• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dix ans et toutes mes dents

Dix ans et toutes mes dents

Note pour mes amis et les amis de mes amis qui ont la mémoire embrouillée et me demandent des détails sur les jugements de la cour de cassation qui viennent de tomber. D’abord vous dire qu’ils mettent un terme à une longue bataille judiciaire et qu’ils m’enchantent.

Depuis dix années que Révélation$ est sorti (28 février 2001), de nombreuses plaintes ont été déposées contre mon éditeur, les chaînes qui ont diffusé mes films, de nombreux journaux et contre moi. Une soixantaine en tout, dans plusieurs pays, en comptant les procédures pénales et les constitutions de partie civile.

Parmi ces plaintes, une dizaine émanait de la Banque Générale de Luxembourg et une vingtaine a été lancée par la Menatep une banque russe liée à la mafia. Je peux dire que globalement j’ai gagné tous ces procès.
 
La Chambre de Compensation luxembourgeoise Clearstream a diligenté une grande partie des autres procédures. Leur stratégie a été essentiellement basée sur la calomnie, une extrême mauvaise foi, le harcèlement, l’acharnement et l’intimidation.
 
Cette stratégie, loin du droit, échoue lamentablement aujourd’hui, pour laisser place à la justice et au journalisme. Une victoire sans tambour, ni trompette. Une victoire gravée dans le marbre. Un souvenir de victoire bientôt. Peu importe. Cette décision ouvre d’intéressantes perspectives. Clearstream ne pourra plus faire comme avant…
 
Une vingtaine de plaintes ont été déposées par la multinationale en France, en Belgique, au Luxembourg, occasionnant des centaines de visites d’huissiers à mes domiciles. Passé les limites, je ne compte plus.
 
J’ai perdu quelques procès (en particulier pour des interviews à des journaux, je pense à Sud Ouest ou VSD). J’en ai gagné (Nouvel Obs, le Point, « Tout le monde en parle » sur France 2). J’aurais pu et j’aurais dû, si j’avais eu les moyens financiers, aller systématiquement pour toutes ces procédures jusqu’à la Cour de Cassation. Je ne l’ai fait que pour trois d’entre elles. Les plus importantes à mes yeux, puisque ces procédures concernaient les deux livres originelles « Révélation$ », la « Boîte Noire » et « Les dissimulateurs », mon premier documentaire sur l’affaire.
 
Passons sur « Clearstream l’enquête » qui a occasionné une condamnation symbolique (mais onéreuse en frais de procédure) à Luxembourg, pour nous intéresser au reste…
 
Pour « Révélation$ » et « Les dissimulateurs » (mon premier documentaire diffusé en février 2001), j’ai été condamné en diffamation à hauteur d’un euro symbolique de dommages et intérêts en mars 2004, puis (en appel) à 1500 euros en octobre 2008, sans compter les frais de procédure.
 
Pour « La Boîte Noire » (sorti en octobre 2002), Clearstream a été déboutée et condamnée à me verser 3 500 euros de dommages et intérêts en première instance. Devant la Cour d’Appel (Paris, octobre 2008), j’ai été condamné à 1500 euros, sans compter les frais de procédures et de publication des décisions.
 
Je me suis pourvu en cassation. J’ai pris cette décision contre l’avis de nombreuses personnes, dont mon éditeur, Les Arènes et la chaîne Canal + qui ont refusé de poursuivre les procédures. Je ne les accable pas. De leur place, il leur était sans doute difficile d’aller au bout de la bataille à mes côtés. Certains auraient lâché avant.
 
Dans les jours qui ont suivi les décisions de la Cour d’appel, Clearstream a acheté une page dans le Monde pour proposer une transaction qui consistait à accepter ces condamnations contre la non-exécution des arrêts. En gros, le non paiement des sommes auxquelles j’étais condamné.
 
Il était impensable d’accepter un tel compromis, de renier mon travail, mon enquête. Il était indispensable sur les principes qui fondent ce que doit être le journalisme, de me battre jusqu’au bout pour obtenir une décision reconnaissant le droit. J’étais prêt à aller jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme s’il le fallait.
 
Je savais ce que j’avais vu et fait. J’avais intégré les enjeux de cette bataille. Un système financier sain au départ a été dévoyé, ouvrant d’incroyables possibilités de dissimulation. Mon enquête était, est, restera fondée. Mes écrits reposent sur des documents, des courriers, des listings, des microfiches, des témoignages filmés. Des éléments suffisamment probants qui ont permis de mettre à jour des comptes non publiés produisant de l’opacité, un système d’effacement de traces de transactions, la probabilité très forte d’une double comptabilité, des liens présumés entre Clearstream et l’Eglise de scientologie, l’hébergement de banques mafieuses, l’utilisation de Clearstream pour la mise en œuvre d’opérations occultes, l’absence totale de transparence et de contrôle, la complicité des auditeurs, le licenciement du personnel qui refusait de procéder à des manipulations comptables et de publier des bilans de fait maquillés… Mon enquête et la simple lecture de mes documents montraient, montrent que cette firme abritait plus de 6000 comptes ouverts dans des paradis fiscaux. Parmi ces comptes, des sociétés off shore, mais aussi des filiales de banques respectables. J’ai révélé que des multinationales pétrolières, agroalimentaires ou industrielles avaient également ouvert des comptes discrets à Clearstream. J’en passe et des dizaines.
 
Au delà du coup de projecteur sur cette firme, l’ensemble de ce travail explicitait les dérives inquiétantes du système financier international et révélait les contours d’une finance véritablement parallèle.
 
J’en savais beaucoup et je ne voulais pas me taire. Je restais persuadé que les juges de la Cour d’Appel ne m’avaient pas jugé comme il le fallait au vu des éléments du dossier.
 
L’appui de mes amis du comité et des mille huit cent quatre vingt six personnes ayant soutenu ce qui devenait un combat de longue haleine ont été déterminants.
 
Canal plus et mon éditeur ont été condamnés à mes côtés, mais Clearstream s’est retournée systématiquement vers moi. Le but n’était pas tant l’argent que la volonté de m’étouffer financièrement, de m’empêcher de poursuivre mes recherches et de me défendre.
 
Le moment de bascule a été l’affaire pénale dite « Clearsteam 2 ». Celle mettant en cause Dominique de Villepin.
 
Clearstream s’est constituée partie civile dans cette procédure concernant les listings truqués. J’ai été mis en examen pour vol et recel en fin d’année 2006. Dès lors sans que je m’en rende compte, la suspicion a changé de camp. Les communicants de la firme et leurs avocats ont habilement utilisé cette seconde procédure pour influencer les juridictions dans les procès qui m’étaient faits.
 
Clearstream me présentait comme le pivot de cette nouvelle affaire qui n’avait aucun lien avec les litiges nous concernant. Tenter de ridiculiser mon travail ne suffisait plus, il fallait pratiquer l’amalgame et la confusion.
 
Combien de fois ai-je entendu les avocats de la firme ou des journalistes malveillants se moquer de « mes erreurs », m’appeler le « falsificateur » ou le « conspirationniste ». Tout cela a joué. Comme ont dû jouer les articles fielleux écrits par des procureurs à moustaches, des éditorialistes à deux balles, des concierges du net. Je sais, je ne devrais pas. Mais bon. Je pense aussi à certains politiques qui m’avaient épaulé et qui soudainement ont baissé les yeux.
 
J’ai arrêté mon blog. J’ai arrêté le contact frontal. Je suis resté zen. J’ai attendu que ça passe. J’ai été relaxé en janvier 2010. Cette décision pénale est définitive.
 
Pour le reste, j’ai attendu que des magistrats jugent, tranquillement. Loin du tumulte. C’est ce qui vient de se passer.
 
La Cour de cassation est la plus haute instance judiciaire française. Le dernier recours avant la Cour européenne des droits de l’homme. Je l’avais envisagé.
 
Chacun des trois arrêts qui me libère aujourd’hui et accable Clearstream est rédigé dans des termes clairs, précis et sans ambiguïté. La Cour de Cassation « autorise » les propos et les imputations contenues dans mes deux livres et mon documentaire.
 
La Première Chambre Civile de la Cour de Cassation, se fondant sur l’article 10 de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a rendu trois arrêts qui sonnent le glas à mes ennuis et ouvrent des brèches importantes chez ceux qui m’attaquaient.
 
C’est fondamental. Ça fera jurisprudence.
 
Les arguments retenus par la Cour de Cassation sont intégralement ceux développés par mes défenseurs Michel Zaoui et Bénédicte Litzler au cours de ces dix années. Pour des raisons de procédure, nous nous sommes adjoint un avocat à la Cour de Cassation, Denis Carbonnier. Il s’est aussi battu à nos côtés. Il s’agit d’une reconnaissance de la qualité de leur travail et du mien.
 
La Cour de Cassation a annulé mes trois condamnations du 16 octobre 2008 pour diffamation. Elle a explicitement reconnu « l’intérêt général du sujet » et le « sérieux de mon enquête ».
 
Tout le monde peut maintenant citer partout ce que j’avais écrit.
 
Dix ans pour mesurer l’aveuglement du dirigeant de Clearstream qui a porté plainte à l’origine contre moi. Ses successeurs n’ont pas démontré plus de clairvoyance puisqu’ils ont régulièrement relayé et encouragé ces plaintes.
 
Je ne sais pas ce que deviendront les informations contenus dans mes livres et mes films. Je ne sais pas ce que les Allemands qui ont racheté Clearstream en 2002 (suite à mon enquête) et qui ont forcément constaté ces dérives ont fait. La justice luxembourgeoise étant peu équipée pour traiter ces sujets et la justice européenne encore défaillante, je crains que le combat pour mettre un peu de rationalité et de contrôle dans cette banque des banques soit encore long. Pourtant ici plus qu’ailleurs, la question de la régulation du capitalisme se pose. Je rappellerai ce chiffre : Clearstream a annoncé en 2010 plus de dix trillions d’euros de valeurs enregistrées dans ses comptes. Dix mille milliards d’euros.
 
Pour revenir aux arrêts de la Cour de Cassation, toutes les demandes de Clearstream à mon encontre sont définitivement rejetées. Ils sont condamnés à me verser la somme de 9 000 euros au titre des frais de procédure et à me rembourser le montant de mes précédentes condamnations aujourd’hui annulées.
 
En ce qui concerne le préjudice financier et moral subi par moi pendant ces années, les trois affaires sont renvoyées devant la Cour d'Appel de Lyon. Je vais demander réparation aux dirigeants de la firme.
 
Par leur harcèlement, leur entêtement, leurs mensonges, leur acharnement judiciaire, Clearstream et ses communicants sont responsables de dix années à bien des égards perdues. 
 
La crise financière étant passée par là, on voit bien les raisons politiques et financières qui les ont amenés -par tous les moyens- à me faire taire. Ils n’y sont pas parvenus.
 
Au final, toute mon enquête est entièrement validée. Les arrêts sont définitifs et sans recours pour Clearstream.
 
Merci du fond du cœur à tous ceux qui m’ont soutenu. Et vous êtes nombreux. Je ne me suis jamais senti seul ou angoissé pendant ces années. Et ça je vous le dois.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.97/5   (145 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 11 février 2011 10:22

    votre énergie est belle. Elle fait chaud au coeur. je connais votre nom mais je découvre ce que vous écrivez ; très envie de le lire.
    mille fois bravo au panthéon des hommes Hommes !


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 11 février 2011 11:47

      En effet, saluons la compétence professionnelle, l’intégrité et le courage de Denis Robert.

      En même temps, cet exemple doit servir également à rappeler la situation de nombreux professionnels, fonctionnaires, salariés, syndicalistes, étudiants, usagers, consommateurs... qui se heurtent à des rouleaux compresseurs comparables, voire pires, confrontés à des machines juridiques mises en place avec l’argent des consommateurs ou des contribuables.

      Ces « inconnus » ne disposent pas en général d’un comité de soutien comme celui qui a aidé Denis Robert. Comme le dit plus bas 2102kcnarF, « étouffer financièrement les contradicteurs est devenu une petite industrie en France ».

      Voir aussi, sur ces questions, notre article d’aujourd’hui :

      Conflits d’intérêts : les Français, bientôt prisonniers d’une loi ?

      et celui de mardi dernier :

      Morts des blogs ou annonce d’une censure ?

      De même, dans nos articles :

      Denis Robert et l’intérêt général (I)

      Conseil d’Etat, Universités et Charte des Thèses (I)

      Conseil d’Etat, Universités et Charte des Thèses (II)

      nous rappelons l’affaire d’une étudiante de doctorat sans ressources qui, en l’espace de quelques mois, s’est vu infliger des amendes pour « requête abusive » et des frais d’avocat des parties adverses pour un montant total équivalent à un an de ses revenus. Elle « tenait tête » à des universités influentes et à des organismes prestigieux.

      Il existe donc en France et au quotidien, fort malheureusement, des situations beaucoup pires encore que celle qu’a connue Denis Robert. Lorsque son comité de soutien écrit :

      http://lesoutien.blogspot.com/

      Après 10 ans de procédure, quatre ans de comité de soutien, des centaines de dons, un concert et une vente aux enchères à son bénéfice, plus de 100 000 euros de frais de justice, 500 Journalistes affichant leur carte de presse en signe de soutien... Denis Robert a définitivement gagné.

      (fin de citation)

      Nous comprenons très bien ce que cela représente et, pourtant, ce n’est pas la pire des situations que nous avons vues passer. Y compris sur le plan financier, si on prend en considération les revenus des intéressés et la démolition professionnelle qu’ils subissent.

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • Citoyen 11 février 2011 12:22

      L’industrie des avocats qui travaillent pour les grandes multinationales ou pour des administrations influentes « tourne » très bien. Et on est bien surpris à l’examen d’une relation, même très incomplète, des cabinets impliqués (par exemple, en faisant le tour des arrêts). Depuis une vingtaine d’années, « on » dépense de plus en plus d’argent dans la machine à faire taire juridique.

      Quant aux pénalités financières et autres subies par les « emmerdeurs », il n’y pas que celles liées aux actions en justice : les « sanctions » professionnelles par exemple, ouvertes ou déguisées, vont encore plus loin.


    • Droits de l’Homme 11 février 2011 14:15

      On a en effet affaire, dans tous les domaines, à un véritable massacre des « contestataires », des « têtes qui dépassent », des « individus qui dérangent », etc...

      Sauf pour quelques exceptions, le silence général est assourdissant. Et que penser d’une instance comme la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui rejette par une « lettre type » très sommaire la plupart des recours qui lui sont adressés et procède à la destruction des dossiers un an plus tard ? Aucun historien ne pourra dresser un bilan critique de ces rejets sommaires : la mémoire des justiciables ainsi déboutés disparaît des archives.

       De même, les coupoles syndicales, de plus en plus proches des coupoles patronales, ont une tendance croissante à laisser tomber ce genre de « cas particuliers » qui « se sont mis tout le monde à dos », « sont devenus paranos », etc... C’est la culture de la collaboration des classes et de la « bien-pensance ». Le respect des personnes et de leurs droits se perd dans les oubliettes. Seul l’esprit maison compte.


    • latortue latortue 11 février 2011 14:36

      merci Monsieur pour votre courage et votre pugnacité enfin un vrais journaliste qui fait son travail encore merci


    • FKdz-25 11 février 2011 21:01

      "les coupoles syndicales, de plus en plus proches des coupoles patronales, ont une tendance croissante à laisser tomber ce genre de « cas particuliers »...« 

      Les coupoles des syndicats influents on à présent une bonne soupe. C’est tout un dispositif destiné à isoler et écraser les »irréductibles".


    • Gasty Gasty 13 février 2011 12:37

      "En même temps, cet exemple doit servir également à rappeler la situation de nombreux professionnels, fonctionnaires, salariés, syndicalistes, étudiants, usagers, consommateurs... qui se heurtent à des rouleaux compresseurs"

      C’est ce qu’il faut retenir en effet, sans solidarité point de salut.

      Félicitation à Denis Robert pour son courage et son proffessionnalisme.


    • Gasty Gasty 13 février 2011 12:38

      professionnalisme


    • tchoo 11 février 2011 10:37

      Je suis très heureux de cette issue favorable, bravo pour votre courage et votre acharnement.
      Dans la crise actuelle et ce que l’on en sait aujourd’hui, vos révélations sur Clearstream ont un relief bien particulier.


      • Cocasse cocasse 11 février 2011 10:39

        Bonjour, bonnes nouvelles qui voila.
        J’espère que vous nous ferez un nouveau « rap » de la victoire dans le style de « voleurs de foule ». Et pourquoi pas un album.


        • Cocasse cocasse 11 février 2011 12:30

          Je ne sais pas trop pourquoi tous ces « moins ».

          Le RAP de Denis Robert :
          http://www.dailymotion.com/video/x4785j_denis-robert-clearstream-voleurs-de_news

          Les paroles :

          Voleurs de foules

          J’étais assis dans le petit bureau blanc
          De l’inspecteur Meltran
          Vingt heures de garde à vue dans les dents

          Le cœur en lambeau
          Des abeilles au cerveau

          Le gars m’parlait de mon père, d’ma mère
          et de toute la smala
          J’étais le grand frère
          Et d’après lui, j’avais rien à faire là

          Là au moins
          J’étais d’accord avec l’inspecteur
          Meltran

          Rien à faire là
          J’avais rien à faire là

          On se serait cru dans un film d’Abel Ferrara
          Une sorte de bad lieutenant

          Il a fini de taper son pv
          Et de son œil torve m’a fixé

          C’est moche c’que t’as fait
          Surtout pour eux
          Toi c’est rapé
          T’es déjà niqué

          T’es passé de l’aut ‘ côté
          T’as traversé le grand guet
          T’es un reclus d’la société
          Un gars qui r’fuse de travailler

          Les mecs comme toi
          On en a des milliers
          On en a assez
          On sait trop bien comment les coincer
          Les jeter
          Les enfermer
          Les mater

          J’ai pensé
          Moi oui
          Mais eux non

          J’ai pensé
          Tu sais très bien coincer les branleurs comme moi
          Les voleurs de poules
          Mais tu fais quoi pour les vrais truands
          Les voleurs de foules ?

          Ceux qui vivent au casino Rule
          Avec des gros comptes toujours full

          Les potes des banquiers
          et des syndic de société

          De Gibraltar, à Vaduz
          Du Deleware à Singapoure
          Jusqu’ à la banque générale de Luxembourg

          Toujours Full

          Les Pinault, les Mittal, les Bettembourg
          Les Mulliez, les Rockfeller et les Habsbourg

          Tous voleurs de foule

          Les magnats russes et les pétroliers branlants
          Les tycoons fringants
          Les parfumeurs puants
          Les saoudiens chancelants

          Voleurs de foule
          Tous des voleurs de foule

          J’étais debout dans le petit bureau blanc
          De l’inspecteur Meltran
          Vingt heures de garde à vue dans les dents
          Et ses conneries en supplément

          Le cœur en lambeau
          Le cerveau en fusion
          L’ampoule grésillait
          et mes yeux se fermaient

          J’avais envie de dormir dans mon petit lit
          A la cité
          Je manquais certainement
          De sagacité

          J’ai demandé à l’inspecteur Meltran
          Mes bracelets vous les enlevez quand ?
          Il a dit quand des dents les poules auront

          C’est là que j’l’ai traité de gros con
          Juste bon à faire chier les pauv’ gens
          Les paumés d’la cité, les drogués, les petits pieds
          Les fainéants du divan
          Les branleurs trop cools

          Tous des voleurs de poule

          Mais pas les voleurs de foules

          Jamais les voleurs de foules

          Ceux qui volent en Falcon
          Et en Ferrari à injection
          Ceux qui achètent des usines
          Comme toi des rustines
          Et des villa off shore
          A Jersey
          A Guernesey
          Et Bangalore
          A turc and Caïcos
          Dans les îles d’la Corne d’or

          Il m’a dit
          Répète…

          Et j’ai répété

          Juste bon à faire chier les voleurs de poules
          Jamais les voleurs de foules

          Ceux qui s’en mettent plein les fouilles
          Mais qui sont les vrais fripouilles
          Les gardiens du pognon
          Eux ne mettront jamais les pieds en zonzon

          Ils nous prennent pour des pions
          Et on l’aura dans l’fion

          A commencer par vous
          Les faucons

          Ça a dû l’énerver
          mais il n’a pas osé
          me frapper

          Il était fatigué
          Lessivé
          Sur les flancs
          L’inspecteur Meltran

          Tu sortiras ton couplet au juge d’instruction
          Et tu verras c’que tu prendras comme années
          De prison

          Voleur de poule
          Pilleur de foule

          Juste bon à toper les voleurs de poule

          Du bureau d’à côté
          Les collègues ont rappliqué
          Visiblement énervés

          Ils m’ont demandé d’arrêter
          de frimer
          et de répéter
          C’que j’venais de formuler

          Ou d’la fermer
          Sans déconner

          No problem, j’ai fait
          Mais réfléchissez, j’ai ajouté

          Vous êtes juste bon à gauler les voleurs de poule
          Jamais les voleurs de foule

          Ceux qui vous prennent pour des pions
          Des payeurs de cochons
          Des salariés des poltrons
          Vous qui vous croyez des champions
          De l’ordre et du baston

          Les gars l’ont eu mauvaise
          Et m’ont mis mal à l’aise

          Un petit nerveux a sorti
          Un nerf de bœuf
          Une sorte de matraque
          Qui foutait le trac

          Il m’a dit de m’lever
          Et d’enlever mes bracelets

          J’ai dit
          J’veux bien
          Mais j’ai pas la clé

          Juste bon à faire chier les voleurs de poule
          Et jamais les voleurs de foule

          Espèce de grosse moule

          Il a voulu frapper
          Mais un keuf l’en a empêché

          Y a pas qu’des cons dans la police
          Y a aussi des gens lisses

          Dans le petit bureau blanc de l’inspecteur Meltran
          J’ai failli y passer

          Vingt heures de garde à vue dans les dents
          Le cœur en lambeau
          Le cerveau en décoction

          Voleur de foule
          Tu lâches
          Voleur de poule
          Tu chasses
          Voleur de foule
          Tu chiasses
          Voleur de poule
          Tu schlasses

          Juste bon à coincer les voleurs de poules
          Jamais les voleurs de foules

          Ceux qui passent leur week-end au casino Rule
          Des biftons plein les fouilles
          Ceux qui ferment les usines comme les paquets de margarine
          Ceux qui planent dans l’espèce
          Comme Youri Gagarine
          Ceux qui placent leur pognon
          Au nez des braves gens
          Des flics et des juges d’instruction

          Dans la came, l’acier ou le nickei
          Les mozarts d’la finance
          Les sponsors du yacht club

          Ceux qui pillent les nations
          En déplaçant leurs actions
          De Georgetown à London Station
          De Saint Barth à Grand Cayman

          Ceux qui jouent du computer
          Comme toi d’la Sony station
          Ceux qui achètent les chaînes de télés
          Et le présentateur du jité
          Comme toi une bédé ou la pute d’a coté

          Ceux qui s’payent des pépés
          Que t’arrive pas imaginer

          Qui t’en mettent plein la tête
          Pour mieux s’la payer
          Ta tête

          De gros con

          Et d’payeur de cochon

          Ce sont eux
          Les gardiens du pognon
          Et du capitalisme finissant

          Les ultimes voleurs de foules
          Ultimes
          Voleurs de foule

          Des champions d’la magouille
          Des Proudhon d’la débrouille
          Des darks stars aux grosses couilles

          Bien armé pour coincer les voleurs de poules
          Incapables d’approcher les voleurs de foules

          Pauv’nouilles

          Sarkosyste d’la brandouille
          Socialiste d’la panouille
          Flic au rabais
          Pour poulet de l’année

          Demain on s’lèvera
          Pour arrêter le pugilat
          On sortira nos
          Gangsta
          Et pt’être nos Berretta

          On sera des caymans
          Armés jusqu’aux dents

          On mettra ce pays
          A feu et à sang

          C’est c’que vous cherchez
          Vous les voleurs de foule

          On vous foutra la trouille
          Avant de mourir au combat

          Plutôt morts que plumés

          Voleur de foule
          Tu passes
          Voleur de poule
          Tu chasses
          Voleur de foule
          Tu classes
          Voleur de poule
          Tu casses


        • 2102kcnarF 11 février 2011 10:43

          Etouffer financièrement les contradicteurs est devenu une petite industrie en France qui fait vivre moult avocats et donnent à moultes organisations, institutions, entreprises des pouvoirs outrepassant largement leur audience, et leur légitimité.
          Maintenant si la justice française continue à jouer ce jeu, avec l’appui des lois votées par nos députés grassement rémunérés et régulièrement augmentés de revenu, alors les affaires continueront malgré tout de sortir et le système de prévarication de nos institutions n’en sera que plus rapidement mis à nu.
          Je veux dire c’est une chose de violer sytématiquement l’esprit et la lettre de notre constitution, et une autre d’arriver à faire appliquer ce cortège de lois liberticides : HADOPI, LOPPSI et bientôt ACTA.... Je souhaite bon courage à l’équipe Sarkozy & Cie !


          • Will Will 11 février 2011 10:52

            Bravissimo Monsieur Robert (avec un grand et respectueux M),
            vous êtes dans ces temps de prévarication généralisée, jusqu’au plus haut point de l’état, un exemple de combativité citoyenne et de courage au sens propre.
            Je vous ai soutenu comme j’ai pu ( il me reste d’ailleurs quelques T shirts que j’arbore fièrement de temps à autres) et suis vraiment heureux d’avoir pu avec cette modeste participation contribuer à votre soutien, vous êtes une image d’espoir qui nous permet à tous de croire encore à une libération de cette caste dominante inféodée à l’argent dont il semble clair maintenant que les heures soient comptées.
            Encore bravo à vous, vous êtes une noble personne.


            • JL JL 11 février 2011 11:02

              Pas mieux que Will, même si j’ai été infiniment moins actif que lui dans ce combat du pot de terre contre le pot de fer, et qui, contre toute attente se termine en faveur du pot de terre. Cela signifie que la vérité a encore droit de cité dans ce monde de brutes !

              Merci Mr Robert, pour cette démonstration.


            • Alain Michel Robert Alain Michel Robert 11 février 2011 11:06

              Bon jour Denis,

              Qui aura la bonne idée de faire un film sur vous et sur toute cette histoire ? Il y a eu le film Erin Brockovich... j’attends avec impatience le film Denis Robert ! Il ne manquait plus que le happy end pour que le scénario soit complet. C’est fait !

              Ce ne serait pas seulement un film sur votre courage, ce ne serait pas seulement un film sur une magnifique et poignante histoire d’Hommes... mais aussi un film sur l’écroulement inévitable d’un règne pourri qui touche à sa fin... tout du moins on l’espère...


              • mick_038 mick_038 11 février 2011 14:03

                Allez, on lance une quête ? Faut trouver un producteur (un Michael Moore ?)


              • kéké02360 11 février 2011 11:09

                Bravo à Denis , bravo à Robert !!!! fallait au moins être deux pour tenir , pour tenir tête à cette mafia !!!!

                BRAVO MONSIEUR  !!!!!!!!!!!!!


                • Emmanuel Aguéra LeManu 11 février 2011 11:20

                  Oui ! Bravo, Bravo, BRAVO et mille Merci Denis !

                  La vielle carte de vœux du comité est bien jaunie aujourd’hui (« sacré Denis Robert ! »), sur le mur face à moi, mais aujourd’hui je pense que je vais l’encadrer !

                  10 ans de lutte et de d’emmerdements en tous genres... BRAVO !

                  Chose intéressante que le cours de la vie... Val est en train de faire virer ses vidéos du web (il y parlait de diffamation de ta part !!! mais c’est elles qui désormais le deviennent !), téléchargez-les vite !

                  Et si l’idée, Denis, te venait, Denis, d’à ton tour attaquer en domages/intérêt, pressium doloris, ou finalement, en diffamation... Je suis partie civile !

                  Merci


                • Emmanuel Aguéra LeManu 11 février 2011 11:22

                  d’ailleurs, en attendant... LES MENSONGES DE PHILIPPE VAL


                • Emmanuel Aguéra LeManu 11 février 2011 12:17

                  et je ne voudrais pas oublier Zaza...

                  "...Le plus étonnant est que Denis Robert semble croire au monde fantasmagorique qu’il a inventé. Aujourd’hui, il continue à proclamer, sans jamais l’avoir prouvé, que Clearstream est « le poumon de la finance parallèle »..."

                  Merci Zaza !
                  source


                • sisyphe sisyphe 11 février 2011 14:49


                  Par LeManu (xxx.xxx.xxx.153) 11 février 11:22

                  d’ailleurs, en attendant... LES MENSONGES DE PHILIPPE VAL


                  Val en petite pute qu’il est ; merci pour la démonstration ! 

                   smiley 


                • ChatquiChouine ChatquiChouine 11 février 2011 20:35

                  Alors là bravo, excellente initiative Sysiphe, d’associer cette vidéo avec le jugement définif de Denis Robert. 
                   Et après sa visualisation, je me permet de vous dire Sysiphe, que je vous trouve bien insultant vis à vis du plus vieux métier du monde...


                • kéké02360 11 février 2011 11:09

                  à toutes celles et tout ceux qui se plaignent des bankster , c’est bien beau de gémir de rugir mais il faut AGIR !!!!!

                  avez vous fait l’effort au moins de changer de banque !!!!????? la réponse est malheureusement non pour la majorité d’entre vous !!!!

                   Il est encore temps !!!!

                  INFO http://www.lanef.com/quisommesnous/introduction.php 

                  vous avez aussi le Crédit Coopératif


                  • mick_038 mick_038 11 février 2011 14:04

                    « Crédit Coopératif »
                    Pouvez vous développer  ? Je ne connais pas


                  • ZEN ZEN 11 février 2011 11:13

                    Enfin, une bonne nouvelle !
                    Bravo et merci Denis !

                    Denis Robert blanchi pour avoir dit que Clearstream blanchissait

                    Pour une fois, le pot de terre a gagné...
                    Son travail de fourmi et son obstination courageuse n’ont pas entamé le pouvoir et les pratiques de Clearstream, mais ils ont ouvert une brèche importante dans l’omerta. La crise financière et ce que nous savons maintenant de certaines pratiques bancaires a sans doute facilité la réhabilitation...
                    Denis Robert, le « poil à gratter », is back et redonne un sens à la notion de journalisme, dans l’affaire et
                    « l’affaire dans l’affaire »
                    « Le journaliste doit toujours être un contre-pouvoir. Un poil à gratter. Je ne vais pas déroger à la règle. »(D.R.)
                    «  Que font les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? Ils gardent encore leur silence. Ils n’avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L’écart entre leur pensée et l’univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n’alertent pas. L’écart entre leurs promesses et la situation des hommes est plus scandaleux qu’il ne fut jamais. Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barricade. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres. Tous ceux qui avaient la simplicité d’attendre leurs paroles commencent à se révolter, ou à rire..." (Nizan)


                      • Fabienm 11 février 2011 11:24

                        Et à quand les excuses des journaux qui vous ont sali ... ?

                        Je note aussi que je n’en ai pas entendu parler dans les mass medias ...

                        En tout cas, Bravo (et merci)


                        • Alain-Goethe 11 février 2011 11:27

                          J’admire votre énergie §
                          J’avais acheté votre livre :
                          « Une affaire personnelle »
                          Je l’avais lu, ainsi que ma mère ( décédée en 2010).

                          Ce livre était resté en évidence sur une des étagères du studio que Maman occupait dans sa maison de retraite : à titre de promotion..

                          car des Français avec des sacrées oeillères qu’est ce qu’il y en a .. No comment !


                          • alberto alberto 11 février 2011 11:31

                            Salut Denis Robert,

                            J’avais entendu la nouvelle à la radio, et en étais très heureux, mais aussi un peu dubitatif, car depuis ton dernier article sur AV, personne n’osait te relancer, même si on comprenait bien les raisons de ton silence...

                            Ta victoire est aussi, un peu, celle des anonymes de tout poil qui t’ont soutenu et même si tu as eu chaud aux plumes on est très heureux que tu en sois sorti !

                            Heureux aussi de constater qu’il reste en France quelques juges qui savent résister aux pressions qui n’ont pas dû manquer...

                            Enfin, je te souhaite de nous sortir encore de nombreux bons bouquins et de bons films, et pour fêter ça, de ce pas, je vais me mettre à relire Révélation$ : ça me rajeunira !

                            Bien à toi, au plaisir de te lire encore.


                            • fwed fwed 11 février 2011 11:37

                              Merci M. Robert.
                              Vous êtes un exemple et nous donnez du courage.
                              Vous êtes la preuve que l’on peut gagner contre la mafia bancaire privée.


                              • ZEN ZEN 11 février 2011 11:38

                                Rappel :
                                Tous les articles de Denis sur Agoravox


                                • wesson wesson 11 février 2011 11:44

                                  Bonjour M. Robert,

                                  Aux dernières nouvelles, rien sur MediaPart ni même sur France Inter ...

                                  j’aurai aimé pourtant avoir un petit mot en forme de « ok, on lui a ch.. dessus, on l’aime pas mais il a gagné donc on lui souhaite bonne chance dans sa future carrière », mais il faut croire que la taille de la moustache ou la dinette chez Carla sont des activités trop occupante pour leur laisser un créneaux de temps pour écrire cela.

                                  les cuistres !

                                  Merci pour votre combat, et comme vous, j’espère que d’autre journaliste reprendront ce travail pour le poursuivre et le complèter.


                                  • ZEN ZEN 11 février 2011 11:59

                                    Salut wesson,

                                    Sur Mediapart, un article ironique quand même , non censuré par le patron smiley


                                  • wesson wesson 11 février 2011 12:21

                                    Bonjour ZEN,

                                    tiens, je l’avais pas vu passer celui là....

                                    Ceci dit, l’article essaie de ménager le patron de l’auteur, M. Plenel, en introduisant une différence entre le silence et l’absence de soutient du « Monde » et l’attaque en règle de M. Val. Je trouve que cette différence n’est que de pure forme, et tient plus à la personnalité fort différente des 2 protagonistes. M. Plenel sait la fermer si ça risque de barder plus tard, tandis que M. Val ne sait pas s’empêcher de l’ouvrir...

                                    Bref, la différence entre les 2 sont de pure forme, et autant l’un que l’autre ont joué une bien mauvaise partition.


                                  • le naif le naif 11 février 2011 18:23

                                    Bonjour Wesson

                                    Si E. Plenel, n’est pas sorti grandi de ses déclarations, il ne s’est tout de même pas abaissé au niveau de veulerie de M. Val. 

                                    La différence entre les 2 n’est à mon avis d’autant moins de pure forme que l’un est directeur de France inter.....

                                    Voir ici, cette petite vidéo édifiante.. : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=JtTfafb9dI0#at=20


                                  • non666 non666 11 février 2011 11:50

                                    Cette histoire est intéréssante et montre vers quoi on tend aujourd’hui.

                                    La Justice est devenu hors de portée des plus pauvres car peu de gens peuvent se permettre d’aller contre une multinationale, un Clearstream, un Euroclear, un etat Holding comme le Luxembourg qui vit au crochet de l’Europe qu’il vampirise.

                                    Les recentes intentions de Sarkozy, de supprimer le juge d’instruction pour forcer les avocats a faire faire eux meme la contre-enquete vont aussi dans ce sens.
                                    C’est la fin des enquetes a charge et a decharge mais c’est aussi, à l’evidence, la fin des moyens mis par l’Etat, le representant officiel de l’interet general à la defense de cet interet...
                                    Car votre travail aurait du etre poursuivi par les agents de la force publique, à l’evidence.
                                    Il y a de multiples affaires clearstream, en realité.

                                    Si il y avait de faux noms sur les listings de Gergovin-Lahoud, il y en avait aussi de vrais...
                                    L’argent des fregates, des sous-marins pakistanais passent aussi par le Luxembourg, comme celui de toutes les affaires revelées ou pas qui gangrenent la vie politique française et montre la corruption permanente de nos elus.
                                    Cela aurait du etre investigué par les agents des douanes, de la police financiere, de la DGSE...s’ils n’etaient aux ordres des corrupteurs et des corrompus.

                                    La Justice constate donc que votre enquete etait d’utilité publique : c’est bien !
                                    Elle aurait pu montrer plus clairement du doigt ceux qui n’ONT PAS FAIT leur enquete.

                                    Comme Ariane ci dessus : Gloire aux JUSTES.
                                    Mais vu votre etat d’abattement apres une telle victoire , qui pourra poursuivre ce combat impliquant de tels moyens financiers ?

                                    Ce ne sont evidemment pas vos confreres des journaux de Lagardere, Rottschild, Arnault, Bolloré , Bouyghes , Beterlsmann et Dassault.
                                    Eux ils les servent , ces interets.
                                    Bienvenu dans la resistance.





                                    • Dominique TONIN Dominique TONIN alias Dumè 11 février 2011 18:03

                                      @non 666,
                                      J’ai un service à vs demander. En tant que modérateur pourriez-vs aller sur l’espace de modération et me dire en cliquant sur l’article « Réveillez-vous » que j’ai proposé par trois fois, 9, 10 et 11 février, le résultat positif ou négatif des modérateurs.
                                      Lorsque j’y vais, en tant qu’éditeur, je n’ai pas accès à ce baromètre. Cependant cela me serait utile de savoir et comprendre pourquoi il ne paraît pas. Merci pour votre aide qui m’aiderait à dissiper qques doutes visà vis d’AV. Cordialement


                                    • ddacoudre ddacoudre 11 février 2011 19:55

                                      bonjour dominique

                                      je suis allé voir ton article, tu as posté un doc : doc77554, et quand l’on plusse sur pour ou contre rien ne se passe. pour lire ton commentaire il faut cliquer sur doc77554.
                                      je pense que l’erreur est là.

                                      cordialement.


                                    • Dominique TONIN Dominique TONIN alias Dumè 11 février 2011 20:21

                                      @ddà coudre,
                                      Merci, tu es un ami, je vais réparer cette anomalie, et si c’était le cas, je présente d’ores et déja mes excuses à AV.
                                      Merci encore à toi. Tu as lu mon article ? Si oui donnes-moi ton opinion.


                                    • non666 non666 11 février 2011 23:52

                                      Bonjour Dominique.
                                      Il y a erreur.
                                      Je ne suis ni modérateur, ni meme partie prenante du comite de redaction qui valide les article des autres. Je crois que c’est un privilèges des "anciens redacteurs ou de ceux qui ont de nombreux articles au compteur.
                                      Il faudrait plutot voir cela avec Morice, Olivier cabanel, ou Dugué qui pourraient avoir ces droits.
                                      Désolé de ne pouvoir vous aider.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès