Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Finlande : Une pétition impose un débat sur la sortie de l’Euro

Finlande : Une pétition impose un débat sur la sortie de l’Euro

Une pétition signée en Finlande par plus de 50 000 citoyens, et déposée jeudi devant le parlement, va forcer les députés à débattre de l’éventualité d’un référendum pour que le pays abandonne l’euro.

JPEG

 

C'est le site Euractiv qui nous apprend le 11 mars 2016 :

 

Une pétition signée en Finlande par plus de 50 000 citoyens, et déposée jeudi devant le parlement, va forcer les députés à débattre de l’éventualité d’un référendum pour que le pays abandonne l’euro.

 

L'article révèle que cette initiative provient d'un député européen, Paavo Väyrynen, qui a été huit fois ministre.

A noté : La rédaction a été prise de son propre chef sans soutien d'aucun parti politique.

L'éventualité d'une sortie de l'euro séduit de plus en plus de finlandais qui voient leurs voisins suédois et norvégiens, qui n'ont pas la monnaie unique (pour la Suède) ou ne sont pas dans l'UE (pour la Norvège), avoir des économies qui connaissent une croissance supérieure à celle de la Finlande et ce depuis plusieurs années.

En témoigne ce graphique de l'OCDE :

 


Légende :
Finlande : Rouge
Suède : Violet
Norvège : Bleu
OCDE : Noir



La question apparaît donc légitime aux yeux de nombreux Finlandais (31% selon un récent sondage cité dans l'article d'Euractiv). Ils n'étaient que 19% en 2011.


En 2015, la Finlande subissait de plein fouet la dévaluation salariale pratiquée depuis plusieurs années par les autres pays européens. Son système social protecteur privilégiait une hausse des rémunération des salariés afin de stimuler la demande intérieure en lieu et place de la dépense publique. Le problème étant que face à un marché européen totalement ouvert à la concurrence interne et sans possibilités aux états de l'empêcher : les industriels ont délocalisé.

En juillet (2015), la production industrielle a reculé de 1,3 % sur un mois et de 3 % sur un an. C’est la 31ème baisse consécutive en rythme annuelle ! Logiquement, le chômage progresse. En taux harmonisé européen, il représente 9,7 % de la population active. Sur un an, la hausse est d’un point.
 

Autre problème, les sanctions vis à vis de la Russie, son deuxième client juste après la Suède.

Enfin, la Finlande est l'un des pays les moins endettés de la zone euro (63% du PIB quand la moyenne est à 80%), mais dogmatisme européen oblige, la commission européenne exige que le pays respecte les objectifs de déficits annuels fixés par les traités. Ainsi un pays aussi peu endetté que la Finlande est soumis aux mêmes difficultés de bouclages budgétaires que des pays comme la Grèce (dette : 175% du PIB) ou la France (dette : 94% du PIB).


Les recommandations de la commission en mai 2015 expliquaient la nécéssité que la Finlande s'attache :
 

-A veiller à ce que le déficit excessif soit ramené en temps utile et durablement sous la barre des 3% du PIB [conformément aux obligation qui lui incombe en vertu de l'article 126 du TFUE.

- A adopter la réforme convenues des retraites et à éliminer progressivement les possibilités de sorties précoces du marché du travail.

- A poursuivre les efforts visant à améliorer la capacité d'insertion professionnelles des jeunes, des travailleurs âgés et des chômeurs de longue durée [..]i,

- A veiller, en concertation avec les partenaires sociaux [...] à ce que l'évolution des salaires reflète celle de la productivité.

Nda : Pour la dernière phrase il faut savoir que la productivité recule en Finlande la traduction est donc : il faut baisser les salaires.

Ces "recommandations" sont contraignantes depuis la signature du fameux TSCG, les états qui ne les respectent pas risquent une amende pouvant atteindre 4% du PIB.

La Finlande en bon élève européen à mis en place une politique d'austérité, qui selon "le Monde" était, par peur du syndrôme grec, soutenue par la population.

Pourtant quelques années plus tard et en l'absence de résultats, le pays peu habitué au fait, a connu sa plus grande manifestation depuis 25 ans, c'était en septembre dernier.


 

Ainsi on comprend que les travailleurs finlandais abordent la question d'une sortie de la zone euro, loin de tout populisme ou de xénophobie mais simplement afin de sauver ce qu'il reste d'industrie et de protection sociale au sein du pays.

On ne s'étonnera pas malheureusement qu'en Finlande comme dans beaucoup d'autres pays de l'union européenne le monopole de ce débat, réclamé par de plus en plus de citoyens, soit laissé à l'extrême droite et donc boycotté par les autres partis.

A ce titre je voudrais rappeler ici une citation de Benoît Frachon, alors secrétaire général de la CGT France qui en 1957 prophétisait :

 

Le Marché commun constitue en fait un grave danger pour l’économie nationale des pays les plus faibles et une menace non moins grave pour les travailleurs de l’ensemble de ces pays (…) il ne peut aboutir qu’à l’hégémonie des capitalistes et des monopoles les plus puissants, en l’occurrence les monopoles allemands étroitement associés aux monopoles américains.

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, voici deux ouvrages dont nous vous recommandons la lecture  :

 

Rejoignez-vous sur Facebook.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • MagicBuster 11 mars 16:38

    Les arabes envahissent la France, Les Français vont envahir la Finlande....
    Comme ça les africains pourront envahir le maghreb . . et laisseront l’Afrique au chinois.

    P’tain c’est bien organisé ....


    • Analis 14 mars 14:41

       Vu que le Maghreb est, par définition, peuplé d’Africains, il ne peut pas être envahi par eux (à moins qu’ils ne s’envahissent eux-mêmes  !).


    • taktak 11 mars 17:52

      Et en france, nous pouvons faire de même. A l’initiative d’intelectuels, de syndicalistes, de militants communistes, gaulistes et de simple citoyen, une pétition pour exiger un referendum sur l’UE et l’Euro a été lancée

      Vous pouvez signer en ligne en cliquant ICI

      Tous ensemble, pour que ce soit le peuple qui décide, mobilisons nous ! Allors signons cette pétition et mobilisons nous pour la faire signer !


      • taktak 11 mars 17:56

        La pétition :

        L’ UE et l’euro cassent la France et ses conquêtes sociales ! LE PEUPLE FRANÇAIS DOIT POUVOIR SE PRONONCER PAR RÉFÉRENDUM SUR L’EURO ET SUR L’UNION EUROPÉENNE ! L’EURO, L’UNION EUROPÉENNE, LA FRANCE DOIT-ELLE « Y RESTER » OU BIEN EN SORTIR ?

        En 1992, les promoteurs du Traité de Maastricht et de la monnaie unique promettaient aux Français le plein emploi, le progrès, la démocratie et la fraternité entre les peuples. L’expérience a démenti toutes ces promesses ; en effet,

        • la zone euro est synonyme de récession, de casse du tissu industriel et agricole, de chômage massif, d’extension de la pauvreté et de la précarité  ; « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » prescrite par l’U.E. aide les forces d’argent à démolir le produire en France, à comprimer les salaires, les services publics et la protection sociale.
        • L’euro asservit les pays de l’est et du sud de l’Europe à l’économie allemande et à l’économie des U.S.A., dont la France devient un appendice.
        • La souveraineté du peuple français, qui a refusé la constitution européenne, alias « Traité de Lisbonne », est bafouée  ; les partis pro-Maastricht qui se succèdent au pouvoir exécutent la feuille de route destructive édictée par la Commission de Bruxelles, la Banque de Francfort et le patronat français.
        • En France et ailleurs, les dégâts sociaux et liberticides ainsi que les frustrations engendrées par la « construction » européenne nourrissent l’extrême droite, la xénophobie, le racisme, le fascisme et la haine. Soutenus par l’ O.T.A.N., à laquelle l’ U.E. est étroitement liée, des nostalgiques du Troisième Reich relèvent la tête de l’Ukraine aux Pays baltes, provoquant la Russie et jouant avec la paix mondiale.

        Sous la direction de l’OTAN, de l’UE et des USA, le pays est engagé par les gouvernants successifs dans des guerres coloniales en Libye, en Afrique subsaharienne et en Syrie.

        • En fait de diversité culturelle l’’Oncle Sam se sert de l’ U.E., en passe de se muer en « Grand Marché Transatlantique », pour imposer son idéologie, sa langue et sa sous-culture.
        • Les euro-régions et les « métropoles » menacent les communes et la « République laïque, une et indivisible » héritée de notre histoire.

        Bref, la France issue de la Révolution et du Conseil national de la Résistance se dissout rapidement dans le bain d’acide d’une U.E. dominée par le capital financier.

        • La dictature de l’ U.E. sur la Grèce, mais aussi le traitement humiliant infligé à l’Europe du sud et de l’est, prouve que l’ « Europe sociale » est impossible dans le cadre de l’ U.E., entièrement au service des plus riches et des plus puissants. Il faut donc que la France sorte de l’ U.E. et de l’euro pour permettre au peuple de reconstruire sa souveraineté, de remettre le monde du travail au cœur de la nation, d’organiser la coopération entre Etats souverains en Europe et hors d’Europe.Le peuple Français peut relever ce grand défi s’il reprend son destin en main sur des bases progressistes et républicaines.

        Dans cette perspective, le peuple français doit au plus tôt pouvoir se prononcer sur le maintien ou non de la France dans la zone euro et dans l’ U.E. – Pour cela, il faut qu’un référendum soit rapidement organisé sur ces deux questions vitales et intimement liées :

        « La France doit-elle rester dans la zone euro ? » – « La France doit-elle rester dans l’Union européenne ? ».

        Si le verdict populaire était contourné comme le fut scandaleusement le Non populaire de mai 2005 à la Constitution européenne, notre peuple devrait en tirer les conséquences pratiques en intervenant par tous les moyens possibles et en refusant toute légitimité à ceux qui auraient à nouveau violé sa souveraineté.

        SIGNEZ EN LIGNE en cliquant ici

        Premiers signataires :

        Léon Landini, ancien officier FTP-MOI, Médaille de la Résistance, officier de la Légion d’honneur, président du Pôle de Renaissance Communiste en France et

        • Caroline Andréani, membre du Comité national du PCF ,
        • Danielle Bleitrach, sociologue, écrivain
        • Georges Bordes, Résistant au détachement Rechossière des FTPF, responsable de la Jeunesse Communiste clandestine 1942-1944 en Corrèze, président du Comité local de libération de St. Hilaire-Foissac (19), croix du combattant volontaire de la Résistance
        • Saïd Bouamama, militant du R.C.C.
        • Robert Brun retraité et militant syndical et communiste, ancien secrétaire de la fédération de la construction cgt
        • Marie-Christine Burricand responsable du Réseau FVR-PCF, élue municipale et métropolitaine de Vénissieux
        • Loïc Chaigneau, animateur du site L’Affranchi
        • Jean-Claude Danglot, ancien secrétaire fédéral PCF62
        • Michel Debray, ancien président de l’Institut Charles De Gaulle.
        • Jean-François Dejours, syndicaliste enseignant, professeur de philosophie
        • Michel Decourcelles, militant du R.C.C.
        • Roland Diagne, militant du R.C.C.
        • Henriette Dubois, Résistante, « Nelly » dans la Résistance, ancien agent de liaison de l’état-major des FTP Zone sud
        • Jean Gagnaire, CGT-métallurgie et FSC
        • Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, philosophe
        • Danielle Gautier, syndicaliste CGT-métallurgie et FSC (Front Syndical de Classe)
        • Jean-Pierre Hemmen, fils de Fusillé de la Résistance, directeur de la revue « Etincelles », vice-président du PRCF
        • Jo Hernandez, syndicaliste EDF, responsable « luttes » du PRCF
        • Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, PRCF
        • Antoine Manessis, responsable du PRCF pour les relations intérieures
        • Annette Mateu-Casado, trésorière nationale du PRCF
        • Elise Mazenoux-Pranchère, résistante aux FTPF et COPA, croix du combattant volontaire de la Résistance
        • Laurent Nardi, ancien maire-adjoint de Passy (74)
        • Jean-Michel Padot, conseiller municipal PRCF de Bully-les-Mines
        • Anna Persichini, déléguée CGT d’IBM-Nice
        • Pierre Pranchère, ancien maquisard FTPF de Corrèze, ancien député, a. membre du CC du PCF, vice-président du PRCF, député de Tulle 1956-1958 et 1978, député européen honoraire,
        • Jean-Luc Pujo, président des clubs Penser la France
        • Gilbert Rodriguez, militant CGT, responsable du Front syndical de classe
        • Fabrice Selingant, réseau Faire vivre et renforcer le PCF
        • Rose-Marie Serrano, défenseur de la mémoire républicaine de l’Espagne
        • Jean-Pierre Sienkiewicz, syndicaliste, professeur agrégé de physique
        • Roger Silvain, ancien responsable CGT chez Renault Billancourt, président du Front syndical de Classe
        • Stéphane Sirot, historien du syndicalisme
        • Guillaume Suing, professeur de S.V.T., Rassemblement des Cercles Communistes
        • William Roger, animateur du Rassemblement des cercles communistes
        • Yves Vargas, philosophe
        • Gautier Weinmann, secrétaire de la cellule PCF de Leforest

        • lsga lsga 12 mars 11:28

          @taktak
          mais oui, signer des pétitions, c’est la Révolution !!!

          Sinon, achetez des fusils et apprenez à vous en servir. 

        • elpepe elpepe 11 mars 18:05

          https://fr.sputniknews.com/international/201603111023288633-cizre-destructions-video/

          l extermination des Kurdes, encore un massacre de population couvert, et encourage par l union europeenne, car aujourd hui UE negocie sans pb avec Erdogan,

          Il est tps de se debarasser a tout jamais de l europe et des dirigeants actuels, ce sont des meutriers


          • lsga lsga 12 mars 11:09

            Taux d’endettement à 80% du PIB, et vous osez dire « un pays aussi peu endetté que la Finlande »

            mwarrf.... 

            • Au fil des idées Au fil des idées 12 mars 13:49

              @lsga

              C’est la moyenne de l’UE qui est à 80%, la Finlande était à 63% en 2014 smiley


            • mimi45140 13 mars 23:13
              Des :
              Monnaie unique
              Règles unique
              Stratégies unique
              Pour :
              Des pays différents 
              Des niveaux de vie différents
              Des démographie différentes
              Des histoires différentes 

              Je ne vois pas pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès