gens avaient porté plainte contre X pour chaleur excessive ...on franchissait déjà la porte de la connerie,alors qu’on ne parlait pas encore de réchauffement climatique ou alors dans certaines revues populo-scientifiques ...

            maintenant,il est de bon ton uniquement dans un but éléctoral,de se déclarer prêt à lutter contre ce fameux réchauffement par les fameuses taxes carbone,si on a bien compris,on paie et on est donc protégés des méfaits de ce réchauffement ? ....et ça au 21 eme siècle ...pourquoi pas clouer les corbeaux et les pies aux portes de granges et brûler les sorcières pour conjurer le mauvais sort tant que nous y sommes ? ...

            quand un Hulot,un Arthus Bertrand,utilisant force hélicoptéres pour dénoncer les méfaits du progrès sur le climat, ça fait tristement sourire tant ça sent le foutage de gueule organisé ...

            quand Hulot avait fait signer un engagement un peu comme une grand’messe solennelle ....je ne comprends même pas comment des gens censés nous gouverner ont pu se prêter à une pareille comédie !

            on vit vraiment une époque où des gens cherchent n’importe quel prétexte pour infantiliser la populace et brandissant une épée de Damoclès, prédisant les pires tourments si on n’épouse pas leurs délires !

            ça sent la fin de civilisation !


            • 65beve 65beve 30 mars 2010 16:10

              Bonjour,

              @Kitamissa

              "quand Hulot avait fait signer un engagement un peu comme une grand’messe solennelle ....je ne comprends même pas comment des gens censés nous gouverner ont pu se prêter à une pareille comédie "

              La comédie continue ; on vient d’apprendre que le gourou Hulot est très mécontent du gouvernement et qu’il a décidé de retirer ses billes. Bon débarras ! il peut prendre avec lui Artus Bertrand (moi je préfèrais Plastic).

              cdlt
              bv


            • srobyl srobyl 30 mars 2010 16:28

              Salut, K
              J’abonde dans votre sens.

              « je ne comprends même pas comment des gens censés nous gouverner ont pu se prêter à une pareille comédie ! »

              Bonne question, juste indignation. Vous donnez la réponse à cette interrogation au paragraphe suivant : infantiliser la populace !
               Rien ne vaut de bonnes images hulotesques ou bertrandesques pour émouvoir le gogo. De la larme au portefeuille, le chemin est rapide. « Puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien ! » Et pour « sauver la planète » !
              Par contre, peu de médias ont fait écho des thèses contradictoires : travaux de V. Courtillot ? 
              Bien sûr qu’ils se paient notre tronche ! Puisqu’ls nous font avaler n’importe quoi, sans qu’on bronche, ils auraient tort de s’en priver.


            • kitamissa kitamissa 30 mars 2010 18:28

              65beve et Srobyl.....

              merci ...

              en effet ,avec les moyens de communications actuels et la désinformation permanente,il est facile de façonner la pensée des gens qui ne réflechissent même plus,et gobent n’importe quelles sornettes diffusées par la télè ;

              c’est affligeant !


            • Gollum Gollum 30 mars 2010 09:30

              réchauffement qui n’existe pas


              Pff y a pas si longtemps on nous montrait à la téloche une station de ski sur un glacier des Andes complètement abandonnée maintenant parce que le glacier a disparu...

              A part ça y a pas de réchauffement.. Décidément Claude Allègre est un gros nuisible.. et arrive à faire des trous dans beaucoup de neurones de nos con-citoyens..

              Dire que je suis obligé de plusser Léon...

              • Duke77 Duke77 30 mars 2010 10:10

                pffff. C’est pas le réchauffement dont il est question mais l’impact de l’activité humaine sur celui-ci et surtout de l’importance du réchauffement climatique par rapport à d’autres « nuisances humaine » : la biodiversité est passée de 30 millions d’espèces à 15 millions par exemple, il y a aussi le PCB, les additifs chimiques dans tous nos aliments etc...

                Soit vous ne connaissez rien au sujet, soit vous faussez volontairement le débat.

                Le réchauffement et le refroidissement ont toujours existé. C’est ce que dit Allègre : le climat évolue sans cesse, a nous de nous adapter.

                Pour info, dans certains pays du nord, il sont pas mécontent d’imaginer pouvoir cultiver des terres gelées à nouveau, comme le faisaient leurs ancêtres.

              • JL JL 30 mars 2010 10:13

                Aïe, j’ai moinssé par erreur Duke77 : il devrait donc avoir deux points de plus.


              • Fabienm 30 mars 2010 10:20

                mais la question n’est pas de savoir si le réchauffement et le refroidissement ont toujours existé, mais bien à quoi il est lié, et la raison de son accélération subite récente !
                vous non plus n’y connaissez rien visiblement smiley


              • Gollum Gollum 30 mars 2010 10:36

                Je signale d’autre part que Claude Allègre est présenté dans la note 3 comme ayant reçu la médaille Fields, ce qui est faux. La médaille Fields est une sorte de prix Nobel des Mathématiques.


                Allègre n’a absolument pas la stature pour avoir obtenu une telle médaille...

                 smiley

                A Duke77 : Oui mon post était à destination d’Evrard qui sortait une belle connerie.. j’aurais du le préciser..
                Personne ne nie l’importance des autres problèmes... de toute façon c’est toute la société capitaliste, scientiste et matérialiste qui fait fausse route..

                Effectivement je ne connais pas grand chose au sujet comme la très grande majorité des intervenants ici, VOUS compris, mais la différence c’est que moi je le sais.. smiley

                Je confirme qu’Allègre est un gros nuisible. Ce type minimisait les dégâts de l’amiante, comme ceux des OGM... Son idéologie est scientiste.. Continuons le progrès, c’est lui qui nous sortira d’affaire... sauf que plus le temps passe et plus les gens en ont ras la casquette du « progrès »..
                Certes dans un premier temps on a eu droit à une augmentation du confort..
                Mais maintenant va falloir payer l’addition et elle va être salée, très salée même..

                Nier le réchauffement d’origine anthropique me semble une aberration tout simplement parce que cela est pour moi plus que probable.. Je ne vois pas comment une telle machinerie ne pourrait pas avoir d’impact.. ce qui ne veut pas dire que le cosmos y mette son grain de sel AUSSI..
                Pourquoi à propos de la biodiversité ne dites vous pas par exemple que celle-ci s’effondre de façon naturelle ?.. Hmm ? 
                Après tout les espèces ont toujours disparu au cours des âges..

                Quant à l’adaptation de l’espèce... Arff.. je rigole.. ce sera une adaptation du genre massacres collectifs pour s’approprier les dernières ressources existantes..

                Quant à la dernière phrase, je ferai dans la parodie :
                Pour info, dans certaines autres régions, c’est la merde...

              • sisyphe sisyphe 30 mars 2010 10:50

                Par Duke77 (xxx.xxx.xxx.227) 30 mars 10:10


                Le réchauffement et le refroidissement ont toujours existé. C’est ce que dit Allègre : le climat évolue sans cesse, a nous de nous adapter.

                Pour info, dans certains pays du nord, il sont pas mécontent d’imaginer pouvoir cultiver des terres gelées à nouveau, comme le faisaient leurs ancêtres.

                Certes !
                Et dans les pays du sud, ils sont déjà vachement contents de la désertification des sols et de la sécheresse...
                Pas grave ; c’est des sous-développés : finalement, tout dépend du point de vue où on se place, n’est-ce pas ....
                 smiley


              • rastapopulo rastapopulo 30 mars 2010 14:59

                Mais avec quoi vous venez ?

                Les hausse de température était plus forte à l’époque minoenne, romaine et médiéval.

                Alors la moral ca va 2 seconde.

                Continuer l’abstraction et le mythe d’une température stable qui ne connait pas un pic tout les 1000 ans sert à quoi à part discuter dans le vide !


              • Mycroft 30 mars 2010 15:21

                En même temps, ce n’est pas comme si l’immigration n’était pas possible, hein.

                Si certaines zone de la planète ne sont plus vivables, rien n’empêche de les quitter. Bon, évidement, ça impliquerait de revoir un peu ce foutu traditionalisme qui veux qu’« un pays appartient au peuple qui se trouve là depuis des générations », principe absurde, qui néglige le véritable sens de la propriété : une convention, une nation appartenant à un peuple simplement parce que les autres peuples (du moins ceux qui ont la force suffisante pour peser dans le jeu des relations diplomatique) lui reconnaissent ce droit de propriété.

                En conséquence, ce problème est complexe, et les arguments donnés ne sont pas assez précis pour qu’on sache de quoi il en retourne, sauf à devenir un spécialiste du domaine.


              • Jean-Louis Le Blais 30 mars 2010 09:37

                Alors ce « genre » d’ « article », c’est vraiment gavant.

                Vous voulez parler de de ce genre de « scientifiques » là ??

                Ou de l’académie des sciences ?? ! !

                hi hi


                • zadig 30 mars 2010 09:40


                  A Véronique Anger,

                  La manipulation de données par des membres du GIEC est reconnue.
                  Par ailleurs cette structure est tombé dans le piège du « marketting » opportuniste.
                  Je sais les gros bras du GIEC représente la « Science » .
                  Le GIEC a gaspillé le capital confiance dont il disposait.

                  J’ai perdu toute confiance dans cette machine à « bouffer » du budget

                  Salutations

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès