• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Demain une loi Hadopi pour les livres ?

Demain une loi Hadopi pour les livres ?

Nos députés ont fait un formidable travail de protection des droits d’auteur en votant cette loi, salués en cela par une poignée de grands artistes, mais ils doivent aller plus loin et mettre fin à un scandale qui concerne un domaine trop souvent négligé, occulté par les lumières du star-sytème et du showbizness : les livres.

 
Notre président a commencé à prendre la mesure du problème, puisqu’il a annoncé sa volonté de protéger les manuels scolaires et les droits des éditeurs :
 
« Nicolas Sarkozy a annoncé son souhait d’organiser dans les mois à venir des États généraux de la création qui traiteront notamment du problème "de la reproduction en très grandes quantités d’oeuvres par l’Éducation nationale". Signe que pour le chef de l’État, l’éducation doit être au service des auteurs, et non l’inverse. »
 
Mais on espère qu’il s’attaquera avec son énergie habituelle à un scandale vieux de plus d’un siècle dans le domaine des livres, un pernicieux système de licence globale que l’on appelle « abonnement annuel à la bibliothèque municipale », et qui concerne également les bibliothèques universitaires. Selon nos sources, une nouvelle loi est en préparation dans le plus grand secret, un Hadopi spécial livres.
 
Pour une somme dérisoire, ce sont des centaines de milliers de gens qui lisent des romans gratuitement, autant de droits d’auteur en moins pour les écrivains !
 
Sans aller jusqu’à dire que les vedettes du showbiz se dorent la pilule sous les feux de la rampe... disons qu’il paraissent souvent mieux lotis que les travailleurs de la plume, exception faite des gros vendeurs.
 
Il est temps de combattre ces inégalités injustifiées entre différentes catégories d’artistes ! La protection contre le piratage ne doit pas s’appliquer seulement à l’audiovisuel, musique, chansons, séries et films, car la situation est grave : je peux personnellement témoigner que j’ai vu des enfants de 7 ans emporter un livre à la maison (parfois trois à la fois), sans avoir déboursé un seul euro !
 
Pire : leur geste criminel est approuvé par leurs parents, attendris par un goût de la culture se manifestant chez leur progéniture de façon assez inattendue, quand il ne s’agit que d’une vocation de délinquant ou de l’attrait malsain de l’interdit.
 
Et l’argument selon lequel les gros lecteurs de bibliothèques seraient aussi les gros acheteurs de livres est fallacieux : où sont les études scientifiques qui le prouvent ? 
Les faits sont têtus : un livre lu quasiment gratuitement est un manque à gagner pour les artistes, et rappelons, comme l’a fait Pierre Arditi à juste titre, que Laurel et Hardy ont fini dans la misère, alors que leur oeuvre est immortelle. 
 
Quelle société fabriquons-nous en incitant nos enfants à lire des livres sans les payer ? Les bibliothèques municipales sont des foyers d’anarchie, des écoles du crime où l’on apprend le piratage des oeuvres et le mépris de l’artiste. Et nos écoles primaires sont complices, qui partout en France amènent quasiment chaque semaine les enfants du primaire dans ces lieux où sont probablement nées de nombreuses vocations de pirates informatiques, ceux-là même contre lesquels lutte la loi Hadopi. 
 
Hadopi ne suffit pas. Il faut s’attaquer aux racines du mal : fermons toutes les bibliothèques et médiathèques de France ! 
 
Espérons que nos députés s’attaqueront aussi au scandale du prêt de livre entre copains, le pair à pair (peer to peer), dont le principe est très simple : un consommateur qui a acheté un livre le prête à un autre pour qu’il le lise gratuitement, sans rémunérer l’auteur ! 
On estime le manque à gagner pour les écrivains à des millions d’euros... 
 
Selon nos sources, les options techniques retenues seraient l’insertion dans chaque livre électronique (e-book) d’un logiciel qui liste et transmette nos lectures à une Haute autorité et, pour les livres papier à l’ancienne mode, une puce électronique incrustée dans la reliure, couplée à un GPS pour tracer le prêt de livres.
 
Le gouvernement, pour couper court aux critiques sur une menace aux libertés fondamentales, a bien précisé, dans son avant-projet, que chacun gardera le droit inaliénable et imprescriptible de lire et relire un livre acheté légalement, et ce, pour un nombre illimité de relectures.
 
Les grands groupes de presse se sont montrés très intéressés par ce projet. Ils envisagent de lutter contre la lecture illégale des journaux et magazines en utilisant une encre biodégradable qui s’autodétruit au bout de 24 heures (pour les quotidiens) et d’une semaine (pour les hebdomadaires).
 
Ainsi, le talent des journalistes, eux aussi artistes de la plume, sera-t-il davantage respecté lorsque la lecture illicite des journaux sera contrecarrée. Un SDF, par exemple, ne pourra plus lire gratuitement le journal sur lequel il dort, mais l’usage de celui-ci comme isolant thermique sera toujours possible, c’est une situation gagnant-gagnant.
 
Lorsque la future loi aura été appliquée et les bibliothèques fermées, le problème se posera de savoir quoi faire de ces millions d’ouvrages : les vendre à la tonne, au poids du papier ? Pas rentable. Les brûler ? Certains n’hésiteraient pas à évoquer Fahrenheit 451, le roman de Ray Bradbury (superbement adapté au cinéma par Truffaut). Les donner ? Indigne d’un gouvernement libéral et contraire aux intérêts des auteurs. Le plus rationnel sera d’organiser une gigantesque vente publique de ces millions de livres d’occasion qui auront été si souvent lus illégalement.
 
Enfin ces livres orphelins trouveront leur destin, leur légitime propriétaire, celui qui aura seul le droit de les chérir, de les lire et les relire en toute légalité. (Le prêt intrafamilial sera probablement autorisé).
 
Dans son combat pour la fermeture de toutes les bibliothèques municipales, en faveur de la culture pour tous dans le respect des écrivains, le gouvernement espère l’appui du Nouvel observateur et de Denis Olivennes, président de son directoire, ancien dirigeant du groupe Fnac et inspirateur de la loi Hadopi par le rapport qui porte son nom. 
 
Une société juste est une société où les droits de chacun sont calculés au plus juste. 
 
 
(Pour aller plus loin dans la déconnade, un texte humoristique anonyme venu de Russie
 sur la question des droits d’auteur, à la sauce futuriste orwellienne)

Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • David Meyers 15 mai 2009 09:50

    J’approuve de tous mes voeux cet article clairvoyant.

    Mais qu’attend donc, en outre, notre Double Camembert (« Lepetit Président ») pour s’attaquer à ce scandale qu’es le piratage des mots ?

    Ainsi donc, à chaque fois que nous parlons, ou écrivons, nous piratons honteusement ces mêmes mots écrits auparavant sur les livres édités et diffusés. Vous n’iriez pas arracher un bout de page dans un livre dans un magasin pour vous emparer d’un mot imprimé sur une feuille ? Et bien parler c’est pareil ! Dites NON au piratage verbal.

    Que fait donc Madame Albanel pour faire cesser cette perfidie ?

    L’air ne doit pas être une zone de non droit !!!

    Il faut vous réveiller Madame le Ministre de la Culture.

    Point besoin de « licence globale » à payer pour avoir le droit de parler ou d’écrire. Impossible non plus de télécharger (à 0.99E) un mot dont on aurait besoin.

    Tous ceux qui oseront désormais parler, on leur coupera ... quoi ? mais la langue bien entendu, comme au bon vieux temps où on racourcissais le tégument bavard des menteurs.

    Quant à nos députés, pour respecter la loi, il n’auront plus besoin de parlementer oralement. Il auront juste à appuyer au choix sur un seul bouton « OUI ». Nos juges n’auront plus à diriger des débats muets. Ils prendront leur décision en toute indépendance en pressant, à leur gré, un seul bouton : « Condamné(e) ».

    Ca c’est de la réforme.


    • skirlet 15 mai 2009 09:55

      Que fait donc Madame Albanel pour faire cesser cette perfidie ?

      Elle pirate elle-même la tournure « anéfé » smiley

      http://www.dailymotion.com/video/x8umvo_hadopi-anefe-anefe-christine-albane_news


    • David Meyers 15 mai 2009 10:20

      anéfé je viens de voir la vidéo anéfé

      et anéfé j’instaure l’embargo contre les CD DVD BlueRay et autres


    • L'enfoiré L’enfoiré 15 mai 2009 12:38

      Faites gaffe David, Le châtiment, c’est la langue coupée. Sus aux pirates ? Flibustiers, s’abstenir. Corsaires, c’est bon pour la patrie. 


    • l'argentin l’argentin 15 mai 2009 21:40

      Je lance un appel à toutes les personnes qui veulent lutter contre l’ obscurantisme : le samedi 23 mai doit être diffusé un épisode inédit de « j’irai dormir chez vous » en Iran sur france 5 à 15h55. Il faut envoyer un maximum d’emails à la chaîne pour les prévenir que nous attendons cette émission et qu’il ne faut pas nous refaire le coup du 2 mai ou l’émission inédite sur le Mexique a été annulé sans aucunes explications. J’ai bien peur qu’ils annulent la diffusion alors SVP mobilisez-vous car cette émission est un bon support pour montrer au plus grand nombre une réalité concrète et loin de la manipulation médiatique (sauf quant on annule). Merci d’avance pour votre compréhension et désolé d’avoir pollué les commentaires.
      Pour contacter France 5, ça se passe ici :
      http://relations.france5.fr/contact/form1_medprog.php?chaine=france5


    • Cbx Cbx 15 mai 2009 09:56

      Très bon article smiley ! Ca fait du bien de rigoler un peu vu le climat politique actuel.

      Surtout quand on voit que maintenant que l’Hadopi est passée, les ayants droits réclament en plus une taxe sur les revenus des FAI. Comme prévu, ils vont maintenant tenter de mettre en place une espèce de license globale, sans pour autant donner le droit de télécharger librement, et dont les revenus profiteront aux intermédiaires au lieu de profiter aux artistes.

      Dans mon précédent article j’ai tenté d’expliquer pourquoi les artistes avaient tout intérêt à prendre le virage du numérique avant les majors et à prendre leur indépendance. Ils ont préféré soutenir Hadopi, tant pi pour eux (et pour nous qui allons encore payer des taxes sans aucune contrepartie).


      • plancherDesVaches 15 mai 2009 18:45

        Hhmmm.......... Rire : Vous avez de la chance.

        Indiquez-nous un ou des liens vers des livres ou de la musique (classique, soit PAS en basse qualité MP3 merdeuse) d’auteurs dont les œuvres sont tombées dans le domaine public.

        Depuis le début du règne sarkosien, les droits d’auteurs sont passés de 50 à 90 ans, d’ailleurs.

        Et je n’aborde pas les publications scientifiques qui sont de véritables PRISES EN OTAGE, je deviendrais grossier.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 mai 2009 20:29

        @ Cbx : Bravo à l’auteur pour cette pièce d’humour décapant et à vous del,avoir si bien soulignée. Je suis inquiet, toutefois de ne pas voir indiqué le chemin de l’ascenseur vers le deuxième niveau. Ne craignez vous pas que certains se perdent ? 


        Si tout va bien, on publiera aussi sur ce site l’article que j’envoie aujourd’hui sur ce thème Hadopi. Sinon, on le trouvera sur mon site avec le dernier article qu AGV m’a refusé et qui ne valu ailleurs que des compliments

        Pierre JC Allard

      • Krokodilo Krokodilo 16 mai 2009 22:16

        Cbx

        «  (et pour nous qui allons encore payer des taxes sans aucune contrepartie). »
        Ma foi, les Français semblent contents de financer une télévision en anglais, grossièrement maquillée en plurilingue, sans même pouvoir la regarder... Ca s’appelle French 24 je crois, quelque chose comme ça.

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 mai 2009 15:17

        L’article maudit sur Hadopi est là. Entrera-t-il au paradis AGV ?



        Pierre JC Allard

      • Flo Flo 15 mai 2009 09:57

        Il n’est pas impossible que nous allions jusqu’à descendre aussi loin dans l’exploration du caniveau... la guilde monacale des scribes a gagné son procès contre Gutemberg, interdisant de ce fait l’utilisation de la presse à imprimer.
        Qui sont les gens qui s’en félicitent ? Si l’on fait abstraction des porcs de l’industrie du disque, qui vont avoir là l’occasion de faire enfler un peu plus une panse déjà outrageusement rebondie, et des totalitaristes qui voient là l’opportunité de fliquer un peu plus la population, quel genre d’imbécile indécrottable peut encore croire qu’hadopi est une loi juste et efficace ?
        Que les partisans de la droite s’expliquent sur le sujet. Qu’ils sortent de leur trou pour nous expliquer les raisons de leur soutien à ce régime indigne de la France. Qu’ils nous expliquent comment ils comptent assumer les conséquences de leurs crimes à l’heure des comptes.


        • argane009 argane009 16 mai 2009 19:12

          Ah je t’adore Flo
          je n’aurai pas l’exprimer aussi bien que toi, mais je t’approuve a cent pour cent

          bravo


        • skirlet 15 mai 2009 09:58

          Tout compte fait, rien de nouveau : la loi Hadopi est vieille de 2 000 ans...

          http://www.russievirtuelle.com/textes/jesus.htm


          • chmoll chmoll 15 mai 2009 10:06

            pourkoi pas une loi contre la désinformation ? c du piratage de l’infos

            alors là y auras plus un medias dans s’pays, a part les quotidien,s de pronos sportifs ect ect

            pis l’sarko voudrais pas, pas touche a mes jouets

            ah si il en resterait un ,l’canard enchainé


            • Webes Webes 15 mai 2009 10:15

              « pourkoi pas une loi contre la désinformation »

              Il n y en a pas besoin Smoll !!!! 
              Regarde un mec du gouvernement va a FTelecom et le systeme se regule tout seul.
              http://fr.news.yahoo.com/16/20090514/ttc-suppression-des-posts-sur-l-hadopi-l-c2f7783.html

              Une loi.......PPfffff cette manie Fr de toujours faire complique quand on peux faire simple ! 


            • Stéphane Bouleaux 15 mai 2009 10:15

              Excellent article !

              Nul doute d’ailleurs que les « mediatheques » vont bientot fermer, tant elles permettent à chacun de se cultiver et de decouvrir des disques à très faible prix...

              Et ca s’appele le ministere de la culture ... LOL 

              On devrait plutot ecrire « le ministere du bizness unique ».


              • ZEN ZEN 15 mai 2009 10:18

                Excellent, Kroko !
                Comme toi, sans doute, je suis un pirate déclaré, un rat destructeur de livres......

                Pour en revenir à Hadopi, un petit éclairage supplémentaire pour ceux qui n’ont pas suivi :

                Nicolas Sarkozy ( lors du Web 3.0, avait commencé son discours [en décembre 2006 ] en disant « je ne suis pas un grand familier du monde de l’Internet  ».

                « Donner un signal fort »
                , c’est la volonté exprimé par les producteurs de disque et de DVD pour faire adopter la loi Hadopi. Les ayants droit se gardent bien de donner des objectifs clairs. Car nul sait si la riposte graduée va ramener les loulous à la maison et surtout à l’achat. M’enfin, plus qu’un signal, c’est tout un arsenal qui est mis en place, une véritable usine à gaz comme le démontre ce beau schéma copyright de la Quadrature du Net, signataire avec l’UFC-Que choisir:lettre ouverte aux parlementaires....«  (Bakchich)

                - »La Cnil avait émis un avis défavorable, ponctué de recommandations. Au rang desquelles le contrôle de l’autorité judiciaire dans le traitement des données des fournisseurs d’accès pour intercepter les pirates de l’internet. Un point qui ne posait aucun problème à la ministre de la Culture, Christine Albanel. Cette dernière avait estimé que le droit d’accès à internet n’était pas un droit fondamental." (Bakchich)


                • Kalki Kalki 15 mai 2009 10:29

                  Une action engendre une contre réaction :

                  Les pirates vont se tourner vers les réseaux cryptés et sécurisés.


                • Kalki Kalki 15 mai 2009 10:26

                  C’est grâve ca sert à l’éducation du peuple : et un peuple intelligent c’est un peuple conscient : et le sarkozy et ses amis ils aiment pas ça, ça leur fou la trouille, tu imagine il pourrait voir les chaines qu’on leur amis et ils pourraient s’en retourner contre les maitres et le maître ( ’ meme si tout le monde ne peut pas mettre’ , comprend qui peut )

                  Déjà qu’il à fait reculer le domaine publique : et personne en à parlé , mais c’est pourtant un des fondement de la démocratie.


                  • paul muadhib 15 mai 2009 11:05

                    salut kalki, tout a fait, un peuple intelligent et c est la fin..l epoque est interessante, ou on transforme le plomb en or, or le plomb va fondre sous la chaleur atomisee des jolis champignons nucleaires, ainsi nicolas flamel parlait bien de transformation de l humain , et c est drole tous les arrivistes profiteurs ont vraiment cru que le plomb allait se transformer en or.....les cons ! ce qui me fait plaisir ,comme tu dis ils ont peur, on a les satisfactions qu on peut, leur gacher la vie ca fait plaisir.
                    salutations.


                  • Kalki Kalki 15 mai 2009 12:42

                     

                    @paul : je pense que la plus grande victoire ça serait une économie alternative aux niveaux économiques ( il en existe déjà en balbutiement, il faut les augmenter), et une démocratie directe au niveau politique.

                    @ Sylvain

                    désolé ma ptite sylvie j’ai bien peur que tu trompes grandement, je ne fais pas partie d’une idéologie et toi  ?

                    Tu dois avoir pour spécialité de mettre les gens dans les moules, et frites ! N’est pas gaucho celui va faire la chasse au gaucho non plus. Ca doit être tout un métier d’identifier et de mettre dans les cases, mais tu sais quoi ça se rapproche aussi des idées totalitaristes et donc d’une idéologie absolutiste. C’est bien beau d’être rebelle encore faut il accepter les convictions et les paroles d’autrui ( et au moins, les prendre pour des esprits capables de critique à priori, avant première lecture, c’est-à-dire sans appriori, sinon tu vaux pas mieu que tout ce que tu vient de citer, et d’autres pires ).

                    Ce qu’il y a avec les rebelles ( qu’ils soient d’ailleurs conservateurs, passéistes, révolutionnaires, apolitiques, gauchistes, progressistes, avant-gardistes ou tout simplement démocrates) c’est qu’ils ont tendance à aimer se foutrent sur la gueule les uns les autres, comme des lions ( ou des chattons « oh il est mignon le chatton »), à voir le mal partout, à être ’parano’ meme chez ceux qui désirent la même fin (" c’est pas moi, non c’est moi qui est plus ceci patati patata," ça fait pas avancer le schmilblick).

                    Désolé je t’ai surement pas fait le plaisir de te rendrer dedans comme tu le voudrais.

                    J’aime pas jouer au plus con, car la connerie n’a pas de fin, pas de limite , elle est infinie.

                    Tous mes encouragements pour le future, tu peux copier mon post sur ton blog, pardon ton skyblog.


                  • chlegoff 15 mai 2009 10:40

                    En plus il y a des anarchistes qui rédigent des manuels scolaires libres.


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 mai 2009 10:43

                      très bon article qui détend l’athmosphère.

                      Savez vous pourquoi les patrouilles de flics russes sont par trois ?
                      _ yen a un qui sait lire les papiers du présumé coupable, enfin de l’interpolé.
                      _ un qui sait écrire son nom et son adresse et son numéro de carte d’identiti.
                      _ et yen a un pour surveiller du coin de l’oeil ces deux dangereux intellectuels...

                      Mais savez vous pourquoi les patrouilles us sont par trois ?
                      _ yen a un qui ramène le noir au poste avec des menottes.
                      _ les deux autres y portent le poste stéréo...

                      Je ne sais plus qui a dit : « A force de ne plus rien trouver d’intéressant à lire, j’ai fini par écrire. »
                      Un autre a dit : « Tout a été écrit depuis la nuit des temps, mais comme personne ne comprend, il faut sans cesse retraduire indéfiniment... »

                      De toutes façons, « la culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale. »

                      De toutes façons la plus grande part de ce qui sort n’est que de la tentative de détournement de l’histoire à des fins méga-sionnistes et plus c’est bidon, plus ça mord ! conférez vous au da vinci bluff...25.OOO.OOO de ventes... !!!

                      Les vrais pamphlets dignes de ce nom sont obscurantés par la critique et disparaissent derrière des monceaux de cimetierres de mots à la une des prix lit-erratum. 


                      • goc goc 15 mai 2009 11:55

                        ya aussi :" la culture, c’est comme les parachutes, quand on n’en a pas, on s’ecrase !!!

                         smiley


                      • Fergus fergus 15 mai 2009 11:00

                        Excellent article, Krokodilo. Rien à ajouter.


                        • alberto alberto 15 mai 2009 11:01

                          Bravo Krokodilo !

                          J’ai lu le texte d’origine russe : pas triste non plus !

                          Mais que voulez-vous : le grand jeu du siècle est la chasse au pognon et tous les coups sont permis pourvu que l’on en gagne. Et l’exemple vient de haut...enfin si on peut appeler ça le haut !

                          Bien à vous

                          P.S. J’oubliais, j’ai aperçu des « travaux » hier autour de la BNF : ça sent pas bon ça...


                          • eugène wermelinger eugène wermelinger 15 mai 2009 11:10

                            Attention Kroko et les autres : une loi sur le persiflage pourrait aussi se mettre en place, et vous / nous sommes en ligne de mire. 


                            • Kalki Kalki 15 mai 2009 13:02

                              Ségolène : Pss, Pss , faites attention, je persiffle.
                              Le gourrou : Pardon ?
                              Ségolène : Pardonnez lui, il est sourd , c’est la branlette vous comprenez. Pardonnez aussi les impuissants, que le seigneur leur vienne en aide rapidement pour que dans l’érection depuis l’élection vienne l’éviction. Et qu’on me donne ma courrone de sainte bon sang, je fais pas tout ca pour rien, hép hép le conteur tourne, brave gens du peuple, il faut me payer.

                              la comparaison « livre » et autres informations avec nouvelle forme d’information numérique vaut le coup d’être faite pour être comprise.


                            • eugène wermelinger eugène wermelinger 15 mai 2009 13:11

                              Impayable le Kalki, on lui pardonne.


                            • Loic 15 mai 2009 11:11

                              Merci pour cet article plus que brillant !

                              Je ne peux m’empêcher de penser au discourt de V dans le film « V pour Vendetta » :

                              "Bonsoir, Londres. Et, tout d’abord, pardon pour cette interruption. Comme vous, j’aime le confort de la routine, la sécurité du familier et la tranquillité du répétitif. C’est bien naturel. Mais dans la tradition des commémorations : mort d’un grand homme, fin d’un conflit sanglant, fêtés par de sympathiques jours fériés, j’ai pensé marquer ce 5 novembre, jour hélas oublié, en prenant le temps de causer un brin.

                              D’aucuns veulent nous réduire au silence. A cette heure, on doit hurler au téléphone et voiturer des troupes. Pourquoi ? Si le bâton a remplacé la conversation, les mots conservent toute leur force. Les mots donnent sens au sens et, à qui écoute, l’énonciation de la vérité. Et la vérité, c’est que ce pays ne tourne pas rond, n’est-ce pas ? Cruauté, injustice, intolérance, oppression. Vous pouviez protester, penser, parler librement, et êtes à présent censurés, surveillés, contraints au conformisme et à la docilité.

                              Par quel malheur ? A qui la faute ? Les plus responsables, bien sûr, devront répondre de leurs actes, mais vraiment, si vous cherchez un coupable, regardez donc dans la glace.

                              Je vous comprends. Vous aviez peur. Il y avait de quoi. Guerre, terreur, maladie. Une myriade de problèmes a concouru à altérer votre raison et vous ôter tout bon sens. La peur vous a envahis et, paniqués, vous avez fait appel au Haut Chancelier Adam Sutler. Il vous a promis l’ordre, la paix. Et n’a demandé en échange que votre obéissance silencieuse. Ils y sont presque. J’ai voulu hier rompre ce silence en détruisant l’Old Bailey pour rappeler à ce pays ce qu’il a oublié. Il y a plus de 400 ans, un grand citoyen a souhaité graver dans notre mémoire la date du 5 novembre pour rappeler que droiture, justice et liberté sont plus que des mots. Ce sont des préceptes.« 

                              J’espère ne pas avoir trop de problème en citant un texte copyrighté... je suppose qu’un jour viendra, les dictionnaires des citations seront interdits.

                               »Les gens ne devraient pas avoir peur de leur gouvernement. Les gouvernements devraient avoir peur de leur peuple." Alan Moore


                              • LaEr LaEr 15 mai 2009 12:44

                                En fait, votre dernière citation serait de T.Jefferson.
                                Comme vous, je suis un grand fan de VpourVendetta, mais je ne peux que vous conseiller de lire la version bd, beaucoup plus complète que le film ;)
                                Par contre, ceci est de Moore :
                                Les sociétés autoritaires sont comme le patinage artistique : complexes, d’une précision mécanique parfaite, et par dessus tout précaires. Sous une fine couche de civilisation, le chaos guette... Lorsqu’elle sentira le chaos la talonner, l’autorité ourdira les plus viles intrigues pour préserver un semblant d’ordre... Mais un ordre sans justice, sans amour et sans liberté, ce qui ne pourra ralentir longtemps la descente de leur monde aux enfers.

                                 


                              • Loic 15 mai 2009 13:32

                                Merci LaEr !!!!!

                                Si cette citation vient de Thomas Jefferson, alors cette phrase prend encore plus de sens. Venant d’un des rédacteurs de ce texte :

                                "Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement, en le fondant sur les principes et en l’organisant en la forme qui lui paraîtront les plus propres à lui donner la sûreté et le bonheur.« 

                                Et merci une fois de plus pour le texte d’Alan Moore que je n’avais jamais lu. J’y reconnais presque la plume de Georges Orwell. J’adore cet auteur, pour  »From Hell«  et  »Watchmen«  qui ont beaucoup en commun avec »V pour Vendetta« . Ceci dit, j’aime beaucoup la vision des frères Wachowski, plus contemporaine et plus proche des Bush et Sarkozy que de madame Tatcher

                                Il y a une autre citation de T. Jefferson (je crois ^^ vous me corrigerez au cas ou) que je trouve bien à propos :  » Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une, ni l’autre et finit par perdre les deux."


                              • ASINUS 15 mai 2009 11:21

                                yep krokodilo yep

                                les peuples méritent ce qu ils veulent bien endurer de leurs dirigeants


                                • Alake Alake 15 mai 2009 11:28

                                  Sauf que vous auriez du vous renseigner concernant le prêt en bibliothèque :

                                  Il existe un organisme appelé la Sofia http://www.la-sofia.org/sofia/Adherents/site/Sofia/index.jsp qui est chargé de percevoir et de répartir le droit de prêt en bibliothèque.

                                  "Adopté à l’unanimité par le Sénat le 8 octobre 2002, le projet de loi relatif au droit de prêt vint ensuite en première lecture à l’Assemblée Nationale le 2 avril 2003. Et c’est ainsi que la loi française fut définitivement adoptée par le Parlement, le 18 juin 2003, loi relative à la rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs. Elle comporte ce second objet en raison d’un chapitre instituant le premier régime de retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs, qui n’en disposaient donc pas auparavant, les cotisations bénéficiant désormais d’un abondement d’un montant équivalent prélevé sur la rémunération au titre du prêt.« 

                                   »En vertu de l’article L.133-1 du Code de la propriété intellectuelle « lorsqu’une œuvre a fait l’objet d’un contrat d’édition en vue de sa publication et de sa diffusion sous forme de livre, l’auteur ne peut s’opposer au prêt d’exemplaires de cette édition par une bibliothèque accueillant du public ». Ce prêt ouvre droit à rémunération au profit de l’auteur »." Toutes les infos sur le droit de prêt

                                  Le prêt en bibliothèque permet aussi de payer 50% des cotisations des écrivains et traducteurs littéraires, l’autre moitié étant payé par l’auteur. Ceci leur permet d’avoir une retraite complémentaire correcte car la retraite de la sécu pour les écrivains et traducteurs littéraires n’est pas mirobolante.

                                  Concernant l’édition numérique, il serait bien que le ministère de la culture commence à se poser des questions et à essayer de trouver des réponses, histoire de ne pas nous pondre une autre loi vite faite et non réfléchie comme l’Hadopi... enfin on peut toujours rêver, les écrivains n’ayant pas la même visibilité que les grosses maisons de productions de disques et de films.


                                  • Alake Alake 15 mai 2009 11:32

                                    Le prêt en bibliothèque permet aussi de payer 50% des cotisations de la retraite complémentaire (IRCEC)

                                    J’ai oublié la moitié de la phrase smiley


                                  • Krokodilo Krokodilo 15 mai 2009 11:45

                                    Ah, enfin une critique, je commençais à prendre la grosse tête ! C’est très intéressant, et je reconnais que j’ignorais complètement l’existence de cette loi et de ce système. Je vais lire ça tranquillement. A priori, c’est donc bien un système de licence globale qui vient en complément de l’abonnement des particuliers.
                                    On a donc deux conceptions totalement opposées de la culture dans le même pays : licence globale cohabitant avec la vente pour les livres, afin de favoriser l’accès à la culture pour tous, et côté showbiz loi Hadopi qui tentera de protéger strictement les droits des artistes, et surtout des distributeurs.


                                  • Deneb Deneb 15 mai 2009 13:27

                                    « Hadopi qui tentera de protéger strictement les droits des artistes, et surtout des distributeurs. »

                                    Les distributeurs ont-ils des droits ? J’ignorais que les machines à thune pouvaient avoir des droits ?


                                  • Céline Ertalif Céline Ertalif 15 mai 2009 22:24

                                    Bravo à l’auteur pour cet article, et aussi à Alake pour son commentaire.

                                    Le résultat pratique, c’est surtout qu’une bibliothèque publique paie plus cher certains documents que le grand public. La licence légale n’est pas la licence globale...

                                    L’article L.133-3 prévoit que cette rémunération comprend deux parts :

                                    •  Les fournisseurs de livres (libraires), qui doivent limiter leurs remises aux bibliothèques à 9 pour cent maximum (au lieu d’une remise libre avant 2003), versent à Sofia au titre du droit de prêt 6 pour cent du prix public hors taxes des livres achetés par les bibliothèques de prêt ;
                                    • L’État verse une rémunération forfaitaire de 1,50 € par inscrit en bibliothèque publique et d’1€ par inscrit pour les bibliothèques universitaires (les usagers des bibliothèques scolaires n’entrent pas dans le calcul). La contribution de l’État est d’environ 11 millions d’euros par an.

                                    Il faut rapprocher cela aussi des gros placards rappelant l’interdiction du « photocopillage » dans les ouvrages scolaires. Il n’y a qu’une constante : le poids des lobbies. Krokodilo : vous êtes dans la dérision certes, cependant un peu plus dan la réalité que vous ne le pensiez.


                                  • Reinette Reinette 15 mai 2009 11:53



                                    UN autre Grenelle est annoncé

                                    Il a pour but de dire la vérité sur tous les autres grenelles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès