• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > COP 21 : entre euphorie des « ravis » et tours de « passe-passe » des (...)

COP 21 : entre euphorie des « ravis » et tours de « passe-passe » des illusionnistes…

Ya de la joie, ya de la joie !

Samedi 12 Décembre 2015 dernier acte de la COP 21… Oublié les conflits et leur cortège de victimes, DAECH et ses crimes barbares, les épidémies, les catastrophes naturelles… Les « ravis » ont fait pendant quelques heures un triomphe planétaire à Laurent FABIUS qui, parait-il, n’a pu retenir une petite larme de joie… (Il y a 30 ans, on aurait aimé qu’il fasse de même pour les victimes du sang contaminé, ou plus récemment pour celles d’Al Qaïda avec le front Al Nosra qu’il a armé en Syrie et le justifie « parce qu’ils font du bon boulot contre Bachard Al ASSAD »). Il y avait vraiment de la joie Samedi au Bourget. Entre les accolades chaleureuses du Ministre chinois avec l’Américain John KERRY. Ségolène ROYAL qui en était presque à faire la danse du ventre devant Ban Ki-MOON. Sans compter les avalanches de tweets. Pour Manuel VALLS « … Une victoire pour la planète. » Cécile DUFLOT qui manifestement a omis de prendre connaissance du texte de l’accord : « Formidable ! C'est maintenant que tout commence ! Aux actes ! » Et que dire la de secrétaire nationale EELV se félicitant d’un « accord » particulièrement insatisfaisant et non contraignant, notamment pour les plus gros pollueurs. Même, pour Barack OBAMA : « C'est énorme : la quasi-totalité des pays du monde ont signé l'accord de Paris sur le changement climatique. » En oubliant de préciser que le texte est encore en attente de validation finale. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies doit être le Dépositaire de l’Accord et l’ouvrir à la signature à New York, du 22 avril 2016 au 21 avril 2017. 

 

Flou et promesses, promesses…

Comment pourrait-on atteindre l’objectif de 1,5 degré C. à la fin du siècle, alors que l'accord ne mentionne aucune date pour un pic d'émissions mondiales de gaz à effet de serre. « Aussi tôt que possible » est-il seulement mentionné. Pour cacher ce flou, l'accord fait miroiter une révision à la hausse des engagements, mais il faudra attendre 2025. Bien trop tard, selon les climatologues, si l'ont veut endiguer un réchauffement porteur de graves perturbations climatiques.

De même, pour ne pas perdre en route l'Arabie saoudite et le Venezuela qui dépendent du pétrole pour leurs ressources économiques, n’a-t-on pas laissé dans le flou la date finale d'utilisation du pétrole ?... Quant à la création d'une taxe carbone, il n'y est plus fait mention dans l'accord. Exit la date pour le remplacement d’une partie des énergies fossiles par les énergies renouvelables qui était réclamée par certaines Grandes ONG. Qu'en est-il enfin du fameux fonds vert de cent milliards de dollars annuels que les pays riches se sont engagés à verser aux pays pauvres à partir de 2020 à Copenhague. Il reste toujours à l'appréciation des futurs donateurs, sans obligation contraignante. Pour calmer les pays du Sud, il a fallu mentionner dans l'accord que cette somme de cent milliards devra être un plancher pour l'après 2020 avec un nouvel objectif chiffré devant être défini au plus tard en 2025. Mais là encore, des promesses, rien que des promesses…

Soyons sérieux et réalistes, il faudrait laisser environ 80% des réserves de pétrole, de gaz et de charbon pour ne pas dépasser un réchauffement climatique de 2°C, par rapport aux années 1850. Or, d'après les experts, l’accord signé à la COP 21 nous conduit à plus de 3°C supplémentaires d'ici 2100, alors que nous sommes déjà à +1°C depuis les années 1850 !... Si l’on devait attribuer le prix du meilleur illusionniste de cette COP 21, on pourrait le décerner à François HOLLANDE. Au moment où avec FABIUS ils présentent la « Convention-cadre sur les changements climatiques », autrement dit « l’accord » de Paris et nous le font gober comme un succès aux « perspectives les plus ambitieuses ». Aurait-on oublié qu’avec manuel VALLS ils ont autorisé le gouvernement à signer en septembre 2015 trois permis de recherche de pétrole et de gaz en France. Aurait-on oublié que François HOLLANDE a cédé la semaine dernière au lobby des banques pour bloquer ou retarder l'adoption par l'Europe d'une taxe sur les transactions financières. Cette taxe qui pourrait être dégagée en partie pour financer la transition énergétique et constituer le « Fonds vert » destiné aux pays "du sud". Sans compter les jérémiades de Ségolène ROYAL avec sa « croissance verte » et ses voitures électriques qui vont bouleverser l’économie…

Au-delà de l’euphorie des « ravis » et des tours de « passe-passe » des illusionnistes, les lampions de la fête éteints, en comparaison de ce qu’aurait dû être la COP 21, c’est pour le moins assez désastreux pour l’avenir …

Il est évident que les personnes avertis ne comptaient guère sur cet accord pour sauver le climat. Depuis Copenhague, nous sommes habitués à ce qu’un texte des Nations Unies, s’il est nécessaire, il n’est certainement pas suffisant. L’objectif de la conférence de Paris était d’arriver à un accord qui nous mette sur la bonne trajectoire pour rester sous deux degrés de réchauffement d’ici la fin du siècle. Si l’objectif est réaffirmé et même renforcé en mentionnant 1,5 degré, le texte de l’accord ne donne absolument pas les moyens d’y parvenir.

La COP21 n'ose pas le dire, mais il n'y a que deux solutions pour limiter le Réchauffement climatique à 1,5° ou 2° : soit tous les hommes et femmes des pays riches, voire ceux des pays dit ‘’émergeants’’, décident de bloquer ad vitam æternam leur niveau de vie individuel (ce qui est politiquement et économiquement difficile, sinon impossible à réaliser, car tous refuseront de négocier leur niveaux de vie), soit l'Humanité décide de stabiliser sa population. Si les politiques gouvernementales ne changent pas, comment imaginer qu'il sera possible de diminuer à la fois consommation totale et production de gaz à effet de serre si la population mondiale s'accroit encore d'un milliard d’habitants tous les 12 / 13 ans, comme pour la période 1999-2012 et à raison d’une perte de cent mille Km2 par an de terres arables nourricières c’est environ un million trois cent mille Km2 (2 fois la surface de la France) qui ont disparues. Par ailleurs, affirmer que la population mondiale va se stabiliser d'elle-même et encourager en même temps la population de chaque pays à croître est évidemment contradictoire. Or, la question démographique qui est essentielle fût totalement exclue des débats de la COP 21 et ce n’est pas la conversion aux énergies Renouvelables, y compris les efforts d’économie d’énergie en réduisant de façon drastique les mobilités, bien qu’absolument indispensable, qui changera radicalement la situation. 

Avoir exclue la problématique démographique de la COP 21 est suicidaire

Au rythme actuel des rejets de gaz à effet de serre, dont le CO2, bien qu’il reste près de 200 ans dans l’atmosphère n’est pas le pire à coté du méthane, alors que sa durée n’excède pas une douzaine d’année, mais qui à l’échelle du siècle est tout de même 23 fois plus puissant que le CO2 en potentiel de réchauffement global, nous atteindrons une augmentation de plus de 4,6 % C. de la température. Inutile de disserter sur les conséquences qui seront catastrophiques et épouvantables pour la survie des espèces…

Dans le monde, en 2013 c’est 40 mille milliards de tonnes de CO2 qui ont été rejetés. http://www.planetoscope.com/co2/261-emissions-mondiales-de-co2-dans-l-atmosphere.html

Exemple Français : Un Français émet, en moyenne, 9 tonnes de CO2 par an… (http://www.planetoscope.com/co2/140-emissions-de-co2-par-habitant-en-france.html)

Les secteurs contribuant aux émissions hors UTCF et classés par ordre d'importance pour la France métropolitaine sont les suivants :

Le transport routier : 32% des émissions totales,

Le résidentiel/tertiaire : 24,1% dont 67% sont directement imputables au sous-secteur résidentiel,

L'industrie manufacturière : 22,6% dont 27% provient du sous-secteur des minéraux non métalliques et matériaux de construction et 25% du sous-secteur de la chimie,

La transformation d'énergie : 16,3% dont 47% provient du sous-secteur de la production d'électricité et 28% du raffinage du pétrole,

L'agriculture/sylviculture : 2,7%,

Les autres transports : 2,1%, dont transport aérien : 45% et transport maritime : 35%. Mais comme par hasard on observe l'absence de toute référence aux transports aériens ou maritimes... Les lobbys veillaient ! 

L'objectif pour 2050 est de ramener ces rejets à 2 tonnes. Ce qui signifie que les rejets actuels de 9 tonnes en moyenne multiplié par 65 millions d’habitants sont égal à 585 millions de tonnes. Ramenés à des rejets de 2 tonnes par habitants, ce dont je doute, car les responsables politiques ne vont pas prendre le risque d’imposer une résilience qui remettrait en cause le niveau de vie des Français. Mais admettons que ce soit possible, cela voudrait dire, sous réserve que la population Française n’augmente pas, des rejets en CO2 de 130 millions de tonnes par an, soit un gain de 430 millions de tonnes rejetés en moins.

Par contre, si au rythme d’une augmentation d’environ 15 millions d’habitants en 2050 (soit en 35 ans), comme ce fut le cas pour la période 1975-2015, même dans l’hypothèse la plus optimiste de 2 tonnes de rejets de CO2 avec 80 millions d’habitants en 2050 nous atteindrions 160 millions de tonnes par an, soit un gain de 425 millions de tonnes au lieu de 585 millions par rapport à la population qui serait stabilisée au niveau de 2012.

Avec la même évolution de 15 millions d’habitants tous les 35 ans, de 2015 à 2100 (soit 2,42 fois 35 ans), cela fait une augmentation de 36 millions 300 mille habitants. Autrement dit la population Française serait de 101 millions 300 mille habitants. Avec 2 tonnes de rejet de CO2 par habitant, on obtiendrait 202 millions 600 mille tonnes par ans, soit 382 millions 400 mille tonnes de moins qu’en 2015. Sauf qu’avec 2 tonnes de rejet de CO2 par habitant et suivant ces estimations c’est 4,5 fois moins que les 9 tonnes actuelles, toutefois la baisse globale des émissions de CO2 ne serait plus que de 2,89 fois, du au fait de l’augmentation de la population.

L’empreinte écologique est et sera déterminée par le nombre de producteurs - consommateurs

Limiter le Réchauffement climatique à 1,5° ou 2° sans vouloir poser le problème démographique nécessiterait des dépenses gigantesques pour transformer nos sources d'énergie, ce qui est impossible en regard des énergies fossiles dont dépend toute notre économie avec la multitude d’esclaves mécaniques qu’il faut nourrir et prétendre que100 % d’énergies renouvelables serait la solution relève de l’escroquerie intellectuelle. Si la terre peut actuellement nourrir, d’une manière très inégale et souvent très mal 7 milliards d’individus, c’est grâce aux esclaves mécaniques qui fonctionnent grâce aux énergies fossiles.

Selon les données d’il y a plus de 20 ans (1994), l´équivalent de 1800 litres de pétrole étaient répandus chaque année pour nourrir un Américain. (http://www.iceberg911.net/pfeiffer.html)

L’´energie consommée par l’agriculture se divise selon le tableau suivant :

31% pour la fabrication des engrais inorganiques

19% pour les machines agricoles

16% pour le transport

13% pour l’irrigation

8% pour élever le bétail (nourriture non incluse)

5% pour sécher les récoltes

5% pour la production des pesticides

8% pour le reste

Il faut aussi se rendre à l’évidence, la production d’électricité représente moins de 20 % de l’énergie consommée. Au niveau actuel de la consommation d’énergie, les énergies renouvelables ne pourront compenser ni le nucléaire, ni les énergies fossiles, pétrole, gaz, uranium.

Si l’on veut éviter de sombrer dans un chaos généralisé, nous sommes condamnés à réduire de façon drastique notre consommation et les gaspillages qui vont avec, ainsi que de stabiliser la population dans chaque pays, ce qui permettrait de résoudre une bonne partie du problème.

Actuellement les pays pauvres représentent 80% de la population mondiale et jamais ils ne pourront atteindre le niveau de vie occidental, auquel ils aspirent légitimement, tout simplement parce qu’il est impossible que la terre puisse leur assurer un tel niveau de vie. Mais c’est également vrai pour les pays "riches", car ils consomment et gaspillent à eux seuls 80% des ressources de la Planète et que leur population est la principale responsable du Réchauffement Climatique.

Sombres perspectives ?

Avec comme perspectives les seules bonnes intentions de la COP 21, entre le réchauffement climatique, l’impact de son dérèglement qui entrainera l’exode de millions de réfugiés climatiques, la raréfaction des énergies fossiles, les conflits entre ceux qui voudront piller les dernières ressources de ceux qui voudront les protéger, si on y ajoute des pandémies chroniques dues aux problèmes de surpopulation, à l’horizon 2100 et quelque peu au-delà, ceux qui survivront envieront les morts… A moins que l’évolution culturelle des hommes puisse leur insuffler la raison qui leur fait tant défaut aujourd’hui, mais là c’est moins sur…


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Arthur S M de Sourcessure 15 décembre 2015 15:40

    L’INCR (Investor Network on Climate Risk) un lobby vert officiel,/www.incr.com/Page.aspx?pid=268">au conseil d’administration duquel on retrouve de grands noms de la Finance, a été particulièrement active dans la COP21 . Son site web ne fait aucun mystère de son lobbying incessant pour faire voter des lois et subventions qui lui sont favorables.

    Il n’est pas inutile de citer quelques unes de ces puissances financières qui appuient l’INCR : les énormes fonds de pension des fonctionnaires et enseignants de Californie et de l’Etat de New York, à qui la crise a fait perdre énormément, l’assureur en quasi faillite et nationalisé, AIG, différentes branches d’investissement de la famille Rockfeller...

    Au sein de l’INCR, deux noms frappent le lecteur initié : Generation Investment Management LLP est un Hedge Fund fondé et présidé par Al Gore, basé à Londres, parce que les lois sur la transparence y sont plus laxistes qu’aux USA. 

    Al Gore était présent à la COP21 et applaudissait des deux mains les prestations des tragédiens placés sur l’estrade.


    • njama njama 15 décembre 2015 15:56

      C’est MAGICC qui le dit  ! "Toutes les politiques additionnées des Etats-Unis, de la Chine, de l’Union Européenne et du reste du monde réduiront probablement la température de 0.17°C en 2100."

      05 Décembre 2015 : Paris COP21 : Tout ça pour ça ?

      En bref : Un article de Björn Lomborg **, revu par les pairs et publié dans une revue qui traite de politique à l’échelle du globe ainsi qu’un rapport récent du MIT (Massachusets Institute of Technology) montrent que la totalité des engagements (les INDC) de réduction des émissions de CO2 déposés auprès de l’ONU par tous les pays, en vue de la COP21, ne conduiront qu’à une baisse très faible de la température en 2100 et ceci, même dans les hypothèses les plus optimistes.

      ** « Résumé  : Cet article analyse, en utilisant le modèle climatique standard MAGICC, l’impact en termes de réduction de la température résultant des principales propositions des politiques en matière de climat qui doivent être mises en place en 2030. Même si on suppose, en étant optimiste, que les réductions des émissions sont maintenues durant tout le siècle, les impacts sont, de manière générale, faibles.

      L’impact du Clean Power Plan des USA (USCPP) résulte en une réduction de l’augmentation de la température de 0,013°C vers 2100. La proposition complète des USA pour la COP21 à Paris dite »La contribution envisagée par les états« , (INDC) fera baisser la température de 0.031°C. La politique adoptée par l’Union Européenne aura un impact de 0.026°C, l’impact de l’INDC de l’Europe de 0.053°C et l’impact de l’’INDC de la Chine sera de 0.048°C.

      Toutes les politiques additionnées des Etats-Unis, de la Chine, de l’Union Européenne et du reste du monde réduiront probablement la température de 0.17°C en 2100. Les estimations de ces impacts sont robustes vis à vis des différentes estimations de la sensibilité climatique, du recyclage du carbone et des différents scénarios climatiques.

      Les promesses actuelles de la politique climatique n’apporteront qu’une faible contribution à la stabilisation du climat et leurs impacts resteront indétectables pendant de nombreuses décennies. »


      • Rémi Manso Rémi Manso 15 décembre 2015 18:33

        Comme il est dit dans cet article, la grande absente des débats a été la question démographique. Les projections onusiennes tablent en effet sur près de 4 milliards d’êtres humains supplémentaires d’ici à 2100 ! En gros, les « pertes » européennes étant compensés par les gains sud-américains, ces 4 milliards pourraient se répartir ainsi : 200 millions de nord-américains, 500 millions d’asiatiques et 3.300 millions d’africains. Comment croire par exemple que ces derniers resteront au niveau des faibles émissions individuelles actuelles du continent ? Que cette COP ait pu mettre tout ce « petit » monde sous le tapis est donc une folie que l’espèce humaine risque de payer très cher... à moins évidemment qu’elle ne se décide à opter pour une Démographie Responsable avant qu’il ne soit trop tard.


        • JL JL 15 décembre 2015 22:36
          N’avez vous pas remarqué que c’est aux États que l’on demande de s’engager à prendre des mesures pour ne pas polluer alors que ce sont les entreprises qui polluent ?

          C’est cela la grande arnaque que je dénonce dans mon article ’’TAFTA+COP21N le marteau et l’enclume’’.

          Laurent Fabius n’a-t-il pas parlé lui-même, au sujet de la COP21, du marteau ? Quelle ironie !

          • izarn izarn 16 décembre 2015 00:07

            Vous n’avez pas compris que tout ça c’est du pipeau ? Du flutiau au fond des bois ?
            J’ai essayé de lire le texte de l’accord....Un incroyable blabla sur du vide intersidéral.
            Surtout d’aprés simulation on n’aura que 0,17°C en moins en 2100 !  smiley
            Alors 1,5°C !  smiley

            De toute façon, si Obama et Hollande disent que c’est génial, c’est surement complètement nul.
            Déja, c’est louche...
            Sérieusement vous croyez que ces gens 100% Système, auraient pu faire autre chose que de se faire de la pub fastoche pour pas un rond ?


            • JL JL 16 décembre 2015 08:29

              @izarn 

               

              le réchauffement climatique n’est qu’un tremplin, l’objectif des négociateurs n’est évidemment pas la baisse des températures, mais l’augmentation des rapines et profits qui seront générés au nom de ces mauvais prétextes.

              Du storytelling, la politique sous fausse bannière en somme.

            • Le p’tit Charles 16 décembre 2015 08:25

              +++++

              Le PS écrit notre futur sur « du vent »...
              Un parti de fourbes..de menteurs et de destructeurs de notre économie...
              Bref..un DANGER pour la France...

              • Croa Croa 16 décembre 2015 10:39

                « décident de bloquer ad vitam æternam leur niveau de vie individuel (ce qui est politiquement et économiquement difficile, sinon impossible à réaliser, car tous refuseront de négocier leur niveaux de vie), soit l’Humanité décide de stabiliser sa population. »
                *
                Sauf que « stabiliser la population » immédiatement EST IMPOSSIBLE ! À supposer que le monde entier passe là, tout d’un coup, à l’enfant unique la population mondiale continuera à augmenter pendant 20 ans au moins et ce de plus d’un milliard ! C’est évidemment la solution à long terme mais pas du tout la solution qui pourrait nous sauver.
                *
                Il n’y a donc pas d’autre solution que d’agir sur le niveau de vie !
                Contrairement aux apparence ce n’est pas impossible sauf à croire que niveau de vie et bonheur sont indissociable, ce qui est FAUX ! (Mais bon il y a du boulot en effet ; Pour que ce soit accepté il faudrait juste que les plus riches commencent les premiers.)


                • AlbertGam AlbertGam 17 décembre 2015 01:20

                  @Croa
                  C’est peut-être aussi une des raisons pour lesquelles l’Occident aime tant jeter de l’huile sur le feu en alimentant les guerres partout sur la planète au lieu de les éteindre. Plus ça fait de morts plus ça fait de places pour les survivants du futur... Et bien sûr les bénéfices sont pour qui, hein ?

                  Bon... je rigole là...
                   smiley

                  Et bon... peut-être pas...
                   smiley


                • pbjardin 16 décembre 2015 11:38

                  et pendant ce temps TOTAL et d’autres travaillent tranquillement en soutérain dans les écoles françaises ! On se demande si le gouvernement français veut encore défendre l’écologie. http://www.activeau.fr/Blog.asp?ItmID=18836&Title=TOTAL%2Dintervient%2Ddans%2Dles%2Decoles%2Davec%2Dla%2Dbenediction%2Ddu%2Dministere%2Dde%2Dl%2Deducation%2D#Comments


                  • AlbertGam AlbertGam 17 décembre 2015 01:34

                    @pbjardin
                    Aucun gouvernement français (et aucun président français) n’a jamais défendu l’écologie.

                    - Giscard s’en foutait comme de sa première chemise. L’Europe d’abord !

                    - Mitterrand la faisait passer au dernier rang après le prétendu « social » et son grand rêve européen.

                    - Chirac était intéressé mais son coeur était trop à l’ouest de l’autre côté de l’Atlantique pour que ça passe dans ses priorités, surtout que ça aurait nécessité des sacrifices qu’il préférait éviter dans son monstrueux business avec les ricains.

                    - Sarkozy a commencé l’enfumage des français avec son Grenelle de l’Environnement, mais les négociations de celui-ci n’étaient pas encore terminés qu’il nous avait déjà lancé son fameux « L’environnement ça commence à bien faire ! »

                    - Et Hollande n’a finalement rien fait d’autre que poursuivre la même politique d’enfumage (lui, c’est carrément de la planète entière, encore plus fort que Sarko !) avec sa COP21 annoncée comme un miracle divin et qui n’est rien d’autre qu’une illusion de plus, comme tous les miracles... auxquels ne peuvent croire que ceux qui sont déjà acquis à la religion mondialiste.

                    - Et puis pour tous : le pétrole, on ne touche pas ! C’est sacré !


                  • JC_Lavau JC_Lavau 16 décembre 2015 13:01

                    100 % crédulité. Daniel Martin n’a aucune formation scientifique, est incapable de démonter cette escroquerie à l’échelle planétaire.

                    Non, vous n’avez pas de prise sur « la température globale ». Pipeau !
                    Les deux raies d’absorption du CO_2 atmosphérique sont saturées à 85 %. L’état normal de la Terre est qu’il y ait BEAUCOUP plus de CO_2 atmosphérique qu’à présent (glaciation et suite de glaciation), et seules 2% des espèces végétales aériennes se sont adaptées à cette pénurie : le maïs, la canne à sucre, le sorgho, certains millets pour la filière en C_4, les cactées et l’ananas pour la filière CAM ; adaptation au prix d’une demande accrue en ensoleillement.

                    Les 98 % restants, les autres espèces végétales - dont tous les arbres - ne retourneront à leur optimum végétatif qu’à partir de 1200 ppm de CO_2 dans l’air. La tragique minceur des sols actuels reflète cette pénurie en CO_2.

                    La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »

                    http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/la-fraude-a-70-des-arbres-menaces-153196

                    Vu les bogues de SPIP dans la transmission des liens, ça prend des plombes de déboguer le vérolage des liens qu’on lui transmet. J’engage donc à cliquer sur mon nom ou mon avatar pour avoir la liste de mes articles, aller à la 2e page pour trouver les principaux sur cette escroquerie du Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes.

                    Non, le CO_2 est totalement incapable de diriger le climat, mais ces escrocs comptent sur votre nullité en sciences pour que vous gobiez tous les bobards.
                    http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/non-le-dioxyde-de-carbone-est-154558
                    ...
                    En revanche, si vous regardiez du côté de cette étoile variable située à huit minutes et vingt secondes d’ici...


                    • baldis30 16 décembre 2015 15:15

                      @JC_Lavau
                      bonjour,

                      faut-il de plus préciser que si la variabilité dans le domaine du visible est faible à l’intérieur du cycle de 23 ans elle bien plus importante dans les autres domaines tout au long de ce cycle. Et un certain Einstein a donné une formule là-dessus, mais comme c’est un scientifique son opinion ne compte pas !

                      Les études de sédimentologie, paléopalynologie, glaciologie ont montré la variabilité solaire, mais ce n’est pas électoralement payant. Pas davantage que l’ouvrage de Le Roy Ladurie « Histoire du climat depuis l’an mil ».


                    • Didier Barthès 16 décembre 2015 14:58

                      Puisque les négociateurs de la COP 21 ont oublié de parler du problème principal : la surpopulation, suggérons aux négociateurs de la COP 22 d’en faire un élément essentiel de cette future réunion.

                      Je suis très surpris par l’argument repris ici par Croa, en effet il semble dire que puisque nous n’obtiendrons pas rapidement de résultats en matière de démographie c’est sur autre chose qu’il faut faire porter en premier les efforts. Bien au contraire, c’est quand un problème présente de l’inertie qu’il faut agir le plus vite possible. La preuve en est que si on avait pu agir dés les années 1950 nous n’en serions pas là aujourd’hui. Et surtout, quoi que nous puissions faire sur les autres sujets, nous échouerons si nous sommes trop nombreux.

                      N’oublions pas non plus que beaucoup de gens pauvres sur Terre ne rêvent que de consommer plus, peut-on le leur refuser ? Il n’y a qu’une façon de satisfaire ce besoin : être moins nombreux et affecter l’essentiel de l’aide au développement à la planification familiale.

                      Quant à la question du bonheur, je renvoie à l’ouvrage coordonné par Michel Sourrouille : « Moins nombreux plus heureux », qui montre combien cette question de nos effectifs est au cœur de la problématique écologique et même sociale.

                      Bravo enfin à Monsieur Daniel Martin pour cet article très complet.


                      • AlbertGam AlbertGam 17 décembre 2015 01:45

                        @Didier Barthès
                        « Bien au contraire, c’est quand un problème présente de l’inertie qu’il faut agir le plus vite possible. »

                        Oui, mais l’inertie c’est un principe qui est intellectuellement bien trop élevé pour les politiciens. Ils sont déjà eux mêmes bien trop inertes pour faire l’effort de l’intégrer dans leur esprits pour ensuite l’intégrer dans leurs projections.

                        On ne leur apprend pas ces notions à l’ENA. C’est pas au programme. Et comme ils passent tous par là...

                        Je vous laisse imaginer le cerveau de Hollande (le président le plus inerte de l’histoire de la cinquième république) commencer à visualiser dans ses neurones endormies l’effet de l’inertie sur la projection des courbes démographiques à moyen terme... il va nous faire un AVC !


                      • AlbertGam AlbertGam 17 décembre 2015 01:11

                        Mon avis sur tout cela est exactement le même que celui d’Yves Paccalet : l’humanité disparaîtra, bon débarras.

                        L’humanité n’a apporté que désastres à la planète.

                        Elle se condamne à disparaître dans quelques siècles au plus tard. C’est la seule espèce qui en 560 millions d’années aura réussi le coup extraordinaire d’organiser son propre suicide. Il n’en restera plus que quelques tribus ça et là, 99,9% de la population humaine ayant disparu par les guerres pour l’eau, les terres et les ressources, par les maladies tropicales généralisées à la planète, par les dictatures oppressantes pour les peuples, par la sauvagerie des conquêtes religieuses, et par la connerie des bien-pensants qui persisteront à maintenir leur attitude de Pangloss.

                        L’espèce humaine retrouvera alors le statut qu’elle n’aurait peut-être jamais du quitter : un grand singe parmi les grands singes, rien de plus. De toutes façons les ressources étant épuisées (et les finances n’ayant jamais été suffisantes pour en trouver sur la Lune) la technologie n’existera plus, donc ça rend les choses encore plus inexorables : en raison de la croissance exponentielle du pillage de la planète... réchauffement climatique ou pas, l’humanité vit désormais ses derniers siècles. Elle est condamnée à disparaître. Par son propre suicide, le summum de sa connerie.

                        La vie végétale et animale continuera. Profondément bouleversée, avec une biodiversité très gravement affectée pendant quelques dizaines ou centaines de milliers d’années, mais comme lors des cinq précédentes extinctions elle se remettra, très, très lentement comme à chaque fois mais elle se remettra.

                        L’espèce humaine, elle, aura définitivement disparu. Et c’est tant mieux.

                        Il reste à souhaiter qu’elle ne soit pas remplacée un jour sur Terre par une autre espèce aussi désastreuse. Mais là par contre... je suis optimiste, je pense qu’il sera impossible de faire pire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès