• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment monter en épingle la méthode Montessori, et la découdre de fil (...)

Comment monter en épingle la méthode Montessori, et la découdre de fil blanc

Il est récurrent de rencontrer des articles dithyrambiques sur les nouvelles méthodes pédagogiques qui datent pourtant du début XXème fin XIXème, voire ont toujours existé en marge, dans des sectes aux allures aristocratiques.


Il en va ainsi de la méthode Montessori, dont certains se demandent toujours pourquoi elle n'est pas généralisée au plus grand nombre alors qu'elle serait si bénéfique, voire magique.

Il est vrai qu'entre science et croyance, notre société a parfois un méchant travers à vouloir revenir vers la seconde nature (qui fut en réalité notre première), qui est à la connaissance, ce que l'ombre est à la lumière.

Et d'en faire pourtant appel aux neurosciences, qui valideraient le phantasme.


Si la méthode Montessori est une très bonne affaire pour certains adeptes de l'affairo-éducation, elle ne fonctionne que pour les enfants doués à la base, ou pour les déficients, pour les autres, qui sont la majorité, elle est très dangereuse car en attendant que l'enfant veuille bien donner de lui-même sans le contraindre à un rythme commun, la majorité se laisserait aller.

L'école ne peut se permettre d'attendre des années pour qu'un enfant apprenne à lire et calculer, et juste, travailler, sous prétexte qu'il faudrait attendre qu'il ait le déclic, et même risquer qu'il ne l'ait jamais.

Seuls les bourgeois peuvent se permettre d'avoir des enfants qui ne font rien, s'ils peuvent ensuite leur refourguer un avenir clefs en main.

L'option Montessori est un luxe que ceux qui n'ont de richesses que l'école ne peuvent s'autoriser.

Du reste, elle isole les enfants chez qui elle fonctionne du reste de la communauté, rapprochant ces méthodes de celles des sectes.

C'est vite oublier que les contraintes sociales sont des biens précieux pour nous apprendre à vivre ensemble.
Dans la vie, c'est souvent à nous de nous adapter et pas l'inverse.

Quand aux neurosciences, les études et travaux qui font références sont ceux de Roger Sperry puis de Stanislas Dehaene, ils sont bien plus complexes et ramènent surtout à un apprentissage très progressif, logique et rigoureux en général, qui était celui des méthodes traditionnelles avant les années 70-80 et avant Montessori.

Ecole de papa qui avait sans doute des défauts et qui était perfectible, mais qui avait hissé l'école française à un sommet jamais ré-atteint.

Ces méthodes, nouvelles, sont surtout aujourd'hui utilisées pour forcer au démantèlement de l'Ecole publique vers la libéralisation de l'éducation.

Mais encore, des enseignants formatés à ces essais pédagogiques et avides de moderne pour le moderne, et pour l'intérêt de carrière de cela offre (on ne saurait être qu'un vulgaire petit instituteur), ont toujours tenté des percées de ces méthodes dans l'école publique ou privée, heureusement pour les enfants que cela ne dure qu'un temps.


Le neuroscientifique, linguiste et professeur au Collège de France, Stanislas Dehaene parle de Montessori uniquement pour l'histoire de la représentation des chiffres ou lettres en s'appliquant à les reproduire avec le doigt, ce que les méthodes traditionnelles appréhendaient sans avoir besoin de Montessori.

On apprenait autrefois les chiffres et les lettres, dès la maternelle, en même temps qu'on les dessinait, écrivait, travaillait.
Oui, les lignes, qui ne se font plus jamais, gravaient les lettres dans les doigts des enfants tout en les musclant progressivement si bien qu'ils n'avaient pas cette douleur que cet effort soudain engendre quand ils commencent tardivement à écrire aujourd'hui, parfois seulement en CE1.

Ce qui peut les dégoûter de le faire, à raison.

Un cerveau peut habitué à l'effort, envoie des signaux de douleurs très physiques (douleurs aux doigts et maux de tête).

Dehaene explique d'ailleurs que l'écriture en miroir est tout à fait normale au départ (l'enfant n'a pas le cerveau assez mâture pour percevoir la différence, il voit la même chose), et qu'elle se maîtrise avec l'apprentissage de la lecture (qui doit toujours être lié à celui de l'écriture, chose qui ne se fait plus non plus), il explique que Léonard de Vinci avait la faculté d'écrire avec les deux mains, en miroir, et que c'était une surcapacité neuronale.

Le problème vient des enfants qui, avec les méthodes semi globales actuelles, continuent dans le temps à confondre les deux parce qu'ils n'ont jamais eu accès en réalité à la lettre de base, qui ne s'apprend jamais aujourd'hui.

Tout le reste des travaux démontre que Montessori est une mauvaise méthode car semi globale.

Dahaene explique les hémisphères analogiques et analytiques, il explique comment cela fonctionne et comment les nouvelles pédagogies ne permettent en réalité que la répétition de choses incomprises, et encore, quand on a la capacité de répétition.

Il est parfois difficile de comprendre que c'est la répétition "bête" d'un exercice jusqu'à sa maîtrise, qui permettra de franchir les étapes suivantes, jusqu'à s'en affranchir.


Pour des écoliers, faire un exercice de base, met toutes leurs capacités de recherche en branle, en cela, l'apprentissage est un objet de recherche perpétuelle, mais on ne peut pas leur demander de chercher plus loin que l'application "bête et méchante" durant leur phase d'apprentissage des fondamentaux, dans leurs dix premières années.

On voit comment les activités proposées aujourd'hui, visent à ce que les enfants trouvent une règle par rapport aux documents qu'on leur aura fournis.
Cette règle à découvrir saute à nos yeux d'adulte car nous la connaissons, pour l'élève, c'est souvent du chinois, d'autant plus que, censée avoir été découverte seul, la règle risque fort de rester introuvable dans les cahiers, et ne sera donc pas appliquée.
La méthode d'apprentissage qui donne la règle (du jeu) et permet aux petits de l'appliquer, à force de s'exercer, est beaucoup plus sûre et rassurante pour cet âge où l'on a un besoin forcené de sécurité pour aller de l'avant.

Il faut avoir été assez en empathie avec des enfants et vu leur désarroi face à ce genre d'exercices censés leur donner confiance en eux, pour comprendre l'absurdité de l'essai thérapeutique.

On peut dire que la méthode Montessori est appliquée aujourd'hui dans de nombreuses écoles, sauf que c'est une application de masse alors qu'elle est censée être individualisée, ce qui est impossible en démocratie où toute la population doit être instruite.

Elle ne peut être donc que privée, payante, chère.

Pour avoir la même mauvaise méthode, sauf à ne presque pas avoir besoin d'école, ce qui concerne une infime minorité d'enfants, curieux de nature et de culture, qui vont par eux-mêmes rétablir la progressivité des apprentissages, ils vont recomposer ce qu'on leur apprend globalement, mais ils le font si vite et de façon si instinctive, que même leurs maîtres, ignorants, ne le perçoivent pas.

Par ailleurs, tous les enseignants devraient montrer de l'intérêt aux enfants qu'ils instruisent, à la fois sur ce qu'ils transmettent mais aussi sur les élèves, c'est le b a ba de la pédagogie, et cela n'a rien avoir avec une méthode, cela a avoir avec l'être.

Cela garantit un meilleur apprentissage naturellement, l'enfant qui sent qu'on le prend en considération vous en sera redevable.

Mais cela ne se décrète pas, en revanche, ça se rencontre, on a le bonheur de rencontrer ce genre de professeurs dans sa scolarité, et au-delà de la méthode, on en sortira grandi.

Quant aux échecs des expériences de Masson (expériences de mise en recherche de l'enfant), toujours appliquées bien qu'elles n'aient pas du tout fait leurs preuves, et pour cause, elles ont démontré l'inverse de ce qu'elles prétendaient défendre, elles sont toujours en application (le comble de la méthode scientifique), elles viennent toujours de la même erreur de base, la même que Charpak faisait.

A savoir que les enfants ne sont pas des chercheurs, que leur cerveau est en formation, qu'il est incapable de voir une erreur, il faut qu'il sache d'abord.

Le chercheur, le créatif, ne peut atteindre son niveau que parce qu'il maîtrise les bases.

L'enfant sans base ne peut deviner les fautes par magie.

Il est stupide de vouloir lui apprendre l'orthographe en lui donnant un texte faux qu'il doit s'amuser à corriger, sous prétexte de rendre l'apprentissage plus ludique, ou de le mettre sur un prétendu piédestal et d'égalité avec le maître.

C'est doublement dangereux car il peut retenir les fautes s'il a une mémoire visuelle, et qu'il ne saura jamais la grammaire en général, ou ses tables, ou ses règles, s'il ne les a pas apprises et travaillées afin que se créent les chemins synaptiques qui lui serviront ensuite, à faire correctement, et à aller plus loin avec ces outils qu'il lui faut d'abord s'approprier avant de s'en servir, bien, et bien plus tard (création).


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • njama njama 29 février 2016 11:39

    Bonjour Oriane

    Vu les TARIFS, le marché de la méthode Montessori sera toujours limité, dans les 5.000 € / an de scolarité et moitié moins environ pour le deuxième enfant. 
    Ceux qui peuvent sortir 500 € / par mois (hors cantine) ou plus, ne sont pas légions.L’éducation nationale n’est pas mise en danger par Montessori, 130 écoles en France contre un petit 60.000 écoles et collèges ... ça reste donc très marginal, un peu comme certaines écoles confessionnelles pas mixtes * ( ! ) par exemple qui portent les mêmes travers que vous dites :
    C’est vite oublier que les contraintes sociales sont des biens précieux pour nous apprendre à vivre ensemble.
    Dans la vie, c’est souvent à nous de nous adapter et pas l’inverse.

    Que sont devenus les enfants de Montessori ? avez-vous quelques infos là-dessus dès fois que vous auriez bien exploré le sujet. 
    Montessori ou l’éducation nationale poursuivent des finalités utilitaristes, après faut voir si les gamins étaient heureux en Montessori ... et sur le plus long terme ce qu’ils sont devenus.
    ---
    * dérogations aux principes républicains laïques en faveur des écoles confessionnelles juives. sous Sarkozy !
    alors qu’elle est obligatoire dans toutes les filières scolaires depuis 1975, une disposition adoptée par le Parlement le 15 mai 2008 est venue semer une certaine inquiétude. Noyée au milieu d’un arsenal de mesures visant à combattre les discriminations, elle stipule que «  le principe de non-discrimination fondée sur le sexe (…) ne fait pas obstacle à l’organisation d’enseignements par regroupement d’élèves en fonction de leur sexe  ». Aussitôt, les syndicats d’enseignants et les associations de parents d’élèves se sont inquiétés de possibles retours à la non-mixité, ce qui a obligé le ministère à réagir en soulignant que «  la formulation juridique retenue exclut toute incitation à développer des enseignements séparés  »http://www.scienceshumaines.com/la-mixite-a-l-ecole-reevaluee_fr_23430.html


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 février 2016 13:23

      @njama

      Toutes les occasions sont bonnes pour tartiner ses obsessions sur les juifs, alors, pourquoi pas dans un sujet sur Montessori ?

      Après, chacun est libre de développer une critique maladive sur un pays -> « non, non, ce n’est pas de l’antisémitisme, mais de l’antisionisme »


    • njama njama 29 février 2016 15:17

      @Olivier Perriet

      Faut pas voir de l’antisémitisme à tous les coins de rue comme BHL
      Il se trouve que ce sont ces écoles confessionnelles, ou leurs lobbyistes (parents d’élève je suppose) qui ont fait pression pour avoir ce régime non-mixte et que tout cela a été voté en catimini.
      Le sujet d’Oriane porte sur les écoles, « différentes », qui ne sont pas sous contrat d’association avec l’État.


    • njama njama 29 février 2016 16:14

      @Olivier Perriet

      La remise en cause de la mixité à l’école
      Le 23 mai 2008
      [..........]
      A la suite de l’intervention de la Secrétaire d’État chargée de la solidarité qui informe que « l’engagement en faveur de l’égalité des chances sera au cœur de la présidence française de l’Union européenne », Mme B. Khiari revient sur des positions qu’elle avait auparavant exprimées, notant que « ce texte ne fait que complexifier encore notre droit en matière de discriminations » : « Ainsi, en reprenant mot à mot les définitions communautaires, l’article 2 introduit un traitement différencié en fonction de la nature des discriminations. Ce “différentialisme” est parfaitement étranger à la conception française du principe d’égalité, qui se veut plus universaliste ». Elle rappelle que le « texte contient une disposition que ne commandait aucune directive et dont personne ne sait pourquoi elle a été dissimulée dans ce projet », faisant là référence à la disposition de l’article 2 du projet de loi qui autorise l’organisation d’enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe : « Étrangement, personne dans ce Gouvernement ne revendique cette disposition, et il a été impossible, lors du débat parlementaire, d’obtenir plus d’informations sur son objectif et sa visée. (...), contrairement aux allégations du Gouvernement, aucune des directives à transposer ne comportait de disposition de ce genre. (...) La réalité, c’est que cette disposition a été dissimulée dans ce texte par le Gouvernement, qui une fois de plus, pour éviter un débat parlementaire approfondi, s’est camouflé derrière de prétendues exigences européennes. (…) aucun ministre de l’éducation n’aurait eu l’audace d’inscrire dans nos textes, même par voie de circulaire, une telle atteinte au principe de mixité scolaire. (...). Cette mesure semble sortie de nulle part et personne n’a le courage de la revendiquer. (…) Au demeurant, son adoption ne constitue pas un faux pas ou un cafouillage. Au contraire, cette attaque contre la mixité semble issue d’une volonté déterminée, mais non avouée ! Ainsi, au plus haut niveau, on continue d’affirmer la supériorité du curé sur l’instituteur .. dans la transmission des valeurs. (…) Aujourd’hui, en donnant la possibilité de déroger au principe de mixité dans l’éducation, on s’en prend une fois de plus à notre modèle laïque et républicain… ».

      Mme J. Mathon-Poinat relève ensuite que l’analyse du texte tendrait à « faire croire qu’il y aurait des discriminations moins inacceptables, moins scandaleuses et moins violentes que d’autres ». Aussi s’indigne-t-elle de l’introduction, « au détour de l’article 2, [d’]une disposition qui ne figure dans aucune des directives communautaires à transposer, et pour cause : cet alinéa prévoit la possibilité d’organiser des enseignements non mixtes ! » ce qui est contradictoire avec les objectifs même des directives à transposer, et de « l’insertion scandaleuse du dernier alinéa de l’article 2, qui prévoit, ni plus ni moins, l’autorisation légale de revenir dans les écoles à la ségrégation en fonction des sexes... ».

      par Genvève Koubi, Droit cri-TIC http://koubi.fr/spip.php?article89



    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 février 2016 17:34

      @njama

      c’est un simple constat :
      on parle de Montessori, vous parlez juif.


    • njama njama 29 février 2016 22:20

      @Olivier Perriet

      il y a des juifs partout sur tous les continents, qu’y puis-je ?
      maintenant si ça vous gêne que je ne sois pas d’accord avec leurs revendications « communautaristes » (non-mixité dans « leurs » écoles ici dans le sujet) les", dites-nous pourquoi vous y adhéreriez ?

      comme ça cela sera plus clair ...
      mais ne me suspectez pas d’antisémitisme ...
      il me semble avoir parfaitement le droit de critiquer ce genre de posture politique communautariste, comme de critiquer le gouvernement israélien si je ne suis pas d’accord avec ce qu’il fait...
      cela ne fait pas de moi et d’autres des antisémites, ou des antisionistes
      Merci.

      Que les écoles Montessori seraient critiquables sur certains ponts, pourquoi pas (?), mais celles-ce aussi, et à choisir entre les deux je préfère le Montessori  :

      Une école non-mixte confessionnelle dans Paris, de la maternelle au lycée, et quelques1800 élèves, uniquement des filles à partir du primaire : « Le règlement intérieur du primaire exige que « les élèves portent des collants ou mi-bas, des jupes couvrant les genoux, des manches couvrant les coudes, les cheveux attachés ». Celui du secondaire précise que « les élèves doivent ranger leurs affaires de sport dans un sac opaque, fermé, destiné à cet effet et non dans un sac plastique ». De plus, « la tenue de sport (survêtement, manches longues et baskets) doit impérativement rester cantonnée au gymnase. Pour toutes les sorties vers les toilettes ou autres, les jeunes filles doivent remettre leur jupe ». »
      http://www.liberation.fr/societe/0101610748-l-enseignement-confessionnel-fait-ecole


    • volpa volpa 1er mars 2016 10:24

      @Olivier Perriet
      Toujours touché par un fameux syndrome ?.


    • legrind legrind 29 février 2016 12:01

      D’accord avec vous, tout arrive  smiley


      • Alpo47 Alpo47 29 février 2016 12:02

        Si l’école français avait , un jour, atteint des sommets inégalés ... elle est redescendue dans des abîmes.. Dans les classements internationaux , nous nous effondrons plus bas chaque année.
        Et on peut légitimement se demander s’il ne serai pas temps de se remettre en cause, d’étudier SERIEUSEMENT ce qui se fait ailleurs. Je ne sais pas si la méthode Montessori est une vraie solution, mais il est certain qu’il y a à apprendre ailleurs.
        A condition, évidemment, que le but premier du « mammouth » soit de voir les enfants apprendre et évoluer.


        • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 07:28

          @Alpo47

          Les classements internationaux sont des baromètres de l’alignement sur un lissage mondial demandé par les entreprises, ce sont des compétences demandées par les entreprises, vous y trouverez notamment « l’esprit d’entreprise », le « bonheur d’apprendre », en réalité, on vous demande si vous êtes assez montessorien.

          Ils sont tout prêts à enlever les notes, pour des critères de compétitivité beaucoup plus « sérieux ».

          Ils mettent tous les enfants du monde de l’OCDE en compétititon.


        • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 07:30

          @Alpo47

          Ce sont les mêmes pédagogies qui empêchent nos enfants d’apprendre les lettres et les sciences comme nous le faisions du temps où nous apprenions à les maîtriser, qui viennent nous fair ela leçon.

          parce que leurs méthodes, ne sont en réalité destinées qu’à une élite et à éliminer ceux qu’ils considèrent comme des parasites.


        • kalachnikov lermontov 29 février 2016 12:04

          « Dans la vie, c’est souvent à nous de nous adapter et pas l’inverse. »

          "Ecole de papa qui avait sans doute des défauts et qui était perfectible, mais qui avait hissé l’école française à un sommet jamais ré-atteint.« 

          Tout ça pour que le commerce roule et que le triomphe du prolétariat soit total ? Belle aliénation que celle où l’aliéné réclame sa came, la circoncision de la cervelle, ça marche aussi, au fond.

          Souvent, quand je lis des proses ici sur AV, que des gens déballent leur petit idéal, je vois se dérouler le futur : ’le petit boulot pour tout le monde, avec le petit pavillon, pour tout le monde, le petit caniche, pour tout le monde, les petits enfants, pour tout le monde, la petite téloche mais avec des beaux programmes, pour tout le monde. Etc ». La famille Ricoré, en fait, ce machin vendu par les publicitaires, le rêve américain réalisé sous les cieux (ça vient d’eux). Amen.

          ’Quel siècle à mains’ [Rimbaud]


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 février 2016 13:17

            @lermontov

            "Souvent, quand je lis des proses ici sur AV, que des gens déballent leur petit idéal, je vois se dérouler le futur : ’le petit boulot pour tout le monde, avec le petit pavillon, pour tout le monde, le petit caniche, pour tout le monde, les petits enfants, pour tout le monde, la petite téloche mais avec des beaux programmes, pour tout le monde. Etc ». La famille Ricoré, en fait, ce machin vendu par les publicitaires, le rêve américain réalisé sous les cieux (ça vient d’eux). Amen."

            un rêve étriqué, certes, mais accessible et concret.
            Plus que celui du Grand Soir prolétarien et du monde parfait qui surviendra à la Saint-Glin Glin


          • kalachnikov lermontov 29 février 2016 22:37

            @ Olivier Perriet

            « un rêve étriqué, certes, mais accessible et concret » : la carotte qui fait marcher l’âne, peut-être ?

            "T’as bien raison de venir du fond du grand bocal, des régions qu’ils appellent bassins industriels, les mêmes que sur le chemin des guerres, à l’aller, au retour, y’en aura pour tout le monde et t’auras du boulot, jusqu’à c’qu’y en ait plus, faut pas rêver et oh !?

            Tiens-toi bien à ta barre, l’horizon c’est des conneries inventées par les utopistes si tu veux la porte elle est là, des millions de gueules grandes ouvertes qui ont plus faim que toi, mais qui sont pas plus forts que toi, car si tu collabores, car si tu persévères, nous te protègerons de notre bras armé." [B.Cantat, in ’nous n’avons fait que fuir’]

            Tiens, Passante :

            https://www.youtube.com/watch?v=tRMywgPcJVg


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er mars 2016 14:23

            @lermontov

            Vous parlez de celui qui a tué sa femme, et qui préférait, tout idéaliste qu’il fut, purger sa peine de tôle en France qu’en Lituanie ?


          • kalachnikov lermontov 1er mars 2016 15:22

            @ Olivier Perriet

            Je parle de lui, en effet.


          • Clocel Clocel 29 février 2016 12:33

            Houlaâââ, z’allez vous faire plein de potes chez les z’intégristes alternatifs bobos !!! smiley
            Bon, cela dit, l’école à Najat et consorts, 10 ans de goulag pour même pas récupérer les fondamentaux, c’est trop long, trop chiant, trop aliénant, ça saborde ce qui devrait être les meilleurs moments de la vie...
            Qu’est-ce que j’ai pu me faire chier à l’école, même l’ennui était de mauvaise qualité, vous dire !
            Tout juste bon pour répliquer le merveilleux système ou l’esclave suffrageux est Maître de son destin,,, par parasites interposés...

            Hâââ, « la gloire de mon père », au-delà du tableau noir, la promesse des odorantes collines...


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 février 2016 13:18

              @Clocel

              L’école à najat n’est-elle pas ce qui est le plus proche de l’école Montessori ?


            • soi même 29 février 2016 14:30

              c’est article est rien d’autre qu’une grande guignolade, des formules en trombe œil, à se demander si c’est pas la promotion de la ferme des milles vaches, avec des moments de bravoure pédantesque :

              ( Il est vrai qu’entre science et croyance, notre société a parfois un méchant travers à vouloir revenir vers la seconde nature (qui fut en réalité notre première), qui est à la connaissance, ce que l’ombre est à la lumière.)

              (Si la méthode Montessori est une très bonne affaire pour certains adeptes de l’affairo-éducation, elle ne fonctionne que pour les enfants doués à la base, ou pour les déficients, pour les autres, qui sont la majorité, elle est très dangereuse car en attendant que l’enfant veuille bien donner de lui-même sans le contraindre à un rythme commun, la majorité se laisserait aller. )
               où encore cela ; 
              ( Seuls les bourgeois peuvent se permettre d’avoir des enfants qui ne font rien, s’ils peuvent ensuite leur refourguer un avenir clefs en main.)

              où encore cela ;

              (Du reste, elle isole les enfants chez qui elle fonctionne du reste de la communauté, rapprochant ces méthodes de celles des sectes. )

              je fais grâce de la fin qui a déjà été commenter

              Mais revenons au début de cette embrouille, (

              qui datent pourtant du début XXème fin XIXème, voire ont toujours existé en marge, dans des sectes aux allures aristocratiques. ) 

              Personnellement je ne connais pas de sectes aristocratiques , et l’on comprend du coup mieux la fin : (Ecole de papa qui avait sans doute des défauts et qui était perfectible, mais qui avait hissé l’école française à un sommet jamais ré-atteint. ) au vue des résultats, ils ont bien raison des prolétaires d’aller vers ses sectes aristocratique, car plus nombres seront plus les tarifs baiseront , pour quelque chose qui est un peut mieux que l’abatage scolaire national.... !


              • njama njama 29 février 2016 15:56

                Quand aux neurosciences, ...
                ne s’apparentent-ils pas aux oracles des temps anciens ? Les biorythmes fonctionneraient à première vue sur ceux des ministres !

                Les neurosciences ont servi en 2008 à Xavier Darcos premier ministre de l’éducation nationale de Nicolas Sarkozy à justifier la semaine de 4 jours scolaires, réforme indolore paraît-il ....« alors qu’aucune organisation d’enseignants n’était officiellement demandeuse ... »

                Une élection plus tard, à peine François Hollande élu, dès le 22 ami 2012, « Un chronobiologiste pour la fin de la semaine de quatre jours » , sur la base d’un Rapport remis en juillet 2011 à Chatel.
                Et Vincent Peillon s’exécute. Najat V-Belkacem lui emboîte le pas et boucle la réforme des rythmes (dits) scolaires, dont l’utilité n’a rien à voir avec l’Éducation nationale, dont l’organisation ne dépend pas d’elle, et, que au final c’est du tout et n’importe quoi sur le territoire. De plus les écoles privées n’y sont pas obligées (trop compliqué, le bâtiments sont privés etc.) et sont restées pour la plupart sur le semaine de 4 jours.Ceci dit c’est au niveau national le privé est un échantillon très représentatif d’enfants (20 % environ) qui pourra être juxtaposé à ceux du public pour faire un bilan de l’expérience et comparé le bien-être et l’épanouissement des enfants. A suivre.donc ...

                Comme pour la politique étrangère (désastreuse), le PS a suivi docilement dans le domaine de l’éducation nationale le programme initié par l’UMP.

                 

                 


                • orianeborja orianeborja 29 février 2016 20:51

                  @njama

                  J’ai laissé une horrible faute, c’est : 


                  « Quant aux neurosciences »

                • njama njama 29 février 2016 22:25

                  @orianeborja
                  nous sommes deux alors ...
                  je n’avais même pas relevé, tout animé à répondre... et hop copier-coller


                • Rincevent Rincevent 29 février 2016 17:53

                  Je n’ai pas très bien compris la vindicte de l’auteur contre les écoles Montessori. Ça représentent une goutte d’eau dans l’océan de l’éducation en France, donc aucun danger de ce côté. Quant à une éventuelle influence sur notre système éducatif, pas de panique, même la méthode Freinet est plus agitée (périodiquement) comme un Saint-Graal que réellement envisagée.

                  Alors, si le sujet était la déliquescence de l’EN, pas besoin d’aller taper sur les autres méthodes. Elles font leur chemin, loin des « réformes » empilées les unes sur les autres. Le mal est au niveau du Ministère, pas ailleurs.

                  A propos de secte, d’isolement, d’avenir clé en main sans se fouler et de que sont-ils devenus : http://ecole-montessori-rueil.fr/ils-ont-ete-des-eleves-montessori/


                  • soi même 29 février 2016 23:16

                    @Rincevent, ne chercher pas à comprendre , c’est un papier collé d’un marteau piqueur.

                    Il y a que la qualité du fiel qui est digne de respect.... !


                  • dan973 29 février 2016 18:40

                    Bonjour Orianeborja,

                    Visiblement, vous êtes mal informée concernant cette pédagogie. Je précise que mon fils de 3 ans et demi est inscrit à une école publique classique mais que j’applique (surtout la mère) cette pédagogie à la maison depuis 2 ans. Aussi, l’emploie de certains termes (secte aristocratique) montre un manque d’ouverture d’esprit de votre part.
                    Ci-dessous j’ai relevé de nombreuses erreurs d’appréciation de votre part.

                    Vous avez écrit :

                    - « elle ne fonctionne que pour les enfants doués à la base ». Il n’y a pas d’enfant doué à la base, il y a certaines prédispositions génétiques mais sans un environnement favorable, un enfant n’en bénéficie pas.

                    - "en attendant que l’enfant veuille bien donner de lui-même [...] il faudrait attendre qu’il ait le déclic« . L’enfant, avant même sa naissance, apprend naturellement et continue d’apprendre s’il est accompagné. Cette soif d’apprendre est innée mais peut être inhibée si son environnement ne le permet pas.

                    - »Seuls les bourgeois peuvent se permettre d’avoir des enfants qui ne font rien, s’ils peuvent ensuite leur refourguer un avenir clefs en main.« Qu’est-ce que vous être appelez »ne rien faire«  ? A moins d’être d’aveugle, sourd et paralysé, on ne fait jamais rien et encore... Par ailleurs, si vous ne stimulez pas votre enfant, vous avez beau avoir de l’argent et gérer une entreprise, il sera incapable d’en prendre les rênes.

                    - »L’option Montessori est un luxe« Montessori n’est pas une option mais une pédagogie donc applicable chez soi. Avec un minimum de recherches, vous constaterez que c’est simple.

                    - »C’est vite oublier que les contraintes sociales sont des biens précieux pour nous apprendre à vivre ensemble. Dans la vie, c’est souvent à nous de nous adapter et pas l’inverse.« Justement, cette pédagogie apprend à l’enfant à s’adapter. Visionnez des vidéos et vous verrez des enfants de 5 ans s’entraider et nettoyer naturellement leur classe à la fin de la journée.

                    - »Ecole de papa qui avait sans doute des défauts et qui était perfectible, mais qui avait hissé l’école française à un sommet jamais ré-atteint." Le but de la vie n’est pas d’atteindre un sommet, c’est d’être heureux.


                    • orianeborja orianeborja 29 février 2016 19:53

                      @dan973


                      - Maria Montessori est liée aux sectes théosophiques, il est vrai que ces sujets sont peu connus du public, et plutôt tabous puisque Hitler en est aussi issu.

                      L’aristocratie aryenne et ces sociétés sont très liées.

                      J’avais eu à corriger une thèse sur le sujet qui étudiait les origines du nazisme.

                      De nombreuses nouvelles pédagogies sont issues de ces sociétés, que l’on retrouve essentiellement aux USA, en Angleterre et en Allemagne, en Inde aussi.

                      Au départ, il s’agit en effet de l’aristocratie aryenne internationale.

                      Pas très vendeur pour la méthode Montessori, donc ses protagonistes ont préféré oublier ce passé.


                      Il ne s’agit donc pas pour moi d’être fermée, au contraire, c’est l’étude approfondie de ces sujets qui m’amènent à affirmer des choses que vous ignorez sans doute.

                      La curiosité n’est-elle pas une ouverture d’esprit ?

                       

                      - Les études en neurosciences (Dr Roger Sperry, Prix Nobel de Médecine 1981 pour ses travaux en neurosciences) ont montré dans un groupe d’enfants (les études ont été menées sur des dizaines d’années sur plusieurs milliers d’enfants), une petite partie d’entre eux développent seuls des capacités que les autres n’ont pas.

                      Ils apprennent à lire tout seuls par exemple.

                      Ce sont des enfants qui n’ont presque pas besoin d’école.

                      Personnellement, j’ai connu suffisamment d’enfants pour voir que certains apprennent seuls, développant des fonctions logiques qui leur permettent de décomposer-recomposer.
                      Vraisemblablement d’origine génétique, même si cela peut ne concerner qu’en enfant d’une fratrie par exemple.

                      - Quant aux déficiences mentales, elles existent.

                      - Sur la curiosité et l’envie innées des enfants, c’est humain, mais le manque d’ humanité hélas, bride sans doute beaucoup de petits.
                      Tout bébés, ils sont privés des bras de leurs mères dans l’écrasante majorité (dans nos sociétés), pas sûre que cela soit le meilleur départ pour les éveiller et attiser leur appétit pour la découverte.

                       - Le fait est que, si les malheureux de la méthode Montessori ne la ramènent pas trop puisqu’il leur faudrait admettre qu’ils aient pu se tromper, on a quand même des témoignages de mères affolées sur le fait que leurs enfants de plus de 10 ans, ne savent toujours pas lire ni calculer et que l’attente du « déclic » montessorien peut finalement ne venir jamais.

                      Et nous connaissons assez bien nos chères petites têtes pour le comprendre bien vite, avec toute la meilleure volonté du monde, s’ils peuvent en faire le moins possibles, ils sont preneurs.

                      - Montessori, c’est un gros business, ça se vend, en kit, comme vous l’avez achetée, ou en gros, à 5 000 euros l’année.

                      C’est vous qui voyez ...

                      Et à ce prix-là, les gamins nettoient la classe, comme vous le faites remarquer, la pédagogie a bon dos, les autres classes sont rangées aussi, l’enfant n’a pas à prendre le boulot d’un employé responsable de l’hygiène des classes.

                      - Quant au sommet dont je parle, c’est celui qu’avait atteint le système éducatif français dans les années 60, permettre un haut niveau d’instruction à l’ensemble d’une population, sans aucun but utilitariste comme c’était alors le cas, c’est atteindre un très haut degré de civilisation.

                      Depuis les nouvelles méthodes américaines importées, le niveau général a chuté, même s’il reste encore de bonnes choses dans notre école, et au premier chef l’institution publique elle-même, nous n’avons pas gagné d’avoir abandonné certaines de nos méthodes traditionnelles d’enseignement, très progressives, très rigoureuses.

                      Nous aurions pu les faire évoluer sans y renoncer.

                      Il y avait sans doute d’autres voies que celles du tout rigide, ou du tout modernisme.


                    • chantecler chantecler 29 février 2016 19:59

                      @dan973

                      Et bien non !
                      Je partage assez bien le point de vue de l’auteur ...
                      Notre école est devenue un enseignement de masse , offert à tous les enfants issus de toutes les catégories sociales .
                      La difficulté c’est à la fois le nombre d’élèves par classe et leur très grande « hétérogénéité » .
                      La plupart des pédagogues médiatisés se sont fait connaître en imposant leur martingale , la formule magique , pour que les enseignants se dépatouillent avec leurs classe de 28/30 élèves , souvent double niveau pour en rajouter une couche : le must !.
                      Vous vous plaignez de la difficulté de votre travail ?
                      Allez double niveau imposé , histoire d’occuper vos soirées et vos WE .
                      Faudrait naturellement tenter de définir ce que sont les élèves aujourd’hui (et depuis la crise , post 73 ).
                      Peu à voir avec autrefois :
                      WE, TV , informatique , jeux , vacances ,garderies etc etc ....société en capilotade et parents distraits , préoccupés , parfois peu matures , souvent absents et aussi séparés .
                      D’où une grande difficulté à faire progresser tout un groupe , une classe aujourd’hui ...
                      Chaque élève y amène ses problèmes .

                      Je reviens au sujet : les écoles dites alternatives .
                      Freinet , Montessori ....
                      Combien d’élèves par classe ? 12 à 15 ?
                      Souvent classes unique de 6 à 10 ans ...
                      Les grands aident les petits , théoriquement ....
                      L’imprimerie , l’art etc, etc ...
                      Si c’est pas un luxe , un privilège que peuvent s’offrir une minorité de familles culturellement favorisées , et /ou friquées , comment ça s’appelle ?
                      Petit rappel : les aristocrates n’envoyaient pas leurs gamins à l’école , ils avaient des précepteurs à domicile .
                      Il ne manque pas dans la littérature de témoignages pour souligner ce léger détail .


                    • soi même 29 février 2016 20:31

                      @orianeborja ; ( - Maria Montessori est liée aux sectes théosophiques, il est vrai que ces sujets sont peu connus du public, et plutôt tabous puisque Hitler en est aussi issu.  ) Enfin le ver sort du fruit, la

                      Loubianka , la Gépéou de l’éducation national , qu’avez vous à nous dires ?

                    • gaijin gaijin 1er mars 2016 07:58

                      @orianeborja
                      " c’est celui qu’avait atteint le système éducatif français dans les années 60, permettre un haut niveau d’instruction à l’ensemble d’une population, sans aucun but utilitariste « 
                      mais bien sur
                      l’école de la république a toujours été une fabrique du consentement destinée a former de » bons citoyens « c’est a dire des moutons dociles ..........
                      avant le tournant des trente glorieuses c’était un système militaire occupé a formater les soldats destinés a finir en chair a canon pour le profit de l’empire colonial français depuis c’est un grand foutoir occupé a détruire toute trace de réflexion intelligente pour fournir de bons consommateurs a l’empire du commerce états-unien

                      la question de l’école qui n’est jamais posé c’est a quoi ça sert ou plutôt a qui ? mais pour la poser il faut sortir des discours politicoidéologiques pour regarder le réel .......
                      il est facile d’imaginer une école qui servirait avant tout a aider les enfants a devenir des êtres humains mais le résultat serait la fin de notre » ordre social "
                      ( avec des guillemets vu que trouver de l’ordre dans ce foutoir il faut être aveugle ou hypocrite )


                    • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 14:58

                      @gaijin

                      Je parlais de l’instruction, qui n’a pas d’odeur.

                      Vous faites allusion aux poètes de guerre que l’on retrouve dans « La Guerre de Troie n’aura pas lieu », il s’agit d’éducation, pas d’instruction.

                      L’instruction des années 50-60 menait les élèves à un niveau en lettres et en sciences jamais atteint.

                      Or c’est l’instruction qui éduque.

                      Les Jésuites ont produit Voltaire, capable de remettre en cause la religion.

                      L’instruction du début du XXème a donné le pacifisme et 68.

                      L’instruction permet l’analyse, la pensée, la conscience, ce n’est pas l’éducation qui l’engendre, au contraire l’éducation, c’est l’inverse.


                    • gaijin gaijin 2 mars 2016 11:39

                      @orianeborja
                      « l’instruction, qui n’a pas d’odeur. »
                      mais bien sur que si ! le contenu d’un programme est capital
                      histoire , science, mathématique , philosophie ......selon le contenu et la façon de travailler on change la perception du réel .....


                    • soi même 2 mars 2016 13:11

                       juste comme information complémentaire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Montessori

                       


                    • dan973 2 mars 2016 13:39

                      @orianeborja
                      - "Maria Montessori est liée aux sectes théosophiques [...] Hitler en est aussi issu.« Vous employez beaucoup ce terme »secte", c’est une question de point de vue, considérez-vous également le christianisme, l’isl comme une secte ?


                    • dan973 2 mars 2016 14:00

                      @orianeborja

                      - « Maria Montessori est liée aux sectes théosophiques [...] Hitler en est aussi issu. » Vous employez beaucoup ce terme « secte », c’est une question de point de vue, considérez-vous le culte catholique, le conseil français du culte musulman ou encore le crif comme des sectes ? Concernant Hitler, il a peut-être été influencé par les thèses théosophiques mais visiblement il ne les a pas appliquées :) Faites attention aux amalgames, à vous lire, j’aurais presque l’impression que la pédagogie Montessori fait de nos enfants des nazis.

                      - « La curiosité n’est-elle pas une ouverture d’esprit ? » Non, la curiosité est l’envie d’apprendre, l’ouverture d’esprit c’est comprendre sans juger.

                      - « Les études en neurosciences ont montré dans un groupe d’enfants, une petite partie d’entre eux développent seuls des capacités que les autres n’ont pas. Ils apprennent à lire tout seuls par exemple. » C’est ce qu’on appelle des surdoués, soit environ 5% de la population or vous affirmiez que la pédagogie Montessori était adaptée à des enfants doués, ce que d’une part n’a pas de rapport et d’autre part est faux.

                      - « on a quand même des témoignages de mères affolées sur le fait que leurs enfants de plus de 10 ans, ne savent toujours pas lire ni calculer et que l’attente du « déclic » montessorien peut finalement ne venir jamais. » Il suffit pas d’inscrire son enfant dans une école Montessori pour qu’il s’épanouisse, il faut appliquer la pédagogie chez soi et appliquer une éducation adaptée (ex : parentalité positive). Le plus tôt est le mieux.

                      - « Montessori, c’est un gros business, ça se vend, en kit, comme vous l’avez achetée, ou en gros, à 5 000 euros l’année. » C’est complètement faux, c’est une pédagogie, il n’est donc pas nécessaire de l’inscrire dans une école, on peut l’appliquer chez soi avec du matériel que vous trouvez facilement sur internet ou que vous pouvez faire fabriquez par un artisan. C’est ce qu’on fait, nous ne sommes pas riches, la mère est enseignante et je suis technicien informatique.


                    • orianeborja orianeborja 2 mars 2016 14:27

                      @dan973

                      Ces sociétés elles-mêmes n’ont pas nos pudeurs, vous avez dans le monde, je pense aux USA ou en Russie, des tas de sectes qui se revendiquent comme telles.

                      Les sectes sont des sociétés à l’intérieur de la société, elles ont leurs propres hiérarchies, règles, financements, organisations, ce sont des sociétés privées, dont la raison sociale est une idéologie si vous voulez.


                    • orianeborja orianeborja 2 mars 2016 14:51

                      @dan973


                      - Je vous ai fait une réponse sur les sectes juste au-dessus.

                      Il y a plus derrière la pédagogie Montessori qu’une simple méthode.

                      - l’ouverture d’esprit ne permet donc, à votre avis, de ne pas en avoir, et de ne pas prendre position en avançant des arguments ?

                      - Je n’aime pas le terme de « surdoués », on y met de tout, ce n’est pas un terme scientifique.

                      - vous avez opté pour une pédagogie Montessori artisanale, low cost, en réalité, la formation coûte entre 10 000 et 12 000 euros (tarifs 2015), en page 10 :

                      http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2425/7725/58209&lng=fr


                      et l’inscription tourne autour des 3 000 euros pour les tout-petits, 5 000 pour les 6-12 ans.

                    • dan973 2 mars 2016 16:26

                      @orianeborja

                      - "l’ouverture d’esprit ne permet donc, à votre avis, de ne pas en avoir, et de ne pas prendre position en avançant des arguments ?« Désolé mais je n’ai pas compris.

                      - »Je n’aime pas le terme de « surdoués », on y met de tout, ce n’est pas un terme scientifique.« Employons le terme »précoce« si vous préférez mais le débat reste le même, la pédagogie Montessori n’est pas faite que pour des enfants doués (qui ne veut pas dire précoce par ailleurs).

                      - »vous avez opté pour une pédagogie Montessori artisanale, low cost, en réalité, la formation coûte entre 10 000 et 12 000 euros (tarifs 2015) Que voulez-vous dire lorsque vous écrivez « en réalité » ?
                      Il n’est pas nécessaire de suivre une formation, il y a de nombreux ouvrages, sites/blogs internet, une mine d’informations que vous pouvez trouver un peu partout. Nous n’avons pas suivi de formation et on voit nettement les résultats sur notre enfant (3 ans et demi), aide à la cuisine (il se sert d’un vrai couteau), plier le linge, sait nager, faire du vélo, compter en 3 langues, reconnaît les instruments de musique, très sociable etc. et avec un enthousiasme déroutant ! ;)


                    • dan973 2 mars 2016 16:33

                      @orianeborja

                      Notre petit est également très observateur, fait des remarques pertinentes, parfois gênantes, se souvient d’évènements passés quand il avait 2 ans, du code de l’interphone (6 caractères) alors qu’on lui a jamais appris etc. il nous impressionne quotidiennement ainsi qu’aux proches. Il n’est pas plus doué qu’un autre, nous passons simplement beaucoup de temps avec lui, communiquons en permanence, sommes tout le temps à l’écoute.


                    • orianeborja orianeborja 2 mars 2016 18:07

                      @dan973

                      - Vous dites que l’ouverture d’esprit, c’est comprendre sans juger.

                      Toutes les personnes qui émettent un jugement, soit, un avis, seraient donc pour vous, fermées d’esprit.

                      - la méthode Montessori est un leurre, mais comme c’est très fermé, il y a peu de retours, on a quelques témoignages de personnes mécontentes qui commencent à sortir, la difficulté à la vie normale après ces écoles.

                      Cela sert seulement à une aristocratie qui n’aime pas mélanger ses enfants avec le tout venant et à qui il faut une école élitiste, et aux parents qui ne savent plus à quel saint se vouer tant ils s’y sont mal pris avec leurs enfants.

                      - La réalité est pire que ce que j’ai décrit, le coût est infini, après la formation à plus de 10 000 euros renouvelable, et l’inscription (citée aussi à plus de 10 000 euros en région parisienne, hors repas et frais complémentaires), le coût est de l’ordre de 10 000 euros par an pour équiper une classe (contre 500 euros pour une classe normale), pour une école de 3 à 12 ans, il faut un investissement de 100 000 euros minimum rien qu’en matériel pédagogique sans même compter les locaux et les charges.

                      Le business Montessori est florissant.

                      Pour moi, il n’y a aucune surprise à voir la couronne d’Angleterre tremper là-dedans, c’est une continuité de l’aristocratie aryenne dont ils ont toujours fait partie.

                      Reste évidemment que comme je le disais, peu de personnes savent les tenants et aboutissants ésotériques de ces sociétés, qui, dans tous les cas, sont tout autant tournées vers le moyen de se financer en exploitant leur marque que sur les prétextes qui les ont fondées.

                      - Je n’ai pas suivi de protocole Montessori, mes quatre enfants mangeaient tout seuls à 11 mois avec fourchette et cuillère, et ils ne voulaient pas qu’il en soit autrement, sauf au désert où ils acceptaient que ce soit moi qui prennent le relais.


                      Ils ont tous su lire et écrire avant d’entrer au CP, l’aîné avait appris un poème de Verlaine tout seul en Grande Section, quatre strophes dont la maîtresse m’affirmait qu’il ne l’avait écouté qu’une ou deux fois.

                      Ils ont tous été très éveillés, et toute leur scolarité a été à l’avenant, qu’avec des félicitations de leurs professeurs tant au niveau scolaire que comportemental, ils ont toujours été élèves moteurs de leur classe, aussi disciplinés qu’autonomes, choisissant toutes les options (classes bilangues, latinistes, germanistes, gymnastes, pianiste, violoniste, juges et entraîneurs de leur fédération de sport, théâtre, etc.). Ce sont des boursiers au mérite en prime.

                      L’important, c’est l’attention qu’on leur porte, l’intérêt que l’on a pour eux, qui leur sert de tremplin pour s’intéresser eux-mêmes au monde qui les entoure.

                       


                    • dan973 3 mars 2016 16:40

                      @orianeborja

                      - « Toutes les personnes qui émettent un jugement, soit, un avis, seraient donc pour vous, fermées d’esprit. » Oui, émettre un jugement sans chercher à comprendre, c’est une fermeture d’esprit, ça amène à l’intolérance, la xénophobie, le racisme, la misogynie etc.

                      - « la méthode Montessori est [...] très fermé » On trouve des infos partout, livres, sites internet, blogs, des associations de parents d’élèves en parlent de plus en plus, l’association des colibris etc.

                      - « Cela sert seulement à une aristocratie ». Je suis technicien informatique, j’ai un niveau BAC, la mère est enseignante en lycée pro...

                      - "qui n’aime pas mélanger ses enfants avec le tout venant" Je suis bénévole à la Cimade, la mère est bénévole à RESF... Ça fait 9 ans que j’habite en Guyane car j’aime sa pluri-culturalité.

                      J’arrête là car vous pratiquez ce qu’on appelle l’incommunicabilité, vous n’écoutez pas dans l’intention de comprendre et de réfléchir mais dans l’intention de répondre, parce que vous voulez simplement avoir raison.


                    • orianeborja orianeborja 3 mars 2016 17:57

                      @dan973

                      - Je parle évidemment d’un jugement éclairé, mais vous semblez absolument vouloir voir en moi un esprit fermé, ça ne me dérange pas plus que ça, on a toujours dit de moi que j’étais très ouverte, mais je vous laisse à votre jugement.

                      - Si la méthode est ouverte à tous, pourquoi faut-il payer des formations à 10 000 euros et du matériel à 10 000 euros par an ?
                      Est-ce du vol ?

                      - Vous avez reçu la formation montessorienne du pauvre, vous n’êtes pas concerné, et prouvez que même si vous n’avez pas reçu la formation adéquate, vous semblez vouloir la défendre becs et ongles, l’esprit sectaire est là, aucune remise en cause, aucun esprit critique.

                       - au bout d’un moment, 2 et 2 font 4, on n’en sort pas 


                    • jeluth 29 février 2016 19:34

                      - "Seuls les bourgeois peuvent se permettre d’avoir des enfants qui ne font rien,"
                      J’ai enseigné 20 dans un lycée technique de la Seine St Denis. Très peu d’enfants de bourgeois, sinon aucun et pourtant une grosse majorité d’enfants qui ne faisaient rien, mais rien de rien. Et aucun moyen de les amener à faire quelque chose, sinon vous crever un pneu

                      École de papa : vous voulez dire d’arrière grand-papa


                      • orianeborja orianeborja 29 février 2016 20:18

                        @jeluth

                        Quand je vous dis qu’ils ont généralisé la méthode Montessori.


                      • jeluth 1er mars 2016 14:34

                        @jeluth
                        Si je vous comprends bien, l’éducation a adopté la technique Montessori depuis lontemps, et donc je l’ai appliquée, heureux de l’apprendre


                      • lsga lsga 29 février 2016 19:38

                        L’éducation nationale est une éducation nationaliste, qui enseigne la soumission à l’État bourgeois aux enfants du prolétariat. Quand les gamins de cités se révoltent, et font des émeutes, ils suivent leur instinct de classe en brûlant ces églises de la république bourgeoise.
                        Brûler les écoles, et pendre les enseignants bureaucrates : c’est bon pour la conscience de Classe.


                        • orianeborja orianeborja 29 février 2016 20:22

                          @lsga

                          L’instruction, c’est la Conscience, allez en classe te sort de ta Classe.

                          Bon, ça, c’était avant, aujourd’hui, l’école, c’est le grand fichier de compétences centralisé par l’European RoundTable of Industrialists, depuis que Delors et Co. leur ont filé, avec le Processus de Lisbonne, les clefs des compétences clefs DéSéCo.


                        • lsga lsga 29 février 2016 20:33

                          @orianeborja
                          l’Éducation nationale a été créé par Jules Ferry, bien avant l’UE, pour mettre fin aux incessantes révoltes des français, et faire de tous les prolétaires de bons petits citoyens bien soumis à leurs patrons et à leurs bureaucrates.
                          Quand un gamin des cités brûles les écoles de son quartiers, il fait beaucoup plus pour sa conscience de Classe quand se soumettant pendant 20 ans à cet IMMONDE système scolaire nationaliste, raciste, bureaucratique, qui n’est là que pour reproduire les castes sociales.


                        • orianeborja orianeborja 29 février 2016 21:46

                          @lsga

                          L’instruction n’a pas d’odeur, Voltaire en remerciait les Jésuites.


                        • lsga lsga 29 février 2016 22:47

                          @orianeborja
                          Voltaire, quel grand révolutionnaire... ou pas.
                          L’instruction a une odeur : l’instruction de l’éducation nationale française a l’odeur du racisme, de la bureaucratie, et de l’aliénation.


                        • philippe baron-abrioux 1er mars 2016 10:01

                          GRA@orianeborja

                           BONJOUR ,

                           je me permets une première remarque : il me semble ,qu’aujourd’hui comme hier ,les Français sont vigilants à propos de tout ce qui touche non seulement l’école mais de façon plus large l’enseignement ,c’est à dire ce qui concerne toute transmission d’un savoir ,d’un savoir- faire ou d’un savoir- être .

                           AINSI ,la scolarité dès la maternelle permet elle à l’enfant de découvrir la diversité et la socialisation : dans mon travail dans la lutte contre l’illettrisme je notais que,de façon assez globale, les jeunes qui n’étaient pas passés par la maternelle avaient plus de difficultés à acquérir .

                           je ne souhaite pas parler ici de la méthode Montessori (la lecture de certains messages d’ores et déjà postés m’en décourage) ,ni d’autres méthodes comme Freinet . encore moins des différentes méthodes « proposées » pour permettre à la sortie de C.M.2 que tous les enfants maitrisent les fameux« savoirs fondamentaux » . j’en ai apprécié la pertinence et l’efficacité dans mon travail ...

                           par contre , je voudrais indiquer que j’ai passé douze ans dans des écoles sous contrat d’association (oui donc dans le privé : enseignement donc aussi reconnu par l’état et pas seulement école de riches ou de bourgeois ou autres issus de C.S.P privilégiées ) .

                           j’y ai même vécu comme pensionnaire(internat complet) pendant cinq ans ,de la 4 ième à la terminale .

                           mes camarades,garçons et filles,et moi suivions donc les programmes du ministère de tutelle : nos enseignants religieux et laïcs ,hommes et femmes ,français et étrangers (libanais ,tchèque ,allemand ,espagnol ,anglais ,etc...) connaissaient à travers nous les mêmes difficultés que leurs équivalents du public .

                           pendant les cours , non seulement il nous était possible de poser des questions mais elles étaient sollicitées et encouragées par presque tous nos professeurs . leur disponibilité réelle pendant et après les cours les incitait à nous proposer des entretiens chaque fois qu’ils notaient dans notre attitude un élément de comportement nouveau ,y compris concernant nos travaux scolaires .

                           toutes les semaines ,devant tous nos camarades ,nos résultats de la semaine étaient proclamés ainsi que les remarques concernant la discipline ( respect du règlement intérieur et comportement général) . ainsi , nous savions où nous situer et ce sur quoi nous devions nous améliorer .

                          après les heures d’enseignement ,toutes les heures d’étude comme de dortoir, se passaient en auto-discipline ,par équipes d’une quinzaine ,terminales ,1 ières ,secondes , et un chef d’équipe élu chaque année par les élèves eux mêmes (en général un terminale ou un première chargé de faire respecter le calme et l’entretien de la salle (oui ,on entretenait nos locaux :balayage ,poubelles ,etc...) . les ainés de terminale nous aidaient en cas de problème .

                           les jeudis ,selon les équipes ,des activités étaient prévues : reliure ,photo ,céramique ,menuiserie , journal du collège ,sports , travaux d’entretien(peinture ,tapisserie ,etc) dans des familles de la ville qui en avaient besoin ) ,cours de musique ,etc..., le tout gratuit .promenades non surveillées par groupes choisis librement .

                           nous avions aussi une bibliothèque en libre accès , une salle de détente avec télévision (informations générales à des horaires précis ) et des quotidiens choisis livrés tous les jours en salle de détente .
                           
                          cette expérience ,ces moments ,nous en parlons encore chaque année ,lors de notre réunion d’anciens (association qui, en 2000, a fêté ses 150 ans ) .

                           le plus marquant est sans aucun doute l’auto discipline mise en place dès la classe de seconde .
                           étions nous si, différents des élèves de maintenant ?

                          les Jésuites étaient ils insouciants en nous laissant ainsi nous frotter à une telle expérience avec ses conflits toujours possibles entre nous mais que nous devions le plus souvent régler par nous mêmes ?

                          est il encore possible de tenter de telles expériences ?
                          cela faciliterait il la transmission dans un cadre apaisé où chacun trouverait son compte ,enseignants comme apprenants ?
                          ce compte rendu hebdomadaire est il impossible de le mettre en place ?
                          ne permettrait il pas de « corriger » les dérapages dès leur survenue ce qui me semble plus cohérent que de laisser filer les problèmes au point qu’ils deviennent insurmontables ?

                          ne peut on pas modifier le vocabulaire ?erreur à la place de faute ,par exemple .

                          tous les enseignants font au mieux dans un système où ils ne se sentent plus considérés à leur juste valeur ,ni en termes de connaissances maitrisées ,ni en tant que personnes , ni par l’institution, ni par les parents parfois qui confondent souvent enseignement et éducation (qui leur incombe ) .

                           que Voltaire remercie les Jésuites ne devrait pas surprendre plus que ça . c’est grâce à eux et leur vue de« l’homme en devenir » que nous avons eu une liberté de penser et d’analyse dont la plupart d’entre nous les remercions encore .

                          bonne journée !

                          P.B.A

                           

                           


                        • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 14:17

                          Au vrai, Maria Montessori n’a rien inventé, ses principes d’éducation étaient en vogue dans les sectes de l’aristocratie aryenne de l’époque.

                          Les écoles libertaires, des Maîtres-Camarades à l’Ecole de Summerhill, ont donné les Montessori, Steiner, Freinet.

                          Théosophie, anthroposophie, bien que devant l’horreur, les mêmes ont rétorqué que Hitler avait mal interprété leur théorie des races.

                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Mysticisme_nazi


                          • soi même 1er mars 2016 20:35

                            Visiblement l’éducation national vous a rétrécie le cerveaux ..


                          • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 14:30

                            Extrême-droite-et-gauche, et nouvelles pédagogies

                            Au vrai, Maria Montessori n’a rien inventé, ses principes d’éducation étaient en vogue dans les sectes de l’aristocratie aryenne de l’époque.
                            Les écoles libertaires, des Maîtres-Camarades à l’Ecole de Summerhill, ont donné les Montessori, Steiner, Freinet.
                            Théosophie, anthroposophie, bien que devant l’horreur, les mêmes ont rétorqué que Hitler avait mal interprété leur théorie des races.

                            Mysticisme nazi — Wikipédia
                            Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l’article, comment ajout…
                            FR.WIKIPEDIA.ORG



                            Sectes, endoctrinement, éducation, nouvelles pédagogies :


                            http://www.theosophie.fr/3c-la-theosophie-et-l-education.php



                            http://www.waldorfcritics.org/articles/L-endoctrinement-l-anthroposophie_dans_les_-coles_Steiner-Waldorf.pdf


                            • njama njama 1er mars 2016 21:02

                              @orianeborja

                              parmi les 130 écoles Montessori en France (soit 0.02 % à l’échelon national ce qui est epsilonesque quasi infinitésimal pour donner un ordre d’idées ) certaines sont sous contrat d’association avec l’État, en association avec l’enseignement catholique, comme à Roubaix (École Jeanne d’Arc), et c’est tout à leur honneur d’être présentes dans des environnements difficiles. J’ai ouï dire que les tarifs scolarité sont adaptés ...
                              Si les écoles Montessori pour la plupart non-subventionnées par l’État, ce qui veut dire non-reconnues en terme de pédagogie, de résultats, elles mettent un point d’honneur à faire valoir leur pédagogie « différenciée » ... qui semble donner des résultats concrets au moins sur un certain nombre d’élèves

                              L’écho qui en sort est souvent très positif au niveau résultats ...
                              Les Montessori « se récupèrent » souvent « des cas », des enfants atypiques - que leur méthode pédagogique permet de gérer (contestable contre les autres certainement, je dirais de façon plus nuancée imparfaite).

                              Mon épouse est directrice d’une école de + ou - 19 /21 classes depuis une bonne douzaine d’années, et, chaque année elle est confrontée à un degré variable à ces enfants « atypiques », ... « qui ne rentrent pas dans la case », dans le moule.

                              A cette difficulté face à ces élèves « tuyau de poêle », « pas comme les autres » ... que nous avons fini par appeler « petit carré » car il ne rentre pas dans le rond, elle s’engage au niveau des parents en disant toutefois que ce n’est l’école des Miracles et ne les laisse jamais tomber ...
                              Et elle joint l’acte à la parole ... entre les hyperactifs, les surdoués, les tuyaux de poêle, les « pas_comme_les-autres », « ceux qui ont un handicap » ... et toutes les singularités
                              Pour être honnête, je dirais que les enseignants ne sont pas toujours au rendez-vous ... , et qu’elle doit batailler avec eux, certains d’entre eux, je veux dire pour faire admettre qu’ils sont des « petit carré » ... qui ne rentre pas dans le rond, que ce n’est pas de leur faute, et qu’il faut faire avec eux de façon « différenciée » et chercher des stratégies ...  !

                              Dernier cas atypique de cette année (un gamin qui vient du public) et je zappe sur le côté très incontrôlable de ce petit garçon de CP et les détails, violents parfois, il tape ... diagnostic, deux ans d’avance au niveau intellectuel, et deux de retard en motricité, donc ça disjoncte par moments En fait il comprend, sauf que le corps ne suit pas !

                              Autre cas de figure, un « petit carré », un hyperactif tellement adorable qu’on disait qu’il était vraiment trop « attachiant », un gamin de CM2, le cœur sur la main qui donnerait
                              sa chemise ... tu le vois, tu craques, mais parfois incontrôlable !!!
                              Je ne vais pas m’étaler, l’hyperactivité n’est pas le sujet de l’article, mais si vous voulez comprendre au moins un peu la question ...

                              et que vous auriez une petite demi heure devant vous, c’est un BONHEUR d’écouter ce petit exposé de Florence et Rosalie ...

                              TDAH1re partie (14:19)
                              http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1UjoqIqUbzI

                              TDAH2e partie (14:17)
                              http://www.youtube.com/watch?v=74xz1yKd43E&feature=player_embedded

                              n’hésitez pas à partager ... 

                              ne comptez pas trop sur les instits, pas plus que sur le ministère de l’Éducation nationale pour faire connaitre car des parents peuvent se retrouver dans des situations analogues ... et donner des pistes de compréhension ...


                            • soi même 1er mars 2016 22:23

                              @njama, il faut arrêtez de se justifier, il est visible que l’auteur règle des comptes et lui répondre ne va pas calmé son acrimonie , mais bien au contraire l’alimenté, quand l’on est capable d’’affiner sans preuve une telle énormité ( - Maria Montessori est liée aux sectes théosophiques, il est vrai que ces sujets sont peu connus du public, et plutôt tabous puisque Hitler en est aussi issu.  ) c’est bien autre chose qui est viser.... !


                            • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 22:53

                              @njama

                              Je suis fille de pédiatre-généticien, donc j’ai un autre avis sur certaines pathologies comme les TDAH.

                              En Amérique du Nord, ils ont tendance à surmédicaliser l’affaire et à surdiagnostiquer les troubles, avec des effets secondaires importants.

                              Il y a de nombreux problèmes d’éducation, il y a des mauvaises éducations, chez les enfants non malades, et même chez ceux qui sont réellement malades, qui changent beaucoup les choses.

                              Du reste, on n’a aucune certitude, et beaucoup d’hypothèses, et souvent, on prend les hypothèses comme des faits acquis.

                              Les recherches n’en sont qu’à leurs débuts.

                              Et je préfère nettement notre approche à celle des pays anglo-saxons, pour nos enfants.


                            • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 22:54

                              @njama

                              Mais Montessori, c’est bien pour les enfants mal élevés/abandonnés finalement, les parents payent et se débarrassent du problème et de leurs turpitudes sur les autres.


                            • njama njama 1er mars 2016 23:03

                              @soi même
                              Que vous dire, sinon que d’essayer d’enrichir le débat ...d’offrir d’autres fenêtres de compréhension


                            • orianeborja orianeborja 1er mars 2016 23:07

                              @soi même

                              Vous ne connaissez visiblement ni le sujet en particulier, ni les interférences qu’il peut avoir avec l’éducation en général aujourd’hui.


                            • soi même 1er mars 2016 23:44

                              @orianeborja, Oui bien sur, c’est sans doute pour cela que vous allez dans l’outrage et l’outrance.... !


                            • njama njama 1er mars 2016 23:46

                              @ Oriane
                              Fille d’un médecin,...
                              vous lisant, je n’avais pas oublié. Je le suis aussi, mais d’un radiologue, un intégriste allopathe...une huître fermée face à tout ce qui est « psy ». Nous nous rencontrerions, nous aurions certainement beaucoup à échanger sur nos vécus familiaux respectifs...

                              les parents payent et se débarrassent du problème et de leurs turpitudes sur les autres.

                              On peut voir les choses comme cela, mais quand des instits suggèrent à la directrice de ne pas garder l’enfant « turbulent », qu’en fait elles (ils) n’arrivent pas à maitriser pour parler concrètement, pour qu’il aille se faire voir ailleurs dans une autre école, cela ne résout rien, sauf à déplacer le problème.dans l’école d’à côté.

                              Mon épouse s’est toujours refusée à cela ... et ce n’est pas une question public /privé, même si l’école s’appelle Notre-Dame et qu’elle ne fait jamais de Miracles. Elle ne leurre jamais les parents, elle n’attend rien d’autre d’eux qu’ils soient partenaires, sans quoi ça ne marche pas et je vous (t’) assure que pour le coup ... elle en reçoit parfois des vraiment désespérés qui ne savent plus à quel saint se vouer, et incapables d’autorité sur leur progéniture.

                              Ce n’est pas une question public /privé, elle s’entend parfaitement bien avec les directrices des 4 écoles publiques maternelles/primaires qu’elle rencontre chaque année à la mairie, et avec lesquelles elle échange régulièrement des informations sur les enfants car les transfuges vont dans les deux sens, public <-> privé, au gré des parents qui pensent que cela marchera mieux en déplaçant le problème. Ce qui est très rarement le cas.

                              Tout ça, pour dire que suggérer aux parents (souvent eux-mêmes très démunis face à leur progéniture incontrôlable) de les changer d’école... c’est assez facile si on voudrait jouer sur cette corde.

                              j’ai un autre avis sur certaines pathologies comme les TDAH.

                              Je suggère quand même de voir ces vidéos si tu ne les connais pas, elles sont très sympa, 2 fois 1/4 h.
                              Pour tous les enfants « différents »... la France c’est pas Top !!! en Belgique et au Canada ils sont bien plus en avance, et n’attendent pas la manne d’un ministère avant de prendre des initiatives carrément citoyennes, personnelles, qui sont fécondes comme tu pourras le constater par toi-même, car c’est un exemple parmi d’autres.
                              Faudrait peut-être aussi que dans les mentalités les gens (enseignants comme parents) arrêtent de s’en remettre à la puissance publique pour tout et n’importe quoi. Ils pourraient être eux-mêmes les moteurs d’actions innovantes ...

                              Si les Montessori ne sont pas à la portée du premier quidam, mettre tes enfants dans une école belge spécialisée ou au Canada ce n’est pas facile non plus...


                              • orianeborja orianeborja 2 mars 2016 08:09

                                @njama

                                J’ai regardé la vidéo des petites filles, c’est effrayant de contre-vérités scientifiques, et le fait que cela soit validé par des adultes et enseignants l’est encore plus.

                                Cela fait aussi partie des hérésies d’une méthode pédagogique, laisser faire le cours par des ignorants sous prétexte de faciliter la transmission des « connaissances » en amusant le public.

                                Cela me met en colère.

                                En l’espèce, sauf à rencontrer la médecine réelle, les gamins croiront sans doute toute leur vie à cette version phantasmée des troubles du comportement, ce qui n’aidera pas à résoudre le problème.


                              • philippe baron-abrioux 2 mars 2016 09:55

                                @njama

                                 BONJOUR ,

                                 vous écrivez que « ce n’est pas une question public /privé » .

                                 cette distinction dont on voudrait faire une opposition systématique avant tout me semble bien factice dans les faits la plupart du temps .

                                des expériences sont conduites dans ces deux types d’établissements dont l’ensemble des enseignants ,du public comme du privé, pourraient tirer profit .

                                 en lisant certains commentaires , on peut lire même que l’école publique ne ferait que préparer le peuple à son asservissement :donc le privé favoriserait les classes dominantes ,les riches et le public formaterait le vulgum pecus à sa condition d’esclave .

                                 CONCLUSION :SUPPRIMONS DONC LES DEUX ?

                                folie de l’aveuglement et du sectarisme .

                                 j’ai en son temps défilé pour l’enseignement public chaque fois que j’ai senti que les besoins ou les réformes étudiées et proposées ,risquaient de le pénaliser au seul bénéfice de l’enseignement privé ,qu’il soit ou non confessionnel ,sous contrat ou hors contrat .

                                 comme je l’ai écrit ,j’ai passé douze ans dans le privé ,chez les Jésuites dont cinq ans en internat complet .

                                 mes camarades et moi ,dont beaucoup venaient des quatre coins de France, de l’Europe et d’autres continents , savons que nous avons « bénéficié » de conditions de travail et de vie très particulières .

                                L’AUTODISCIPLINE en est un exemple ainsi que les activités qui nous étaient proposées .
                                 
                                nous les remercions encore pour leur largesse d’esprit qui nous permettait d’étudier des textes permettant le débat ,l’échange de points de vue contradictoires à la seule condition que nous argumentions notre position . je me souviens de travaux sur K.MARX (il figurait au programme) et d’autres sur Proudhon . de même sur des sujets devenus épineux en ce moment , celui des religions ; un camarade protestant a été sollicité pour nous expliquer les différences avec la catholicisme ,de même qu’un camarade laotien a exposé les pratiques et les rites de sa religion .

                                 suis je un promoteur,un défenseur zélé , de l’enseignement privé ? non ,mais avec d’autres ,je trouve stériles les débats caricaturaux qui cherchent à rétablir la guerre entre les types d’enseignement au sens large ,y compris pour le volet du comportement des élèves et des professeurs .

                                 les critiques contre Montessori ,Freinet ,Steiner et d’autres formes d’enseignement sont parfois justifiées ,je le pense ,surtout dans leurs excès qui ont parfois pénalisé des élèves lorsqu’ils ont été amenés à revenir dans le système dit normal . la transition est parfois très difficile.

                                 j’ai été parent d’élève(dans le public) et avec d’autres nous avons tenté en 1984 de proposer du matériel informatique dans le primaire (T.O 5, T.O7 de Thomson) que nous avions acheté grâce au résultat de la kermesse de fin d’année ,un des concepteurs de l’ORIC ATMOS assurant une formation sur deux week- ends pour les enseignants .

                                 il fut assez difficile de convaincre une bonne partie des présents des capacités d’apprentissage possibles par ce biais .

                                 nous sommes loin de cette période et aujourd’hui presque tout semble reposer sur cet outil .
                                 il me semble même que des attitudes premières de réticence ,on est passé à un culte faisant de ce qui n’est qu’un outil parmi d’autres ,le nec plus ultra de toutes les connaissances .les ressources disponibles par le biais d’Internet semblent faire foi ,sans beaucoup de travail de vérification ,d’analyse . cet outil dispense de l’écriture manuelle qui pourtant favorise une mémorisation qui me semble utile et nécessaire puisque, en quelques clics, on peut en tant que de besoin revenir au document oublié ou non mémorisé .

                                 l’effort de mémorisation est ainsi le plus souvent supprimé .

                                 quand on voit les empilements de réformes et les résultats qui en découlent ,réussites comme échecs , je pense qu’il devient urgent de faire sauter ces querelles public /privé et être capables de reconnaitre la validité de certaines expériences ,quels qu’en soit les initiateurs .
                                ces postures belliqueuses desservent l’ensemble des enseignants qui ne souhaitent en fait qu’apporter le meilleur de leurs connaissances à tous les enfants qu’ils accueillent .

                                le Canada que vous citez dans votre texte semble lancer nombre de recherches -actions avec des résultats probants .entre autres des travaux sur le tutorat et le monitorat qui sont si peu pratiqués ici .

                                 L’ EDUCATION NATIONALE est une institution qui mérite mieux que des querelles stériles qui assèchent les sources de réflexion et d’analyse :les enseignants de tous niveaux ne sont pas reconnus à leur juste valeur et beaucoup d’entre eux répètent leurs difficultés dans leur travail qu’ils continuent malgré tout à assumer parfois dans des conditions inacceptables .
                                l’enseignement est LA priorité absolue : ce sont les enseignants qui en ont la charge ,l’éducation relèvant de la famille, même s’ils sont amené à y participer indirectement parfois .

                                bonne journée !

                                P.B.A

                                 

                                  

                                 

                                  
                                 


                              • njama njama 2 mars 2016 11:25

                                @orianeborja

                                Dans la vidéo, ce n’est pas un cours, c’est juste un exposé. 

                                L’hyperactivité comme d’autres troubles du comportement n’est pas un problème d’éducation ... elle est peut-être diagnostiquée plus qu’il ne faut, c’est possible. Ce n’est pas le problème de l’école de l’expliquer, son problème est de le gérer et en l’espèce cette approche canadienne ça marche. Ce n’est que mettre en place des stratégies en fin de compte qui profite et à l’enfant, aux autres, comme aux parents.
                                Les cas sont assez rares tout de même, heureusement, tout comme les « surdoués » qui pullulent bien plus dans les esprits de leurs parents que dans la réalité scolaire où ils sont également très rares.

                                Je suis plutôt favorable à ce genre d’initiative car si l’on attend que ça bouge rien qu’un peu au niveau du ministère qui a d’autres chats à fouetter que de s’occuper de ces enfants « un peu différents », il peut se passer une vingtaine d’années au bas mot.

                                La France est à un niveau très nul dans le domaine comparé à d’autres pays, et force à intégrer toutes sortes de handicaps même parfois très lourds.


                              • njama njama 2 mars 2016 11:54

                                @philippe baron-abrioux

                                Je suis d’accord que l’opposition public / privé est très factice dans la mesure où les écoles « sous contrat d’association avec l’État » - ce qui représentent 99 % des écoles du privé -, enseignent strictement les mêmes programmes que dans le public, que leurs enseignants sont recrutés sur concours selon les mêmes niveaux universitaires, et qu’elles sont contrôlées par les mêmes inspecteurs d’académie du public sur les mêmes critères. Elles concourent donc totalement à l’éducation nationale, contrairement aux écoles privées_privé hors contrat assez libres de faire comme bon leur semble, comme de recruter qui leur convient sans obligation de critère académique.

                                Les gens méconnaissent beaucoup la réalité et restent fixés sur le vieux cliché écoles de riches / écoles de pauvres, en ignorant également que la répartition du privé sur le territoire national est très inégale en raison de l’héritage historique dont elle est le reflet (catholique / protestant / laïc) . Dans certains départements français il n’y a quasiment aucune école privée, dans le Nord c’est 20 % privé, en Bretagne 50 % à peu près ... A l’échelon national c’est 13,5 % des élèves scolarisés environ ...

                                 


                              • soi même 2 mars 2016 13:05

                                @njama, j’apprécie votre commentaire , vous êtes très bien informé de la réalité de la situation, en réalité l’on retrouve le vieux débat stérile et démago des partisans centralisme Étatique et de l’autre les Libertaires en somme le combat des Montagnards contre les Girondins.

                                Du coup l’on peut vraiment s’interroger, es-que le rôle que doit jouer le pédagogique n’est pas devenue le parent pauvre de l’éducation national qui a toujours voulue jouer le rôle éducatif au détriment du pédagogique ?

                                Et l’autre question qui sous temps que je suis d’accort avec votre intervention, l’école n’est pas fait pour faire des moutons mais bien pour nous rendre véritablement adulte.

                                Et cette nuance et dans toute la triade qui s’articule entre éducatif, pédagogique et liberté d’initiative et seul en réalité peut d’école privé remplisse véritablement se rôle..

                                Car l’on rentre dans une sphère qui rebute les légalistes centralistes, c’est le domaine de la Liberté individuel qu’il s’agit de préserver.


                              • arthur bru 1er mai 2017 18:32


                                « Bonjour,

                                Je réagis à cet extrait : »Le problème vient des enfants qui, avec les méthodes semi globales actuelles, continuent dans le temps à confondre les deux parce qu’ils n’ont jamais eu accès en réalité à la lettre de base, qui ne s’apprend jamais aujourd’hui.« 

                                Dans ma courte expérience d’enseignant (10 ans) et d’enseignant-formateur (2ans), je n’ai, à ce jour, rencontré aucun enseignant pratiquant une méthode »semi-globale« . De ce que j’ai pu voir (et faire), l’entrée dans la lecture se fait via la découverte des correspondances entre lettres et sons, et par la pratique orale et écrite. Des variations sont observées d’un.e enseignant.e à l’autre mais je n’ai jamais observé d’entrée ’’semi-globale’’.

                                Je vous renvoie vers l’étude »Lire Ecrire au CP" s’appuyant sur l’observation détaillée, filmée suivant une méthodologie normée autour d’une typologie des tâches, sur 131 classes à raison de 3 fois une semaine à différents moments de l’année. Elle enrichira, je l’espère, votre connaissance de ce qui se fait actuellement dans les classes de CP des écoles publiques françaises. Elle sera plus pertinente que ma seule expérience.

                                http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lire-ecrire


                                • orianeborja orianeborja 1er mai 2017 22:56

                                  @arthur bru

                                  Bonjour,


                                  j’ai une expérience d’une trentaine d’années ciblée en particulier sur le CP, en région parisienne, dans le Sud-Est de la France et au Nord Ouest, avec des passages du public au privé ainsi qu’en ZEP.

                                  Je me suis également intéressée aux idées des autres, notamment au moment de la Loi de 1989 sur les IUFM, via les émissions de France Culture sur le sujet durant des années, les différentes littératures, les recherches, et notamment les recherches non pas seulement issues des milieux enseignants, mais scientifiques, bien avant Stanislas Dehaene, même si je l’englobe évidemment dans ce cadre puisqu’il est aujourd’hui notre référence nationale et internationale la plus cotée en matière d’études neuronales des apprentissages.

                                  La science au service de la pédagogie œuvrant depuis les travaux reconnus par un Nobel en physiologie et médecine en 1981, du chercheur Roger Sperry.

                                  Issue d’une formation scientifique à la base, et d’une famille de médecins, cette ouverture était pour moi naturelle.

                                  Je dois cependant avouer que je n’étudie plus la question, sauf de manière éloignée, depuis un peu plus de deux ans, où j’ai mis fin aux cours que je donnais pour m’occuper d’un de mes enfants devenu handicapé.

                                  Vos vidéos sont intéressantes, elle montre que, dans le panel étudié, une petite minorité des enseignants sondés, utilisent la méthode syllabique (je préfère de façon encore plus précise et méthodologique, le système alphabétique au syllabisme, il est encore plus progressif ; et à ne surtout pas confondre avec la « méthodes suisse des alphas » qui est une méthode à consonance syllabique mais qui n’est en réalité qu’une nouvelle absurdité semi-globale ; absurde, mais rentable pour ceux qui l’ont conçue toutefois).

                                  Et encore, il est dit dans votre colloque, que le nombre d’enseignants utilisant cette méthode était supérieure à la moyenne nationale, les besoins de diversité pour leurs travaux, ainsi que l’évaluation en milieu plus hostile des ZEP, où l’on cherche à tester des méthodes, y compris apparemment celles qui ont fait leurs preuves, en étant sans doute les causes.

                                  Travaillant aujourd’hui auprès de personnes âgées de milieux sociaux et même nationaux extrêmement variés, j’ai par ailleurs un œil direct sur le résultat remarquable des anciennes méthodes.
                                  A ne pas confondre avec un conservatisme stupide, l’évolution est chose passionnante et des progrès peuvent être faits en tout domaine, c’est même nécessaire, mais ils doivent s’inscrire dans un continuum, notre civilisation est assez grande pour ne pas se précipiter dans des renversements de paradigmes qui s’assimileraient à des idéologies de tabula rasa. 

                                  Par le contact avec les enseignants et cadres scolaires de mes enfants, j’observe, parfois avec effroi, l’indigence nouvelle de ce corps en matière de maîtrise de la langue, dans ce milieu que je respecte énormément et pour lequel j’ai eu une admiration sans bornes le long de mon instruction, je ne peux que constater le manque de rigueur généralisé, même si j’observe aussi de leur part une implication et une bonne volonté malgré certaines lassitudes et parfois dégoûts. Et ce en ayant bien connaissance de la démission totale d’une partie des parents en terme d’éducation, laissant aux maîtres, le soin d’exercer cette responsabilité, ce qui complique grandement la tâche.

                                  ¨Pour en revenir aux méthodes, il ne suffit pas d’étudier la corrélation entre lettres et sons pour faire une méthode non globale.

                                  La façon dont ils sont mis en relation doit correspondre à la construction arborescente dont a été façonné notre cerveau au moment de la formation ancestrale du langage, cerveau qui obéit à des lois scientifiques de progressivité qui permettent l’accès à la complexité.


                                • CHALOT CHALOT 30 août 2017 18:36

                                  Bonjour


                                  Je serais heureux de pouvoir mettre votre barticle sur mon blog associatif : familles laïques
                                  une école privée hors contrat Montessori s’est installée dans ma ville
                                  merci de me répondre
                                  je mettrai votre nom comme auteure de l’article bien entendu

                                  • orianeborja orianeborja 30 août 2017 18:59

                                    @CHALOT

                                    Si vous voulez, même si le nom de votre blog sonne étriqué, d’un autre temps, revanchard.

                                    Je ne crois pas plus au danger de l’islam que de la chrétienneté ou autre religion, seulement au danger de l’inhumanité d’hommes qui se servent du religieux comme prétexte.

                                    Je n’aime pas Riposte laïque par exemple, dont chacun sait qu’il s’agit d’un lobby de salauds racistes islamophobes manipulateur.

                                    Certaines querelles sont dépassées et mal appropriées au regard de la connaissance et problématiques actuelles, certains étendards ne portent pas à la confiance.


                                  • CHALOT CHALOT 30 août 2017 19:29

                                    Merci

                                    Allez sur notre blog
                                    familles laïques de Melun
                                    ou familles laiques de Vaux le Pénil
                                    vous verrez qu’il n’y a pas d’article étriqué
                                    dans notre assoce il y a des chrétiens, des athés, des musulmans........
                                    La laïcité n’est pas l’anti religion
                                    quant à Riposte laïque il a dévié depuis 2009 et j’ai rompu avec eux à cette époque

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès