Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Coup de colère de Servier contre Le Monde dans l’affaire du (...)

Coup de colère de Servier contre Le Monde dans l’affaire du Mediator

Coup de tonnerre sur les ondes. Lucy Vincent, la porte-parole officielle de Servier a levé la voix sur le plateau de BFM TV contre le journal Le Monde, dénonçant des pratiques pour le moins « limites » du quotidien.


Le scoop

Dans son article à la Une du Monde du 12 mai, Paul Benkimoun a révélé un « scoop » qui s’est ensuite propagé à toute allure dans la presse. Des documents internes de Servier datant de 1993 montrent que « Servier savait depuis 1995 ! »

« Le laboratoire Servier ne pouvait donc ignorer, au moins depuis 1995, que le Mediator pouvait être suspecté de produire lui aussi des effets secondaires graves. »

Effectivement, de telles révélations entraient en totale contradiction avec les dires de la firme et mettaient à mal sa défense.

Oui mais...

Selon Lucy Vincent, le document interne que s'est procuré le Monde montre simplement que Servier savait que le Mediator était métabolisé en norfenfluramine, un composé qui ne sera identifié comme toxique que plusieurs années plus tard.

Rien d’autre.

Le scoop du Monde tombe à plat lorsque Lucy Vincent explique que ces données étaient publiques depuis ... 1971. Un scoop sur des données publiques de 40 ans !


Et c'est ensuite toute la presse qui a repris en coeur, sans la moindre vérification, les dires du Monde.

Puis la classe politique et les avocats...

Des éléments qui accréditent l'accusation de " tromperie " pour le député socialiste Gérard Bapt comme pour l'avocat de victimes, Me Charles-Joseph Oudin.

Un article trop court

Plus grave, le journaliste explique certes que le Centre régional de pharmacovigilance de Besançon a été chargé en 1995 et 1998 par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) d'instruire le dossier Mediator mais omet de signaler sa conclusion : pas de problème identifié avec le Mediator.

Pourquoi une telle omission ? Aux dires mêmes de l’auteur de l’article (voir vidéo) :... par manque de place !

Par manque de place...

Du grand journalisme !

Les aveux d'Irène Frachon

Lucy Vincent lit ensuite à haute voix une publication signée d’Irène Frachon, la pneumologue de Brest qui a attiré l’attention sur les dangers du Mediator et qui a dénoncé le comportement de Servier. Dans cette publication scientifique, Irène Frachon affirme en mars 2009 qu’à ce jour, contrairement à Isoméride et Pondéral, le Mediator n'a pas été associé à la survenue d'effets secondaires cardiaques plus fréquents.

"In contrast to fenfluramine and dexfenfluramine, to date, benfluorex has not been reported to be associated with frequent cardiovascular side-effects."

En d'autres termes, nous apprenons que celle par qui le scandale du Mediator est arrivé et qui reproche à Servier d'avoir commercialisé en toute connaissance de cause pendant plus de 30 ans un produit dangereux, a signé un article scientifique dans une publication internationale (certes en anglais) dans lequel elle reconnait clairement que jusqu'en 2009, le Mediator n'a pas été associé à la survenue d'effets cardiaques plus fréquents !

Il était là le scoop !

La publication originale est disponible ici.

Fenfluramine-like cardiovascular side-effects of benfluorex.
Boutet K, Frachon I, Jobic Y, Gut-Gobert C, Leroyer C, Carlhant-Kowalski D, Sitbon O, Simonneau G, Humbert M.
Eur Respir J. 2009 Mar ;33(3):684-8.

Sensationnalisme, omissions douteuses, des méthodes inhabituelles pour un grand quotidien comme Le Monde.

Quelle sera la réponse du quotidien face à ces accusations étayées ? Attaquera-t-il Servier pour diffamation, publiera-t-il un correctif ou enterrera-t-il l'affaire ?

La reprise tel quel de ces données, sans vérification, par les autres journaux sème un doute sur leur objectivité dans cette affaire qui mérite pourtant d’être traitée avec plus de sérieux.



Sur le même thème

Servier a-t-il changé de tactique ?
Le naufrage de Roger Penrose, et de Stuart Hameroff en incompétence cognitivo-quantique
La task force sanitaire belge instrument des lobbies pharmaceutiques
€uro : le vol du bon sens
Lettre ouverte au professeur Goudeau


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par cybitnap (---.---.---.228) 19 mai 2011 14:46
    cybitnap

    Les médias ont perdus beaucoup de leur crédibilité depuis une dizaine d’années. Complaisance voire consanguinité avec les politiques de gauche, absence d’ethique, manque d’indépendance, incompétence voire désinformation volontaire... je pense que la côte des journalistes et des médias est bien plus basse que celle des politiciens.

  • Par Clojea (---.---.---.214) 19 mai 2011 14:53
    Clojea

    Servier, légion d’honneur en 2009. Le médiator était déjà connu pour sa toxicité. Cherchez l’erreur.....

  • Par LeManu (---.---.---.254) 19 mai 2011 17:32
    Emmanuel Aguéra

    En taule Servier.

  • Par Cobailla (---.---.---.222) 19 mai 2011 20:35

    Hallucinant ! Bravo Le Monde ! La classe !

    Des mois qu’on nous bassine avec cette histoire ! Encore un scandale créé de toute pièce comme la vache folle qui a tué 15 personnes à tout casser en France après une hystérie collective qui a duré des mois voire des années !

    Le Monde ferait mieux de recruter des vrais journalistes !

  • Par Barbara (---.---.---.146) 19 mai 2011 21:11

    Honteux ! Si les journalistes ont besoin de gruger des articles pour entretenir le scandale où allons-nous ?

  • Par COVADONGA722 (---.---.---.137) 20 mai 2011 08:10
    COVADONGA722

    c’est rigolo , les deux défenseur du pharma sont inscrit du jour et un seul commentaire
    uniquement pour cet article

    des visiteurs medicaux en service ?????

    • Par cameleon29 (---.---.---.69) 20 mai 2011 08:30
      cameleon29

      La honte sur les labos !!
      lamentable comme d’habitude, j’ai connu des visiteurs médicaux et à les entendre parler, c’est pas un boulot facile......
      séminaire ici ou là mais toujours avec le bon choix de l’endroit (sport d’hiver, Antilles, etc...)
      des primes à faire pâlir n’importe quels ouvriers et des cadeaux en pagaille pour les bons médecins qui joueront le jeu......
      Trop puissant pour etre attaqués sur le fond, il ne reste que le feu pour les anéantir......
      mais si avant ils pouvaient nous sortir un p’tit médoc anti-FUKUSHIMA ......
      Bande de RATS !!

    • Par le poulpe entartré (---.---.---.60) 20 mai 2011 09:45

      C’est pas possible ! Des centaines de morts à leur passif et ils trouvent le moyen de la ramener.
      Ils devraient être exilés à perpète au bagne de Cayenne ou à Guantanamo dans ce dernier camp de concentration construit ou mieux encore aux travaux forcés à Fukushima sur le site de la centrale nucléaire. Là, ils pourraient servir à quelque chose.

  • Par The jester (---.---.---.42) 20 mai 2011 10:05

    Ce qui est avéré c’est que le médiator a fait 37 (ou 27) mort ! il fautdrait que je retrouve l’article publier dans « Le Temps », les autres chiffres sont des extrapolation et rien d’autre pour l’instant.

    le problème aujourd’hui et ce papier en traite, c’est que les média français raconte ce qu’ils veulent et omettent beaucoup de chose.

    Sur votre commentaire, comment pouvez vous dire que c’est avéré, donc vrai, en donnant une fourchette aussi large ? Qu’est qui est vrai ? 500 ou 2000 ?

  • Par nilasse (---.---.---.146) 20 mai 2011 10:13
    nilasse

    étrange que des documents de 1993 démontrent que servier savait depuis 1995. n’y a t il pas une erreur sur les dates ?

  • Par spartacus (---.---.---.175) 20 mai 2011 10:54
    spartacus le vrai pas l'autres !!!

    En tout cas il savait qu’il empoisonné en toute impunité, ayant corrompu tous les ministres de la santé qui se sont succédés....
    Donc que les journalistes fassent leur boulot ou pas on , s’en tape, ils y a longtemps qu’ils sont tous inféodés au système !!!
    Vu qu’il n’y en a pas un qui à les ’cojones" de dénocer l’omerta sur fukushima.
    Ils sont de simple gentils chien chien attendant la gamelle AFP !!!

  • Par noemie (---.---.---.224) 20 mai 2011 19:38

    @Antidote Europe

    Servier ? Big Pharma ? Il vaudrait mieux d’instruire un petit peu au lieu de raconter des conneries ! Déjà de 1 : Servier n’est pas côté en bourse, ce n’est donc pas une maison financière et le but n’est par conséquent pas la maximisation du profit au bénéfice des petits actionnaires ! Devant les bureaux, il n’y a AUCUN logo Servier, c’est une entreprise très très discrète ( la preuve je suis sûre que tu ne la connaissais pas avant le scandale, n’est-ce pas ?)
    Deuxièmement, le Médiator représentait 0,9% du chiffre d’affaire total de Servier, ce qui n’est rien du tout ! Alors tous ceux qui disent que Servier cherchait absolument à cacher la dangerosité du Médiator pour ce faire un max de tunes, c’est encore n’importe quoi vu le pourcentage !
     
    Vous ne vous posez pas un petit peu des questions du style « bah pourquoi les médias ne dénoncent pas GlaxoSmithKline ou Sanofi-Aventis, qui ont distribué des vaccins qui ont tué des milliers de personnes ? c’est bizarre ! » Et bien, ces entreprises mes chers amis sont des entreprises cotées en bourse, donc bien-sûr qui oserait leur faire du mal ? Servier est une entreprise qui se débrouillait très bien, elle avait un effectif 4 à 5 fois inférieur aux big pharmas alors qu’elle avait un taux de croissance de 20%, bien au dessus des 7% du marché pharmaceutique mondial.

    Je vous parle en connaissance de causes puisque j’y ai effectué mon stage d’école de commerce, il y a quelques mois, et j’ai pu voir à quel point ont propoage de la désinformation !
    Alors vous qui dénoncez  le journalisme sensationnelle, vous êtes en plein dedans les amis !

    • Par le poulpe entartré (---.---.---.60) 21 mai 2011 08:29

      Trop comique la nonotte de service, de servier, bien servile.
      Elle entrave pas une brouette la pauvre fille. Une entreprise peut tout à fait être une financière (c’est à dire qu’elle détient des participations financières ou des titres de société, qui font d’elle un actionnaire minoritaire simple, ou avec possibilité de blocage, voir majoritaire sans elle même faire appel à un financement public. Autrement dit, sans être côté en bourse. 
      C’est d’ailleurs une caractéristique de cette boite dont il faudrait plutôt parler en terme de nébuleuse, tellement cette dernière est tentaculaire. C’est en quelque sorte, un cauchemar pour les gars de la consolidation. Argument bien tocard, nono, nous fait sa séance de spiritisme foireuse, en avançant comme preuve quoi ? Bien, sa certitude qu’antidote europe, ne connaissait pas cette boite. Elle se base sur quoi ? Sur rien, c’était juste pour bidonner, pour faire du vent.
      -
      De plus en plus défoncée, la voici qui établie une corrélation entre le chiffre d’affaire (notion financière) et la dangerosité du produit (notion sanitaire). C’est comme si l’on affirmait que les paquets de mort aux rats que vend le bhv par exemple ne sont pas dangereux parce que cela représente 0,002% du CA du magasin de la rue de Rivoli. Et ça, ça sort soit disant d’une école de commerce ! Pas étonnant qu’avec des baratineuses pareilles la France soit nulle à l’export.
      -
      La truffe qui a dûe s’y coller pour faire l’article, s’illustre une fois de plus dans sa spécialité : la fabrication de flan. Ne dite pas ce que je fais, mes magouilles qui font du fric en pompant sur la masse financière de la sécurité sociale ; regardez plutôt les autres. Regardez ailleurs, laissez nous faire notre pognon tranquille sur votre dos. Regardez les Ricains ou le gros concurrent auquel on n’arrivera jamais à la cheville parce que eux ont de vrais chercheurs. On veut vendre du perlinpinpin à pas cher en terme de coût de fabrication pour faire le maximum de marge. Que ce soit en cachet, en crème, en suppositoire ou en seringue : on s’en fout, on veut vendre. La croissance ici, c’est comme ça que cela se créer : vendre une renault pour le prix d’une Mercédès. 
      -
      La France est mal barré avec des tâches complètement mystifiées qui croient réellement, c’est bien là le drame, aux bobards de la-boite-dans-laquelle-j’ai-fait-mon-stage-et-que-pour-me-faire-bien-voir-par-la-DRH-je-vais-défendre-l’image-de-l’entreprise-dans-laquelle-j’voudrais-bien-redevenir-esclave-parce-qu’y-a-pas-de-boulot-pour-moi-sauf-chez-monoprix-ou-lidl. 

    • Par Antical (---.---.---.18) 21 mai 2011 10:25

      Oups ! Désolé, j’ai fait « réagir à l’article » et non « à ce message »

    • Par noemie (---.---.---.109) 21 mai 2011 23:40

      @ poulpe entartré

      Tout d’abord je tenais à vous remercier de m’avoir traité de « pauvre fille », défoncée« , »baratineuse« , etc... Je dois vous dire que c’est très agréable de recevoir ce genre de »compliments« par internet, avec autant de lâcheté : auriez-vous fait de même si on était en face à face ? Je ne pense pas :) 

      Ensuite, permettez moi de vous reprendre sur certains points :

       »De plus en plus défoncée, la voici qui établie une corrélation entre le chiffre d’affaire (notion financière) et la dangerosité du produit (notion sanitaire). C’est comme si l’on affirmait que les paquets de mort aux rats que vend le bhv par exemple ne sont pas dangereux parce que cela représente 0,002% du CA du magasin de la rue de Rivoli. Et ça, ça sort soit disant d’une école de commerce ! Pas étonnant qu’avec des baratineuses pareilles la France soit nulle à l’export.« 

      Comme vous semblez n’avoir rien compris, je vous réexplique :
      On accuse SERVIER d’avoir su dès 1995 que le Médiator était dangereux, et que, du coup, SERVIER a tenté de dissimuler ce fait afin que cela n’entrave pas ses afflux financiers. Mais je disais que cette accusation n’avait pas de sens puisque ce médicament représente seulement 0,9% du CA (je rappelle que SERVIER vend seulement 18 médicaments, donc 0,9% pour 1 médicament, c’est rien !) ; et que par conséquent, si SERVIER voulait absolument dissimuler la dangerosité du médicament pour continuer à commercialiser le Médiator afin que cela n’ait pas de conséquences négatives sur le CA, pourquoi prendre ce risque (de continuer à le commercialiser), alors qu’il ne rapporte que 0,9% ?? Cela n’a rien à voir avec ce que vous avez dites, à savoir que comme le CA représenté par un produit n’étant pas élevé, celui-ci n’est par conséquent pas dangereux, mon cher.
      Alors, mieux comprendre ou toujours pas comprendre ?? Si toujours pas comprendre, peut-être que c’est vous qui devriez arrêter les drogues, ça vous aidera à être plus attentif :) 
       
      Et puis je dois vous avouer que le petit mot de la fin, le :  »[...] aux bobards de la-boite-dans-laquelle-j’ai-fait-mon-stage-et-que-pour-me-faire-bien-voir-par-la-DRH-je-vais-défendre-l’image-de-l’entreprise-dans-laquelle-j’voudrais-bien-redevenir-esclave-parce-qu’y-a-pas-de-boulot-pour-moi-sauf-chez-monoprix-ou-lidl. " m’a bien fait rire. Juste un petit conseil : évitez de raconter n’importe quoi sur les gens que vous ne connaissez pas, parce que sincèrement ça fait vraiment pitié de vous lire, avec ce genre de commentaire aussi simpliste (travailler chez monoprix ou lidl parce qu’il n’y pas d’autres boulot pour moi, pffff ... tellement facile... !). 





  • Par Antical (---.---.---.18) 21 mai 2011 10:23

    Je te remercie très cher poulpe pour cette prose. Laissons de côté 5 minutes hargne, colère, acidité, rancoeur, etc. Je découvre cet article un peu par hasard et je souhaite y répondre.

    Je suis salarié de Servier !

    Je vous vois tous déjà prêts à me lyncher, mais avec ce qu’on s’est pris dans la tête ces derniers mois par la presse, je ne suis plus à ça près.

    Concernant la remarque sur les chiffres, je t’invite à regarder l’audition du Professeur Acar à l’assemblée nationale et essayer d’y porter un jugement objectif. Je ne dis pas qu’il a raison, j’avoue que je n’en sais rien. Cette audition a le mérite d’être contradictoire, or le débat a brillé par son absence depuis le début de cette affaire. La science, c’est un débat permanent. La personne qui a fait cette remarque sur la vache folle a usé d’un ton provocateur déplacé dans cette affaire néanmoins il est vrai que les statisticiens nous prédisaient des dizaines de milliers de décès et qu’en pratique il n’y a eu que quelques morts. Peu importe, là n’est pas le débat.

    Je t’accorde que notre communication de crise a été catastrophique.

    Néanmoins, je ne me sens pas l’âme d’un criminel. Je bosse proprement, j’ai une éthique car je suis conscient que les médicaments que nous concevons sont destinés à soigner des gens qui souffrent vraiment et pour ça je te garantis que mes collègues et moi-mêmes ne cherchons pas à cacher des choses pour se faire du pognon. Je ne subis aucune pression de ma hiérarchie là dessus. On ne sort pas un produit qui est dangereux. Point. On bosse dans la pharmacie, c’est une profession difficile, pleine d’incertitudes et de responsabilités.

    Si je travaille dans ce secteur, c’est pour apporter ma pierre à l’édifice pour améliorer la santé des gens. Etre traité de criminel est lâche et insupportable. Qu’on vienne me le dire en face !

    Cette affaire a pris des proportions médiatico-politiques qui lui ont retiré tout caractère rationnel. J’ai beaucoup apprécié l’interview de Lucy Vincent car je m’y reconnais. Elle a fait sortir la colère que nous avons tous en nous. Nous nous prenons insulte sur insulte sans pouvoir répondre et ça c’est injuste !

    Ce que cet article dénonce, c’est une prise de position de la presse et de la politique en s’asseyant sur notre présomption d’innocence.

    Cette prise de position est d’autant plus insupportable que les journalistes se comportent de manière malhonnête vis à vis des informations qu’ils ont entre leurs mains. (le texte ci-dessus en donne un bon échantillon)

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas réservé à DSK le même sort. Tout le monde hurle au complot, personne ne s’indigne de ce qu’un homme politique de premier plan est inculpé de tentative de viol. On jubile à l’idée de trouver dans la vie de la victime des éléments pouvant la discréditer et faire sortir le bon DSK. A nouveau, en ce qui concerne cet exemple, je ne sais pas s’il est coupable et je m’en fiche. Mais quelle différence de traitement médiatique !

    Or l’affaire Mediator est une affaire très complexe. Beaucoup plus complexe que ce que les attaques médiatiques simplistes laissent entendre. Les médias ont fait de cette affaire un véritable film américain. Une firme puissante dirigée par un vieillard riche et sans coeur, avec des gens en costume, une femme lanceur d’alerte qui sauve le monde, des gentils hommes politiques, des méchants. N’est-ce pas un peu caricatural ça ? C’est très bien comme série sur M6 mais la vie est plus nuancée que ça et les enjeux de l’affaire Mediator sont autrement plus compliqués.

    A titre personnel, l’épreuve dans laquelle je me suis retrouvé professionnellement m’a fait mûrir. Si la presse est aussi incompétente et malhonnête pour rapporter les autres évènements (Kadhafi, Fukushima, vache folle, DSK, etc...), alors on est mal barrés !

    Je plains les employés des autres firmes qui se sont fait malmenées jusqu’ici. J’étais le premier à cracher sur certaines entreprises présentées comme des boîtes sataniques, je vais ravaler ma salive et essayer de me documenter davantage avant de critiquer.

    Pour l’affaire du Monde, dommage que les journalistes n’aient pas de comptes à rendre... Ce qu’a fait M. Benkimoun porte atteinte à l’honneur de sa profession.

    Fin de ma prose, vous allez pouvoir lâcher les insultes. Merci de m’avoir lu.

    PS : et non je ne travaille pas pour la direction de la com’ ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gilbert


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires