• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dimey, c’est où Syracuse ?

Dimey, c’est où Syracuse ?

Dimey, dis-mais donc quand c'est qu'on verra Syracuse ? Tu sais bien cet endroit dont t'as fait une chanson pour Henri Salvador. Dimey, dis mais quand verra-t-on la Syracuse de ta chanson ? Il m'a répondu : Même "si tu me payes un verre", "je ne dirai pas tout". Et il ajouta : Tu sais, "Je ne suis roi de rien, je règne sur le vent. Sur des chemins perdus, sur des sables mouvants..." J'ai compris que Syracuse était le fruit de son imagination débordante...

Qui connaît Bernard Dimey, l’auteur de la si célèbre chanson Syracuse ? Allez ! Je vous la remets en mémoire ?

Paroles de Bernard, Henri, Levy

SYRACUSE
(paroles de Bernard Dimey / Musique d’Henri Salvador)

J’aimerais tant voir Syracuse
L’île de Pâques et Kairouan
Et les grands oiseaux qui s’amusent
A glisser l’aile sous le vent

Voir les jardins de Babylone
Et le palais du Grand Lama
Rêver des amants de Vérone
Au sommet du Fuji Yama

Voir le pays du matin calme
Aller pêcher le cormoran
Et m’enivrer de vin de palme
En écoutant chanter le vent

Avant que ma jeunesse s’use
Et que mes printemps soient partis
J’aimerais tant voir Syracuse
Pour m’en souvenir à Paris

Avouez qu’il faut quand même avoir pas mal fumé pour écrire un texte pareil, non ? Bernard Dimey est mort la même année que Brassens, en 1981, quelques mois seulement avant Georges. Dimey aura donc connu le Dix mai. Désolé ! Pas pu m’empêcher…

Bernard Dimey a aussi écrit pour d’autres grands noms de la chanson. « Mon truc en plume » pour Zizi Jeanmaire. « Si tu me payes un verre« , « Les seigneurs » pour Serge Reggiani. « Fredo« , « Le quartier des Halles » pour Les Frères Jacques. Pour Mouloudji : « Un soir au Gerpil« . Pour Catherine Sauvage : « J’ai tout vu« . Et d’autres encore pour Yves Montand, Charles Aznavour, Patachou, Juliette Gréco, Jean-Claude Pascal. Et, on l'a dit, pour Salvador : Syracuse, et d'autres comme "La crucifixion".

Ou encore ici Michel Simon chante "Mémère".

« Mettre sa nuit en lumière »

Pour Bernard Dimey, la poésie c’est « mettre sa nuit en lumière ». Cette belle métaphore de Jean Cocteau, il la reprend à son compte dans les poèmes du « Milieu de la nuit » (Editions Christian Pirot 2002). Dans ce recueil, on trouve notamment « Roi de rien » qui a été mis en musique par mon ami suisse Stéphane Bersier, lequel chante aussi certaines de mes chansons. (voir son site). Album « Imposteur » (1er titre).

Le petit Bernard fut élevé à Nogent avant de s’installer comme peintre sous le nom de Zelter à Montmartre. De bistrot en bistrot, il écrit des chansons, et des poèmes qui ressemblent furieusement à des chansons. Il fréquente poivrots, putes, truands, artistes, tout cela dans l’ordre que vous voudrez. Il écrit aussi pour le cinéma.

Ecoutez encore !

"Ivrogne et pourquoi pas"

"Quand on a rien à dire"

"Je ne dirai pas tout"

"Sortilèges"

"Les enfants de Louxor"

A lire :

Lire quelques textes de chansons de Bernard Dimey.

Lire quelques poèmes de Bernard Dimey

Roi de rien

Je ne suis roi de rien, je règne sur le vent,
Sur des chemins perdus, sur des sables mouvants,
Sur d’anciens châteaux-forts et sur des cathédrales
englouties.

Je suis roi d’un soleil qui se meurt comme il peut,
J’ai l’air d’un vieux volcan refroidi peu à peu,
Je crois que ma parade à grands coups de cymbales
est finie.

Je ne suis roi de rien, ma couronne est en bois,
C’est scandaleux bien-sûr, c’est de mauvais aloi,
Je ne suis rien roi de rien mais je suis roi quand même
car je t’aime.

Alors le monde entier peut s’écrouler d’un coup,
J’ai le droit d’être pauvre et le droit d’être fou.
Je suis esclave et roi, je n’ai pas de problèmes
si tu m’aimes.

Je ne suis roi de rien que de mon avenir,
Qui n’est déjà plus rien qu’un désastre à venir,
Et l’intérieur de moi n’est plus qu’un paysage
en délire,

Je ne suis roi de rien, je suis comme un enfant
Qui reconstruit le monde en écoutant le vent.
Il ne me reste plus, je crois, que le courage
de te dire
que je t’aime

Je ne suis roi de rien mais je suis roi quand même
si tu m’aimes
encore un peu …

(Bernard Dimey)


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 18 août 2011 10:46

    J’ai mieux : il était une fois un singe, fin de l’histoire


    • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2011 14:35

      Salut Paul,
       J’avais lu qu’il y aurait un 2ème acte.
       J’y viens.
       Tu as raisons, souvent, on pense que ce sont de grands poètes les interprètes des chansons, et pourtant...
       Les paroliers chansonnier, c’est eux que je préfère.
       Ils seront toujours mieux placés pour exprimer leur ressenti.
       Voir un tableau de Picasso, sans avoir Picasso pour l’expliquer, cela devient du fantasme ou du business.
         smiley


      • Taverne Taverne 18 août 2011 14:54

        Salut Guy, tu sais moi je suis plus partagé. J’aime les chansonniers et les poètes. Mais je fais bien la différence parce que poésie et chanson sont deux genres très éloignés sauf bien entendu dans certains cas. Moi qui pratique les deux, je m’en rends bien compte.

        On ne connaît pas assez les grands paroliers, cet article y remédie un peu. Picasso, c’est pas trop mon cube de thé. Je le trouve prétentieux et un peu vain. Mais aïe ! On peut donner son point de vue non ? Et puis, ce grand ami de Max Jacob pouvait le sauver des mains des Allemands mais a préféré l’y laisser crever. Remember that ! Il a répondu un truc du genre « il n’a qu’à s’envoler ». Cet épisode de sa vie me le range définitivement dans les artistes antipathiques
        .


      • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2011 17:33

        Paul,

        "... différence parce que poésie et chanson sont deux genres très éloignés sauf bien entendu dans certains cas. Moi qui pratique les deux, je m’en rends bien compte."

        Tout à fait. Un poète cherche la belle rime riche. Une chanson reste dans l’approximatif et cherche les accords musicaux pour faire le reste du travail.

        « Picasso, c’est pas trop mon cube de thé. »

        Ni pour moi. Tu ne verras jamais cela chez moi. Pourtant j’aime la peinture. Je flashe et j’achète. Pas question de chercher la raison là dedans. J’ai choisi intentionnellement Picasso pour attirer ton commentaire. Picasso est une affaire de sous exclusivement. Sa vie l’a confirmé.

        Même chose avec la chanson. Cela peut être quelqu’un complètement méconnu. Je me rappelle une chanteuse qui avait été présentée par Sébastien. Elle a fait pleurer tous les invités. Repris dans son émission finale des « Années bonheurs ». Son physique ne l’avantageait pas. On ne le voyait plus.

        Et oui, je regarde. Nostalgie ? Peut-être. Quand on a quelques plombes au compteurs.

        "Remember that ! Il a répondu un truc du genre « il n’a qu’à s’envoler ». Cet épisode de sa vie me le range définitivement dans les artistes antipathiques"

        Que crois-tu que je fais avec ce pseudo, l’enfoiré ? Chercher les bravos pu public ? smiley
        Si tu ne l’as pas encore remarqué... suis bien.


      • norbert gabriel norbert gabriel 18 août 2011 16:02

        Il y a 3 ou 4 ans Valérie Mischler, comédienne et chanteuse a fait un magnifique spectacle sur Dimey.La réussite étant qu’elle a montré toutes les facettes de Dimey, sans caricature ou schématisation facile. Avec sa complice pianiste Catherine Bedez, elles ont fait quelques créations musicales de textes qui n’avaient pas été mis en chanson. C’est un des Dimey les plus aboutis (voire le plus abouti) que j’ai eu l’occasion de voir (plusieurs fois)



          • Taverne Taverne 18 août 2011 16:44

            Norbert, j’aime bien vos commentaires qui viennent toujours apporter des éléments précis et complètent ainsi mes articles sur la chanson.


          • Ariane Walter Ariane Walter 18 août 2011 17:13

            Pile poil.
            Syracuse, chantée par salvador , est une de mes chansons préférées.
            je vais écouter toutes les autres.
            Quelle belle écriture. Quelle douce sensibilité.
            Merci encore taverne.

            Cela lave de toute l’ignominie politique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires