• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des milliers d’hologrammes pour protester contre le gouvernement (...)

Des milliers d’hologrammes pour protester contre le gouvernement espagnol

C'est une première mondiale : les plateformes citoyennes espagnoles ont organisé une manifestation d'hologrammes à Madrid pour protester contre la loi surnommée MORDAZA, soit la loi du "baillon" qui tente de limiter le droit de manifestation et d'expression.

Voici quelques images

Pourquoi cette manifestation ?

Parce qu'avec la nouvelle loi, qui contient de nombreux points, toute personne se manifestant sans autorisation devant le parlement espagnol s'exposera à une amende pouvant aller jusqu' à 30 000 euros. Et la question qui est donc posée est de savoir si les espagnols devront se transformer en hologrammes pour pouvoir se manifester en toute liberté ?

Cela fait des mois que les espagnols se mobilisent contre cette loi dite "de protection citoyenne" qui entrera en vigueur en Juillet prochain.

Le collectif organisateur "No somos delito" ( "Nous ne sommes pas un délit") dénonce d'autres points contestables de la loi comme l'interdiction de filmer les policiers, la possibilité de repousser les migrants illégaux de Ceuta et Melilla, et la réforme du Code Pénal.

Pour comprendre ce qui a poussé le gouvernement de droite de Mariano Rajoy à faire passer cette loi, seul et contre tous, grâce à sa majorité absolue au parlement, il y a 3 points essentiels :

1- Le nombre de plus en plus important de ce qu'on appelle ici les "scratchs" qui sont des manifestations de citoyens qui vont interpeller, en général de manière non-violente, certains responsables politiques ou bancaires là où ils se trouvent lors de leurs apparitions publiques ou près de chez eux. Ces groupements sont illégaux certes, mais témoignent également de la détérioration du climat social et de l'exaspération d'une partie de la citoyenneté laissée pour compte et qui n'arrive plus à se faire entendre.

2- Les milliers de délogements ordonnés sur la demande des banques de citoyens ne pouvant plus payer leur hypothèque engendrent des mouvements de solidarité des voisins de quartier qui rendent très difficiles les interventions policières de délogements des familles où il y a souvent des heurts. Encore une fois c'est la solidarité très forte entre citoyens espagnols que le gouvernement tente de criminaliser. Là on peut dire que Rajoy commet une grande erreur stratégique car il s'attaque à l' une des valeurs fondamentales de la société espagnole : la solidarité, dernier rempart pour les victimes de la crise... Même si certaines de ces manifestations sont illégales le coût politique de cette tentative de répression risque d'être très élevé.

3-La pression des migrants sur la frontière sud, et les dénonciations internationales contre l'Espagne qui a renvoyé parfois directement vers le Maroc les clandestins détenus sans les enregistrer préalablement (devolución en caliente... renvois à chaud, interdits par l' UE). Petit détail non-négligeable : c'est grâce à des images qui seront bientôt illégales grâce à la nouvelle loi qu'on sait que l'Espagne a enfreint certaines règles

 

On le voit, cette loi qui se veut de "protection des citoyens" protège surtout les représentants politiques DE LEURS citoyens... nuance de taille !!!

 

Je ne ferai pas de commentaires supplémentaires sur ce gouvernement qui, ne pouvant plus interdire les manifestations, tente de criminaliser certaines d'entre elles avec de fortes amendes. On peut imaginer que certains articles de cette loi tomberont devant le tribunal constitutionnel car ils enfreignent des droits fondamentaux du citoyen, mais pas tous. Les amendes ne seront pas décidées par des juges (qui sont les meilleurs garants du droit) mais par les policiers, et on imagine les difficultés du citoyen lambda qui voudra déposer un recours s'il s'estime victime d'une injustice criante (et en même temps le ministre de l'intérieur veut interdire aux citoyens d'utiliser leurs portables pour filmer les actions de la police ... tiens, tiens... on donne plus de pouvoir à la police tout en interdisant de la filmer... quand on sait le nombre de citoyens dont on a pu prouver qu'ils avaient été victimes d'exactions policières grâce aux images d'un simple portable, et SEULEMENT grâce à ces images, comme ce noir froidement éxécuté cette semaine aux Etats-Unis).

J'aimerais juste vous parler de cette première mondiale humoristique qui m'intéresse et qui m'a fait sourire également : l'utilisation d'hologrammes

Ça me plait bien moi, l'idée d' envoyer mon hologramme à la manif à ma place... ça peut avoir des avantages... le matraquage des forces de police serait moins douloureux. Peut-être que les CRS en riposte pourraient envoyer eux-aussi des hologrammes du ministère de l'intérieur.

Et puis, on pourrait généraliser l'idée.Vous imaginez le conflit ukrainien avec une bataille d'hologrammes ?...ça serait plus sympa, non ?...avec un arbitre impartial qui accorderait la victoire à un camp plutôt qu' à un autre...

Y' a pas à dire... on vit une époque formidable !

Sources :http://tempsreel.nouvelobs.com/video/20150411.OBS6946/les-hologrammes-ont-ils-une-conscience-politique.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • picpic 12 avril 2015 12:15

    Amusant...les manifestations ne servent absolument à rien...quel droit veulent t’ils récupérer ?
    Le droit de parler au vent ?
    Cette lois comme tant d’autres, sont du détournement d’attention !
    on fabrique des petites guerres futiles pour la plèbe...ça lui évite de se retrouver sans rien faire et avoir la possibilité de « penser ».
    le problème, c’est que le pouvoir, tel qu’il est organisé, doit être totalement détruit.
    Plus le pouvoir se concentre dans de moins en moins de main, plus la violence augmente.
    Il faut détruire et diluer le pouvoir dans les mains de chacun.


    • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 12 avril 2015 12:25

      @picpic
      Si vous avez lu mon billet vous comprendrez que cette loi tente d’ éviter par exemple à des citoyens de s’ opposer aux forces de police quand celles-ci délogent des familles sans le sou...En espagne,ce n’ est pas rien car il y a des milliers de personnes dans cette situation..

      Quand aux hologrammes, c’ est une idée excellente car maintenant toute la planète sait que Rajoy tente de faire passer en force un loi dont on sait que 82% des espagnols sont contre.Finalement toute la planète est au courant d’ une manif qui aurait dû rester confidentielle !!!
      Bien vu les promoteurs de cette idée !...carton plein 20/20 !

    • Céline Ertalif Céline Ertalif 12 avril 2015 16:46

      Informatif, symbolique. Bravo pour cet article !


      • fredleborgne fredleborgne 12 avril 2015 17:04

        Je suis à la fois admiratif de la citoyenneté et de la cohésion au sein du peuple espagnol. Cemla ne m’étonne pas que les mouvements d’indignés aient pu fonctionner chez eux alors que chez nous,les zadistes sont vraiment minoritaires.
        Les lois scélérates des gouvernants espagnols ne doivent pas faire oublier qu’elles sont en vigueur chez nous de manière plus diffuse. De fait, il est impossible de réaliser des manifestations spontanées. Seuls les syndicats ont les moyens financiers et humains d’organiser quelque chose, et bien sûr isl ne le font pas.
        Notre seule réaction est la passivité aux élections, ce qui fait le jeu du FN. Les révoltés abstentionnistes ne veulent pas de hiérarchie, ne veulent pas reconnaître le système en l’investissant en masse. Résultat, la misère se développe, et frappe ceux qui perdent leur emploi et qui n’en retrouveront mathématiquement pas, du fait d’une offre réduite et biaisée. Les autres, de plus en plus nombreux à s’accrocher à un smic plus quelques miettes ont perdu espoir d’un avenir meilleur mais serrent les fesses attendant une reprise qui ne servira que les intérêts des puissants et de leurs domestiques les mieux placés.
        Sans révolte citoyenne de masse, point de salut. Les grecs sont en train de montrer l’exemple après avoir essuyé de lourdes pertes. Chez nous, les chômeurs se suicident trois fois plus que dans les autres catégories, la moyenne d’âge de nos anciens va finir par baisser par manque de moyens médicaux comme par désespoir de vivre une retraite minable, mais toutes ces tendances sont bien sûr dissimulées au grand public. Nous subissons un assassinat de masse, dirigé contre la partie la plus faible et émiettée de notre population. Notre inaction est aussi criminelle. Merci pour cet article ! 


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 avril 2015 20:09

          @fredleborgne
          Les Grecs ont fait plus de 20 000 manifestations, en pure perte. Ils sont ruinés.
          Les décisions sont prises hors de Grèce, de France ou d’ Espagne :
          à la BCE à Francfort, au FMI à Washington, à la Commission européenne à Bruxelles, par des dirigeants non élus qui se fichent des manifestations.

          Ils laissent aux marionnettes gouvernementales de chaque pays, le soin de les réprimer.
          Cf en Grèce les milices privées qui protégeaient le Parlement grec"


          Quant aux indignés, rien de révolutionnaire là dedans :
          Les indignés de Wall Street sont organisées par la CIA.
          Les manifs de Hong Kong aussi.

          Se révolter ? Pour quoi faire ?
          Il suffit d’élire un Président sur la base de l’article 50, et on sort de ce cauchemar européen.

        • elpepe elpepe 12 avril 2015 18:46

          @Alea Jacta Est
          Merci pour cet article tres interressant qui temoigne que nos dites democraties occidentales sont entrain de se durcir comme le reste du monde et s apparentent de plus en plus a des dictatures, pour ceux qui surmontent la lachete ambiante, et veulent bien voir la realite et la decrier.


          • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 12 avril 2015 19:12

            En Espagne, la société est forte et solidaire, même si le libéralisme a fait des dégâts. Mais les gens ne sont pas fous et ne veulent pas leur destruction par le système. Alors, ils résistent.

            En France, rien de te. Nous sommes habitués à ce que l’État soit garant de notre bien être. Mais c’est terminé, le libéralisme est en train de détruire cette part sociale de l’État.

            Mais les gens ne le voient pas et restent quelque part persuadés que le gouvernement est bon pour eux, en tout cas fait au mieux. Ils râlent, surtout lorsqu’ils estiment que tel ou tel a plus qu’eux, mais ne font rien.

            La contestation populaire passe alors par les organisations, mais celles-ci ne comprennent pas la crise actuelle, et se bornent de plus en plus à subsister, l’objectif principal étant de faire des adhérents. Ils n’osent plus contester, et le pire arrive sous nos yeux, jour après jour, le tour de vis anti-social dicté par l’oligarchie financière s’accentue. Et rien ne se passe.

            La seule question est jusqu’où ?

            L’autre question est comment débloquer cela ?

            Le MEDEF, le gouvernement, Bruxelles, ne céderont que devant une force qui les dépassera. Je crois que la seule solution est de bloquer le pays. Complètement, indéfiniment, jusqu’à un réel dialogue. Ils ne l’ouvriront, réellement, que devant le risque de leur propre effondrement. Pas avant.

            Pourquoi ? Leur but réel, je le pense de plus en plus, est d’éliminer, au moins socialement pour le moment, une partie de la population qui n’entre plus dans leurs comptes à créer du profit.

            Ils remplacent les travailleurs, soit par des machines, soit par des esclaves. Ils ne veulent plus de salariés qualifiés et payés correctement, y compris pour les cadres. Ils ne veulent plus non plus de relai social de l’État, qui implique des impôts qui grèvent leurs dividendes.

            Ils veulent se débarrasser définitivement de tout droit pour les travailleurs et de toute aide à ceux qui à leur sens, échappent au marché.

            à un certain niveau (international, USA en tête), ils ont la folie de vouloir remplacer l’humanité par les machines. Regardez Google, Amazon, Microsoft, ce qu’ils font va exactement dans ce sens.

            Mais direz-vous, qui consommera ? Cela n’est pas leur souci. Il s’agit d’une sorte de méga pyramide de Ponzi au niveau capitaliste mondial, où le premier qui éliminera les humains de sa production, achetée par des humains payés par ses concurrents, aura l’avantage ultime.

            Au dernier stade, celui qui possèdera les machines possèdera la richesse infinie de la produire. Mais il sera bien seul, sauf si bien sûr nous réagissons à temps.

            Il faut regarder les films US non comme une promesse, mais comme ce que leur inconscient désire.

            Donc, par rapport à ça, toute mobilisation va dans le bon sens.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 avril 2015 20:19

              @Jean-Paul Foscarvel
              Les Français ne sont contents du tout ! Ils sont mêmes très en colère.
              Mais ils ne rencontrent autour d’eux que des gens qui leur font croire que l’ Europe peut se changer de l’intérieur. Et eux, de l’ Europe, ils s’en foutent de plus en plus , ils n’en attendent plus rien de positif.


              Ce qu’ils veulent c’est un gouvernement qui s’occupe de l’intérêt général, pas des intérêts des multinationales et des banksters.

              Leur promettre une Autre Europe, c’est le moyen qu’utilisent les Partis politiques et les syndicats pour les faire patienter et les neutraliser. Il y a plus de 30 ans qu’ils nous racontent tous les mêmes salades sur « Une Autre Europe à la St Glinglin »...

              Il n’y a que l’ UPR qui explique qu’on peut sortir légalement et pacifiquement de ce piège européen.

            • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 12 avril 2015 22:33

              @Fifi Brind_acier

              Je n’ai pas évoqué l’Europe dans mon propos, mais les USA !

              Ni Google, ni Microsoft, ni Monsanto, ne sont en Europe.

              Sortir de l’Europe peut être un moyen, mais n’est absolument pas une fin. Le problème de ces transnationales, le problème de ce que j’appellerais le financiaro-fascisme reste entier.

              Les BRICS essaient de s’en sortir, avec des stratégies différentes, des pays d’Amérique Latine essaient aussi de s’en sortir, mais à quel prix et sous quelles menaces !

              Dans la complexité des choses, n’avoir pour but que la sortie de l’Europe est à mon sens un faux débat.

              Il faut d’abord savoir qui l’on combat, quel projet on a, quel type de société on veut.
              Je n’ai plus confiance dans les français. Ils se battent pour leur sort personnel, mais sont bien contents de coloniser, de bénéficier des fruits de la domination des pays africains, de conquérir de nouveaux territoires qui ne leur appartiennent pas, au nom d’une grandeur universelle, qui débouche souvent sur le mépris de l’autre. Le vote FN en ce sens n’est pas un hasard. IL existe une France glauque, proche du vichysme et du colonialisme qui au fond veut sortir de l’Europe pour retrouver une grandeur mythique.

              Ce combat là est perdu, et tant mieux (ou tant pis).

              Je pense que, si nous sortons de l’UE, il ne faut pas le faire seuls, et s’associer au niveau international avec les pays qui sont conscients de la situation extrêmement crisique, à la fois économiquement, mais aussi au niveau des relations internationales. Mais il faut également remettre certains comportements (ce mépris franchouillard pour une partie du monde - en gros le reste du monde sauf les USA, l’Angleterre et l’Allemagne).

              Nous sommes aussi des anglo-saxons dans le sens du suprématisme, sauf envers les anglo-saxons. Avec en plus, et c’est ce qui nous sauve, une idée universelle, qui peut être la meilleure, comme la pire des choses.

              Bref, tout est toujours plus dialectique que l’on croit, et un slogan unique ne sauvera pas le monde.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 avril 2015 07:32

              @Jean-Paul Foscarvel
              Il ne s’agit pas de « sauver le monde », mais de sortir la France du désastre européen.
              Vouloir imposer aux autres pays une solution, c’est pour le coup, être colonialiste !


              Je ne vois pas ce qui empêche, une fois sortis de l’ UE, de signer des accords de coopération avec les BRICS ? C’est pour cette raison que l’ UPR n’envisage « aucune Autre Europe ».
              C’est la construction européenne qui nous a coupé du reste du monde !

              Les Français ne sont pas responsables des guerres coloniales de l’ OTAN, dans laquelle la France prend toute sa place. Hollande n’est que le toutou d’Obama, et l’ UMP va s’appeler « Les Républicains », tout un programme.
              Il n’y a rien à attendre d’eux.

            • Vipère Vipère 12 avril 2015 19:43
              Bonjour Alea

              Très instructif votre article, sur la solidarité qui s’exerce encore entre espagnols, il faut espérer que la résistance populaire sera plus forte que l’oligarchie qui vise à casser ce qui reste d’humanisme citoyen, comme c’est le cas en France !

               Diviser pour mieux régner est la stratégie la plus employée par les puissants pour réduire à néant la résistance du peuple uni qui peut se liguer contre elle ! 

              En France la solidarité populaire n’existe plus, disparue avec les derniers résitants de guerre de 39-45 ! 

              Mais comment en est-on arrivé à ce désert d’humanisme, quand on songe que sous l’occupation allemande, des résistants au péril de leur vie ont aidé à sauver la France et des français ?






              • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 12 avril 2015 22:40

                @Vipère
                C’est aussi parce que la crise a eu des effets dévastateurs qu’ elle a provoqué un sursaut citoyen de solidarité...les gens s’ organisent dans les quartiers...Les policiers essaient de faire parfois des opérations de délogements par surprise pour ne pas avoir à affronter une armada de citoyens en colère...Rajoy veut les mettre à l’ amende mais tout ce qu’ il va réussir c’ est que les candidats des plateformes citoyennes vont faire un carton aux prochaines municipales, notamment à Barcelone avec Ada Colau qui pourrait gagner la mairie et qui à la base était une défenseure des familles délogées...

                Aujourd’ hui elle se présente avec son mouvement et avec un programme complet pour gérer la ville...C’ est tout ce qu’ a réussi cette droite bête et sans imagination qui a laissé les banques jeter des dizaines de milliers de personnes à la rue...

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 avril 2015 20:33

                Salut Alea,
                Ils sont bien courageux ces Espagnols ! Mais il va peut-être falloir abandonner les illusions, l’ UE n’est pas réformable, c’est une dictature, financière & sécuritaire.


                Junker avait déjà annoncé la couleur :
                 « Les élections ne changent pas les Traités ».
                 Valls vient de doucher les espoirs du Gouvernement grec.
                Il s’est permis, depuis le Portugal, de faire la morale aux Grecs, ce qui est un mépris sans nom des règles diplomatiques et des Grecs ! Quelle honte pour les Français d’avoir un 1er Ministre pareil...

                Que dit Valls ? « Les réformes proposées ne conviennent pas, soit la Grèce fait les réformes qu’on lui dit de faire, soit on coupe le robinet des crédits. »
                Valls explique ainsi la raison d’être principale de la construction européenne : soumettre et asservir les peuples à la dette.

                Tous les autres blablas sur « l’ Europe de la paix, de la prospérité, de la solidarité », ne sont que propagande. « La dette est une arme pour conquérir et asservir les sociétés » par John Perkins, l’auteur « Des confessions d’un assassin financier »

                • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 12 avril 2015 22:27

                  Bonjour Fifi,

                  Aujourd’ hui, pour changer je vais te parler de la droite espagnole qui depuis les élections andalouses est en train de craquer et de se scinder.Jusqu’ à maintenant il n’ y avait qu’ une seule droite monolithique et archaïque qui ratissait très large des ex-franquistes jusqu’ aux ultra-libéraux tatchériens( note qu’ il n’ y a pas d’ extreme droite ni d’ équivalent du FN pour la simple raison qu’ il est absorbé par le PP).mais depuis, les élections andalouses a émergé un nouveau parti de droite : des jeunes propres sur eux qui veulent lutter contre la corruption( tout un programme en soi,,,) et avec un programme économique qui va à l’ encontre de la droite libérale( maintien des salaires, investissement en recherche et développements, arrêts des plans d’ infrastructures non rentables, etc...).
                  Bref, je ne suis pas de droite mais je me réjouis de l’ émergence de ce parti de centre-droit « ciutadans » crédité de près 15% des intentions de vote qu’ il a bouffé au PP...le bipartisme espagnol de la transition vole en éclats...on entre dans une nouvelle ère...et c’ est cette année.
                  2015 sera l’ anné du changement :..les partis ne pourront plus gouverner comme précedemment car c’ est arithmétiquement impossible Podemos à gauche et ciutadans à droite ont élargi brutalement l’ échiquier...et eux, ils n’ ont de comptes à rendre qu’ à la citoyenneté...

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 avril 2015 07:46

                  @ALEA JACTA EST
                  Michel Collon vient de publier un billet sur les Partis politiques en Espagne.
                  Tu peux me dire ce que tu en penses ? merci d’avance.


                • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 13 avril 2015 08:30

                  Bonjour Fifi

                  C’ est un excellent article qu’ a signé Michel Collon qui explique bien que la « transition » a été une grande opération de mystification.Tout d’ abord parce que l’ espagne n’ a jamais réglé les comptes avec son passé franquiste, ce qui provoque encore en 2015 des tensions politiques et sociales.Les anciens fachos se sont reconvertis bien rapidement en nouveaux démocrates( le meilleur exemple étant manuel Fraga qui a été ministre sous Franco et plus tard eurodéputé et président de la région de Galice).
                  L’ adoption de la nouvelle constitution s’ est faite en coulisse san vraie participation du peuple, et sans tenir compte de certaines aspirations de forces politiques ancrées depuis longtemps sur le territoire espagnol.C’ était ça ou rien ! Et aujourd’ hui, avec la crise, ressurgissent tous les problèmes sur lesquels les premiers gouvernements avaient mis un couvercle.Il y avait un vent de liberté qui soufflait mais les structures de pouvoir et de décision se maintenaient intactes.
                  Il y a un livre magnifique de Jose Miguel Monzon, surnommé « el Gran Wyoming » qui relate très bien de manière critique et ironique toute cette période, intitulé « No estamos locos » ( « Nous ne sommes pas fous »)
                  Avec la crise économique, les vieux réflexes de la droite archaique reprennent le dessus.Tentatives de propagande et de manipulation de l’ opinion( la plus scandaleuse d’ entre elles étant celle d’ Aznar au moment des attentats de Madrid qui lui ont couté la perte d’ élections qu’ il aurait dû gagner).Sous le gouvernement de Rajoy la première chaine de télé tente de minimiser tous les aspects pourris de la vie sociale( corruption, fuite des jeunes à l’ étanger, marché du travail d’ une extrême précarité, et j’ arrête là un long etcétera...).Curieusement ce sont des chaines privées comme LA SEXTA qui permettent aux citoyens d’ être réellement informés.Quand je regarde les infox sur TVE1 j’ ai parfois l’ impression d’ une télé soviétique des années 60...
                  Enfin, en cas de problème grave, cette droite revient à des réflexes autoritaires d’ un autre temps.Ils n’ ont aucune imagination.
                  Franchement, n’ importe quel gouvernement de droite de l’ Europe du Nord, face au nombre important de délogements( plus de 14 000 rien qu’ en Catalogne) aurait essayé de mettre un coup d’ arrêt, et aurait négocié avec le secteur bancaire une sortie de cette crise mais pas le gouvernement de Rajoy qui sort une loi pour mettre à l’ amende les citoyens solidaires qui s’ opposent aux forces de police.Et bien , ce genre de réflexe montre bien que ce parti n’ a pas su se défaire de l’ héritage franquiste qui a été son terreau.
                  Comme disent, de nombreux collègues : ça ne t’ étonne pas qu’ il n’ y ait pas de FN en espagne ?...la réponse est simple : ce FN existe bel et bien et il est absorbé dans les rangs du PP...

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 avril 2015 21:01

                  @ALEA JACTA EST
                  Merci pour ces informations !
                  Mais on a aussi un migrant espagnol à la maison, il essaye de faire passer, soit disant contre les terroristes, une loi liberticide.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 13 avril 2015 02:23

                  Tout change, et rien ne change.


                  Avant
                  « La manifestation du jour a réuni 50 000 personnes selon la CGT et 15 000 selon la police. »

                  Après
                  « La manifestation du jour a réuni 45 gigas de données selon la CGT et 20 gigas selon la police. »

                  Rien ne change, je vous dis...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès